Accueil / T Y P E S / Articles / Le vrai visage d’Obama

Le vrai visage d’Obama

 

obamawar

Celui qui déclarait, en octobre dernier, avec le plus grand sérieux du monde, que la politique extérieure des États-Unis d’Amérique reposait sur un principe fondamental de non-intervention dans les Affaires internes des autres pays, se retrouve aujourd’hui, plus que jamais à visage découvert.

« Moi, Barack Obama (…) je considère que la situation au Venezuela (…) constitue une menace extraordinaire et inhabituelle pour la sécurité nationale et la politique extérieure des États-Unis« . 

« C’est pourquoi je déclare l’urgence nationale pour faire face à cette menace« . 

Comment, un pays de moins de 29 millions d’habitants, à des milliers de kilomètres des États-Unis, sans armes nucléaires, promoteur avant tout d’une Amérique latine territoire de paix, peut-il devenir tout d’un coup une menace extraordinaire et inhabituelle pour la sécurité nationale et la politique extérieure des États-Unis ?

Comment peut-il faire une telle déclaration au lendemain de la visite au Venezuela d’une délégation d’UNASUR, invitée spécialement par le président Nicolas Maduro, pour constater sur le terrain la nature et l’ampleur des problèmes que vit le pays et pour échanger à leur sujet avec les principaux représentants politiques, économiques et sociaux concernés ?

Comment peut-il ignorer l’avis des principales instances régionales, telles UNASUR, ALBA, CELAC qui regroupent, dans leur ensemble, tous les pays de l’Amérique latine ? Ces dernières se déclarent contre tout interventionnisme dans les affaires internes des pays latino-américains et des Caraïbes et, dans le cas du Venezuela, la délégation d’UNASUR s’en remet au processus constitutionnel qui prévoit pour décembre prochain des élections pour le renouvellement des députés à l’Assemblée générale ?

L’Amérique latine et les Caraïbes représentent 33 pays, comprenant plus de 500 millions d’habitants. Longtemps considérée comme la cour arrière des États-Unis, elle s’affirme, aujourd’hui, comme un territoire de paix, de souveraineté et d’indépendance.

Il y a quelques mois à peine, ce même Obama reconnaissait que la politique des États-Unis et le blocus criminel contre Cuba avaient été un grand échec. Un aveu inattendu qui laissa entrevoir un changement de direction des politiques extérieures des Etats-Unis dans ses relations avec l’Amérique latine, devenue souveraine et indépendante. C’est en ce sens que la reprise des pourparlers avec Cuba se présenta comme pleine de promesses.

Le rêve ne dura pas longtemps. Pendant que les réflecteurs étaient tournés vers ces négociations de réconciliation entre Cuba et les États-Unis, ce même Obama déclarait la guerre des sanctions contre le Venezuela, ignorant complètement sa déclaration concernant l’échec du blocus économique contre Cuba. Avec le décret d’hier, il va encore plus loin. Il déclare la guerre au Venezuela.

On attribue la reprise des échanges entre Cuba et les États-Unis à une intervention du pape François auprès d’Obama. Si tel fut le cas, il faudrait, et c’est urgent, qu’il en fasse tout autant auprès de ce dernier pour éviter une guerre sanglante qui risquerait d’enflammer toute l’Amérique latine. Il faut qu’il fasse comprendre à M. Obama qu’il appartient aux instances multilatérales d’arbitrer les conflits mettant en cause le respect du droit des personnes et des peuples.

Pour un récipiendaire du prix Nobel de la paix, les projets de guerre ne lui manquent pas : Syrie, Irak, Ukraine, Russie et maintenant le Venezuela. Il est temps qu’il prenne un temps d’arrêt. Le bon sens n’y est plus. Il met son pays sur un pied de guerre pour voler au secours de criminels assassins qu’il convertit arbitrairement en prisonniers politiques. C’est hors de toute proportion et c’est prendre le monde pour des cons.

Nous sommes bien loin de ce jeune Obama militant dans les quartiers pauvres de Chicago, assurant la défense des pauvres et laissés pour compte de la société. Nous sommes loin de ce Obama qui avait redonné espoir à l’Amérique qu’un autre monde était possible. Il disait à l’époque, avec la passion qui l’habitait, « Yes, we can ». « Oui nous pouvons ».

Malheureusement, ce rêve d’Obama se révèle être aujourd’hui toute autre chose de ce qu’il était au temps de la conquête du pouvoir.

Si le pape François veut empêcher une guerre sanglante au Venezuela et éventuellement dans l’ensemble de l’Amérique latine, il est temps qu’il agisse et vite. Il se doit de dénoncer avec force et sans ambiguïté cette forme d’interventionnisme dans les affaires internes du Venezuela. Une occasion unique pour l’Église de se racheter de toutes les fois où elle a servi de caution à pareilles interventions.

Sans l’appui du Vatican, Obama ne saurait s’aventurer dans une guerre en Amérique latine. Il est important que le pape François lui fasse savoir que l’Église et le Vatican s’opposent fermement à ce décret et qu’ils ne le suivront pas sur cette voie de l’interventionnisme.

 

Oscar Fortin

Le 10 mars 2015-03-10

http://humanisme.blogspot.com

Commentaires

commentaires

A propos de Oscar Fortin

avatar

Check Also

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (5)

Alors que les groupes de milices se sont répandus aus USA, et notamment au Michigan ...

2 Commentaire

  1. avatar
    Gaëtan Pelletier

    M. Obama a reçu le prix Nobel de la paix… en …parlant … du désarmement nucléaire. Un bon jury!
    Maintenant, la question est la suivant: le président ( passé ou à venir) a-t-il encore un certain pouvoir? Il semble que l’impérialisme américain restera l’impérialisme américain. Et Madame Clinton – ou Jeff Bush, seront dans la continuité étasunienne.
    Nous en avons donc pour une décennie et plus encore à subir ce monstre d’affairistes et de tricoteurs de révolutions qui vont implanter la …démocratie. God Bless America!
    La notion du bien et du mal est hypocrite. Mais bon! Vous savez comme moi que les hypocrites sont signalés dans la bible. Je vois se pointer les athées…
    Peu importe en ce que l’on croit, le terme humanisme s’applique à toutes les religions dans leur essence. Il faudrait donc s’occuper de l’Homme avant de se déclarer missionnaire d’une conception d’un dieu qui fait l’affaire de ceux qui ont la prétention d’agir en son nom.
    À mon avis, M. Obama a été piégé. Piégé par les véritables décideurs du « modèle » américain.

  2. avatar

    Bonjour Gaétan, je suis heureux de te retrouver sur cette relance de centpapiers. J’ai su par Elyan que le site avait repris vie et à ma première visite j’y vois mon dernier article sur Obama. Tu as raison de dire qu’à quelques nuances près le Parti républicain et le Parti démocrate peuvent être considérés comme les deux faces d’une même monnaie. Ils ont les mêmes donateurs et les mêmes maitres. Tous ceux et celles qui se présentent à la Présidence de ce pays savent très bien qu’il en est ainsi et qu’ils en acceptent les règles dont celles d’assurer une apparence de démocratie pour dissimuler le caractère dictatorial de ses maitres. Obama savait cela comme Hilary Clinton sait cela depuis bien longtemps. En ce sens, ils n’ont pas d’excuses pour remettre sur d’autres la responsabilité qu’ils ont accepté d’assumer en trompant le monde…. C’est triste à dire mais c’est comme ça et tu le sais beaucoup mieux que moi.

    Bonne fin de soirée et heureux de te lire