Accueil / A C T U A L I T É / Le maillon faible : La crise arabe
Maillon

Le maillon faible : La crise arabe

Ode ? la d?magogie ??d?mocratique??

La r?pression des r?voltes spontan?es aussi bien que des insurrections patent?es est terrible, les morts sont nombreux et les bless?s encore davantage, comme il sied dans ces pays ??barbares?? n?o-colonis?s qui doivent ?tre m?t?s par le fer et par le feu, disait l??thylique Churchill (le m?me individu qui a proclam? que la d?mocratie ?tait le pire des syst?mes ? l?exception de tous les autres). Cependant ce n?est pas le nombre de martyrs et de victimes collat?rales qui d?termine le caract?re r?volutionnaire d?un soul?vement populaire. (1)

Cette premi?re phase de r?volte de la rue arabe est pourtant absolument incontournable, voire indispensable, pour qui aspire ? ce qu?une deuxi?me vague de r?volte s?amorce enfin et au plus t?t. Il faut que le ressentiment instinctif et la col?re r?prim?e s?expriment et projettent leurs vagues d?illusions jusque sur les murs de la r?pression o? elles se ?fracassent, d?chir?es par les armes des portefaix et des militaires charg?s de maintenir le pouvoir des riches thurif?raires de l?imp?rialisme, et aussi le pouvoir des puissants qui en sous-main tirent les ficelles de ces polichinelles tenant lieu de chefs d??tat, ces rois fain?ants, ces sultans d?cadents et ces pr?sidents tyrans. (2) Elle est en marche cette deuxi?me ?tape de la r?volte arabe, elle ?clate par intermittence ? Tunis, ? Amman, au Caire, ? Sanaa, ? Alger et ? Rabat sans que les m?dias occidentaux n?en fassent ?tat. Elle ressurgira ? la face du monde dans un mois ou dans un an, car bien peu des exigences l?gitimes des insurg?s n?auront ?t? rencontr?es.

Hillary Clinton, la premi?re, aura lanc? un leurre devant les yeux du pur-sang arabe hennissant, et toute la presse ? la solde a repris cette billeves?e perfide?: ??Nous soutenons l?aspiration des peuples arabes ? la d?mocratie ?. Ils ch?maient, ils ployaient sous le joug, ils ?taient affam?s, emprisonn?s injustement, battus, tortur?s, entass?s dans des cars clinquants qui les transportaient dans la poussi?re vers leur mis?re, sans aide et sans soins m?dicaux. Pendant que leurs ressources naturelles, brad?es, sortaient de leurs pays ? vil prix, ils importaient au prix fort tout le n?cessaire pour survivre, l?inflation rongeait leur maigre salaire, le coton ?gyptien pourrissait sur les quais d?class? par le coton am?ricain subventionn?; les paysans d?s?uvr?s venaient s?agglutiner dans les villes surpeupl?es alors qu?on am?nageait leurs champs pour transformer la nourriture en carburant et que la crise ?conomique les frappait de plein fouet. Ils se sont r?volt?s contre cette ??fatalit?, et la Secr?taire d??tat Hillary, avec le plus grand m?pris, leur a propos? de voter pour un plus grand nombre de ces satrapes d?voy?s (car dans quelques pays arabes on votait d?j? pour une liste restreinte de ces candidats ? la dictature).

Les illumin?s, les r?volt?s, les exploit?s, les ali?n?s ont tous pu constater au cours de cette premi?re phase de la r?volte (novembre 2010- mars 2011), au cours de ce premier round de la guerre des classes, les limites de ces revendications ?conomiques pour le pain et le sel, pour le travail et l??quit?. Les poss?dants leur ont jet? quelques ploutocrates ? ??d?mettre??, ils leur ont accord? chichement quelques augmentations de salaires; ils ont r?duit les prix des denr?es de premi?re n?cessit? et diminu? la valeur de l?argent pour les acheter, ils ont promis des ?lections par lesquelles ces bons peuples pourront, ? l?exemple des populaces du Nord, choisir l??tat-major ?tatique de la classe dominante qui dirigera les destin?es de chaque nation ??d?mocratique?? arabe. Enfin, la ??libert? de choisir son garde-chiourme frappe aux portes des pays arabes ??modernis?s et d?mocratis?s??!

??Vos R?volutions victorieuses sont termin?es?: rentrez chez vous, il n?y a plus rien ? voir??, leur a-t-on fait accroire, puisque dor?navant il y aura dix, vingt ou trente candidats aspirant ? s?emparer du pouvoir, dociles ? rendre compte du bradage des ressources nationales au Pr?sident Obama et ? ses acolytes. Pour ce qui est des hausses de salaires, elles seront temporaires; attendez que le FMI soit pass? par ici une fois le calme r?tabli. Ne restent que le royaume d?Arabie et quelques ?mirats ? ne pas b?n?ficier de cette immense jouissance o? pataugent ceux du Nord depuis leur enfance, sous le ch?mage, l?inflation, la d?flation, la succession des crises ?conomiques, les guerres sporadiques, l?ins?curit? des villes, la d?g?n?rescence morale, la pollution, la drogue et la prostitution, le suicide des adolescents, les soupes populaires et la mis?re.

Peuples arabes, bienvenue dans la civilisation occidentale! Vous en aviez r?v?, ce sera pire que ce que vous pensiez. Vous ?tes pass?s en quelques mois de la mis?re n?o-coloniale ? la mansu?tude post-coloniale. Il vous faut d?s ? pr?sent pr?parer la deuxi?me ?tape de votre r?volte g?n?ralis?e pour qu?elle donne lieu ? de v?ritables r?volutions, c?est-?-dire ? des transformations radicales de vos soci?t?s par la prise entre vos mains de tout le pouvoir d??tat, ce qui constitue la vraie d?mocratie.

Dignit? bafou?e

Et que dire de ce cancer imp?rialiste de souche europ?enne, implant? au c?ur de la vie, au Levant d?une M?diterran?e souill?e par la pollution de ces colonisateurs industriels avides, arrogants et g?nocidaires! Cette ??colonie colonisatrice?? incrust?e tout pr?s du canal de Suez, entre le Golan syrien et les montagnes du Liban farouche, cette entit? sioniste plant?e entre la mer qu?elle a asphyxi?e et Gaza la ville martyre indomptable. Cette plaie sioniste th?ocratique, terroriste, qui se complait ? humilier tous les peuples arabes!

Depuis que l?imp?rialisme a d?coup? l?ensemble de la plan?te en zones d?exploitation et de concurrence qu?il se repartage et redistribue selon les puissances montantes ou d?clinantes du moment (Grande-Bretagne, France, Italie, Allemagne, Japon, puis ?tats-Unis, Russie, Chine, etc.), toute r?volte populaire, toute r?sistance nationale authentique, est partie int?grante de la grande lutte anti-imp?rialiste mondiale. ? titre d?exemple, quand le peuple palestinien arabe r?siste au sionisme et tente de lib?rer toute sa terre occup?e depuis 1948 par le colonisateur imp?rialiste isra?lien, il en vient tr?s vite ? lutter contre ?la puissance de tutelle d?Isra?l, les USA. Les collaborateurs de l?Autorit? de Ramallah le savent bien, ceux-l? m?me qui qu?mandent ? la puissance de tutelle de calmer les app?tits de son prot?g? et de le contraindre ? accepter la constitution d?un bantoustan ? administrer par eux, les derniers suppl?tifs ? ne pas b?n?ficier d?une zone de gestion partag?e. Tous les autres pions arabes ont d?j? re?u leur tribut et se sont vu attribuer une r?serve ? administrer; Mahmoud Abbas et sa coterie croient qu?ils y ont droit eux aussi. (3)

Le maillon faible

Pourquoi cette premi?re vague de soul?vements spontan?s, g?n?ralis?s ? travers l?Afrique du nord et le Proche-Orient arabis? ? Qu?est-ce qui explique que tous ces peuples qui forment la grande nation arabe, de la fronti?re iranienne aux rives de l?Atlantique, protestent, s?agitent et se soul?vent ? tour de r?le, parfois les armes ? la main, le plus souvent le poing nu lev? au ciel pour r?clamer justice et ?quit?, honneur et dignit?,? travail et nourriture ? Les vicissitudes ?de la crise ?conomique et financi?re occidentale (2008), qui ont frapp? tous ces pays expliqueraient-elles, ? elles seules, ces soul?vements? Mais toutes les populations du globe n?ont-elles pas ?t? frapp?es par la crise sans pourtant toujours se r?volter de la sorte? Alors pourquoi ce tropisme arabe ?

Examinons de plus pr?s la conjoncture politique, sociale, culturelle et id?ologique particuli?re ? ce ventre mou de l?imp?rialisme pour y trouver l?explication de ces insurrections ? r?p?tition qui ont pris l?allure d?une tra?n?e de poudre sillonnant les d?serts p?trolif?res. Tentons de comprendre les raisons de cette r?volte soudaine et in?vitable sur cette terre qu?on aurait tort de r?duire ? un d?sert. Pourquoi donc le monde arabe se pr?sente-t-il comme le maillon faible de la cha?ne imp?rialiste ?

Le monde arabe est constitu? d?une vingtaine de pays souverains mais pas ind?pendants (4), r?partis sur 13 millions de km carr?s s??talant de l?Oc?an Atlantique ? la fronti?re de l?Iran. Il compte 313? millions d?habitants de religion musulmane (90%), de langue et de culture arabe.? Le produit int?rieur brut ?annuel moyen par habitant s??chelonne de 1000 $ en Palestine ? 76?000 $ au Qatar – ils sont des centaines de milliers ? survivre avec 2 $ par jour en Palestine occup?e.

??La population des dix-neuf pays du Maghreb et du Moyen-Orient a presque tripl? au cours des quarante derni?res ann?es (1970-2010) pour passer de 112 ? 313?millions d?habitants (+ 180?%). Mais, au cours des quarante ?prochaines ann?es (2010-2050), elle va augmenter seulement de 62?%, soit trois fois moins vite. Ce simple constat signifie que la transition d?mographique est en marche dans l?une des r?gions les plus complexes du monde sur les plans politique, culturel, religieux, s?curitaire? et ?nerg?tique. Cette r?gion, m?me si elle n?est pas homog?ne, abritera 6?% seulement de la population mondiale en 2050, contre 5?% actuellement et 3?% en 1970. Aujourd?hui, dans un monde qui a soif d??nergie, elle ?contr?le, selon la compagnie British Petroleum, respectivement 55?% et 30?% des r?serves mondiales de p?trole brut et de gaz naturel.??? (5)

L?ensemble du monde arabe est pass? au cours des cinquante derni?res ann?es de la semi-f?odalit? au capitalisme, de l?artisanat ? l?industrie et de l?agriculture de subsistance ? l?agriculture industrielle. Au cours du dernier demi-si?cle la population arabe, avec quelques ?carts d?un pays ? un autre, a migr? de la campagne ? la ville et du souk au supermarch?; de l?analphab?tisme g?n?ralis? ? l?universit?; de l?organisation tribale ? la technocratie bureaucratique. Au cours de ces quelques d?cennies, le monde arabe a connu un taux de natalit? en recul; il est pass? de la famille patriarcale clanique ? la famille nucl?aire ?clat?e; de pratiques religieuses de type m?di?val ? une diminution lente mais r?elle des pratiques religieuses (les r?miniscences des courants islamistes ne doivent pas faire illusion, elles pourraient bien n??tre que les barouds d?honneur d?une sph?re religieuse en d?liquescence).

Au cours de cette br?ve p?riode, l?ensemble du monde arabe est pass? d?une pyramide des ?ges normale ? un ?vasement pyramidal foudroyant (35 % de la population arabe a moins de 15 ans). Imaginons ce que ce rajeunissement prodigieux des couches populaires comporte de potentiellement r?volutionnaire quand des millions d?adolescents et d?adolescentes se pr?cipiteront tous ensemble sur un march? du travail exsangue.

Le bradage ?hont?, rapide et sans retour de la plus importante ressource naturelle non renouvelable de la r?gion (p?trole et gaz naturel); la mise en coupe serr?e des ?conomies nationales arabes; l?endettement s?v?re de la plupart des pays de la zone; la d?pendance de chacun de ces pays ? l??gard de biens de consommation produits et achet?s ? grand frais ? l??tranger; l?inflation qui d?coule de cette d?pendance des approvisionnements en produits manufactur?s; la destruction de l?agriculture nationale par la concurrence ext?rieure; la fuite des capitaux de la rente p?troli?re vers les march?s boursiers sp?culatifs o? ils sont dilapid?s dans chacune des crises mon?taires qui frappent le monde imp?rialiste (lors de la crise de 2008 les princes arabes ont perdu sans sourciller 150 milliards de dollars); la paup?risation de couches enti?res de paysans, de petit- bourgeois et de travailleurs; la spoliation des ressources de l??tat par les castes dirigeantes indignes qui dissimulent leurs tr?sors dans les paradis fiscaux sans imp?ts. Cette conjoncture de crise fait du monde arabe un foyer in?vitable de r?volte, le maillon faible de la cha?ne imp?rialiste.

En plus de cette convergence de facteurs ?conomiques, politiques et sociaux, la communaut? religieuse, linguistique et culturelle de ces peuples engendre des rapprochements et suscite des ?changes de renseignements (qu?Internet facilite grandement). Cette communaut? linguistique et culturelle exacerbe le sentiment d?appartenance ? une communaut? de mis?re, d?injustice et d?iniquit?, et facilite la mobilisation des citoyens, tout en favorisant l??mergence d?un vouloir-vivre collectif parmi ces peuples qui aspirent ? mettre fin ? ce sentiment de honte coupable d??tre les t?moins impuissants de cette gabegie.

La premi?re vague de r?volte populaire

Les puissances imp?rialistes occidentales ont eu beau soutenir fermement les r?gimes militaires parasitaires et oppresseurs, le couvercle pos? sur ces jeunes marmites bouillantes de frustration et de d?sespoir sans perspective ne pouvait r?sister plus longtemps. L??tincelle tunisienne a suffi ? mettre le feu ? toute la plaine arabe s?che et am?re. C?est le propre des oppresseurs de tenter de se maintenir ? flot par tous les moyens qu?il faut. Quand une tactique de r?pression ne fonctionne pas les puissances imp?rialistes et leurs suppl?tifs locaux laissent ?chapper un peu de vapeur, et font quelques concessions mineures, le temps d?apaiser la rue en fureur, pour reprendre ensuite le terrain conc?d?. Mais comme rien n?est r?gl?, ni m?me vraiment am?lior?, comme la mis?re et le ch?mage s?accentuent, comme la paup?risation s?acc?l?re, comme la destruction des bases de l??conomie nationale s?approfondit, comme l?humiliation arabe se perp?tue, comme l?entit? colonisatrice maintien son occupation ill?gitime avec la complicit? des tra?tres fratricides locaux, alors les forces r?volutionnaires en ?tat de latence reprennent leur souffle en pr?paration d?un nouvel assaut, d?un deuxi?me soul?vement contre la citadelle des exploiteurs et des spoliateurs. Le sirocco de la r?volte couve dans les d?serts arabes, des confins de l?Alg?rie aux dunes de l?Arabie, sur les massifs du Rif et en Kabylie, et il reviendra balayer les plaines du littoral.

Rapport de force au sein des bourgeoisies nationales arabes

Dans chacun des pays de la communaut? arabe, la grande bourgeoisie nationale est divis?e en deux sections, le segment compradore qui s’enrichit de la braderie des ressources naturelles et le segment ? nationaliste ? qui s’enrichit de l’exploitation de la main-d’oeuvre et du d?veloppement du commerce national. Dans certains pays comme l’?gypte, la Syrie, l’Alg?rie les officiers de l’arm?e forment un contingent coh?rent dans l’un ou l’autre de ces camps oppos?s. Profitant des r?voltes spontan?es des peuples arabes, un segment ou l’autre de la grande bourgeoisie de chacun des pays en profite pour remettre en cause le compromis historique en vigueur entre eux et tenter de s’accaparer l’h?g?monie sur l’appareil d’?tat, source de pouvoir et de capital.

Ainsi, en Syrie et au Liban, o? il n’y a pas de pr?bende p?troli?re ? partager, la situation est rest?e stable et les deux sections de la bourgeoisie sont rest?es sur leurs positions. Au Bahre?n, au Y?men, en Jordanie et en Irak, les sections ? nationalistes ? ont tent? de secouer le joug des sections compradores avec plus ou moins de succ?s jusqu’? pr?sent.

En Arabie Saoudite, aux ?mirats Arabes Unis, au Qatar, ? Oman et au Kowe?t, o? les sections compradores sont puissantes, les sections ? nationalistes ? ne sont pas encore parvenues ? soulever la rue pour ?branler le pouvoir h?g?monique de leurs concurrents.

En ?gypte, o? le colonel Nasser avait donn? le pouvoir ? la section ??nationaliste ?, que Moubarak avait rendu ? la section compradore, l’arm?e a r?ussi ? se r?tablir aux postes de commande de l’?tat et elle pr?pare l’?lection ? d?mocratique ? de son dauphin. Pour cette raison l’arm?e ?gyptienne n’attaquera pas le repr?sentant des clans de l’Ouest libyen bas? ? Tripoli. Il en est de m?me en Tunisie o? le repr?sentant de la bourgeoisie compradore ayant ?t? d?mis, l’arm?e tunisienne n’est pas d’humeur ? porter assistance aux clans royalistes de l’Est libyen.

En Alg?rie, la section compradore ayant d?j? m?t? sa section ??nationaliste ? lors de la guerre civile contre les islamistes au cours des ann?es quatre-vingt dix, cette derni?re regarde ?voluer le mouvement populaire avant de relever la t?te et de remettre en cause la tr?ve alors convenue. L’Alg?rie a suffisamment de difficult?s pour ne pas m?me songer ? une aventure militaire en Libye. Au Maroc, la section ??nationaliste ? de la bourgeoisie nationale devrait probablement ?tre le prochain maillon faible de la cha?ne imp?rialiste afin de repartager les pr?bendes du bradage du phosphate d?rob? en partie au Sahara occidental.

Le r?le de la petite bourgeoisie ??progressiste??

Faute d?orientation et d?organisation r?volutionnaires pour diriger ces r?voltes populaires, on ?peut compter sur les ??bobos?? pour d?sorienter ces peuples, proposer des leurres, transformer un? soul?vement populaire potentiellement r?volutionnaire en une lutte pour l?obtention d?un bulletin de vote en faveur de ??la d?mocratie des riches?? si ch?re ? Hillary Clinton et ? ces bourgeois boh?mes toujours prompts ? vendre leur plume, leur pens?e, leur travail intellectuel aux plus offrants et ? diffuser vilenies, utopies, rumeurs, forfaitures et ??solutions?? bidon. (6)

L?effet de surprise pass?, des ??conspirationnistes ? se sont r?cemment remis ? l??uvre ?pour sugg?rer que tout ce mouvement de r?volte spontan? ne serait qu?une machination imp?rialiste-sioniste visant ? remplacer la vieille garde pr?torienne par une jeune garde modernis?e. Les conflits de g?n?rations expliqueraient les tribulations au sein de l??tat- major des larbins. Ces sp?culations sont sp?cieuses. Les puissances imp?rialistes aiment la stabilit? politique et exigent la s?curit? de leurs investissements. Les r?voltes populaires arabes les ont prises de court, mais sit?t revenues de leur surprise les unit?s militaires d?invasion de l?OTAN se sont mises en ordre de combat et les unit?s d?infiltration anti-insurrection ont pris position.

Les ?l?ments ??conspirationnistes?? font partie de ce floril?ge vou? ? la liquidation des mouvements de r?volte afin qu?ils ne deviennent jamais des mouvements r?volutionnaires. Les rumeurs de conspiration, de manigance et de t?l?guidage des contestations ont fait leur apparition. (7) Ces ??r?v?lations?? visent ? cr?er confusion et suspicion et ? diviser les peuples arabes. Chaque insurg? devrait maintenant se demander si celui qui est ? ses c?t?s n?est pas un agent ?tranger et un manipulateur au service des imp?rialistes am?ricains, isra?liens, fran?ais ou britanniques, ces ??forces invincibles?? qui? dirigent et? contestent l?ordre ?tabli tout ? la fois. Plus de r?volutions possibles ?puisque ??Big Brother?? sait tout et dirige tout, m?me les r?voltes qui visent ? le renverser. Le ??conspirationnisme?? est une tactique visant ? d?sarmer id?ologiquement les peuples arabes et ? saper la solidarit? internationale en faveur des insurg?s. En effet, pourquoi les organisations de solidarit? internationale soutiendraient-elles la cinqui?me colonne de l?imp?rialisme infiltr?e dans ces mouvements de r?volte pr?tendument t?l?guid?s de l??tranger ?

Il existe pourtant une technique toute simple pour d?partager les agents infiltr?s dans les organisations d?insurg?es des r?volutionnaires authentiques, c?est la ligne politique. ? titre d?exemple, quiconque soutient l?invasion militaire ??humanitaire?? de la Libye est un agent conscient ou inconscient des imp?rialistes. Tel? Bernard-Henri Levy qui s?excite ? Benghazi en appelant l?OTAN ? son ??devoir de bombardement humanitaire?? pour massacrer par les bombes ? fragmentation les tribus de Tripolitaine lesquelles jusqu’? pr?sent gobaient les pr?bendes et la rente p?troli?re. L?OTAN souhaite, en effet, ??favoriser les clans royalistes et les tribus de Cyr?na?que qui demandent ? reprendre le contr?le de la rente p?troli?re libyenne. Mais l?OTAN n?a pas encore suffisamment infiltr? ces organisations pour ?tre certaine de leurs orientations. Quoi qu?il en soit, les r?volutionnaires ne font jamais appel aux dieux de la peste imp?rialiste et ? la pseudo communaut? internationale des riches pour mener leur combat; ils ne comptent que sur leur propre force pour renverser les tyrans. (8)

Le monde arabe souffre et pleure son humiliation non m?rit?e. Il fut jadis une tr?s grande civilisation qui voudrait aujourd?hui rena?tre et marquer le monde de son empreinte. Mais pour r?ussir cet exploit, il devra s?organiser, trouver en son sein, au sein de sa classe ouvri?re r?volutionnaire, les leaders, l??nergie et la direction politique capables de mener ? bien son destin. Le lot de la grande nation arabe, scind?e en une vingtaine d?entit?s nationales par les puissances coloniales, n?est pas de rester ? la remorque de l?histoire, sous le joug de rois et de sultans d?g?n?r?s et de pr?sidents tyrans qui la saignent ? blanc.

Elle couve sous la cendre des trahisons r?centes la flamme d?une deuxi?me r?volte arabe.? Cette deuxi?me r?volte sera plus terrible, plus radicale, plus violente et plus sauvagement r?prim?e que la pr?c?dente, car ceux qui ont ?t? mystifi?s par la trahison de clercs indignes auront appris de leur d?ception et seront beaucoup plus difficiles ? berner lors de leur retour sur la sc?ne de l?histoire.

_______________________________________________

(1)? La r?volution avort?e. Robert Bibeau. 17.02.2011. http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23260

(2) La r?volution ?gyptienne. L?arm?e va trancher. Robert Bibeau. 5.02.2011. http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4956

(3)? ?chec consomm? des pourparlers directs. Robert Bibeau. 4.02.2011 http://www.michelcollon.info/Echec-consomme-des-pourparlers.html

(4) Alg?rie, R?publique Arabe Unie (?gypte), Liban. Irak, Syrie, Soudan, Maroc, Mauritanie, Libye, Tunisie, Arabie Saoudite, Y?men. Djibouti, ?mirats Arabes Unis, Kowe?t, Qatar,? Oman, Palestine (incluant Isra?l), Bahre?n et la Jordanie. http://www.cairn.info/revue-population-2005-5-page-611.htm

(5)? D?mographie galopante et d?veloppement ?conomique http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2554p042-043.xml0/ . D?mographie du monde arabe?http://www.ceped.org/documentation/article.php3?id_article=594

(6) Monde arabe les raisons de la r?volte.

http://www.rfi.fr/afrique/20110204-carte-interactive-monde-arabe-raisons-revolte-egypte-

(7)? http://www.presseurop.eu/fr/content/article/522941-la-revolution-qui-venait-de-serbie

(8) Le parricide. Robert Bibeau 3.03.2011.? http://bellaciao.org/fr/spip.php?article114352 http://www.vigile.net/Le-grand-dilemme-americain

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le « Poilu », un violoncelle dans l’enfer de 14-18

Avec ses formes grossières et son bois de piètre qualité, il n’est pas très élégant, ...

5 Commentaire

  1. avatar

    Analyse fort intéressante. Merci

  2. avatar

    J’ai écrit avant même qu’elle ne commence,quand il n’y avait encore que les cameramen de CNN et quelques figurants à l’écran, que cette « grande révolte populaire » contre Khadafi était un pur montage; un travail d’amateur qui pouvait discrediter toute la propagande US.

    J’ai peur de ce qu’on pourra faire pour ne PAS montrer des centaines de milliers de Libyens acclamant l' »horrible dictateur » qui les a enrichis comme aucuns de leurs voisins « démocratiques ».

    On est sorti du simple mensonge ridicule pour entrer dans la farce grotesque. Mais de vrais humains meurent pour ça.

    Pierre JC Allard

  3. avatar
    SylvainGuillemette

    «2/ Les USA recommencent avec la Géorgie.Emmener ce Peuple qui n’a jamais été guerrier à redevenir les dindons de la farce.»

    Espérons alors, que l’avion présidentiel géorgien suive le tracé de celui de la Pologne…

    Moi, je les fête, ces morts qui la méritaient, cette mort.

  4. avatar
    SylvainGuillemette

    Mais j’avais donc vu juste en ce qui concerne ce qui s’est produit en Égypte, et la visite de Lawrence Canon, le ministre des affaires étrangères canadiennes, en ce pays, ne peut que le prouver.

    Il y a félicité le mouvement pro-démocratie, comme si le marionnettiste avait changé. On a coupé les ficelles de la marionnette, mais c’est le même trou de cul qui tient aujourd’hui les ficelles.

    Rappelez-vous.

    L’armée égyptienne a donné quelques jours à 10 personnes «nommées», pour jouer sur des points «précisés» de la constitution. Bref, rien n’y change, tout est pareil, mais quelques prétendus «démocrates» vont y ajouter une virgule ou deux, en autant que cela se fasse en 10 jours… (J’ai participé à des Congrès de Québec-solidaire, et sincèrement, on pourrait y débattre, sainement, de l’emplacement d’une virgule, plusieurs heures, voire plus d’une journée.)

    En gros, le Canada, et les conservateurs, dont Lawrence Canon, ont toujours appuyé Mubarak, même les Ben Ali d’ailleurs. Sur les ondes de Radio-Canada, notre société d’État canadienne, Lawrence Canon s’est fait prendre au jeu, et a avoué à Sébastien Bovet, qu’il appuierait une dictature, si celle-ci pouvait amener la stabilité, un jargon qui veut dire «flux des ressources naturelles, dont le pétrole».

    Ils ont fait comme les autres, ils ont sauté sur l’occasion de changer leurs dictateurs contre des pseudo-démocrates, défendant pour sûr, les mêmes valeurs! Celles de l’OTAN! Et des bourgeois minoritaires et parasitaires par conséquent!

    Bref, hier ou avant-hier, Canon était là, en Égypte, à féliciter le maintien de ses sbires, à féliciter la dictature, à féliciter le maintien de l’OTAN au-dessus des masses populaires de cette région profondément anti-OTAN*.

    *Les manifestations monstres ont clairement démontré je crois, que l’OTAN et ses dictateurs n’étaient plus les bienvenus dans cette région du globe, et j’en suis des plus heureux!

    Qu’importe, nous, ici, au Canada, au Québec entre autre, nous devrons faire notre part pour achever le géant. Démocratiquement, sans doute, commençons par cela.