Accueil / A C T U A L I T É / Le sourire du cul-de-sac

Le sourire du cul-de-sac

 

Discours, discours, projets, projets: Les bouches sont enrob?es de fleurs? Mais les murs des honn?tes gens?sont tapiss?s de sang. ?C?est le r?sultat de l?enfilade de politiciens et de faux?philosophes qui ont marqu? l?histoire. Et des vendeurs du temple bleu? Qui se multiplient comme de faux dieux lustr?s, laqu?s d?or.?
G.P.?

Ce soir, j??coutait le nouveau P.M. du Qu?bec ? la t?l?vision lors d?une entrevue: un mandat de cinq ans pour arriver ? un ?quilibre budg?taire vers 2016, 2017? Son ministre des finances pr?c?dent disait travailler ? un ?quilibre budg?taire vers 2022. ?Il n?est plus l?. Comme les milliers de travailleurs « non-voyants » qui traverse la petite histoire du si?cle sans voir le cul-de-sac plan?taire qui ne sera jamais annonc?.

M?me si on nommait un nain « ?une personne ? verticalit? r?duite« , cela ne change rien ? la?r?alit?:?l??conomie, la finance, toutes les boursouflures de l?instantan?it? ne changent ?rien puisque la r?alit? a chang?. La « recette » de la mondialisation a d?j? un quart de si?cle. Et les vieillottes ficelles datent d?un si?cle. Sauf qu?en un si?cle, le « futur » a d?jou? toutes les pr?dictions. Mais tous les acteurs sont religieusement riv?s ? leur mani?re de g?rer, construisant des routes et des d?routes dans un monde d?j? sur la voie du cul-de-sac. ?Si c?est un ast?ro?de qui a d?cim? les dinosaures, ?cette fois, c?est l?humain qui se sera paradoxalement suicid? avec une vision rose entretenue.

Ou bien cette vision du futur est un d?ni dans lequel chacun sauve sa peau, ou bien c?est une chim?re totale mais ? h?las- bien v?tue.

Disparition lente de la race terrestre: mort par c?cit?. Son « progr?s » n?a ?t? dirig?e que vers une seule art?re qui n?est plus la survie, mais le commerce exacerb? comme but ultime. ?Si, dans les d?buts de l?humanit?, le commerce fut un r?el progr?s dans les ?changes de marchandises aux fins de survie et de confort, le pr?sent ?commerce ?est devenu un jeu de recherche de ?puissance sanguinaire. On tue ? distance, on tue par « commerce », on tue par « empoisonnement continu ».

Si 1000 psychologues et psychiatres se r?unissaient pour ?tablir un diagnostic de l?Homme, on le v?tirait d?une blouse blanche et on l?enfermerait quelque part sur Mars? La prison rouge?

Bouddha est paralys? dans sa m?ditation, pour l?Homme, pourvu qu?il ait de l?action. En un si?cle, on aura r?ussi ? ?tablir des « futurs viables et beaux » par un collier d??tapes mythiques, irr?alistes, par des concepts d??volutions ?par ? paliers plats. Alors, l?escalier est une chim?re nourrie par le petit cat?chisme de l?avoir par une cr?ature au cerveau ?tr?ci et dents longues.

Le pr?dateur ? num?ros et ? paradis fiscaux? La b?te de l?apocalypse qui s?invisible dans les mailles du monde des affaires. Le « pays » n?est plus qu?un terrain et les habitants des outils de d?veloppement abaiss?s au rang des machines ? produire du profit.

Le z?le affich? des « d?cideurs » appara?t irr?prochable. C?est l?art du camouflage, mais avant tout la nouvelle cr?ature exacerb?e, feu et flamme, traversant les cerceaux embras?s dans le grand cirque mondialiste. Le nain-agit?- d?cideur pompeux est devenu le spectacle des bulletins t?l?vis?s. La vie est pass?e du r?el ? l??cran plat. Prodigieux et magique! Sous les chapiteaux du d?but du 20 e si?cle, on pouvait ? en payant, j?ai bien dit en payant- s??tonner des f?tus dans des bocaux, des femmes ? barbes, des enfants ? deux t?tes, etc. Tout cela passe maintenant ? la t?l?, mais en cravate?

La notion de loisir vient ensuite se greffer sur la libert? que dispense le travail serf. Cette notion de loisir ne doit pas faire illusion : elle masque le caract?re c?sarien de la libert? engendr?e sous forme de parole mythique. Les loisirs ne seront que des interruptions planifi?es du labeur, des syst?mes astucieux de r?cup?ration de la fatigue, donc des moyens d?utilisation efficaces et n?cessaires des outils de la production dans l?empire de la production.?Manuel de Di?guez

Le nain-dirigeant, cette personnalit? ??verticalit? restreinte,?a d? cr?er une nouvelle notion et tirer une nouvelle ponction dans les avoirs des citoyens: l?aust?rit?. De toutes ces sciences nouvelles n?es au 20 e si?cle, l??conomie est maintenant au rang des sorciers et de la gu?rison par le venin de serpent. Bizarrement, la pauvret? a ?t? cr?e par les riches et mise sur le dos des pauvres. Ou du hasard? ?C?est ce qu?? pr?tendu M. Paul-Henri Rousseau directeur de la Caisse de D?p?t du Qu?bec en 2009 apr?s une perte de 40 $ milliards.

La temp?te parfaite! a pr?tendu M. Rousseau.

***

Pendant que l?humanit? construit des routes pour le « progr?s », la route n?a pas de direction r?elle: elle est une route, la copie d?une route, mais jamais mise ? jour.

Et c?est la raison pour laquelle, la pancarte ? »cul-de-sac » qui nous attend au bout de la route doit sourire un peu en voyant arriver une grande partie de l?humanit? soumise aux recettes du savoir et de l?information en action sans aucun m?ditation ou voie philosophique.

L?humain est sous la gouverne d?automates d?un conformisme alarmant. Leur vision du monde est dans un classeur de bureau. Et les « t?tes » dirigeantes sont dans des dossiers. Car tout est dossier?

La Vie est un dossier ? g?rer.

Et c?est le paysan et les travailleurs qui nourrissent ces cerveaux?.

L?OGM n?est pas seulement dans les assiettes?

Ga?tan Pelletier 22 mai 2014

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Grande Guerre : ces villages martyrs, « morts pour la France »

En ce jour de célébration du centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, zoom sur ...

4 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour Gaétan,

    oui j’ai entendu le crédo Couillard. Toujours le même depuis quarante ans.
    Faut se serrer la ceinture, sauf qu’on étouffe déjà. Autérité, rigueur, coupures; la même chanson depuis quatre décennies.

    La première loi déposée de ce gouvernement est de restreindre les pouvoirs du vérificateur de la ville de Montréal, restreindre la possibilité de réduire la corruption; en fait de rigueur on repassera.

    Et lorsqu’on constate les accomodements raisonnables offert à son ami Arthur Porter sur l’octroi de la construction du CUSM, l’hopital universitaire des anglais, le plus gros scandale de corruption du Canada, et les déclarations actuelles à la commission Charbonneau, on se demande ce qui nous est caché encore dans toutes ces corruptions du pouvoir.

    Une impression que tout le monde des riches passe à la caisse afin de sauter du train, les poches pleines, juste avant la grande collision… dans le cul de sac.

    DG

  2. avatar

    Bonjour Denis,
    Oui, M. Couillard. J’écoute depuis quelques mois les bulletins de nouvelles de France. Étonnant! Les mêmes problèmes, les mêmes recettes, la même « austérité ». Et d’autres corrompus… On disait hier ( France) vouloir abolir les paradis fiscaux et que les riches paniquaient.
    Le cas Porter, sympathique et admiré est étonnant. Le plus étonnant est sa « recette » d’enrichissement…
    Il faudrait la donner aux gouvernements 🙂
    Nous sommes en 2014. La moitié de notre hebdo régional était un « spécial » sur les voitures à vendre. Ce qui mène aux pont, aux routes, l’industrie automobile étant un fondement d’économie nécessaire. 100 ans plus tard… Ne vaudrait-il pas mieux modifier certaines structures pour sortir en même temps de cette drogue qu’est le pétrole?

    « Une impression que tout le monde des riches passe à la caisse afin de sauter du train, les poches pleines, juste avant la grande collision… dans le cul de sac. »
    Ouais!…
    Bonne journée!

  3. avatar

    @ Gaëtan

    Le pouvoir financier a scellé le sort du monde. Il s’est payé toutes les frontières et toutes les conditions de vie des habitants de cette planète.

    Le mot d’ordre est de privilégier les projets prétendus nécessaires pour favoriser l’arrivée d’une croissance économique. On se demande dans quel patelin réside cette croissance économique…

    http://www.youtube.com/watch?v=a0J2gj80EVI&feature=kp

    @ Denis

    « Une impression que tout le monde des riches passe à la caisse afin de sauter du train, les poches pleines, juste avant la grande collision… dans le cul de sac. »

    J’ai la même impression. Il prend de moins en moins de gants blancs pour le faire aussi. Il prend à peine le temps de renverser le décor pour sauver les apparences.

  4. avatar

    Elyan!
    Super, la vidéo. Court, précis et un beau raccourci pour tout ce qui s’écrit…
    Bonne journée!