Accueil / T Y P E S / Articles / Les blogues

Les blogues

Il se passe quelque chose dans la soci?t? : on commence ? passer le micro…. Il y a quelques ann?es, j’avais soulign? qu’on ne pouvait esp?rer que se d?veloppe une soci?t? vraiment d?mocratique, puisqu’il ?tait impossible, pour qui que ce soit, de faire conna?tre une id?e DIFF?RENTE..

Comment avoir un impact sur le mod?le politique et donc sur la structure sociale, si tout ce qui est novateur ne peut ?tre que chuchot? de bouche de bouche, ne pouvant ?tre diffus? que par le canal ?troit de quelques journalistes, au service d’une poign?e de journaux inf?od?s au syst?me en place ?

Des journalistes qui, sans m?me qu’on le leur demande, sans m?me s’en apercevoir, n’ob?issant qu’? ce qu’ils sont, s’assurent sans m?me y penser que rien ne soit publi? qui n’ait ?t? rendu « correct », concili? avec les valeurs d’une soci?t?, pourtant ? combien incorrecte !

J’avais dit, alors, que la libert? d’expression n’?tait pas acquise d?s qu’on accordait le droit de parole aux gens, mais seulement quand on leur passait aussi le micro. J’avais sugg?r? que soit mise en place, avec les moyens de l’?poque, une structure citoyenne permettant de v?rifier TOUS les faits par t?moins oculaires et de confronter TOUS les commentaires, TOUTES les opinions. La plupart ?taient bien d’accord, mais, avec les moyens de l’?poque… Pas facile. Je m’?tais donc r?sign? ? ce que passent deux ou trois g?n?rations avant que les id?es ne puissent circuler librement.

Mais les g?n?rations sont courtes. Mes tiroirs sont pleins de textes que j’ai moi-m?me ?crits, il y a cinq ans, mais qui me semblent maintenant des t?moignages d’une autre ?poque et que je relis avec le m?me attendrissement que m’inspirait, ?tant jeune, la lecture des papiers de mon d?funt grand-p?re. Les g?n?rations se bousculent.

La g?n?ration de l’Internet est venue et, au lieu de parler ? quelques personnes ou d’?crire un bouquin qu’on vendra ? 1 000 exemplaires, en y mettant 6 mois d’efforts titanesques, on peut maintenant recevoir 200 visiteurs par jour sur un site perso et avoir vite plus de lecteurs que n’en ont eus de leur vivant la vaste majorit? des penseurs politiques du pass?, le pass? ?tant tout ce qui a pr?c?d? l’Internet.

L’Internet a apport? beaucoup. Maintenant, c’est la g?n?ration des blogues. Les blogues qui se r?f?rent les uns aux autres et constituent un r?seau qui v?hicule des faits, des opinions, des id?es. Un changement de paradigme, car le r?seau des blogues vient de rendre la soci?t? transparente. Apr?s des mill?naires de censure, alors qu’on n’y croyait plus, tout ? coup, la transparence est l?.

Le r?seau de blogues est apparu sans crier gare, car il s’est d?velopp? relativement inaper?u, sous terre, au niveau de ses racines, jusqu’? ce que brusquement, cette ann?e, il apparaisse au grand jour, la plante trop grosse d?j? pour qu’on puisse l’arracher. C’est la nouvelle ?tape dans l’?volution de la communication sociale.

Qu’est-ce qui distingue l’id?e qu’on met sur un site perso de celle qu’on met sur le r?seau des blogues ? Sur un site perso, une id?e doit ?tre raisonnablement bien ficel?e avant d’?tre mise en ligne ; c’est ? cette condition qu’elle peut susciter une r?flexion, convaincre et, du moins on l’esp?re, avoir ? terme un impact significatif. Les id?es ? mettre sur le r?seau des blogues, au contraire, ne sont pas des id?es tout faites. Elles n’ont pas ? ?tre savamment construites, elles gagnent m?me ? n’?tre qu’?bauch?es.

Ce qui fait la sp?cificit? du blogue, en effet, c’est que, partant d’un simple fait assorti d’un commentaire, souvent un fait d’actualit?, on amorce une r?flexion ouverte sur un th?me cibl? et l’on cr?e un univers en ?volution. L’id?e sur un blogue n’est pas l? pour conclure, mais pour initier un d?bat. On peut pontifier sur un blogue, bien sur, comme n’importe o?, on peut y ?mettre des opinions d?finitives… Mais ces id?es qu’on voudrait bien arr?t?es et qui veulent faire du bruit sont vite d?pass?es, car la caravane passe. L’int?r?t du blogue est tout entier dans ce qui passe. Dans les id?es en gestation.

De ce qui n’est au d?part que l’opinion d’un quidam na?t donc sur les blogues une pens?e collective qui va pouvoir circuler librement et largement. Cette pens?e va pouvoir se diffuser en s’enrichissant de l’apport successif de ceux qui la re?oivent, y r?fl?chissent et la transmettent, au lieu d’?tre vid?e de son sens et de toute originalit? au premier passage oblig? par les m?dias du Syst?me.

Il sort ainsi continuellement du r?seau des blogues une multitude d’id?es-propositions inachev?es qui ne sont plus celles de qui que ce soit, mais qui manifestent l’esprit d’un consensus populaire implicite. Ces pens?es et ces opinions viennent d’en bas. C’est une grande nouvelle

On a d?j? t?t? de ce proc?d? de consultation it?rative. Le cheminement d’une id?e sur le r?seau des blogues ressemble ? celui d’un projet « Delphi », une technique jadis populaire dans le milieu des affaires, qui faisait circuler un concept entre les participants, chacun y apportant ses annotations avant de le passer au suivant. On faisait deux, trois fois le tour. On en tirait des consensus. Int?ressant.

L’ennui est qu’il fallait un mois ou deux pour terminer la d?marche et qu’il fallait y affecter une logistique importante. Le r?seau des blogues, lui, arrive au m?me r?sultat en 72 heures, sans encadrement significatif, sans frais et tout le monde peut participer : c’est ?a, le changement de paradigme.

Les cons?quences sociales et l’impact sur la culture et la pens?e de l’?mergence du r?seau des blogues seront spectaculaires, mais n’appara?tront que peu ? peu : le cerveau humain n’a pas ?t? rec?bl? haute-velocit?. Sur le plan politique, cependant, l’effet des blogues est imm?diat.

Imm?diat et brutal, car les m?dias conventionnels, institutionnalis?s, favorisent le statu quo ante et les id?es re?ues. M?mes les journaux r?volutionnaires v?hiculent leurs propres id?es re?ues, alors que, sur le r?seau des blogues, le pr?jug? favorable n’est pas pour l’inertie, mais pour le changement. Les blogues sont les feuilles de chou de la r?volution permanente. Sur les blogues, c’est l’id?e novatrice qui a une influence et les blogues sont donc un facteur de volatilit?.

Avec les blogues dans l’ar?ne, les joutes ?lectorales ne seront plus jamais jou?es avant la derni?re ?chapp?e, car il devient possible que de vastes pans de l’?lectorat changent d’all?geance en quelques jours. Pour que des ?v?nements politiques impr?visibles arrivent, il suffit d’un message auquel sa diffusion conf?re une cr?dibilit? et qui vole de blogues en blogues, sans que les m?dias puissent le discr?diter.

Dangereux ? Bien s?r. Les rumeurs, la calomnie peuvent envahir le r?seau. Mais il y a bien trop de vrais t?moins, bien trop de point de vue pour qu’elles puissent y survivre longtemps. Les rumeurs sont test?es de milliers de petits coups d’?pingles et les calomnies sont vite d?gonfl?es… La m?disance, elle, fait son nid, mais la v?rit? y gagne et nous prot?ge de la rectitude politique qui, peu ? peu, est ? peindre le monde des id?es politiques dans ce m?me gris qu’on disait rose des soci?t?s totalitaires.

Le danger est bien l?, aussi, que les politiques, qui ont vite compris le pouvoir des blogues, en fassent un outil de manipulation. Ils font d?j? des efforts consid?rables pour noyauter le r?seau, mais s’aper?oivent, ? leur grand dam, que celui-ci est naturellement immunis? contre le microbe de la propagande, car celui qui fr?quente les blogues n’est pas passif, il veut collaborer ? la gen?se d’une id?e.

Il ne veut donc pas des r?ponses, mais des questions et le format m?me du blogue est ainsi fait qu’il met en ?vidence tout ce qui ressemble ? une tentative de manipulation. La louange immod?r?e sur un blogue appara?t ridicule. Tout ce qui appara?t comme un message r?p?titif, tout ce qui semble vouloir convaincre plut?t que susciter un d?bat est per?u comme SPAM sur les blogues et rejet? sans effort, automatiquement. Les politiques peuvent aboyer, mais ils restent derri?re. La caravane passe, en route vers l’impr?visible.

En France, c’est le candidat Bayrou qui, bousculant comme des f?tus de pailles les organisations traditionnelles pr?sum?es invincibles de ses adversaires, a rejoint le peloton de t?te en quelques semaines et pourrait bien sortir gagnant. Ce qui serait une surprise cataclysmique dans le paysage politique fran?ais et mettrait fin sans retour ? ce gauche-droite qui encadre le jeu politique depuis plus de cent ans. Cette dichotomie traditionnelle pourrait bien dispara?tre d’un coup, sans m?me que la France y porte attention, d’un pays que les blogues auraient convaincu sa population de le diviser non pas en deux, mais plut?t, comme dirait Daninos, en soixante millions de Fran?ais. Les choses ne seront plus comme avant.

Au Qu?bec, 2007 appara?t pour les blogues comme un Mai 68 ou un Printemps de Prague. Ce n’est que sur les blogues que de vraies id?es sont ?mises et m?me les journaux se sont mis en mode blogue. On le noterait moins, si un Grand Projet ?tait soumis aux ?lecteurs, mais, dans le cadre d’?lections dont la signifiance reste herm?tique, c’est le travail de d?boulonnage des programmes mal ficel?s et des candidats mal choisis que font les blogues qui est mis en ?vidence.

Pas plus que celle de Bayrou en France, les m?dias bien-pensants n’arrivent plus au Qu?bec, ? briser la dynamique de Dumont, la dynamique de l’impr?visible. Il est clair sur les blogues, l? o? elle peut le dire en ses propres mots, que la population ne demande pas vraiment ? Dumont un programme, seulement de la d?barrasser des autres partis !

Simultan?ment, deux « petits partis », que les m?dias traditionnels font tout pour n?gliger, conservent n?anmoins, gr?ce aux blogues, les faveurs de 12% de l’?lectorat. C’est un niveau d’appui inusit?. Une autre situation impr?visible, car ils se parlent par blogues interpos?s et vont choisir, in extremis, eux et d’autres avec eux, entre un ralliement strat?gique aux partis qui peuvent gagner… et le plaisir de manifester jusqu’au bout leur ras-le-bol.

Dans le premier cas, leur appui fondra, mais, dans le second, il pourra bondir ? 15, voire ? 18%, d?terminant en ce cas le vainqueur par l’absurde, puisque privant de leurs votes le parti qui aurait ?t? leur second choix, leur d?fection pourra avoir ?t? le facteur d?terminant de la victoire de celui dont ils n’auraient voulu ? aucun prix. !

Les blogues rendent probable l’impr?visible. M?me si l’ADQ ne gagne pas ce scrutin et si les « petits partis » ne prennent pas 15 % du vote populaire, un scrutin f?d?ral, dans quelques mois, va venir donner un deuxi?me souffle au ph?nom?ne des blogues. Les gens se parlent. Ce que les gens pensent devient important. « Libert?, j’?cris ton nom »… Les choses ne seront plus jamais comme avant.

Pierre JC Allard

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

J’avais trouvé Charlie… il y a 50 ans

Oh, voilà qui est délicat à rédiger comme éloge funèbre. Charlie Daniels qui vient de ...

9 Commentaire

  1. avatar

    Votre analyse est excellente et explique assez bien les raisons qui ont motivé la création de ce site.

    Seulement, je me demande si vous ne surévaluez pas l’influence des blogues au cours de cette campagne, lorsque vous dites que « Au Québec, 2007 apparaît pour les blogues comme un Mai 68 ou un Printemps de Prague. »

    Oui, les blogues ont gagné en importance en ce début d’année, mais je pense, comme Yves Williams et Marc Snyder, entre autres, qu’ils n’auront probablement pas influencé l’opinion publique.

    N’empêche que ça ne saurait tarder…

  2. avatar
    Pierre JC Allard

    Je suis allé voir Williams et Snyder. Le premier dit : «  l’intérêt des blogues n’est pas dans la production d’information, mais dans la prise de parole », le second confirme… J’ai écrit ci-haut : « celui qui fréquente les blogues n’est pas passif, il veut collaborer à la genèse d’une idée ». La guerre s’arrête faute de combattants…

    Quant à l’influence, je crois qu’elle a été énorme ; le blogueur est un penseur, un activiste .. et un ergoteur, donc un parfait relai multiplicateur. Cette influence est encore occultée, mais “attendons la fin”, comme disait Lafontaine. D’abord les résultats de mardi, mais SURTOUT la campagne fédérale imminente.

    P.S. Le lien dans le texte ci-haut ne fonctionne pas. Cliquer ici pour l’obtenir

    Pierre JC Allard

  3. avatar

    Dans le genre activiste, visitez http://phverant.blogspot.com, du photojournalisme parisien

  4. avatar

    Avant d’atteindre la notoriété et la zone d’influence socio-politique – acquise par les médias traditionnels – il faut s’armer de patience et laisser de côté les frustrations d’une page ignorée du lecteur ou de la lectrice. Pour l’écrivain en herbe, quel exercice d’humilité. Pour le chroniqueur politique, s’il n’a derrière lui un véhicule comme 100papiers ou autre, il ne pourra se satisfaire, je crois, de son seul blog.

    Merci de cette analyse qui ajoute une dimension humaine au travail que nous exécutons si humblement et auquel nous croyons – avec ténacité – si modestement.

    Pierre R.

  5. avatar

    Tout à fait d’accord. On peut gérer seul un site perso et diffuser les idées auquelles on croit. Je le fais sur mon site NS. Si on veut vraiment « bloguer », cependant, c’est-à-dire suivre l’actualité, converser avec les lecteurs et faire des synthèses collectives, le faire seul est trop accaparant. Il faut travailler dans le cadre d’un véhicule comme 100 papiers. Comme je le dis dans cet article, je crois que nous sommes au début d’un changement important.

    Pierre JC Allard

  6. avatar

    J’attends avec impatience mon Express sur Internet. Bonne analyse. Continuons. Pourquoi le gouvernement ne pilote pas des porojets comme ca . C’’est pour ca qu

  7. avatar

    J’attends avec impatience mon Express sur Internet. Bonne analyse. Continuons. Pourquoi le gouvernement ne pilote pas des projets comme ca .C’est pour ca qu’il faudrait du sang neuf.

  8. avatar

    Je suis completement en accord. Les bloques est un média indispensable pour ceux qui n’ont pas les moyens de se faire entendre publiquement. C’est aussi un moyen de dire nos opinions, nos vérités, nos petit mensonges (bien sur). Dans les medias traditionels la politique regne tres fort, ce journal peut etre Liberal, cette chaine de télévison peut etre Socialiste démocrate…etc…Mais le bloque, lui est neutre, toutes personnes peut acquiescées sa demande….

  9. avatar
    Renart L’éveillé

    Joyeux BlogDay mon cher !