Accueil / A U T E U R S / LES 7 DU QUÉBEC / André Lefebvre / Les “frondes gravitationnelles”

Les “frondes gravitationnelles”

 

Un « effet » de fronde gravitationnelle consiste à utiliser une planète pour accélérer une sonde ou une fusée spatiale.

 

L’explication générale est que lorsqu’une sonde ou une fusée spatiale passe près d’une planète, elle subit l’attraction gravitationnelle de celle-ci, ce qui la projette au loin avec une accélération. Cette explication est tellement simplifiée qu’elle n’explique en aucune façon la réalité de l’évènement et nous porte vers une erreur de concept.

 

En fait, la sonde ou la fusée spatiale peut très bien résulter en étant projetée avec une « décélération »; et, ce n’est pas du tout suite à une « attraction » qu’elle subit.

 

La réalité est que chaque planète est contenue dans un « champ gravitationnel » et que ce champ gravitationnel « orbite » autour d’un astre (Soleil) à une certaine vitesse. En fait, exactement comme l’orbite de la pierre dans le dessin du lanceur plus haut.

L’événement devient alors facile à comprendre au moyen de deux simples dessins :

 

  • Décélération :
  • Accélération :

Où l’on voit très bien que l’accélération ou la décélération dépend uniquement de l’angle d’approche de la fusée ou de la sonde. Si elle est à l’encontre de l’orientation orbitale, il y a décélération; dans le cas contraire on obtient une accélération.

Évidemment, la rotation de la planète, contenue dans ce « champ gravitationnel », n’a aucune incidence sur l’événement. Autrement dit: « celui qui tient la fronde n’est pas la planète, mais bien le Soleil ».

De plus, comme un « champs gravitationnel » ne possède pas d’énergie, puisque celle-ci se retrouve concentrée au centre de gravité, il ne peut pas être en rotation. Donc la seule influence « active » à ce niveau, est la vitesse orbitale du « champ gravitationnel ».

Quant à la différence de trajectoire acquise par la sonde ou la fusée, elle tire sa source d’avoir traversé un volume d’espace graduellement plus dense, suivi de moins dense, énergétiquement, comme je l’ai expliqué ailleurs. À ce niveau la décélération subie en premier lieu, équivaut à l’accélération qui a suivi, et ces deux différences de vitesse s’annulent, ne laissant que la vitesse orbitale « d’active ».

Amicalement

André Lefebvre

 

Auteur de:

L’Histoire… de l’univers

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 1:  La Science Secrète)

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 2: Le Mystère Sumérien

Le tout dernier livre, paru en novembre 2016 (version gratuite):

Histoire de ma nation

Tous mes livres sont offerts GRATUITEMENT chez:

http://manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.7.htm#menu

 

Commentaires

commentaires

A propos de Andre lefebvre

avatar

Check Also

Adieu à 2018!

Le Brexit est populiste – et Adieu à 2018!   Chers lecteurs, L’année 2018 ne ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.