Accueil / T Y P E S / Articles / Les bons vieux classiques

Les bons vieux classiques

??Nous ne cherchons pas le pouvoir en vue de nos propres fins, mais pour le bien de la majorit? tel que nous le d?finissons.

Les hommes, ces cr?atures fr?les et l?ches, ne peuvent endurer la libert? ni faire face ? la v?rit?. Ils doivent ?tre dirig?s par ceux qui sont plus forts qu?eux. L?esp?ce humaine a le choix entre la libert? et le bonheur, or le bonheur vaut mieux.Le bien des autres ne nous int?resse pas, nous ne recherchons que le pouvoir, le pur pouvoir. Les nazis et les communistes se rapprochent beaucoup de nous par leurs m?thodes, mais ils n?eurent jamais le courage de reconna?tre leurs propres motifs. Ils pr?tendaient s??tre empar?s du pouvoir pour une p?riode limit?e ; pass? le point critique, il y aurait un paradis o? les hommes seraient libres et ?gaux. Nous ne sommes pas ainsi, nous savons que jamais personne ne s?empare du pouvoir avec l?intention d?y renoncer. On n??tablit pas une dictature pour sauvegarder une r?volution. On fait une r?volution pour ?tablir une dictature. La pers?cution a pour objet la pers?cution. La torture a pour objet la torture. Le pouvoir a pour objet le pouvoir.L?esclavage c?est la libert?. Seul, libre, l??tre humain est toujours vaincu. Mais s?il renonce ? son identit?, s?il se soumet enti?rement et totalement, il se fond dans le pouvoir collectif, il est alors tout-puissant et immortel.Ce pouvoir est aussi le pouvoir sur d?autres ?tres humains, sur les corps mais surtout sur les esprits.

Le pouvoir sur la mati?re n?est pas important, notre ma?trise de la mati?re est d?j? absolue. Ce qui importe c?est de commander ? l?esprit. La r?alit? est ? l?int?rieur du cr?ne? Le r?el pouvoir, le pouvoir pour lequel nous devons lutter jour et nuit, est le pouvoir non sur les choses, mais sur les hommes. Comment assure-t-on le pouvoir sur un autre ? En le faisant souffrir. L?ob?issance ne suffit pas. Comment, s?il ne souffre pas, peut-on ?tre certain qu?il ob?it, non ? sa volont?, mais ? la n?tre ?
Le pouvoir est d?infliger des souffrances et des humiliations. Le pouvoir est de d?chirer l?esprit humain en morceaux que l?on rassemble ensuite sous de nouvelles formes que l?on a choisies. Commencez-vous ? voir quel sorte de monde nous cr?ons ? Un monde de crainte, de trahison, de tourment. Un monde d??craseurs et d??cras?s, un monde qui au fur et ? mesure qu?il s?affinera deviendra plus impitoyable. Le progr?s dans notre monde sera le progr?s vers plus de souffrance. Notre civilisation est fond?e sur la haine ; il n?y aura pas d?autres ?motions que la crainte, la rage, le triomphe et l?humiliation. Nous d?truirons tout le reste.Nous avons coup? les liens entre l?enfant et les parents, entre l?homme et l?homme, entre l?homme et la femme. Mais plus tard, il n?y aura ni femme ni ami. Les enfants seront ? leur naissance enlev?s aux m?res, comme on enl?ve leurs oeufs aux poules. La procr?ation sera une formalit? annuelle, comme le renouvellement de la carte d?alimentation. Il n?y aura plus de loyaut? que pour le pouvoir. Tous les plaisirs de l??mulation seront d?truits remplac?s par l?ivresse toujours croissante du pouvoir, qui s?affinera de plus en plus. Il y aura ? chaque instant, le frisson de la victoire, la sensation de pi?tiner un ennemi impuissant? Autant qu?un monde de triomphe ce sera un monde de terreur? Nous commanderons ? la vie ? tous ses niveaux.Vous imaginez qu?il y a quelque chose qui s?appelle la nature humaine qui sera outrag?e par ce que nous faisons et se retournera contre nous. Mais nous cr?ons la nature humaine. L?homme est infiniment mall?able.

Tel est le monde que nous pr?parons. Un monde o? les victoires succ?deront aux victoires et les triomphes aux triomphes, un monde d??ternelle pression, toujours renouvel?e, sur la fibre de la puissance. Vous commencez ? r?aliser ce que sera ce monde. ? la fin vous ferez plus que le comprendre, vous l?accepterez, vous l?accueillerez avec joie, vous en demanderez votre part en idol?trant vos propres bourreaux.??

Extrait de 1984 de G.Orwell

Un poisson rouge vit dans un bocal au fond de l'oc?an. Il y est depuis si longtemps qu'il est tr?s habitu? ? son bocal, il en conna?t les limites, les contours, il sait que l'eau dont il a besoin est contenue ? l'int?rieur. En dehors du bocal, il ne sait pas. Il y pense parfois, et oublie bien vite. Un jour, il apprend que le bocal va in?vitablement se briser et qu'il devra abandonner cette existence d?limit?e par le p?rim?tre du bocal. On lui dit que cela s'appelle "mourir". Son destin, apr?s la fin du bocal, lui est tout ? fait inconnu. Il a tr?s peur.
Y a-t-il de l'eau dans l'oc?an hors de son bocal ? Il craint bien que non. Va t-il survivre ? la destruction du bocal ? Il est persuad? que non. Et surtout, il est tr?s attach? ? ses mouvements dans le bocal, ? la vue qu'il a depuis le bocal et qu'il n'?changerait pour rien au monde contre autre chose, contre un inconnu, malgr? les souffrances que lui cause souvent l'enfermement dans le bocal.

Il n'existe dans sa m?moire rien de comparable ? l'univers de son bocal. Il ne veut rien d'autre.
Quand le bocal vient ? se briser, le poisson est rendu ? l'oc?an, il r?alise que l'eau est pr?sente hors du bocal, que l'espace y est infini et que son attachement au bocal ne venait que de l'oubli de la nature de l'oc?an dont il provient, ? l'origine.

Quand le bocal se brise, rien ne se passe. L'eau retourne ? l'eau, l'univers r?duit du poisson rouge subit une expansion soudaine. Il est libre.

Fin de transmission
Marc Lafontan

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Grande Guerre : ces villages martyrs, « morts pour la France »

En ce jour de célébration du centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, zoom sur ...

6 Commentaire

  1. avatar

    Vision bien pessimiste mais magnifique iconographie…

    Si « la révolution a pour but d’établir une dictature » alors il n’y a plus d’espoir …

    Nous sommes condamnés à vivre dans la dernière dictature ,la dictature matérialiste et du pognon.

    Pour ma part , je pense que la dictature est un avatar de la révolution , induite par la contre -révolution.

    Mais je le reconnais, là est le problème .

    Tk.

  2. avatar

    @Tankonalasanté : Si chacun acceptait juste de reconsidérer son espace intérieur un Big Brother ne pourrait pas exister , faute de participants … c’était mon message dans ce billet ci, tout simplement ..le texte d’Orwell est brillament d’actualités, opérer un changement en soi pour ensuite le répercuter autour de soi est également urgeament d’actualités…

  3. avatar

    Certes, Marc , mais ça ne suffit pas .

    Si faire une psychanalyse , au hasard ,débouchait sur un changement de société , ça ferait longtemps que ça serait fait …

    Et je pourrais en dire autant de toutes les sectes qui proposent de nous améliorer , comme l’Eglise de scientologie , qui me vient à l’esprit .

    En fait il n’y a pas plus réac et conservateur , d’où les soutiens et financements .

    La travail en soi ou sur soi d’accord , à condition de ne pas tomber dans le nombrilisme et la fermeture sur le monde .

    S’engager, résister, se battre sont aussi d’excellents moyens de se connaître , tout en allant à la rencontre des autres .

    Car tout est dialectique et l’homme est un animal social .

    Cdt.

    JPO

  4. avatar

    Ma perception est la suivante : si chacun démontait en lui les acquis de sa culture, de son éducation, de sa religion, de ses convictions, en fouillant sur leurs origines, bien des réactions , bien des motivations seraient changées… si cela s’apparente, au début, à de la psychanalyse, peut être .. tous les courants spirituels ou ésotériques demandent cette introspection quand on veut cheminer .. sous peine d’être en réaction avec les effets au lieu de comprendre les causes et travailler sur celles ic … tu peux aller manifester contre le recul des retraites , mais pourquoi ne pas être allé manifesté contre les banques centrales alors ( son veut transposer au quotidien) …
    L’Homme est un animal social, mais quels besoins y a t il alors d’aller s’aglutinner dans de réseaux sociaux complétement abétissant sous prétexte de démontrer sa propre existence ?
    L’idée n’est pas de « s’améliorer » mais de comprendre comment le systéme marche, comment il nous affacte, et comment cheminer sans en être un pion passif … tout ce qui est isme ou iste est relié à un power humain, mais il existe d,autres voies, beaucoup les ont exploré, rien de neuf sous le ciel, il s’agit juste d’avoir la masse critique ( 100 ième singe) pour ne pas être juste balloté dans une civilisation en collapse …

  5. avatar

    J’ai changé d’endroit, pour ne pas trop trollé.
    Le moule pour le moule,
    J’ai lue tes 2 derniers articles et j’en ai compris que nous pouvions en arriver a une liberté sans « moule », c’est à dire que nous sommes des dieux, j’ai bien de la misère avec ça, car ayant fait du spiritisme dans le passé je peux t’affirmer que l’invisible est bien rempli, et c’est ce qui m’a emmené à la foi en Jésus.
    Nous ne sommes pas seul mon cher ami et cette force qui régit notre galaxie et au-delà bien sûre n’est pas le fruit du hasard, moi je suis convaincu mais lorsque nous regardons la science qui régit cette roue(galaxie), cette perfection, wow man.
    Je ne voulais pas intervenir car je ne veux pas avoir l’air du gars qui veux péter la balloune à quelqu’un qui a ses espérances de voir un jour les humains se réveiller, s’épanouir de jouir des bons fruits de la terre et de ses propres capacités par dessus tout. Mais le sujet s’y ai prêté, alors voilà c,est dit.
    La foi en Jésus c’est personnel, c’est une conviction, je le sais, cependant mes expériences avec le spiritisme ça c’est du concret et rien à voir avec une « table qui bouge » donc à partir de celle-ci j’affirme qu’il y a quelque chose après la mort physique et ce qui nous emmene ailleurs nous le portons en nous(esprit ou âme vivante).
    Je connais les chaînes de l’esclavage et ce que tu écris sur cela est exact et je t’appui, la seule difference se trouve au niveau de la façon d’acquérir cette liberté.

  6. avatar

    Bon matin, pour moi toutes les religions organisées sont des leviers du systéme pour assurer un asservissement.. à partir du moment où tu remets ton pouvoir entre les mains ou la philosophe ou la religion d’un autre, tu vas chercher à l’exterieur de toi, donc c’est encore une illusion … on reconnait un arbre à ses fruits, et les religions ont tout fait pour culpabiliser les hommes au lieu des les épanouir, ont tout fait pour les garder ignorants et asservis au lieu de les libérer ..qu’elles soient un outil qui permettent d’évoluer vers un idéal, je peux comprendre, mais c,est évident pour moi qu’elles ne sont pas l’image de cet idéal … tu remarqueras que la majorité de mes textes portent sur la liberté, de tout conditionnement mental, afin de pouvoir faire soi même des choix, libre de toute culture, toute éducation, toute religion .. je consiédre que tant qu’on n’a pas fait un premier pas vers cette libération, on reste le jouet de nos illusions , même sincére dans nos croyances…