Accueil / T Y P E S / Articles / Le S?n?gal, ce pays ? la d?mocratie « des hu?es et des brassards rouges » !

Le S?n?gal, ce pays ? la d?mocratie « des hu?es et des brassards rouges » !

A l’aube de son magist?re, le Pr?sident Wade a voulu « renforcer » la d?mocratie s?n?galaise. Car, c’est cette d?mocratie-l? qu’il a contribu?e ? b?tir avec son pr?d?cesseur Abdou Diouf. Se sentant alors investi de la mission de fortifier cette « jeune fille » au parfum exquis, Wade fit alors ? ses compatriotes un certain nombre de propositions afin en finir avec les m?thodes va-t-en-guerre dans la mise en oeuvre des vertus d’une r?publique moderne et ?volutive. Parmi les propositions faites par le pape du « Sopi » (changement, en Wolof), figurait entre autres ceci : la manifestation publique et l’attache d’un brassard ou d’un foulard rouge, pour ext?rioriser sa d?sapprobation de la mauvaise gestion de la chose publique. Quoi de plus normal dans un pays dit de « d?mos »…« kratos » ?
Mais h?las ! Car, intervertie sera l’essence du « pouvoir du peuple, selon P?ricl?s, par le peuple et pour le peuple ». Attention, pas par tous ! Au sens o? les s?n?galais non engag?s politiquement parlant, heureusement plus nombreux car estim?s ? plus de 3 sur 5, sont rest?s respectueux des vertus r?publicaines. Le reste constitu? de ceux-l? qu’on appelle commun?ment « les politiciens » semble faire fi des valeurs caract?ristiques d’une d?mocratie moderne.

En effet, c’est dans ce pays que des hommes politiques… pardon des politiciens montent des jeunes pour vertement huer, qui un ministre de la R?publique, qui un Premier ministre etc… en plein travail officiel, dans toute l’acception de l’expression. Les exemples sont l?gion au pays de la « T?ranga ». Le plus r?cent a ?t? celui du nouveau ministre de jeunesse accueilli par des hu?es dans un d?partement situ? au centre du S?n?gal.

Quant aux brassards rouges, ces « colombes s?n?galaises », ils flottent, voltigent, planent, peignent les foules ? l’emporte pi?ce. Ceci, au gr? des nombreuses sorties, encore une fois, des ministres de la R?publique. A un moment donn?, m?me le Pr?sident de la R?publique n’a pas ?chapp? ? cette expression d’une mauvaise compr?hension de la d?mocratie.

Ce qui est regrettable, c’est que les porteurs de brassards rouges et ceux-l? qui scandent les hu?es, disent des propos hautement politiciens et d?favorables ? leur cible d’autorit? r?publicaine. Cela se passe g?n?ralement dans les localit?s consid?r?es comme ?tant « le fief » d’un responsable politique en rivalit? avec la cible en question. Confond-on alors le parti politique avec l’Etat ? Quoi qu’il en soit, ce n’est certainement pas sous cet angle que l’actuel Pr?sident s?n?galais avait con?u le renforcement de la d?mocratie chez lui.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

La voiture électrique, une arnaque ?

Sous prétexte de vouloir en finir avec le diesel, assurant que c’est pour prouver son ...

5 Commentaire

  1. avatar

    Ce Papier est complètement nul. Pour quelqu’un qui écrit pour des lecteurs canadiens, l’article est d’une superficialité et d’une pauvreté alarmante. C’est ne rien comprendre à la réalité politique sénégalais que de se focaliser ainsi sur le port des brassards rouges et les huées. Il ne s’agit là que de la caricature de la démocratie sénégalaise avec des traits très simplifiés. Ce genre de raccourcis porte un grand préjudice à l’image des Africains ? Et c’est dommage que ce soit un des nôtres qui commenttent unre telle infamie.

  2. avatar

    Salut.
    Je ne pense pas comme ce monsieur (ou cette dame) auteur (e) du premier commentaire. Ma profonde conviction est que le journaliste qui écrit ce papier est d’une pertinence extraordinaire. Rien n’est suprficiel dans ce qu’il a écrit. Il est tout simplement revenu sur ces tares qui ternisssent l’image de nos pays africains, en s’appuyant sur l’exemple du Sénégal. J’ai été étudiant à l’Université de Dakar, mais j’ai toujours eu honte de voir des sénégalais, africains de surcroît comme moi, se comporter comme ce journaliste l’a effectivement dit. Je crois que c’est regrettable. Si des africains vivant au Canada se mettent à défendre les « hueurs » et les porteurs de « brassards rouges ». A quoi bon vivre à l’étranger ? cordialement !

  3. avatar

    Vous avez raison Boubacar. Je vous encourage, cela me fait plaisir de lire un compatriote africain dénoncer les tares de nos pays pour que les erreurs soient rectifiées ou même corrigées. Je connais ce métier. Pour ce papier, vous n’aviez pas besoin d’entrer dans les détails (noms des personnes, dates et heures, lieux précis, etc). ça décourage le lecteur. L’objectif d’un tel papier est d’attirer l’attention des lecteurs sur ce qui se fait d’anormal. C’est pas compliqué, et vous avez bien fait. Je le ferais comme ça, moi aussi qui en suis à ma 18ème année dans le métier. Rien de superficiel ; ma note, c’est 18/20.

  4. avatar

    Je viens de découvrir ce journaliste en ligne. Je l’apprécie pour sa pertinence et son courage. Si maitenant, ses articles déplaisent à des gens qui s’y retrouvent négativement, à quoi bon vouloir le dénigrer. Ces gens-là oublient que des professionnels de la communication lisent aussi les journaux en ligne. Cet article est indemne de toute critique.

  5. avatar

    Vous avez raison, monsieur. Mais le Sénégal a au moins la chance d’avoir une démocratie. Mais chez nous en Guinée Conakry, c’est l’anarchie totale doublée de corruption. Il faut que vous en parliez aussi, vous les journalistes africains.