Accueil / T Y P E S / Chroniques / Le r?le d’une radio-t?l?vision d’?tat

Le r?le d’une radio-t?l?vision d’?tat

On s’interroge beaucoup ces mois-ci sur la mission, la programmation et les modalit?s de financement de Radio-Canada. Une bonne chose, car le moins qu’on puisse dire c’est que la radio-t?l?vision d’?tat ne se d?marque pas brutalement de ses concurrents. Elle s’en d?marque m?me si peu qu’on doit se demander pourquoi le contribuable devrait payer pour une programmation qui ne diff?re en rien de celle des douzaines – et bient?t des centaines – d’autres diffuseurs qui occupent les ondes.

?a sert ? quoi, une radio-t?l?vision d’?tat, quand le d?bat sur son r?le est entre ceux qui voudraient une programmation « comme les autres mais en mieux », plus populaire que celle du priv? si faire se peut … et ceux qui pr?f?reraient quelque chose de moins « mercantile » mais qui pourchasserait n?anmoins f?rocement les commandites pour faire ses frais ? Ca sert ? quoi, si ce n’est ? fausser le jeu de la concurrence, un service public qui joue selon les r?gles du priv?, qui veut faire ses frais et qui n’apporte rien que le priv? ne voudrait pas apporter ? J’aimerais mieux que la radio-t?l?vision d’?tat fasse autre chose que le secteur priv?

Autre chose que de l’argent, par exemple. Ce qui m’irrite du d?bat sur la vocation de Radio-Canada, c’est l’absence d’un lobby s?rieux qui milite pour un r?seau d’?tat qui romprait totalement avec le commercialisme. Tout le d?bat actuel, en d?finitive, tourne autour d’une facture ; posons donc une fois
pour toute le principe qu’ il ne faut pas demander ? Radio-Canada de faire ses frais, pas plus qu’? une ?cole, un h?pital ou une route de « faire ses frais » : il faut diffuser ce qui m?rite de l’?tre et payer la note.

Ce n’est pas pour rien que je compare Radio-Canada ? l’?ducation, ? la sant? et aux routes ; comme ? l’?ducation et ? la sant?, la population a droit ? l’information gratuite et on assiste donc ici ? une autre bataille de la grande offensive n?o-lib?rale qui vise ? ne rien donner qui puisse ?tre vendu. La situation ici est bien diff?rente, toutefois, car, au contraire de l’?ducation et de la sant?, le public ne risque pas d’?tre en manque d’information gratuite, il en est plut?t sursatur? ! A-t-on besoin malgr? tout d’une radio-t?l?vision d’?tat ? Uniquement si on offre « autre chose ».

?a voudrait dire quoi, un r?seau d’?tat qui fait « autre chose » ? Que ce r?seau soit un lieu o? une information sans biais est transmise et o? les ID?ES sont largement diffus?es. Les id?es, c’est la politique, l’?ducation, la culture. Radio-Canada existe pour dire et montrer aux Canadiens ce qu’ils ont le droit de voir et d’entendre mais pour lequel l’esp?rance de gain n’est pas suffisante pour all?cher un producteur priv?.

Ce qui ne signifie pas Ovide en latin et l’int?grale de Schoenberg – (sauf les 29 f?vrier, car les marginaux de la culture ont aussi des droits) – mais la politique rendue intelligible, l’?ducation attrayante et la culture que les gens aiment et ? laquelle ils veulent avoir acc?s. Allons-y de quelques exemples

Information

Que l’information que nous donne CNN soit corrig?e par la pr?sentation des points de vue de Tass, de Chine Nouvelle, d’agences africaines, sud-am?ricaines et arabes ; les « Autres » ont parfois raison : laissons la population en juger ;

Que les nouvelles locales et r?gionales occupent la place qui leur revient, avec un maximum d’interventions de citoyens ordinaires au palier des commentaires.

Politique

Que le d?bat politique soit ouvert aux tiers partis, aux groupuscules, aux tendances marginales, aux groupes de pression, ? tous ceux qui ont des solutions ou des revendications. Il n’y aura pas foule ? Que le d?bat rev?te la forme d’une confrontation et l’on verra les cotes d’?coute monter, comme les « combats des chefs » attirent un public qui la plupart du temps ne se presse pas aux assembl?es politiques…

?ducation

Que l’on enseigne tout en divertissant, comme le font maintenant tant de canaux – Histoire, D?couverte, Plan?te animale, PBS.. – en allant plus loin dans cette voie et en STRUCTURANT toute cette connaissance.

Que l’on mette en place et finance une gamme compl?te de canaux dont l’ensemble pourra offrir une panoplie croissante de cours de formation g?n?rale et professionnelle.

Culture

Que l’on enregistre et diffuse des pi?ces de th??tre et spectacles de vari?t?s d’ici et d’ailleurs – incluant Broue, le Cirque du soleil, l’Olympia… – ce qui co?tera moins cher qu’une production et permettra de payer une redevance aux troupes en fonction de leur cote d’?coute. Que l’on ne s’inqui?te pas d’une baisse des assistances ; fr?quenter le th??tre est un ?v?nement social que ne remplacera pas une soir?e devant la t?l?. Au contraire, ceci modifiera favorablement le seuil de rentabilit? des spectacles produits au Qu?bec et incitera ? en monter davantage.

Que l’on diffuse en direct les premi?res, vernissages, concerts, etc. ; c’est ainsi qu’on apprivoisera la population ? la culture ; que l’on diffuse les grands ?v?nements sportifs, des Olympiques aux Championnats de Formule 1, mais qu’on ne se m?le pas des matchs de saison r?guli?re : c’est le domaine du priv?.

Nous n’avons pas besoin d’une radio-t?l?vision d’?tat qui s’agite ? faire ce que le priv? pourrait faire encore mieux et qui ne donne qu’un minimum ridicule de ce qu’il appartiendrait ? un diffuseur public de donner. Radio-Canada – et je ne changerais pas ce verdict d’un iota si on parlait de Radio-Qu?bec – doit redevenir un service public ou dispara?tre.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

MH370 : à la recherche de l’hoax zéro (2)

Replonger dans l’affaire du MH370, c’est retomber dans toute une série de délires complotistes accumulés, ...

13 Commentaire

  1. avatar

    Ouf ! Enfin un commentaire intelligent.

    A supposer ?

  2. avatar
    François Marginean

    Je suis d’accord avec vous monsieur Allard, R-C devrait oublier son mandat de plaire à tous et d’imiter le privé, qui est d’ailleurs très endormant et vide.
    J’ai envie de vrai contenu, information et matière à réféchir.
    Et je ne suis pas le seul. C’est la raison pour laquelle il y a de plus en plus de monde sur Internet et sur des sites comme celui-ci.

    (Maintenant, sans vouloir trop m’immiscer dans la conversation entre Skapad et West, en tout respect, je comprends ce que veux dire Skapad quand il dit « un commentaire intelligent ». J’aurais peut-être plus utilisé le mot « pertinent » par contre, mais monsieur West, c’est vrai que vos commentaires sont parfois carambolesques et difficiles à comprendre, avec tout vos tournures de phrases et jeux de mots. Mais voilà, c’est rien pour vous attaquer personnellement, j’apprécie la liberté d’expression et votre participation. C’est juste que des fois on se demande où vous voulez en venir.

    Mais peut-être qu’on est juste trop bête et simple d’esprit et que vous êtes au-dessus de toute critique.

    Je ne sais pas. Enfin, désolé de déraper dans une autre direction que le cadre de cet article.)

  3. avatar

    @DW

    Je ne connais pas du tout ces sites. Au lieu de dire des bètises, avez vous lu mes propos dans un article intitulé :

    41 annuités pour la retraite en France. Les propos que j’y ai inscrits vous démontre tout le contraire de « sans concession ».

    Pour la compréhension de vos com. ou textes , pas toujours la peine d’y comprendre qu’ec choses ? Surtout les choses de vos questionnement.

    Socrate ça vous dit ?

  4. avatar

    Pour appuyer vos mots et de rappeler que ces images télé sont contruitent de la mème (ou quasi) des deux coté de la marée.

    Quand Pujadas minimisait les conflits multiples au mois de novembre 2007 en France.

    Ces matraquages de désintrégration journalistiques doivent cesser et évoluer vers de la culture informative constructive, il est urgent d’instruire et d’éclairer sans démagogie partisanne le maximum des populations, les échances qui ce présentent à nous tous (Demian West compris . hé hé c’est pour rigoler- je n’arrive pas a rire en hi ! hi ! ) nous l’imposent, sans quoi les crises sociales à venir et qui sont malheureusement inévitables n’en seront que plus dramatiques et violentes.


    Transcription et perception d’un JT 20h au mois de novembre 2007.

    FAILLITE D’INFO sur l’A2 :

    « désordre sociale ! » ou « grogne sociale » ?

    - L’Agité a force de s’agiter a mis en chantier l’agitation et la mobilisation sociale tant attendue.

    - En moins de six mois, Zébulon et ces ministres invisibles auront réussis a faire descendre dans la rue une portion de mécontentement qui loin d’etre non négligeable.

    - Pour Poujadas, présentateur a ces ordres commente d’un lapidaire « petit désordre sociale » au début du 20JT en évoquant la crise sociale qui s’annonce et grossit de jours en jours, »petit désordre sociale » rien que du petit lait pour « L’Agité », s’en suit sur l’écran téléguidé (un peu comme les centrales Nucs) une série de reportages des corporations en action revendicatives et peu suivi, nous dit l’animaleur, Heu ! l’animateur (abs !) :

    - Les étudiants, en rage de la Jisquette à claques de sa loi universitaire sans état de droit.

    - Les commisaires de Police qui déposent les armes et portables, travaillez plus pour que dalle, la tasse eux sont pas près de la boire a ce prix de marge d’avant ? ou de néant ?

    - 2500 Gardiens de prison dans les avenues Parisiennes , une grève sur leur jours de congés parait il (non pas le droit ? et pourquoi on privatisent la construction des prisons ? voir de gestion privée en gestation ?), c’est dire s’ils sont contents d’attendre leur comptants en plus des rictus des enfermés cachetonnés ! Mème si certains , ils l’ont choisi cette vie, vraudrait mieux les écouter, eux ils les connaissent les enfermés, à force.

    - Un Gendarme évoque pendant plus d’une trentaine de secondes, le malaise grandissant dans ce corps de gendarmerie (en Finistère), les sous officiers sont décidés d’après ce militaire au visage couvert, de faire rappeler les manifestations de la fin 2002 ! car dit il :

    …/… »la hiérarchie ne nous considèrent pas comme il ce doit, ou alors très peu. Beaucoup d’entre nous consommons des anti dépresseurs et autres médicaments, ça nous aide a tenir le coup, etre corvéable en permanence pousse cerains d’entre nous dans des situations de dépression »…/… a quelque mots près.

    - Esprit sucidaire va ! Tout fou le camp ! C’est plus que des mauviettes ou des gendarmettes, non sans dec, un Képi un peu trop fatigué n’est pas long pour t’allumer, bonjour la sécurité tant autoclamé par l’Agité !

    - Pujadas évidemment pour nous rappeler que l’éfficacité de son président VRP n’est plus a vérifier( a demi mots) mais il aime nous la redémontrer en diffusant la reprise d’activité de nos artisants marins.

    - Forcément en donnant ainsi à chacun le droit de ne plus cotiser à la sécu, dans vingt ans, comme aux USA actuellement, une sécu tu en auras avec des ronds si toutefois tu en as ? La quadrature du cercle pour des cercles libéraux vertueux et imaginants des bénefs à médicaments.

    - Puis deux pets de commentaire, pour les Magistrats pas satisfaits des futures délocalisation des tribunaux.

    - Fou ! fou ! C’est d’une sacré belle justice fatiguée et sacrément managée par la ministre au curriculum vitae rempli de curiosités usurpées ! Désopilant localement.

    - Puis le grand sujet : Les régimes spéciaux (pour les spécieux faudra pas oublier !)

    - Les cheminots rejoints par la RATP, la grève reconductible semble ce profiler, la mobilisation générale du secteur des transports et son préavis a priori, ne rencontre pas d’avis défavorable aux yeux du grand public, peut etre mème de la sympathie.

    - Energie , mais bien sur pour cette fois, je ne polémiquerais pas sur quoi vous savez, ici aussi une grande majorité de syndicats choisissent de ce rassembler. La semaine s’annonce chargée, comme dit Pujadas en fin de JT :

    - …/… « Un peu de grogne sociale » …/…

    - Entre des militaires cachetonnés, des commisaires dépressifs, des cheminots a la guerre du rail, ou duraille ? des magistrats sans tribunaux, des étudiants sans états d’ames, c’est effectivement le résumé d’une marée a peine commençée, marée ou Tsunami de mécontements, mais pour Pujadas faudrait une météorite pour le voir s’inquiéter, et encore faudrait que ce soit lui qui nous l’annonce, et pourtant cela n’aurait pas du lui échapper l’avé venue d’Armaguédon :

    - Ou encore dit L’Agité vous savez ce Zébulon à riccochets ! L’autre : Agitateur III (Napoléon c’est pas assez pour lui)

    - Moralité éxagérée !

    Au secours ! Ils sont devenus aussi c..s à force de nous prendre pour des couillons, nous les télecteurs qui veulent bien ce laissez a écouter ces balivernes télévisuelles.

    Skapad

  5. avatar
    François Marginean

    « C’est ce qu’on m’a reproché sur Agoravox : d’introduire l’élément inconnu et qui n’était pas prévu ni maîtrisable. »

    J’adore cet attribut, et si vous êtes réellement comme ça, et bien ce n’est qu’en votre honneur. La seul chose sur laquelle j’insiste, c’est de rester compréhensible et pertinent, si possible, tout en restant créatif. Maintenant, si vous pensez que tout est correct, et bien tant mieux ! L’important c’est que vous soyez heureux ! Je ne vais pas envoyer l’état policier à votre recherche, ha haha !

    Pour ce qui est de : « Vous avez peur du luxe, et vous vous réfugiez dans la pauvreté ou la misère des propos si univoques qu’ils sont vite stériles ou peu féconds en sauterie de sens. », j’imagine que ce n’est qu’un point de vue…

    Allez, bonne journée quand même ! La vie des marginaux n’est si facile après tout, mais on ne va pas vous exclure comme Agoravox l’ont fait. Fesons de cette plateforme la meilleure au Québec en continuant notre travail assidu et recherché, et une vibrante place où les gens viennent, se rencontrent, discutent de sujets pertinents et où la liberté d’expression est à l’honneur.

  6. avatar

    à l’auteur

    Peut-être moi-même l’auteur le moins commenté de toute l’histoire de Centpapiers (*) je n’en suis pas moins un fréquent lecteur, notamment, sur ce site, de vos articles exigeants.

    Celui-ci m’intéresse tout particulièrement.

    A Radio Canada, comme à la BBC, comme à ce qui reste de la télévision de service public en France on se pose en ce moment la double question de l’intérêt et de l’avenir de ces radiotélévisions publiques. On se les pose dans un contexte où bien des mots, en France en tous cas, ne veulent plus rien dire, où les valeurs que les dirigeants de la nation devraient défendre en priorité sont par eux les plus méprisées. Dans un contexte, surtout, où les programmes des télévisions publiques ont copié toujours plus, depuis des années, ceux des télévisions privées. Dans un contexte, enfin, où la mesure de la réussite est le résultat commercial, c’est-à-dire la satisfaction des publicitaires, pour les télévisions publiques comme pour les télévisions privées,.

    C’est dans ce contexte que, en France, le président de la République annonce sa volonté de supprimer la publicité dans la télévision publique. Les démocrates sont alors partagés entre un sentiment de satisfaction, puisqu’ils savent que la publicité n’aurait jamais dû pénétrer sur les écrans du service public, et la conviction que Sarkozy veut simplement, en étouffant financièrement la télé publique, faire de nouveaux cadeaux à ses amis Bouygues et autres Bolloré, profitant de l’absence de convictions quelconques chez ses « adversaires » de l’opposition. Profitant, plus exactement, ce sa certitude que leurs « valeurs » sont désormais extrêmement proches des siennes.

    Pour penser l’avenir en ce domaine il n’est peut-être pas inutile de revoir ce que faisait la télévision au temps de ses « trente glorieuses », et avec quelles motivations, dans le livre de Jean-Jacques Ledos qui vient de sortir aux éditions L’Harmattan : « L’âge d’or de la télévision ».

    Je sais bien que beaucoup penseront que je suis un nostalgique des images de basse définition en noir et blanc, comme ils pensent par ailleurs que sont des nostagiques des chaumières où l’on s’éclairait à la bougie tous ceux qui veulent diminuer les dépenses d’énergie pour sauver la planète (un « détail » qui concerne directement nos petits enfants, pas vraiment nous, alors pourquoi ne pas jouir du présent sans entraves affectives, morales ou solidaristes intergénérationnelles ?).

    Je suis de la minorité qui pense que « sauver la planète » c’est aussi, et même peut-être d’abord, sauver la possibilité de la libre culture sur la planète.

    Alors il faut oublier ceux qui, fussent-ils de gauche, croient qu’il n’est plus possible de reconstruire quoi que ce soit d’indispensable, qu’on ne peut plus que ralentir la destruction de cette liberté culturelle (ou, ce qui revient au même, la confondre avec une multiplication et une consommation grandissante de tout ce qui est consommable).

    Pour la radiotélévision publique il faut vouloir la reconstruction sans préjuger de sa forme, mais en se souvenant de ces simples consignes de John Reith, Directeur Général de la BBC des années 20, consignes rapportées à la page 81 du livre précité : « Make the popular good, make the good popular » (Faites que ce qui est populaire soit bon, que ce qui est bon soit populaire). La recherche de la manière de le faire, elle, doit être très ouverte. La volonté de le faire ne doit pas être tiède, et les démocrates doivent veiller à ce que les tricheurs soient, aux postes de responsabilités, découverts et fermement combattus.

    Bien cordialement.

    Pierre Régnier

    (*) mon unique article sur ce site, « La Décennie « au profit des enfants du monde » va finir en catastrophe » (actuellement dans les archives numérotées 3 de la rubrique Chroniques) n’a été commenté qu’une seule fois, par Skapad (mais qu’il en soit ici remercié).

  7. avatar

    Cet article et certains commentaires qui lui font suite présentent une des meilleures suggestions à caractère politique et économique que j’ai eu l’occasion de lire récemment… Bravo pour une idée constructive et bien documentée.

    Envoyez-moi ça au Devoir, à La Presse et à Média Matin Québec ! Faut amener de bonnes idées car y’en a une gang qui veulent mettre la main sur R.-C. et CBC.

  8. avatar
    François Marginean

    Damien : Ha ha ha ! Bien dit ! Et toc ! Voilà qui clos le dossier.

    À propos de Radio-Canada, il va vraiment falloir arrêter tout financement provenant du privé à travers les publicités, car même les nouvelles en sont affectées : voyez juste le genre de couverture biaisé sur l’Afghanistan que R-C nous procure. Pas très critique !

    F. Marginean

  9. avatar
    François Marginean

    C’est pour ça qu’il faut apprendre à travailler ensemble et créer une vraie union des citoyens qui cherchent la vérité, et non à gonfler leurs gros gros égos à gogo. Il faut s’entraider à mettre les pièces du casse-tête ensemble. Il se faut se compléter, et non se tapocher, à part quand on trouve de la vraie propagande : la on peut faire une montée d’anticorps qui élimine la toxine, la désinformation. L’Internet est l’épine dans le très Achillien talon des maîtres.

    Et nous sommes le venin létal. Et ceci ne connaît plus de frontière. Tu ne passes pas par le Canada, tu passes par le réseau planétaire. En terme de temps, tu n’es qu’une fraction de seconde de la France !!

    Citation que j’ai entendu : « Fait confiance à celui qui dit chercher la vérité, mais méfie toi de celui qui prétend l’avoir trouvé. »

    Ça résume ce que tu vois sur Agoravox ?

  10. avatar
    François Marginean

    Alors, est-ce qu’il est vraiment mossad votre président ?

  11. avatar

    Bonjour à tous et merci pour vos commentaires. Je vous invite à identifier vos commentaires, car le système n’identifie plus les contributions. Donc, en vrac, chacun s’y retrouvant au mieux.

    1. in re : Demian West. Personnellement je trouve la prose de DW amusante et elle véhicule souvent des trouvailles stylistiques ou conceptuelles qui valent de détour. J’en prends ce que je comprends et je laisse le reste, comme quand je lis un menu en grec. Pourquoi ne pas tous en faire autant ?

    2. Radio-Canada. Il semble que j’aie prêché à des convertis. Continuons tous le combat…

    3. Médias. Si quelqu’un a une minute pour tenter d’intéresser les médias traditionnels à cette affaire, je l’encourage à le faire et j’autorise la re-publication de tout ce que j’écris. Je ne m’y interesse plus, parce que je pense, que les contenus sont maintenant totalement manipulés. L’avenir est aux média citoyens. On est tout près d’un « Canard. »… au sang.

    3. Sarkozy. Je crois que le Prince-président suit un plan précis et terminera avec les pleins pouvoirs d’ici un an à 18 mois. Ca ne durera qu’un temps et ça pourrait assainir la politique française..

    PJCA

  12. avatar

    Ce qui est marrant c’est que ce soit le Canada ou la France, le problème de l’état et du privé nous gratouille pareil et aux mêmes endroits.Et ce qui est commun c’est que le pouvoir de l’état diminue en fonction du développement de la mondialisation qui lui est privé.
    L’avenir est il un état mondial ?

  13. avatar

    Je suis d’accord avec vous M. Allard que Radio-Canada doit continuer en définissant sa différence qui lui est propre.

    Ce que je trouve très pertinent dans cette différence est d’une part, la couverture régionale qui est négligé par les médias conventionnels ainsi que les grandes enquêtes. Deux domaines difficile à rentabiliser et qui explique qu’ils soient négligé.

    D’autre part, une critique des médias serait intéressant à avoir. Cela pourrait faire partie d’un nouveau mandat de Radio-Canada.

    Dans un autre ordre d’idée, le lien que nous avons perdu sur le profil des gens qui commentent me peine. Je trouvais intéressant de savoir qui laisse un message et de pouvoir visiter ses textes.

    Finalement, dans les débats que M. Damien West s’amuse à monopoliser, je proposerai M. West que vous fassiez un article sur Agarovox ou tout autre sujet qui vous traumatise et que vous vous limitiez à y commenter vos grandes citations et vos besoins d’être lu. J’aimerais bien que vous restiez dans les sujets présentés. Ici on parlait de Radio-Canada. Le restant devrait trouver une autre place pour s’afficher. Et je proposerais à ceux qui réponde à M. West d’arrêter de l’alimenter par vos réponses sauf s’il est dans le sujet présenté. Cette proposition devrait nous permettre de faire un débat plus pertinent.

    http://www.centpapiers.com/_Raymond-Viger