Accueil / T Y P E S / Articles / Le legs de W. Bush : une d?mocratie d?tourn?e (8)

Le legs de W. Bush : une d?mocratie d?tourn?e (8)

Photo : Flickr cliff1066
Photo : Flickr cliff1066

Chez l?administration Bush, il n?y a pas que la bataille l?gislative. Il y aussi d?autres accusations, qu?il faudra bien arriver ? expliquer, comme cette disparition d?une somme astronomique d?argent au sein du Pentagone, annonc?e l?air de rien en 2002 d?j? par Donald Rumsfeld, qui ?valuait alors la disparition ? 2,3 billions de dollars. C?est?? l??poque 8000 dollars par adulte, femme et enfants am?ricains?! On a du mal ? se figurer ce que repr?sente la somme, alors je vous ai trouv? un site o? l?on peut visualiser ce que repr?sente 1 billion de dollars en coupures de 100. C?est totalement effarant et astronomique, et ?a d?montre, je crois, assez bien jusqu?o? sont all?s les neo-cons, qui obligatoirement pour arriver ? cette somme avaient d?j? d? commencer avant l?arriv?e de W. Bush. Plus on avance dans cette s?rie d?articles et plus on retombe sur ce qu?avait une fois d?nonc? Eisenhower ? la veille de son d?part de la maison blanche?: c?est bien le lobby militaro-industriel qui dirige les USA et non son pr?sident. Un lobby qui s?en est mis plein les poches depuis au moins 4, voire 5 d?cennies, au point de trouer le budget du Pentagone de cet incroyable amoncellement de billets. Et comme pr?vu, dans cette d?nonciation de d?tournement de fonds, nous allons retomber sur des t?tes connues.

Cela commence donc le 10 septembre 2002?: Jim Minnery, charg? des comptes des d?penses de d?fense am?ricaine?(Defense Finance and Accounting Service) annonce la t?te enfarin?e que des milliards ont « disparu ». « We know it?s gone. But we don?t know what they spent it on. » Tout ce qu?il sait, c?est qu?il ne les a plus. Quant ? savoir ce qui en a ?t? fait, c?est une autre histoire. Un site peut gloser et invoquer Proust et une hypoth?tique « recherche des billions perdus » le Pentagone n?a aucune explication ? donner. Surtout le contr?leur des d?penses, Dov Zakheim qui semble bien ?tre l?homme-cl? de ce que tout le pouvoir n?o-con ? pu manigancer ces derni?res ann?es (ou son tr?sorier g?n?ral??).?Nous avons d?j? ?voqu? ailleurs son cas on n?y revient pas. De billion, on est alors pass? au trillion (?« a trillion dollars =$1,000,000,000,000 »).) Zakheim a aussi ?t? l?organisateur de la conf?rence de Madrid en 2003 pour les dons pour la reconstruction de l?Irak.?Des dons dont on ignore la plupart du temps la tra?abilit?… sachant o? en est la « reconstruction »…

On vous en a d?j? racont? un bout, de cette gabegie, avec les avions fous qui ne savent pas d?coller. Vingt-cinq ann?es de d?veloppement pay?es par le contribuable pour un avion dont le record d?altitude a ?t? de 80 cm. Avec un autre candidat, celui-l? recordman toutes cat?gories de la gabegie?: l? Osprey. Qui vole, lui, mais ? quel prix ! Le V-22, la danseuse hors de prix qui n?a pas l?air d?avoir ?chaud? le Pentagone, qui parle d?j? de V-44. Car contrairement ? ce qu?on peu penser, ce n?est pas l?analyse des erreurs pass?es qui semblent dominer dans l?Air Force. Et le F-22, le nouveau chasseur embl?matique, totalement inutile dans une guerre au sol comme le sont l?Irak ou l?Afghanistan, a ?t? ainsi con?u et d?velopp? pendant 20 ans sans que personne au Pentagone ne s??meuve de son incapacit? ? communiquer avec des troupes au sol ou m?me entre appareils (? part la radio de bord, bien s?r, l? nous ?voquons ce qu?on appelle le data-link). Ou sa capacit? ? perdre la boussole lors d?un simple convoyage vers le Japon. Pareil pour l?appareil pr?sidentiel am?ricain. Non, pas le plus connu dont le New York Times vient de nous gratifier de superbes vues int?rieures, non je veux parler du mod?le en dessous, un B-757 comme celui qui s?est emplafonn? le WTC. Une belle histoire que cet engin, r?v?l?e par le superbe magazine anglais « Combat Aircraft ». Dans son num?ro de f?vrier-mars 2009, il revient sur un excellent exemple de l?incurie qui s?vit dans l?Air Force depuis des ann?es. C?est l?histoire du C-32A.

Le C-32A est le doublon plus petit format de l?avion pr?sidentiel. Non pas le quadrir?acteur aper?u au-dessus du Pentagone le 11 septembre ( le c?l?bre E-4 Doomsday Plane), mais un bir?acteur 757-200, comme celui qui est entr? dans le Pentagone, enfin c?est ce que la version officielle pr?tend malgr? la superbe et intacte « Pentalawn » devant. Laissons les th?ories et revenons-en ? notre 757-200 pr?sidentiel, car il existe et est r?serv? d?ailleurs plut?t au vice-pr?sident. Ou au pr?sident en attente?: ce qui est arriv? ? Barrack Obama pour d?placer toute sa famille de Chicago ? Washington, gr?ce au 89th Airlift Wing charg? de son transport. Un avion immatricul? 80002 et surnomm? donc « Air Force Two », qui avait plu au nouvel arrivant, para?t-il… pour ce trajet fort court. Car cet avion est une vraie catastrophe ? lui tout seul?: destin? ? remplacer le bon vieux Boeing 707-320 (le C-137C), et pris directement sur les cha?nes de montage de Boeing, faute de temps, l?appareil ne volait pas aussi loin que son pr?d?cesseur, tout simplement. Qu?? cela ne tienne, r?pondit Boeing, il suffit d?ajouter un r?servoir central plus grand?! Comme celui de l?aile ?tait d?j? requis, on en a plac? dans le fuselage, r?duisant d?autant le confort ? bord. Mais avec 92 000 livres de k?ros?ne (41,7 tonnes), il pouvait au moins franchir ses 5 500 km sans ravitaillement. Le?757 non.?Le calcul, la construction et installation du r?servoir suppl?mentaire auront pris… 10 ans pour y arriver. Fallait scier le fuselage. ? la premi?re installation, rien ne va, l?avion est en plus instable avec ce syst?me anachronique. On repense, on reconstruit et on remet?: idem, l?avion est d?s?quilibr?, selon le remplissage notamment .?Verdict des ing?nieurs de Boeing?:?il ne pourra jamais ?tre ? plein?!

?a marche, parfois, c?est dangereux, et ?a ne satisfait donc personne cette solution b?tarde. L?un des pilotes interview?s par Combat Aircraft, condamne sans h?siter le proc?d? d?un « this whole thing is a fiasco ». Cela augure mal en fait de la candidature de Boeing pour renouveler la flotte de Tankers C-135 qui ont tous d?pass? aujourd?hui la cinquantaine d?ann?es d?existence?! Boeing a propos? contre l?Airbus A330-200 un 767-200, alors que les pilotes auraient pr?f?r? une version tanker du nouveau 777. Le?second avion pr?sidentiel est ? l?image de l?Air Force aujourd?hui?: des milliers de dollars de d?penses dans le vide. Le vide des r?servoirs du 757-200 pr?sidentiel, dont les r?servoirs n?ont jamais ?t? remplis ? fond. Par peur de probl?mes possibles… aujourd?hui, c?est Joe Biden qui en h?rite. On lui souhaite bien du plaisir. Le mieux loti, en dehors du pr?sident ?tant Robert Gates, qui a pris l?habitude de voyager ? bord du « Doomsday Plane », le 747 tr?s sp?cial qu?est le E-4?; qui existe en 4 exemplaires seulement, un bidule assez surr?aliste, prot?g? par un rayonnement ?lectronique en ondes courtes. Gates, qui est tout sauf un imb?cile, hait litt?ralement le F-22 Raptor, pour lui une Rolls-Royce alors qu?il a besoin comme il le dit de simples Solex?: des drones, pour lequel il pr?che depuis des ann?es, ce qui lui vaut une inimiti? ph?nom?nale chez les pilotes, qui l?accusent de leur pr?f?rer des robots.

? noter que le C-32A pr?sente des clones assez remarquables, fort discrets et donc fort peu photographi?s?: des avions de?US Foreign Emergency Support Team qui ont l??trange particularit? d??tre int?gralement blancs et sans aucun signe ext?rieur ou presque.?Pour l?un d?entre eux, son num?ro d?enregistrement, le 90001, est plut?t « flou » : (comme pour ses coll?gues). »A Boeing 757 was photographed at Capetown AP, South Africa Aug 3, 2003,?apparently unmarked except for the ?tail number? (actually carried on?the rear fuselage) ?09001? (which may be 00-9001 or may be spurious).?Plane?with same tail number seen at Stuttgart, Athens, Naples, central Asia, Sofia, Helsinki in Nov 2003.?Seen at Edmonton, Alberta May 2005.?Seen at RAF Mildenhall Feb 4, 2006.?Aircraft allegedly operated in support of US State Dept?s Foreign Emergency?Support Team ». Quatre 757 de ce genre ont ?t? r?pertori?s. Une rapide recherche nous conduit ? leur v?ritable propri?taire?: le FBI. Repeint, ils feraient tous de superbes 757 d?United Airlines…. Les rares photos prises ? l?int?rieur du Pentagone montrent d?ailleurs une roue (sur les 8?!) de train principal de 757. Ceux-l? o? les 767 de Dov?Zakheim le?directeur, Tridata Corporation, avec ses Boeing 737 et ses 767 tankers lou?s ? l?arm?e, et qui stationnent ??Eglin en Floride. « D?aucuns y voient la possibilit??d?avoir pu utiliser ses appareils… le 11 septembre. Car en prime sur un de ces fameux appareils lou?s ? la NASA d?s 1995, a ?t? test? un contr?le automatique ? distance, via le MITRE dont je vous ai d?j? parl? ici, et sa firme personnelle, SPC International, inc..? » avais-je ?crit ailleurs.

M?me les joujoux pr?f?r?s de Robert Gates sont sujets ? caution. Un article r?cent du New York Times nous montre le c?t? affligeant de la vitrine technologique que sont le fameux drone tueurs. L?US?Air force d?tient ? ce jour 195 Predators et 28 Reapers, le grand fr?re m?chant du premier qui ne sait que photographier (c?est lui le tueur, qui a tir? 244 fois seulement en 2007 et 2008).?Or, sur ce nombre, il faudrait en ajouter 70 de plus.?Le nombre de ceux qui se sont crash?s, sous des pr?textes divers de fiabilit?, fort peu ayant ?t? descendus par des tirs ennemis. Le moteur de tondeuse ? gazon du Predator version premi?re ?tant particuli?rement d?cri? (c?est un moteur de snowmobile en fait?!). « All told, 55 have been lost because of equipment failure, operator errors or weather. Four were shot down in Bosnia, Kosovo and Iraq?; 11 were lost in combat situations, like running out of fuel while protecting troops under fire ». L?engin n?est donc pas d?une fiabilit? exemplaire, mais ??est ?a o? 143 millions de dollars l?exemplaire du F-22. Gates pr?f?re donc voir s??craser les drones?: c?est peut-?tre le seul homme raisonnable, dans cette folie d?pensi?re.

La gabegie du V-22, son absence mortelle d?autogiration,?celle du Raptor, et ses probl?mes de ?boussole? » ou de canopy, et celle annonc?e du F-35 lightning II, dont les surco?ts attendus commencent ? inqui?ter les pays qui l?attendent. Ou les oublis majeurs, comme la commande d?avions de type COIN, o? des Pilatus PC-9 estampill?s Texan II ont d? boucher vite fait les trous, les probl?mes du C-117 avec ses volets au titane et?son allonge trop courte, l?aile du Hornet et celle des P-3 Orions et des C-5 Galaxys qui ne tiennent pas leur nombre d?heures, le F-117 d?j? retir? du service apr?s une courte carri?re en aviation (de 1981 ? 2008), l?absence totale de projets d?h?licopt?res l?gers ou tr?s lourds, le remplacement de la flotte de vieux C-135 qui vont finir par se d?sagr?ger en vol (le dernier a ?t? livr? en 1965?!) le Super-Hornet tellement mal pens? qu?il a fallu mettre ses bidons d?essence en angle avec le fuselage, sinon il se les prenait ? chaque largage, les missiles et les bombes destin?s au Raptor qui ne rentrent pas dedans faute de place dans les soutes…et?jusqu?aux ?ni?mes programmes de rallonge du B-52 qui risque de partir centenaire ? ce stade, tant le B-2, merveille des merveilles ? pu d?cevoir (il ne vole pas quand il pleut?!), bref, l?Air Force est en train de vivre un v?ritable cauchemar. O? sont pass?s les milliards de dollars qu?on lui a octroy?s via le Congr?s?? On ne sait pas tr?s bien. Des projets mirifiques ont englouti des sommes colossales, pour s?r. Les USA doivent poss?der un bidule volant ? mach 6 ou 7, c?est presque certain. Mais on ne l?a jamais vu, et on ne saura sans doute jamais combien il aura co?t?. Le bilan des ann?es depuis l??re Reagan est une catastrophe pour l?US AIR Force?: on a d?pens? ?norm?ment, mais ? l?horizon 2050 il n?y a rien de pr?vu de s?r, en transport ou en ravitaillement, ou en h?licopt?res, le maillon faible d?vor? par les d?penses somptuaires du V-22. L?argent s?est envol? quelque part, mais o??? Dans les poches de quelques-uns, tout simplement.?Colin Powell, jeune retrait?, roule en Corvette Chevrolet, ce n?est pas tout ? fait un hasard.

En fait, ?a fait vingt ans au moins que c?est comme ?a avoue l?administration du Pentagone?: on a demand? des rallonges continuelles sur des projets d?biles, et non les meilleurs, loin de l?, uniquement parce que les s?nateurs ou les congressistes appuyaient la demande?: en gardant leur cha?ne de production, les emplois demeurent et l?homme est r??lu. Le lobby gagne ? tous les coups tous les ans ? ce jeu de poker menteur. « Twenty years ago, Department of Defense Analyst Franklin C. Spinney made headlines exposing what he calls the « accounting games. » He?s still there, and although he does not speak for the Pentagon, he believes the problem has gotten worse ». Les chiffres sont devenus tellement faramineux que plus personne n?y fait attention.?Des fromages Excel, dont on remplit des livres, pour lesquels on vote avec plus ou moins de convictions. « Those numbers are pie in the sky. The books are cooked routinely year after year, » he said . L?argent du contribuable am?ricain, ?a fait cinquante ans maintenant qu?il engraisse les barons de l?industrie de la guerre. Parmi eux?: tout le gouvernement de W.Bush, qui d?cide de la guerre pour s?y enrichir davantage. On est au bord de l?abjection la plus totale, mais c?est ainsi. Au sortir de l?Irak ou de L?Afghanistan, ce ne sont ni les afghans ni les Irakiens qui seront plus riches.

Et il n?y a pas que l?aviation?: dans les moindres recoins, le Pentagone a perdu de l?argent. Dans des conditions d?plorables parfois, comme celle consistant ? racheter des objets dont on vient de se d?barrasser sans m?me les avoir utilis?s, comme ces tentes, ces godillots et ces ?quipements divers d?couverts en 2005?: « The Defense Department spent at least $400 million in recent years buying boots, tents, bandages and other goods at the same time it was getting rid of identical items it had paid for but never used, government investigators told House members yesterday ». Une gabegie ph?nom?nale?: « Investigators discovered that out of $33 billion of goods the Defense Department marked as excess from 2002 through 2004, $4 billion was in excellent condition. Only about 12 percent of that was reused by the department. The other $3.5 billion « includes significant waste and inefficiency, » the GAO said, because new or good-as-new items were « transferred and donated outside of DOD, sold for pennies on the dollar, or destroyed ». Plus de 3 billions (« three thousand millions ») de dollars jet?s par les fen?tres… tout, tout y est pass?, tel le gonflement des commandes,au triple de la valeur initiale?: comme le d?couvre Gordon Heddell, l?inspecteur g?n?ral des arm?es en Irak?: « Marine Corps officials failing to determine what were « fair and reasonable » prices for armored vehicles rushed to Iraq in a $9.1 billion program to a firm that fraudulently charged $24 million for shipping thousands of dollars of small parts to the war zone. » Ou par d?autres vieux proc?d?s de filous?: les charges de transport, comme celles atteignant presque 1000 dollars pour deux objets ? 19 cents?: « the owners? final act before being caught was charging $998,798 to ship two flat washers worth 19 cents each, Heddell said ». ? ce stade-l?, l??tat et le gouvernement ne peuvent qu??tre fautifs.?Aucun contr?le, des contrats ? la louche, sans m?me d?offres d?appels (les fameux « no bid contracts » qui ont min? la gestion irakienne), tout cela tourne au d?tournement v?ritable de la manne militaire.

Un texte r?sume assez bien l??tendue des d?g?ts?: « You could get $162 by ending two horribly damaging foreign occupations. You could get $73.7 billion just by ending the Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), the people who brought you mechanical killer elephants and telepathic warfare and who are now researching exploding frisbees, cyborg wasps, and Captain America no-meals and no-sleep soldiers. That?d be $235.7 billion right there ». Les projets fous, des ?l?phants m?caniques tueurs ? la guerre par t?l?pathie, pour en arriver aux frisbees explosifs ou aux cyborgs pour remplacer les soldats qui ont le d?faut de vouloir encore manger et dormir, le trait est un peu grossi, mais des sommes colossales ont ?t? englouties, on le sait. Les dix derniers projets militaires US sont ? compter de leurs pompes et ne tiennent en rien compte des nouvelles formes de guerre dites « asym?triques »?:?elles datent d?une pens?e vieillie, originaire de la guerre froide, dont le F-22 est le champion toutes cat?gories. « Looking at the 10 biggest programs, we should ask ourselves if these programs really represent the military we need. Most of them are gold-plated anachronisms left over from the Cold War. Our biggest military operations during the Bush years have been in Iraq and Afghanistan. Yet almost all these systems are irrelevant to such engagements. Indeed while we have been in these countries several years, our experiences in them are not reflected at all in the acquisition budget, a likely legacy of Donald Rumsfeld ». Car on a avant tout arros? « la famille », comme pour l?attribution des contrats de nourriture pour l?arm?e ou la « reconstruction » de ce que l?arm?e avait d?truit?: « as?60 Minutes reported last spring, the earliest contracts were given to a few favored companies. And some of the biggest winners in the sweepstakes to rebuild Iraq have one thing in common?: lots of very close friends in very high places ». Deux firmes sont vis?es, Halliburton et KBR?: « Even before the first shots were fired in Iraq, the Pentagon had secretly awarded Halliburton subsidiary Kellogg, Brown & Root a two-year, no-bid contract to put out oil well fires and to handle other unspecified duties involving war damage to the country?s petroleum industry. It is worth up to $7 billion.  » Ceux-l? se sont enrichis comme jamais. Un vice-pr?sident a donc d?cid? d?une guerre dont il est le principal b?n?ficiaire financi?rement. Le jugera-t-on un jour pour cette attitude cynique et ce conflit d?int?r?t ?vident qu?il porte au milieu de sa figure??

Un autre site tr?s bien inform? encore r?sume le cycle sans fin d?penses irraisonn?es-guerres n?cessaires pour ?couler les stocks et accumuler les erreurs, tant l?argent coule ? flots pour la chose militaire ch?rie du pouvoir?: « Tout est-il pour le mieux dans le meilleur des mondes?? Nous ne dirions tout de m?me pas cela et nous dirions m?me le contraire. Ce budget gargantuesque au carr? est peut-?tre le commencement de la fin. Un tel rythme de d?penses va se heurter au Congr?s, car le pinaillage budg?taire est un domaine qui lui pla?t bien, et la guerre intestine va se d?velopper en une guerre interminable, style 14-18. Surtout, ces budgets gargantuesques vont accentuer les travers de ?la b?te??: gaspillages, erreurs de gestion, programmes d?lirants, etc. Sur le terrain, en Irak et ailleurs, les d?faites sont de plus en plus assur?es puisque tout l?argent est l? pour mener les erreurs ? leur terme (in « Le budget gargantuesque du Pentagone et la fin des haricots »). C?est le principe de Peter appliqu? aux conflits modernes?: avec les deux derniers conflits, les ?tats-Unis sont arriv?s ? leur degr? maximum d?incomp?tence militaire. Faire pire, ? savoir mettre en ?uvre une machinerie aussi lourde pour venir ? bout de nouveaux viet-kongs ? turbans arm?s de simples fusils mitrailleurs, c?est tout simplement surr?aliste. Le bilan des courses en Afghanistan est le m?me que celui de l?URSS dans les ann?es 90. L?accumulation d?un mat?riel inadapt? ne peut conduire qu?? l??chec sur le terrain. L?exemple russe n?a servi ? rien.?Les USA se son enfonc?s t?te baiss?e dans le m?me bourbier, en l?occurrence le d?sert afghan.

Un gouvernement digne de ce nom peut-il aussi longtemps laisser faire pareilles pratiques d?lictueuses???? moins d?y participer lui-m?me et d?en faire profiter ses amis, c?est impossible.?Un argument de plus pour que W.Bush et ses amis, chefs militaires incomp?tents , aillent passer leurs vieux jours ? l?ombre.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Derrière le procès de Bouaké, l’ombre pesante des marchands d’armes en Afrique (12)

Le bilan de la vie du marchand d’armes décrit est en effet affligeant. Pendant des ...