Accueil / T H E M E S / PENSÉE POLITIQUE / Capitalisme / Les ?tats-Unis, terre de prisons et de r?pression

Les ?tats-Unis, terre de prisons et de r?pression

Les ?tats-Unis, terre de prisons et de r?pressionLes ?tats-Unis, l??tat qui se consid?re depuis longtemps comme un exemple de libert? et de d?mocratie, d?tient depuis longtemps un record que les autres pays ne sont pas pr?ts de leur disputer?: on y emprisonne plus que dans n?importe quel autre pays du monde. Les personnes r?sidant aux ?tats-Unis repr?sentent seulement 5 % de la population mondiale?: parmi celles-ci,?2,4 millions sont des d?tenue-e-s, soit le quart de la population totale des prisonniers ? l??chelle du globe.

La population carc?rale y a augment? de?700 % entre 1970 et 2005, mais l?augmentation la plus significative concerne les profits li?s au secteur des prisons priv?es?: + 1.600 % entre 1990 et 2009. Il n?y avait avant 1980 aucune prison priv?e ? but lucratif, mais de telles soci?t?s ont us? ces trois derni?res d?cennies de leurs ?normes profits pour peser sur la vie politique ?tasunienne et acc?l?rer la croissance de cette part singuli?re de march?.

Les d?clarations faites par la ??Corrections corporation of America (CCA)??, la plus grosse entreprise mondiale du secteur carc?ral, montrent l?int?r?t de la soci?t? pour le maintien par le gouvernement de mesures juridiques draconiennes qui contribuent ? un taux d?incarc?ration massif?: ??notre croissance d?pend de notre capacit? ? obtenir de nouveaux contrats? Tout changement l?gislatif relatif ? la drogue ou ? l?immigration clandestine par exemple pourrait faire varier le nombre de personnes arr?t?es et condamn?es, et donc r?duire d?autant le nombre de places occup?es dans nos structures p?nitentiaires??.

Dans un?article datant du 23 avril 2008, le New-York Times affirmait que l?emprisonnement syst?matique pour des d?lits mineurs tels que payer avec un ch?que en blanc ou d?tenir de tr?s petites quantit?s de marijuana expliquait ce taux d?incarc?ration particuli?rement ?lev? aux ?tats-Unis. En outre, les p?riodes d?incarc?ration y sont beaucoup plus longues.

En 2010, au plus fort de la crise, les deux plus grandes soci?t?s priv?es du secteur carc?ral, la CCA et le?groupe GEO, ont r?alis? trois milliards de dollars de b?n?fices. Cet argent, comme celui mis dans le sauvetage des banquiers de Wall Street, a ?t? pr?lev? sur le compte des contribuables ? l?instigation des politiciens, f?d?raux ou d??tat, et mis entre les mains d?un nombre relativement faible de dirigeants qui g?rent le syst?me carc?ral priv?. L?emprisonnement de masse est devenu une source de revenus colossaux, et la r?pression qui s?exprime par le biais des arrestations et des condamnations en est un pr?alable. L??tat se montre comme le v?ritable auteur d?une r?alit? ?conomique qui marginalise toute une partie de la population pour ensuite en tirer profit.

Les minorit?s raciales et ethniques continuent d??tre repr?sent?es de mani?re disproportionn?e au sein du syst?me de justice p?nale. 77?% de tous les jeunes qui purgent une peine ? perp?tuit? sans possibilit? de lib?ration conditionnelle sont des personnes de couleur. En outre, pour la premi?re fois de toute l?histoire du pays, les populations d?origine latino-am?ricaine repr?sentaient en 2011 la majorit? des prisonniers f?d?raux aux ?tats-Unis, le gouvernement f?d?ral ayant d?cid? d?accorder une attention accrue aux poursuites en justice des immigrants ill?gaux. En 2004, au niveau national, la moiti? des d?tenus ?taient desAfro-am?ricains?et 25?% des?Hispaniques.

Dans ces prisons, les programmes de r?habilitation sont explicitement pr?sent?s comme ?conomiquement peu ??int?ressants??. Rien d??tonnant ? ce qu?au moment de leur lib?ration, les ex-d?tenus soient fondamentalement priv?s de toute capacit? ? retrouver un emploi. Ce qui favorise la marginalisation sociale en augmentant la probabilit? que les ex-d?tenus retournent ? plus ou moins long terme dans l?enfer carc?ral? au plus grand profit du lobby des prisons.

Les profits de l?inf?me syst?me carc?ral r?v?lent toute l?exploitation de?la partie la plus faible de la classe ouvri?re ?tasunienne. Aucune loi ni r?forme ne pourra changer quoi que ce soit au probl?me car c?est le patronat qui les ?crit, et il le fait pour servir le capital. Et les ge?liers sont ses fond?s de pouvoir?

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-les-etats-unis-terre-de-prisons-et-de-repression-115555441.html

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Histoires de médocs et course au vaccin

Dans la tourmente actuelle, je vous ai retrouvé une petite perle. Aujourd’hui que l’on se ...