Accueil / A C T U A L I T É / LE MONDE EN 2013

LE MONDE EN 2013

par Ignacio Ramonet pour?M?moires des luttes

Apr?s avoir surv?cu ? la fin du monde du 21 d?cembre 2012?[1], tentons maintenant de d?terminer ? avec prudence et en raisonnant, cette fois, de fa?on cart?sienne ? quel pourrait ?tre notre avenir imm?diat. Nous nous baserons, pour le d?terminer, sur les principes de la g?opolitique, une discipline qui permet de comprendre le jeu g?n?ral des puissances et d??valuer les principaux d?fis et enjeux. Afin d?anticiper, comme sur un ?chiquier, les mouvements potentiels de chaque adversaire.

le monde 2013 2

Si, en ce d?but d?ann?e, nous regardons un planisph?re, nous remarquerons imm?diatement le clignotement de plusieurs points rouges. Quatre d?entre eux rec?lent des niveaux ?lev?s de risque?: l?Europe, l?Am?rique latine, le Proche-Orient et l?Asie.

Au sein de l?Union europ?enne (UE), les Bourses continuent de flamber?[2] mais l?ann?e 2013 sera, du point de vue social, la pire depuis le d?but de la crise en 2008. L?aust?rit? comme unique credo et les coups de hache sur l??tat-providence se poursuivront. Ce sont des exigences de l?Allemagne. Pour la premi?re fois dans l?histoire, Berlin domine l?Europe et la dirige d?une main de fer?[3]. Les autorit?s allemandes n?accepteront nul changement de cap avant les ?lections l?gislatives du 22 septembre prochain qui pourraient voir la r??lection de la chanceli?re Angela Merkel pour un troisi?me mandat.

??Homme malade?? de l?UE, l?Espagne verra les tensions politiques augmenter ? mesure que la Catalogne pr?cisera les termes du r?f?rendum qu?elle compte organiser dans la perspective de son autod?termination. Un processus que les nationalistes au pouvoir au Pays Basque suivront avec la plus grande attention.

Concernant l??conomie espagnole, dont l??tat est d?j? d?sastreux, son ?volution d?pendra de ce qui se passera ? en Italie lors des prochaines ?lections l?gislatives du 24 f?vrier. Et des r?actions des march?s ? une ?ventuelle victoire de la coalition conservatrice pr?sid?e par Mario Monti (qui a le soutien du patronat, de Bruxelles, de Berlin et du Vatican) ou du candidat de centre-gauche Pier Luigi Bersani, le mieux plac? selon les sondages. Cela d?pendra ?galement des conditions (certainement brutales) qu?exigeront l?Union europ?enne (UE) et la Banque centrale europ?enne (BCE) en ?change du plan de sauvetage de l?Espagne que le pr?sident du gouvernement Mariano Rajoy pourrait finir par demander. Sans parler de l?intensit? des protestations qui continuent de se propager comme une coul?e d?essence avant de trouver une allumette allum?e?

Des explosions pourraient aussi ?clater dans d?autres pays d?Europe du Sud (Gr?ce, Portugal, Italie) exasp?r?s par la d?gradation sociale. L?UE ne sera pas sortie du tunnel en 2013. Et tout pourrait m?me s?aggraver si les march?s (encourag?s par les n?olib?raux?[4]) s?attaquaient ? la France du tr?s mod?r? socialiste Fran?ois Hollande.

En Am?rique latine, l?ann?e 2013 est aussi pleine de d?fis. D?abord au Venezuela, un pays qui, depuis 1999, joue un r?le moteur dans les changements progressistes du sous-continent. La rechute inattendue du pr?sident Hugo Chavez, r??lu le 7 octobre 2012, introduit un ?l?ment d?incertitude. On ne peut exclure de nouvelles ?lections pr?sidentielles d?s les prochains mois. D?sign? par Chavez, Nicolas Maduro serait alors le candidat de la r?volution bolivarienne. Actuel vice-pr?sident (?quivalent ? premier ministre), c?est un dirigeant tr?s solide, dot? de toutes les qualit?s requises, humaines et politiques, pour s?imposer. Mais on imagine que tous les adversaires de cette r?volution, ? commencer par les faucons du Pentagone, vont se mobiliser pour tenter de lui barrer la route.

Il y aura aussi des ?lections, le 17 f?vrier, en ?quateur?: Malgr? les attaques?[5] dont fait l?objet le pr?sident Rafael Correa, autre grand leader de l?Am?rique latine, sa r??lection ne fait pas de doute. ?lections importantes aussi, le 10 novembre, au Honduras, un pays o?, le 28 juin 2009, le pr?sident Manuel Zelaya avait ?t? renvers?. Son successeur, Porfirio Lobo, ne peut se pr?senter pour un second mandat cons?cutif. En revanche, le Tribunal ?lectoral a autoris? l?entr?e en lice du parti de la Libert? et de la Refondation (LIBRE), dirig? par Zelaya, qui pr?sentera comme candidate l??pouse de celui-ci, Xiomara Castro.

Scrutin important ?galement au Chili, le 17 novembre. L?impopularit? actuelle du pr?sident conservateur Sebastian Pi?era permet ? la socialiste Michelle Bachelet d?y envisager un retour au palais de la Moneda.

L?attention internationale se tournera ?galement, en 2013, vers Cuba. Pour deux raisons. D?abord parce que s?y poursuivent, ? La Havane, les n?gociations entre le gouvernement colombien et les Forces arm?es r?volutionnaires de Colombie (FARC) pour tenter de mettre fin au dernier conflit arm? d?Am?rique latine?[6]. Et parce que des d?cisions de Washington y sont attendues, qui pourraient avoir un impact important sur le devenir de la r?volution cubaine. En effet, lors de sa victoire aux ?lections am?ricaines du 6 novembre 2012, Barack Obama l?a emport? en Floride avec 75% du vote hispanique et ? tr?s important ? avec 53% des voix cubaines. Ces r?sultats conf?rent au pr?sident r??lu, pour son dernier mandat, une marge de man?uvre certaine pour tenter de mettre un terme, enfin, ? l?embargo ?conomique et commercial de l??le. Le fera-t-il??

L? o? tout change pour que rien ne change c?est, encore une fois, au Proche-Orient, ??foyer perturbateur?? du monde. Les r?voltes du ??printemps arabe?? ont renvers? plusieurs dictateurs locaux?: Ben Ali en Tunisie, Moubarak en Egypte, Kadhafi en Libye, Saleh au Y?men. Mais les ?lections libres ont permis ? des partis islamistes tr?s conservateurs (Fr?res musulmans) d?arriver au pouvoir. Et ceux-ci veulent maintenant, comme on le voit en Egypte, le garder ? tout prix. Ce qui consterne la population la?que. Apr?s avoir ?t? en premi?re ligne lors des r?voltes, celle-ci refuse d?accepter une nouvelle forme d?autoritarisme ?gyptien. Probl?me identique en Tunisie.

Apr?s avoir suivi avec int?r?t les explosions de libert? du printemps 2011 dans cette r?gion, les soci?t?s europ?ennes se d?sint?ressent de nouveau de ce qui s?y passe. Parce que trop compliqu?. Un exemple?: l?inextricable guerre civile en Syrie. Sur ce th??tre, il est clair que les puissances occidentales (Etats-Unis, Royaume-Uni, France), alli?es ? l?Arabie Saoudite, au Qatar et ? la Turquie, ont d?cid? de soutenir (avec de l?argent, des armes et des instructeurs) l?insurrection islamiste sunnite. Celle-ci, sur les diff?rents fronts, continue de gagner du terrain. Combien de temps tiendra le gouvernement de Bachar el-Assad?? Son destin semble scell?. Certes la Russie et la Chine, ses alli?s diplomatiques, n?autoriseront pas, au sein du Conseil de s?curit? des Nations unies, une attaque des forces de l?Organisation du trait? de l?Atlantique nord (OTAN) comme en Libye en 2011. Mais Moscou et P?kin estiment que la situation du r?gime de Damas est irr?versible. Russes et Chinois ont commenc? ? n?gocier avec Washington une issue au conflit qui pr?serve leurs int?r?ts.

Face ? l ???axe chiite?? (Hezbollah libanais, Syrie, Iran), l?Am?rique a constitu? dans cette une r?gion un vaste ??axe sunnite?? (allant de la Turquie et de l?Arabie saoudite au Maroc, en passant par Le Caire, Tripoli et Tunis). Objectif?: renverser Bachar el-Assad, pour couper les lignes d?approvisionnement en armes du Hezbollah libanais et priver T?h?ran de son grand alli? r?gional. Si possible avant le printemps prochain. Parce que le 14 juin aura lieu l??lection pr?sidentielle en Iran. A laquelle le pr?sident actuel Mahmoud Ahmadinejad ne peut se pr?senter, la Constitution n?autorisant pas plus de deux mandats. Au cours des six prochains mois, l?Iran se trouvera donc plong? dans une f?roce campagne ?lectorale opposant les partisans d?une ligne dure contre Washington et les d?fenseurs de la voie de la n?gociation.

Face ? cette situation, Isra?l se trouvera, en revanche, en ordre de marche pour une ?ventuelle attaque visant les installations nucl?aires iraniennes?[7]. Au sein de l?Etat juif, en effet, les ?lections l?gislatives du 22 janvier verront probablement la victoire de la coalition ultraconservatrice. Ce qui renforcera le Premier ministre Benyamin N?tanyahou dans son intention de bombarder l?Iran d?s que possible.

Cette attaque ne saurait ?tre efficace sans la collaboration militaire des Etats-Unis. Washington y participera-t-il?? C?est peu probable. Barack Obama prend ses fonctions le 21 janvier, et il se sent plus assur? depuis sa r??lection. L?id?al pour lui et la diplomatie am?ricaine serait de pouvoir r?gler, en une seule grande man?uvre diplomatique et sans avoir recours aux armes, les trois principaux probl?mes de la r?gion?: la d?nucl?arisation de l?Iran, la s?curit? d?Isra?l et la cr?ation d?un Etat palestinien.

Ce n?est pas impossible si Washington, avec le soutien des autres membres du Groupe des Six (Allemagne, Chine, France, Royaume Uni, Russie) charg?s de traiter le dossier iranien, parvenait ? faire accepter ? T?h?ran (de plus en plus ?puis? par les tr?s dures sanctions ?conomiques) un v?ritable accord de d?nucl?arisation. Ce qui d?livrerait d?finitivement Isra?l de la menace atomique iranienne et garantirait sa s?curit?. En ?change de quoi, les autorit?s isra?liennes s?engageraient ? ne plus faire obstacle ? la cr?ation d?un Etat palestinien viable. Ce serait un magistral coup diplomatique qui resterait dans les annales et que plusieurs chancelleries encouragent vivement?[8].

Le pr?sident Obama n?ignore pas que la grande majorit? de l?opinion publique am?ricaine ne veut plus de guerres?[9]. L?Irak, que les troupes du Pentagone ont quitt? le 31 d?cembre 2011, est loin d??tre pacifi?. Le front d?Afghanistan reste ouvert au moins jusqu?en 2014. Celui de la Syrie s?intensifie de jour en jour. Un autre encore pourrait s?ouvrir bient?t au nord du Mali? C?en est trop. Le nouveau secr?taire d??tat, John Kerry, aura la d?licate mission de faire patienter l?alli? isra?lien.

Le Proche-Orient devient moins strat?gique pour les Etats-Unis dans la mesure o? sa d?pendance du p?trole de cette r?gion diminue. La r?volution des hydrocarbures non conventionnels (gaz et p?trole de schiste, notamment) vont certainement redonner ? l?Am?rique un nouveau dynamisme et une plus grande autonomie ?nerg?tique. Selon un rapport de l?Agence internationale de l??nergie (AIE), vers 2020, les Etats-Unis pourraient devenir le plus important producteur mondial de p?trole et de gaz?[10]. Un??v?nement?dont les cons?quences globales pourraient ?tre consid?rables sur le plan strat?gique.

C?est pourquoi Obama regarde de plus en plus vers l?Asie, zone prioritaire depuis que Washington a d?cid? la r?orientation strat?gique de sa politique ?trang?re. En s?appuyant sur leurs partenaires traditionnels ? Japon, Cor?e du Sud, Ta?wan?-, les ?tats-Unis cherchent ? encercler la Chine d?un chapelet de bases militaires avec l?intention de freiner son expansion. Il est significatif que le premier voyage de Barack Obama apr?s sa r??lection du 6 novembre, l?ait conduit en Birmanie, Cambodge et Tha?lande, trois pays de l?Association des nations du sud-est asiatique (ASEAN). Une organisation qui rassemble les alli?s am?ricains de cette r?gion, et dont la plupart sont en bisbille avec P?kin ? propos de leurs fronti?res maritimes.

Les mers de la Chine sont devenues les zones de plus grand potentiel de conflit arm? en Asie-Pacifique. Les tensions entre P?kin et Tokyo, au sujet de la souverainet? des ?les Senkaku (Diaoyu pour les Chinois), pourraient s?aggraver depuis la victoire ?lectorale au Japon, le 16 d?cembre 2012, du Parti lib?ral d?mocrate (PLD) dont le chef, et nouveau Premier ministre, Shinzo Abe, est un ??faucon?? nationaliste connu pour son attitude critique ? l??gard de la Chine. Il y a aussi le diff?rend du Vietnam avec P?kin ? propos des ?les Spratley. L? encore, le ton monte dangereusement surtout apr?s que les autorit?s vietnamiennes aient officiellement plac? l?archipel, en juin 2012, sous leur pleine souverainet? et accord? des permis de recherche d?hydrocarbures en mer ? l?Inde?

?lu secr?taire g?n?ral du Parti communiste chinois (PCC) en novembre 2012, Xi Jinping sera d?sign? pr?sident de la R?publique populaire de Chine en mars prochain. Celui-ci, au cours de sa premi?re r?union avec le haut commandement des forces arm?es, a lanc? un avertissement tr?s clair ? ses voisins en encourageant ses ?tats-majors ? ??s?adapter ? l??re de l?information??? et ? ??am?liorer l?aptitude ? combattre dans des conflits r?gionaux?[11]??. La Chine modernise ? grande vitesse sa flotte de guerre. Le 25 septembre 2012, elle a lanc? son premier porte-avions, le?Liaoning, dans l?intention d?intimider tous ses adversaires. P?kin refuse de plus en plus la pr?sence militaire des Etats-Unis en Asie. Entre les deux g?ants, une dangereuse ??m?fiance strat?gique?[12]?? est en train de s?installer qui marquera sans doute la politique internationale du XXIe si?cle.

Ignacio Ramonet

Notes

[1] Mais on annonce d?j? une nouvelle ??fin du monde?? pour le 13 f?vrier prochain? Ce jour-l?, un ast?ro?de g?ant, d?une cinquantaine de m?tres de diam?tre et pesant 120 000 tonnes, va fr?ler la surface de la Terre.

[2] En 2012, le Dow Jones am?ricain a bondi de 8%?; le Nasdaq, indice des valeurs technologiques, et le CAC 40 parisien de 15%?; et le Dax allemand de 30%.

[3] Pour la premi?re fois depuis son unification au XIXe si?cle, l?Allemagne tient la drag?e haute ? ses trois rivaux historiques?sur le Vieux Continent?: France, Royaume Uni et Russie. Lire aussi Perry Anderson, ??L?Europe sous h?g?monie allemande??,?Le Monde diplomatique, Paris, d?cembre 2012.

[4] ?Cf.???France and the euro. The time-bomb at the heart of Europe??,?The Economist, Londres, 17 novembre 2012.

[5] Les Etats-Unis souhaitent sa d?faite. Ce qui permettrait ? Washington, par ricochet, de r?gler l?affaire Julian Assange, Le fondateur de WikiLeaks, toujours r?fugi? ? l?ambassade d?Equateur ? Londres, y est menac? d?extradition vers les Etats-Unis.

[6] ?Cf.?Ignacio Ramonet, ??Paix en Colombie????,?M?moire des luttes, d?cembre 2012.

[7] ?Cf.?Ignacio Ramonet, ??L?ann?e de tous les risques??,?M?moire des luttes, f?vrier 2012.

[8] Lire l?analyse de Jean-David Levitte, ancien conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy,?Le Monde, 20 d?cembre 2012.

[9] ?The New York Times, 12 novembre 2012.

[10] Cf. le rapport?World Energy Outlook?2012, Paris, 12 novembre 2012.

[11] ?El Pa?s,?Madrid, 20 d?cembre 2012.

[12] Lire Wang Jisi et Kenneth G. Lieberthal, ??Adressing U.S.-China Strategic Distrust??, Brookings Institution, 30 mars 2012.
http://www.brookings.edu/research/papers/2012/03/30-us-china-lieberthal

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

L’Europe a sacrifié les agriculteurs

La situation des agriculteurs français est alarmante et la réalité encore plus sinistre pour une ...