Accueil / A C T U A L I T É / Le lobby pro-OGM infiltre l?Agence europ?enne de s?curit? alimentaire

Le lobby pro-OGM infiltre l?Agence europ?enne de s?curit? alimentaire

(par NewsOfTomorrow, source?: Coulisses de Bruxelles, UE)

La Commission europ?enne a toujours ?t? l?amie des OGM, comme en t?moignent les? 125?autorisations d?importation accord?es depuis 1998. Mis ? part les six dossiers retir?s par les industriels eux-m?mes, on ne compte absolument aucun refus en douze ans?! Les instances communautaires ?cartent syst?matiquement les objections avanc?es tant par les scientifiques que les autorit?s sanitaires nationales ou les associations de d?fense de l?environnement. La cr?ation, en?2002, de l?Agence europ?enne de s?curit? alimentaire (AESA), au lendemain du scandale de la vache folle, n?a strictement rien chang? ? ce biais favorable aux champions des biotechnologies. Et pour cause?: la Commission a peupl? l?AESA de personnalit?s acquises ? la cause des OGM quand elles ne sont pas directement issues de l?industrie elle-m?me.

Jos? Bov?, eurod?put? vert et vice-pr?sident de la commission agriculture du Parlement europ?en, vient ainsi de lever un beau li?vre?: la pr?sidente du conseil d?administration de l?AESA, la Hongroise Di?na B?n?ti, a dissimul? qu?elle avait ?t? membre du comit? des directeurs de la branche europ?enne de l?International Life Science Institute (Ilsi), le ??lobby de l?agrobusiness??, comme le qualifie Bov?.Satellite Cet organisme pr?tend donner des conseils scientifiques ind?pendants dans tous les domaines agro-alimentaires, alors qu?il ne fait que reprendre ? son compte les donn?es fournies par ses membres, au rang desquels on compte tous les grands des OGM que sont Monsanto, Syngenta, Bayer, BASF,?etc. L?Ilsi s?est par exemple illustr? aux Etats-Unis en fournissant des ?tudes ??scientifiques?? sous-estimant les dangers du tabac, ce qui a conduit la justice am?ricaine ? s?int?resser ? son fonctionnement. A la suite de cette affaire, l?Organisation mondiale de la sant? l?a retir? de sa liste d?organisations ??partenaires??. On retrouve aussi l?Ilsi dans l?affaire du Teflon cr?? par le groupe DuPont?: son ?tude prouvant l?innocuit? de cette mati?re ne reposait sur aucune base s?rieuse?

Nomm?e membre du conseil d?administration en?2006, sur proposition de la Commission et d?cision du Conseil des ministres, Di?na B?n?ti a ?t? ?lue pr?sidente de l?Agence europ?enne de s?curit? alimentaire en?2008, puis r??lue en juillet?cette ann?e. C?est en ?pluchant sa ??d?claration d?int?r?t?? que Jos? Bov? a d?couvert le pot aux roses. Elle avait simplement mentionn? qu?elle avait ?t? ??membre du comit? scientifique de l?Ilsi?? et jur? aux d?put?s europ?ens ??[qu?]elle n?a jamais ?t? approch?e par des lobbyistes??.
Topbanner_left_en efsa ??Un conflit d?int?r?ts scandaleux??, s?emporte Jos? Bov?, qui exige sa ??d?mission imm?diate??. ??J?ai averti la Commission le 14?juillet, j?attends toujours une r?ponse.?? L?ancienne ministre de l?Environnement Corinne Lepage, elle aussi d?put?e europ?enne, est sur la m?me longueur d?ondes?: ??Il est choquant qu?aucun contr?le des d?clarations d?int?r?ts ne soit effectu? par la Commission europ?enne. Si des gens repr?sentent l?industrie, qu?ils se pr?sentent en tant que tel.??

Nous avons joint la semaine derni?re le porte-parole du commissaire ? la sant? et ? la politique des consommateurs, John Dali, qui n?a pas jug? bon de nous r?pondre. Et, aujourd?hui, en salle de presse, il s?est ?vertu? ? minimiser le r?le de B?n?ti qui, ? l??couter, ne s?occupe que de la machine ? caf? et non du fonctionnement de l?agence… Nous avons cherch? ? conna?tre son salaire pour un r?le aussi mineur, mais il nous a renvoy? sur le site internet de l?AESE. Pour lui, il n?y a aucun « conflit d?int?r?ts » qui tienne. Curieusement, pourtant, B?n?ti a modifi?, hier apr?s-midi, sa « d?claration d?int?r?t » afin de pr?ciser son r?le au sein de l?ILSI, reconnaissant ainsi qu?elle avait bien dissimul? un ?l?ment important de sa biographie.

Depuis l?origine, les ?cologistes d?noncent le mode de fonctionnement de l?AESA?: elle ne m?ne aucune ?tude elle-m?me, mais s?appuie sur les dossiers transmis par les industriels ? qui il appartient de d?montrer l?innocuit? de leurs produits. Autre lacune de taille?: aucune ?valuation des risques ? long terme n?est exig?e. Alors que pour les pesticides, les industriels doivent tester leurs substances sur des rats durant deux ans, pour les OGM, trois mois suffisent.

La composition de l?AESA explique sans aucun doute cette coupable inclination. Car Di?na B?n?ti n?est pas un cas isol?. En avril, l?ancienne directrice du d?partement OGM de l?AESA, Suzy Renckens, a ?t? embauch?e par l?agrochimiste Syngenta? L?actuel pr?sident du comit? scientifique OGM de l?agence, le professeur Harry Kuiper, est, par ailleurs, le coordinateur d?Entransfood, un projet soutenu par l?UE visant ? ??favoriser l?introduction des OGM sur le march? europ?en et rendre l?industrie europ?enne comp?titive??. On comprend mieux pourquoi les avis de l?agence sont toujours positifs. Quelles que soient les objections, elle ne change pas d?avis. Ainsi, dans le cas du ma?s MON?810 de Monsanto, la Commission lui a demand? ? trois reprises son avis, des ?tudes r?centes, notamment de l?Institut Pasteur, ayant mis en avant les incertitudes existantes sur les effets ? long terme de cet OGM.?L?AESA n?a pas revu sa copie.

Or, les avis de l?agence sont cruciaux, la Commission s?y rangeant dans tous les cas. Le Conseil des ministres, sur proposition de la France, a demand? ? la Commission de revoir le fonctionnement de l?AESA. C??tait en?2008. On attend encore.

N.B.?: Il s?agit de la version actualis?e d?un papier paru aujourd?hui dans Lib?ration et ?crit avec Julie Majerczak.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLIV) : le chaînon manquant du trafic ou un autre Viktor Bout (N)

L’homme décrit dans l’épisode précédent, Iyad ag Ghali, nous a conduit directement en Algérie, où ...