Accueil / T Y P E S / Articles / Le revenu garanti
La prochaine ?tape du d?veloppement social est un revenu garanti pour tous. La s?curit? du travailleur ne doit plus d?pendre d?un droit toujours pr?caire ? son emploi, mais d?un droit que lui garantit la collectivit? a un revenu ferme li? ? sa comp?tence acquise. Ce revenu doit lui ?tre garanti ind?pendamment des activit?s concr?tes [...]

Le revenu garanti

La prochaine ?tape du d?veloppement social est un revenu garanti pour tous. La s?curit? du travailleur ne doit plus d?pendre d?un droit toujours pr?caire ? son emploi, mais d?un droit que lui garantit la collectivit? a un revenu ferme li? ? sa comp?tence acquise. Ce revenu doit lui ?tre garanti ind?pendamment des activit?s concr?tes que le syst?me peut juger opportun d?exiger de lui. C?est sa disponibilit? qui doit ?tre sa contribution.

Il est absurde que dans tous les pays d?velopp?s il n?existe pas d?j? un revenu annuel garanti pour tous. Absurde, parce qu?un revenu garanti est plus ?quitable, plus valorisant, et ne co?te pas plus cher, que le saupoudrage erratique d?assistances ponctuelles qui est offert pr?sentement un peu partout. C?est une grande source de confusion, d?injustice et de frustrations que de s?en remettre ? des douzaines de programmes de soutien au revenu et ? l?emploi pour faire face ? la crise actuelle et, plus g?n?ralement, pour vivre le passage d?une structure industrielle d?emplois vers une ?conomie tertiaire.

Garantir le revenu ne co?te pas plus cher, puisque chaque pays d?velopp?, sous divers masques, assure d?j? un minimum vital ? toute sa population. Il le fait parce que l??thique collective ne supporterait pas qu?on laisse mourir de soif au bord de la fontaine, mais aussi, plus cyniquement, parce qu?une soci?t? de consommation exige, pour le bien de ceux qui produisent ? qui sont ceux qui ont le pouvoir ? que la demande de ceux qui consomment soit maintenue effective.

L?argent est l? et on en met beaucoup. Mais, en l?accordant sous forme d?aum?ne, d?une fa?on vexatoire et humiliante, notre soci?t? perd son argent (notre argent!) de trois fa?ons. D?abord, on d?motive et on marginalise ceux qui re?oivent cette assistance financi?re; ensuite, on augmente les co?ts de distribution de ce revenu; enfin, on renonce ? la richesse r?elle consid?rable en biens et services que repr?senterait le produit du travail de tous ces travailleurs qu?on a laiss?s pour compte.??? Ce qui est absurde va bient?t devenir intol?rable.

Non pas intol?rable pour quelques-uns, mais intol?rable pour vous, pour moi et pour tous, ? la mesure de l?ins?curit? croissante que va introduire pour tous l?acc?l?ration de la transformation des m?thodes et des modalit?s de travail. Aujourd?hui, avoir travaill? dix ans dans une activit? programmable sans avoir ?t? recycl?, c?est d?j? vivre en sursis de ch?mage et jouir d?une chance inesp?r?e. Demain, si nous voulons demeurer ? la pointe du progr?s, les m?thodes de travail devront se transformer encore plus vite.

Le travailleur ne doit plus esp?rer exercer un m?me travail ni occuper une m?me fonction plus de dix ans; ce serait une contrainte insupportable pour le syst?me de production. ??Au contraire, le travailleur doit se pr?parer ? consacrer d?sormais 10% et bient?t 20% de sa vie active ? la formation et, apr?s chaque recyclage, il devra aller vers le poste le plus productif pour lequel il sera devenu le mieux qualifi?. Un poste diff?rent de celui qu?il aura quitt?. C?est ? ce prix que nous b?tirons le syst?me de production le plus performant et que nous pourrons assurer au travailleur le meilleur niveau de vie.

Nous serons loin de la s?curit? d?emploi, qui est un anachronisme. Il faut penser s?curit? du revenu. Le travailleur n?acceptera de bon gr? ces incessants changements de sa vie professionnelle que s?ils ne mettent pas en p?ril son revenu. Il aura bien raison, car ce n?est pas lui qui fixe les taux d?int?r?ts et qui ?tablit les politiques fiscales et douani?res. Ce n?est pas lui qui choisit les infrastructures ? cr?er et qui privil?gie ainsi une avenue de d?veloppement plut?t qu?une autre; ce n?est pas lui qui finance le d?veloppement technologique, qui ?value les besoins de main-d?oeuvre ? tous les niveaux et qui planifie les programmes d??ducation et de formation.

Le travailleur n?a aucun contr?le sur toutes ces d?cisions qui font que l?offre et la demande de main-d?oeuvre s?ajustent ou ne s?ajustent pas. il est la victime innocente d?un jeu de hasard, une ? loto du ch?mage ? que la soci?t? est d?accord pour tol?rer parce que, collectivement, nous en retirons l?avantage d?un progr?s plus rapide. Le changement que nous vivons profite ? tout le monde, c?est pour ?a que nous invitons le changement.

Le syst?me a choisi d?optimiser son rendement d?une fa?on brutale, en d?fenestrant sans avis les moins agiles et les malchanceux. Le sans-travail n?a pas ? ?tre p?nalis?, encore moins culpabilis?? Pourquoi serait-ce sa responsabilit? de porter le poids des ajustements et serait-il mis au ch?mage sans qu?on lui garantisse la continuit? de son revenu? ?C?est toute la collectivit? qui doit assumer le co?t du changement, pas l?individu.

On a pr?vu jusqu?? pr?sent de petits filets pour ceux qu?on pr?cipite dans le vide; maintenant que nous allons ?voluer de plus en plus vite sur le trap?ze du changement et du recyclage continu, ? la vitesse qu?imposera le rythme de l??volution des technologies, il y a fort ? parier que TOUT LE MONDE, au cours des prochaines d?cennies, aura l?occasion de profiter de la solidarit? collective le temps n?cessaire ? son recyclage.

Il faut donc cesser de parler avec condescendance des ??ch?meurs?? et des ??assist?s sociaux??. ? There, but by the grace of God go I ??? Il faut que chacun puisse en profiter sans subir de pertes mat?rielles et sans humiliation. Il faut mettre en place imm?diatement un r?gime de revenu garanti.

? quel niveau de revenus? Au niveau, d?abord, qui correspond pour chacun ? la valeur d?j? ?tabli du travail qu?il fournit. Au d?part, il faut s?en tenir aux revenus qui d?coulent des normes du march? du travail actuel. Non pas que ces normes ne devraient pas ?tre modifi?es, elle le devraient certainement, mais parce qu?il ne faut surtout pas que la d?cision technique de remplacer une foule de paiements ponctuels par un revenu garanti se transforme en un d?bat sur l?opportunit? de donner plus ou moins aux d?favoris?s. Ce d?bat paralyserait toute action.

Il faudra faire aussi ce d?bat sur le redistribution de la richesse, mais gardons-le soigneusement ? l??cart de celui sur la mise en place du revenu-travail garanti.

Pierre JC Allard

N.B. : ?Ce texte ?s?inscrit dans dans une section du site Nouvelle Soci?t? qui traite du travail et de l?emploi. ?Pour le mettre en contexte, on peut lire le texte pr?c?dent et le texte suivant.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLVI) : le laxisme multinational et l’incroyable réceptionniste de Mulhouse :

Le trafic international de cocaïne et son expansion fulgurante sont les résultantes de plusieurs laxismes.  ...