Accueil / A C T U A L I T É / Le petit monde de Donald (16): la société du spectacle lamentable

Le petit monde de Donald (16): la société du spectacle lamentable

QAnon est un des mouvements parmi les plus idiots jamais lancés sur Internet. Qu’un président s’en soit emparé en dit long sur la santé mentale de ce dernier ou de son calcul politique à brève échéance, car surfer n’est pas diriger. Certains l’avaient pourtant vu venir, car il avait déjà fait une tentative d’installation sur le forum 4Chan l’année précédente, mais sans succès car alors pas assez obscur. Les gens préfèrent en effet le mystère ou le grand n’importe quoi pour les dérider : on le sait depuis le succès tout aussi incongru et phénoménal de la série X-Files dans les années 90. Chargé de disculper Donald, qui ne peut pas tout résoudre aussi vite que prévu car on ne fait rien que l’embêter, c’est à l’évidence la résultante d’une pensée du niveau de la maternelle. Mais on aurait dû le savoir que ça arriverait un jour, ce genre de cirque médiatico-politique ne reposant que sur du vent.  Un philosophe clairvoyant nous avait mis en garde en 1967 déjà…

La fêlée débusquée par un copain du général Flynn !

Tracy Diaz (cf notre épisode précédent), c’est un gars bien spécial – de droite-  qui l’avait tout de suite  repérée : Saul M. Montes-Bradley II, un  ancien de l’ONU devenu dirigeant de trois compagnies aériennes dont Aeropostal Airlines en Argentine (et copain du General Flynn !!!). Il a même écrit un bouquin sur la catastrophe de Gander, et c’est lui qui a suivi la naissance sur 4Chan de Q avec une attention spéciale portée envers Diaz. Dès qu’il a vu arriver ses premiers textes il a en effet souri, mais jaune (ce qui suit est la réunion de 22 commentaires d’extraits de la prose de Q postés en salve le 29 mai 2019 :  « Sur ordre de POTUS, un état de contrôle militaire temporaire sera mis en place et des opérations spéciales seront effectuée » idem Montes-Bradley qui commente : « Trump le dictateur subversif de style latino-américain. Des « miettes de vérité », OK »….  commente-t-il avec ironie. Il a tout de suite vu, lui, le changement de formulation de la dénommée Diaz, pour lui une resucée directe du thème du fameux Pizzagate : : « puisque toutes ces « prédictions » devenaient de la  merde, le style a été changé en une chaîne d’imbécillités plus cryptique, style Nostradamus. Maintenant, la prédiction est ce que la lecture débile veut qu’elle soit. Et les crétins ont continué à lire. L’un des premiers à avoir embarqué était un suprémaciste blanc se faisant passer pour un avocat juif de New York sur Twitter. Ces gars venaient directement de cet égout, et étaient les colporteurs les plus en vue de cet autre histoire obscène, le « Pizzagate ». Vous voyez, dans le côté sombre du « Mouvement Q » dès le premier jour, nous trouvons les mêmes personnages qui nous ont harcelés avec le « Pizzagate ». Toute de suite il avait saisi la liaison entre les deux affaires, ce que d’aucuns mettront des mois à redécouvrir !!!! J’espère qu’on lui reconnaîtra un jour sa clairvoyance, même si je suis loin de me ranger dans son bord politique !!!

Lucide, notre observateur républicain va vite aussi décrire le danger des comportements suscités par les idées répandues par « Q » : »Les mêmes qui détestent Rosenstein et Kushner. Ceux qui mélangent une part de vérité avec la Réserve fédérale, Rosenstein, les Rothschild … et reviennent de l’autre côté avec de la merde…  Hillary, une sataniste! Je parie qu’elle a bu le sang des bébés aussi en faisant la fête avec McMaster. Méprisable. Les fous s’y sont rapidement précipités comme des mouches à merde. L’un menaçait de tuer POTUS en Pennsylvanie, un autre allait faire sauter le barrage Hoover, un autre a déclenché un incendie de forêt en Californie et les antisémites ont prospéré dans la mêlée. Tous les followers de Q sont-ils antisémites ?  » Toujours aussi lucide, il explique qu’il ne comprend pas pourquoi ce qui a été au final rejeté l’année précédente est accepté sous son nouveau forum « crypté » cette année 2019 : « toutes les révélations de la fin de l’année dernière ont amené certains des premiers à se distancier, alors même qu’ils recouraient à un vieil argument circulaire. Non, crétins, exposer un canular n’est pas né de la peur. C’est une question d’hygiène. Nous sortons les ordures non pas parce qu’elles nous menacent, mais parce qu’elles sentent ».

Là aussi c’est bien vu comme image et comme formulation! (à gauche ici en février dernier, la responsable de ces crétineries est en compagnie de Daniel Bongino, déjà vu ici comme autre extrémiste azimuté : toujours le même petit monde de Donald). « Oups, même les martiens effrayants ont été jetés pour faire bonne mesure, en plus du contrôle militaire des rues, des civils à Guantanamo, des Marines débarquant à Langley, Trump prisonnier à la Maison Blanche, dois-je continuer?  » Car il a bien perçu dans ce mouvement le danger véritable : « Bien que ce ne soit pas un secret, nous avons été assez tolérants envers ceux qui font passer des crétins comme Tracy Beanfartz ou Alex Jones par la porte arrière. Mais cela devient maintenant particulièrement contrariant. Q n’est pas une forme de divertissement bénin. C’est un canular sérieux qui promeut des comportements illégaux et inconstitutionnels (patrouilles militaires, tribunaux militaires pour les criminels de droit commun, incarcération à Guantanamo pour les opposants politiques), propage des rumeurs préjudiciables (Trump un prisonnier à la Maison Blanche !), ou des théories du complot (judéo-maçonnique qui prévoient de prendre le contrôle du pays, complot Rothchild, Kushner, Rosenstein, etc) et crée des attentes irréalistes . Pourquoi les suprémacistes et les anarchistes blancs se joignent-ils à la diffusion de ce truc ? Eh bien, appelez ça un mariage de convenance. Ils sont tous deux collectivistes, ils sont à la fois antisémites et détestent Trump ». 

C’est aussi bien vu et la formule « canular sérieux », excellent pour résumer QAnon !   « Q « aurait réveillé » les gens et les a fait rechercher ? Épargnez-moi les conneries. Il ont tiré le rideau devant les yeux de gens autrement bons qui ont fini par jouer les idiots utiles aux manipulations de Tracy Diaz, Jerome Corsi ou Paul Furber, ou de tout autre personnage sans scrupules qui distillait le poison du  complot. Dont Tracy Díaz, « vieille main du mouvement Liberty » et bouton sur le cul de Ron Paul en 2008 et 2012. « Plus récemment, Tracy a été reconnue par Zerohedge, The Gateway Pundit et Infowars … » disent-ils . Grande compagnie ! Elle emménage dans l’East Side, dans un appartement de luxe dans le ciel … Le petit parcours d’une activiste pour une « révolution mondiale »… vers hier. De la bouche du cheval (la licorne ?) . Ou du cul du cheval, comme vous préférez. Les deux autres, vous pouvez les trouver par vous-même. C’est facile. Trop c’est trop. Alors que nous entrons dans le cycle électoral, la nôtre ne sera pas une plate-forme pour des anarchistes comme Tracy Beanz pour attirer l’attention sur sa merde destructrice, ou pour des colporteurs fous de haine pour semer de la propagande. Ni pour aucun autre Son Of Bitch détestant l’Amérique pour y semer la discorde. » C’est tout simplement frappé au coin du bon sens et c’est lui qui a le mieux cerné la folie furieuse qui émane d’une Tracy Diaz, cette libertarienne fêlée et frustrée égarée au pays du complot.

L’agit-pop libertarienne de Diaz est visible chez elle quand elle tend par exemple complaisamment le micro à Peter Schiff, fondateur de Euro Pacific Capital Inc (ici à gauche), venu défendre le cas de son père qui est mort en prison le 16 octobre 2015 pour avoir promu toute sa vie de ne jamais payer d’impôts l’Etat ! Ou pareil lorsqu’en octobre 2012 elle était venue faire la promotion du dénommé Jobby Weeks, le promoteur du BitCoin, via sa firme BCN (« Bit ClubNetwork »), celui qui postait de photos de tous les lieux du monde qu’il visitait, pour vanter sa richesse, qui s’avérera être à l’origine d’une arnaque gigantesque en schéma de Ponzi bien classique qui lui aussi feintait le fisc avec sa compagnie off-shore. Jobby avait en effet chouravé 722 millions de dollars à ses créanciers investisseurs ! Une propension certaine à l’admiration de losers ou d’escrocs voilà qui est la diva de QAnon qui est la tête aussi de « Uncover DC »…,site qui aujourd’hui a bien sûr pris le train en marche de la pandémie… comme complot, bien évidemment… (ici à gauche), quand il ne vante pas Trump ou s’en prend aux médias traditionnels !!! Tout ça pour faire chauffer sa marmite ! On comprend mieux à voir ses (maigres) revenus sa fascination pour ceux qui détournent de l’argent !

QAnon et les émeutes raciales

Bien entendu, les émeutes raciales de juin 2020 ont provoqué un appel d’air dans le mouvement, dont le but, on le rappelle est d’accélérer « le drainage du marécage » à corruption pour reprendre leur imagerie. C’est là que l’on s’aperçoit de la bêtise insondable du président à constater à qui il répond en Tweet. Le dénommé Sean Cordicon, ici, en France, aurait fait un très ##########bon leader de la veine d’un Maxime Nicolle alias Fly Rider, avec la même absence d’intelligence et le même goût pour les pires thèses complotistes, les rois, tous les deux, des fakes news. Le même vide spatial, la même apesanteur en politique. Le Daily Beast a relevé le lien avec Cordicon :  « le président Trump a republié un message au milieu des troubles nationaux dimanche exprimant son soutien à la théorie du complot pro-Trump QAnon, un mouvement que le FBI considère comme une menace terroriste intérieure potentielle. Dans son tweet, Trump a tweeté jusqu’au 30 mai un tweet de «Sean Cordicon», le promoteur de la théorie du complot de QAnon. Le tweet de Cordicon comprenait une liste de faits saillants du meeting de Trump et un message à son auditoire selon lequel ils étaient «le calme avant, pendant et après la tempête». Le tweet de (Sean) Cordicon semble être une référence à « The Storm », un concept de QAnon qui imagine que Trump et l’armée vont soudain  arrêter et s exécuter ou emprisonner les élites démocrates. Trump a répondu au tweet avec un message en un mot: « FORCE! » Peu de temps après que Trump a retweeté le message, le compte de Cordicon a été suspendu. Twitter a déclaré à The Daily Beast que le compte avait été suspendu parce que son propriétaire avait déjà été banni du site ». Le retweet de Trump du message de la «tempête» a été pris comme preuve par les croyants de QAnon que les arrestations étaient sur le point de commencer, avec un compte QAnon populaire tweetant «Here we go». Plus tôt dimanche, Trump a déclaré qu’il désignerait les manifestants antifascistes de gauche « antifa » comme terroristes. Mais les croyants de QAnon ont commis eux-mêmes un certain nombre de crimes présumés, ayant été inculpés de deux meurtres, d’un incident terroriste et de deux complots d’enlèvement d’enfants, entre autres crimes ».

La citation provient en fait d’un discours de Ronald Reagan de 1964 intitulé «Un temps pour choisir», prononcé à Los Angeles au nom du candidat républicain Barry Goldwater. Le tweet d’origine avait une vidéo, avec le navire de guerre, mais il commençait autrement : « La capture d’écran du tweet comprend également la moitié supérieure d’une image d’une famille noire regardant un drapeau américain à l’extérieur d’une maison. L’homme a les mains sur le mât du mât, mais on ne sait pas quelle action il entreprend ni quel est le sens de l’image compte tenu des manifestations en cours pour la justice raciale à travers le pays cette semaine.
Praying Medic, un autre théoricien du complot de QAnon avec près de 350 000 abonnés sur Twitter, a publié une vidéo qui, selon lui, figurait dans le tweet de Cordicon. La vidéo comprend le plan de la famille noire et sonne comme une publicité de campagne pour Trump »
. Dans les messages de QAnon, c’est plutôt un autre drapeau qui est apparu : celui à gauche ici : le symbole des Three Percenters !!! 

Morphing sur Tik-Tok

La théorie de QAnon, de la pizzagate, semble avoir perdu de ses adeptes chez les trumpiens ; au dernier meeting de Tulsa en juin dernier, on n’a pas vu un seul panneau ni un seul logo marqué du logo (ici à gauche). Mais comme il faut faire marcher l’entreprise, l’idiotie a déjà fait un salto sur elle-même et a trouvé une nouvelle cible qu’Hillary qui ne semble plus vendre autant, à moins que ce ne soit déjà Trump lui-même, en chute libre depuis quelques mois. Et en effet, puisque les auteurs ont sélectionné…  Justin Bieber, désormais inclus dans ce délire, plus bien sûr Bill Gates, autre de tous les maux de ce siècle (bon là je suis gêné car il y en au moins un qui s’appelle Windows, ah, ah !) Ellen DeGeneres, Oprah Winfrey et Chrissy Teigen, sélectionnés comme les responsables de cette « élite mondiale » du « deep state« . La folie de cette abrutie de Tracy Diaz ne s’arrêtera donc jamais ! Cette fois c’est venu d’un documentaire délirant de You Tube appelé « PizzaGate,Out of Shadows” d’un dénommé Mike Smith (ici à droite), en fait un ancien cascadeur texan pro-trump (il aurait doublé Mel Gibson, Christian Bale, et… David Duchovney – trop drôle !) reconverti en (mauvais) réalisateur désireux de se faire de l’argent facile. Comme dépliant publicitaire pour son œuvre on a ce genre de choses : « Smith raconte comment une faille l’a conduit dans le terrier du lapin dans une recherche de vérité sur la pédophilie et le satanisme à Hollywood, ce qui lui a permis de découvrir comment le public a été manipulé par les médias et la CIA pendant des décennies (…) L’ancien agent de la CIA, Kevin Shipp intervient également, (celui-là, son compte Twitter pro-Trump, est une honte raciste, c’est un véritable sommet, il cite du Charlie Daniels en référence (c‘est mal connaître l’individu) ou présente le Black Matter comme lié aux islamises virulents, et le joueur de football Colin Kaepernick y est taxé « d’islamiste » et de « marxiste !) », en particulier en ce qui concerne les divers projets top secrets de la CIA impliqués, y compris la façon dont la CIA paie les journalistes pour certaines « fausses » nouvelles, et le documentaire présente également la journaliste qui a exposé l’affaire Pizzagate, Liz Crokin (1), qui raconte sa version de l’histoire. « Le documentaire Out Of The Shadows lève le masque sur la façon dont les médias grand public et Hollywood manipulent et contrôlent les masses en diffusant de la propagande à travers leur contenu », indique la description. Parmi la théorie la plus débile du documentaire, une charge ridicule sur Frank Zappa, pour la simple raison qu’un jour un autre abruti (Dave McGowan)  a trouvé qu’il habitait enfant sur la base de l’arsenal d’Edgewood (son père y travaillait !), un endroit où avaient lieu des essais secrets de gaz, pour la CIA !

Et comme c’est Justin qui est visé, c’est désormais sur Tik-Tok que ça se joue, à savoir sur des gens beaucoup plus jeunes, d’où le danger : «  La PizzaGate n’a jamais disparu car elle englobe des forces très puissantes », notamment la sécurité des enfants et le pouvoir des élites, a déclaré Alice Marwick, experte en désinformation à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. « Mais maintenant, il y a tellement d’empilement de personnes qui ont fait des recherches, qu’il n’a pas été difficile pour les autres de les récupérer. »
PizzaGate atteint un niveau qui dépasse presque son point de fièvre de 2016, selon une analyse du New York Times. Les messages TikTok avec le hashtag #PizzaGate ont été consultés plus de 82 millions de fois au cours des derniers mois. Les recherches Google pour PizzaGate sont montées en flèche. Au cours de la première semaine de juin, les commentaires, les goûts et les parts de PizzaGate ont également atteint plus de 800 000 sur Facebook et près de 600 000 sur Instagram, selon les données de CrowdTangle, un outil appartenant à Facebook pour analyser les interactions sociales. Cela se compare à 512 000 interactions sur Facebook et 93 000 sur Instagram au cours de la première semaine de décembre 2016. Du début de 2017 à janvier de cette année, le nombre moyen de mentions, de likes et de partages hebdomadaires de PizzaGate sur Facebook et Instagram était inférieur à 20 000, selon l’analyse du Times ». Et c’est reparti pour un tour de délire complet ! James Alefantis, le malheureux propriétaire de la Pizzéria a de nouveau reçu des menaces de mort, le FBi a de nouveau dû enquêter… Un  jour sans fin qui recommence ! Retour de la marmotte printanière !!!

La clé de l’énigme : tout ça c’est la faute du foot italien !

Toute l’agitation des QAnon semble, ou plutôt est, ridicule. A un moment on s’est dit que ça ressemblait à des provocations situationnistes qui auraient été prises au sérieux : bingo, c’est en fait ça au départ, en effet. Tout provient d’un livre, en effet !!! En Italie dans les années 80, un collectif de dizaines d’écrivains, pour moquer les médias ambiants de l’époque avaient choisi de lancer des idées farfelues pour voir si elles « prenaient » chez eux. Ils s’étaient choisis un nom particulier qui existait déjà ; celui -fort moqueur- avait été emprunté à un footballeur anglais des années 1980 d’origine jamaïcaine, arrivé au Milan AC et devenu une vraie vedette en Italie… pour son nombre ahurissant de buts ratés !! Une vraie catastrophe sur le terrain mais devenu néanmoins la coqueluche du public et des bookmakers qui pariaient sur… ses ratés !  C’était un peu méchant, car à Watford il en avait claqué plein, de buts, et là-bas c’était un très bon joueur de tête et un vrai renard des surfaces… pauvre Luther !

« Luther Blissett était un nom régulièrement adopté dans les années 90 par les gauchistes, les anarchistes et les fauteurs de troubles généraux en Italie. Il a été utilisé pour mettre en scène toutes sortes de farces. Les Luther Blissetts de différentes villes communiquaient parfois par téléphone, mais pour la plupart, le projet se diffusait de manière organique. Voyez-les comme un masque analogique de Guy Fawkes des Anonymous. Trois des auteurs de Luther Blissett – Bui, Cattabriga et Guglielmi – ont déclaré à BuzzFeed News que le projet Blissett était « un réseau d’activistes, d’artistes et d’agitateurs culturels qui partageaient tous le nom de » Luther Blissett « . » Ils opèrent désormais sous le nom de « Wu Ming » ou « No Name ». L’intrigue de leur roman Q (devenu après « L’Œil de Carafa ») est assez similaire dans sa structure aux bases de la théorie du complot QAnon. Il suit le parcours d’un radical religieux anabaptiste anonyme à travers l’Europe au cours du XVIe siècle. Il rejoint divers mouvements qui émergent suite à la Réforme protestante. Pendant tout ce temps, il est poursuivi par un espion de l’Église catholique romaine nommé Q. Le livre a déclenché toutes sortes de débats sur ce dont il s’agit, mais ses auteurs ont déclaré qu’il était censé être autobiographique. « Nous l’avons souvent décrit comme un » manuel de jeu « , un » manuel des opérations « pour les perturbations culturelles », ont-ils déclaré. Fondamentalement, Q est un manuel pour les militants qui veulent perturber la société (…) « Les coïncidences sont difficiles à ignorer », ont déclaré Bui, Cattabriga et Guglielmi. « Les dépêches signées » Q « proviendraient de quelques méandres sombres du pouvoir supérieur de l’État, exactement comme dans notre livre. » Ils ont également souligné le fait que le Q de la communauté QAnon est décrit presque exactement comme Luther Blissett avait l’habitude d’être décrit, « une entité d’environ 10 personnes disposant d’une habilitation de sécurité élevée ». L’une des théories les plus populaires dans la communauté QAnon est que John F. Kennedy Jr. a simulé sa propre mort et est devenu QAnon en 1999 , qui est également l’année de la première publication de Q. « Nous ne pouvons pas dire avec certitude que c’est un hommage », ont-ils déclaré. « Mais une chose est presque certaine: notre livre a quelque chose à voir avec ça. Il a peut-être commencé comme une sorte de » fan fiction « inspiré de notre roman, puis est rapidement devenu autre chose. » Blissett avait même eu droit à sa « musique », inaudible !

Des situationnistes provocateurs ? Pas loin de l’être vraiment en tout cas ; en 1995, peu de temps après le suicide de Guy Debord, un livre intitulé « Guy Debord è morto davvero « (« Guy Debord est vraiment mort », en français) se retrouve à circuler en Italie .. c’est un hommage appuyé bien sûr au maître de l’écriture et et de la pensée contemporaine (avec Raoul Vaneighem, tout aussi indispensable !). Il réapparaît peu après sous le pseudonyme de Luther Blissett… avec le même titre, mais en anglais cette fois : « Guy Debord is really dead » !!! QAnon, ce n’est donc en définitive qu’un fort mauvais avatar de la « Société du spectacle » !!! Un gag, qui aurait fort mal tourné ! Car le secret est à la base de la réflexion de Debord, comme l’est le complot !!! « Le secret, comme technique de gouvernement, apparaît comme la clé de voûte du système spectaculaire, en ce qu’il permet de masquer le spectacle, autrement dit la domination, au public. Il est ainsi vital à l’exercice de la domination. Mieux, le secret est le mode de production de la domination. Car sans lui, cette dernière, apparaissant au grand jour, deviendrait, dans sa nudité et son obscénité, insupportable et donc fragile. C’est pourquoi Debord fustige ceux qui organisent le secret, ses agents, à savoir les services secrets, les experts, les médias et les sociétés secrètes. » (1) Trump vient d’annoncer récemment par exemple un missile qui irait selon lui « 17 fois plus vite que ceux actuels« , les russes ayant annoncé auparavant leur supermissile à 5 fois la vitesse du son. Le responsable du Pentagone, embarrassé, à répondu que c’était « un secret« , pour l’instant. On est en fait incapable de voler à cette vitesse, dans l’atmosphère terrestre …

On a retrouvé en fait la trace des trois lascars principaux via Reddit, car ils ont été les seuls à commenter régulièrement les toutes premières vidéos de QAnon … des posts qui ont tous été supprimés depuis pour ne pas révéler qui alimentait la machine à décérébrer… Il se sentent responsables de cette dérive grave de la démocratie, j’espère, avec leurs manipulations ! Virés tous les trois de Reddit une fois repérés, Rogers, fâché avec les autres il semble, a créé aussitôt une chaîne You Tube 24 tournant 24h sur 24 appelée Patriots’ Soapbox, lancée en avril 2018 pour continuer à alimenter la même machine. Bien sûr lui aussi (comme Furber et Diaz) raconte toujours ne pas savoir qui est QAnon : ce n’est pas dans leur intérêt et ça se comprend aisément: un prestidigitateur qui dévoile son propre numéro est mort, ils le savent bien. Comme ils savent que ceux qu’ils ont grugés si longtemps ne leur pardonneraient pas de les avoir bernés ! Connaissant les loustics, armés jusqu’au dents, on arriverait facilement à les comprendre… mais pas les absoudre pour autant !

Bien sûr aussi, une fois repérés ils sont vite aller expliquer ce qu’ils avaient fait (sans chercher à se faire pardonner ce n’est pas leur genre) mais pas non plus n’importe où : les deux sont allés le faire chez… InfoWars, comme déjà dit ici, l’émission d’Alex Jones, encore lui ! La preuve encore de leurs liens évidents avec l’extrémisme de droite et de l’origine malsaine de leurs idées !

Tracy Diaz aussi on l’a retrouvée, en compagnie de Brenden Dilly (selon Traviss View). Le second invité ici de Roseanne Barr, qui elle aussi s’est dite séduite par les thèses QAnon, est un bloggeur hypersupporter de Trump (avec son inepte Dilley Show) il a été viré de Twitter malgré ses 135 000 followers et se présente depuis comme un « MAGA life coach« . Il souhaite entre autre que Trump exécute carrément ses ennemis ! Un gars qui appelle au meurtre, donc !!! Or on les a associés tous les deux dans le vidéo-montage bien ridicule du trailer d’Indépendance Day, mis en ligne par la Maison Blanche et Donald en personne, à partir d’un des pires nanars d’Hollywood, dans lequel Trump harangue ses troupes avant d’aller combattre les extra-terrestres, en bouclant à nouveau la boucle, en faisant des supports ou des créateurs de QAnon les équivalents des journalistes de grandes chaînes, inclus dans ce montage qui fait très amateur,  comme les précédents. A noter que dans le même montage, Jack Posobiec, le nazillon de service (2), a été placé aux côtés de Mike Pence… le vice-président, et que c’est le compte Twitter de Donald en personne qui l’a diffusé le premier !

Les russes en embuscade (bien sûr !)

On a aussi retrouvé qui met un sérieux coup de pouce à répartir le plus possible cette désinformation qui détruit la démocratie US à petit feu. Dans un superbe et court exposé, Dan Patterson, spécialiste réseau US, vient nous l’expliquer sur le plateau de CBSN le 25 novembre 2019 avec ce qu’il a pu constater sur les réseaux américains et mondiaux. En un seul graphique (ici à gauche)  il nous trace les accès détectés des « bots » russes, ces serveurs qui tentent de se connecter automatiquement sur d’autres pour y déverser des infos ou forwarder celles qu’ils ont déjà puisées et dont ils souhaitent appuyer fortement la visibilité ; en gros, pourrir les débats qu’ils ont choisi de pourrir !!! Le graphique est saisissant et affligeant : le monde de QAnon est leur principale cible ! Les russes sont en train de réitérer leurs explois de 2016 !!! Il pèsent déjà du 2020 ! Et surtout sur QAnon !

L’emprise russe avait aussi été également forte sur Twitter note NBC news: « Twitter a annoncé jeudi la suppression de 418 comptes liés à l’Agence de recherche Internet soutenue par le Kremlin, le groupe de désinformation dont les employés ont été inculpés par le conseil spécial Robert Mueller en février dernier pour tentative d’ingérence électorale. Les tweets des comptes comportaient le hashtag #MAGA, généralement à l’appui du président Donald Trump, près de 38 000 fois – le plus grand nombre de hashtag. #ReleaseTheMemo, une campagne sur les réseaux sociaux lancée l’an dernier par des alliés du président et visant à discréditer certains membres du FBI, a été tweetée 37 583 fois. Au total, les quelque 400 comptes ont tweeté plus de 900 000 tweets. Lors de la suppression des messages de type spam qui comprenaient plusieurs hashtags, le deuxième sujet le plus tweeté pour les comptes des trolls russes était #Qanon, une théorie du complot sans fondement qui prétend que Mueller et Trump travaillent secrètement ensemble pour éliminer un réseau pédophile mondial dirigé par des célébrités et les politiciens démocrates. #GreatAwakening et #FollowTheWhiteRabbit (encore une allusion à la trilogie Matrix des Wachowski), qui sont des slogans pour les adeptes de #Qanon, figuraient également en bonne place dans les tweets des trolls russes. À l’époque, des alliés proches de Trump avaient rejeté les suggestions selon lesquelles #ReleaseTheMemo, qui avait tendance sur Twitter, avait été stimulé par l’influence russe. « Les trolls russes n’ont rien à voir avec la publication de la note de service. C’était un vote du comité des renseignements », a déclaré la conseillère du président Kellyanne Conway en février dernier… Aurait-elle fait la gaffe de sa vie ce jour là en annonçant que le « renseignement US » était dans le coup ?

Ainsi appuyée, l’imbécillité rampante a fait son chemin depuis : les adeptes de la secte QAnon sot prêts à suivre n’importe quel précepte, en bons lemmings qu’ils sont devenus. Leur président fêlé comme une calebasse a conseillé de boire du détergent ? Ils le suivent sans hésiter : « selon le Daily Beast, les partisans de QAnon – la théorie du complot élaborée prétendant que le président Donald Trump mène une guerre secrète contre un réseau d’agresseurs sexuels d’enfants démocrates – ont fait la promotion du MMS (Miracle Mineral Solution) comme un «remède» contre les coronavirus sur Twitter, en particulier le MMS « Spray 20-20-20 », avec un compte alléguant qu’il « tue les virus instantanément ». Un autre théoricien du complot de premier plan a tweeté: «#coronavirus est un programme de dépopulation», recommandant l’argent colloïdal (un supplément qui, s’il est pris en grande quantité, peut entraîner une décoloration de la peau et des ongles, ou des lésions rénales) et un MMS pour prévenir la maladie…  » Des ravages, chez les ravagés !

Cela est même allé jusqu’au meurtre : en mars 2019, le dénommé Anthony Comello descend froidement un des patrons de la mafia,  Francesco « Frankie Boy » Cali, lié à la célèbre famille Gambino de l’époque e Kennedy et des casinos cubains. Arrêté, il déclare que ce n’est pas parce qu’il appartenait à la mafia mais selon lui au « Deep State » dénoncé par QAnon dont Comello se  prétend adepte et le revendique ! Sur ses paumes au tribunal, Comello avait écrit dessiné un «  »Q », avec « MAGA Forever,” “Make America Great Again,” et “Patriots in Charge » ce dernier étant un slogan de QAnon.. selon lui, il avait prévu d’arrêter Cali pour le remettre aux militaires. Mais ses dépositions changeantes laissaient augurer aussi plutôt d’un dérangement mental. Voici venir le « fake assassin » !  Comello avait tout bêtement embouti la voiture de Cali sur un parking, et comme ce dernier était sorti en hurlant et en le menaçant, encore sous l’emprise de drogue, il l’avait froidement abattu de 10 balles. Un Q c’est tout !

Epilogue :  des fœtus au dîner 

Mais voilà c’est désormais en l’air et ça ne retombe pas. Ça tombe même dans l’ordinaire et la filmologie. En commence à Toronto le tournage d’un film qui sera bouclé en septembre 2016 à New-York. Trump est élu président le 8 novembre, porté par les voix conspiraitonnistes. Le film est présenté au Festival international du film de Toronto début 2017, et acheté par Netflix. Son nom ? « Anon’- » bien sûr, résumé ainsi : « dans un monde futur, proche du totalitarisme, le gouvernement lutte contre le crime en éliminant toute intimité et en instaurant une surveillance totale des citoyens pour une sécurité maximale. Un jour, un officier de police rencontre une hackeuse qui le pousse à se révolter contre ce gouvernement »… la boucle est bouclée : si Hollywood en parle, c’est qu’il doit bien y avoir quelque chose de vrai pensent les adaptes de QAnon…

Le New-York Times, en février dernier encore, tombe lui sur un des supporters de Trump, enthousiasmé par la théorie, venu à son meeting de Tampa, qui lui assure « qu’en Belgique il existe un groupe qui mange les bébés avortés… « . Le gars en est persuadé : il a lu l’info dans Patriots’ Soapbox !

 

(1) il y a de quoi sourire en lisant cette présentation mirifique de la dame (ici avec Steve Bannon): c’est l’un des plus grandes distributrices de théories du complot ! Ry c’est elle, qui, justement a répandu la théorie du PizzaGate et non dénoncé comme il est dit ici !  Ancienne chroniqueuse de potins de vedettes, elle a commencé sa carrière de répandeuse de fake news sur le site Web d’extrême droite Townhall. « Crokin est particulièrement dévoué à QAnon, apparaissant sur les diffusions en direct et les podcasts des promoteurs de QAnon, vendant des marchandises de marque Q et déclarant à un moment donné en 2019 que l’arrestation de Jeffrey Epstein n’était « que le début » du balayage supposé de l’état profond de la théorie du complot. les agresseurs d’enfants, connus dans les cercles Q sous le nom de «The Storm». A gauche ci elle pose ici avec le candidat Rick Navarro dont on a déjà expliqué ici les exploits avec ses conquêtes féminines… Le site Daily Dot a relevé ses pires théories :

– Les républicains ont en fait remporté les élections de mi-mandat de 2018 dans un «tsunami rouge», mais ont permis aux démocrates de penser qu’ils avaient gagné pour que leur fraude puisse être révélée.
– Dieu a provoqué une coulée de boue pour détruire la maison d’Oprah Winfrey en Californie, pour se venger d’Oprah critiquant le président Trump.
– Hillary Clinton lui a jeté un sort de sorcière, faisant perdre plusieurs doigts à Crokin dans un accident de surf en 2018 (bien que Crokin ait poursuivi le magasin de surf dont elle tenait la planche au moment de l’accident.)
– Des milliers de pédophiles ont été secrètement arrêtés par l’administration Trump, mais les médias ne le couvriront pas parce qu’ils sont aussi des pédophiles.
– Barack Obama vénère Satan et est un trafiquant de sexe.
– Le scandale des admissions à l’université de 2019 était en fait un plan de QAnon pour «préparer le public» à la nouvelle que leurs célébrités hollywoodiennes préférées «mangent des bébés».
– Jeffrey Epstein a été assassiné en prison sur ordre de la famille Clinton.
– Tom Hanks sera bientôt arrêté pour son rôle dans un culte sexuel des enfants sataniques.
– Les célébrités contractent le coronavirus grâce à un apport contaminé d ‘«adrénochrome», le supposé médicament miracle extrait des glandes des enfants effrayés.
– La pandémie de coronavirus est un canular et les États-Unis regorgent d’hôpitaux vides, car si peu de gens l’ont (nota : au 28 juin on en est à 2,5 millions d’infectés et 125 000 morts..). On peut y ajouter ça comme fake news idiote.

(2) les textes si précieux de Debord sonnent haut et clair aujourd’hui ; « c’est dans de telles conditions que l’on peut voir se déchaîner soudainement, avec une allégresse carnavalesque, une fin parodique de la division du travail ; d’autant mieux venue qu’elle coïncide avec le mouvement général de disparition de toute vraie compétence. Un financier va chanter, un avocat va se faire indicateur de police, un boulanger va exposer ses préférences littéraires, un acteur va gouverner (cf ici à droite) , un cuisinier va philosopher sur les moments de cuisson comme jalons dans l’histoire universelle. Chacun peut surgir dans le spectacle afin de s’adonner publiquement, ou parfois pour s’être livré secrètement, à une activité complètement autre que la spécialité par laquelle il s’était d’abord fait connaître. Là où la possession d’un « statut médiatique » a pris une importance infiniment plus grande que la valeur de ce que l’on a été capable de faire réellement, il est normal que ce statut soit aisément transférable, et confère le droit de briller, de la même façon, n’importe où ailleurs. Le plus souvent, ces particules médiatiques accélérées poursuivent leur simple carrière dans l’admirable statutairement garanti. Mais il arrive que la transition médiatique fasse la couverture entre beaucoup d’entreprises, officiellement indépendantes, mais en fait secrètement reliées par différents réseaux ad hoc. De sorte que, parfois, la division sociale du travail, ainsi que la solidarité couramment prévisible de son emploi, reparaissent sous des formes tout à fait nouvelles : par exemple, on peut désormais publier un roman pour préparer un assassinat. Ces pittoresques exemples veulent dire aussi que l’on ne peut plus se fier à personne sur son métier. »

Quelle vision prémonitoire  chez Debord : »Il est permis de changer du tout au tout le passé de quelqu’un, de le modifier radicalement, de le recréer dans le style des procès de Moscou ; et sans qu’il soit même nécessaire de recourir aux lourdeurs d’un procès. On peut tuer à moindres frais. Les faux témoins, peut-être maladroits — mais quelle capacité de sentir cette maladresse pourrait-elle rester aux spectateurs qui seront témoins des exploits de ces faux témoins ? — et les faux documents, toujours excellents, ne peuvent manquer à ceux qui gouvernent le spectaculaire intégré, ou à leurs amis. Il n’est donc plus possible de croire, sur personne, rien de ce qui n’a pas été connu par soi-même, et directement. Mais, en fait, on n’a même plus très souvent besoin d’accuser faussement quelqu’un. Dès lors que l’on détient le mécanisme commandant la seule vérification sociale qui se fait pleinement et universellement reconnaître, on dit ce qu’on veut. Le mouvement de la démonstration spectaculaire se prouve simplement en marchant en rond : en revenant, en se répétant, en continuant d’affirmer sur l’unique terrain où réside désormais ce qui peut s’affirmer publiquement, et se faire croire, puisque c’est de cela seulement que tout le monde sera témoin. L’autorité spectaculaire peut également nier n’importe quoi, une fois, trois fois, et dire qu’elle n’en parlera plus, et parler d’autre chose ; sachant bien qu’elle ne risque plus aucune autre riposte sur son propre terrain, ni sur un autre. Car il n’existe plus d’agora, de communauté générale ; ni même de communautés restreintes à des corps intermédiaires ou à des institutions autonomes, à des salons ou des cafés, aux travailleurs d’une seule entreprise ; nulle place où le débat sur les vérités qui concernent ceux qui sont là puisse s’affranchir durablement de l’écrasante présence du discours médiatique, et des différentes forces organisées pour le relayer. Il n’existe plus maintenant de jugement, garanti relativement indépendant, de ceux qui constituaient le monde savant ; de ceux par exemple qui, autrefois, plaçaient leur fierté dans une capacité de vérification, permettant d’approcher ce qu’on appelait l’histoire impartiale des faits, de croire au moins qu’elle méritait d’être connue. Il n’y a même plus de vérité bibliographique incontestable, et les résumés informatisés des fichiers des bibliothèques nationales pourront en supprimer d’autant mieux les traces. On s’égarerait en pensant à ce que furent naguère des magistrats, des médecins, des historiens, et aux obligations impératives qu’ils se reconnaissaient, souvent, dans les limites de leurs compétences : les hommes ressemblent plus à leur temps qu’à leur père. » Debord avait préfiguré l’apparition d’un…Donald Trump !  Récemment les mots  « il n’existe plus maintenant de jugement, garanti relativement indépendant, de ceux qui constituaient le monde savant » résonnent à l’infini en effet… c’est Fauci placé sous l’éteignoir du dictateur qu’est devenu cette caricature d’homme d’état… directement issu du monde du spectacle !! The Apprentice President ! « Profitez du spectacle » !!!

(3) il avait pris d’enquêter sur QAnon, mais ça n’a rien donné de bien tangible au final… ce qui n’est pas vraiment une surprise : même si ce n’est pas la même meute, un loup reste un loup…et ils se dévorent rarement entre eux. Posobiec avait évoqué au départ la découverte des gens assimilés à des personnages de jeux de rôles (LARPers de Live-Action Role-Playing…. en somme, il avait lui aussi découvert que ceux qui servaient  de « traducteurs » à « Q » étaient à tour de rôle « Q »…  (selon lui l’histoire avait été inventée par deux pseudos nommés « Microchip et Dreamcatcher« ) mais ça, ce n’est pas lui qui l’avait trouvé mais bien plutôt une longue enquête « Mainstream », partagée par plusieurs médias, celle de Heavy, en août 2018,  justement, ou celle de COED, celle également de NBC News, et comme encore celle effectuée en profondeur en 2020 par de The Atlantic. A noter que Posobiec emploie quand même le mot « arnaqueurs » (grifters) à leur encontre… car pour lui aussi c’est devenu une simple opération commerciale désormais. En réalité, ça l’a toujours été !

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Mélenchon : vers le combat de trop ?

Dans 18 mois aura lieu le 1er tour du scrutin présidentiel 2022. Jean-Luc Mélenchon trépigne ...

One comment

  1. avatar

    Ce n’est pas la première fois que je me fais la réflexion a propos des articles diffusés sur l’origine d’un tel amalgame permettant de tromper les lecteurs. Que l’auteur le souhaite ou non le changement est en marche combien de temps cela prendra nul ne le sait mais une chose est certaine tout ceux qui par bêtise,ignorance,ou intérêt qui pratique le « Trump baching » ne tarderont pas a devoir « bouffer leur chapeau »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.