Accueil / A C T U A L I T É / LE VENT DANS MES MOLLETS

LE VENT DANS MES MOLLETS

Jeune rose ?pineuse poussant dans un jardin de n?vroses, Rachel (?Juliette Gombert), perch?e sur la pointe de ses 9 ans, guette avec impatience la rentr?e scolaire lib?ratrice.

Il faut dire que la gamine grandit coinc?e entre une m?re s?farade surcouveuse (Agn?s Jaoui), qui la gave de boulettes de viande, et un p?re (Denis ?Podalyd?s) ?ashk?naze ? l?humour d?sesp?rant.

Pire, elle doit partager sa chambre avec une grand-m?re cabotine (Judith Magre), aussi mutique qu?envahissante.

Une fois en cours, Rachel d?couvre que sa classe n?a rien d?une terre ?promise et que ses camarades la snobent. ?

Heureusement que l?espi?gle Val?rie (Anna ?Lemarchand) s?est mis dans la t?te de devenir sa meilleure copine.

Une com?die dr?le ? en pleurer.

En jetant un regard blas? sur l?affiche de ce film, vous vous dites sans doute que les distributeurs vous prennent pour des touristes en choisissant la fin ao?t pour sortir en catimini un nanar en solde.

Il faut dire qu?une ?com?die familiale fran?aise affubl?e d?un titre qui contient le mot mollets, ?a n?a rien d?engageant ni de sexy.

Alors, ?surtout, ne vous fiez pas ? ?l?emballage qui cache un vrai tr?sor!

Cette ?adaptation du roman de Rapha?le ?Moussafir, par la r?alisatrice de La t?te de maman, fait ?souffler un vent d?intelligence ?rafra?chissant qui ??bouriffe les ?neurones tout en ?soulevant des bourrasques de rire.

Du vent dans mes mollets,?fait partie de ces rares films qui ?parviennent ? se hisser ? hauteur d?enfant.

Cette courte ?chelle permet au ?spectateur de prendre assez d?altitude pour ?contempler, d?un ?il neuf, le monde accident? des adultes.

?Servies par des dialogues mordants, mais brillants comme des dents de lait, Juliette Gombert et Anna ?Lemarchand, les deux jeunes ?com?diennes, font des prodiges.

Comme toujours, ?Isabelle Carr? et Denis Podalyd?s sont ?excellents, c?est Agn?s Jaoui qui cr?e la surprise en se surpassant dans le r?le d?une m?re ?extr?me qui, emport?e par les mauvais courants d?une ?enfance difficile, s?est presque noy?e dans sa vie de femme.

Dr?le ? en pleurer, cette ?com?die est le plus beau ?cadeau ?cin?matographique de l??t?, et de la rentr?e.

Alors, faites marcher vos mollets, courez-y et bon vent.

Sources de la presse sp?cialis?e.

Recevant des soins, l?infirmi?re de service le dimanche, me donna son point de vue, ayant ce film en famille.

En fin d?apr?s-midi je jetais un coup d??il sur les programmes et je me dis pourquoi pas?!

Circonspect, je me rendis tant bien que mal au Capitole.

Ce film, mieux qu?une fiction ressemble comme deux gouttes d?eaux, non ? des mollets, mais ? un v?cu d?une vie en plusieurs qui s?entrem?le pour donner, la v?rit? sur la valeur de l?amiti?, de l?amour v?cu dans une presque indiff?rence.

Il vous prend, les tripes jusqu?? la fin, sur une chanson de Barbara pour clore qui vous clou au si?ge qui de nature rouge se confond avec le ressenti en l?int?rieur des spectateurs dont je fais partie.

Plus d?une fois j?ai narr?, racont?, critiqu? ou ?crit avec passion le ressenti.

Pour une fois je me dois de reconnaitre toutes les valeurs de l?emballement de mot tendresse affectif?; ? ne pas en douter rien ne l?emp?che d??tre projet? en ?cole prim?raire, ? partir de 8 ans.

Une v?ritable le?on de vie.

Je ne souhaite pas, afin de ne pas laisser un leurre ? quiconque aller au-del?, sinon que vous dire vous aller ?couter, pour mieux comprendre votre famille, votre ou vos enfants et leur monde en vous prenant par la pointe des pieds en liant les mains pour aller le voir.

A ne pas en douter, ? la sortie, les pas seront plus lents, et les mains embrum?es de ceux que les yeux ne laissent passer ? cause de la foule.

Mais la force dans le sens de se tenir par les mains quelque soit l??ge, le ressenti sera bien plus fort ? ne pas en douter une seconde.

?

Le Panda

Patrick Juan

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Un faucon maltais envolé, clé de l’affaire… Trump (3)

Notre universitaire évaporé, à l’origine de la fuite sur les e-mails d’Hillary Clinton, avait passé ...

4 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour, Le Panda.

    Excellente idée d’avoir écrit un article sur ce film car il s’agit là d’un petit bijou, servi par d’excellents acteurs (à commencer par les deux gamines, formidables de naturel), une très belle histoire, d’amusants clins d’oeil, et une mise en scène à la fois dynamique et inventive.

    A voir sans hésiter !

    Cordialement.

  2. avatar

    Fergus, Bonjour.

    Merci de ces compliments, je me suis laissé guider par le ressenti de ce que j’ai vu.

    Ce film me fait penser au talent de la gamine de Jeux Interdits qui devint l’artiste que l’on sait.

    Une leçon de vie que des enfants avec des dialogues taillés sur mesures qui donnent envie de voir vivrent des enfants; capables de nous faire vibrer en passant par toutes les émotions.

    Un film plein de fraicheurs dans tous les sens du terme.

    Amicalement,

    Le Panda

    Patrick Juan 🙂

  3. avatar
    Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

    Un extrait sympa 😀

  4. avatar

    Double bravo, comme de nombreux réalisateurs, la réalisatrice de ce film Carine Tardieu a fait des premier pas au Festival du Court métrage de Clermont en 2002.

    J’ai eu l’occassion de discuter avec cette charmante femme il y a 10 ans.

    Aussi simple que talentueuse toujours ou presque plongée en majorité dans le monde l’enfance.

    http://www.actes-sud-junior.fr/9782742753260-l-carine-tardieu-l-aine-de-mes-soucis.htm

    A lire,

    Merci

    Le Panda
    Patrick Juan
    (G)