Accueil / A C T U A L I T É / Le vœu de chasteté du groupe communiste – Front de gauche au Conseil de Paris

Le vœu de chasteté du groupe communiste – Front de gauche au Conseil de Paris

 

N’achetez plus votre poupée sexuelle, louez-la, c’est moins cher ! Et puis vous gagnerez du temps, vous n’aurez plus besoin de la nettoyer après usage. La société Xdolls qui loue son jouet sexuel pour 89 euros l’heure s’en chargera efficacement, « genre au karcher ». Après ce court passage publicitaire plusieurs questions se posent.

Mais avant de répondre il vous faut des informations complémentaires.

Le patron de l’établissement, en fait un appartement de 70 m², qui par le passé gérait des boutiques de cigarettes électroniques, a 29 ans et se nomme Joachim Lousquy. Ses clients majoritairement masculins, mais aussi des couples entre 30 et 50 ans « plutôt CSP + propres sur eux », règlent la prestation par internet. Au premier regard et d’après la photo qui illustre cet article, les poupées made in China utilisées ne sont pas du haut de gamme, mais vaudraient quand même quelques milliers d’euros. Pour compenser la froideur de l’objet en silicone vous avez « au mur, un écran avec des vidéos pornos « pour la stimulation ».

Pour Nicolas Bonnet Oulaldj, président du groupe communiste – Front de gauche au Conseil de Paris, « Xdolls véhicule une image dégradante de la femme ». L’élu considère également que le propriétaire est assimilable à un proxénète qui exploite un lieu de prostitution. Donc, pour lui les robots sexuels seraient des prostituées. De plus, M. Lousquy a déclaré « Xdolls » au registre de commerce en tant que maison de jeux comme si c’était une salle avec des baby-foot ou des flippers ».

« Les élus de son groupe viennent de déposer un vœu au Conseil de Paris (qui débute ce mardi) demandant l’interdiction de Xdolls, maison close de sex-toys géants « nouvelle génération ».

Il se trouve que Xdolls est le premier lieu français avec des poupées silicone, alors sous quel nom déclarer cette entreprise d’un nouveau genre ; services particulier à la personne ou salle de sport en chambre ?

Pierre Laurent a également décidé de se mêler de cette affaire et va déposer une question écrite au Sénat. Ce qui choque le plus le secrétaire national du PC, ce n’est pas le tour de poitrine des poupées « robots sexuels », mais leur taille de seulement 1m45. Le sénateur préfère-t-il les grandes ? En fait non, Pierre Laurent fait un rapprochement avec la pédophilie, car pour lui « certaines peuvent faire penser à des enfants ». L’élu parisien va encore plus loin en estimant que ce genre de commerce et « un moyen détourné pour amener l’acceptation par l’opinion du retour des maisons closes ».

Pierre Laurent a quelque chose de Marthe Richard. La conseillère municipale de Paris à l’origine de la loi qui porte son nom. Une loi qui imposa la fermeture des maisons closes. Mais le sénateur communiste n’a peut-être pas tout à fait tort de protester. Car, lorsque d’autres « maisons de jeux » s’installeront, il sera peut-être compliqué de vérifier qu’elles ne sont pas en réalité de véritables « bordels » avec des femmes en chair et en os. Certes, la prostitution serait le plus vieux métier du monde, mais n’oublions pas la misère sociale et humaine des femmes qui se prostituent parfois sous la contrainte. Faut-il pour autant toujours interdire, n’est-il pas finalement plus simple de contrôler ce nouveau genre de « maison de tolérance » que d’autres formes de prostitution ?

 

Photo – LP/ Philippe Lavieille

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

Bretagne : 50 bougies pour le GR® 34

50 ans, déjà ! C’est en effet en 1968 qu’ont été engagés les premiers travaux de ...