Accueil / A C T U A L I T É / Les anarchistes

Les anarchistes

L?anarchie dans sa repr?sentation la plus simple est l??tablissement d?un ordre social sans dirigeant, une ?mancipation individuelle ou collective, une soci?t? plus juste?; base de l?organisation sociale, des relations ?conomiques et politique. Bien que l?esprit m?me de l?anarchie ait toujours exist?, elle prend sa forme et son nom d?finitif au XIX?me si?cle avec l?arriv?e de l??tat moderne dominant. Le r?le de l??tat avec l?omnipr?sence de l??glise? devient tr?s vite l?oppression et l?exploitation.

La r?ponse ? cet ?tat est claire?! L??tat est l?ennemi (porteur de? violences polici?res et guerri?res). La pr?sence soudaine de ce mouvement perturbateur des consciences va au cours des ann?es obliger ? consid?rer l??volution de la soci?t? sous un autre aspect.

Mais cela ne se fera pas sans effusion de sang.

L?anarchie trouve donc sa raison d?exister au grand jour. Elle s?oppose aux repr?sentants de l??tat pour lutter contre l?oppression et l?exploitation, elle est r?volutionnaire. Le PIB de 1800 ? 1870 par habitants est multipli? par quatre sans modifier pour autant le niveau de vie de la population, il stagne, il ne s?am?liore pas. Le capitalisme en est la principale cause et les revendications seront accueillies par une r?pression violente ??R?pression = action??. C?est l?anarchie qui subira les qualificatifs de d?sorganisation et de destruction de la soci?t?, de violence, de chaos mais jamais au grand jamais on lui attribuera des id?es qui se veulent constructives du monde moderne. Pourtant! Au grand dam de la classe dirigeante, ce fut le moteur essentiel des avanc?es sociales.

En cette fin de si?cle et d?but XX?me? plusieurs pens?es anarchiques s?affrontent, notamment celle proudhonienne et? Marxiste.

Malgr? cela, toutes les tendances se rejoignent et coexistent au sein des diff?rentes associations libertaires. Derri?re la pens?e anarchique, on trouvera? communisme, syndicalisme et socialisme.

Mais aussi insurrectionnelle. En 1877 Cafiero et Malatesta franchirent une ?tape qui sera probablement le d?veloppement durable du mouvement anarchique en? brulant les titres de propri?t?s ainsi que les archives de la monarchie et de l??tat dans plusieurs communes du B?n?vent, en Italie. Le contenu de la caisse du percepteur sera distribu? aux plus d?munis. Le mouvement anarchique va prendre de l?ampleur et s??tendre en Espagne ainsi qu?en Russie. Dans les ann?es suivante elle s??tendra ? l?argentine, l?Ukraine et le Br?sil.

En France ce sont Elis?e Reclus et Jean Grave qui sont les fondateurs du mouvement anarchique. D?autres? vont se tourner vers le syndicalisme et fonder la CGT (Emile Pouget et Pierre Monatte). Plusieurs vont choisir cette direction, les Catalans (CNT cr?e en 1910). Plus tard, les ?l?ments les plus durs du mouvement anarchique s?empareront de ce syndicat? qui sera renommer CNT-FAI (en 1927). En Catalogne (1936) ils prendront la t?te de la r?sistance.

Le POUM (parti ouvrier d?unification marxiste) hostile ? la troisi?me internationale communiste, organisera la premi?re tentative tr?s pouss?e de collectivisme. Ils imposeront l??galit? des r?mun?rations, mettront en ?uvre la r?forme agraire, les usines seront g?r?s par des conseils ouvriers. Durant la guerre civile d?Espagne, hormis les formations Catholiques, les monarchiques et la Phalange FN, en un mot les nationalistes , viendra le NKVD (brigade stalinienne form? en 1937) pour porter la touche finale ? la liquidation de la tendance anarchique.

L?Espagne sombre dans la dictature avec Franco, les communistes dans celle de Staline.

En cherchant bien, chacun pourrait se trouver en lui un g?ne philosophique de nature anarchique. Mais si tant est que l?on veuille bien ne pas en refouler l?id?e et que le mot libert? ne soit pas d?voy? de sa nature originelle et accept? comme une valeur porteuse de l?anarchie. Pourquoi pas?si je puis me permettre! Puisqu?en des temps recul?s, nos anc?tres se sont? am?nag?s des soci?t?s sans autorit? politique, d??tat ou de police.

Tout pourrait avoir commenc? ? prendre forme avec la th?orie du contrat social de HOBBES. C?est une th?orie prenant comme r?f?rence l?agissement de l?individu dans l??tat de nature et des lois naturelles. De ces lois naturelles, les individus doivent pouvoir avec l?aide de la raison vivre en soci?t?.

Il en ressortira que vivre en soci?t?? implique donc une restriction du droit naturel afin d??viter les tentatives syst?matique? d?accaparements sur toutes choses par l??tablissement de lois civiles. L?anarchie reconnait la n?cessit? de lois civiles.

ROUSSEAU reprendra plus tard ce concept. Pour lui, la raison et l?id?e m?me de devoir sont absentes de l??tat de nature, elle se limite aux principes primitifs de ??l?amour de soi et la piti?.

Dans son Discours sur l’in?galit?, Rousseau ?voque la progression de l’in?galit??: ??l’?galit? rompue fut suivie du plus affreux d?sordre?: c’est ainsi que les usurpations des riches, les brigandages des pauvres, les passions effr?n?es de tous ?touffant la piti? naturelle, et la voix encore faible de la justice, rendirent les hommes avares, ambitieux, et m?chants??.

Le d?sordre ne viendrait pas comme on veut nous le faire croire de l?anarchie. Mais une chose est certaine, l?anarchie se r?active spontan?ment par des r?ponses r?volutionnaires aux d?sordres engendr?s par les in?galit?s provoqu?s non pas pour des causes de diff?rences mais par la spoliation et l?injustice.

Du Contrat social, Rousseau cherche le fondement d’une autorit? l?gitime parmi les hommes. Il s’agit pour lui de d?finir ? quelles conditions l’homme peut se soumettre ? une autorit?, ici de nature politique, sans rien perdre de sa libert?. L’homme ?tant naturellement libre, ce fondement ne peut ?tre qu’une convention. Comment les hommes peuvent-ils associer leurs forces, sans renoncer pour autant ? la libert??? Tel est le probl?me du contrat social, ?nonc?e en ces termes?: ??Trouver une forme d’association qui d?fende et prot?ge de toute la force commune la personne et les biens de chaque associ?, et par laquelle chacun, s’unissant ? tous, n’ob?isse pourtant qu’? lui-m?me, et reste aussi libre qu’auparavant??.

On parle de droit naturel et droit positif.

L??tat de nature et l??tat civil ont une similitude. Quiconque observe, pense et raisonne connaitra les pens?es et les passions des autres hommes. Dans l??tat civil, il s?agit de d?passer l?individu pour l?humanit?, c?est ? dire ? l?ensemble des individus r?uni en soci?t? et d?fini par les r?gles du droit positif. Il aura suffit de recr?er l?isolement par la peur pour que la conservation individuelle devienne priorit? sur? le bien commun, l?ennemi c?est le voisin. L?homme retourne ? son isolement hors de toutes organisations qui structure la contestation, livr? et soumis ? l?intoxication, la d?sinformation, la dissimulation et le mensonge. Mais cette soci?t? ne peut plus ?tre un ?tat de nature.

La m?thode la plus prometteuses de nos jours, modifier le sens du langage, appauvrir la port?e des mots, les d?tourner de leurs d?finitions afin d?en d?truire la pens?e ou ses valeurs originales parfois charg? d?une histoire.

Si aujourd?hui certains viennent ? se r?clamer de De Gaulle, de Jaur?s, ce n?est pas par pur b?tise mais bien pour tenter de dissimuler un syst?me politique antisocial en portant la confusion dans les esprits. M?me les plus jeunes ne seront pas ?pargn?s avec Guy Moquet.

La destruction de la soci?t?, la violence, le chaos serait-elle vraiment les valeurs v?hicul?s par? ??l?anarchie???? Ou est-ce une crainte?entretenue?

L?anarchie s??tant opposer ? l?autoritarisme et au refus des institutions polici?res et guerri?res, celle-ci aura forc?ment accueilli au fil des d?cennies tous les pomm?s de la terre en difficult? d?insertion ou en conflit avec la soci?t?. Donnant parfois des? mouvances des plus h?t?roclites.

Mais le plus stup?fiant de tous et qui pourrait mettre un peu plus de confusion et de d?sordre dans des esprits d?j? servile ou faire tomber les derniers bastions de r?sistance repr?sentant un danger ? la d?r?gulation totale de la soci?t?, affaiblir ses institutions et reprendre le pouvoir sur les valeurs sociales acquises, c?est l?appropriation du terme anarchiste par les ultra lib?raux (ce qui n?a rien d??tonnant en somme).

Aurait-il fallu d?poser la philosophie anarchique?? ?? Tous droit philosophique r?serv? Pour ?viter ces indignes vols de la pens?e. Certes?! On les reconnait ainsi plus ais?ment parce qu?ils osent tout.

Plus commun?ment d?nomm?, ??Les anarcho Capitalistes??, les ultra lib?raux se prennent donc pour des anars parce qu?ils rejettent l’autorit? de l’?tat. Mais attention?! Celui de l??tat commun pour l?int?r?t priv?. Et pas des moindres?!

Tout doit ?tre privatis??: la police, la justice, l?arm?e, l?enseignement etc?Tous?vous dis-je!

Plus encore avec David Friedman et Murray Rothbard .

Ils d?fendent le droit d’accomplir des actes qui sont jug?s illicites ou immoraux, la production et la vente de drogues, la vente d?organes, la prostitution, ?la vente d?armes ? feu et ainsi de suite?

Hobbes et Rousseau ont bien compris que la loi naturelle ne pouvait suffire. La loi civile ou droit positif ?tait la seule garantie d?une organisation juste.

Les anarcho Capitaliste eux, NON?!

Et dans quelle soci?t? glissons-nous??

Gasty???????? (L’anarchie est la formulation politique du d?sespoir, L?o Ferr

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les ailes de la liberté

Dans l’air du temps. Il fut un temps jadis où le maintien de l’ordre était ...

10 Commentaire

  1. avatar

    Salut, Gasty, et merci pour ce rappel utile.

    Et si Ferré s’était trompé de formulation ? Peut-être faudrait-il dire : « L’anarchie est la formulation politique de l’ESPOIR ». Pour une société plus juste et plus égalitaire, plus en phase avec la pensée de Proudhon ou de Fourier.

    Bonne journée.

    • avatar

      Salut Fergus

      De l’espoir oui,comme il peut y en avoir en Tunisie, bonne chance à eux.
      Et donc si Fergus avait raison?

      (L’anarchie est la formulation politique de l’espoir, FERGUS)

  2. avatar

    Salut Gasty,

    Je suis d’accord avec toi sur l’ensemble, sauf peut-être un point. Doit-on vraiment se protéger du droit naturel par des lois civiles? Nous avons plusieurs preuves qu’une société saine avec une éducation saine depuis la naissance ne nécessite pas de se protéger par des lois. Ce sont les sociétés matriarcales, comme les Trobriandais.

    Une société qui ne vit pas en accord avec les lois de la nature doit certes se protéger des autres par des lois civiles. Mais une société qui vit en accord avec les lois naturelles n’a pas besoin de se protéger des autres membres de son groupe. Qu’en penses-tu?

    Cordialement,

    Nicolas

    • avatar

      Difficile question. Font ch.. les trobriandais.

      Certains pourraient avoir à dire qu’il n’y a de droit que pour les individus vis à vis des individus et cette notion de droit est étrangère à la nature.

      La nature de l’homme qui est dans un milieu naturel et par conséquent dans un état de nature se trouve confronté à une loi qui lui est naturelle,elle s’impose naturellement.Faisant parti intégrante de son milieu naturel il ne viendrait pas à l’homme de détruire son milieu.Aurait-il sinon le sentiment de sélectionner sa destruction.

      l’homme dénaturé dans un environnement qui n’est plus naturel, (la nature ne faisant plus parti de son état) a plutot tendance à détruire son environnement et à devoir se protéger.

      Alors, je ne sais pas ce qu’il faut en penser vraiment.Est-ce que cela influence les comportements ?

      Cordialement

      Gasty

    • avatar

      Ce n’est pas du droit naturel qu’on se protège mais de nous-même.

    • avatar

      Gasty,

      Je pense que les lois civiles sont nécessaires à l’être humain dénaturé seulement. À ce sujet je te réfère à l’excellent livre de Wilhelm Reich : « L’irruption de la morale sexuelle ». En se basant sur les travaux de Malinowski, Reich démontre qu’une société matriarcale vivant en harmonie avec la nature et ayant donc une grande liberté sexuelle ne développe pas de psychose, de névrose, ni de crime passionnel. C’est une société pacifique qui vit en paix et dans l’harmonie. Il y a bien sûr des règles communément admises, mais pas de lois civiles appliquées par la force. Le seul fait de risquer d’être rejeté par la communauté est suffisant pour empêcher un comportement nuisible, à quelques exceptions près.

      Cordialement,

      Nicolas

  3. avatar

    Je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais vous ètes en train de parler de la société amérindienne d’avant « l’apport civilisateur »

    😉

    Amicalement

    André Lefebvre

  4. avatar

    @ Nicolas Beaudin

    Je note les références, merci.
    Aujourd’hui, risquer le rejet par la communauté les feraient s’échapper des lois de la nature pour venir se réfugier dans les lois civiles.

    @ Lartiste

    Je vous en supplie,surtout ne dites rien aux Amérindiens sur mon écart de vocabulaire. 😉

    Bonne journée à vous