Accueil / A C T U A L I T É / Le silence ?lectoral am?ricain

Le silence ?lectoral am?ricain

Les ?lections am?ricaines de la semaine derni?re n?ont pas int?ress? tous les Qu?b?cois, mais c?est bien ? tort. Tout ce qui se passe chez nos voisins a des cons?quences directes sure notre vie de tous les jours. Pensons que le Congr?s am?ricain, qui vient de passer en masse dans le camp r?publicain ? le s?nat aussi a bascul? ? a le pouvoir d?agir sur notre quotidien. Les puissances dites ?r?publicaines? ? on devrait plut?t dire extr?mistes de droite ? peuvent maintenant l?gif?rer dans tous les domaines de notre existence. Elles peuvent, selon leur nature protectionniste, remettre en cause le trait? de libre ?change entre les trois pays d?Am?rique du Nord, elles peuvent rendre plus difficile la libre circulation des personnes, elles peuvent ouvrir la porte aux exp?riences industrielles polluantes?.

Voil? mati?re a quelques soucis. Mais il nous faut quand m?me nous demander pourquoi le peuple am?ricain a vir? ainsi ?? droite?, comme on dit;? pourquoi il ne s?est pas montr? am?ne ? l??gard des immigrants, des d?munis, des gens ordinaires; pourquoi, surtout, il veut ?r?duire la taille de l??tat? comme si ne pas ?tre gouvern?s ?tait la recette de l?efficacit? politique! On ne veut pas d?un ?bon gouvernement? on ne veut ?pas de gouvernement du tout?!

Aux ?tats-Unis, comme au Qu?bec, les partis politiques gagnent ou perdent par un d?placement infime du nombre des voix. Aux USA, ainsi, les ?ind?pendants?, les esprits libres, ceux qui n?ont pas d?appartenances politiques inscrites dans leurs g?nes, sont rest?s ? la maison. Il pourrait y en avoir ainsi une trentaine de millions comme cela, dit-on ? la population du Canada ? qui ont ainsi semonc? l?administration par leur silence. Et il y a de quoi.

Il y a deux ans le pr?sident actuel, M. Obama, juste avant d??tre ?lu, avait laiss? entendre ? au moins entre les lignes ? qu?il mettrait fin aux grandes guerres des antipodes et qu?il accorderait plus de ressources pour le r?tablissement des infrastructures de son propre pays. Il est vrai qu?il a diminu? le nombre de soldats am?ricains en Irak, mais tout le monde sait qu?il en restera quelque 50,000 ad vitam aeternam, ce qui ?quivaut ? une occupation en bonne et due forme. Et puis, il y a quelques petites lunes, il a envoy? 60,000 nouveaux soldats en Afghanistan, comme si cela n??tait qu?une promenade. Sans compter toute l?armurerie des ?drones? qui bombardent par les airs le Pakistan, pays voisin, sans demander la permission!

Il n?y a pas de mal ? ?tre ainsi militariste; ce qui est mal en l?instance, c?est de faire croire que l?on ne l?est pas quand on l?est. Faut-il se surprendre que les ?lecteurs ind?pendants des ?tats-Unis aient ?t? d?senchant?s et qu?ils aient ainsi ouvert la voie ? leurs adversaires ? qui ont le m?rite de ne pas se cacher?

La pr?sidence am?ricaine actuelle dit aux citoyens que le probl?me de l?heure c?est celui de ?l??conomie?. En d?autres termes notre pays voisin commence ? manquer d?argent. Mais en 2001 le gouvernement am?ricain entretenait 250, 000 militaires ?? dans 153 pays du monde. Avec les d?pendants cela fait un compte de ?530,000. Les grandes bases militaires am?ricaines, elles, se trouvent dans 33 pays (selon le minist?re de la D?fense US). La valeur de remplacement de la seule base militaire d?Okinawa, au Japon, s??l?verait ? quelque 5 milliards $, sans compter l?annexe de munitions d?? c?t? qui vaudrait 900 millions$. La d?cennie qui suit n?a pas vu des d?penses diminuer. Est-ce que cela ne commence pas ? ?tre un peu co?teux?

Ne parlons pas de la fameuse promesse de la pr?sidence am?ricaine de fermer la base militaire de Guantanamo, symbole mondial du d?voiement militariste, ce d?p?t de prisonniers internationaux en territoire cubain. Promesse non tenue et volte-face non expliqu?e.

Le lendemain de la d?route ?lectorale susmentionn?e, le pr?sident Obama a tenu une ; conf?rence de presse, mercredi le 3 novembre ? 1 h. ?pour faire le point; ?Il a fait part de sa tristesse et de son d?sarroi; et il a promis de s?int?resser ? relever l??conomie am?ricaine de sa ?d?pression?. Or il n?a pas fait mention de ces d?penses militaires qui se trouvent au c?ur de la probl?matique.

Les journalistes pr?sents, nombreux ? ? qui on avait donn? le droit de poser des questions au pr?sident ? n?ont pas fait une seule mention de la probl?matique militariste (qui co?te si cher). Ils n?ont pas demand? au pr?sident pourquoi, sp?cifiquement, les ind?pendants d?esprit auraient pu ?tre d??us de son comportement. Silence total sur toutes ces questions relatives ? l?Empire am?ricain et ? sa dispersion dans le monde.

Pour l?auteur de ces lignes cela est inqui?tant car cela signifie que la presse am?ricaine est en collusion avec le pouvoir militaro-industriel et qu?il ne leur vient pas ? l?esprit de remettre en question ce d?sir de dominer.? Soit dit en passant un livre r?cent, de M. Peter Beinart ??The Icarus Syndrome? montre bien comment cette attitude pr?tentieuse peut mener ? la catastrophe.

Jean-Pierre Bonhomme

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Krach test

À quel moment sait-on que l’on vit dans un monde dirigé par d’immondes raclures?   ...

7 Commentaire

  1. avatar

    Les crises économiques font historiquement le lit de l’extrême droite et des libéraux , avant la guerre qui remet théoriquement tout à zéro.

    Cdt.

    Tk. (U)

  2. avatar

    Bien dit monsieur bonhomme. Pareil Tankonalasanté.

    En passant Tankonalasanté, vous m’avez peut-être ajouté sur msn, mais je n’ai pas pu vous identifier si oui. Identifiez-vous avec un message en parallèle s’il vous plaît si vous m’ajoutez.

  3. avatar

    La politique états-unienne, si elle change, ce ne sera que pour s’adapter aux nouveaux Empires. le siège de l’Empire ne demeure jamais vacant, vous savez bien. Après les États-uniens, les Chinois… Mieux? Pas vraiment. Bref, ce n’est pas le prolétariat qui en tirera avantage.

  4. avatar

    Là, la pourriture de la pourriture se vante d’avoir le vent dans les voiles, alors que de fait, la droite n’a pas de vent dans ses voiles, elle se l’invente, comme elle invente ses constats pseudo-scientifiques sur la taille de l’État.

    Partout dans le monde, les moindres États font pire que les gros États en matière de collusion, ou de corporatisme comme ils disent hypocritement.

  5. avatar

    En attendant, faut s’occuper de nos propres problèmes. On a un pro-terrorisme étatique comme PM, c’est pas fort!

    http://reactionismwatch.wordpress.com/2010/11/09/stephen-harper-accuse-les-canadiens-detre-antisemites/#comment-35322

  6. avatar

    Personnellement, je ne suis pas convaincu que les Américains voient les dépenses militaires comme trop coûteuses. Je pense que la majorité des Américains croient cette dépense nécessaire.

    Par contre, l’opinion de cette majorité me semblait être, à l’élection d’obama, comme celui-ci étant la réponse à tous les problèmes et qu’il les solutionnerait avec sa baguette magique. C’était justement de la pensée magique.

    Personne ne peut régler les problèmes actuels des américains en un tour de main. Les puissances qui ont créé la situation actuelle sont toujours aux commandes; et face à eux, un Président des USA n’a pas tellement d’emprise. Il est trop obligé de « composer » avec ces puissances. Il est même obligé des les « sevir » plus ou moins.

    Le simple fait que sa notoriété a été attaquée depuis sa prise du pouvoir, laisse entrevoir qu’Obama n’est pas tellement porté à accepter cette emprise sur le gouvernement et qu’il travaille à la diminuer.

    Je ne trouve pas normal cette politique qu’il adopte, d’imprimer des billets verts à qui mieux mieux. Je me demande s’il ne tente pas de noyer ces puissances sous une accumulation de dettes menant à une dévalorisation du dollars. Comme s’il voulait faire exploser ou imploser l’économie capitaliste, tenue par un petit groupe de prévilégiés.

    André Lefebvre