Accueil / A C T U A L I T É / Le petit monde de Donald (5) : les politiques, la belle-fille et sa collection

Le petit monde de Donald (5) : les politiques, la belle-fille et sa collection

Parmi les interlocuteurs privilégiés de Donald, il y a Rush Limbaugh à qui il a décerné une des plus hautes distinctions existantes aux Etats-Unis : or c’est un raciste notoire doublé d’un menteur invétéré, en plus d’être un dissimulateur (1). Quelqu’un qui ne suscite pas le respect en tout cas. Le problème c’est qu’il a fait école, notamment avec Laura Ingraham et Mark Levin tous deux chez FoxNews. Une chaîne qui doit ses succès d’audience à sa faculté pour enjoliver tout ce que fait ou décide Donald, jusqu’à une date récente en tout cas, où pour avoir émis quelques réserves elle a été rayée de la liste de ses préférées. Enfin, elle lui aura quand même offert une nouvelle belle fille, celle de son aîné Trump Junior, ce « nouveau croisé ».  La dame traîne derrière elle une bien étrange et sulfureuse réputation… 

Rush Limbaugh, Laura Ingraham, Mark Levin et Glenn Beck.

Cette bande d’ineptes dont se gave Trump en Tweets est aussi responsable de sa lenteur à prendre en compte la dangerosité exceptionnelle du Covid19 (2), car un bon nombre d’entre eux, intellectuellement limités et dotés d’un faible bagage scientifique, ont abondé dans le sens d’une simple épisode de grippe passagère, influençant alors directement un Trump incapable de raisonner par lui-même et qui les regarde toutes les nuits comme on le sait. Les quatre principaux à l’avoir fait, selon The Atlantic, sont Rush Limbaugh, Laura Ingraham, Mark Levin et Glenn Beck. Selon le magazine, en effet, « Limbaugh, citant un article dans le magazine britannique The Spectator (3), a suggéré que le «coronavirus est répertorié comme cause de décès pour de nombreuses personnes. qui ne meurent pas à cause de cela.  Le lendemain, il a allégué que les modèles suggérant que des centaines de milliers d’Américains pourraient mourir du virus sont «tout aussi mauvais et tout aussi peu fiables que les modèles de changement climatique» (il a l’air malin aujourd’hui !) . Le 25 février, il a déclaré que «C’est hyper-médiatisé… car les médias pensent que c’est comme l’affaire russe!  Ça va détruire Trump!  Ils sont heureux. Ils pensent que ça va détruire magiquement l’économie avant novembre.»  Sur un site d’extrémistes de droite vantant le racisme de l’apartheid, on a extrait cet argument sidérant de Limbaugh comme quoi le masque porté par Fauci « est la preuve de sa peur » ... sidérant de connerie !

« Il a ensuite accusé les médias grand public d’augmenter le nombre de morts [potentielles] » comme ils l’avaient fait en 1991, lorsqu’ils ont mis en garde contre « tous ces sacs mortuaires [aux] États-Unis. L’armée allait [besoin] parce que les États-Unis n’avaient aucun moyen de battre Saddam Hussein » dans la guerre du Golfe. L’implication de Limbaugh était claire: tout comme la guerre du Golfe a pris beaucoup moins de vies américaines que ne l’avaient prédit de nombreux commentateurs, le COVID-19 (le ferait) aussi ». L’image de la Guerre du Golfe, il n’avait pas hésité à la reprendre en 2018, en parlant du « Deep State » (déjà !), qui aurait cherché à « détruire G.W.Bush » avec de la « désinformation » sur les armes de destruction massive… alors que Colin Powell lui-même a avoué qu’il n’y avait pas de toxine dans la fiole déployée à l’ONU (4) et que cette mise en scène avait bien été préparée (par la CIA) pour retourner l’opinion contre Hussein. Limbaugh oubliant qu’il avait aussi servi la louche à son père, G.H Bush, comme on peut le voir en haut de ce chapitre ! Chez ces gens-là tout est bon pour réécrire l’histoire !!!

Limbaugh a déclaré également en février que l’ « on dirait que le coronavirus est utilisé comme une nouvelle arme pour faire du tort à Donald Trump. […] Maintenant je vais vous dire la vérité sur le coronavirus. Oui, j’ai raison sur ce point. Le coronavirus, ce n’est qu’un simple rhume, les amis.» (5) En ajoutant : «Le coronavirus est une tentative de renverser Trump. Ça ne va pas marcher. C’est une des nombreuses fois que les médias tentent de dire que Trump et le capitalisme détruisent l’Amérique et le monde. N’oubliez pas d’où vient le coronavirus. Il vient du pays en lequel Bernie Sanders veut transformer les États-Unis: la Chine communiste.» Une idée qui a fait flores depuis dans la tête de Donald !!

Pour le récompenser sans doute d’une telle profondeur de pensée, Trump lui a décerné à la surprise générale la plus haute distinction civile existante aux USA : la Medal of Freedom, nouée autour du cou par…Melania Trump en personne !!! Une décoration qui a atterré tout le monde à vrai dire ! Limbaugh, raciste avant tout, avait auparavant annoncé être atteint d’un cancer avancé du poumon.  Trump a déclaré « qu‘alors que nous prions pour tous ceux qui sont malades, nous savons que l’Amérique réalise constamment de nouvelles percées médicales »  Mais il n »a pas osé proposer de soigner Limbaugh à coups de « bleach »… (qui a dit hélas ?). Remarquez Trump a aussi accordé la même médaille à un joueur de baseball adulé… mort en 1948 (Trump avait alors deux ans). Les mauvaises langues affirmant qu’il pensait être toujours vivant… Son statut de préféré de Trump lui permet bien des choses et il ne s’en prive pas, au point de ficher en l’air toute sa stratégie actuelle de ralliement maximal des républicains, notamment chez le sénateurs lassés des frasque présidentielles, en ressortant un Tweet incendiaire de son meilleur ami, sorti en février 2016, fustigeant ces mêmes républicains de ne pas avoir su remplir leurs promesses à leurs électeurs… Qu’a-t-il cherché à faire en ressortant ce brûlot ? Un pavé lancé dans le mur Mexicain que Trump s’était engagé à faire payer à ces mêmes mexicains seuls ?

« Laura Ingraham, qui suit Hannity à 22 heures sur Fox News, a joué sur une ligne similaire. Sur Twitter le 31 mars, elle a partagé une chronique de William Bennett et Seth Leibsohn qui a suggéré que le nombre de décès dus à COVID-19 fournirait «beaucoup plus petit que notre taux annuel de décès par surdose d’opioïdes – 46 802 – ou des décès annuels dus à des accidents de véhicules à moteur , 33 654 »et a exhorté les Américains à« retrouver un sens des proportions » (aujourd’hui, elle doit raser les murs j’espère bien)… « Le 2 avril, elle a cité un article paru dans le Telegraph britannique, qui déclarait qu’en Italie, «seulement 12% des certificats de décès ont montré une causalité directe du coronavirus». En d’autres termes, les Italiens ne meurent pas en grand nombre du virus après tout. Le même jour, Ingraham a promu une entrevue avec un professeur de Stanford qui a affirmé que «les projections du nombre de morts» de COVID-19 «pourraient vraisemblablement être des ordres de grandeur trop élevés». »  Sur Fox News, les yeux rivés sur son prompteur qui ne la quitte jamais, comme on peut le voir ici à droite, elle abondera même le 27 février dans l’idée d’une peur du  Covid19 quasiment créée par les démocrates « car ils se sentent incapables de battre Trump »… c’est elle aussi qui sera la première à changer de pédalier en enfourchant comme bouée de sauvetage l’hydroxychloroquine… 

Reste dans ce florilège de bêtise crasse le sommet qui consiste bien sûr de faire de la menace une tentative d’empêcher la réélection de Trump:  « D’autres commentateurs conservateurs éminents minimisent la menace des coronavirus de la même manière. Le 2 avril, Mark Levin – le quatrième animateur de talk-show radio le plus populaire en Amérique, après Limbaugh, Hannity et Dave Ramsey, selon Talkers – a accusé «les médias bidon et de gauche» de «demander le respect de la plus extrême précision dans la mortalité .  » Le 3 avril, il a donné une «perspective» en tweetant à propos d’un graphique montrant que COVID-19 avait tué moins de personnes qu’Ebola, le MERS, le SRAS ou la grippe porcine. Le 2 avril, Glenn Beck – le cinquième animateur d’émissions radiophoniques le plus populaire du pays – a averti que les militants anti-Trump avaient créé des modèles de virus qui étaient «extrêmement imprécis» et «toujours biaisés pour un nombre très important» de décès liés au COVID-19. . La veille, le 1er avril, Beck a déclaré à ses abonnés Twitter: « Le coronavirus N’EST PAS le virus le plus dangereux d’Amérique … Ce sont les médias grand public ! »  L’idée du coronavirus comme étant une invention pour empêcher l’élection de Trump vient bien de ses supporters !!! On les trouve en effet partout, y compris dans des sites se voulant humoristiques où ils glissent par exemple ce tweet comparant les récentes pandémies avec les élections… ce qui fait penser plutôt à ça qu’autre chose.. Ne demandons pas en effet à ces incultes de connaître l’effet cigogne…

Plus tard, Beck, l’anti-Obama forcené, fondateur de The Blaze, sortira qu’il faudra bien un jour ou l’autre sacrifier les seniors, avec les ravages de ce virus soudainement devenu dangereux chez lui (c’est ça ou ne pas aller travailler pour eux, selon lui !).. Mark Levin ces derniers temps ne parlait déjà plus de virus mais de réouvrir au plus vite (ici dès le 2 avril !) les entreprises (ci-dessous à droite), selon lui sous la menace de transformer le pays en Venezuela (remarquez ils ont déjà la coke que ramène la DEA…). Depuis c’est comme par hasard devenu aussi le credo de Donald !!!

Le système Trump est là : c’est le serpent qui se mort la queue. Ces présentateurs crétins et extrémistes, n’ayons pas peur des mots, ont surfé comme jamais ils n’avaient pu le faire au sommet de la vague des médias depuis que leur leader est lui-même devenu le roi de la plus haute. Comme dans la fable du roi nu, ils ne font qu’abonder journellement dans son sens, et celui-ci le leur rend bien en les incluant comme sources fiables à ses seuls yeux dans ses Tweets journaliers. Ils se nourrissent l’un de l’autre et tournent ainsi en rond, nageant ensemble dans leur fange de sous-informés, éructant que tout ce qu’ils ne savent pas, ne connaissent pas, ne cherchent pas à savoir peut être que de la « Fake News » ou une manipulation orchestrée par d’autres qu’eux, bien sûr, cet obscur « Deep State » devenu leur gargarisme et dont ils sont bien incapables de décrire les contours comme le contenu exact. C’est un sorte de vague croyance pas très assurée qui les unit : Vade Retro Satanas envers tous ce qui n’est pas comme eux  ! Cela présente beaucoup de similitudes avec une secte ou avec les admirateurs bornés d’un dictateur hitlérien… Le 29 avril dernier, un exemple encore (ici à gauche) avec la chronique de Levin (ici à gauche) qui se résumait à encenser toute l’action de Trump, sans donner d’exemples précis, en affirmant qu’il « résistait aux coups » « autant qu’un Reagan ou un Coolidge » selon lui !!! En répétant « d’ouvrir le pays » (arrêter la quarantaine), en bon assassin inconscient et de soumettre les gouverneurs à ses ordres… son plaidoyer étant aussitôt applaudi par Donald sur Twitter par un timide « Thank you » en forme de gros coup de main médiatique (il avait déjà fait la même chose le 18 juillet 2019 ici à droite) !!! Collidge, il faut le rappeler, a été un fervent défenseur de la réduction des programmes fédéraux, d’une baisse des impôts et de la disparition de l’Etat remplacé par un laisser-faire aventureux, qui ont conduit plus tard à la Grande Dépression !!!!  C’est aussi lui qui s’est par trop fichu du sort des gens lors de la terrible crue du Mississippi de 1927… Avec ses supporters, en tout cas, c’est bien l’extrême droite qui dirige le pays, même si son chef refuse d’être catégorisé ainsi. G.W.Bush a été manipulé par Dick Cheney et Donald Rumsfeld, Donald l’est par tous ses followers ! C’est ce qu’est devenu aussi le Sénat US, sous la férule d’un autre inepte complet appelé Mitch McConnel. Sans Donald pas de Sénat et sans Sénat pas de Mitch !! On tourne à nouveau en rond !

Kimberly Guilfoyle

Parfois, Donald se retrouve aussi dans le rôle imprévu de directeur d’agence matrimoniale. Le fils aîné de Donald n’est pas vraiment une lumière, pas plus que son père, en tout cas. Comme lui, il a fini par buter par hasard sur un mannequin, appelé Vanessa Haydon, qu’il a épousé en 2005 devinez- ? A Mar-a-Lago bien sûr ! C’est Donald qui avait présenté son empoté de fils à la belle. S’en suivent cinq enfants, un tous les deux ans, façon métronome, ou tir à répétition, le dernier né en 2014. Mais le temps passé à la chasse aux animaux sauvage et… Junior perd sa place. Le couple divorcera en 2018… Sa femme avait en effet découvert ses textos avec Aubrey O’Day, une ancienne candidate de The Apprentice ! Un vaudeville trumpien de plus. Officiellement, le staff de campagne du père fera répandre l’idée, plus présentable et moins grivoise, abondamment reprise par les médias, que c’est d’avoir reçu chez elle une enveloppe contenant de la poudre censée être de l’anthrax qui avait « effrayé » cette « bonne mère de famille » si « proche de ses enfants »...  Quand on ment, chez les Trump, c’est tout le temps !

En parallèle une ex-femme du maire démocrate de San Francisco, qui l’avait épousée en 2001, un ex mannequin de chez Victoria Secret ici à gauche (celui du grand copain d’Espstein), Kimberly Guilfoyle, devenue avocate, avait commencé ses apparitions à la TV et comme experte juridique chez CNN. Sa mère est porto-ricaine (décédée alors qu’elle n’avait que onze ans) et son père irlandais. Divorcée en 2005, elle épouse alors l’ancien modèle Eric Villency l’année suivante aux Barbades, le temps de faire un bébé et elle file chez FoxNews pour un show appelé « The Lineup » qui ne dure pas mais elle s’incruste à nouveau sur la chaîne comme « experte » juridique. Visiblement, elle est déjà pleine d’ambition. Sa vie, elle la mène à cent à l’heure au gré de sa dévorante envie de réussir.

Après des apparitions chez des émission phares comme « The O’Reilly Factor« , celle d’Hannity et « Fox and Friends »… elle se retrouve à nouveau divorcée en 2009. Mais riche déjà, puisqu’elle habite un appartement à 3,4 millions de dollars en plein New-York face à Central Park, un vrai capharnaüm rempli d’animaux empaillés accrochés aux murs. Il y en a partout, mais vraiment partout ! Drôle de fixation, ces trophées animaliers !

Elle arpente déjà toutes les soirées Manhattan pour s’y faire remarquer. Chez Fox, quand en 2015 le patron Roger Ailes (ici à gauche avec Reagan) sera accusé d’harassement envers Gretchen Carlson, c’est elle qui assurera la défense de…son patron ! Pourtant ce dernier, un vrai poète, l’avait appelée « a Puerto Rican whore easy » (inutile de traduire) !!! Elle avait surtout divisé la rédaction de Fox en deux équipes en prenant ouvertement parti : la » Team Roger « ou la » Team Gretchen  » (elle aurait même fait fabriquer des t-shirts au nom du premier !), car elle avait choisi le premier camp bien sûr !! L’ambition avant la cause féminine, chez elle, à l’évidence !!!  Mais Ailes sera obligé de démissionner le 21 juillet 2016 et il décédera en mai 2017, après une chute à son domicile (et après avoir cédé 20 millions de dollars d’accord avec Gretchen Carlson), laissant Kimberly avec son choix… embarrassant,  au milieu de ses collègues féminines ! Mais voilà qui ne pouvait en fait que plaire à Donald ! Une femme insultée qui défend celui qui l’insulte, pensez donc, quelle aubaine pour un macho comme lui !

Résultat: alors qu’il est à peine élu, les couloirs de la Maison Blanche bruissent déjà du bruit de son arrivée imminente comme secrétaire de presse, et porte-parole, bien sûr. Mais Trump a choisi Sean Spicer, qui fera après son départ une courte carrière chez Danse avec les Stars, (ici à gauche) ce qui ne le changeait pas trop son poste précédent dans lequel il devait toujours marcher sur des œufs avec Donald dans son dos ou pour effectuer de brusques virements d’opinion tel un danseur de tango. On la surprendra un temps en photo avec Anthony Scaramucci, le plus inepte des conseillers jamais recrutés à la Maison Blanche, au langage de charretier qui le fera éjecter au bout d’à peine 10 jours de service, privant les journalistes de leur partie de rigolade journalière…(y compris le Daily Show (6) !). Depuis, ils s’invectivent l’un l’autre...

S’était-elle acoquinée avec lui pour pouvoir passer plus vite le perron de la grande maison ?  Très certainement, disent ceux qui ont côtoyé son ambition dévorante ! Au départ de Spicer en 2017 on croit que c’est bon pour elle mais non, c’est Sarah Huckabee, fille du sénateur hyper-religieux de l’Arkansas qui s’y colle le « Making the Case: How to Be your Own Best Advocate » qu’elle avait fait parvenir à Donald, ce qui donne un échange de tweets savoureux entre les deux le 29 janvier 2017, où elle dit qu’il l’a acheté, et l’autre qu’il l’a bien lu, alors que l’on connait ses difficultés dans l’exercice !! (Ou alors qu’il a mis deux ans à le lire !). Le papa Trump aurait-il alors appelé son fils pour lui faire remarquer cette nouvelle perle de l’édition, sachant que le couple du fiston battait depuis longtemps de l’aile ? Aurait-il joué les entremetteurs une seconde fois ?

American Priority Live in Miami »… un think tank dédié à la réélection de Trump en 2020 aux méthodes médiatiques bien particulières… le premier jour, la réunion avait débuté paru une partie de golf (ici son président Alex Phillips ! Une réunion de fêlés, où l’on avait pu entendre parler du “Russia Hoax” de la  » Pizzagate conspiracy theory »ou du“Voter Fraud in the USA » ou un des intervenants venir assurer que « Barack Obama souhaitait offrir l’Afrique du Nord à al-Qaida » !!! Ce soir-là, elle et son nouveau boy-friend, avaient été payés chacun 50 000 dollars pour leur prestation scénique… de quelques minutes. Une part de l’argent provenait de dons du GEO Group. Celui qui gère les prisons aux USA,  (dont Broward et Pompano Beach, en Floride) et qui se fait un beurre immense sur le dos des américains (et a été un des plus généreux contributeurs de la campagne de Donald Trump) !!!!

Aujourd’hui, Kimberly s’est trouvée une nouvelle passion : devenir la porte voix des « latinos » (ici à droite) … électorat fort recherché par Donald ! A noter que le « Trump to 88022 » est l’objet de plaintes pour sollicitations téléphoniques non souhaitées… c’est le code SMS court pour « Donald Trump fort President » !!

Gonflé !

Trump, lui, en 2020, en est toujours à regretter… Roger Ailes, celui qui l’a en fait fabriqué. Le Gepeto de Pinnochio en quelque sorte. C’est ce qu’il tweete sans vergogne le 18 mai dernier en disant que Fox News n’est vraiment plus ce que c’était pour lui…  à la suite de l’intervention de Neil Cavuto qui tente de le dissuader (en vain) d’utiliser la chloroquine. Le 26 avril dernier, il avait déjà fait une double tirade similaire en disant que le public était selon lui en colère de voir l’évolution de Fox alors que c’était lui, Donald, qui avait fait son succès… alors que c’est bien l’inverse au départ. Trump, qui récupère toujours tout en sa faveur est décidément incorrigible…  le plus étonnant reproche qu’il lui fait à Fox, étant de devenir « politiquement correct« .  Tout le fond de la pensée trumpienne est là : c’est la trash-politique dont il a besoin. Trump, c’est de la poubelle-politique. La TV-Réalité entrée à la Maison-Blanche. L’apprenti-Président ! On notera que Trump s’en prenait aussi ce jour-là à Chris Wallace, resté célèbre pour avoir été un des rares à avoir secoué Poutine en interview le 16 juillet 2018. On ne touche pas aux amis de Donald ! Dans le livre « Vladimir Putin Life: From spy to president » De Pham Hoang Minh voici ce qu’on en dit et c’est plutôt savoureux   :« Dans une interview ultérieure avec la vedette de Fox News Chris Wallace, Poutine a apparemment défendu le piratage du serveur DNC en suggérant qu’aucune fausse information n’a été semée dans le processus. Il a également rejeté l’idée qu’il détenait des informations compromettantes sur Trump, affirmant que l’homme d’affaires « ne nous intéressait pas » avant d’annoncer sa campagne présidentielle, et a notamment refusé de toucher une copie des actes d’accusation qui lui ont été proposés par Wallace. De plus, le cadeau d’un ballon de football de Poutine à Trump a fait la une des journaux lorsqu’il a été révélé qu’au ballon était intégré une puce émettrice. Bien que la puce soit apparemment une fonctionnalité standard du produit, conçue pour fournir un accès aux vidéos des joueurs à ceux qui ont un appareil mobile, certains se sont demandés si elle pouvait être utilisée à des fins de piratage supplémentaires ». Du grand art !

Georges Papadopoulos

Dans le paysage surréel de Trump, les gens sortis par une porte rentrent à nouveau par la fenêtre. Tel ce gars au nom d’un héros de Hergé et dont je vous ai déjà parlé ici avec l’affaire Mifsud, toujours porté volatilisé à ce jour … un personnage qui reliait entre eux les gens hauts en couleur que sont Roger Stone, Sam Clovis, ancien officier de l’armée de l’air nommé à… l’Agriculture et à la Recherche par Trump, Isaac Shamir, l’âme damnée antisémite de Julien Assange, et les rapprochaient tous des russes, dont l’ultra droitier Vladimir Jirinovski et Ivan Timofeev, le Director of Programs at the Russian International Affairs Council (RIAC). Il s’appelle en effet George Papadopoulos, alias GeorgePapa19 sur Twitter et se présente aujourd’hui comme « Fmr  (ancien) advisor to President Trump and HUD Secretary Dr. Ben Carson » (il avait déjà travaillé avec lui avant la campagne de 2016). Il a tenté sa chance depuis (en octobre 2019) en politique en Californie, pour se prendre une veste mémorable face à la démocrate Katie Hill : 1,8% des votants (2 749 votes) contre 31,7% à Hill (49 646 bulletins). Carson, celui-là, c’est en effet le neurochirurgien ancien concurrent de Trump qui lui a offert le strapontin de secrétaire au Logement et au Développement Urbain. L’homme a un grain il semble. Un grain de blé dans la tête, puisqu’il prétend que les pyramides d’Égypte ne datent pas des pharaons mais qu’elles ont été bâties par Joseph, un des douze fils de Jacob,  pour servir de greniers à blé. Faudra lui explique un jour que ce ne sont pas des hangars avec charpente et qu’elles ne sont PAS creuses !!! « GeorgePapa19« , je vous ai raconté ses aventures amoureuses avec l’italienne Simona Mangiante, qui ont failli se terminer en eau de boudin, la miss demandant le divorce… sur Twitter en l’appelant « un monstre« , un « traître » un « arnaqueur » ce qu’on savait un peu déjà pour revenir peu de temps après, effacer ses posts et dire qu’elle l’aimait toujours (c’est réconcilié depuis) ; autour de Trump c’est constamment du Dallas !  Jeté en prison 12 jour (seulement) pour faux témoignage devant le FBI, Papadopolous a resurgi dans l’actualité en 2019 avec un livre conspirationniste appelé « Deep State Target: How I Got Caught in the Crosshairs of the Plot to Bring Down President Trump ».

Un ouvrage salué en Tweet par Donald en personne, qui, quelques mois après l’avoir montré en réunion avec lui, avait affirmé ne l’avoir jamais ou fort peu rencontré. Le 31 octobre 2017, Trump avait déclaré en Tweet que Papadopolos n’était qu’un « assistant de bas étage » de son équipe et que c’était en prime « un menteur« . Trump rejetant à la fin de son Tweet la faute sur les démocrates bien sûr ! Dans cette maison de fous, il y a aussi donc des masochistes qui, une fois insultés, viennent glorifier et défendre ceux qui les ont moqués et rabaissés : tout le petit monde des laquais de Donald, dont le majordome en chef s’appelle Mitch McConnell, le Nestor du Sénat US !!!  On notera au passage l’Alzheimer envahit Trump qui, 20 mois après avoir traité un gars de menteur, vient encenser son livre (qu’il n’a pas lu), un ouvrage qui porte surtout dans son titre l’expression « deep state« , suffisamment pour attirer le regard de Donald, avec le thème adoré du président…

(1) comme exemple, Wikipedia a relevé ça par exemple : « le 6 septembre 2017, alors que l’ouragan Irma ravages les Antilles il explique à ses auditeurs que les médias dramatisent les conséquences des ouragans pour des raisons politiques qui seraient notamment liées à la promotion des théories sur le réchauffement climatique. Deux jours plus tard il annonce qu’il sera incapable d’assurer la diffusion de son programme depuis sa maison de Palm Beach, qu’il doit évacuer en évitant toutefois de préciser les raisons exactes de cette évacuation… »

(2) Trump a été prévenu tôt, pourtant, à la mi-janvier : le 3 janvier 2020, c’est d’abord par un appel du responsable chinois à son homologue américain Robert Redfield, patron du Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) d’Atlanta, en Géorgie, qui met en garde contre le risque d’une grave épidémie en cours avec un virus nouveau et indéfinissable et alerte aussitôt le docteur Anthony Fauci et le secrétaire à la Santé de Donald Trump, Alex M. Azar. Les deux derniers sont depuis critiqués par Trump, qui refuse d’assumer sa lenteur à avoir réagi au danger. Azar, après avoir réuni toutes les connaissances qu’il avait et avoir consulté les spécialistes, téléphonera à Trump pour lui demander d’intervenir le 18 janvier. Ce dernier s’occupe davantage alors de relancer les ventes des cigarettes électroniques, pressé par des fabricants. Et part aussitôt tricher comme il, en a l’habitude au golf..A la Bill Murray mais sans l’humour. La société qui regroupe des golfs fera comme son patron à la même date, en prenant le coronavirus à la légère en re-tweetant les propos de John Daly, ami de Trump golfeur professionnel et… alcoolique notoire (il a déjà effectué une cure de désintoxication et a perdu toute sa fortune au casino !): «Je ne bois qu’une boisson par jour et il s’avère que c’est une bouteille de vodka. Vous n’avez qu’à en boire une par jour en la diluant […] Voilà comment on vainc le coronavirus»…

 

(3) euh… plutôt droitier tendance dure : « Le Spectator est atlantiste et pense que le Royaume-Uni doit nouer des liens étroits avec les États-Unis plutôt qu’avec l’Union européenne. Il a soutenu l’État d’Israël au fil des décennies, et plus récemment, il a exprimé des doutes sur l’intervention en Irak de 2003″. Un des journalistes les plus notables s’appelle… Boris Johnson ! Ce qui ne l’empêche pas de trouver Trump bien fêlé comme le montre cette couvre ici à gauche du 4 février 2017.

(4) un Colin Powell qui vient après d’autres généraux de fermement condamner Donald Trump pour avoir requis l’armée lors des récentes émeutes raciales. Pour lui, Trump « s’est écarté de la Constitution ».

(5) le Daily Beast résume parfaitement cela le 31 mars :  « Rien ne le change. Rien ne le fait bouger à moins qu’il ne lui donne de l’adulation, de l’argent ou une érection. Dimanche, Trump s’est même vanté que ses points de presse quotidiens, Castroesques, obtenaient «de bonnes notes». Chaque mensonge sur les kits de test, l’équipement de protection individuelle, les remèdes miracles, les résurgences économiques et sa compréhension de la science derrière les épidémies, les virus et le système de santé brise un peu plus la foi des Américains. Chaque jour qui passe aggrave ses erreurs de la veille. Chaque fois qu’il promet des miracles et produit peu, mais le chaos laisse les États en première ligne de cette bataille un peu moins capables d’affronter la courbe montante de la crise du coronavirus ».

(6) l’un des thèmes favoris de la moquerie étant le coup du pneu  ; « C’est la personne avec le plus fort esprit de compétition que j’ai jamais rencontrée, explique-t-il devant un parterre de journalistes. Je l’ai vu lancer un ballon de football américain à travers un pneu. J’ai l’ai vu au Madison Square Garden en manteau, il tire des lancers-franc et ça rentre […] C’est quelqu’un qui n’est jamais abattu […] Ce président est un gagnant, et c’est ce que nous allons faire, gagner. » avait déclaré le porte-parole grotesque.

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Police et gendarmerie : je vous aime moi non plus !

La police et la gendarmerie sont non seulement utiles, mais nécessaires, que ce soit dans ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.