Accueil / A C T U A L I T É / Le mariage Gates et Monsanto : attention, danger pour le plan?te

Le mariage Gates et Monsanto : attention, danger pour le plan?te

(Source?: Votre Sant?)

La puissante Fondation Bill et Melinda Gates, d?di?e officiellement ? des projets philanthropiques, vient d?acqu?rir 500 000 actions de la soci?t? Monsanto. Gr?ce ? un large r?seau de connivences, c?est l?ouverture de nouveaux march?s pour le g?ant des semences agricoles g?n?tiquement modifi?es, et des menaces sur la s?curit? alimentaire balay?es par le grand vent des profits et de la sp?culation. Enqu?te.

Cr??e en 1994 par le fondateur de Microsoft, la Fondation Bill et Melinda Gates g?re un capital de 33,5 milliards de dollars pour financer ses projets ?philanthropiques?. Un joli pactole investi ? hauteur de 23 millions de dollars dans l?achat de 500 000 actions de Monsanto, comme le r?v?lait la Fondation en ao?t 2010. Acquisition aussit?t d?nonc?e par le mouvement international Via Campesina1. Gates-Monsanto, union entre deux monopoles des plus cyniques et agressifs?: 90?% de la part de march? de l?informatique pour la premier, 90?% du march? mondial des semences transg?niques et la majorit? des semences commerciales du monde pour le second. N?gation m?me du fameux principe du capitalisme de ?concurrence de march??.

D?sormais, la Fondation Bill et Melinda Gates utilise son influence sur les politiques mondiales de d?veloppement agricole, et incite paysans et agriculteurs ? utiliser les semences et produits agrochimiques g?n?tiquement modifi?s de Monsanto.

Si doute il y avait, il n?est plus de mise. La Fondation Gates vient de jeter clairement le masque de la ?philanthropie?.

Pour mieux conforter son emprise, la Fondation Gates a engag? en 2006 une collaboration avec la Fondation Rockfeller, ?fondation caritative? priv?e dot?e elle aussi d?un statut fiscal privil?gi? et fervent promoteur des OGM ? destination des populations pauvres.

Ces deux grands humanistes se sont donc alli?s pour mettre en oeuvre l?Alliance for a green revolution in Africa (Agra)2, ?Alliance pour la r?volution verte en Afrique?, qui est en train d?ouvrir le continent aux semences OGM et aux produits chimiques vendus par Monsanto, DuPont et Dygenta.

Selon La Via Campesina, environ 70?% des b?n?ficiaires de l?Agra au Kenya travailleraient directement avec Monsanto et pr?s de 80?% des financements de Gates dans le pays seraient d?di?s aux biotechnologies, terme d?licat aur?ol? d?esprit scientifique pour signifier les OGM chahut?s par de mauvais esprits. Sans ?tat d??me, Monsanto r?serve une part importante de son budget au financement des proc?s motiv?s par la toxicit? de ses produits.

Son fameux agent orange, faut-il le rappeler, utilis? durant la guerre du Vietnam par les arm?es US, continue aujourd?hui encore ses effets sur les populations. Et son herbicide, le Roundup, repr?sente un v?ritable danger maintes fois d?montr?, pour les humains et les g?n?rations futures, les animaux domestiques, la faune et l?environnement.

La Coalition du Kenya pour la biodiversit? commentait sans d?tour?: ?Agra est un poison pour nos syst?mes de production et moyens de subsistance. Sous la banni?re philanthropique du d?veloppement agricole, l?Agra finira par ronger le peu qui reste de l?agriculture durable en Afrique.?

En Afrique du Sud, pour citer un exemple, le ma?s g?n?tiquement modifi? a produit peu ou pas de graines en 2009, et des centaines d?agriculteurs ont ?t? touch?s, jusqu?? 80?% de leurs r?coltes pour certains. Et si Monsanto a compens? les agriculteurs d?une certaine importance qui avaient achet? des produits d?fectueux, il n?a rien donn? aux plus modestes qui avaient re?u gratuitement des sachets de mauvaises graines.

Encore un bel exemple de cynisme et de m?pris pour les plus faibles. En 2008, 30?% du fonds de d?veloppement agricole de la Fondation Gates a servi ? la promotion et au d?veloppement des vari?t?s de semences OGM.?Ce qui donne une id?e des milliards g?n?r?s et de l?int?r?t des nouveaux march?s.

Sous couvert de d?vouement humanitaire et gr?ce notamment ? ses liens avec la Fondation Rockfeller, la Fondation Bill et Melinda Gates ouvre donc de nouveaux march?s ? Monsanto.

Et comme ce n??tait pas encore assez, la Fondation Bill et Melinda Gates s?est adjoint les ministres des Finances des USA, du Canada, d?Espagne et de Cor?e du Sud. Cette belle brochette a promis 880 millions de dollars pour cr?er un programme mondial sur l?agriculture et la s?curit? alimentaire, Global agriculture and food security program.

Lequel ?programme? serait g?r? par la Banque mondiale pour prendre en compte le probl?me de la faim et de la pauvret? dans le monde. Premier ?cadeau? annonc? en juin 2010?: 35 millions de dollars ? Ha?ti pour favoriser l?acc?s des petits paysans aux ?intrants agricoles, ? la technologie et aux cha?nes de productions?.

Le mois pr?c?dent, Monsanto faisait part de son intention de donner 475 tonnes de semences ? Ha?ti… distribu?es par l?Usaid, Agence am?ricaine pour le d?veloppement international qui a soutenu les pires dictatures (Ha?ti?: le cadeau mortif?re de la soci?t? Monsanto, Golias Hebdo n?136, juin 2010). Petit d?tail qui en dit long?: l?administrateur d?USAID, Rajiv Shah, travaillait auparavant pour la Fondation Gates, avant d??tre recrut? par le gouvernement am?ricain en 2009. Et si on ajoute que Rob Horsch, ancien vice-pr?sident de Monsanto pour le d?veloppement international, est actuellement directeur du programme de d?veloppement agricole de Gates, on aura une id?e des liens qui relient tout ce petit monde.

Ce ?cadeau? de Monsanto ? Ha?ti ressemble ? s?y m?prendre ? une action de marketing bien rod?e soutenue au plus haut niveau. G?n?reuse en diable, la Fondation Bill et Melinda Gates octroie ?galement des fonds ? Feed the Future, g?r?e par le gouvernement ?tasunien, qui pourrait se r?sumer par la recherche de nouvelles ouvertures pour les entreprises US.

Et s?il ?tait utile de pr?ciser davantage, le vice-pr?sident de Monsanto, Gerald Steiner, devait affirmer que ?Feed the Future ?tait une entreprise tr?s int?ressante, qui tient compte des imp?ratifs du march? dans lequel Monsanto et d?autres compagnies doivent op?rer?.

Pour Ha?ti, d?j? victime du s?isme du 12 janvier 2010 (Ha?ti?: les arri?re-plans d?un s?isme annonc?, Golias Hebdo n?122, mars 2010), du d?ferlement des mercenaires de la foi (Comment la scientologie prosp?re sur les ruines d?Ha?ti, Golias Hebdo n??139, juillet 2010) et d?une ?pid?mie de chol?ra, l?aide humanitaire a de curieux accents.

Les semences Monsanto?? Seule la premi?re g?n?ration est fertile et il est impossible de r?ensemencer les champs ? partir de ces graines. Pour continuer, reste ? acheter r?guli?rement de nouvelles graines ? Monsanto.

D?j?, la destruction programm?e de l?agriculture et de l??levage, en faveur des produits ?tasuniens, avait cumul? d?immenses b?n?fices et favoris? la d?pendance alimentaire de Ha?ti. D?sormais, Gates, Monsanto et consorts ach?vent le travail.

D?apr?s l?Onu, 75?% de la diversit? g?n?tique des plantes du monde a disparu ? mesure que les paysans abandonnaient leurs semences natives pour utiliser les vari?t?s g?n?tiquement modifi?es. La Via Campesina, pour sa part, maintient que la meilleure fa?on d?assurer une alimentation saine, de revitaliser les ?conomies rurales et de mettre en oeuvre des politiques de souverainet? alimentaire est l?utilisation des semences natives.

L?homog?n?it? g?n?tique rend les paysans plus vuln?rables aux changements climatiques brusques, au contraire des semences natives adapt?es aux diff?rents microclimats. Une prise de conscience s?affirme, ponctu?e notamment par le documentaire sur les m?faits des produits Monsanto diffus? le 3 juin 2010 dans la salle paroissiale de l??glise catholique de Hinche (Ha?ti), ? l?inititative du Mouvement paysan Papaye.

Le bl?, base traditionnelle de l?alimentation des deux tiers des habitants de la plan?te, n?est pas ? l?abri. Des chercheurs britanniques viennent de publier cette ann?e une ?bauche de son g?nome, ??tape pour am?liorer la production de cette c?r?ale cl? de l?alimentaiton mondiale?. Les g?nomes du riz, du soja, du ma?s avaient ?t? s?quenc?s, mais pas le bl? qui ?veille d?s ? pr?sent de nouveaux app?tits. Monsanto se frotte d?j? les mains… L?id?e ?tait dans l?air, puisqu?en 2008, la Fondation Bill et Melinda Gatesavait attribu? la somme de 26,8 millions de dollars ? l?universit? de Cornell (?tat de New York) pour des recherches sur le bl? et 1,6 million de dollars aux chercheurs de l??tat de Washington pour d?velopper des vari?t?s de bl? OGM r?sistant ? la s?cheresse.

La Fondation Rockfeller a investi pour sa part plus de 100 millions de dollars ces trente derni?res ann?es dans la recherche g?n?tique. Et comme on n?est jamais assez pr?voyant pour amasser encore plus, Monsanto, les fondations Gates, Rockfeller et Syngenta (multinationale bas?e en Suisse, sp?cialis?e dans les OGM et les semences agroindustrielles) participent ? coups de millions de dollars dans la construction d?une banque des semences, dans l?archipel norv?gien de Svalbard.

Il est pr?vu d?y stocker jusqu?? trois millions de vari?t?s de semences provenant du monde entier afin de ?garantir la pr?servation de la diversit? des produits agricoles pour le futur?. Ces semences sont pourtant d?j? prot?g?es, en plusieurs exemplaires, dans diff?rentes banques de semences qui existent dans le monde. Mais en cas de catastrophe climatique, il suffira de les vendre tr?s cher aux agriculteurs. ?Nous voulons faire le bien dans le monde, mais nous voulons aussi satisfaire nos actionnaires?, d?clarait derni?rement Gerard Steiner, de Monsanto. On le croit volontiers dans sa volont? de satisfaire les actionnaires. Quoi qu?il en co?te ? l??quilibre de la plan?te et peut-?tre ? sa survie.

Eva Lacoste

29.11.1020

1. Via Campesina?: 150 organisations, 70 pays, cinq continents. Mouvement international, il repr?sente les paysans, les travailleurs agricoles sans terre, les p?cheurs, les paysannes, les jeunes et les peuples autochtones.

2. Le conseil de l?Agra est pr?sid? par Kofi A. Annan, ancien secr?taire g?n?ral des Nations-Unies. Le pr?sident est le A. Namanga Ngongi, ancien directeur g?n?nral adjoint du Programme mondial pour l?alimentation des Nations-Unies. L?Agra travaille notamment avec le soutien de la Fondation Rockfeller et de la Fondation Bill et Melinda Gates, du D?partement pour le D?veloppement International du Royaume-Uni. Se reporter au site www. agra-alliance.org ou tout ce qui n?est pas dit explicitement sur les nouvelles voies pour am?liorer les cultures africaines.

Article publi? dans le num?ro 160 Golias Hebdo semaine du 25 novembre au 1er d?cembre 2010


Le crime organis?

Le rapprochement Gates Monsanto annonce le mariage entre deux monopoles parmi les plus cyniques de la p?riode contemporaine et d?montre une fois de plus l?alliance du pouvoir et de l?argent.

Derri?re l?image d?une soci?t? propre et verte d?crite par la propagande publicitaire et les grands discours, un projet h?g?monique qui menace la s?curit? alimentaire de la plan?te et son ?quilibre ?cologique. V?ritable machine de guerre qui dispose de nombreux moyens de pression, sait jouer de la corruption et n?h?site pas ? se d?barrasser de ses opposants d?une mani?re ou d?une autre.

D?favoris?s par des ?changes internationaux in?quitables, l?accaparement des terres et la production d?agrocarburants, les pays du Sud sont l?objet de nouvelles pressions qui illustrent la logique implacable des grandes multinationales.

D?vast?e par un tremblement de terre, abattue par le chol?ra, Ha?ti fait l?objet d??attentions? qui ne pourront que conforter malnutrition, maladies et violences.

Le d?tournement de l?aide humanitaire ? des fins commerciales et la privatisation des politiques alimentaires est certainement un des plus grands scandales actuels. Au risque de nouvelles d?stabilisations, sous le regard complice des grands Etats et des organismes internationaux.

Habitu?s ? dicter leur loi aux gouvernements, Monsanto, Gates, Blackwater et alli?s avancent comme un rouleau compresseur ? l?assaut du monde et de ses habitants. Jusqu?? quand??

Golias

Article publi? dans le num?ro 160 Golias Hebdo semaine du 25 novembre au 1er d?cembre 2010


V?ritables machines de guerre?: Blackwater, Monsanto, Gates

Dans une entreprise comme Monsanto, quelques gros bras ne sont pas inutiles.

La plus grande arm?e de mercenaires du monde, la compagnie Blackwater (ajourd?hui appel?e Xe Services) agit pour son compte, et par cons?quent pour celui de ses alli?s. C?est ce que r?v?lait l?article de Jeremy Scahill, Blackwater?s Black Ops, ?Les op?rations secr?tes des Blackwater?, paru dans l?hebdomadaire am?ricain The Nation du 15 septembre 2010.

De nombreux militaires et anciens officiers de la CIA travaillent pour Blackwater, bien connue pour ses massacres de civils en Irak, sp?cialiste de l?information, du renseignement et de l?infiltration, jusqu?au lobbying politique et la formation paramilitaire. Selon Scahill, les affaires avec les multinationales comme Monsanto, Chevron, deuxi?me compagnie p?troli?re US, les g?ants de la finance comme Barclays et Deutsche Bank, sont conduites par deux soci?t?s appartenant ? Erik Prince, fondateur de Blackwater en 1997 et actionnaire majoritaire?: Total Intelligence Solutions et Terrorism Research Center, dont les fonctionnaires et administrateurs ont en commun Blackwater. Directeur de Total Intelligence et homme de la CIA connu pour sa brutalit?, Cofer Black ?tait entr? en contact avec Monsanto en 2008 pour espionner et infiltrer les organisations de militants des droits des animaux et des anti-OGM.

L?actualit? am?ricaine li?e aux ?lections s?natoriales incite ? un petit arr?rt sur la personnalit? d?Erik Prince. N? en 1969 ? Holland dans le Michigan, au sein d?une famille tr?s fortun?e, Erik Prince passe notamment par le tr?s conservateur Hillsdale College, fait campagne pour la candidature pr?sidentielle de Pat Buchanan, concurrent de droite de George Bush p?re, et int?gre le Family Research Council de Gary Bauer, mouvement ultra conservateur d?di? ?aux valeurs de la famille?.

Erik Prince fait partie du Conseil secret de la politique nationale, club tr?s ferm? d?une centaine de conservateurs industriels, hauts fonctionnaires ou personnalit?s des m?dias. Fondamentaliste affirm?, il est tout naturellement un ferme soutien du Parti r?publicain. L?une de ses soeurs a ?t? secr?taire g?n?rale de sa section locale du Michigan ? deux reprises, et son ?poux n?est autre que le PDG d?Amway Dick DeVos, personnalit? r?publicaine et fils du tr?s riche Richard Devos dont Forbes chiffrait en 2007 la fortune ? 2,4 milliards USD. Dans un tel contexte, on a comme une petite id?e des contre-pouvoirs en action aux Etats-Unis. E. L.

Article publi? dans le num?ro 160 Golias Hebdo semaine du 25 novembre au 1er d?cembre 2010


R?volution verte la couleur du dollar

?R?volution verte?, verte comme la couleur du dollar, remonte ? f?vrier 1945 au Mexique, lorsque la conf?rence panam?ricaine de Chapultepec d?finit les nouvelles bases de l?ordre mondial et met en place l?h?g?monie ?conomique des USA. Poste avanc? de l?empire US, la Fondation Rockfeller installe au Mexique un centre de recherche agronomique et d?veloppe des vari?t?s ?am?lior?es? de c?r?ales avec l?aide de Henry A. Wallace, fondateur de Pioneer Hi-Bred Seed Company, premi?re entreprise mondiale de semences de ma?s F1 (rachet?e ensuite par DuPont, g?ant de la chimie). Wallace a ?t? ?galement ministre de l?Agriculture de 1933 ? 1940 et vice-pr?sident des USA en 1940.

La r?volution verte a ?t? vendue ? l?opinion publique comme la solution pour r?soudre les probl?mes de la faim dans le monde, ? commencer pour les pays test, Mexique, Inde, Philippines… Comme l?ont d?montr? par la suite les analyses ?conomiques et politiques, la ?R?volution verte? n?a ?t? rien d?autre qu?une op?ration marketing permettant de d?velopper une activit? mondiale d?agrobusiness qui permettrait ? Rockfeller de d?tenir une position de monopole comme l?avait fait dans l?industrie p?troli?re US le grand-p?re Rockfeller.

Si l?ann?e 1961 voit le triomphe de l??lite globaliste dans son r?ve de contr?ler l?alimentation des peuples, une voix discordante se fait entendre. Deux ans avant son assassinat (1963), John Kennedy commence ? remettre en question la dictature des cartels de l?agrochimie. Sans doute influenc? par l?ouvrage de Rachel Carson, Printemps silencieux, qui a sensibilis? l?opinion am?ricaine aux probl?mes environnementaux.

E. L.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCXCV) : la situation pendant le Covid19

La pandémie a changé les choses, y compris chez les trafiquants qui se sont vite ...

13 Commentaire

  1. avatar

    C’est d’un danger extrême et j’ai déjà traité le sujet ici il y a 3 ans. Le bunker existe déjà….

    http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/le-tombeau-de-bill-gates-au-33108

  2. avatar

    Cher Éditeur, voyez donc à ce que ce personnage troublé soit soigné, ou… Faites-en ce que vous voulez, mais nettement ici, sans négation possible, Vilistia et ses amis imaginaires ont trollé ce billet.

    Sinon, sur le billet, c’est affreux. Je souhaite un cancer généralisé à Gates et ses amis. Puisse t-il sinon, attraper une ces tumeurs malignes, ainsi que tous les actionnaires de Monsanto, trop nombreux pour les citer, et puis merde! Je les cite!

    «Le grand chut!

    Pourquoi les médias institutionnels taisent ce gigantesque crime au point d’en faire le plus grand oubli à cheval sur deux siècles ?

    A la barre des accusés au procès de New York: Dow Chemical, Monsanto Company, Monsanto Chemical Co., Hercules Inc., Occidental Chemical Corporation, Thompson Hayward Chemical Co., Harcros Chemicals Inc, Uniroyal Chemical Co. Inc., Uniroyal Inc., Uniroyal Chemical Holding Company, Uniroyal Chemical Acquisition Corporation, C.D.U. Holding Inc., Diamond Shamrock Agricultural Chemicals Inc., Diamond Shamrock Chemical Company, Diamond Shamrock Refining And Marketing Company, Occidental Electrochemicals Corporation, Hooker Chemical Corporation, Hooker Chemical Far East Corporation, Hooker Chemicals & Plastics Corp., Chemical Land Holdings Inc., T-H Agriculture & Nutrition Co., Thompson Chemical Corporation, Riverdale Chemical Company, Pharmacia Corporation, Maxus Energy Corp., Diamond Alkali Company, Ansul Incorporated, Hoffman-Taff Chemical Inc., Elementis Chemicals Inc., United States Rubber Company Inc., Syntex Agribusiness Inc., ABC Chemical Companies 1-50, Syntex Laboratories Inc., Valero Energy Corporation… entre autres.

    Ces compagnies et sociétés sont accusés d’avoir fabriqué les produits de la plus grande guerre chimique de toute l’histoire de l’humanité menée par l’armée des Etats-Unis d’Amérique sur le Vietnam. Les victimes sont des millions et des millions. Après trois générations, certaines naissent encore avec deux têtes, sans cerveau, sans yeux, sans bras ni jambes, avec des organes externes, quand ce n’est pas avec les parties génitales au milieu du visage. Et il est quasi impossible d’alerter l’opinion publique internationale sur ce gigantesque écocide à cause du mutisme des médias.

    Et quand, de loin en loin, un média parle de l’Agent Orange, c’est souvent avec le sang froid du scientifique afin d’éviter toute sensiblerie tandis que des centaines de milliers d’enfants crèvent la gueule ouverte !

    D’où vient cette compromission ?

    Tous ces médias vivent grâce à leurs annonceurs. Et qui sont les donneurs d’ordre des publicités sur les chaînes de télévisions, sur les canaux radiophoniques, dans les magazines et les journaux? Banques, Assureurs, Constructeurs d’automobiles, équipementiers, grande distribution, etc., autrement dit ceux qui constituent les transnationales.

    Parmi les accusés au procès de New York, prenons Dow Chemical, premier groupe mondial de chimie qui a 1 site de fabrication en Afrique du Sud, 3 en Allemagne, 2 en Argentine, 1 en Australie, 1 à Barbades, 1 en Belgique, 2 aux Bermudes, 5 aux Brésil, 1 au Chili, 3 en Chine, 2 en Colombie, 2 en Corée du Sud, 2 au Costa Rica, 3 en Espagne, 1 aux USA, 4 en France, 2 dans l’Ile de Guernesey, 5 à Hong-Kong, 2 à l’Ile Maurice, 4 aux Iles Caïmans, 2 aux Iles Vierges Américaines, 1 aux Iles Vierges Britanniques, 1 en Indonésie, 3 en Irlande, 4 en Italie, 2 au Japon, 6 à Jersey, 1 en Malaisie, 2 au Mexique, 4 au Panama, 1 au Paraguay, 2 aux Pays-Bas, 1 au Portugal, 3 au Royaume-Uni, 1 en Russie, 3 à Singapour, 1 en Suède, 5 en Suisse, 3 en Uruguay et 1 au Venezuela. Hormis quelques rares exceptions, dans presque tous ces pays des entreprises ont été poursuivies pour violations des droits du travail, violations des droits de l’homme et blanchiment de l’argent du crime.

    AXA (France) détient 6,3% du capital de Dow Chemical, Barclays Plc. (Royaume-Uni) détient 3,10%, Capital Research & Management Inc. (USA) détient 9,5%, Citigroup Inc. (USA) détient 1,9%, Dodge & Cox (USA) détient 3,9%, Mellon Financial Corp. (USA) détient 1,4%, Morgan Stanley (USA) détient 1,6%, State Street Corp. (USA) détient 4,3%, Vanguard Group Inc. (USA) détient 1,6%, Wellington Management Co. (USA) détient 2,5%, pour faire court.

    Parmi ceux qui détiennent une part du capital de Dow Chemical, prenons pour exemple AXA (France) qui détient 6,3% et qui est, en 2006, le deuxième assureur mondial par la capitalisation boursière. AXA n’est actionnaire de sa propre entreprise que pour 1,18%. Par contre, BNP Parisbas détient 3,73% d’AXA, Citigroup Inc (USA) 0,3%, employés 5,06%, Lazard LLC (France) 0,4%, et ainsi de suite.

    Mais AXA possède des filiales, par ordre alphabétique : A) ACE Ltd. (Bermudes) 6,10%, ADM (Archer Daniels Midland Co.) (USA) 1,8%, AEP (American Electric Power) (USA) 8,7%, Aetna Inc. (USA) 9,5%, AIG (American International Group) (USA) 2,72%, Air Liquide (France) 0,5%, Alliance Capital Management Holding LP (USA) 51%, Alliant Energy Corp (USA) 1,4%, Alliant Techsystems (USA) 6,5%, Allstate Corp (USA) 3,5%, Altran Technologies (France) 5,11%, Altria ex-Philip Morris Co (USA) 2,6%, Amazon.com Inc (USA) 1,24%, Ameron Corp (USA) 4%, AmSouth Bancorp (USA) 1,4% Anheuser-Busch Cos.Inc. (USA) 2,2%, Anthem Insurance Co (USA) 2,8%, Applera (USA) 5,2%, Applied Materials Inc (USA) 1,8%, Applied Micro (USA) 5,5%, Arrow Electrics Circuits Inc (USA) 12,8% Ashland Inc (USA) 9,5%, AT&T comcast Corp (USA) 8,1%, Autoliv (Suède) 4,7%, AutoNation Inc (USA) 1,62%, Avaya Inc (USA) 1,85%, Avon products Inc. (USA) 8,2%, AXA (France) 1,18%. B) Baker Hughes Inc (USA 2,9%, Bank of America Corp (USA) 2,98%… par compassion pour le lecteur, compte-tenu que nous ne sommes qu’au début de la lettre B et que c’est ainsi jusqu’à Z, j’arrête là. Et chaque filiale de cette myriade en fait tout autant sur toute la planète.

    Sans compter qu’AXA a 1 siège en Autriche, 1 aux Emirats Arabes Unis, 1 aux USA, 2 en France, 1 à Hong-Kong, 5 en Inde, 1 en Irlande, 1 au Liban, 1 en Lituanie, 1 au Luxembourg, 1 à Madère, 1 en Malaisie, 1 au Maroc, 1 à Monaco, 1 aux Philippines, 2 à Singapour, 3 en Suisse, 1 à Taiwan et 1 en Uruguay. Et toutes ses filiales sont essaimées pareillement.

    Ce petit exemple simplifié d’une des nombreuses sociétés ou compagnies accusées au procès de New York, Dow Chemical, avec une rapide présentation d’un seul de ses actionnaires, laisse entrevoir à quel point les victimes vietnamiennes de l’Agent Orange sont ficelées par la nébuleuse financière qui interfère dans tous les compartiments de l’économie planétaire. De la même manière, l’information de masse vivant de la publicité est sponsorisée par la dictature de la consommation produite par ces transnationales. Les médias s’autocensurent car il n’est pas un objet ou un service de consommation courante ou exceptionnelle qui ne soit pas issu de près ou de loin de ces transnationales. Les médias muselés par la mécanique qui les fait vivre ne peuvent plus informer.

    Naturellement, à l’époque de la fabrication des Agents Blanc, Bleu, Vert, Rose, Pourpre et Orange, ces sociétés et compagnies n’étaient pas imbriquées comme elles le sont aujourd’hui. Mais lorsqu’on prend des parts dans une entreprise et qu’on en attend les avantages et surtout les dividendes, on doit aussi en assumer les responsabilités et les dettes.

    Si les victimes de l’Agent Orange venaient à bénéficier d’un large soutien de l’opinion publique internationale et à obtenir une indemnisation, toutes ces sociétés et compagnies seraient touchées financièrement, directement ou indirectement: chut !»

  3. avatar

    Bonjour à tous,

    En tant qu’éditeur suppléant le temps que Pierre JC Allard nous revienne, je me dois d’intervenir dans ce filet de commentaires absolument délirants et cela ne va nul part.

    Voici mes observations:

    Momo n’a presque rien dit, seulement qu’une phrase ou deux au tout départ et Vilistia lui a tombé directement sur la tomate en style règlement de compte sans aucune justification.

    Shawford n’a absolument rien apporté de valable se rattachant à cet article, tous ses commentaires sont hors-sujets et donc complètement inutiles.

    Le seul qui a vraiment apporté quoique ce soit à la conversation est Sylvain Guillemette. Merci Sylvain.

    ————————————————

    Mes suggestions, vous me direz ce que vous en pensez:

    1- Pour le respect de tous les lecteurs, seuls les commentaires reliés à cet article seront retenus.

    2- On explique à tous les intervenants ici que ce type de commentaire/trollage ne sera pas toléré sur CP, un point, c’est tout. Premier avertissement. Au troisième, le compte du fauteur sera mis en quarantaine pour détoxification.

    3- Cessez de courir sous la jupe de l’éditeur, nous sommes des adultes, agissons comme tel. Discutons intelligemment et par rapport au sujet de l’article. Que nous soyons d’accord ou pas, deux attitudes sont propices et bénéfiques pour tous: courtoisie et respect. On peut se taquiner gentiment, mais basta les insultes et les appels à la pendaison par l’éditeur!

    Nous essayons de créer le meilleur espace d’échange avec une atmosphère propice pour tous pour poursuivre notre cheminement de réflexion.

    Un jeu doit comporter des règles et un but. Les règles sont claires pour tous et ne sont pas compliquées. Le but est de grandir et partager ensemble. Soyons un exemple pour les enfants, imaginez-les nous voir aller et se battre comme des imbéciles! Est-ce vraiment l’image que nous voulons projeter? Agissons de façon appropriée et intègre.

    Je laisse donc 24 heures passer pour recueillir vos commentaires et réactions, ensuite de quoi je passerai à l’action.

    Mes plus sincères et cordiales salutations à tous,

    François Marginean

    • avatar

      Bonjour Shawford,

      Si vous tenez à préserver votre anonymat et indépendance d’une autre identité, c’est votre droit et je le défendrai. Ce que je vous demande en échange est de repartir les comptes à zéro et d’oublier le passé. Je ne laisserai pas aller aucune autre dérive d’un côté comme de l’autre. N’y revenons plus. Mais engagez-vous à nous laisser des commentaires pertinents relatifs aux billets.

      Si vous avez des comptes à régler, soyez assez gentleman et échangez-vous vos courriels pour débattre en privé ou allez discuter sur l’Île du Diable (http://www.centpapiers.com/?Forums=10).

      Sommes-nous d’accord?

      Cordialement,

      François Marginean

    • avatar

      Si vous tenez cette ligne de conduite exemplaire, vous n’aurez même pas besoin de me demander quoique ce soit, je m’en chargerai. Je ne peux sanctionner pour ce qui s’est produit dans le passé, alors que je n’étais pas responsable du site, vous comprendrez cette évidence naturelle et logique, pardonnez-moi.

      Soyez certain d’une chose, cependant, c’est qu’il faut toujours être responsable de ses choix. J’ai choisi d’assumer ma véritable identité sur le web. Ceux qui désirent opérer sous un prête-nom, doivent aussi s’assumer. Cela fini toujours inévitablement par soulever des questionnements et des doutes quant à l’identité réelle de la personne. Je respecte ce choix, mais il faut aussi accepter ce choix pour ceux qui le font.

      Mais je assure que le temps que je serai là, aucune allusion à ce que vous mentionnez et autres trucs du genre ne sera toléré. Voilà tout.

      Je vous souhaite maintenant une superbe journée et bonne lecture sur CentPapiers!

      François Marginean

    • avatar

      Merci pour votre réaction.

      Je suggère que chacun se comporte de façon digne et exemplaire, avec la bonne attitude. C’Est votre responsabilité. Laissez parler les trolls sans y réagir, je m’occupe, ça, c’est ma responsabilité.

      Ici, c’est CentPapiers. Je n’ai sincèrement rien à foutre de ce qui se passe sur Agoravox entre qui que ce soit.

      Vous nous avez habitué de vos bons commentaires intéressants, continuez de la sorte et ne vous abaissez pas en qualité pour embarquer dans le jeu des trolls. Les trolls, j’en mange pour déjeuner, ça ne me fait pas très peur!

    • avatar

      1- Parfaitement d’accord!

      2- Parfaitement d’accord!

      3- Parfaitement d’accord, […]

      (Ha ha! En attendant je regarde cet imbécile de Deltell, nostalgique du duplessisme au Québec. Quelle nullité. «Démagogie» dit-il…, parlant de Charest, lui qui propose les démagogies ADQ/Équipe Deltell… Ouf, le Québec des fois… Quand je disais que la bêtise pouvait mener quiconque au pouvoir…, l’ADQ qui grimpe dans les sondages…)

    • avatar

      Merci pour votre consentement, Sylvain. Tout ira bien alors.

      Seulement qu’une chose, je dois être très rigoureux dans ma démarche et je dois vous signaler que votre commentaire, pour respecter ce sur quoi nous venons tout juste de nous entendre, aurait dû s’arrêter immédiatement après la virgule de votre troisième « Parfaitement d’accord, » sans nommer qui que ce soit et en ne faisant allusion à personne et leur identité.

      Êtes-vous d’accord pour que j’essuie cette partie qui porte préjudice à l’armistice de paix et l’entente de tous ici? Si vous êtes d’accord, vous allez voir que la paix va régner ici et que les doubles personnalités, s’il y en a, n’auront plus aucune raison d’être. Ces jeux ne servent à rien dans le contexte où tout le monde se comporte honorablement, comme je l’ai proposé, et que l’éditeur agit en conséquence pour couper les grandes gueules qui divaguent et son hors-sujet.

      Me faites-vous confiance?

    • avatar

      Oui. Allez-y.

      Mais cela vaut également donc, pour les «philippe David» qui se permettent sans cesse, de m’accuser à maintes reprises de soutenir, ou d’avoir soutenu le stalinisme. Je l’ai condamné maintes fois déjà, et le condamnerai toujours. Alors lui et ses vidéos chocs du stalinisme et du polpotisme, je pourrais bourrer le site des vidéos de wikileaks où ses chummys capitalistes tuent des tonnes de «p’tites familles toutes cutes»… OGRISH dans le temps, m’avait fourni beaucoup de matériel!

    • avatar

      Merci pour votre accord.

      En ce qui concerne le reste, en fait, je parlais de nommer des gens spécifiquement et de parler d’invention de personnalité multiple, de remettre en question l’identité des intervenants ici.

      Pour ce qui est de Philippe David, je pense que vous avez couru après, à la lumière du nombre de commentaires vous lui avez laissé sous ses textes, commentaires qui n’étaient vraiment pas mieux que ce dont il vous accuse, soyez honnête! Le meilleur conseil que je peux vous donner, c’est de faire un pacte de paix avec lui et fumer le calumet de paix. Vous pourriez recommencer à discuter respectueusement, oublier le passé et faire passer votre niveau d’échange et de partage à un niveau supérieur. Je suis certain que nous avons tous à apprendre de vos échanges. Mais vous êtes responsable, autant que lui, pour l’état de votre relation ensemble.

      Je ne puis que souhaiter le courage d’essayer. Philippe sera surement content de faire baisser le ton entre vous deux et d’échanger calmement sans se lancer des noms de toute sorte.

      Si vous cesser de le traquer de le harceler sous ses textes et ailleurs, je me chargerai d’être le négociateur de paix entre vous deux si voulez. Je suis certain qu’une bonne entente peut être atteinte dans les plus bref délais. Il s’agit de ne pas tomber dans le piège de « c’est lui qui a commencé », etc et le tour est joué. (B)

      Qu’en dites-vous?

    • avatar

      Belle idée François, et je ne peux pas vous en vouloir. Mais je ne crois pas que ce soit possible, nous avons tous les deux des intérêts forts différents à cœur et je ne crois pas qu’on puisse s’en soustraire, ni un, ni l’autre.

      Je dis défendre les intérêts des travailleurs salariés, il dit défendre ceux des patrons salariant.

      Déjà, c’est mal barré. Nous sommes des opposants historiques et cela ne cessera qu’à l’abolition du salariat, car il n’aura plus d’intérêt à défendre.

      L’idée est belle, et avec certains capitalistes, j’ai eu de bons débats, sans même y glisser une seule insulte. Mais rappelez-vous, et allez voir les archives pour décerner mes premiers commentaires à son endroit, vous verrez bien qu’il m’a accolé, illico presto, avant même que je ne pense l’insulter, des régimes du passé, dont celui de Staline, de Pol-Pot ou même celui de Mao. Il a collé ses vidéos sur ces régimes, que je n’ai pourtant jamais défendus, même au contraire. Moi, je n’ai pas sorti de statistiques du stalinisme, lui m’en a sorti du pinochisme.

      Alors, certes, pour un changement de ton, mais cela n’ira pas à sens unique. Et tant qu’il m’étiquettera de cette clique d’imposteurs que sont les stalinistes et les maoïstes, j’en ferai autant à son endroit, en décernant chaque moment de son ignorance historique ou autre.

      N’aviez-vous pas vu, par exemple, qu’il affirmait que Cuba n’avait jamais été bombardée? Il se fiche de l’histoire comme il se fiche des moins nantis.

      Qu’importe, je ferai un effort sur le ton, mais non sur le fond. Il défend bel et bien les parasites de ce monde et je ne considère pas là, les entrepreneurs comme des parasites, mais strictement ceux qui font des profits sur le labeur, les besoins ou les maux d’autrui. Et les solutions proposées par cette «nouvelle secte», déguisée pour la cause, ne sont en rien une solution au partage des richesses, qui n’existe point dans leur modèle idéal.

      Je ne serai jamais capitaliste, je n’aboutirai jamais à l’acceptation de l’exploitation des hommes par les hommes. Lui, oui. Alors nous n’avons, en tant qu’êtres humains, que notre humanité en commun.

      Le calumet de paix dites-vous, François? Mais nous sommes en guerre en ce moment même, l’un comme l’autre, l’un contre l’autre. C’est de bonne guerre à vrai dire, sauf les insultes inutiles de part et d’autre, je vous le concède.

      Avec vous, j’en fumerais un! Nous parlerions des changements climatiques! 😛

  4. avatar

    Voilà, le 24h étant écoulé, et avec l’accord de tous, le ménage a été effectué ici pour le bénéfice de tous les lecteurs de CentPapiers qui pourront s’y retrouver et s’enrichir des commentaires pertinents relatifs au texte présenté.

    Je vous remercie pour votre collaboration.

    Cordialement,

    François Marginean