Accueil / SERVICES-PUBLICS / justice / Le message derri?re le cas de David Abitbol

Le message derri?re le cas de David Abitbol

Il y a quelque chose de r?jouissant avec l’histoire autour de David Abitbol, accus? d’avoir prof?r? des menaces sur le web, et hypoth?tiquement un jour prisonnier. C’est que ?a met en pleine face de pas mal tout le monde qu’Internet n’est pas un endroit o? on peut jouer ? faire n’importe quoi avec l’immunit? d’une cape d’invisibilit?. M?me qu’il semble plus facile de faire du trouble dans notre bas monde bien tangible si on s’efforce de faire tout ?a sans t?moins et sans laisser de traces.

C’est quand m?me bizarre quand on y pense en ces termes. Rien n’est sauv? sur un serveur quand on se prom?ne ? l’air libre, il n’y a que d’infimes chances de se faire prendre par des cam?ras en quelques endroits. Compar?, le monde virtuel pourrait facilement ?tre compar? ? ce qu’on appelle commun?ment Big Brother. Pourtant, ce monde est souvent d?crit comme ?tant la quintessence de la libert?.

On redouble de conseils quant ? ce qu’il faut faire pour s’y prot?ger, mais il y a des gens comme David Abitbol qui se font soit ?quilibristes (? jouer avec les limites), soit carr?ment les architectes de leurs propres malheurs en utilisant les outils technologiques pour mener ? bien leurs bas projets d’agression.

Qu’il soit coupable ou non au final me semble tr?s secondaire, c’est le message sous-jacent qui me semble le plus important.

(Photo : sararobertson)

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock CCLXXXIX : et pendant ce temps-là, au Venezuela… on ment toujours autant

Tous ces avions, ou la majeure partie, décollent du Venezuela, qui, depuis des années maintenant, ...

4 Commentaire

  1. avatar
    SylvainGuillemette

    En tout cas, moi, je vois de la censure de l’État, qui lui, se permet de dire, via ses officiers militaires, comme Rick Hillier, qu’on va tuer la vermine talibane en Afghanistan…

    L’État, d’autre part, ne se cache même pas de soutenir les crimes et les abominations d’Israël sur les pays voisins. Et nous, faudrait porter des gants blancs?

    Quand l’État policier est même rendu sur le net, c’est qu’il est peut-être temps de le renverser au plus calice.

    L’État canadien, lui, participe à des Coups d’État, à des tentatives de la sorte, et appuie ces renversements d’État lorsqu’ils sont commis par leurs amis idéologiques. C’est carrément de la double-mesure!

    Le Canada impose une dictature en Afghanistan, et soutient l’occupation de l’Irak. Il se permet ensuite de dire que certains parlent de renverser l’État… Pas fort… Hamid Karzaï est un dictateur soutenu par Ottawa, c’est un fait! Ottawa renverse donc, elle, des États étrangers -rappelons-nous que même George W Bush disait des Talibans qu’ils formaient un gouvernement!-, mais ne permet pas à son peuple de parler de la renverser elle? N’importe quoi! Une chance que les juges sont de leur bord, car l’argumentaire défendant ce principe n’existe tout simplement pas!

    C’est de la double-mesure!

  2. avatar
    SylvainGuillemette

    Moi, je dis qu’on doit renverser la dictature bourgeoise, et ça passe par le renversement de l’État bourgeois. On peut le faire démocratiquement, sans violence, en se donnant un parti pour ce. Mais en regardant ailleurs, ce qu’ont fait les oppositions à de tels mouvements, pariez qu’Ottawa, par la suite, se donnerait les moyens de renverser! Militairement même!

    Ce ne sont que des hypocrites! Surtout depuis que les conservateurs sont au pouvoir! Des salauds, des dictateurs de l’information, ils se fichent éperdument du Parlement et des décisions qui y sont prises. Je regarde souvent les débats télévisés, et ouf! C’est à voir, la «période des questions»!