Accueil / T Y P E S / Articles / Le secret des substances chimiques associ?es ? la fracturation hydraulique

Le secret des substances chimiques associ?es ? la fracturation hydraulique

par Alfredo Jalife-Rahme

Alors que la campagne m?diatique en faveur de l’exploitation des gaz de schistes se poursuit dans le monde anglo-saxon et ses alli?s, un rapport parlementaire ?tats-unien de 2011, tenu secret jusqu’? aujourd’hui, r?v?le les pr?tendus ??secrets commerciaux?? et autres ??produits exclusifs?? de la fracturation hydraulique. Il s’agit en r?alit? de substances canc?rig?nes ou polluantes, presque toutes interdites.

R?seau Voltaire | Mexico (Mexique) | 6 juin 2014

Toute l’industrie p?troli?re et gazi?re des ?tats-Unis s’est lanc?e dans une colossale campagne publicitaire visant ? vanter les pr?tendus avantages de la fracturation hydraulique, une technique susceptible de faire de la Roumanie ??l’Arabie saoudite du XXIe si?cle??.

Ainsi, la r?cente livraison de la revue bimestrielle?Foreign Affairs, porte-parole du tr?s influent Council on Foreign Relations (Conseil des relations ?trang?res, CFR en anglais), consid?re sans d?tour la tr?s controvers?e technique de la fracturation hydraulique comme la nouvelle arme ?nerg?tique et g?ostrat?gique des ?tats-Unis [1].

En revanche, la critique de cette technique nuisible -extraction de grandes quantit?s de gaz de schiste par injection massive d’eau et de substances chimiques secr?tes- formul?e en majeure partie par les milieux scientifiques (g?ologues, sismologues, chimistes, etc.) n’a pu trouver un ?cho favorable ailleurs que dans les publications universitaires, comme les revues?Science?et?Proceedings of the National Academy of Sciences, dont les articles ne sont pas ad?quatement diffus?s par les m?dias contr?l?s par les ploutocraties ?tats-uniennes du gaz et du p?trole.

La critique a reproch? ? l’inqui?tante fracturation hydraulique d’?tre ? l’origine de tremblements de terre -ce que nie, de fa?on absurde, la tr?s complaisante Commission nationale (sic) des hydrocarbures mise sur pied par le ??Mexique n?olib?ral d’ob?dience itamiste [2]?? sous la houlette des ?tats-Unis-, de causer l’?puisement et la pollution de l’eau (alors que les ?tats-Unis vivent la pire s?cheresse des cent derni?res ann?es) et de favoriser le r?chauffement plan?taire en raison des ?missions massives de m?thane que cette technique produit.

Il ne manque -ou plut?t manquait- que l’identification de la centaine de substances chimiques ??secr?tes?? qui sont inject?es en m?me temps que l’eau.

Un premier rapport dressant l’inventaire ? l’?chelle nationale des substances chimiques dont se servent les entreprises du domaine de la fracturation hydraulique a pourtant ?t? r?dig? par le Congr?s des ?tats-Unis et publi? avec un retard de trois ans.

Le myst?re entourant l’identification de ces substances chimiques a finalement ?t? ?lucid? par un rapport r?dig? en 2011 par des d?put?s d?mocrates de la Chambre des repr?sentants des ?tats-Unis si?geant ? la commission de l’?nergie et du Commerce, mais r?v?l? simplement maintenant.

La commission en question brocarde l’??innocuit? de la fracturation hydraulique??, ainsi que le secret qui entoure les substances chimiques utilis?es avec les liquides?: ??aux ?tats-Unis, entre 2005 et 2009, les 14 principales entreprises du domaine de la fracturation hydraulique ont utilis? plus de 2 500 produits chimiques contenant 750 compos?s parmi lesquels 650 contenaient des substances chimiques consid?r?es comme ?tant des agents canc?rig?nes ou de dangereux polluants atmosph?riques??.

O? en est cette inqui?tante situation aujourd’hui, ? cinq ans de distance??

La commission d?nonce l’utilisation d’une grande partie de ces substances chimiques au motif qu’elles ??constituent un risque consid?rable pour la sant? humaine et l’environnement??.

Les multinationales p?troli?res et gazi?res, comme Halliburton et Schlumberger, utilisent pour la fracturation hydraulique des produits ??contenant 29 substances chimiques ayant trois caract?ristiques?:

Elles sont reconnues comme ?tant canc?rig?nes pour les ?tres humains?;

Elles sont assujetties ? la Loi sur le contr?le de la qualit? de l’eau (Safe Drinking Water Acten anglais) en raison des risques qu’elles comportent pour la sant? publique?;

Elles figurent sur la liste des polluants atmosph?riques ?tablie par la Loi sur l’air pur.

Par cons?quent, pendant le laps de temps susmentionn?, les entreprises du domaine de la fracturation hydraulique ont utilis? 95 produits contenant 13 substances canc?rig?nes diff?rentes, dont le naphtal?ne, le benz?ne et l’acrylamide.

Les entreprises qui ??ont utilis? le plus grand volume de liquides contenant une substance canc?rig?ne ou plus sont celles du Texas, du Colorado et de l’Oklahoma??.

Or, le Texas, tout comme le Nouveau-Mexique, est frontalier avec le ??Mexique n?olib?ral d’ob?dience itamiste?? qui a adopt? la fracturation hydraulique sans ?gard pour la sant? des habitants des ?tats de Tamaulipas, de Nuevo Le?n, de Coahuila, de Chihuahua et de Sonora en raison de la couardise de ses gouverneurs qui sont pris en otage par le budget f?d?ral.

La majeure partie des substances chimiques pr?tendument r?glement?es en vertu de la Loi sur le contr?le de la qualit? de l’eau ont ?t? les compos?s connus sous le nom de BTEX (benz?ne, tolu?ne, xyl?ne et ?thylbenz?ne).

Selon le d?partement de la Sant? et des Services sociaux des ?tats-Unis, le Centre International de Recherche sur le Cancer et l’Agence pour la protection (sic) de l’environnement (EPA en anglais), ??le benz?ne est une substance canc?rig?ne pour l’?tre humain?? et ??l’exposition chronique au tolu?ne, ? l’?thylbenz?ne ou au xyl?ne peut ?galement endommager le syst?me nerveux central, le foie et les reins??. Rien que cela?!

Les multinationales du domaine de la fracturation hydraulique ??ont inject? dans le sous-sol de 19 ?tats plus de 30 millions de gallons de carburant diesel ou de liquide en contenant?? avant que l’EPA publie en 2004 un rapport indiquant que ??l’utilisation de carburant diesel dans les liquides servant ? la fracturation hydraulique repr?sentait la principale menace des nappes phr?atiques??, dans la mesure o? il contient des substances toxiques, dont les BTEX.

Dans le m?me laps de temps, les multinationales ont utilis? ??595 produits contenant 24 polluants atmosph?riques diff?rents, et notamment le fluorure d’hydrog?ne, le plomb et le m?thanol??.

Le fluorure d’hydrog?ne est ??extr?mement corrosif et il s’agit d’un poison syst?mique?? potentiellement mortel.

Le plomb est un m?tal lourd ??particuli?rement nuisible au d?veloppement neurologique des enfants?? et qui, en outre, ??peut causer des probl?mes de sant? chez les adultes, comme des d?r?glements du syst?me reproducteur, de l’hypertension et des troubles nerveux??.

Le m?thanol est un polluant atmosph?rique toxique ??pr?sent tr?s souvent dans les produits de la fracturation hydraulique??.

Ainsi, le fait que ??diverses substances chimiques pr?sentes dans les liquides de la fracturation hydraulique utilis?s par les entreprises?? aient ?t? consid?r?es comme des ??secrets commerciaux?? ou des ??produits exclusifs?? est tout simplement une aberration.

Bien s?r, la commission en question a demand? aux multinationales du domaine de la fracturation hydraulique de lui divulguer la composition de ses produits pour s’informer sur ??les secrets commerciaux et les produits exclusifs?? utilis?s, mais elles ont pu?rilement d?clar? ?tre dans l’impossibilit? de le faire ??faute de ne pas conna?tre la composition des produits pour les avoir achet?s tels quels aux fournisseurs??. ?a se passe de commentaires?!

Les membres de la commission en ont conclu qu’il ??semble que les entreprises du domaine de la fracturation hydraulique injectent de liquides qui contiennent des substances chimiques inconnues et qu’il leur est difficile de conna?tre les risques que ces substances pr?sentent pour la sant? humaine et l’environnement??. Ces entreprises jouiraient-elles, par hasard, d’un passe-droit n?olib?ral texan??

Paradoxalement, le d?rangeant rapport se r?v?le plein d’enseignements pour des apprentis sorciers comme les partisans du ??Mexique n?olib?ral d’ob?dience itamiste?? qui croient au mirage de la pseudo ??r?volution ?nerg?tique du XXIe si?cle?? construit sur la tr?s controvers?e exploitation du gaz de schiste -? mon sens, une vulgaire bulle financi?re cr??e de toutes pi?ces par Wall Street- qui porte atteinte ? l’int?grit? de la biosph?re, l’espace o? cohabitent l’ensemble des ?tres vivants de la plan?te.

Jusqu’ici, tout pays soucieux de la sant? de ses citoyens aurait d?cr?t? un moratoire sur la fracturation hydraulique en attendant de d?terminer si le jeu en vaut la chandelle. En bio?thique, cette fa?on de faire est l?gitim?e au nom du ??principe de pr?caution??.

Alfredo Jalife-Rahme

Traduction

Arnaud Br?art

La Jornada (M?xico)

Documents joints

j j? »Chemicals used in hydraulic fracturing », Report by US House of Representatives Committee on Energy and Commerce Minority Staff, April 2011(PDF – 161.2 ko)
[1] La livraison de mai/juin 2014 de?Foreign Affairs?comporte un dossier sur ce sujet?: ??Power to the People. What Will Fuel the Future????, par Gideon Rose et Jonathan Tepperman?; ??Welcome to the Revolution. Why Shale Is the Next Shale??, par Edward L. Morse?; ??The United States of Gas. Why the Shale Revolution Could Have Happened Only in America??, par Robert A. Hefner III?; ??Don’t Just Drill, Baby – Drill Carefully. How to Making Fracking Safer for the Environment??, par Fred Krupp.

[2] L’Instituto Tecnol?gico Aut?nomo de M?xico (ou Itam) est la plus prestigieuse unit? priv?e d’Am?rique latine. Elle fournit l’essentiel des diplomates mexicains et une grande partie des ?lites ?conomiques. Son influence au Mexique est comparable ? celle de l’?cole nationale d’administration (?na) en France.

 

voltairenet.org

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (4)

Les milices armées américaines représentent bel et bien un danger énorme. En 2014, un vieux ...