Accueil / L O C A L I S A T I O N / AFRIQUE / Les fameux pick-up Toyota de Daech, une vieille histoire… à la Top Gear !

Les fameux pick-up Toyota de Daech, une vieille histoire… à la Top Gear !

Les aventures sanglantes de Daech, c’est un circuit sans fin.  Récemment, une nouvelle ahurissante est arrivée à la une des journaux : « le Trésor américain vient de s’apercevoir que Daech roulait de préférence en Toyota« . Il était temps de s’en apercevoir : il suffisait de regarder pourtant un des premiers épisodes de Top Gear pour comprendre: ces engins là sont tout simplement… indestructibles, à moins de se prendre un missile thermobarique sur la tronche (celui en photo plus bas, c’est celui massacré par Jeremy Clarkson). « Dans un communiqué, le constructeur a juré soutenir l’enquête du Département du Trésor américain, qui se penche plus largement sur les chaînes d’approvisionnement internationales et les flux de capitaux et marchandises au Moyen-Orient » peut-on lire… en souriant. Car ça fait un bout de temps que ça dure, au nez et à la barbe des USA : j’avais déjà expliqué le filon lors de la guerre en Irak !!! Car si les sites complotantes façon « Réseau International », qui a aussi ses fidèles ici (hélas, il y a même Mélenchon embarqué avec) avait expliqué sans sourire que les fameuses Hilux provenaient de l’armée US (en même temps l’article servait à excuser les frappes russes ratées, ce qui représente une belle propagande déguisée !), il existe une explication bien plus ordinaire, et bien plus dérangeante, surtout, pour notre fameuse administration US… visiblement dépassée par les événements.hilux_invincible_a

L’histoire est même revenue il n’y a pas si longtemps avec celle du malheureux plombier US qui a vu sa propre bagnole servir de publicité à Daesh, et devenir en ce cas la honte de son quartier, persuadé que c’est lui qui les approvisionnait (oui les américains sont des bœufs et ne cherchent jamais bien loin, la preuve, ils accumulent les armes chez eux…). L’histoire avait fait la une des journaux, souvenez-vous : un pick-up portant un numéro de plombier américain devenu armement militaire jihadiste. Un cliché surprenant apparu en fin d’année 2014 ; marquée par les exactions terroristes en Syrie. Une photo, qui, loin d’être anodine, permet de rappeler quelques souvenirs à mes fidèles lecteurs ; car elle nous entraîne quelques années en arrière, en octobre 2009 exactement…

photo_plumbing_car-b252eL’image est en effet assez étonnante et elle a vite envahi les réseaux sociaux (c’est un simple Twitt au départ) pour cette raison : photographiée ou plutôt filmée dans les environs d’Alep, une démonstration de tir de canon russe ZPU-1 monté à l’arrière d’un pick-up Ford 250 a fait récemment la une des sites internet, et elle a été vite reprise par ceux qui à l’extrême droite parlent de tout sans rien vraiment connaître et ironisent sur « le jardinier takfiriste » (les sources mêmes du cliché montrant où s’approvisionne cette extrême droite : c’est un contributeur du LongWarJournal (de Bill Roggio (1) qui est à l’origine de sa diffusion. Pas la peine d’espérer des éclaircissements chez eux. ford_250-0c689L’image a beau être désormais (et hélas) classique, elle étonne, en raison d’un détail surprenant apparaissant sur la portière gauche du véhicule : celle du nom (« Mark-1 ») de la société d’un… plombier américain, avec son numéro de téléphone dessous, bien visible. Depuis l’homme, qui habite Houston et se nomme Jeff Oberholtzer, n’est pas vraiment à la fête. Ces voisins, toujours aussi intelligents (nous sommes bien aux Etats-Unis, et même au Texas !), l’ont assailli depuis d’invectives en croyant qu’il fait partie lui-même du Jaish, Al-Muhajireen wal-Ansar (on cite aussi le Ansar al-Deen Front), un groupe de jihadistes composé de  tchétchènes, d’Ouzbeks et de Tadjiks, qui s’est fondu en septembre dernier dans le front Al-Nosra, puisqu’ils utilisent son véhicule. Notre homme avait en fait revendu son pick-up en octobre 2013 à un concessionnaire de voiture appelé « Ford AutoNation« , selon le Galveston Daily News, qui l’aurait cédé à un site d’enchères. On apprendra plus tard qu’il s’agît de la société Adesa. adesa-98f95Selon le site, la vente publique a atterri ensuite chez un « concessionnaire local » dont le nom n’est pas révélé (première question à se poser : pourquoi donc ne pas en donner le nom…, la seule crainte là aussi étant de provoquer chez lui aussi des attaques verbales, peut-être…).  Selon d’autres sources, le fameux pickup Ford aurait été vendu « trois années auparavant’, et Oberholtzer avait demandé auparavant au revendeur de retirer ses auto-collants figurant sur le véhicule, n’ayant pas eu le temps de le faire lui-même. Ce qu’il n’a manifestement pas fait, et ce qui met désormais son ancien propriétaire dans l’embarras. Mais il n’y a pas que lui, à l’être depuis, à bien y regarder…

Une tentative de détournement médiatique

deuxieme-ebd44Très vite le doute est apparu, car à peine la première photo montrée, une seconde circulait aussitôt… montrant un véhicule semblable (mais plus ancien), filmé au même endroit (le sol bétonné est visiblement le perron d’une maison isolée construite sur un plateau, car on on distingue les toits d’une ville située dans la vallée voisine, et les cartouches du tir précédent sont toujours au même endroit), mais avec un tout autre équipement de tir à bord et d’autres « décorations ». Pourquoi donc avait-on tenu à montrer aussi vite un autre cliché, voilà bien la deuxième question à se poser. Et comment se fait-il que c’est le même endroit qui sert en priorité à montrer la puissance de feu des islamistes, un autre questionnement encore. Bien entendu, auparavant, le célèbre SITE Intelligence Group s’est déjà emparé de la question, mais à sa manière, en se répandant très vite… sur un tout autre sujet, comme pour évincer cette affaire étrange ou embarrassante, en se répandant longuement le même jour sur toyota-412e7les sites internet exerçant des « appels de sirène » auprès de jeunes filles qui pourraient être séduites par l’idéologie terroriste, notamment avec les appels faits sur Twitter. Le signe que le sujet de la voiture siglée de l’adresse texane du plombier posait problème, à voir SITE s’empresser aussitôt de parler de toute autre chose pour détourner l’attention. De même, l’examen attentif du second cliché montrait non plus un Ford mais un pick-up Toyota plus ancien et révélait des zones de retouches « au carré » montrant un travail fait à la va-vite, notamment au sommet de l’affût du prétendu canon, sur l’auto-collant manifestement « photoshopé » et une tentative de masquer le bas du visage du pilote, en le floutant, en même temps que de tenter de modfier le rétroviseur… du travail d’amateur, manifestement.

Détournement médiatique façon SITE

conley-83a02L’exemple donné étant celui de l’action des agents du FBI dans le Colorado ayant pris contact à plusieurs reprises avec Shannon Conley (ici à droite), une aide-infirmière de 19 ans récemment convertie à l’Islam et désireuse de se rendre en Syrie. En septembre dernier la fille aurait plaidé coupable, après avoir révélé qu’elle avait été contactée pour devenir une « combattante » alors qu’elle avait offert ses services en soins humanitaires seulement. L’idée même comme quoi SITE tentait d’éluder le sujet pour promouvoir une autre crainte représentait d’emblée une piste intéressante à suivre.

cory_ford-5506cOn n’active pas de pare-feu sans une fumée derrière, et c’est la fumée qui intéresse ici. Pourquoi donc une telle offensive médiatique (un changement de photo et une contre offensive avec un autre danger jihadiste) dès la sortie de ce simple cliché voilà qui est très intéressant en fait et représente notre troisième question. Tout simplement car, l’air de rien, ce pickup Ford 250 égaré en Syrie (à gauche une mise en vente à 15 995 dollars de ce modèle chez un vendeur de Houston) est en fait le sommet d’un vieil iceberg qui répond parfaitement à nos trois interrogations. Celui de la fourniture directe en provenance du port de Houston de véhicules servant à des activités terroristes en Irak, ou en Syrie.

Une vieille histoire au départ

carnaby_death-793d8Cela, je vous en avais déjà parlé…sur Agoravox dès octobre 2009, voici six années déjà. Un étonnant trafic de voitures retrouvées alors explosées et déchiquetées en Irak, toutes originaires de… Houston (la photo nocturne du port est à gauche), et toutes passées… par la Syrie !!! Au centre de l’affaire, on avait eu droit à une bien étrange mort au beau milieu d’une autoroute, après une course-poursuite filmée d’hélicoptère, une grande spécialité américaine. Fait inhabituel : la poursuite s’était terminée par la mort d’un ex-membre de la CIA, devenu agent de la DIA. Roland Carnaby, de son vrai nom Karnabe, un homme d’origine libano-syrienne… Un bien étrange personnage, qui achetait, comme l’enquête le montrera une dizaine de voitures par an à son garagiste local, et dont le propre père avait fondé une entreprise de containers… dans le port même de Houston, houston-a9ed0pour expédier des véhicules par bateau ! Toutes les transactions d’achat ou d’envoi de véhicules étant réglées en numéraire… Plus inquiétant encore, le père de Roland Carnaby, Vincent Said Karnabe, avait été un ancien ambassadeur Libanais, et avait aussi travaillé pour la CIA a partir de 1975… après avoir déjà travaillé pendant la guerre pour l’OSS… le précurseur de la CIA ! Il aurait également rejoint dès 1936 les phalangistes libanais, favorables aux chrétiens maronites, proches idéologiquement de l’extrême droite. La famille Karnabe aurait tissé dans les années 50 des liens étroits avec Camille Chanoun, président libanais de 1952 à 1958, devenu l’ami proche de la famille Karnabe. La CIA et la famille Karnabe c’est donc une vieille histoire en fait. On n’en veut pour preuve qu’à la mort d’Allen Dulles, en 1969, le directeur de la CIA, toute la famille Karnabe était présente à l’enterrement.

Une mort violente et inexpliquée

suicide_car_bomb-81776Ce trafic remonte donc à un bout de temps : il y sept ans déjà, on en avait découvert les preuves, preuves que je vous avais révélées sur mon article à propos de la mort rocambolesque le 29 avril 2008, sur l’autoroute menant à Houston, de Roland Carnaby, âgé alors de 52 ans. L’homme était lié à un trafic, visiblement, dont on avait découvert l’existence dans un article du New-York Times, l’année précédente : en 2007, le New-York  Times avait redécouvert lui-même un très étonnant trafic de voitures, déjà évoqué deux ans avant dans le Boston globe (une affaire révélée par l’inspecteur John E. Lewis du FBI) sans qu’il n’y ait eu beaucoup de remous. Malgré le fait que « cela ait attiré une énorme attention dans le gouvernement des États-Unis », a déclaré Steven Emerson, qui dirige le projet d’enquête sur le terrorisme, une firme de recherche de Washington qui consulte pour les agences de renseignement. Nous avons obtenu plus d’appels sur ça que toute autre chose dans les trois ou quatre dernières semaines. [le vol d’Auto] est un marché non réglementé. et une partie des recettes vont aux terroristes « . En Floride, le détective Bill Warner avait déjà suggéré dès 2004 l’existence de ce trafic, qu’il imputait déjà à des islamistes installés à Tampa, en Floride. Ressortant pour l’occasion des images de voitures découvertes ainsi à Fallujah comme ici le 18 novembre 2004, et devant devenir une voiture bourrée d’explosifs destinée à exploser.

Les voitures piégées souvent d’origine américaine

vin_window-97004Car l’affaire était grave, très grave. Quelque chose de particulièrement inattendu et qui ravivait les soupçons énoncés bien avant ici-même : dans les débris des véhicules explosant sur les marchés de Bagdad ou dans les grandes villes irakiennes, des enquêteurs avaient fait de bien étranges découvertes. Des plaques de moteurs ou de châssis avaient révèlé que les véhicules étaient… toutes américains d’origine ! L’observation des fiches de la National Motor Vehicle Title Information System créée en 1992 était en effet formelle : parmi les voitures explosées certaines avaient bien été achetées aux Etats-Unis ! (« Le FBI a refusé d’estimer combien de voitures volées sont dev devenues des voitures piégées en Irak, mais il a déclaré que le nombre est censé être au moins dans les dizaines, précisait alors le journal »). Il y avait en effet le choix : près d’un million de véhicules sont volés aux Etats-Unis roro-970cb chaque année et on n’en retrouve qu’environ 1/3 (« Les autorités estiment que plus d’un million de véhicules sont volés chaque année aux États-Unis, mais seulement 35 pour cent d’entre eux sont jamais récupérés​ ».). En prime, 21 états ne participent pas encore au fichage dit de VIN (pour « vehicle identification numbers ») ce qui facilitait la tâche des voleurs ! Quel intérêt pour des terroristes à faire venir des voitures des Etats-Unis alors qu’à Bagdad traînaient les mêmes partout et qu’en voler là-bas était chose courante ? L’idée d’une « préparation » des voitures dès leur départ avait alors fait surface. Une fois « livrées », elles étaient « disponibles » instantanément pour ceux qui le désiraient. Le gag supplémentaire, c’est que dans le lot, il y avait aussi des voitures… neuves. Quel intérêt pour un terroriste de recourir en effet à du neuf ?

Un trafic très organisé

Mais un élément allait aussi étonner dans cette filière d’envoi en Irak : les voitures circulaient par la Syrie… Lors de l’enquête, le nom de la CIA et de Carnaby était apparu fugacement. On a déjà affirmé ici que certaines explosions étaient douteuses et faisaient penser à des opérations type escadron de la mort. Carnaby apparaît, car la filière d’apport de voitures est … syrienne, et que notre homme possède une longue implantation libanaise et syrienne de par ses origines mêmes. « Les enquêteurs pensent que les voitures ont été volées par les voleurs d’automobiles locaux dans les villes américaines, puis passées en contrebande sur les navires en attente dans les ports de Los Angeles, Seattle et Houston, entre autres villes. De là, elles sont expédiés aux revendeurs du marché noir partout dans le monde, y compris dans des endroits comme la Syrie où les militants étrangers de défense en Irak sont censés être en transit en provenance de pays de la région et où ils bénéficient d’un soutien logistique crucial ». Et le spécialiste incontesté de la Syrie, à la CIA, n’est autre que… Carnaby. A noter que dans certains commentaires journalistiques US, à propos de l’événement récent de la voiture du plombier, on insistera lourdement sur le fait que le voitures « sont passées par les frontières poreuses de la Turquie« , pour ne pas avoir à impliquer la Syrie, désormais largement ménagée… par les Etats-Unis, comme on le sait.

car_stolen_interpol-e5074

Un rapport tardif d’Interpol du 24 janvier 2014 évoque clairement, pourtant, le lien entre terrorisme et vols de voitures. A croire que personne ne l’avait lu, dans l’ex-administration Bush (et pas davantage dans celle d’Obama, avec l’annonce du jour !)… En tête des vols en 2009… la marque Toyota, suivi de Nissan en 2010, deux fabriquants des pick-ups les plus répandus chez les jihadistes !!! On peut y découvrir une page complète (la N°26) sur le terrorisme, les attaques suicides et les voitures volées, reprenant en effet les exemples de 2005 !!! « Un article d’un journal américain 2005 décrit la vaste enquête de réseau de vol de voitures basé aux États-Unies après avoir découvert que certains des véhicules utilisés dans les attentats de voiture mortels en Irak, avaient été volés aux États-Unis. Aucune preuve n’a été constatée que les véhicules avaient été volés spécifiquement dans le but de faire des attentats. Toutefois, la preuve a été découverte que les voitures ont été introduites en contrebande des États-Unis en partie d’un réseau criminel très répandu, qui comprend les terroristes et les insurgés » constate le rapport, neuf ans après les faits !!!

Quatre assassinats révélateurs

attack_bomb_iraq-aeabaL’histoire des voitures et des soupçons sur leur provenance avait en fait démarré à Karbala, le 27 janvier 2007, où une douzaine « d’insurgés » avaient kidnappé quatre soldats US de la base en y débarquant en SUVs, habillés d’uniformes américains et irakiens, certains parlant américain et l’un d’entre eux étant même blond. « Dans l’une des attaques les plus audacieuses et les plus sophistiquées en quatre ans de guerre, des hommes armés parlant anglais, portant des uniformes militaires des États-Unis, et des armes américaines ont enlevé quatre soldats américains la semaine dernière au siège provincial dans la ville sainte chiite de Kerbala, puis les ont mis à mort. L’armée américaine a confirmé hier que trois des soldats étaient morts et un a été mortellement blessé d’une balle à la tête quand ils ont été trouvés dans une province voisine, à environ 25 miles de l’enceinte où ils ont été capturés. Un cinquième soldat a été tué dans l’attaque initiale sur le camp ». Les américains avaient alors accusé... les iraniens. On avait en effet retrouvé quelques jours plus tard les quatre soldats morts, une balle dans la tête, dans l’un des véhicules. Les engins étaient deux GMCs (numéroté 3GNGC26UX1G12602 pour le premier) et un Toyota numéroté JTGHJ01J143005349. Les trois voitures venaient du Texas, et de Houston exactement. Selon le journaliste Wayne Madsen, l’homme qui était venu le certifier était bien… Carnaby. (« Le réseau de vol d’automobile a également attiré l’attention de Roland Carnaby, l’agent libano-américain de la CIA à la retraite qui a été abattu par la police de Houston en avril. En outre, nos sources dans le rapport sur le réseau de vol d’automobile au Texas ayant mis de grosse sommes d’argent dans les mains des politiciens, y compris George W. Bush au poste de gouverneur du Texas, et dans les coffres de la campagne présidentielle. L’une des grandes figures du réseau de vol d’automobile aurait été libéré sur une caution de 250 000 dollars et aurait disparu. On pense qu’il a peut-être parti à Beyrouth.« ) En 2006, l’innénarable Warner ressortait le dossier, en citant Tampa comme lieu principal de l’organisation. Il nommait Camil Assaf et Nizzam Darwish, comme responsables, selon lui, avec un échapé appelé Mohamed al-Jallad, qui envoyaient les voitures vers Dubai avant de les amener en Irak. Un revendeur local, Sergiy Zheleznyak, gérant de MS Autos Inc, falsifiait les plaques VIN des châssis des voitures, avec un vendeur de Miami, Ali Hassan Hammoud. Zheleznyak en avait ainsi falsifié 36 exemplaires, sa priorité d’envoi étant… la Russie alamoudi-67b35Selon Bill Warner, c’est le travail d’enquête de fond de 2002 à 2007, mené par l’enquêteur William Edwards du Bureau of Immigration Customs Enforcement, Department of Homeland Security à Tampa qui avait permis de cerner le réseau. « Le responsable, convaincu d’aide au terrorisme, Sami Al-Arian avait un associé en la personne d’un concessionnaire automobile de voitures d’occasion, Abdurahman Alamoudi, qui était le propriétaire d’AUTO MART-USED de Shirlington, près d’Arlington en Virginie, qui purge depuis 23 ans de prison pour des transactions financières illégales et pour son implication dans un projet d’assassiner le prince héritier Abdallah (maintenant le roi) de l’Arabie saoudite ». Alamoudi a été arrêté avec 340,000 dollars en espèces, en 34 paquets de numérotés séquentiellement billets de 100 $ destinés à être utilisés pour payer des terroristes pour tuer le prince héritier saoudien, l’argent allant indirectement auprès des mêmes saoudiens de Jeddah liés dans l’Iraq Study Report qui financent les terroristes d’al-Qaida en Irak » Fait notable, avait aussi finement relevé Warner « Alamoudi amené à Tampa Fl en 2005 pour témoigner contre Sami al-Arian, Alamoudi est resté confiné dans la prison du comté de Hillsborough du 19 juillet 2005 jusqu’à 1er décembre /2005, mais n’est jamais allé au tribunal pour témoigner contre son copain al-Arian »… selon Warner, toujours ; il y avait pas moins de 23 exportateurs de voitures liés au jihadisme… dont il donnait la liste ici-même. Dont trois répertoriés… à Hambourg !

Des chiites à l’origine du trafic

La filière décrite était assez étonnante en effet, et avait donc pour base… Houston (d’où vient aussi le véhicule retrouvé par son propriétaire, Jeff Oberholtzer, avec aujourd’hui au volant des islamistes). A l’origine du trafic, des réfugiés politiques chiites du temps de Saddam, en majeure partie arrivés à Tampa en Floride (Tampa, le haut lieu du scandale Petraeus, lui aussi noyé jusqu’au cou dans des transferts douteux d’armes !). Et tous reconvertis en maquilleurs de véhicules volés, aidés ou laissés sans surveillance précise par une CIA plus que bienveillante. Une CIA qui les choyaient, comme elle avait choyé les réfugiés cubains au temps de Kennedy en leur laissant faire leurs trafics « les réfugiés irakiens chiites (maintenant des concessionnaires automobiles) qui sont arrivés à Tampa en Floride après la 1991 et les soulèvements d’Irak en 1996 avaient été laissés « accrochés à sécher » par la CIA et l’US DOD qui n’est jamais intervenu« ).

Un procédé bien rôdé

Le même procédé que celui découvert en 2004, en fait : « à Tampa, ou à Savannah les chiites devenus concessionnaires de voitures exportaient les vvin2-28ad3éhicules, des véhicules achetés aux enchères d’automobiles ou récupérés auprès des prostituées de la rue, des véhicules volés récemment. Les véhicules volés étaient démontés, le moteur et la transmission retiré, et ensuite expédiés avec la carrosserie du véhicule emballés dans des contenants d’expédition comme « pièces automobiles » et envoyés  à Dubaï aux Emirats« . Des voitures envoyées démontées et remontées à l’autre bout, un vieux procédé… mafieux. Le plus étonnant, c’est que la Floride était censée justement appliquer la législation VIN’s ! Il y a bien quelque chose qui clochait sur place, et une CIA toujours à l’affût qui n’attendait que se trouver le porteur idéal de coup bas. Le 3 juillet 2009, les douanes irakiennes reconstituées faisaient leur première prise importante : quatre cargos irakiens surpris dans le détroit de Shatt Al-Arab transportant des véhicules volés. En provenance… des Etats-Unis ! C’était la première interception depuis l’invasion du pays. Les seuls à contrôler les ports depuis 2003 étaient les américains et les anglais… ou les services de Carnaby, qui inspectent les véhicules au départ de… Houston.

Des envois réguliers

used_cars-eab80Parmi les témoignages recueillis après le décès de Carnaby, l’un d’entre eux était fort troublant. C’était celui de son propre… garagiste (« le concessionnaire automobile Alan Helfman rencontré Carnaby il y a plus d’une décennie quand un ami commun de haut rang dans la police l’a amené chez le concessionnaire. Il a acheté huit ou neuf voitures chez moi au fil des ans, »a dit Helfman) ». Mieux encore : la firme de protection qu’il avait créée avait obtenu de juteux contrats et des bénéfices importants, qu’il avait réinvesti… dans l’entretien d’une compagnie de porte-containers du port de Houston, une compagnie créée et détenue par…. son propre père Vincent Saïd ! (« selon ‘l’administration portuaire de connexion, cela pourrait avoir un sens pour une raison strictement commerciale. La famille de Carnaby, qui utilisait l’orthographe différente Karnabe, était impliquée dans l’industrie du transport maritime, qui était la source apparente de ses revenus considérables, mais indéterminés. Il a payé cash pour ses voitures« ). La famille Carnabe/Carnaby payait cash, le meilleur moyen d’éviter les traces des transactions. Son bureau au port de Houston était dans le même immeuble où le père de W.Bush continuait à avoir le sien (au 9eme étage). Et comme notre homme était doué, il avait posé des caméras sur les quais qu’il activait de ses téléphones portable ou de son ordinateur : « cela reste encore une inconnue, ce qui est arrivé l’ordinateur Mac portable de Carnaby ainsi qu’un certain nombre d’autres téléphones cellulaires, y compris un I-Phone et un téléphone mobile Bang et Olufsen en possession de Carnaby au moment de sa mort. Les collègues de Carnaby ont révélé que Carnaby possédait un certain nombre de téléphones cellulaires parce que certains étaient consacrés à l’activation de systèmes vidéo et des caméras placées à des endroits stratégiques dans et autour des ports et des aéroports de Houston et pour télécharger des images sur ses téléphones et finalement vers son ordinateur portable » L’homme n’avait pas moins de trois téléphones uniquement pour surveiller son quai personnel (« au moins trois téléphones en possession de Carnaby dans la matinée du 29 avril ont été utilisés pour activer les caméras et télécharger des photos et des vidéos à partir de sites dans et autour de Houston. Un numéro de téléphone mobile aurait été utilisé pour cette activité de surveillance « .) !  Etonnant geek de la DIA !

Le rôle-clé du port de Houston mis en évidence

Carnaby se méfiait car selon lui le port de Houston n’était pas assez bien protégé (« la crainte de Carnaby sur la sécurité portuaire laxiste a été confirmé lorsque cet éditeur a facilement eu accès par la porte principale dans le port de Houston avec une voiture de location. Bien que les conteneurs dans le port et à la destination du port sont radiographiés et contrôlé de matières radioactives, la sécurité globale était pauvre, et qui a incité Carnaby en appelant à un meilleur programme de HUMINT. Toutefois, une meilleure HUMINT se traduirait également par des armes, de la drogue et des activités de vol d’automobiles de la mafia russe-israélienne, les services de renseignement israéliens et leurs alliés dans la communauté des expatriés iraniens pro-Moudjahidine, ou Khalq (MEK) étant identifiés par les autorités fédérales à Houston même « . ). poar02_spicer0704-2-9de06Une opinion que partageait un de ces proches amis, lui aussi un beau cas d’espèce : Tim Spicer, un mercenaire de première catégorie d’Aegis Defense Services (certains des associés de Carnaby ont également critiqué le contrat de sécurité pour le port de Houston qui impliquait l’ex-commando britannique Tim Spicer, dont les services de défense Aegis, étaient les destinataire d’un certain nombre de contrats militaires privées du département de la Défense et de l’ancienne autorité provisoire de la coalition américaine en Irak. Spicer, en 2002, avait réussi à convaincre Per Christiansen, un officier de marine à la retraite dont la société norvégienne Hudson Maritime avait remporté un contrat du Homeland Security Department pour sécuriser différents ports américains, y compris Houston, de lui apporter « en tant que partenaire ».). Aegis, les fameux mercenaires anglo-afrikaners qui s’amusaient le soir à tirer sur les véhicules civils irakiens… les amitiés de Carnaby étaient bien étranges ou plutôt assez réminiscentes de celles de son père au Liban. Surtout Spicer, au dossier long comme un jour sans pain. « Carnaby avait ses entrées depuis longtemps partout, y compris dans les bureaux d’Ehud Olmert, dont il semblait également s’occuper de la sécurité en contractant privé, après s’être occupé de celle d’Ariel Sharon »…

Une autre étonnante découverte

Non, quelque chose clochait dans le cas Carnaby, mais quoi ? En fouinant un peu plus, et en se promenant sur les quais du port de Houston qu’il semblait tant aimer au point de le surveiller à distance par plusieurs téléphones portables, un journaliste plus curieux que les autres était tombé sur une mine d’infos véritable. Les hangars de Karnabe à Houston jouxtent ceux d’une firme appelée Karam LLC, et parfois également Karam Motors. Un nom qui n’est pas sans vous rappeler quelque chose, vous qui lisez cette saga depuis plusieurs épisodes. C’est le nom de l’entreprise qu’avait créé à Orlando, en Floride, un dénommé Mohammed Atta, un ressortissant « français » habitant « Marseilles » (sic) selon sa fiche locale d’entrepreneur  ! Une société créée avec Hassan Erroudani, le président de la chambre de commerce américano-marocaine. Un homme très affairé avec sa compagnie Seawest Car Import/export : une entreprise d’export de voitures de luxe vers le Proche-Orient, c’est sûrement un hasard, dans laquelle figure aussi Murat Oner, l’attaché naval de l’ambassade turque à Washington, soupçonné de divers trafics, dont lui aussi celui aussi de voitures (on retombe ainsi sur Carnaby). Une dernière entreprise de déménagement, « Karam Moving and Storage » était également liée à Atta : elle utilisait des hangars à proximité de l’aéroport d’Orlando, celui fréquenté régulièrement par les avions de Wally Hilliard. Ceux qui transportaient l’héroïne à bord de son LearJet, celui que prenait régulièrement Jeb Bush. Bref, à ce stade, on comprend beaucoup mieux pourquoi Carnaby a fini comme Mike Connell : il était le énième locataire du placard gigantesque laissé par l’équipe de G.W. Bush. Visiblement, il en savait trop. Beaucoup trop.
La seconde photo, plus importante que la première

ISIL-Anbar-Province-to-Fallujah-f45e3dispatites-ae655« La voiture du plombier » texan et l’agitation médiatique qui a suivi est davantage synonyme de révélation de vieilles turpitudes manipulatrices : la fort maladroite mise en ligne d’un véhicule similaire destiné à faire oublier au plus vite le premier, mais filmé exactement au même endroit révélant surtout un affolement généralisé, qui n’est en rien celui de DAECH ou des groupes jihadistes opposés sur place. Pour eux, il n’y avait aucun intérêt à mettre en scène ce second véhicule… photographié exactement au même endroit. Aucun. Car tout le problème repose sur ce second cliché et non le premier. Pourquoi donc avoir ainsi tenté d’éteindre l’incendie, et qui a donc tenté de le faire ? On imagine mal les jihadistes mettre en scène un second véhicule pour s’excuser d’avoir révélé le premier ! Mais alors, qui d’autre qu’eux pouvait être à bord de ce second véhicule, filmé strictement au même endroit ? Dans les mêmes conditions ? Ou plutôt, qui avait intérêt à créer de toutes pièces une campagne de déstabilisation cherchant à viser une image démontrant un lien évident entre ce pick-up et ceux envoyés depuis des années au départ du port de Houston ? On s’en doute un peu, mais on n’a en revanche toujours aucune réponse à la question du lien entre la CIA et le mouvement islamiste syrien arborant fièrement son armement. A moins que le fameux front du Jaish Al-Muhajireen wal-Ansar ait tout simplement bénéficié de la sollicitude d’envoi de véhicules par cette même CIA en provenance directe de Houston… l’agence ayant alors maladroitement tenté d’effacer le souvenir du premier véhicule en mettant en scène rapidement le second… d’autres véhicules douteux ont été montrés par ces mêmes jihadistes, lors de leurs manifestations de force. Vous aurez bientôt je pense d’autres exemples à scruter dans ce domaine (le temps de visionner d’autres vidéos, par exemple). Car la filière, déjà décrite dès 2005 par le Boston Globe, il y presque dix ans maintenant, fonctionne toujours, visiblement. La CIA aussi, remarquez… des tchétchènes, opposants féroces à Poutine, « aidés » par la CIA on en  connu d’autres. Comme on pu constater aussi la manipulation de certains d’entre eux….

(1) L’homme a beaucoup participé à la création du mythe Ben Laden : « Après qu’ Oussama ben Laden ait été tué en mai 2011, Roggio a affirmé que son fils Saad, qui était soupçonné avoir été tué dans une frappe de drone en 2009, était l’un de ses successeurs possibles. À ce moment-là, Roggio n’a fait aucune mention du rapport plus récent au sujet de la mort de Saad et a déclaré que Saad « était considéré comme un dirigeant et un commandant opérationnel d’Al Qaïda » et que « il était connu pour s’abriter en Iran et d’aller de part et d’autre de la frontière iranienne avec le Pakistan. Une lettre capturée à partir dans la villa d’Abbottabad, au Pakistan, où Oussama a été tué également évoquait la mort de Saad. En Septembre 2012, le chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri a confirmé dans une vidéo que Saad avait été tué dans l’attaque d’un drone, » écrit Wikipedia. A ce jour, aucune preuve réelle n’existe des faits décrits.

 

On peut relire :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-victor-jara-a-guantanamo-la-58514

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-victor-jara-a-guantanamo-la-58515

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-victor-jara-a-guantanamo-la-58567

et

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/tamerlan-tsarnaev-ambassadeur-135139

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/tamerlan-tsarnaev-ambassadeur-135295

Tamerlan Tsarnaev, ambassadeur tchétchène de la CIA ou du FB…

Le journal citoyen est une tribune d’opinions.  Celles-ci sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le franc CFA, ou l’impérialisme à la française

Franc CFA: A eux seuls, ces mots symbolisent l’expérience macro économique le plus synonyme d’asservissement ...