Accueil / A C T U A L I T É / Le petit monde de Donald (12) : « the politics of boobs »

Le petit monde de Donald (12) : « the politics of boobs »

Le cas du jour peut résumer à lui seul ce qui est décrit dans le livre d’Andrew Marantz qui décrit comment une poignée d’extrémistes, mis en avant par la grâce des réseaux sociaux, auront détruit l’Amérique (1), en portant aux nues un crétin devenu hélas depuis président. L’un des plus beaux cas d’espèce est sans conteste une jeune femme, passée en moins de trois ans des luttes féministes ou de défense des noirs à l’admiration sans borne de nazis véritables. Une transformation radicale et rapide qui ressemble à un véritable lavage de cerveau, comme adorent les conspirationnistes dont elle fait bien sûr elle-même partie. A part que là, justement, il n’y en fort peu ou pas, de cerveau…

Cassandra Fairbanks

Autre météore apparu dans le ciel sans étoiles de Donald, voici Cassandra. Chez les grecs, elle aurait reçu d’Apollon, tombé amoureux de sa beauté, le don de prédire l’avenir en échange de lui succomber. Comme elle se refusera à lui, il la dotera de ce super pouvoir, en quelque sorte … mais aucune de ses prédictions ne pourra désormais jamais être crue, avait-il décidé, ce grand frustré. Au final surtout, tous les hommes qui se sont approchés d’elle auront connu un destin funeste. La belle Cassandra était donc devenue maudite ! Celle dont je vais vous parler aussi, à bien y regarder. Car c’est aussi l’histoire d’une belle trahison que la sienne.

En 2014, à Ferguson dans le Missouri, une jeune fille plutôt décidée, technicienne de son métier (après avoir raté ses études en fac), dont la mère est née à San Juan, Puerto Rico, issue des rang des agitateurs Black Lives Matter, déboule pile devant des policiers, leur crie avec aplomb, face à eux « Fuck The Police ! ». Elle surprend tout le monde par son énergie et son sens théâtral de la provocation, qui entraîne avec elle de jeunes manifestants alors qu’elle est âgée elle-même de 29 ans. Sur le net, elle pose en militante résolument de gauche, avec des photos provocatrices à l’encontre de la police, devenant une vraie égérie qui se plait à se mettre beaucoup en scène. En affichant toujours la même moue, accentuant ses fossettes. On a dû lui dire que ça lui faisait un beau sourire alors elle en use et elle en abuse.. sans discontinuer…

Images « Raunchy » compromettantes

Elle était venue protester contre la mort de Michael Brown, alias « Big Mike », abattu le par six coups de feu tirés par Darren Wilson, policier à Ferguson. Un énième scandale du racisme dans la police US… (on vient de voir hélas que rien n’a été réglé depuis dans ce domaine).  Son parcours politique a été jusqu’ici en fait assez chaotique. Née à Boston le 11 mars 1985, arrivée dans le Maryland, elle a fait partie auparavant de Greenpeace, puis des Anonymous (ici à gauche) et elle erre alors dans divers mouvements de la nébuleuse de gauche américaine, ayant également organisé des manifestations autour d’un cas de viol en Ohio, en mode féministe « plus jamais ça« ..  Le problème avec certains sites auxquels elle participe étant les fuites de documents, encouragés par le système « anonyme »qu’ils préconisent … et en ce qui concerne notre militante de la circulation sur le site 4Chan (préféré des Anonymous, qui y sont nés) d’images plutôt « raunchy » comme on dit là-bas de la miss, qui semblait avoir joué elle-même à la provocation « religieuse » au tout début de sa carrière « militante« … en oubliant que personne ne peut réguler ou enlever chez 4Chan ces images « de jeunesse » ou éviter leur dissémination… Mais quelle autre carrière avait-elle envisagée en mettant ça en circulation ? Est-ce elle qui l’a fait et dans quel but ? Comment défendre sérieusement la cause féministe après une telle bévue de sa part ? A noter que le second groupe le plus actif sur 4Chan étant la Trump’s Troll Army tout heureux de tomber sur ça on imagine ! Bref ce faisant elle s’était dangereusement exposée : quoiqu’elle fasse plus tard, ces images ressortiraient (la preuve, fallait pas les laisser traîner) !

Chez elle, qui semblait donc assez inconsciente, pointait déjà d’autres envies et d’autres idées, effectivement : en 2014, dans un blog, elle écrit en effet: « pourquoi une ligne invisible créée par certains (politiciens) devrait-elle dicter où nous pouvons et ne pouvons pas aller ? Si je veux aller à la plage à 23 heures, je devrais pouvoir . Si j’ai envie d’aviron en Australie, pourquoi ne puis-je pas y aller ? « .. on sent pointer une dose de libertarianisme ou d’anarchisme douillet dans la formulation. Il y a chez elle une incompréhension de la vie des gens qu’elle affiche vouloir défendre. Ainsi qu’une absence totale de formation politique avec des désirs de gamine à assouvir comme priorités essentielles. Elle surprend à nouveau, quand en décembre 2014 elle poste un Tweet dans lequel elle vante ses qualités de tireuse à la carabine… Le tweet semble passer inaperçu et ses amis des mouvements anti-police semblent totalement ignorer son goût pour les armes !!! C’est une des premières failles du personnage bien lisse en apparence (malgré les photos dénudées), en fait avec toujours le même sourire affiché… devenu sa marque de fabrique…

Elle se remontrera en photo dans un stand de tir au pistolet. Pas vraiment la passion de la gauche qui milite plutôt pour l’abrogation des lois pro-armes ! Le 3 juillet 2019, à l’annonce de Trump de réaliser une parade militaire, elle s’écrira en Tweets qu’elle « adore les tanks »... mais aussi « qu’elle n’aime pas la foule » ; étrange double aveu après son début de carrière.  Serait-elle tout simplement bipolaire ? Elle en présente bien des symptômes, dont « la théâtralité des expressions », notamment ou la tendance à la mégalomanie, la « conviction délirante » et sans oublier la désinhibition (le syndrome « Boobs » chez elle) !

En 2015 elle tombe sur une vidéo dégradante de 4chan, forum de discussion fort droitier, qui se moque d’un bonhomme obèse de 47 ans qui danse.  Révoltée, elle monte fissa une collecte de fonds en ligne pour le défendre (elle réunira 70 000 dollars, le cherchera et le retrouvera, et en fera une star d’un mouvement anti-obsésité). La réussite médiatique de l’opération pour elle a été totale : plus de 30 000 followers Twitter d’un coup de plus sur con compte ! La voici devenue star internationale de la mouvance « alter », et grande défenseuse des causes perdues aux USA !! Après plusieurs tentatives infructueuses sur le net, la voici connue donc !

Elle a aussi commencé au même moment à écrire dans le Free Thought Project, à Ferguson, où elle tient une rubrique mensuelle plutôt féroce sur les violences policières. Le site existe toujours. Le 4 août 2015 pour le PINAC, (Photography Is Not a Crime) elle décrit le cas d’un psychologue William J. Lewinski du Force Science Institute, qui conseillerait selon elle les policiers à « tirer d’abord, réfléchir après » . Un dossier à charge, accusant l’individu de manipuler les jurés et en le surnommant « l‘Ange de la Mort’…  Sa participation au PINAC montre qu’elle même fait beaucoup de photos des manifestations auxquelles elle participe, en se déplaçant souvent au travers des Etats-Unis, en bonne militante des droits aux USA. Avec quel argent, ça on l’ignore. Un site indique qu’elle a gagné 72 000 dollars par an en moyenne depuis des années, de quoi nourrir sa petite fille appelée Rory, née en 2011, qu’elle n’hésite pas à présenter en bonne « mère célibataire ».

Bernie addict

Politiquement elle hésite encore.  Ses choix sont dictés par des impressions plus qu’autre chose, chez elle rien d’affirmé : en 2015, alors qu’elle reporte toujours sur des manifestations comme ici à Baltimore, le 8 juin 2015, elle récuse Hillary Clinton et dit lui préférer nettement Bernie Sanders, jugé par elle « totalement punk » (?), mais avoue pencher aussi parfois pour Jill Stein (la candidate du Parti vert), mais « pense qu’elle est farfelue et trop exagérée pour attirer un vote grand public » (Jill Stein se rendra à Moscou rencontrer Poutine en compagnie du général Flynn, rappelons-le !). En tout cas, c’est sûr, elle déteste alors Trump ; elle a tweeté à cette époque que c’était «un fou» et un «monstre» dont les fans étaient  » des putains d’effrayants». Bref, elle n’a pas de ligne directrice véritable en politique. Cassandra n’a pas encore trouvé son Apollon… Quelqu’un qui pourra l’attirer, la subjuguer et la trahir (pour le père de sa fille ça semble déjà fait), comme dans la légende (à moins que ce ne soit elle qui le fasse, cette fois en prenant les devants ?)…

Et soudain, énorme surprise en 2016 , elle déclare subitement soutenir Donald Trump ! Le voilà son Apollon ! C’est dans une émission archi-connue de la BBC, Panorama, de Jeremy Paxman, qu’elle l’annonce en octobre 2016  en disant, « I’m going to be voting for Donald Trump. I think that Hillary Clinton is a terribly dangerous person » (elle posera après avec un livre dénigrant Hillary, ici à droite). Elle passera alors sans aucune difficulté métaphysique (ni remords) en moins de trois ans de supportrice de Bernie Sanders à celle du libertarien Rand (Howard) Paul, fils de Ron Paul ; un vrai grand écart avec ce libertarien élu sous l’étiquette du Tea Party !!!! Jolie prouesse politique ! En septembre 2014, il est vrai; elle a développé sur Twitter d’autres arguments pertinents à mettre en avant chez elle … montrant toute la profondeur de sa double analyse politique (ici à gauche), déjà promotionnée avec ses photos de jeunesse, il est vrai  !

Selon elle, c’est un événement lié à des armes, justement, qui l’aurait fait (officiellement) basculer : « la tuerie d Orlando (le dans laquelle, expliquera-t-elle, le fils de l’un des très bons amis de ma mère a été abattu . J’ai entendu cette histoire horrible, et tout le monde a blâmé les  « armes à feu », et je me suis dit « non, nous devons blâmer le terrorisme ». Je me suis sentie insultée. Ensuite, j’ai commencé à regarder Trump plus sérieusement, et les gens qui ont poussé la censure à gauche ». A partir de ce jour, en soutien à la cause pro-armes, elle décidera de porter désormais une balle en pendentif (ici à gauche). Son choix pro-armes est ainsi visible de l’extérieur (elle a abandonné le principe aujourd’hui, se prétendant « pacifiste » désormais). Ceci pour son explication officielle, après coup, d’un retournement de veste qui en a étonné plus d’un, y compris chez ceux qui disaient bien la connaître. Il y a pourtant une autre explication, et elle est bien plus simple…et bien plus triviale !

Etrangement, lors d’une manifestation à Ferguson, quelqu’un l’avait accostée quelques mois avant son virement de bord à 180° en lui disant qu’il avait apprécié ses écrits sur la police : or c’est le rédacteur en chef de… Sputnik, Mindia Gavasheli, responsable de la radio de propagande russe en train de se créer à Washington même, à deux pas de la Maison Blanche (!) et qui cherchait alors des plumes américaines, en annonçant clairement (très) bien les payer. Il lui avait proposé en prime de déménager à Washington, ce qu’elle avait fait aussitôt ! Le 2 avril 2015, elle répond à une « Twitteuse » qu’elle s’y sent très bien, chez Sputnik : « il n’y a pas de signature », dit-elle aux articles… et « c’est cool ».  Drôle d’idées du droit d’auteur ! Pourquoi a-t-elle si facilement, suivi le gars de Sptunik ? La encore c’est tout simple : parce qu’il lui a parlé de Julien Assange qui est devenu son héros depuis la divulgation des documents de Wilikleaks, pardi !

Le premier article qui paraît de sa plume en avril 2015 s’intitule d’ailleurs  « NSA Struggles to Recruit New Talent in US Post-Snowden »..Et effectivement… il n’est pas signé ! En janvier 2014, elle avait déjà arboré un T-Shirt Snowden sur Twitter pour dissimuler sa force de frappe politique, certainement (voir plus haut). Un Snowden parti se réfugier… en Russie. Il a obtenu son droit de résider à Moscou pour trois ans le … La trahison de Cassandra de ses convictions premières passait beaucoup mieux avec le soutien appuyé à Assange ou Snowden, c’est pourquoi aussi on doute pas mal de sa sincérité à leur égard…

 « L’idiote utile »

Mais que s’est-il donc passé pour que que cette fervente manifestante anti-police américaine (toujours en 2015) classée bien à gauche (ici avec Bernie Sanders) se transforme en admiratrice inconditionnelle de Donald Trump (en juin 2016) ? C’est simple en fait et c’est un de ses anciens collègues qui le révèle ici dans le numéro de Cosmopolitan, le 18 mai 2017 : beaucoup d’argent et pas mal d’idiotie y ont aidé : « Fairbanks affirme cependant avoir communiqué avec Guccifer 2.0, le personnage en ligne qui, l’été dernier, a piraté une mine de documents du Comité national démocrate et les a divulgués à WikiLeaks. Les e-mails révélés dans la corbeille donnaient l’impression que la DNC avait travaillé pour réparer le primaire pour Clinton et ajouté à la confluence des événements qui ont finalement condamné sa campagne. Le rapport des services de renseignement de janvier a évalué «avec une grande confiance» que les services de renseignement russes avaient utilisé le personnage de Guccifer 2.0 pour donner des informations à WikiLeaks. Fairbanks a tweeté des captures d’écran de ses conversations avec Guccifer 2.0, écrivant que le personnage lui avait dit: « Je n’aime pas Sputnik parce que c’est russe », que le pirate n’était « pas une créature de la Russie ». Elle nie également en savoir beaucoup sur le pays qui l’a payée. «Pour être honnête, je connais très peu la politique russe», me dit-elle ». En somme elle a répondu en faisant l’autruche, tout simplement ! Et elle a bien été manipulée par les services secrets russes dont Grucifer 2.0 est le leader de l’entrisme américain !!! «C’est une idiote utile», déclare Joe Fionda, un ancien hacktiviste qui a brièvement travaillé avec Fairbanks à Sputnik en 2015. Fionda a un accent new-yorkais épais, porte des moustaches en guidon de vélo et une chemise «Notre démocratie a été piratée». Il dit que tous ceux qui travaillaient à Sputnik à l’époque savaient qu’ils étaient un rouage dans la machine de désinformation russe, mais selon Fionda, qui dit y avoir gagné 50 000 dolars, les salaires rendaient l’aspect propagande du travail facile à ignorer. « Je ne pense pas qu’elle ait vraiment réfléchi aux liens de son travail avec la Russie, dit-il. »

En somme, la voilà dépeinte par un ancien confrère comme une idiote ou une immature totale. Fairbanks est née en 1985 : en 2015 elle a déjà trente ans, et ce n’est plus une gamine, pourtant… et les deux seuls autres à avoir eu Grucifer 2.0 en ligne s’appellent Roger Stone et Lee Stranahan, de Bretibart News puis de Sputnik lui aussi (en 2017) ! Pas vraiment des enfants de cœur ! Le sait-elle, s’en est-elle aperçue, ou est-ce une greluche désespérante, une sans-cervelle hurleuse de slogans creux (une « gilet jaune » dirait-on aujourd’hui en comparaison) ?  On retrouvera des photos d’elles en compagne de Roger Stone en tout cas (voir plus loin ici). A gauche, c’est le dénommé Fionda, interviewé sur RT lors des mouvements « Occupy Wall Street » le 18 novembre 2011.  Ce qui signifie que les russes l’avaient bien lui aussi repéré, 4 ans avant d’être recruté chez Sputnik !!! Chez Sputnik, où Mindia Gavasheli lui avait demandé un jour de trouver les mails de John Brennan de la CIA volés par un jacker âgé d’à peine 16 ans ! « J’ai refusé parce que je pensais qu’il s’agissait d’une sollicitation d’espionnage », a expliqué Fionda dans sa lettre. Ce refus a entraîné son licenciement pour faux-semblants, a déclaré Fionda, ajoutant: «En fin de compte, les rédacteurs en chef de Spoutnik vont couper tout ce qui pourrait même faire mal paraître la Russie. C’est la définition d’une machine de propagande. Il y a de bonnes personnes là-bas, mais cela vient d’en haut. »  L’emprise médiatique russe a bien effectué un travail de longue haleine de déstabilisation ! Et la « capture » ou plutôt captation de Cassandra, devenu égérie du mouvement anti-establishment US, un beau coup de filet des russes ! L’oubliée de l’enquête de Mueller c’est bien elle !!! Le 4 mai 2018, CounterCheck pose en Tweet la question en effet de sa réelle activité provocatrice (trop visible?) à Ferguson… Y aurait-on manipulé les manifestations et les manifestants ?

L’élément le plus troublant de son dossier

Car il n’y a pas que son travail chez Sputnik qui pose question en effet. On l’a vu, elle a été et est encore de toutes les manifestations ou presque, notamment à Ferguson, dans le Missouri, alors qu’elle habitait désormais à plus de 1000 km de là ; en bus, ça prend 13 h pour y aller (contre 4 en avion) ! En 2016, un site d’activistes de gauche demande pourtant carrément à ses fidèles en ligne « d’éviter le contact avec Cassandra et Brandon » : en fait il s’agit de Cassandra Fairbanks et de Brandon Darby, ce dernier présenté comme « son associé du FBI » !!! Et le site de rappeler en effet que « le 23 juin 2016, The Intercept a rapporté que «des policiers, y compris du FBI, ont frappé aux portes de militants et d’organisateurs communautaires à Cleveland, Ohio, pour leur demander quels étaient leurs plans pour la Convention nationale républicaine en juillet». Parmi les personnes visitées figurent des activistes de Black Lives Matter, des organisateurs de Food Not Bombs qui prévoient de distribuer de la nourriture au RNC« , etc.Et le site de rappeler les provocations du FBI à l’encontre des jeune manifestants trop candides : « comme le montre l’histoire, le FBI et les policiers mettent tout en œuvre pour fabriquer des accusations de «terrorisme». En 2012, quatre anarchistes de Cleveland (Douglas L. Wright, 26; Brandon L. Baxter, 20; et Anthony Hayne, 35, Connor C. Stevens, 20, et Joshua S. Stafford, 23) ont été arrêtés par le FBI après avoir payé Un informateur – provocateur du FBI pour passer des mois à guider ce «complot» et a produire les explosifs ». « Dans l’intérêt immédiat… Évitez donc Brandon Darby et Cassandra Fairbanks (…) » recommande le site. La voici en effet présentée au grand jour comme… moucharde, ou collaboratrice de la police et amie d’un agent provocateur de la police incitant à la violence ! Darby, cofondateur de Common Ground Relief pour aider les victimes de Katrina, a reconnu depuis avoir été un « informant » mais aussi un membre du Tea Party et le rédacteur de Breitbart Texas, qui était bien déjà d’extrême droite ! Aurait-elle déjà de la sorte, passé comme l’on fait en France des ex-gauchistes chez les « rouge-bruns » dans le sillage d’un Soral ou d’un Dieudonné ?  C’est exactement cela qu’on peut craindre en effet…

La charge est en effet terrible contre celle qui arborait un t-shirt « seasoned activist » : « compte tenu de la longue histoire d’accès de Mme Fairbanks à la communauté des militants, son étroite association avec Darby fait d’elle une menace. Les gens comme Darby adorent s’attaquer à des «amis» et / ou exploiter leurs réseaux. Brandon Darby est un informateur notoire du FBI qui, en 2008, a directement facilité l’incarcération de deux hommes grâce à un système de piégeage diligent lors de la Convention nationale républicaine de 2008 à St. Paul, Minnesota (ah tiens ; on trafiquait déjà les manifs à cet endroit !!! !). En septembre 2008, le FBI a arrêté deux hommes du Texas, Bradley Crowder et David McKay ». Crowder et McKay avaient négocié une peine allégée dans la seule  crainte d’une plus lourde, mais ils avaient réussi à montrer au jury combien Darby les avait incités à la violence, remettant en cause le rôle de ces fameux infiltrés aux USA qui ont tripatouillé un nombre incalculable d’enquêtes en poussant à l’erreur des militants… voire des islamistes ou des terroristes ! « Fairbanks a une longue histoire d’accès à une communauté militante nationale, à un moment donné, a contribué au compte Twitter @YourAnonCentral (elle ne le fait plus) et a participé à de nombreuses opérations anonymes avec des noms déguisés comme KYAnonymous et Commander X. En 2015, Fairbanks s’est rendue pour protester conte l’informateur du FBI Sabu s’exprimant lors d’une conférence. Elle portait une chemise « Fuck Sabu » pour montrer son indignation face au policier qui avait  piégé Jeremy Hammond. La participation de Mme Fairbanks à #BaltimoreUprising en tant que partisane des manifestants dont elle pourrait transmettre les informations à Darby/Breitbart. Pendant des années, Fairbanks a voyagé aux États-Unis pour participer aux manifestations «Fuck The Police», #BlackLivesMatter, Occupy Wall Street, Anonymous Million Mask March, le viol dre Steubenville et a largement filmé et photographié des manifestants avec lesquels elle a ensuite gardé contact. Mme Fairbanks participe et documente l’arrêt de l’autoroute #Ferguson et les protestations #AIPAC. Mme Fairbanks peut maintenant transmettre à son bon ami Darby, de Breitbart, et les forces de l’ordre sont satisfaites.  L’Instagram de Mme Fairbanks documente des années de manifestations anarchistes radicales de gauche. Toute la carrière de Mme Fairbanks s’est apparemment insérée dans des mouvements anarchistes de gauche radicale, dont elle prétend soudain qu’elle ne se soucie plus. « Non, je m’en fous littéralement. Aucun de vous n’êtes mes amis, @ brandondarby l’est.  » ~ Cassandra Fairbanks « Je ne traîne pas avec les militants de toute façon. » ~ Cassandra Fairbanks »… Encore une fois, Mme Fairbanks, qui a de nombreux contacts activistes / gauchistes / anarchistes / anonymes, sera au RNC de Cleveland, avec son bon ami Brandon Darby, alors qu’il filme des manifestants avec l’intention de les identifier pour les aider dans leurs poursuites. . Mme Fairbanks aurait déjà identifié des militants de Darby en ligne… » Franchement, ce récit sonne fort bizarre aujourd’hui : au Minnesota, déjà, en 2016, on avait DEJA détourné des manifestations de gauche en les rendant violentes ! Elles avaient fait tâche d’huile ces violences, et notre ancienne BlackMatters versée de l’autre bord y avait pris une place active dans le Missouri ! Avouez que c’est troublant !!!

On ne peut pire descente en flèche, mais elle est en réalité bien vue, et ce n’est qu’une constatation flagrante  : bien avant sa « conversion » aux idées de Trump, elle était déjà devenue une « rouge-brune », avec des amis rouges-bruns traficotant avec la police ou le FBI ! Les exemples abondent en effet. Celui de Roger Stone avec qui elle pose par exemple ici à gauche (et à droite) : il a été de tous les coups tordus de Trump (et de « Tricky Dick » Nixon), et ce n’est donc pas vraiment un hasard. L’ex-militante d’extrême gauche plus écervelée qu’autre chose avait fait le tour complet du cadran et elle était devenue… d’extrême droite, bien avant de se déclarer fan de Trump, et bizarrement après avoir été contactée et avoir travaillé avec des services secrets russes !!!. « Pas de collusion » dit-il, l’homme orangé à la casquette rouge en le répétant régulièrement ? Cela est pourtant flagrant en ce qui la concerne ! Et la campagne sur le « messages pédophiles » secrets contenus soi-disant dans les e-mails, n’est-ce pas du pur Stone, ce genre de cochonneries répandues ? Roger serait-il attiré par autre chose que la politique ?

L’Assange connection

A propos d’Assange, le moins que l’on puisse dire est que son attitude a été plus ambigüe qu’autre chose. En octobre 2017, elle commence à raconter que Dana Rohrabacher (lire ici) est allée lui rendre visite à Londres porteurse d’une missive trumpienne en forme de deal : si Assange assurait que la Russie n’avait pas piraté le serveur du Comité national démocrate (DNC) pendant la campagne présidentielle américaine de 2016, Trump le gracierait. C’est la thèse en rélité  de l’avocate d’Assange, Jennifer Robinson (ce n’est pas Stella Morris, devenue la mère de ses deux enfants conçus en prison). En décembre, elle se met en scène de façon grotesque en lisant un texte disposé sur le côté droit de sa caméra vidéo, en ahanant des parties ou en en éclatant de rire entre deux, en argumentant avec … sa poitrine bien en avant (« boobs » up ! ), le t-shirt portant le slogan  bien lisible « I’m with Wikileaks ». C’est l’imposition par les seins pour convaincre, en quelque sorte ! On croirait entendre une midinette ne comprenant pas deux sous à ce qu’on lui a demandé de lire. C’est visible ici. Comme si elle réalisait un job à la demande ! Elle demande alors à Trump d’exercer son pardon vis-à-vis d’Assange. Son argumentaire : « nous avons élu Trump en raison de son rejet de l’establishment belliciste et des faux médias. Avec ce qu’il représente, Trump devrait donner une médaille à Assange et lui lancer un défilé au lieu de permettre à sa persécution politique de continuer. Assange est l’homme le plus courageux et le plus héroïque de la planète, et chaque jour sans liberté est une tragédie. » Boobs, alors ! A noter qu’en 2017, à défaut de libérer Assange, elle s’était aussi rabattue sur une autre grande cause : sauver les Beagles, ces gentils toutous servant dans les expérimentations animales en raison de leur grande docilité. Avec toujours les mêmes pratiques publicitaires mises en avant... (une peu une habitude chez la boob-advice girl, à en devenir parfois une obsession il semble bien,.. à force de recevoir des compliments comme celui à gauche). Se servirait-elle de ses avantages mammaires pour faire la promotion de Donald ? « Make Boobs Great Again ? », à défaut d’avoir des arguments convaincants ? En tout cas son discours et sa déclaration d’amour à Donald est bien confuse…

Vient s’y mêler plus tard dans l’affaire Assange une histoire à propos de Seth Rich qui a manifestement été propulsée au premier plan par un grand ami de Donald, le millionnaire Edward « Ed » Wayne Butowsky, pour détourner les médias de l’affaire russe.  Fairbanks s’y retrouve mêlée, via son avocat, qui avait affirmé qu’on ne pouvait produire les documents prouvant la rencontre, en raison de la protection des sources, ce qui ne va pas dans le sens d’Assange et Fairbanks est alors obligée de ramer pour dire que ce n’est pas une trahison même si ça y ressemble fort !  Et elle d’étaler alors ses voyages en Angleterre… pour aller le soutenir sur place. Pour sa défense, Fairbanks montre des copies d’écrans des échanges qu’elle a eus entre octobre 2018 et septembre 2019 avec Arthur Schwartz, le consultant conservateur de Donald Trump Jr, très lié à Richard Grenell, ambassadeur des États-Unis en Allemagne, pro-Trump également (il est devenu ensuite directeur du renseignement national par intérim). Selon elle, Grenell « aurait lui aussi reçu des »ordres du président » à propos d’Assange. Après une rencontre de huit minutes avec Assange, à Londres donc, elle affirme selon un nouveau deal :  « Assange ne serait plus poursuivi pour les fuites su serveur DNC ou du Vault 7 (les fichiers de la CIA divulgués en 2017) mais seulement pour les fuites révélées par Chelsea Manning en 2010. » Tout ceci semble fort tiré par les cheveux et donne une bien grande importance… à Fairbanks, devenue entremetteuse en chef de chez Assange.

Est-elle l’envoyée discrète du gouvernement ? ça paraît assez surréaliste, mais l’équipe de Trump autour de l’imbécile Pompeo a déjà montré à deux reprises qu’elle s’associait facilement à des gens qui n’étaient pas des lumières, avec les mercenaires interceptés en Haïti et au Venezuela, tous des bras cassés ne présentant pas un énorme écart de QI avec Miss Boobs.. Aurait-elle utilisé « miss mad boobs » comme porteuse de courrier ? Les liens avec des gens comme Roger Stone le laissent facilement envisager en effet ! Ici le compte rendu d’une de ses visites, le 11 avril 2019, où elle passe son temps à décrire qu’elle a perdu beaucoup de temps avec les vérifications de l’ambassade, et c’est tout. A la fin, elle exonère Trump, trop occupé selon elle à « nettoyer le marécage« … Elle ne précise pas si c’est avec des produits détergents !

La diva des fachos

Sur Manning même ambiguïté : au départ en 2013 elle s’en déclare grande fan. Mais aux premiers jours de sa libération, qui aurait donc dû la réjouir, Chelsea se range du côté d’une manifestation « antifasciste » en train de crier au dehors du bâtiment où elle venait d’être reçue par un mouvement fascisant organisant une réunion de la «Semaine de la parole libre» ultraconservatrice, alias « The Déplorables », animée par Mike Cernovich et avec Gavin McInnes, cofondateur de Vice et de The Rebel et du groupe The Proud Boy. En somme Manning avait mieux accepté l’invitation pour leur faire après un beau bras d’honneur ! Ce qui avait déplu fortement à la « miss boobs » : « C’est vraiment dommage », avait-elle tweeté,  « car beaucoup d’entre nous (comme moi) se sont battus pour son droit à la liberté d’expression pendant des putains d’années. » A l’époque, déjà, la miss a été aperçue avec tout le gratin de l’extrême droite, qui l’a invitée en talk-show retransmis à la radio ou sur un blog. Ainsi Peter Brimelow, vieux cheval facho (ci-dessus à droite), ou le canadien Stefan Molyneux ( à droite) ou l’ineffable Jack Posobiec (cf ici à gauche), tous en accord sur le même principe du trollage à outrance des supports de l’internet pour imposer leurs idées… un vrai catalogue de l’extrême droite US à elle tout seule ! Ci-dessous une autre photo avec le Jack Posobiec et Roger Stone : Posobiec et Fairbanks sont aussi devenus les héros d’une BD !!!

Et toujours le même petit monde des fans de Donald qui ne cesse de se parler ou de s’inviter entre eux !!! Voici comment elle est décrite au milieu des « Déplorables  » Cassandra Fairbanks est une jeune femme qui s’est fait remarquer à plusieurs reprises pendant la campagne et qui a été un peu médiatisée. Elle ressemble aux stars de sa génération, qui naissent sur les réseaux sociaux et déclenchent une folie aussi instantanée que volatile. Ses « followers » se comptent par milliers et elle s’est ainsi hissée au rang « d’influenceur d’idée ». Mais elle n’a jamais rien fait de concret pour ça et son militantisme très actif en faveur de Donald Trump reste également très virtuel, limité à son incursion quasi-permanente dans le monde d’internet. Elle vit donc dans une bulle qu’elle prend pour le monde réel et où elle se sent bien puisqu’elle y est reconnue, voire adulée. Mieux encore : elle y a développé une puissance qu’elle n’aurait jamais soupçonné pouvoir atteindre. De posts en tweets, elle a pu agréger autour d’elle un réseau qui est rapidement devenu une petite armée au service inconditionnel de leur champion. Et la campagne leur a donné de nombreuses occasions de montrer leur force de frappe ! » Avec Fairbanks, on est en effet tombé dans la Youtubisation de la politique ! L’influenceuse-spectacle politique ! Le danger étant leur influence auprès des jeunes, comme ici cet hallucinant reportage au sein de l’Université du Maine avec réunis sur la photo, en dehors de l’homme en casquette à gauche Jaden McNeil le fondateur d’America First Students, Cassandra Fairbanks, Michelle Malkin, et les suprémacistes antisémites et négationnistes Nick Fuentes, ex you-tubeur, et Steven Franssen. Quel panier de fachos !

Leur action principale ; aller pourrir les comptes internet de tous les adversaires : « Pour défendre sa cause (celle de Trump), ils ont « pourri » les comptes sociaux de quasiment tous les leaders politiques, qu’ils soient démocrates ou républicains : seul comptait le rejet inspiré par ces puissants et la volonté de leur montrer que le peuple peut au final leur imposer une autre pratique, une autre vue ou une autre direction. Cassandra Fairbanks, avec ses 95 000 « followers », est une véritable force de frappe à elle toute seule. Chacun de ses messages incendiaires est relayé à la vitesse de la lumière, et se révèle aussi destructeur qu’une bombe de très grande capacité. Ce qui l’attire chez Trump, c’est ce côté transgressif, dont elle tire elle-aussi quelques gloires, par ricochet. C’est également pour cette même raison qu’on a pu la trouver derrière Bernie Sanders pendant un temps. » Passer de 30 000 à 95 000 followers s’avérant en effet aussi rémunérateur, en passant de micro à macro-influenceuse  (avec ici en haut à droite quelqu’un – The Gorn-  qui a remarqué les « méthodes de vente  » particulières de Miss Boobs…)

Quand se produisent les heurts de Charlottesville, en août 2017, et la mort de la militante Heather D. Heyer, qui avait l’âge de Fairbanks, elle s’est rangée clairement sur un  bord : « Trump a appelé les nationalistes blancs par leur nom lors de sa conférence de presse explosive mardi, disant « qu’ils devraient être condamnés totalement » avec les néo-nazis. Mais beaucoup de ses partisans « de droite » – y compris Spencer, le théoricien du complot de droite Jack Posobiec, et la journaliste de Sputnik Cassandra Fairbanks – ont célébré la fête lorsque Trump a doublé en affirmant que « de nombreuses parties » étaient responsables de la violence à Charlottesville. « Je n’ai jamais été aussi satisfait d’un politicien », a tweeté Fairbanks. « Il vient de leur botter  verbalement le cul tout en disant la vérité. » Son soutien aux néo-nazis est désormais affiché et revendiqué !

Applaudir les nazillons

Il faut dire qu’elle a quitté depuis Sputnik pour passer d’abord chez Big League Politics, créé par Patrick Howley, le fameux rédacteur pour les chinois d’Epoch Time (cf épisode N°8), qui lui ne semblait pas trop lorgner sur les fameux « boobs’ sur la photo ci-dessus à gauche. Lorsque celui-ci rejoindra le Gateway Pundit, elle fera de même, se retrouvant bombardée rédactrice d’un des pires magazines de désinformation existants comme on l’a vu hier. On la voit ici en meeting avec l’un des deux fondateurs, le plus jeune, Lucian Wintrich. Ou avec son amie Laura Southern, autre militante fascisante canadienne. grande fan d’armes, amie de Molyneux, que l’on connaît bien ici en France : elle a été arrêtée en 2018  à Coquelles, par des gardes frontières britanniques. Elle souhaitait se rendre au procès du néo-nazi  Tommy Robinson. Un mois plus tôt, elle avait fait dans l’agit-prop en distribuant des tracts pro-gay à Luton, au sein de la communauté islamique. Ils avaient été jugés surtout racistes par les autorités !  Sans surprise, on découvre que Robinson, banni des réseaux, avait aussi été interviewé par Cassandra Fairbanks en novembre 2018 !!! Il a été renvoyé en prison le 11 juillet 2019. Southern nous donne le lien en effet avec tout une frange de fascisants français avec qui elle était en contact comme le prouve son tweet où on la voit en train de poser à Lyon, rue Montée du Change, avec Génération Indentitaire. C’est cet essaimage d’idées qui les rend dangereux. A Lyon leur local est un bar, le bar associatif La Traboule avec sa salle d’entraînement au combat de L’Agogée.  La même qui existe au Québec. Se battre, voilà bien le credo habituel des fascistes… se préparer en cas d’émeutes, pour y attiser la bien et le feu, et tout rejeter sur les « antifas » !!!!

Le 3 juin 1018, à Washington devant l’ambassade anglaise, elle et Jack Posobiec avaient manifesté, avec Southern déguisée en écolière anglaise pour réclamer sous une pluie battante la libération de Robinson ! Il est loin très loin, le temps des manifestions BlackMatters chez elle : la voici à défendre des nazillons (et toujours avec le même rictus des débuts de son engagement à gauche) ! Il est toujours aussi petit, le petit monde de Donald !

La voici donc au sommet de sa carrière d’écervelée, arrivée au sein de la rédaction du torchon véritable que représente le Gateway Pundit. Et hélas aussi… à la Maison Blanche, habillée en sainte-nitouche, une fois n’était pas coutume, reçue (avec les félicitations) par un Trump qui ne récompense que les cireurs de pompe, déboulant dans la salle de presse avec son collègue fasciste Mike Cernovich, celui à l’origine du Pizzagate ridicule. Leur premier geste sur place ayant été celui-ci, qu’elle a réédité toute seule devant les caméras, cette lamentable véritable : elle est à gerber !

 

Depuis cet exploit, entre deux, elle occupe le terrain du net comme elle peut. Nous raconte par exemple qu’elle est en train de découvrir l’histoire contemporaine (il serait temps !) remballe vite fait un Twittiste qui s’est permis de lui rappeler que le pacifisme de Lindbergh dissimulait une profonde admiration pour le Reich (visiblement elle ignore tout du personnage, cette tâche, comme la double vie en Allemagne du célèbre pilote) ou elle commente du Trump, en train de ressasser ses vieilles rancœurs contre Clinton, le 20 octobre 2019, sur Twitter (ici à gauche).

Et, comme elle semble s’ennuyer un peu, s’essaie aujourd’hui à cracher du feu, plutôt que des inepties sans nom… ça vaut peut-être mieux, pour elle, à bien y regarder… elle n’aurait jamais dû quitter son cirque !

PS: aux toutes dernière nouvelles, Fairbanks a posté un Tweet (ici à gauche) expliquant que sa maison avait été « attaquée lors des émeutes « alors que sa fille de 9 ans y était avec elle ». Affirmant aussi qu’elle avait avec elle un fusil chargé et qu’elle n’hésiterait pas à s’en servir. Comme preuve elle a affiché un pas de tirs de mortier de feux d’artifice (?) et et un bout de vidéo où on ne distingue rien du tout. Le tout mis en ligne et aussitôt repris par… RT (Russie) !! Ironie ou imbécilité classique chez elle : la photo illustrant son attaque a été empruntée à un article de Newshub intitulé « White supremacists and drug cartels using protests to sow chaos – Minnesota Governor » !!! Elle semblait avoir oublié comment elle venait de couvrir les événements en faisant une large part à la peur et aux conspirations, comme celle envoyée d’un prétendu kidnapping de pingouins (?) dans un zoo à Boston (une fausse rumeur !) : le gars qui lui avait envoyé avait parlé de « niggas », mot qu’elle n’a même pas relevé !!! A noter qu’elle avait forwardé un Tweet passé inaperçu de Trump datant de 2014 qui blâmait Obama et qui citait les émeutes dans lesquelles c’était elle alors l’activiste qui fichait le feu : drôle de rappel dans les gencives :

Sur Cassandra Fairbanks :

https://www.cosmopolitan.com/politics/a9653830/cassandra-fairbanks-donald-trump-deplorable/

Sur les dangers de l’alt-right aux USA, lire ce saisissant et épais dossier :

https://nymag.com/intelligencer/2017/04/beyond-alt-understanding-the-new-far-right.html

sur ce type de nouveau fascisme :

“Appeler les choses par leur nom” : Les “démagogues fascistes engagés” qui n’ont pas leur place dans une campagne pour défendre Julian Assange.

Sur Sputnik

https://www.weaponews.com/analytics/14866-the-project-zz-fbi-vs-russian-propaganda.html

https://www.newsweek.com/pro-trump-media-personalities-struggle-leave-alt-right-792085

(1) Livre de référence « Antisocial: How Online Extremists Broke America », d’Andrew Marantz

 

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Coke en stock (CCXCV) : la situation pendant le Covid19

La pandémie a changé les choses, y compris chez les trafiquants qui se sont vite ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.