Accueil / A C T U A L I T É / Les chiffres invraisemblables sur la destruction programm?e de l?Irak

Les chiffres invraisemblables sur la destruction programm?e de l?Irak

20 mars 2013

L?invasion de l?Irak, il y a dix ans, a provoqu? la plus grave crise humanitaire dans le monde. Comme on l?avait annonc?, le pays a ?t? syst?matiquement d?truit. La brutale r?alit? d?passe tout ce qu’il est possible d’imaginer. Ce qui suit ne s?adresse pas aux lecteurs sensibles.

?Le chemin vers J?rusalem passe par Bagdad.?

Henry Kissinger

 

 

Morts, disparus, r?fugi?s

?

Selon l?UNESCO, entre 1991 et 2003, un million d?Irakiens, dont la moiti? ?taient des enfants, ont perdu la vie suite aux sanctions ?conomiques impos?es au pays.[1]?Cela n??tait que le pr?lude. Entre l?invasion ?tasunienne en mars 2003 et mars 2013, 1,5 million d?Irakiens de plus ont ?t? tu?s.[2]

 

Le nombre de personnes disparues est actuellement estim? entre 250.000 et plus d?un million. Pour les seules familles expatri?es, presque 100.000 enfants sont port?s disparus.[3]

 

L?invasion et l?occupation qui a suivi ont ?t? ? l?origine d?une des plus grandes migrations de peuples provoqu?e par un conflit dans l?histoire du Moyen-Orient.[4]?Un rapport des NU datant de 2008 rapportait 2,8 millions de personnes d?plac?es ? l?int?rieur de l?Irak.[5]?La Croix Rouge irakienne rapportait, en juillet 2007, qu?au moins 2,5 millions d?Irakiens avait fui ? l??tranger.[6]?Au total, il s?agissait donc de 5,3 millions de r?fugi?s[7]?sur une population de 31 millions, soit une personne sur six.[8]?Parmi ces r?fugi?s en Irak, 80% sont des femmes et des enfants de moins de 12 ans.[9]

 

Entre l?invasion ?tasunienne en mars 2003 et mars 2013, jusqu?? 1,5 million d?Irakiens ont ?t? tu?s. Un irakien sur six est en fuite.

 

Terrorisme, torture, d?tention, traumatismes?

?

Pendant des ann?es, l’Irak fut le pays le plus violent et le moins s?r du monde.[10]?En 2011, il fut rattrap? par la Somalie? Etant donn? les multiples attentats ? la bombe et la violence religieuse des diverses milices, c?est un endroit plus dangereux que l?Afghanistan.[11]?Plus d?une victime sur trois du terrorisme mondial est un Irakien.[12]

 

Ces dix derni?res ann?es, plusieurs dizaines de milliers d?Irakiens ont ?t? emprisonn?s sans aucune forme d?inculpation ou de proc?s, dans des prisons officielles ou secr?tes (aussi bien irakiennes qu??tasuniennes).[13]

 

?Tu as vu ce qui s?est pass? en Afghanistan?: les gens se promenaient dans les rues?! Et ils ?taient joyeux. Ils avaient des ballons. Ils faisaient de la musique.
Et ils accueillaient les Etats-Unis.
Car tout le monde sait que les Etats-Unis ne veulent pas occuper l?Irak.??

Donald Rumsfeld, ? l??poque ministre de la D?fense, 4 d?cembre 2002[14]

 

Entre 2005 et 2008, 50 ? 180 corps humains ont chaque jour ?t? jet?s dans les rues de Bagdad, portant pour la plupart d’affreuses traces de torture.[15]?On sait que la force d?occupation a form?, entra?n?, arm? et d?ploy? des escadrons de la mort[16]?responsables de ces assassinats. Il y a un lien direct entre les centres de torture et le Pentagone.[17]

 

?tre journaliste dans ce pays entre deux fleuves n?est pas une sin?cure. Depuis l?invasion, au moins 382 journalistes (dont 352 Irakiens) ont ?t? tu?s.[18]?Ce nombre d?passe celui de toute autre zone de guerre de l?Histoire. Pour comparaison?: durant la p?riode 1996-2006, 862 journalistes ont ?t? tu?s dans le reste du monde.[19]

 

Il n?est pas ?tonnant que les Irakiens souffrent de traumatismes extr?mes, au niveau plus ?lev? que dans d?autres zones de guerre. Une ?tude indique que parmi les r?fugi?s irakiens 80% avaient ?t? t?moins d’une fusillade, 72% avaient ?t? victimes d’une voiture pi?g?e, et 75% connaissaient une personne morte assassin?e.[20]

 

On sait que les Etats-Unis ont form?, entra?n?, arm? et d?ploy? des escadrons de la mort responsables de ces assassinats.

 

 

Le pays le moins vivable du monde

 

Pour la ?ni?me fois, Bagdad a ?t? proclam?e ??ville moins vivable de la plan?te??,[21]?suite ? la destruction syst?matique par l?arm?e ?tasunienne d?usines, d’?coles, d’h?pitaux, de mus?es, de centrales d??nergie et d?installations de purification des eaux.[22]

 

Pourtant, selon les dispositions de la Convention de Gen?ve, lorsqu?une force d?occupation op?re par le biais d?un gouvernement qu?elle a install?, elle est responsable de la protection et du bien-?tre de la population civile.[23]?Ces r?gles et obligations ont ?t? syst?matiquement ignor?es.

 

?Mais lancez donc une guerre totale contre ces tyrans?!

Je pense que nous allons faire ?a ? merveille.
Et plus tard, nos enfants nous en feront l??loge.??

Michael Ledeen, American Enterprise Institute, 29 octobre 2001[24]

 

Selon la Croix Rouge, la crise humanitaire en Irak apr?s l?invasion ?tasunienne est une des pires du monde.[25]?Aujourd?hui, 11 millions, soit presque la moiti? des citadins irakiens, habitent dans des bidonvilles.[26]?En 2000, ils n??taient m?me pas 3 millions. Selon Oxfam, 8 millions d?Irakiens ont un besoin d?aide urgente, et 4 millions manquent de nourriture.[27]70% de la population n?ont pas acc?s ? une infrastructure d??lectricit? fiable.[28]

 

Les bas niveaux d?eau des lacs et rivi?res ont provoqu? une catastrophe car la canalisation d?fectueuse a empoisonn? l?eau potable, rendue ainsi inapte ? la consommation humaine et animale.[29]?Par cons?quent, 70% des Irakiens n?ont pas acc?s ? l?eau potable.[30]

 

La contamination par l?uranium appauvri et d?autres pollutions li?es aux op?rations militaires ont engendr? une augmentation de d?formations g?n?tiques et de cancers qui ont rendu le pays quasi invivable.[31]

 

Pour la ?ni?me fois, Bagdad a ?t? proclam?e ??ville moins s?re de la plan?te??. La contamination par l?uranium appauvri et d?autres pollutions li?es aux op?rations militaires ont engendr? une augmentation de d?formations g?n?tiques et de cancers qui ont rendu le pays quasi invivable.

 

 

Femmes et enfants

?

En Irak, 44.000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque ann?e,[32]?ce qui est deux fois trop ?lev?. ?a veut dire que chaque jour 60 enfants meurent inutilement.[33]?Un demi-million d?enfants sont mal nourris et 800.000 jeunes irakiens, entre cinq et quatorze ans, sont mis au travail.[34]

 

L’Irak est devenu le pays des orphelins. On estime ? 5 millions le nombre d?orphelins,[35]dont plus d?un demi-million vivent dans la rue.[36]

 

 

En Irak, 44.000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque ann?e, ou 60 par jour, soit plus que la normale. Un demi-million d?enfants sont mal nourris et 800.000 jeunes irakiens ,entre cinq et quatorze ans, sont mis au travail.

 

L’Irak est aussi le pays des veuves. En 2007, le Minist?re irakien des Affaires des Femmes rapportait qu?il y avait environ 3 millions de veuves, suite ? la guerre avec l?Iran, la guerre du Golfe de 1991, et l?occupation de l?Irak depuis 2003.[37]?Plus de la moiti? des veuves ont perdu leur mari apr?s l?invasion de 2003, avec des cons?quences dramatiques pour elles. 8% d’entre-elles seulement per?oivent une pension, 55% sont d?plac?s, et un nombre ?quivalent sont victimes de violences.[38]

 

Pour les femmes, l?invasion a signifi? un grand bond en arri?re. Depuis 2003, nombre de leurs droits ont recul?, notamment le droit ? la protection maternelle, ? l?emploi et aux soins de sant?.[39]?? pr?sent, la polygamie est propos?e comme une solution au tr?s grand nombre de veuves,[40]?et le mu?ta, sorte de mariage de complaisance ? une forme de prostitution l?galis?e ? est de retour.[41]

 

 

Education

 

L?enseignement a ?t? une cible syst?matique dans la destruction de l?Irak. Entre mars 2003 et octobre 2008, plus de 30.000 attaques violentes ont ?t? commises contre des institutions d?enseignement. Plus de 700 ?coles primaires ont ?t? bombard?es, 200 ont ?t? incendi?es et plus de 3.000 ont ?t? pill?es. Plusieurs ?tablissements d?enseignement ont ?t? utilis?s pour h?berger des militaires.[42]

 

En 2008, seule la moiti? des enfants entre six et douze ans fr?quentait encore l??cole.[43]?En 2005, ils ?taient encore 80%. Plus de 90% des enfants accusent un retard au niveau de l?apprentissage.[44]

 

L?enseignement sup?rieur a ?t? particuli?rement vis? et encore plus durement frapp?. 84% des institutions de l?enseignement sup?rieur ont ?t? incendi?es, pill?es ou gravement endommag?es.[45]?Plus de 470 professeurs irakiens ont ?t? des cibles, soit presque un enseignant tu? par semaine depuis le d?but du conflit.[46]

?

L?enseignement a ?t? une cible syst?matique dans la destruction de l?Irak.Plus de 470 professeurs irakiens ont ?t? tu?s, soit presque un par semaine.

 

 

Une fuite de cerveaux sans pr?c?dent

 

Dans ces conditions, il n?est pas ?tonnant que le pays se vide. Depuis l?invasion, 20.000 scientifiques et de professionnels irakiens et 6.700 professeurs de l?universit? ont fui le pays.[47]

 

Les m?decins, notamment, ont pris la fuite. Rien de surprenant quand on sait que, depuis 2003, plus de 2.000 m?decins ou infirmiers ont ?t? assassin?s.[48]?Plus de la moiti? des m?decins enregistr?s se sont ?galement d?sengag?s dans leur propre pays.[49]

 

La d?sarticulation est totale. 75?% des m?decins, pharmaciens, infirmiers, et 80% du corps d?enseignants de Bagdad ont ?t? tu?s, ont ?migr?, ou ont abandonn? leur poste.[50]?Avant 2006, environ 40% de la classe moyenne avait pris la fuite suite ? la violence ou la terreur.[51]

 

75?% des m?decins, pharmaciens, infirmiers et 80% du corps d?enseignants de Bagdad ont ?t? tu?s, ont ?migr?, ou ont abandonn? leur poste.

 

 

Iconoclasme et purifications religieuses et ethniques

 

Non seulement les cerveaux ont ?t? d?cim?s mais ?galement l?h?ritage culturel. Apr?s l?invasion, l?occupant ?tasunien a laiss? 12.000 sites arch?ologiques sans aucune surveillance et les pillages en ont ?t? la cons?quence.[52]?Rien qu’au Mus?e national de Bagdad, 15.000 art?facts m?sopotamiens d?une valeur inestimable ont ?t? vol?s.[53]

 

Les minorit?s irakiennes (les Chald?ens, Assyriens, Mand?ens, Bahia, Yezidi?) sont au bord de l?extermination car elles sont confront?es ? une violence inou?e.[54]?Depuis l?invasion, l?Irak attire des combattants djihadistes visant souvent des minorit?s ethniques et religieuses.[55]?Certaines de ces minorit?s ont v?cu pacifiquement en Irak pendant deux mille ans. A l?heure actuelle, ce m?me sc?nario se r?p?te en Syrie.

 

Les minorit?s irakiennes (les Chald?ens, Assyriens, Mand?ens, Bahia, Yezidi?) sont au bord de l?extermination.

 

 

N?o-colonie et terre conquise pour les Etats-Unis

 

L?Irak ne fut pas seulement occup? en termes militaires mais ?galement en termes ?conomiques. Le pays est devenu un paradis pour les investisseurs ?trangers, au d?triment des Irakiens qui n’ont rien eu ? dire dans la reconstruction de leur pays.[56]?Les nouveaux contrats ont presque tous ?t? attribu?s ? des entreprises ?trang?res. L?exemple le plus ?difiant ? ce titre est celui de Halliburton.[57]?En 2003, cette entreprise de construction de Houston est parvenue ? acqu?rir un contrat d?une valeur de plusieurs milliards.[58]?D?tail r?v?lateur?: l?ancien CEO (jusqu?en 2000) n’?tait autre que Dick Cheney, vice-pr?sident et homme fort du cabinet de guerre de Bush. Jusqu?? maintenant, l?homme a conserv? des int?r?ts dans cette soci?t?.[59]

 

?Il y a beaucoup d?argent pour financier tout ceci (?) les revenus du p?trole de ce pays pourraient s??lever entre 50 et 100 milliards de dollars US dans le courant des deux ou trois ann?es ? venir (?) Nous avons ? faire ? un pays qui peut financier sa propre reconstruction, et assez vite.?

Paul Wolfowitz, conseiller d??lite de Bush et architecte de l?invasion, 27 mars 2003[60]

 

 

De nouvelles lois ont ?galement pr?vu des imp?ts faibles permettant que des entreprises irakiennes passent ? 100% aux mains d’investisseurs ?trangers, y compris le droit de transf?rer tous les b?n?fices ? l??tranger.[61]?Les transactions financi?res avec l??tranger sont pass?es entre les mains d?une banque des Etats-Unis, notamment JP Morgan, le premier financier de la premi?re guerre mondiale et de Mussolini.[62]

 

M?me apr?s le retrait (de la plupart) des troupes ?tasuniennes, en d?cembre 2011, les conseillers ?tasuniens restent li?s ? tous les minist?res et services de s?curit?.[63]L?ambassade des Etats-Unis ? Bagdad est le symbole de la main de fer sur le pays. Cette ambassade est la plus grande et la plus ch?re du monde, aussi grande que le Vatican, et dot?e d?un cadre de personnel de 15.000 personnes.[64]

 

L?ambassade des Etats-Unis ? Bagdad est le symbole de la main de fer sur le pays. Elle est la plus grande et la plus ch?re du monde.Les transactions financi?res avec l??tranger sont pass?es aux mains d?une banque des Etats-Unis, notamment JP Morgan, le premier financier de la premi?re guerre mondiale et de Mussolini.

 

 

Facture improbable et situations maffieuses

 

Selon Stiglitz, laur?at du prix Nobel, l?invasion de l’ Irak a co?t? quelque 3000 milliards de dollars,[65]?l??quivalent de 100 ans d?aide au d?veloppement des Etats-Unis.[66]?Un sixi?me de ce montant aurait suffi pour atteindre les objectifs du mill?naire pour le monde entier.[67]

 

Pour l?occupation et la soi-disant reconstruction du pays, des montants consid?rables ont ?t? pr?vus. Cependant, ils n?ont toujours pas ?t? ?quitablement distribu?s. Selon Transparency International, il s?agit en l?esp?ce du plus grand scandale de corruption jamais vu dans l?histoire.[68]?Des milliards de dollars se sont envol?s en fum?e. Jusqu?? pr?sent, on vole du p?trole ? volont?, puisqu?il n?y a toujours pas de syst?me de mesure moderne disponible.[69]

 

Certes, on a bien tent? de combattre cette corruption massive. Ainsi, un service contre la corruption a vu le jour. Cependant, les fonctionnaires trop z?l?s sont assassin?s. Depuis 2006, 30 inspecteurs contre la fraude ont ?t? ??liquid?s??.[70]

?

Selon Stiglitz, laur?at du prix Nobel, l?invasion de l’ Irak a co?t? quelque 3000 milliards de dollars, l??quivalent de 100 ans d?aide au d?veloppement des Etats-Unis.

?

Parole contre parole

 

Avant la premi?re guerre du Golfe, en 1991, James Baker, ? l??poque ministre ?tasunien des affaires ?trang?res, avait dit ? son homologue Tariq Aziz?: ??Nous allons d?truire ton pays et le catapulter ? l??ge de pierre??.[71]?Pr?s de dix ans plus tard, Paul Wolfowitz, vice-ministre de la D?fense et architecte de l?invasion, disait que les Etats-Unis ??allaient en terminer avec les ?tats qui soutiennent le terrorisme??.[72]?Ils ont tenu parole.

 

?Nous allons d?truire ton pays et le catapulter ? l??ge de pierre?.
James Baker, ? l??poque ministre ?tasunien des affaires ?trang?res

 

La population irakienne ne se croise pas les bras. Depuis l?invasion et l?occupation qui a suivi, les protestations sont constantes. Elles se sont acc?l?r?es lors du Printemps arabe en janvier-f?vrier 2011. Depuis le 25 d?cembre 2012, des protestations massives ont lieu chaque jour ? Ramadi.[73]

 

Ces protestations auxquelles participent des centaines de milliers de personnes se sont ?tendues vers d?autres villes, partout dans le pays. Le 12 janvier dernier, plus de 2 millions de manifestants r?clamaient la d?mission du premier ministre irakien Al Maliki. Ils r?clament notamment la fin des atrocit?s, l?abolition des lois antiterroristes, la fourniture de services de base essentiels, l?arr?t de la marginalisation et de la division organis?e parmi les groupes religieux et ethniques, la sanction du comportement criminel de l?arm?e, de la police et des forces de s?curit?.

 

En Chine ou au Myanmar, il suffit d’un dissident pour se retrouver ? la une des journaux. Par contre, nos m?dias gardent le silence sur ces protestations massives. Oui, la v?rit? est toujours la premi?re victime de toute guerre.[74]

 

 

 

 

Traduit du n?erlandais par Erwin Carpentier

 

Source?: De?wereld?morgen

 

Notes?:

 

 


[2]Le nombre des morts est tr?s controvers? et, bien s?r, politiquement tr?s sensible. Le chiffre d?un million et demi est bas? sur les calculs suivants?:
En 2006 d?j?, le prestigieux magazine Lancet d?nombrait environ 650.000 morts. En 2008, l?Opion Research Business, magazine autant renomm?, recensait aussi un peu plus d?un million de victimes. En extrapolant, sur la base des comptes d?Iraq Body Count (IBC), on arrive au chiffre d?un million et demi. Les calculs conservateurs se limitent ? 100.000 morts.
http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2806%2969491-9/abstract
[8]Aujourd’hui, on estime ? presque trois millions le nombre total de r?fugi?s, ? l’int?rieur du pays ou ? l’?tranger.
www.unhcr.org/pages/49e486426.html
[33]En 1990, l’Irak avait le m?me taux de mortalit? infantile que son voisin, la Turquie. Aujourd’hui, ce chiffre est le double.
http://hdr.undp.org/en/media/hdr_1992_en_indicators1.pdf, p. 142.
[36]Les estimations du nombre d’enfants orphelins varient ?norm?ment. Un rapport des NU de 2008 fait ?tat de 870.000. Des calculs locaux donnent actuellement un nombre de 4,5 ? 5 millions d’orphelins. Ces derniers chiffres sont plausibles, ?tant donn? que plus d’un million d’Irakiens ont trouv? la mort et que le nombre d’enfants par femme s’?l?ve ? 4,7.
http://mawtani.al-shorfa.com/en_GB/articles/iii/features/iraqtoday/2012/03/27/feature-01

 

 

Irak

?http://michelcollon.info/Les-chiffres-invraisemblables-sur.html

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Il y a cinquante ans, le premier pas sur la Lune (5)

Et puis il y a les hommes aussi, dans cette aventure.  J’en retiendrai deux, un ...

8 Commentaire

  1. avatar

    « YES WE CAN »

  2. avatar

    Tout le monde se plaint de la domination américaine, mais ils sont bien peu faire quelque chose pour nous en débarrasser. Qu’avec vous fait AUJOURD’HUI pour détruire l’hégémonie américaine ? La grande découverte de l’imperialisme amétricain, c’est l’abyssale lâcheté de l’être humain. Que ceux qui ont organisé cette tuerie n’aient pas été tués par leur voisins, les officiers de cette guerre par leurs soldats prouvent que l’humanité ne mérite pas mieux que ce qui lui échoit

    Pierre JC Allard

    • avatar

      @ Pierre JC Allard,

      Je vous trouve bien pessimiste, aujourd’hui.

      Je crois que le climat argentin vous prive des bienfaits du printemps québécois et de l’allongement des jours qui stimule la montée de la sève, de l’égergie et de l’optimisme. Revenez-nous vite.

  3. avatar

    @ N.

    Vous avez raison…. mais les chiffres n’incitent pas à se réjouir et ma question demeure: qu’ai-je fait MOI aujord’hui pour tenter de détruire la domination américaine ?

    PJCA

    • avatar

      @PJCA,

      Parce que c’est vous:

      Quels sentiments refoulés désirez-vous déplacer sur « la domination américaine » ?

      Voici une piste:

      https://www.facebook.com/gaiagernaire?sk=notes#!/note.php?note_id=279773792067882

      Démystifier l’abus pour créer des institutions plus humaines et vraies

      Il ressort ce qui précède que ce ne sont pas les règles morales inculquées à l’enfant qui le rendent empathique à l’endroit d’autrui, la « morale et le sens du devoir » n’étant que des « prothèses auxquelles il faut recourir lorsqu’il manque un élément capital » et n’étant pas « les sources d’énergie, ni le terrain propice aux sentiments humains », tout comme les « armes intellectuelles ». Ce qu’il faut en vue de créer des sociétés instituées plus humaines, c’est en définitive, si l’on se fie à Miller, éviter la « répression des sentiments »[138]. Cela car seul un être « capable de vivre ses propres sentiments » peut non seulement comprendre ceux des autres, mais également « percer à jour la fonction de pouvoir d’une formation conceptuelle creuse, car il ne se laisse pas intimider par l’incompréhensibilité »[139].

      Si cette répression n’a pu être évitée dès l’enfance, Miller considère que « nous ne disposons à la longue que d’un seul moyen pour combattre les maladies psychiques : découvrir et accepter émotionnellement la vérité de cette histoire qu’a été notre enfance »[140].

      Autrement, l’auteure constate que l’homme trouvera d’autres moyens possiblement plus à craindre, de vivre ses émotions, et notamment en se raccrochant avidement à une idéologie politique[141] :

      « [l]’être qui a appris dès sa plus tendre enfance comme une nécessité vitale l’application de lois non écrites, et le renoncement à ses propres sentiments, sera d’autant plus prompt à obéir plus tard aux lois écrites, et ne trouvera pas en lui de quoi se protéger contre elles. Mais comme un être humain ne peut pas vivre totalement dénué de tout sentiment, il se rallie à des groupes par lesquels les sentiments qui lui ont été interdits jusqu’alors sont admis, voire encouragés, et peuvent donc enfin être vécus au sein d’un collectif. Toute idéologie offre cette possibilité de décharge collective des affects accumulés couplée avec l’attachement à des objets primaires idéalisés, qui est transféré à de nouveaux personnages de chef ou au groupe tout entier comme substitut de la bonne symbiose avec la mère que le sujet rejette. »

      La vérité est essentielle dans la démystification des violences enfouies profondément dans les souvenirs. En effet, la libération de l’individu passe par la réalisation de ce qu’il a subi, soit la tromperie et l’absence de liberté de vivre ses sentiments. Cela pourra engendrer de la colère, puis un processus de deuil envers cette enfance libre perdue, essentiel lorsqu’il s’agit de rompre le « cercle vicieux de la répétition »[142]. Comme Merleau-Ponty, Castoriadis, Condorcet, Revault d’Allonnes et Arendt qui prônent tous à leur façon la remise en question du non-dit, de l’institution sacralisée, Miller se tourne vers la mise en cause des tabous, tels que le quatrième commandement (et ses suites), qui prohibe la critique des parents, et qui se transmet de génération en génération, freinant l’avancement vers une plus grande humanité de la société[143].

      [138] A. Miller, C’est pour ton bien, supra, note 96, p. 105.
      [139] A. Miller, L’enfant sous terreur, supra, note 99, p. 15. Voir aussi A. Miller, C’est pour ton bien, supra, note 96, p. 104-106.
      [140] A. Miller, Le drame de l’enfant doué, supra, note 115, p. 15.
      [141] A. Miller, C’est pour ton bien, supra, note 96, p. 106.
      [142] Ibid., p. 310.
      [143] Ibid., p. 300.

      Stéphanie Hogue-Belliard,LL.B, Extrait, mémoire de maîtrise en science politique, U d’Ottawa, 2009

      Cordialement.

  4. avatar

    @ N.

    Ma première hypothèse est que, vivant dans un foyer désuni, j’ai souffert de l’absence du père et de son autorité, vécue comme un rejet, que j’ai reporté ma frustration sur Dieu, « Père absent » emblématique, créateur d’un univers insatisfaisant, puis de Dieu sur toute autorité, faisant de moi une contestataire et un rebelle impénitent. Ouf ! Heureusement que j’ai refoulé… :-))

    PJCA

  5. avatar

    @ N.

    Merde ! Une erreur d’orthographe m’a fait « feminiser » mon statut de contestataire. Encore un acte manqué ! Maudit Oedipe… :-)). C’est bien parce que c’est vous…

    PJCA

    p.s Mais ça n’excuse pas les Américains…

    • avatar

      Ha! les génies.

      Vous écrivez: « …heureusement que j’ai refoulé… »

      Heureusement pour qui ? Votre père absent ne vous a rien fait, non ? Alors…

      Et l’élection de François, ce PAPA (en italien) symbolique, comment avez-vous SENTI cela ?

      noogernaire@hotmail.com