Accueil / A C T U A L I T É / Les Etats-Unis et la France d?ploient des troupes en R?publique centrafricaine

Les Etats-Unis et la France d?ploient des troupes en R?publique centrafricaine

 

Par Patrick O’Connor
3 janvier 2013
Les Etats-Unis et la France sont en train d’envoyer des troupes suppl?mentaires en R?publique centrafricaine (RCA) alors que les milices anti-gouvernementales progressent vers la capitale Bangui. L’intervention fait partie d’un renforcement plus g?n?ral des op?rations militaires imp?rialistes sur l’ensemble de l’Afrique alors que Washington et ses alli?s europ?ens s’efforcent de maintenir leur domination strat?gique sur le continent et le contr?le de ses ressources naturelles.

Les Etats-Unis et la France menaient d?j? des op?rations militaires en RCA avant qu’une offensive des rebelles ne menace de renverser le gouvernement du pr?sident Fran?ois Boziz?.

La RCA fait partie de ces quelques pays d’Afrique centrale dans lesquels au moins une centaine de forces sp?ciales am?ricaines sont actives, pr?tendument pour combattre les soldats de l’Arm?e de r?sistance du Seigneur. Le pr?sident Barack Obama a indiqu? samedi 29 d?cembre au Congr?s qu’il avait r?clam? une ??force de s?curit? en veille?? comptant 50 soldats pour la RCA en rappelant que c’?tait la ??d?gradation de la situation s?curitaire?? qui avait entra?n? le retrait du personnel de l’ambassade am?ricaine ainsi que d’autres citoyens am?ricains de Bangui.

La France est intervenue pareillement au motif de prot?ger ses 1.200 citoyens vivant dans le pays. Apr?s avoir stationn? des soldats en RCA de fa?on quasi permanente depuis l’octroi en 1960 de l’ind?pendance ? son ancienne colonie, Paris a fait passer le nombre de troupes d?j? pr?sentes sur le terrain de 250 ? pr?s de 600.

D’autres troupes ?trang?res d?ploy?es par la Communaut? ?conomique des Etats d’Afrique (CEEAC), notamment du Tchad voisin, se trouvent ?galement dans le pays. Le gouvernement tchadien a promis d’envoyer 2.000 troupes suppl?mentaires pour soutenir le gouvernement centrafricain.

Ce mois-ci, le gouvernement du pr?sident Boziz? a perdu le contr?le d’une grande partie de la RCA. La S?l?ka (??alliance?? en sango, la langue usuelle de la RCA), une vague coalition entre les milices antigouvernementales et qui s’est empar?e de villes partout dans le Nord et l’Est du pays, se trouverait d?sormais ? 75 kilom?tres de la capitale. La S?l?ka accuse le gouvernement d’?tre revenu sur des accords de paix de 2007-2008 rendant obligatoire le paiement des rebelles de la gu?rilla et leur int?gration dans l’arm?e nationale.

Certains r?sidents de Bangui, la population ?tant de 600.000, sont en train de fuir le pays par crainte d’une offensive rebelle alors que le prix des produits alimentaires de base a augment? de plus de 25 pour cent. Le gouvernement a impos? un couvre-feu nocturne qui serait instaur? par des jeunes arm?s de coupe-coupe ? des barricades de fortune ?rig?es le long des principaux axes de la ville.

La RCA est l’un des pays les plus d?sesp?r?ment appauvris du monde. L’esp?rance de vie y est ? peine de 50 ans, seuls trois autres pays ont un taux de mortalit? infantile et de mortalit? maternelle pire et la majorit? des 4,5 millions d’habitants de la RCA survivent gr?ce ? une agriculture de subsistance. L’?norme contraste entre l’extr?me pauvret? du pays et sa consid?rable richesse naturelle – dont le diamant, l’or, l’uranium, le bois et le p?trole – refl?te ? la fois l’h?ritage d?vastateur du r?gime colonial et l’oppression imp?rialiste continue.

Washington a profit? de la crise pour consolider davantage ses op?rations militaires en Afrique. Le d?ploiement en RCA qui a eu lieu quelques jours ? peine apr?s l’annonce de l’arm?e am?ricaine qu’une brigade arm?e sp?ciale forte de quelques 3.500 soldats allait mener des activit?s continues partout sur le continent. La brigade nouvellement cr??e fait partie int?grante de la d?cision d’Obama d’?tendre les Forces am?ricaines en Afrique du Pentagone (Africom) d’abord cr??es en 2007.

Une nouvelle ru?e sur l’Afrique est en cours. La poursuite agressive par l’imp?rialisme am?ricain de ses objectifs p?troliers et visant les ressources naturelles de ce pays fait partie de la d?cision du gouvernement Obama de contrecarrer l’influence strat?gique grandissante de la Chine dans le Pacifique et internationalement. Beijing a nou? ces derni?res ann?es d’?troits liens diplomatiques et ?conomiques avec plusieurs Etats africains. Washington exerce de plus en plus souvent des repr?sailles en faisant usage de la force militaire.

Le d?ploiement militaire am?ricain relativement restreint en RCA pourrait rapidement se transformer en une intervention plus importante. Des pr?textes sont facilement disponibles – une aggravation de la crise humanitaire dans le pays et le r?le que jouerait des ?l?ments fondamentalistes islamiques au sein des forces de la S?l?ka. L’occupation du Nord Mali, en Afrique de l’Ouest, par des milices li?es ? al-Qa?da avait fourni la raison pour les pr?paratifs d’une intervention militaire ?trang?re autoris?e plus t?t ce mois-ci par le Conseil de s?curit? de l’ONU. Les Etats-Unis et la France ont jou? un r?le d’avant-garde dans l’agitation en faveur d’une intervention au Mali, suite ? la d?stabilisation survenue dans ce pays du fait des op?rations de changement de r?gime dans la Libye voisine.

Le pr?sident Boziz? de la R?publique centrafricaine a exhort? les Etats-Unis et la France ? intervenir contre les forces rebelles. Dans un discours prononc? jeudi dernier, 27 d?cembre, Boziz? a accus? des ???trangers?? qu’il n’a pas nomm?s de soutenir les rebelles, en sugg?rant que les troubles avaient ?t? d?clench?s suite ? son octroi plus t?t cette ann?e de permis d’exploration de p?trole ? des soci?t?s chinoises et sud-africaines.

??Avant de donner le p?trole aux Chinois, j’ai rencontr? ? Paris [l’entreprise p?troli?re] Total et leur ai dit de prendre le p?trole, rien, j’ai donn? aux Chinois et c’est devenu un probl?me.?? a-t-il dit.

La soci?t? fran?aise Areva est actuellement en train de mettre au point l’un des plus importants investissements de la RCA, un projet de mine d’uranium dans le Sud du pays.

Des protestations en faveur d’une intervention, organis?es par le gouvernement ou tacitement soutenues par lui, ont eu lieu la semaine pass?e devant les ambassades am?ricaine et fran?aise ? Bangui. Les manifestants auraient accus? Paris de soutenir les rebelles.

Le pr?sident fran?ais Fran?ois Hollande a affirm? ?tre neutre, d?clarant?: ??Si nous sommes pr?sents, ce n’est pas pour prot?ger un r?gime, c’est pour prot?ger nos ressortissants et nos int?r?ts et en aucune fa?on pour intervenir dans les affaires int?rieures d’un pays, en l’occurrence la Centrafrique. Ce temps-l? est termin?

Derri?re l’attitude fausse de la ??non intervention??, le gouvernement fran?ais travaille incontestablement main dans la main avec le gouvernement am?ricain pour d?terminer l’issue de la crise en R?publique centrafricaine.

La France a ?t? intimement impliqu?e dans chaque changement de gouvernement de son ancienne colonie depuis 1960. Boziz? avait re?u une formation militaire fran?aise avant de devenir ? 32 ans le plus jeune g?n?ral de Centrafrique sous l’empereur auto-proclam?, Jean-Bedel Bokassa. Paris avait arm? et financ? Bokassa pendant qu’il ?tait au pouvoir entre 1966 et 1979, avant de le remplacer par un coup d’Etat initi? par l’invasion d’une centaine de forces sp?ciales fran?aise.

Apr?s avoir pass? des ann?es en exil en France, Boziz? avait tent? plusieurs coups d’Etat militaires avant de prendre finalement le pouvoir en 2003. Le gouvernement fran?ais avait alors fourni un soutien crucial, dont des forces militaires sp?ciales fran?aises dirigeant les op?rations et lan?ant les frappes a?riennes contre les rebelles des gu?rillas en 2006. Si Paris refuse ? pr?sent de venir en aide ? Boziz? cela laisse supposer que l’imp?rialisme fran?ais veut soit voir au pouvoir des forces anti gouvernementales soit voir survenir un autre changement au gouvernement de Bangui.

Apr?s avoir rencontr? hier le pr?sident de l’Union africaine, Thomas Yayi Boni, Boziz? a d?clar? ?tre pr?t ? former un nouveau gouvernement d’??union nationale?? avec la S?l?ka. Les n?gociations entre le gouvernement et les rebelles doivent avoir lieu au d?but du mois prochain au Gabon, un pays d’Afrique de l’Ouest.

(Article original paru le 31 d?cembre 2012)

wsws.org

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Pour Trump, un soldat peut assassiner sans vergogne !

La petitesse d’esprit du dirigeant de la plus forte armée au monde n’est pas une ...