Accueil / T Y P E S / Articles / Les avantages de la franchise

Les avantages de la franchise

JEAN-PIERRE BONHOMME

Montr?al? – La semaine derni?re, un bon ?sociologue, ?M. Jacques Beauchemin, a? analys? , sur le canal de tv universitaire d?ici, le destin ?des Canadiens francais, maintenant appel?s les Qu?b?cois. C??tait dans le cadre d?un colloque sur le 50e anniversaire de la ?r?volution tranquille? du Qu?bec, cette r?forme ou cette r?formette des institutions sociales et politiques provinciales, oui provinciales de chez nous.

Le conf?rencier ?n?est pas pass? par quatre chemins. Oui la r?forme des institutions de 1960 a ?t? ?mancipatrice ? bien des ?gards, mais cette m?me r?forme a produit une sorte de divorce de la population d?avec son pass?, un divorce peu commun qui produit, laisse-t-il entendre, une brisure identitaire.? Le peuple qu?b?cois, en somme, n?a plus la coh?sion n?cessaire ? sa survie collective. Et dans la conclusion de son intervention, tenez vous bien, le rem?de ? la d?sint?gration sociale qui a cours c?est ?peut ?tre? la souverainet? du Qu?bec.

Ce ne sont pas l? des paroles que l?on entend souvent.? Ce que nous entendons souvent, plutot, c?est? ?j?veux rien savoir? et j?pu capable?. Oui il est bien possible que la d?connexion du peuple de culture francaise d?ici d?avec son pass? soit inexorable et mortelle.? Mais il me semble que nous pourrions bien ?couter? les gens, comme M. Beauchemin, qui montrent la voie de l?espoir, aussi mince les ouvertures soient elles! ?Le sociologue-historien a le grand m?rite d??tre franc. Il n?est pas asphyxi? par la tergiversation et le cynisme.

Il arrive trop souvent que nos commentateurs ne voient pas de lumi?re, l? bas, devant, qui montrerait comment nous pourrions cimenter la collectivit? de nouveau,? autrement que par l?adh?sion aux rituels du dimanche chez Wall Mart! La fin est proche,? le noir l?emporte, amusons-nous en attendant? la d?bacle.? L??me est morte!

Ceux qui pr?chent pour le possible, l?espoir, effectivement, sont plus radicaux qu?on ne le pense. A la racine des choses il y a la possible libert?. La libert? de l?autonomie, individuelle et collective. A la racine des choses, la libert?, ici, c?est? la souverainet?. Le contraire de la souverainet? ce serait la vassalit?; nous ne voyons? pas comment les personnes conscientes peuvent choisir? cette derni?ere option.

La souverainet? peut ?tre percue de bien des mani?res. Elle peut ?tre synonyme d?ind?pendance,? peu importe,? au fond, il s?agit de poss?der? un instrument qui permet de CHOISIR. Dans certaines circonstances il peut ?tre bon de choisir diverses formes d?association avec? d?autres collectivit?s; pourvu que l?honn?te homme puisse, dans ces cadres, s??panouir vraiment.

Ce que M. Beauchemin nous dit, en d?autres termes, c?est qu?une? souverainet?? reconnue donnerait ? notre peuple,? bless? par tant de revers,? la possibilit? de se tenir les coudes lorsqu?il s?agit de faire projet. En ce cas, ce ne sont plus ceux prennent la d?fense des int?r?ts communs qui seraient ridiculis?s, trait?s ? la l?g?re, comme cela se produit trop souvent; ??ce seraient ceux qui sont incapables de s?indigner des atteintes faites ? la qualit? de la vie et ? la dignit? collective qui seraient mis dans les coins de notre histoire.

Dans l??tat actuel des choses, ainsi, il y a maints projets qu?b?cois qui sont en attente d?une r?alisation et que de meilleurs instruments collectifs rendraient plus faciles, plus possibles.? ?num?rons-en quelques uns qu?une souverainet? v?ritable pourrait commencer ? entreprendre dans un esprit de modestie, oui, mais de d?termination surtout.

-????????? La r?forme du syst?me d??ducation pour r?pandre l?humanisme v?ritable;

-????????? La r?forme de l?enseignement de la langue pour favoriser l?apprentissage du francais international; l?enseignement constant de l?histoire;

-????????? La cr?ation d?un minist?re de l?am?nagement, de l?architecture et de l?urbanisme pour refaire nos villes et r?pandre la beaut?;

-????????? La r?organisation des associations et compagnies sportives ? le hockey notamment ? afin que celles-ci refl?tent notre identit?;

-????????? La municipalisation des sols urbains afin que les classes moyennes puissent avoir acc?s au logement dans les vraies villes;

-????????? La protection accrue des sols agricoles.

La proposition de l?historien Beauchemin ne me parait pas farfelue;? on l?a probablement pas devin?. Car en ces mati?res ou l??me est en cause il faut ?tre intraitable, laisser les paresseux et les ind?cis ? leurs jeux;? il s?agit d?aller voir si la lumi?re brille encore un peu pour nous! En tout cas la franchise, ici, nous para?t avoir bon go?t.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Pour Trump, un soldat peut assassiner sans vergogne !

La petitesse d’esprit du dirigeant de la plus forte armée au monde n’est pas une ...

One comment

  1. avatar

    Oui la population veut du changement; c’est palapable.

    Mais alors, comment se fait-il que les gens n’optent pas « tout de go » pour le séparatisme?

    Tout simplement parce que le système politique actuel les livrerait impuissant dans un système qui agirait sur une surface plus petite et sur une population moins nombreuse qu’actuellement. Ce système serait alors beaucoup plus efficace donc plus autoritaire et plus totalitaire.

    Il faut « libérer » le peuple et non « l’asservir ». Il faut donner à l’individu la possibilité d’exprimer QUI il est, et non lui donner une identité « nivelée par la base », uniforme, homogène et aseptisée.

    Les Québécois d’aujourd’hui, sont les descendants de ces hommes « libres » qui ont conquis l’Amérique du Nord et qui ont su créer une société symbiose avec les autochtones de l’époque. La notion de « réserve » pour les amérindiens n’a jamais effleuré leur esprit.

    Ces hommes et femmes qui ont voulu créer un pays de liberté, respectant la nature humaine sous toutes ses formes, mais qui ont dû subir la conquête du système politique le plus évolué de l’époque.

    Ceux qui étaient parvenus à se libérer du système, les Acadiens, furent « déportés » et disséminés pour éviter que le principe se répande. Cinq ans plus tard les autres, qui vivaient dans un système un peu moins égalitaire, furent abandonnés et livrés à l’Angleterre.

    Évidemment, leur situation sociale fut améliorée avec le changement de système, mais ensuite ce fut un combat jusqu’à aujourd’hui. Moment où nous pouvons reprendre nos droits à cause des failles actuelles de ce système qui n’est pas démocratique.

    La réponse n’est pas la « séparation ». Il faut installer un système politique honnête avant cette sparation.

    Il faut tous Veto au prochaimes élections tout simplement.

    Amicalement

    Elie l’Artiste