Accueil / A C T U A L I T É / Législatives : comment éviter que les électeurs de Mélenchon et de Hamon ne s’éparpillent, façon puzzle

Législatives : comment éviter que les électeurs de Mélenchon et de Hamon ne s’éparpillent, façon puzzle

Législatives : comment éviter que les électeurs de Mélenchon et de Hamon ne s’éparpillent, façon puzzle

 

Quelles ambitions pour la gauche sociale et écologiste, celle qui s’est portée sur le vote Mélenchon ou Hamon au premier tour de la présidentielle ? Souhaite-t-elle vraiment peser à l’Assemblée nationale en faisant l’effort de s’unir, pour construire un « avenir en commun » et « désirable » ? Une « concurrence sauvage » risque d’être la règle entre la France insoumise, le PCF, les écologistes ou l’aile gauche du PS, ce qui fera le jeu d’En marche !. Pourtant, en cas d’alliance, le nombre de députés en position éligible est considérable. Quelles seraient les conditions d’une dynamique commune, sans repartir dans de vieilles et discréditées négociations d’appareils ?

Les 11 et 18 juin prochain, en élisant leurs députés, les Français décideront en dernière instance de la politique que mènera le gouvernement qui sera issu de ces élections législatives. Celles et ceux qui promeuvent une alternative de gauche au néo-libéralisme disposent encore de quelques atouts. Jean-Luc Mélenchon a réalisé de très bons scores dans plusieurs villes – à Lille, Marseille, Montpellier ou Toulouse – et départements – Ariège, Dordogne, Guyane ou Seine-Saint-Denis – au premier tour de l’élection présidentielle. Les électeurs l’ont placé en tête dans 58 circonscriptions métropolitaines.

Si l’on y ajoute les scores de Benoît Hamon, le potentiel électoral de la gauche est encore plus flagrant : cumulées, les candidatures de la France insoumise et de l’aile gauche du Parti socialiste sont arrivées en tête dans 213 circonscriptions métropolitaines. Pour faire naître une dynamique commune, encore faut-il que le candidat d’un « futur désirable » clarifie sa position vis-à-vis d’un PS qui vient d’enterrer, sans sourciller, son programme. Hamon a annoncé ce 10 mai qu’il lancera, le 1er juillet, « un mouvement pour reconstruire une gauche inventive, qui dépassera les étiquettes politiques ». Mais quelle sera l’attitude de l’aile gauche du PS d’ici-là ?

« Pour la première fois, des gauches authentiques, se réclamant d’une vraie logique de transformation sociale et écologique, de remise en cause de l’ordre des possédants, sans faux-nez, disposent d’un socle électoral important. Un socle précieux, sur lequel s’appuyer face au programme néo-libéral de Macron », positive Pouria Amirshahi, député « frondeur » socialiste et démissionnaire du parti il y a un an. « La gauche a donc intérêt à s’unir dès le 1er tour. »

 

C’est là que le bât blesse. Les différentes formations de gauche ont bien du mal à se mettre d’accord pour des candidatures et un label commun aux législatives. Y compris au sein des forces ayant appuyé la candidature de Mélenchon : La France insoumise d’abord, principal artisan de la percée électorale de Mélenchon avec son demi-million d’adhérents en ligne et son programme « L’avenir en commun » ; le Parti communiste (PCF) ensuite, ainsi qu’Ensemble !, autre composante du Front de gauche. Pour l’instant, les négociations n’ont pas abouti. Un accord de désistement réciproque entre La France insoumise et le PCF avait été envisagé sur une cinquantaine de circonscriptions.

Mais dans la soirée du 9 mai, les discussions ont tourné court. Selon Manuel Bompard, ancien directeur de campagne de Mélenchon, le PCF réclamait la moitié des 577 circonscriptions. Soit bien davantage que son poids politique : la dernière fois que les communistes ont présenté une candidature à la présidentielle, avec Marie-George Buffet, celle ci à attiré 1,93% des suffrages (707 000 voix), dix fois moins que le candidat de la France insoumise. Le parti n’a maintenu son groupe parlementaire en 2012 (15 députés) que grâce à l’appui du PS. Les tractations ont également achoppé sur la question du programme, d’un label commun et d’une association de financement unique.

« Si l’on repart dans des combines de partis, la moitié de l’électorat restera chez lui »

« A chaque élection législative, il y a une baisse de participation. Notre premier objectif est de faire voter les sept millions d’électeurs qui se sont portés sur la candidature de Mélenchon. C’est infaisable si nous leur expliquons, quelques semaines après la présidentielle et le large mouvement en faveur du programme L’avenir en commun, que l’on repart dans des combines de partis. Dans ce cas, la moitié de l’électorat restera chez lui », estime Martine Billard, coordonnatrice du programme écologie de La France insoumise et secrétaire nationale du Parti de gauche (PG), fondé en 2009 autour de Mélenchon.

L’argument s’entend. Le Front de gauche, cartel de partis et de petites organisations, emmenée par le PCF et le PG qui ont porté la candidature Mélenchon en 2012, n’a jamais obtenu de résultats probants aux élections, qu’elles soient nationales ou locales : 6,3% aux européennes en 2014, malgré les 11% réalisés par leur candidat deux ans plus tôt ; 6,5% en PACA lors des régionales de 2015, malgré une alliance avec les écologistes. L’échec aux élections régionales, alors que ces formations ont présenté des alliances à géométrie variable selon les régions, a montré la nécessité d’un label commun.

L’idée d’une bannière commune, « La force du peuple », a été discutée entre France insoumise et le PCF, mais finalement abandonnée. « A chaque fois que l’on a des étiquettes différentes, les scores en pâtissent. Quel est l’intérêt de tout changer d’ici quatre semaines au risque d’être illisible ? », argumente Martine Billard. Le PCF pourrait donc désormais proposer des alliances au PS, pour pouvoir briguer quelques sièges de député. De son côté, la France insoumise a choisi de soutenir les candidatures de Marie-George Buffet (PCF) et Clémentine Autain (Ensemble) en Seine-Saint-Denis, de François Ruffin, journaliste de Fakir, dans la Somme, ou encore celle de Sergio Coronado (EELV), député des Français établis hors de France (Amérique latine).

« Le risque, c’est une concurrence sauvage à gauche »

« Il faut un label commun », approuve Pierre Khalfa, membre d’Ensemble ! « Mais si c’est France insoumise, cela signifie pour tous les autres d’intégrer le mouvement, donc une quasi dissolution de leurs organisations politiques. C’est pour cela que les discussions bloquent. La clé, c’est le sigle national, celui qui sera déposé en préfecture et identifiera l’ensemble des listes d’union. » Ce qui sert aussi à déterminer la répartition des financements publics aux partis politiques, même si un accord peut être trouvé entre formations. En l’absence d’alliance plus large, « le risque, c’est une concurrence sauvage à gauche », craint Pierre Khalfa.

Cela menace d’être le cas à Grenoble, ville emblématique remportée en 2014 par une majorité municipale rouge et verte face au dauphin du maire sortant Michel Destot (maire depuis 18 ans), député PS et soutien de Manuel Valls. Dans la circonscription où le socialiste se représentera le 11 juin, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête avec 28,5% des suffrages. S’y l’on y ajoute le score de Benoît Hamon, la gauche flirte avec les 40%. Mais trois, voire quatre, candidats s’en revendiquant – de la France insoumise, du PCF, ainsi qu’une candidature écologiste ou citoyenne – compromettent les chances de se qualifier, permettant ainsi la réélection de Michel Destot, bien plus proche d’« En marche » que de « L’avenir en commun ».

Sans accord, la gauche serait éliminée d’entrée dans 337 circonscriptions sur 577

Une candidature issue de la société civile pourrait-elle mettre tout le monde d’accord ? Mathilde Dupré a ainsi été sollicitée par Eric Piolle, maire écologiste de Grenoble ayant appelé à voter Mélenchon, pour y être candidate. La jeune femme de 32 ans a mené campagne contre les paradis fiscaux lorsqu’elle travaillait au CCFD terre-solidaire, puis contre les traités de libre-échange au sein de l’Institut Veblen. Localement, « les discussions n’ont pas encore abouti », confie-t-elle. En l’absence de dynamique commune, Mathilde Dupré ne se présentera pas. Autre circonscription convoitée, Montreuil, où Mélenchon a attiré 40 % des suffrages exprimés, loin devant Macron (25%) et Hamon (12%). La concurrence y est littéralement sauvage : un candidat étiqueté Front de gauche – l’adjoint au maire Gaylord Le Chequer – y affrontera la France insoumise – qui y parachute Alexis Corbière, porte-parole de Mélenchon –, ainsi que le député sortant PS Razzy Hammadi, l’écologiste Pierre Serne, et probablement une candidature « citoyenne ». Sans oublier celle d’En marche ! en embuscade.

Si ce type de situations se multiplie ailleurs, les 7 millions d’électeurs de Mélenchon et les 2,3 millions d’électeurs de Hamon seront tentés de s’éparpiller, façon puzzle. L’électorat de Mélenchon ira-t-il voter en priorité pour un « insoumis » le 11 juin en cas d’inflation de listes de gauche ? Le leader de La France insoumise a réussi l’exploit d’attirer de nouveaux électeurs souvent tentés par l’abstention – 30% des 18-24 ans et 31% des chômeurs. Son électorat demeure cependant largement de gauche : 44 % des électeurs se positionnant « à gauche » de l’échiquier politique ont choisi le candidat de la France insoumise, loin devant Emmanuel Macron (32 %) [1]. Parmi eux, on compte plus d’un tiers des sympathisants écologistes et un quart des sympathisants socialistes.

Confusion au PS

Une concurrence extrême risque de démobiliser une majorité de cet électorat de gauche, autant que de petites « combines » entre partis. Selon nos estimations, avec une participation de 60% au premier tour des législatives, la gauche serait présente au second tour dans 240 circonscriptions et serait éliminée dès le premier tour dans 337, en cas de division. En cas d’accord, le nombre de circonscriptions où elle serait éliminée tomberait à 97. La différence est énorme.

- Voir notre carte interactive : La carte des circonscriptions où la gauche sociale et écologiste pourrait se maintenir… ou être éliminée

Quelles sont les attitudes d’EELV et de l’aile gauche du PS, dont les appareils ont soutenu Benoît Hamon et sont censés présenter des candidatures communes ? Une alliance est-elle possible avec la France insoumise ? « Une immense majorité d’électeurs ne veulent plus entendre parler du PS et des magouilles entre partis. Quant à EELV, nous n’arrivons pas à savoir ce qu’ils veulent », cingle Martine Billard. « Nous n’avons pas de retour aux coups de fil que Benoît Hamon a passé à Jean-Luc Mélenchon. Ce sont eux qui ont fait 19 %, c’est à eux que revient la responsabilité de prendre l’initiative d’un rassemblement », répond Roberto Romero, délégué général de la campagne de Benoît Hamon et conseiller régional en Île-de-France. « Nous menons des discussions avec le Parti communiste pour étudier les appuis ou les désistements possibles en faveur d’un seul candidat de gauche. Mais aucun label n’a pour l’instant été admis par les différentes composantes », poursuit l’élu PS.

« Laisser à Macron le monopole du renouvellement politique serait une grave erreur »

Du côté du PS, pour le moment, c’est l’extrême confusion. Le programme de Benoît Hamon, et les mesures intéressantes qu’il contient en faveur d’une meilleure répartition des richesses et d’une transition écologique, a été écarté par Solférino, lors du bureau national du 9 mai, sans que l’aile gauche du parti ne s’y oppose. Si celle-ci continue de se présenter sous l’étiquette PS, comment un électeur pourra-t-il distinguer ceux qui souhaitent toujours œuvrer à un « futur désirable » de ceux qui soutiendront les politiques néolibérales que promet Emmanuel Macron ? D’autant que l’investiture par le PS implique une discipline de vote et donc un engagement du candidat à faire front commun, quelles que soient les orientations du futur groupe PS.

« Il faut un maximum de candidatures d’union à gauche pour les législatives. Je soutiendrai par delà les étiquettes tous ceux qui y sont engagés », a déclaré, le 7 mai, Benoît Hamon. Le vainqueur de la primaire pourrait ainsi appuyer des candidatures de gauche non socialistes, comme dans l’Essonne, face à Manuel Valls et Malek Boutih qui soutiennent Macron. Deux circonscriptions où Mélenchon est arrivé en tête avec, respectivement, 30 % et 28 % des suffrages. Programme enterré, soutien à des candidats de gauche au-delà des étiquettes, nouveau mouvement le 1er juillet, mais absence de rupture avec le PS : la posture alambiquée de Benoît Hamon semble pour le moment totalement inaudible.

« Soit les gens sont responsables et font des sacrifices, en n’acceptant de chaque côté de ne pas se présenter partout, soit cela annonce un désastre de grande ampleur », craint Pouria Amirshahi. « Les insoumis risquent de disparaître avec la vague qui emportera tout le monde. » L’ancien député veut « montrer l’exemple » en allant soutenir des candidats de toutes étiquettes : « Des gens qui ont fait ce qu’il fallait pendant cinq ans et qui seront utiles demain », tels François Ruffin, fondateur du journal Fakir et candidat insoumis à Amiens, Caroline de Haas, initiatrice de la pétition contre la loi travail et candidate à Paris face à Myriam El Khomri, ou Barbara Romagnan, candidate socialiste et écologiste à Besançon. Objectif : « Laisser à Macron et En marche le monopole du renouvellement politique serait une grave erreur. »

Ivan du Roy

Notes

[1Selon le sondage Ipsos / Sopra Steria réalisé le 23 avril sur la sociologie des électorats.

Commentaires

commentaires

A propos de Bastamag

avatar

Check Also

L’assassinat de Kennedy : Oswald, ou le parfait pigeon (22)

Aurait-on pu éviter Dallas ?  On ne refait pas l’histoire, mais il n’empêche, on sait ...