Accueil / A C T U A L I T É / Le paradoxe américain : Trump a perdu, le trumpisme a gagné

Le paradoxe américain : Trump a perdu, le trumpisme a gagné

Il est désormais certain que Joe Biden a gagné l’élection présidentielle américaine. Malgré une campagne débordante d’énergie et en dépit du recours cynique aux plus improbables arguments, Donald Trump a échoué à prolonger de quatre ans son séjour à la Maison blanche. Il laisse toutefois un héritage aux Républicains : le « trumpisme ». Malgré la victoire du candidat démocrate, cette « idéologie nébuleuse » s’est solidement ancrée dans le pays…

Vainqueur dans le Nevada et en Pennsylvanie, Joe Biden est d’ores et déjà le nouveau Président des États-Unis, sans même attendre les résultats du comptage des voix de l’Arizona, de la Géorgie et de l’Ohio. Sauf coup de théâtre judiciaire dont les experts ne voient pas sur quelle base il pourrait aboutir, sa victoire est acquise. Il est même probable que le candidat démocrate obtiendra 303 mandats, soit un total très au-dessus des 270 requis. Joe Biden sera donc officiellement élu président des États-Unis par les membres du Congrès le 6 janvier 2021 lorsque seront comptabilisés les votes des grands électeurs préalablement remontés de chacun des états de l’Union. Seule (petite) incertitude : la loyauté de ces grands électeurs lors de leur vote du 14 décembre. Des trahisons sont en effet toujours possibles comme cela s’est déjà produit lors de plusieurs scrutins présidentiels dans le passé, y compris en 2016, 2 grands électeurs républicains ayant fait défaut à Donald Trump et 5 démocrates à Hillary Clinton. Une hypothèse cependant peu probable et sans conséquence, eu égard à l’important différentiel qui prend forme entre les deux adversaires. Joe Biden sera ensuite officiellement intronisé le 20 janvier 2021, jour de l’Inauguration Day, après avoir prêté serment sur les marches du Capitole devant le Chief Justice, président de la Cour suprême.

Donald Trump battu, bien peu de monde s’en plaindra dans les milieux politiques et intellectuels. Même dans son propre camp, le futur ex-président aura fait grincer bien des dents tant sa politique, aussi imprévisible qu’erratique, a plus d’une fois déconcerté les élus du Grand Old Party, et son comportement odieux choqué en de trop nombreuses occasions. Et ce n’est pas la manière irresponsable et indigne dont il se comporte actuellement, au mépris des usages démocratiques, qui va redorer son image. Donald Trump est engagé dans une fuite en avant visant à un chaos institutionnel induit par l’affirmation gratuite de fraudes massives. Une posture possiblement dangereuse du fait des messages ambigus qu’il a adressés durant la campagne aux suprémacistes blancs et, pire encore, aux extrémistes de QAnon, lesquels pourraient saisir le prétexte d’une élection prétendument « volée » pour être à l’origine de graves incidents. En agissant comme il le fait, Donald Trump salit le processus démocratique américain comme aucun autre candidat dans le passé. Ce faisant, il agit en « charlatan », affirme Roger Cohen dans les colonnes du New York Times, et se montre une fois de plus « répugnant », pour reprendre le qualificatif de l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrines. Signe du changement en cours, la chaîne Fox News, totalement acquise à la cause des Républicains, a d’ores et déjà nettement pris ses distances avec le président sortant.

Donald Trump battu, le « trumpisme » n’est pas mort pour autant, et ce n’est pas le moindre paradoxe de cette élection atypique. Le président sortant a en effet réussi en 2016 à amalgamer sur son nom une somme de colères des laissés-pour-compte économiques et sociétaux. Des gens, souvent modestes, très majoritairement issus de l’« Amérique périphérique », principalement constituée par les états ruraux et ceux où la désindustrialisation, notamment dans la « Rust Belt », a fait des ravages. Autant d’électeurs qui, alliés aux traditionnalistes religieux – principalement évangélistes – et aux suprémacistes blancs, ont constitué un corps électoral déterminé et prêt, pour voir triompher sa cause, à supporter tous les dérapages de Donald Trump. Or, l’on constate en 2020 que cet électorat, non seulement ne s’est pas délité, mais a grossi au point d’apporter au candidat républicain des millions de voix supplémentaires. J’ai parlé, en début d’article d’une « idéologie nébuleuse », et de fait, c’est exactement ce qu’est le trumpisme, eu égard à la grande disparité de ses composantes sociologiques. En l’occurrence une idéologie qui, toute nébuleuse qu’elle soit, est servie par des citoyens qui ont pris conscience de leur force collective et entendent désormais jouer un rôle majeur dans la vie politique. Nul doute que cette réalité va poser de gros problèmes aux Républicains dont le conservatisme traditionnel a largement volé en éclats ! Les années à venir vont être passionnantes à observer !

Commentaires

commentaires

A propos de Fergus

avatar
Autodidacte retraité au terme d'une carrière qui m'a vu exercer des métiers très différents allant d'informaticien à responsable de formation, je vis à Dinan (Côtes d'Armor). Depuis toujours, je suis un observateur (et de temps à autre un modeste acteur) de la vie politique et sociale de mon pays. Je n'ai toutefois jamais appartenu à une quelconque chapelle politique ou syndicale, préférant le rôle d'électron libre. Ancien membre d'Amnesty International. Sur le plan sportif, j'ai encadré durant de longues années des jeunes footballeurs en région parisienne. Grand amateur de randonnée pédestre, et occasionnellement de ski (fond et alpin), j'ai également pratiqué le football durant... 32 ans au poste de gardien de but. J'aime la lecture et j'écoute chaque jour au moins une heure de musique, avec une prédilection pour le classique. Peintre amateur occasionnel, j'ai moi-même réalisé mon avatar.

Check Also

Election 2020 (VIII): la retraite de Russie des avocats de Donald

L’équipe de branquignols ramassée par Giuliani est plus grotesque et affligeante qu’efficace. L’un d’entre eux ...

2 Commentaire

  1. avatar

    ecellente analyse Fergus ,je vous reconnais bien là dans votre lucidité habituelle.

    « J’ai parlé, en début d’article d’une « idéologie nébuleuse », et de fait, c’est exactement ce qu’est le trumpisme » dites-vous. Le nébuleux ça diffuse en effet… et ça reste, hélas !

    J’irai plus loin en étant un peu irrepectueux : il reste plus de 60 millions d’abrutis aux USA, ceux qui ont écouté et suivi quelqu’un qui leur a menti tous les jours, et les ravages créés sont énormes en effet, dans les esprits. Et dans les chiffres avec un taux ahurissant du décès par Covid19 que ce taré n’a pas compris, même quand il en a été atteint, lui et a ses proches !

    Ça va être dur de se relever de ce désastre de quatre ans. L’Amérique avec cet imbécile complet aux commandes a perdu de sa superbe. Il l’a réduite à l’état d’une république bananière !

    Un présentateur de CNN, chaîne qui s’est révélée fort efficace durant le dépouillement des vote avec un « performer » de matériel informatique appelé John King, devenu star éblouissante des soirées de compte-rendu, a eu cette excellente formule après le second discours ahurissant et complotiste de Trump : « anous le voyons comme une tortue obèse retournée sur le dos, se débattant sous le soleil brûlant, réalisant que son temps est révolu. » ».

    Ça sera dur de la remettre sur pieds cette Amérique là !

    A propos de John King :

    https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/presidentielle-americaine-les-cartes-hypnotiques-de-john-king-sur-cnn-vraies
    https://www.journaldemontreal.com/2020/11/05/john-king-magicien-de-la-carte-electorale-a-cnn-a-dormi-moins-de-sept-heures-depuis-mardi

    • avatar

      Bonsoir, ghostmomo

      Merci pour votre commentaire.

      Je partage très largement vos réflexions, même si tous les électeurs de Trump ne doivent pas être mis dans le panier des « abrutis », eu égard à leur histoire personnelle, à leur détresse économiques ou à des convictions sociétales qui ne pouvaient qu’en faire des électeurs de de populiste manipulateur. Mais vous avez raison, il y a quand même une belle brochette d’allumés dans le lot.

      Merci pour les liens sur John King. Ce journaliste s’est taillé une belle réputation. Quant à l’image de la tortue, elle était plutôt bien choisie.

      Bien à vous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.