Accueil / A C T U A L I T É / Le repas quotidien est un droit inali?nable

Le repas quotidien est un droit inali?nable

Capitaine Martin????????????????????
?
La population qui est en mesure de se nourrir fait face ? une standardisation des produits alimentaires. Il y a quatre cents ans, avant l?av?nement du capitalisme, les hommes mangeaient plus de cinq cents esp?ces diff?rentes de plantes. Trois cents ans plus tard, avec la R?volution industrielle et l?abandon des proc?d?s traditionnels de labour, le panel s??tait r?duit ? une petite centaine de plantes. Depuis trente ans et l?h?g?monie du capitalisme financier, les graines de soja, le ma?s, le riz, les haricots, l?orge et le manioc constituent 80 % de la nourriture de base de toute l?humanit?.
Le monde est devenu un vaste supermarch? ? grande ?chelle. Les personnes, ind?pendamment de l?endroit o? elles vivent, ont adopt? un m?me r?gime standard fourni par des entreprises qui le sont tout autant, comme si elles ?taient dans une grande porcherie attendant, passives et domin?es, la distribution de leur ration journali?re. Nous assistons ? une trag?die bien ?videmment tue par tous les media au service de la classe dirigeante. Et cette derni?re, toujours plus ob?se et d?shumanis?e, n?attend personne pour se goinfrer de champagne et de homard au banquet des dividendes et des profits, d?gueulant d?injustice et d?iniquit?.
Comment en sommes-nous arriv?s l??? Pourquoi le capitalisme comme moyen d?organiser la production, la distribution des biens et la vie des gens sur la base du profit et de l?exploitation, a pris possession de la plan?te?? Pourquoi une petite centaine de multinationales (Cargill, Monsanto, Dreyfus, Syngenta, ADM, etc.) contr?le la plupart de la production mondiale d?engrais, de produits chimiques, de pesticides, les industries agroalimentaires et le march? de la vente de ces denr?es alimentaires?? Parce que les aliments font d?sormais l?objet de sp?culation sur les march?s internationaux au m?me titre que les mati?res premi?res (p?trole, minerai de fer, etc.). Les grands investisseurs deviennent de facto les propri?taires de millions de tonnes de nourriture sur lesquelles ils sp?culent en augmentant d?lib?r?ment les prix? et leurs profits. Des millions de tonnes de soja, de ma?s, de bl?, de riz, n?ont pas encore ?t? plant?es qu?elles sont d?j? vendues.
Les prix ne suivent plus seulement les r?gles traditionnelles de l?offre et de la demande. Ils sont d?sormais fix?s par le contr?le oligopolistique que les entreprises ont sur le march?, ce qui suppose le m?me prix ? travers le monde entier? Tout est pay? en dollars. Et celle qui aurait un co?t de production sup?rieur ? celui-ci fait immanquablement faillite.
Quelle est la solution?? Imposer par les moyens propres ? chaque pays, ? chaque poche de r?sistance dans le monde entier, le principe que la nourriture ne peut pas ?tre une marchandise. La nourriture est l??nergie de la nature (une sorte de m?lange subtil de terre, de soleil, d?eau et de vent) mise ? disposition du genre humain, travaill?e dans l?harmonie et la coop?ration d?autres ?tres vivants. La nourriture est en quelque sorte un droit de survie auquel tout ?tre humain devrait avoir acc?s. Il faut fort logiquement r?affirmer que tous ceux qui cultivent la terre ont le droit de disposer de la terre et de son eau. D?o? la n?cessit? d?une r?forme agraire ? grande ?chelle assurant la souverainet? nationale et populaire des principaux produits de la nature. Continuer ? soumettre ces derniers aux r?gles de la propri?t? priv?e et du profit rel?verait d?une crasse ind?cence. Et c?est pour cela que l??tat, au nom de la soci?t?, doit soumettre ces produits ? un contr?le social et collectif. Nous avons besoin de politiques publiques qui encouragent la pratique des techniques de production alimentaire en renouant avec des pratiques agricoles saines.
Nous devons garantir le droit ? ce que toutes les graines et les diverses races d?animaux soient accessibles ? tous les agriculteurs. La propri?t? priv?e des semences et des ?tres vivants n?a pas lieu d??tre. Un v?ritable d?calage avec la phase actuelle du capitalisme qui nous impose ses lois sur les brevets? Nous devons garantir que partout soit produite la nourriture n?cessaire eu ?gard ? ce que la biodiversit? locale permet, et ainsi maintenir les habitudes alimentaires et la culture locale. Nous avons besoin d?un gouvernement en mesure de mettre la main sur la totalit? de la surproduction issue des agriculteurs locaux pour la redistribuer ? tous les citoyens. Nous devons emp?cher que les multinationales continuent de contr?ler une quelconque partie du processus de production agricole et la distribution des denr?es alimentaires. Nous devons d?velopper la transformation des denr?es alimentaires en coop?ratives qui seraient sous le contr?le des paysans et des ouvriers.
Nous avons besoin de mettre le commerce international sur les rails de la solidarit?, la compl?mentarit? et l??change? et non plus sur ceux du monopole des entreprises domin?es par le dollar ?tasunien.

La nourriture n?est pas une marchandise. C?est un droit inali?nable.

R?sistance Politique

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les 55 jours du pékin

Ce pékin n’a pas été assiégé par une horde de boxers hurlants mais confiné en ...