Accueil / A C T U A L I T É / Le petit monde de Donald (1) : les biens azimutés

Le petit monde de Donald (1) : les biens azimutés

En période de Covid19 on dispose de plus de temps que d’habitude pour assumer sa curiosité, si on en possède une, bien sûr. Personnellement, je ne m’étais jamais penché sur un détail précis : celui des Tweets à répétition de Donald Trump, tant il y en a eu et tant il y en aura encore hélas. C’est l’un d’entre eux qui est à l’origine de ce questionnement.  C’était en réponse de Trump à un personnage que j’ai cru au départ être un homme politique, vu le ton pris par l’hôte de la Maison Blanche devenue hôpital psychiatrique depuis le 8 novembre 2016.  En réalité l’excité orangé répondait à un animateur radio d’extrême droite qui doit toute sa récente carrière à l’ascension de Donald…

C’est ainsi que je me suis aperçu que le 45eme président des Etats-Unis tournait littéralement en boucle, en citant régulièrement de véritables supporters, présentés comme des sommités par lui. Les médias se faisant berner au passage en ne spécifiant pas ces origines douteuses et en les cataloguant comme sources sûres ou fiables ou en ne les vérifiant pas ! Les sources de renseignement de Donald Trump en disent plus long en effet sur le fond de sa pensée et sa très grande proximité avec l’extrême droite fascisante qu’on ne le pensait (1) … Etat des lieux des renvois de Tweets de Donald, le président qui n’écoute ou ne lit que ceux qui l’encensent et personne d’autre… en bon gourou isolé (camisolé ?) qui n’admire que lui-même…

Oh, bien sûr je ne vais pas vous faire la fastidieuse liste de tous ces renvois de tweets (au premier mai 2020 il en était à 48 383) mais en extraire ceux qui m’ont paru les plus significatifs ces dernières semaines de tempête sanitaire, qui a vu la girouette élue prendre un temps fou pour se tourner enfin dans le sens du vent, en se heurtant à on propre gouffre abyssal de connaissances scientifiques, lui, le « stable genius » autoproclamé (2). Précisons que Trump dispose de deux comptes Twitter, l’un au nom de la maison blanche appelé POTUS (pour President of the United States) et l’autre en son nom personnel, (Real Donald Trump) bien plus utilisé par lui.

Bill Mitchell

Le premier du lot auquel a répondu Donald est donc celui du dénommé Bill Mitchell, qui signe « mitchellvii » sur Twitter et qui agit par salves compulsives, comme son mentor et comme on peut le voir ci-dessus à droite. Lui aussi a plusieurs comptes, dont un fort révélateur puisqu’il s’intitule RT @mitchellvii, le « RT » pour Real Trump et non pas le RT média russe, on le sait, sponsorisé par Poutine : c’eut été trop beau à ce stade. C’est le plus grand fan de la théorie du QAnon (dont le symbole est la lettre Q), théorie que partage Trump sur l’existence présumée d’un complot lié à « L’Etat Profond« , une conspiration contre Donald Trump fomentée par des forces obscures indéfinies, théorie apparue en 2017 sur le site 4Chan qui offrait déjà une large part aux conspirationnistes et aux suprémacistes blancs. J’y reviendrai très bientôt, rassurez-vous.

L’un des théoriciens de cette idée fumeuse, lui aussi homme de radio à Tampa en Floride, s’appelle Michael Lebron, alias « Lionel » sur le net. Or on possède de lui une photo embarrassante, dont il s’est évidemment vantée, posant avec Donald Trump dans le bureau ovale même, à proximité immédiate du président. Pour ajouter au grotesque, Lebron, est un extrémiste de droite dure, partisan de la théorie ridicule des chemtrails, opposant à l’avortement, est aussi et bien sûr un invité régulier de Russia Today ! Trump ne dissimule que fort peu être un fervent admirateur des thèses de Lebron : souvent il cite le hashtag #WWG1WGA, lié à ses réponses sur Twitter, phrase qui fait référence à “Where We Go One, We Go All,” la phrase de ralliement des supporters de la théorie QAnon !  A plusieurs reprises en meeting électoral, Donald Trump a été entouré de gens arborant ouvertement les symboles de QAnon… sans qu’il ne s’en émeuve, bien au contraire !

Pour en revenir à Bill Mitchell, pire thuriféraire de Donald Trump, toujours prêt donc à sortir l’encensoir, voici ici à droite ce qu’il a posté juste après la sortie terrifiante de Trump sur l’usage des détergents pour soigner le coronavirus. C’est assez sidérant en effet. Il est l’auteur d »autres tweets plus ou moins abracadabrantesques, à tout propos comme celui-ci où il applaudit à la « good job » effectuée par Trump car celui-ci avait dit que ça en serait une, de bon résultat, si les victimes ne dépassaient pas 60 000, ce qui l’a été largement depuis. Trump lui-même, dès l’annonce de la barre qu’il s’était fixé, a une nouvelle fois changé celle-ci, le 30 mars puis le 8 avril, en déclarant que désormais moins de 100 000 serait une autre « good job ».  Pari perdu comme on le sait aujourd’hui à la veille du mois de juin. Une phrase entonnée en chœur par le beau fils Jared, bombardé chef d’une « task force » invisible et inefficace qui lui aussi osé parler de « bon boulot »… pour l’instant il passe surtout pour un Mr Gaffe... ou un aveugle complet.  58 000 morts pour lui est une « great success story » en effet ! Comment peut-on appeler une « victoire » 100 000 morts, c’est tout le problème-psychiatrique- de Trump ! En prime, Mitchell, pour y revenir, est un récidiviste (voir les propos ici) qui semble atteint -tôt-  d’Alzheimer : il avait déjà fait la même remarque le 21 mars, en évoquant la comparaison avec la grippe ordinaire, alors que tous les indicateurs étaient pourtant au rouge dans le pays … Mitchell et non seulement un crétin, c’est aussi un dangereux et cynique inconscient. Même au sein de l’extrême-droite, Mitchell parvient à diviser, comme le décrit l’extrémiste nationaliste (et raciste) Richard Spencer en le reliant à deux autres cas similaires encore : « des gens comme Mike Cernovich (nota celui à l’origine du « pizza-gate) et Milo (Yiannopoulos) n’ont pas d’idéologie. Ils n’ont même pas vraiment de politique que vous pouvez cerner. Ce sont des fans de Trump, qui sont vaguement conservateurs et un peu néoconservateurs. Ils n’aiment pas les féministes et les SJW (guerrières de la justice sociale); en d’autres termes, ils cueillent les fruits les plus bas »... A croire que MeToo ne les concerne pas et Spencer encore moins ! Son dernier dada en date : la découverte, faite par d’autres en fait (on va y revenir), d’un obscur médecin d’origine indienne qui prétend avoir inventé le mail quand il était adolescent (« les c… ça ose tout ») … et un partisan vous l’aurez deviné du Covid19 comme création pour briser les élans électoraux de 2020 de Donald…

Tom Fitton

Tom Fitton, est un anti-Mueller, partisan du pardon pour Michael Flynn, et climato-sceptique, créateur de Judicial Watch. Sans trop de surprise, celui-là, on le retrouve aussi cité par Sputnik. Car Poutine et les russes n’ont même pas à chercher avec de tels individus : ils n’ont qu’à se baisser et ramasser le torrent d’insanités ou d’erreurs factuelles qu’ils déversent pour attaquer les institutions américaines, puis de leur donner ensuite plus d’écho. C’est l’habitué depuis des années des plateaux TV de Breitbart News, de l’ancien conseiller fascisant Steve Bannon, proche conseiller de Trump avant qu’ils ne rompent entre eux. Bien entendu c’est un opposant au confinement et un fervent critique d’Anthony Fauci. Le 13 avril dernier, son interview de son vieux compère Bannon lui a valu la fermeture (momentanée, hélas) de son compte Twitter. Bannon y déployait la théorie du Covid19 destinée selon lui à faire perdre les élections à Trump, idée que ce dernier s’est empressé de reprendre depuis !!! Bannon  ce jour-là avait parlé du “China’s Chernobyl” en parlant d’un parti chinois « démoniaque » et « satanique’ ! Vocabulaire d’un autre temps, ou qui laisse entendre un côté religieux chez Bannon, ce qui est le cas en effet (on va y revenir également).

Don Bongino

Don Bongino, politicien républicain raté, ancien membre des services secrets chargé de la protection de G.W.Bush, puis d’Obama, devenu homme de radio lui-aussi ou commentateur TV pro-Trump.  Il a été invité par Sean Hannity et Mark Levin notamment, mais est apparu aussi chez InfoWars de l’ineffable Alex Jones, qui l’a propulsé sur le devant de la scène en fait. Il est aussi membre du groupe Groundswell , qui est aussi quand on y réfléchit ce que Trump appelle le « Deep State« , qu’il dénonce à tout bout de champ alors qu’il s’en entoure outrageusement. On le trouve aussi invité chez Tucker Carslon, autre  présentateur mémorable de Fox News. C’est bien un extrémiste de droite en effet et pas qu’un peu !!! Il avait, dans sa campagne électorale ratée et dans son livre, cité sa « proximité » avec le président Obama, laissant entendre qu’il connaissait des « secrets » de négociations au plus haut degré, ce que les propres collègues de son service ont tous nié.  Un menteur de plus ! C’est à lui que Trump a accordé récemment (le 1er mai dernier) un entretien… téléphonique en forme de miroir, où Trump a passé son temps à évoquer le sort de « victime » de Brett Kavanaugh, choisi par Trump à la Cour Suprême, un « homme innocent » sur lequel « tout le monde a menti « une « honte » selon l’orangé, s’énervant alors comme à son habitude. Trump affirmera dans cette interview que si un homme a fait ce qu’il a été dit à son encontre, « il devait être immédiatement destitué »…  se citant et se défendant par la même occasion. Tout revient, invariablement sur sa personne, avec Donald ! Le but caché de l’interview étant en miroir de viser Joe Biden et son accusation actuelle, ce que Trump ne peut s’empêcher de faire vers la fin de l’entretien… brisant le voile tissé jusqu’ici sur le pourquoi de cet interview !!! L’autre partie étant une excuse pour Trump de demander la réouverture des Etats confinés : Bongino n’est qu’une passe-plats, à l’évidence, et pas un journaliste (ce qu’il n’est en aucun cas de tout façon:  à plusieurs reprises il attaque lui-même violemment les démocrates, à la grande satisfaction de Donald à l’autre bout du fil !!!)…. Lors de cet interview grotesque, Trump avoue regarder la télévision la nuit (« I see last night‘)…  ce que le New-York Times qui l’avait révélé s’était vu reprocher avec véhémence par lui-même !!! Ses obsessions reviennent aussi sans qu’on les attende, vers la fin, comme ces cas pendables des « windmills« , les éoliennes, sur lesquelles Trump fait vraiment une obsession !!! Une de ses pires sorties avec celle des détergents !!! Et ce jour-là il y avait eu des gens pour l’applaudir, hélas !!!

Diamond and Silk

Autrement dit Ineitha Lynnette Hardaway et Herneitha Rochelle Hardaway Richardson, avec elle, on atteint les bas-fonds du net. Il faut en effet un bathyscaphe pour atteindre le degré de bêtise que ces deux phénomènes du réseau ont atteint. Deux sœurs, les filles de Betty Willis Hardaway, une pasteur évangélique de Fayetteville en Caroline du Nord, dont le père vendait des cures d’amaigrissement (visiblement elles ne s’en sont pas servies) et des décorations de maison « protectrices des mauvaises influences », sur lesquelles il ajoutait 50 dollars pour mettre le nom dans une Bible pour une meilleure protection. Fort peu instruites, visiblement, elles ont découvert tardivement l’usage du net (elles ont aujourd’hui 50 ans !), dont elles ont rêvé au début de devenir les reines. Un peu perdues, au départ, elle commencent par mettre sur le net des images de brutalité policières en s’inscrivant dans la mouvance du mouvement antiraciste Black Lives Matter plutôt… démocrate (on va en voir une autre qui a suivi le même parcours, dans quelques semaines). Mais, déçues du nombre de followers, elle changent radicalement leur fusil d’épaule et versent admiratrices de Trump en 2015, persuadées qu’il apportera « un plus social » à la société US (mais où sont elles allées chercher ça ?). En réalité, une aide financière de la Maison Blanche leur a été proposée pour démarrer leur « business », selon Newsweek (ici à gauche la réunion avec le Department of Commerce). Chaque apparition en meeting sera également monnayée (1 274,94 dollars pour “field consulting.”, Trump a bien acheté leur soutien comme le montrera le congressman Hakeem Jeffries !).

« Après avoir pris de l’importance lors des élections de 2016, Lynette «Diamond» Hardaway et Rochelle «Silk» Richardson ont mis à profit leur nouvelle célébrité dans des apparitions sycophantes régulières sur Fox News, ce qui a amené le président Donald Trump à s’extasier sur leurs performances, à les présenter lors de rassemblements et à les traiter. en tant que «conseillers principaux». Ces personnalités des médias sociaux ont finalement été sollicitées pour fournir des vidéos hebdomadaires à Fox Nation après son lancement en tant que réseau vidéo en ligne par abonnement. Leurs épisodes, essentiellement des distillations de 5 à 7 minutes de leurs flux en direct de forme libre, étaient apparus comme une horloge sur le service de streaming jusqu’au début du mois. »

Mais leur habitude de partir en vrille étant leur signature sur le net, elles ont progressivement été admonestées par Facebook, puis Twitter, pour propos sortant des (maigres) restrictions d’alors. Elles y ont vu aussitôt une atteinte insupportable à leur droit de dire n’importe quoi, criant alors à tue-tête « on nous diabolise » s’attirant ainsi l’intérêt supplémentaire d’un Trump ravi d’avoir attiré dans son sillage deux afro-américaines qui l’apprécient autant. En 2018 elles réussiront la prouesse de se faire inviter à un débat du House Judiciary Committee sur le thème de “Filtering Practices of Social Media Platforms (ici à droite). ”Beaucoup trouvaient alors que de les inviter était ridicule et surtout inutile. Chose confirmée dès qu’elles ont ouvert la bouche… en hurlant ! Ou l’art de se flinguer en 10 minutes !

Jaclyn Ferguson de l’Indian Daily Student en a fait un bon résumé :  « Diamond and Silk ressemblent à une version féminine moderne de l’oncle Tom et donnent aux Noirs un aspect inculte et inconscient. Bien sûr, les gens ont le droit de croire ce qu’ils veulent croire. Mais cela ne signifie pas que l’ignorance flagrante du mépris de Trump pour les minorités devrait être acceptable. Les femmes noires soutenant Trump m’ont toujours dérouté. Diamond et Silk l’amènent à un tout nouveau niveau inutile. Quand j’ai vu une vidéo d’eux pour la première fois à la Maison Blanche lors d’une réception du mois de l’histoire des Afro-Américains en février, j’ai pensé que c’était une sorte de blague. Cela ressemblait à un épisode étrange de « Saturday Night Live » ou à un film d’horreur. Diamond et Silk étaient assises à côté de Trump, et brillaient tout en parlant de la façon dont les gens devraient «voter correctement pour ne pas se retrouver à gauche». Ils ont remercié Trump pour un siège à la table, ce qui, selon eux, ne s’était pas produit pas sous l’administration Obama ». C’est très bien dit en effet, car incultes elles le sont, et à un point inimaginable. Selon d’autres, elles étaient surtout devenues les « Black Mascots of White Nationalism » comme l’a si bien écrit le vrai talent du net qu’est la Wonkette (Ken Layne, une superbe plume)… A peine l’accusation lancée, les deux stars lui envoyaient une lettre de menace de procès, bourrée de fautes d’orthographe ainsi analysée à distance par un blogueur anglais sarcastique  (Rob Beschizza, de Boing Boing) : « le consensus parmi les avocats sur Internet est que la « Diamond and Silk Legal Team » n’est probablement pas, techniquement, un avocat. J’ai du mal avec l’idée que la lettre est bien réelle. Elle est tellement semée d’erreurs d’orthographe et d’une terminologie juridique mutilée qu’elle ressemble à une blague sur une personne stupide prétendant être un avocat – un exemple de la loi de Poe, la maxime selon laquelle il impossible de distinguer la parodie de l’authenticité sur Internet ». 

Mais elles vont encore déraper et plus gravement encore cette fois que sur Facebook dont elles s’étaient plaintes sur FoxNews (ici à droite) : « Diamond & Silk ont utilisé leur forte présence sur les réseaux sociaux pour être à l’avant-garde de la désinformation de droite sur l’épidémie de COVID-19. Par exemple, lors de sa diffusion en direct le 30 mars, le duo a affirmé que le nombre de morts de coronavirus américain avait été gonflé pour faire mal paraître Trump. « Ce que je dois savoir, c’est combien de personnes sont décédées à New York, et ce que je dois savoir, c’est: qui a les corps ? » Demande Diamond. «J’ai besoin de quelqu’un qui fait un travail d’enquête pour appeler les morgues. Pour appeler les salons funéraires. Nous devons savoir, parce que je ne fais confiance à rien d’autre qui sort de sa bouche maintenant … » « Quelque chose ne va pas bien ici. Quelque chose est en dehors d’ici.  » Elle a ajouté: «Est-ce délibérément répandu? Écoutez, je ne suis pas une théoricienne du complot, c’est réel, mais je pose mes propres questions. Que diable se passe-t-il ? Silk, quant à elle, a affirmé sans fondement que la maladie était «artificielle», se demandant à haute voix s’il y avait «une petite action en profondeur dans les coulisses». Elle a également demandé si l’Organisation mondiale de la santé avait un «interrupteur» pour «activer et désactiver ce virus?».

Des propos irresponsables, tout simplement. Là, ce fut pour elle la pression de trop qui a fait éclaté la cocotte chez Fox. Grimpées assez haut sur le net en followers, elles ne pouvaient que s’effondrer rapidement : c’est chose faite depuis quelques temps, deux victimes de plus du Covid19 ou presque ! Oh, rassurez-vous elles ne sont pas mortes, mais après voir écrit bêtise sur bêtise en avril sur le sujet (cf ci-dessus), des choses dangereuses ou des inepties totales, c’est d’abord Facebook qui les a virées, puis en cascade Twitter où elles avaient continué les mêmes imbécilités et enfin FoxNews où elles tenaient un show sur le site Internet de la chaîne. Bon débarras pourrait-on dire, sauf pour une seule personne qui s’est fendue d’un Tweet pour les regretter… vous devinez qui !

John Cardillo

Lui aussi est un homme de télévision et journaliste chez NewsMax TV, un site « conservateur » (ce qui veut dire fort à droite aux USA), où il officie dans l’émission « America Talks Live ». Mais c’est certainement l’un des plus fourbes, des plus vicieux et des plus manipulateurs qui soient. Son passé est flou, sa date de naissance inconnue.  Il a été élevé par sa seule mère, c’est tout ce qu’on sait, et il a été membre de la police de New-York, dès 1993, pendant 10 ans, chargé des interrogatoires, prétend-t-il. Très vite lui est venue l’idée de faire profiter les chaînes de radio ou de télé de son savoir-faire policier. Il a commencé en 2013 sur une petite radio appelée NewsRadio 1290 WJNO. Le succès de son émission lui a permis de monter ensuite The John Cardillo Show, au national via la chaîne CRN Digital Talk Radio Network, tout en participant comme invité chez The Independent Journal, CNN, TheBlaze Network, Rebel News Network, ou FOX Business Network. Ses shows invitent en priorité des gens de droite ou des pasteurs.  Il est ici en scène avec Roger Stone, le plus grand supporter de Trump après avoir été celui de Nixon, dont il porte le tatouage dans le dos (on va le croiser souvent durant note enquête).
Celui-ci venait juste de commencer à purger sa peine pour avoir menti au FBI lors de l’enquête Mueller, ce que Trump n’a toujours pas digéré en Tweet (il évoque souvent le droit à le pardonner, ce qu’il va donc faire le connaissant). L’idée du pardon étant fortement appuyée par… Cardillo, pour l’étendre à Flynn et même Manafort, comme on peut le voir dans ce tweet ici à gauche…

Cardillo est à l’origine tout récemment (le 27 avril) d’un tweet repris par Trump qui posait cette question insidieuse et sans fondement après avoir parlé de « coups d’Etat ratés » qui ont précédé : « pensez-vous vraiment que ces fous ne feraient pas gonfler les taux de mortalité en sous-déclarant les taux d’infection pour tenter de voler les élections ? » … c’est bien la plus vicieuse des attaques et il le sait car pour le grand public ces chiffres qui « bougent » tout le temps sont la preuve d’un « DeepSate« à l’ouvrage alors que la comptabilité des décès est on le sait fort difficile à tenir dès lors que les gens ne sont pas morts à l’hôpital mais chez eux. Un vice qui va jusqu’à accuser Fauci via un re-tweetage d’être un tripatouilleur de chiffres, un tweet originellement transmis par Andrew Egger, autre homme de radio (ici à gauche), intervenant chez Fox News lui aussi, et autre jeune imbécile aux vues ultras courtes (sa vision de l’avenir de Trump est risible, à le lire ici : Trump est un diviseur et non un rassembleur !). Bien entendu aussi, Cardillo a chargé je ne sais combien de fois les docteurs Fauci et Birx en reprenant par exemple l’avis en Tweet d’un député US appelé Andy Biggs. Logique, remarquez, c’est le plus rigide et le plus conservateur, venu de l’Arizona, ce qui aux USA la place aux côtés immédiats de l’extrême droite : il est climatosceptique, anti-avortement, soutien le lobby des armes (2eme amendement !), veut se retirer de l’ONU (?) et il est aussi partisan de la suppression totale de l’Obamacare (au moment où les américains démunis en ont le plus besoin !). Lors de la la séquence de l’impeachement il avait repris mot à mot les termes de Trump : « witch hunt », « fantasyland »… Un commentaire envoyé à… FoxNews Opinion, bien entendu ! Aujourd’hui le voici donc devenu « Fauciseptique » et «  »Birxseptique » donc… ce qui n’est pas vraiment à sa gloire !

Vicieux, il l’est à souhait en effet, le Cardillo. Fin 2018 il s’en était pris de façon immonde à une jeune représentante démocrate remuante et pleine d’énergie, Alexandria Ocasio-Cortez, élue le  qui a vite eu l’art d’exaspérer la droite et encore plus l’extrême droite de par ses origines et son franc-parler. L’angle de l’attaque est une vraie saloperie, car Cardillo va insinuer que la jeune femme n’était pas pauvre, comme elle l’a dit, et qu’elle n’a pas non plus fait des études là où elle l’avait déclaré. Les deux assertions se révèlent être des mensonges éhontés, Cortez ayant dû arrêter effectivement ses études en 2008 à la mort de son père pour nourrir la famille (et garder leur petite maison) !!! A la reprise de ses études, elle gagnera le deuxième prix de l’Intel International Science and Engineering Fair, grâce à un projet de recherche en microbiologie !!! L’attaque sera dénoncée comme ignominieuse, par la gauche comme par la droite, (même par John Podhoretz) reléguant Cardillo au ban de la société et ses observateurs politiques, là d’où ils n’auraient jamais dû sortir. Fait à noter, lors de sa campagne réussie (elle est devenue au passage la plus jeune candidate jamais élue au Congrès), Cortez avait prouvé une chose inimaginable aux USA qui effectivement a pu faire peur à Cardillo ou à Trump : elle a gagné son élection à l ‘économie, en dépensant 174 000 dollars seulement face à un candidat démocrate qui en avait investi 3,4 millions !!!

Ceci pour notre premier tour de piste des contacts chez Twitter de Donald. D’autres nous attendent. Attendez-vous à pire encore…

(1) le temps passé à regarder les écrans de Fox News (qu’il a fini par délaisser après avoir entendu une ou deux critiques à son égard et surtout celui passé à écouter des radios, qui peuplent une très grande partie de ses références dans Twitter) indique qu’il ne lit strictement rien. On sait qu’il a des difficulté à le faire : Trump est proche de l’analphabétisme en effet.

(2) Trump a engagé 3 milliards de dollars pour un vaccin : outre les promesses du français Stéphane Bancel de Moderna Inc, il a offert 456 millions de dollars à l’entreprise pharmaceutique Johnson & Johnson Janssen, 30 millions de dollars pour Protein Sciences, une société détenue par Sanofi, 20,7 millions de dollars ont été engagés chez Alchem ​​de Floride ou encore chez Regeneron, dans un premier temps, avec 92 millions, pouvant monter jusque 211 millions de dollars en fonction des résultats, notamment avec le Kevzara, qui sert en fait à soigner la polyarthrite rhumatoïde.

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Police et gendarmerie : je vous aime moi non plus !

La police et la gendarmerie sont non seulement utiles, mais nécessaires, que ce soit dans ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.