Accueil / T Y P E S / Articles / Le Nouveau style de Monsieur le pr?sident…

Le Nouveau style de Monsieur le pr?sident…

Mais Nicolas Sarkozy n’?tant pas Jacques Chirac, quand le nouveau pr?sident se lance dans une op?ration s?duction pour remonter un peu dans les sondages (et quels sondages ! Selon une enqu?te d’opinion Ifop*, ? para?tre dans le Journal du Dimanche dat? du 24 f?vrier 2008, 38% des Fran?ais se disent « tr?s satisfaits » ou « plut?t satisfaits » de Nicolas Sarkozy comme pr?sident de la R?publique, contre 47% en janvier. Ils sont en revanche 62% (+10) ? ?tre « plut?t m?contents » et « tr?s m?contents ».), il y va avec ses grands sabots. Et c’est ainsi qu’il a inaugur? la plus grande ferme du monde… au pas de charge !

Certes, il a fait un discours de plus d’une heure, comme l’affirme Franck Louvrier, son responsable de communication, interrog? sur 20minutes.fr. Mais la sc?ne certainement la plus hallucinante et la plus m?diatique de cette inauguration, c’est celle d’un pr?sident serrant les mains des visiteurs autour de lui, puis soudain son ?gard de langage ? l’encontre d’un homme d’un certain ?ge qui ne voulait tout simplement pas lui serrer la main ! (car rappelons-le, Nicolas Sarkozy est un homme press? et qui n’attend pas… et c’est donc g?n?ralement lui qui vous offre sa main ! – Cela voudrait-il dire que c’est lui qui aurait offert sa main ? Carla Bruni ?…)

Bref, l’individu r?pond par la n?gative au pr?sident : « Ah non, touche-moi pas ». Sur ce, le pr?sident lui lance un : « Casse-toi, alors ». L’individu encha?ne avec un : « Tu me salis ». A quoi le pr?sident r?plique d’un ton sec : « Casse-toi alors, pauvre con ! ».

Sur 20minutes.fr, Franck Louvrier ajoute : « Nicolas Sarkozy n’est pas dans une tour d’ivoire, mais sur le terrain un jour sur deux, ce qui l’expose davantage que son pr?d?cesseur (Jacque Chirac, ndlr) qui faisait seulement un ou deux d?placements par mois. »

Voil? ce qu’on appelle le “Nouveau style de Monsieur le pr?sident”. Un style de pr?sidence atypique, dont la recette est la suivante : une pinc?e de n?o-monarchisme contrefait, un nuage de culte de la personnalit?, un soup?on d’?litisme, une cuill?re ? soupe de c?toyement de c?l?brit?s, une goutte d’am?ricanisme, soupoudr? le tout avec beaucoup de voyages pay?s par des “amis” et surtout une louche de langage beaucoup moins diplomatique (souvenez-vous de la col?re de Nicolas Sarkozy le 6 novembre 2007 face aux p?cheurs Bretons…).

Si vous souhaitez regarder la vid?o de l’incident du Salon de l’agriculture, cliquez ici… ou cliquez ici… (Le Parisien)

Si vous souhaitez regarder la vid?o de l’incident en Bretagne, cliquez ici…

+ Bonus la vid?o compl?mentaire de l’incident en Bretagne (dite ”vue d’en-haut”), cliquez ici…

[*Sondage r?alis? par t?l?phone du 14 au 22 f?vrier aupr?s d’un ?chantillon repr?sentatif de 1.879 personnes ?g?es de 18 ans et plus (m?thode des quotas). Notice compl?te disponible aupr?s de la Commission nationale des sondages.]

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLVII) : par bateaux, aussi…

Aujourd’hui, exceptionnellement, et les jours suivants, on va parler bateaux.  Et surtout voiliers.  Lors du ...

16 Commentaire

  1. avatar

    Un style plutôt autoritaire. Pal mal certain que Sarko aimerait bien est un monarque, au-dessus de la loi, juste à voir comment il se comporte et parle. Et venez me faire croire que ce type a le bien du peuple à coeur…

  2. avatar

    Sarkozy n’est pas le maître, il est le serviteur du Peuple. Le peuple est maître. Si le Président ne fait pas sa job comme il faut, il devrait se retrouver au chômage, comme tout autre travailleur incompétent. Il doit respect au peuple en premier, et ensuite le peuple le respectera. Le respect du peuple, ça se gagne, ça ne s’impose pas. Pas en traitant de con. Mais que voulez-vous, quand vous n’êtes pas aimé, c’est bien pour des raisons ! Les Français n’ont pas élu un monarque, mais un exécuteur de la volonté du Peuple. Mais Sarkcon n’est pas au service du Peuple, il est au service de la grande entreprise, des financiers, de l’élite. C’est qu’il aime vivre comme un roi ce Sark-o-bling bling !

  3. avatar

    La gauche hier traitait Sarko de monarque et maintenant il se comporterait comme un manant.

    La gauche hier accusait Sarko d’avoir la presse à sa botte et alors qu’elle le chasse en meute.

    La gauche disait Sarko facho et c’est lui qui a détruit le FN.

    La gauche se meurt et veut entraîner tous le monde dans sa débacle.

  4. avatar

    Vous ne trouvez pas que nos élus se comportent de plus en plus comme la mafia ? Sarkobling ressemble plus au Godfather dans son attitude qu’à un président proche du peuple.

  5. avatar

    Au moins Dick Cheney attire ses victimes dans le boisé pour leur tirer à la figure !

  6. avatar

    Les journalistes des chaînes publiques se rebiffent parce qu’ils ont peur qu’on leur retire la soupe qu’ils ont pourtant toujours servi bien chaude sous les régimes précédents.

  7. avatar

    Demian,
    Je vois tes interventions sur Agoravox. C’est à mourir de rire. Tu es très drôle. :-))

    Demian est un troubadour nous chantant des textes pour désennuyer les puissants. Il erre de château en château et reste dans le dernier tant qu’il ne s’en fait pas chasser.

  8. avatar

    Oh ! Le beau stylo ! Il est beau ce stylo ! – Sarkozy… Et toi, descend ici… et toi, casse toi pauv’con… Vous voulez que je fasse quoi ? Videz des caisses déjà vides ? Hé hé ! Voilà Desmarais, ici ta belle médaille. N’oublis pas de me mettre en connexion avec Bush à travers le Groupe Carlyle à ton domaine de Sagard ! Et hop ! on passe au Fouquet avec les amis richos ! Et toi tais-toi, c’est qui le maître ici ? Sarkoblingblong le monarque !

     Nouveau style de Monsieur le président, ou sa vraie nature qui s’affiche ?

  9. avatar

    @La mouche -> 🙂

  10. avatar

    Oui c’est vrai, il y a aussi le cas où le troubadour quitte de lui-même le château en déshérence et qu’il n’arrive pas à remettre dans le chemin. Car le château aussi puissant soit-il, a besoin du troubadour. C’est vrai.

  11. avatar

    Oh moi, je vole ici ou là. Ne faites pas attention.

  12. avatar

    « Au fil du temps, le West Bashing était devenu le sport le plus couramment et le plus allègrement pratiqué sur Agoravox. […] Le site saura-t-il survivre à la disparition de celui dont le rôle de ciment social au sein du peuple agoravoxien était sans équivalent ? C’est une question qui peut paraître dérisoire, mais qui, au fond, fait écho à d’autres questions, essentielles pour l’avenir de humanité elle-même. […] Comme tous les boucs émissaires, Demian West semblait être à la fois toute la source du mal, puisqu’il insultait, malmenait et humiliait ses interlocuteurs, et la condition (quand bien même ce serait à rebours) de la possibilité du bien puisque la seule perspective de son évincement ou de son retrait suffisait à faire naître chez les agoravoxiens l’image d’un forum apaisé et civilisé » (Agoravox).

    Pierre R. Chantelois

  13. avatar

    Monsieur Paquet

    Mes excuses pour cette réplique à un commentaire affligeant. Il n’est pas dans mes habitudes de polluer ainsi un travail fort bien fait d’un collègue rédacteur. Je profite de l’occasion pour souligner la qualité de votre article et de vos références.

    Pierre R. Chantelois

  14. avatar
    François Marginean

    Demian : Qui pensez-vous tromper avec vos commentaires ? Pensez-vous qu’on pense que vous êtes la référence ici ? Que votre mot est final et jugement dernier ? Vous vous pensez tellement au-dessus de tout ceci. Complètement condescendant. Pensez-vous que vous savez attirer le respect ? Que vous êtes l’autorité ? Qu’on pense que vous êtes crédible ?
    Votre style Sarkoblingbling ne nous impressionne pas du tout.

    Get a life.

  15. avatar
    François Marginean

    West est en train de péter, tout comme Sarkoblingblong dans les sondages…

  16. avatar
    Delwinde-Hermann Tapsoba

    Je soutiens SARKO. Il faut vraiement être irrespectueux et mal eduqué pour s’adresser ainsi à un président de la 5ème puissance mondiale.

    Il merite son pauvre con.