Accueil / T Y P E S / Billets / Les couilles de Louise Harel

Les couilles de Louise Harel

Photo : Flickr ameriquebec.net
Photo : Flickr ameriquebec.net

Je suis en train de changer d’id?e ? propos de Louise Harel. Je crois toujours qu’elle est un rapace politique, ? l’aff?t des moindres opportunit?s ou faiblesses de ses adversaires, mais au niveau de la realpolitik son ?lection ? la t?te de Montr?al n’aurait pas que du mauvais.

En effet, malgr? tout ce qu’on peut lui reprocher, elle ne s’est jamais ?cras?e devant qui que ce soit. Ses convictions, elle les a toujours port?es fi?rement, que ce soit lorsqu’elle a d?missionn? du gouvernement L?vesque en 1984 pour protester contre le ? Beau risque ? ou lorsqu’elle a men? de front le dossier des fusions municipales. Elle est une Qu?b?coise fi?re de ce qu’elle est et pr?s des gens. Elle a les valeurs ? ? la bonne place ? pour reprendre l’expression ?cul?e.

?videmment, elle a les d?fauts de ses qualit?s. On lui reproche son obstination dans le dossier des fusions, et ce sera son plus important boulet pendant la prochaine campagne ?lectorale. Elle a un style autoritaire qui d?pla?t ? certains, mais, parfois, une ville a besoin qu’un sens lui soit donn? et d’un minimum d’autoritarisme. Si Drapeau ne s’?tait pas tenu debout, aurions-nous eu l’Expo 67, ou les Jeux olympiques? Et regardons ce que le maire Labeaume est en train de faire ? Qu?bec; ce n’est peut-?tre pas parfait, mais il a redonn? la fiert? ? ses citoyens.

Le mot est lanc?: fiert?. C’est ce qui manque le plus actuellement ? Montr?al. S’il ?tait possible d’avoir un maire (ou une mairesse) qui puisse rendre les Montr?alais fiers de leur ville, ce serait d?j? ?a de gagn?. Un tel objectif peut ?tre atteint par des programmes d’urbanisme et de revitalisation majeure de la ville comme le propose Projet Montr?al, mais il ne faut pas oublier l’exemple que peut donner l’image d’un dirigeant qui se tient debout face au gouvernement, aux groupes de pression et aux entreprises priv?es.

Par ailleurs, Louise Harel, la soeur du virtuose des mots Pierre Harel, a la cause du fran?ais tatou?e sur le coeur. Son unilinguisme, loin d’?tre un d?faut, devrait plut?t constituer un exemple pour les Montr?alais, le signal plus qu’urgent qu’il est possible d’atteindre les plus hauts ?chelons en fran?ais et que la m?tropole est une ville francophone qui doit demeurer francophone. S’il n’est pas n?cessaire d’?tre n? Qu?b?cois pour avoir la cause de notre langue commune ? coeur, son combat de plusieurs d?cennies pour celle-ci et son profond enracinement au sein du Qu?bec ne nuit pas. Il ne faut pas que la corruption apparente du r?gime Tremblay et l’urbanisme d?suet de la ville nous fassent oublier ce fait: le fran?ais recule ? Montr?al. Tout projet politique ne peut r?ussir sans int?grer ? la fois les questions sociales et linguistiques.

Je ne sais pas encore pour qui je voterai le premier novembre prochain. Je tenterai de demeurer ouvert d’esprit. Pour le moment, j’aime beaucoup le programme de Projet Montr?al et je suis en contact avec plusieurs candidats du parti. Cela dit, le parti met de c?t? toute la composante identitaire des relati0ns entre les citoyens. Qu’on le veuille ou non, Montr?al n’est pas un gros melting-pot, mais une ville divis?e entre une minorit? anglophone en progression et une majorit? francophone en r?gression. Faire abstraction de cette situation n’aide pas ? am?liorer la situation du fran?ais dans la m?tropole (et au Qu?bec) et ouvre la porte ? d’autres d?s?quilibres aux cons?quences beaucoup plus f?cheuses ? long terme.

Car au-del? de l’urbanisme, du transport en commun, des rues et ruelles vertes, le bien-?tre d’une ville passe par sa coh?sion sociale, c’est-?-dire la compr?hension que son voisin fait partie de la m?me communaut? que soi. Et la connaissance d’une langue commune et accept?e de tous, quoi qu’on en dise, s’av?re un des meilleurs outils int?grateurs et favorisant cette n?cessaire coh?sion.

Ainsi, ce n’est peut-?tre pas un hasard si Qu?bec est plus propre que Montr?al; c’est peut-?tre parce que les citoyens ont ? la fois la fiert? insuffl?e par des ?lus dynamiques et le sentiment d’appartenance issu du partage d’une m?me communaut? culturelle. Le partage d’une m?me langue permet ? chaque citoyen de se parler plus directement, de s’apostropher, d’avoir un r?el pouvoir sur sa ville.

Voil? ce qui m’int?resse avec Harel. Fiert? et langue fran?aise. Si elle arrive ? me convaincre qu’elle peut redonner de la fiert? aux Montr?alais gr?ce ? son dynamisme et ? son appui ? des projets innovateurs tout en favorisant l’int?gration des immigrants et anglophones au fran?ais, elle aura mon vote. Sinon, je voterai pour Projet Montr?al, car au niveau de l’urbanisme, ce parti est vingt ans en avance sur tous les autres.

Mais n’oublions pas qu’une ville n’est pas qu’asphalte ou arbres, mais aussi, et surtout ses citoyens. Leur culture et leur langue. Et dans un contexte o? le fran?ais est si menac?, les convictions de Louise Harel ne peuvent pas nuire. Elle a des couilles, cette femme. En b?ton, peut-?tre, mais quand m?me.

Texte publi? originalement ici.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le petit monde de Donald (9) : le faux chevalier blanc , l’homme de la montagne et un évêque !

Parmi les admirateurs de Donald, on compte des présentateurs TV qui se veulent bon teint, ...

12 Commentaire

  1. avatar

    Si tu penses avec tes couilles, t’as un sérieux probleme mon gars.
    😆

    Asphalte, arbres, écoles, hôpitaux, police municipale, pompiers, deneigement, transport en commun, eau potable,

    Ca en fait des trucs à bien gérer que fierté et la langue française.

  2. avatar

    Est-ce que ça t’arrive d’écrire des trucs positifs ou ton gros fun dans la vie c’est de chiâler contre tout le monde qui pense différemment de toi? Ne me réponds pas; je ne te lis même plus. Tout ce que tu es capable de faire ici c’est de critiquer tout le monde, sur le contenu, la forme, le titre, etc. Je te considère comme un troll en manque d’attention et tu enlèves de la valeur à chacun des textes que tu commentes.

    En passant, pour quelqu’un qui se permet de donner des conseils à tous ceux qui écrivent ici, je trouve ton blogue très très moyen, à tout le moins. Sauf qu’il semble que la plupart des gens ici n’ont pas ton complexe de supériorité et ont autre chose à faire que de te reprendre à chaque virgule.

    Salut.

  3. avatar

    C’est exact Louis je souligne pas assez ce qui est positif. En général, j’indique directement ce qui ne va pas par souci d’éfficacité et de concision.

    Ton article sur le système santé US était assez bien même si je partage pas completement l’optique et je l’ai indiqué dans mon article
    http://www.centpapiers.com/sante-le-choix-et-la-concurrence/8066/

    Ici, c’est décévant dès le titre et pas grand chose ne rattrape cette 1er mauvaise impression. J’ai réagis un peu plus ironiquement que d’habitude car il n’avait rien a faire En Vedette mais tu n’es pas responsable de cela.

    Pour ce qui est de ton objectif de pousser les gens à réflechir c’est tres louable mais essayes au moins de donner un meilleur exemple que celui-ci. Sinon moi ca me pousse à ironiser, pas à réfléchir.

    Enfin, je suis plutôt un troll de troll à l’occasion. De toute façon on peut toujours passer “troll” pour quelqu’un.

    Allez sans rancune, Louis. Reconnais que ton texte-ci n’est pas vraiment fameux.

  4. avatar

    Louis, tu as tout à fait raison, Paul De Montréal est un personnage déplaisant. Pourtant, il a l’air sympathique.

    Il m’arrive très rarement de lire un commentaire positif de sa part. J’aimerais qu’il soit plus respectueux envers les autres, qu’il cesse ses remarques à l’emporte-pièce qui contribuent très rarement à améliorer le contenu des articles.

    Paul De Montréal, n’est pas seulement irrespectueux envers les rédacteurs, ils les aussi envers les administrateurs et fondateurs de CentPapiers. Dernièrement, dans un commentaire désobligeant adressé à Patricia Turcotte, Paul a écrit que nous faisions de la « désinformation citoyenne ». Dans le même commentaire, il a aussi dit que si ce n’était des quelques auteurs de qualités, il ne lirait pas CentPapiers. Il parlait probablement de lui et de MOMO, deux rédacteurs qu’il vénère.

    J’ai été patient jusqu’à maintenant et ce n’est pas dans mon habitude. Soit Paul émet des commentaires constructifs lorsqu’il n’est pas d’accord avec un rédacteur ou nous nous verrons dans l’obligation de le proscrire. J’en ai discuté avec les autres et ils sont d’accord. Peut-être pourrions-nous même demander à la communauté ce qu’elle en pense? La réponse me semble évidente.

    À bon entendeur, salut.

  5. avatar

    Paul, est-ce que tu comprends au moins ce que veut dire l’expression québécoise « avoir des couilles »?

    C’est quoi selon toi le type d’articles qui devrait se retrouver en vedette? J’essaie le plus possible d’y publier des articles/billets d’actualité québécoise.

    Veux-tu prendre notre place? Je dois toutefois t’avertir, ça paye zéro pis une barre et il faut y mettre pas mal de temps.

  6. avatar

    Julien,
    Oui je sais pour l’administration et j’ai déjà proposé mes services pour une administration limitée mais sans réponse de votre part. J’ai aussi une expérience de la modération mais j’insisterai pas vu nos rapports récents.

    Y a pas que l’humour que certains comprennent mal de moi. Pour Patricia, regarde ma derniere réponse à son correctif. J’ai indiqué qu’un article d’un auteur était si erroné que ça constitué de la « désinformation citoyenne ». J’ai expliqué pourquoi et je maintiens cela. Je n’ai jamais accusé les admin de CP.

    Oui je comprends l’expression française « avoir des couilles » qui correspond à celle québécoise.

    Je passe trop de temps sur CP pour ça rapporte comme tu le dis justement alors ça me gène pas du tout d’être proscrit. Ça me rendrait plutôt un service personnel mais vous y perdrez. Louis sera bien content et au fond moi aussi dans une optique + individualiste. A vous de décider, je ne changerai pas manière de parler pour plaire à certains.

  7. avatar

    > J’essaie le plus possible d’y publier des articles/billets d’actualité québécoise.

    J’avais compris et c’est que j’avais demandé et ce que j’apprecie 🙂 mais pas à n’importe quel prix! Quand c’est trop moyen, je laisserai un ancien ou je prendrai un sujet international même mineur plutôt que suivre l’actualité avec un article trop … partisan et biaisé. Ca irait bien dans Chronique l’article de Louis.

  8. avatar

    > Peut-être pourrions-nous même demander à la communauté ce qu’elle en pense?

    Non pas de « tribunal public » pour une affaire de communication. Ca va faire un précedent et ca va vous miner l’ambiance ce lynchage éventuel d’un auteur. il a publié 47 articles et il est traité comme un indésirable.

    De toute facon, techniquement je pourrais toujours commenter même proscrit. C’est juste mon pseudo et ip qui changera. Comme je peux ne plus publier sans être proscrit.

  9. avatar

    > De toute facon, techniquement je pourrais toujours commenter même proscrit. C’est juste mon pseudo et ip qui changera.

    Louis avait donc raison, vous êtes un troll.

  10. avatar

    Ah la la …
    J’ai juste indiqué une possibilité pas ce que je ferais. C’est difficile de se faire comprendre correctement et pourtant je parle le français.

    Vu le ton utilisé, je vais m’auto-proscrire.
    Satisfait ?
    C’est vraiment décevant apres tout le temps et l’energie que j’ai consacré de temps sur ce site de se voir traité de « troll » à l’emporte pièce.
    Je vous félicite pas sur ce coup.

  11. avatar

    Bon, maintenant que la discussion « méta » est terminée, je me permets d’apporter un point à propos de la « composante identitaire ».

    Pourquoi dis-tu que Projet Montréal fait abstraction des différences culturelles?

    Montréal se vide de ses habitants, ça c’est connu. Ce qui l’est moins c’est que la ville se vide de ses québécois, à en lire ces documents, particulèrement l’étude « Les communautés culturelles à Montréal ».

    http://projetmontreal.org/theme/communautes/

    Projet Montréal veut inverser cette tendance, et ce n’est pas en allant convaincre les immigrants de rester, mais bien en convaincant les francophones d’y rester.

    Tout le monde y gagnera, car ce sera fait en améliorant la qualité de vie et en permettant à tous de s’exprimer dans une véritable démocratie participative.