Accueil / T Y P E S / Articles / Le legs de W. Bush : une d?mocratie d?tourn?e (7)

Le legs de W. Bush : une d?mocratie d?tourn?e (7)

Photo : flickr bobster855
Photo : flickr bobster855

Mentir, d?autres l?ont fait aussi bien que Bush, et l?ont m?me devanc?. L?un d?entre eux, notamment. Son histoire est incroyable, mais elle r?sume ? elle seule ce que nous venons de vivre ces huit derni?res ann?es avec le mensonge comme mode de gouvernement d?un pays. L?info brute nous est arriv?e le 24 janvier dernier d?Anvers, ce haut-lieu du trafic d?armes et du mercenariat europ?en. Et elle nous a laiss? assez incr?dules.?Je dis « nous » car nous sommes effectivement plusieurs r?dacteurs ? l?avoir not?, dont notre indispensable E-Fred, toujours ? l?aff?t des news les plus notables. A Anvers, la police locale a ?t? appel?e ce jour l? par un propri?taire qui louait un simple garage dans la banlieue sud, ? Wilrijk, o? visiblement un locataire vivait chichement depuis des mois, selon ses voisins. Ce locataire n?a pas pay? depuis des mois son loyer, depuis l??t? exactement, et on ?tait alors en novembre 2008. La police entre, et d?couvre pr?s d?un po?le un cadavre en ?tat de d?composition avanc?e. M?connaissable, r?duit ? l??tat de quasi-squelette. Il faudra trois mois pour l?identifier?: inscrit sous le nom de Philippe Stevenson, c?est en r?alit? Philip Sessarego, 55 ans, plus connu sous son pseudonyme de plume, Tom Carew. Il n?est pas rien, en r?alit??: c?est l?auteur (avec l?aide d?un n?gre, Adrian Weale, ancien militaire) d?un best-seller, « Jihad?!« , paru quelques jours seulement avant le 11 septembre aux Etats-Unis, et o? il raconte qu?il ?tait membre des services sp?ciaux anglais ayant entra?n? les hommes de Ben Laden, et l?ayant bien entendu lui-m?me rencontr? ? plusieurs reprises?!?Colossale d?couverte… dans l?indiff?rence g?n?rale, ici, en France. Pas un seul journal n??voquera ce d?c?s?! Pas plus sur Internet que sur papier. On a la presse qu?on se m?rite en ce moment, je trouve.?Pour certains journaux anglais, en tout cas, ?a ne fait pas un pli?: il a ?t? assassin?. Contrairement ? ce qu?affirme un peu vite semble-t-il la police belge. Qui parle d?asphyxie au CO2, dont la cause est le chauffage… en plein ?t?.

Mais revenons en tout d?abord ? ses exploits. Vous pensez bien que dans les jours qui suivent ce fameux 11 septembre 2001, Tom Carew est invit? sur tous les plateaux de t?l?vision… comme ?tant LE sp?cialiste de l?Afghanistan. L?homme fait autorit??:?Selon le r?sum? de la jaquette du bouquin, Carew ?tait en effet « un v?t?ran de la guerre civile d?Irlande du Nord » et un « sp?cialiste des op?rations sp?ciales » (les assassinats cibl?s??). « Le premier agent de l?Ouest avec les Moudjahidines, a avoir conduit une s?rie d?op?rations audacieuses en Afghanistan » peut-on lire ? l?envers de l?ouvrage. L?homme qui avait m?me « fait une tentative de d?tourner un avion au cours d?une mission d?infiltration d?armes de contrebande. » Voil? notre Victor Bout qui r?apparait dans le sc?nario?! Selon lui, donc, les SAS anglais dirig?s par Carew, auraient donc entra?n? les terroristes d?Al-Quaida, c?est donc pour ?a d?ailleurs qu?il sont « aussi bons » affirme-t-il sans sourciller devant les cam?ras. Devant les t?l?viseurs, les am?ricains boivent du petit lait ou s??vanouissent. Ouf, heureusement qu?ils ont un pr?sident qui vient juste de d?clarer la guerre ? ces fameux terroristes, car ce n?est pas de la gnognote, d?apr?s ce que leur dit ce « sp?cialiste ». t?l?visuel. Carew, en fait, accr?dite la th?se d?une organisation Al Quaida assez ph?nom?nale… et donc capable de faire le coup du 11 septembre ? elle toute seule. Disons que l?homme et le livre tombent ? pic…

Le 25 octobre 2001, par exemple,?il est interview? par la t?l? australienne ABC. En r?pondant sur Ben Laden, sur lequel il avait bien entendu un avis?assez int?ressant il est vrai.?Selon lui, il est bien au chaud et non au fond d?une grotte, notre homme le plus recherch? au monde?:

MAXINE McKEW (ABC) : What about Osama bin Laden??

Would you imagine he?s still in the country or would he have got out??

TOM CAREW?: I would say he was already out of it before the first aircraft hit the building.?He?d have to.?He comes across as sitting in the caves.

One, when you sit in the caves, one, you have no electric, so you cannot have your CNN and the rest of it.

He needs the overall picture to see what?s happening to deploy his forces.?And his overall plan was obviously to bring the Americans in, draw them in and just slaughter them on the plains.?That was his overall dream.

I mean, he?s a little bit confused individual.?He seems to have lost an identity.

But I would say he?s living in the Panjshir area of the north-west frontier.?Bearing in mind that when the Russians invaded that that?s where all the Mujaheddin had their headquarters.?They had access to media and could see exactly what was happening.

Notons qu?il situe alors parfaitement o? se trouverait Ben Laden, dont on sait qu?il ne quittera Tora Bora qu? en d?cembre 2001 seulement. Comment en novembre peut-il pr?voir o? sera Ben Laden plus d?un mois apr?s?? Et pourquoi ne croit-il d?j? plus ? sa pr?sence l? o? les am?ricains le situent et le bombardent ? outrance?? Ou ? c?t?, comme on a pu vous le dire ici m?me?? Que sait-il donc exactement que les officiels ne disent pas?? Le g?n?ral Tony Franks ne le sait m?me pas lui-m?me, et l?avouera m?me en 2004 : « We don?t know to this day whether Mr.?bin Laden was at Tora Bora in December 2001. Some intelligence sources said he was?; others indicated he was in Pakistan at the time. » D?cid?ment, notre militaire anglais est mieux renseign? que les services secrets am?ricains?!!!…?Car d?autres parlent d?une v?ritable organisation, avec un pont a?rien, mise en place par les Am?ricains pour ?vacuer les talibans vers le Pakistan?!

Carew, apr?s avoir fait le tour de toutes les t?l?s, rentre au bercail en novembre, lest? des 100 000 livres d?avance que lui a laiss? l??diteur ?cossais de son livre. Tout roule alors pour lui. Il est devenu la coqueluche des m?dias am?ricains et anglais. Et un soir, invit? par un autre m?dia bien plus curieux que les autres, ? savoir la BBC, il vient ? nouveau d?biter sa science de l??tranglement sans bruit ou des cr?ations de bombes IED improvis?es, lues dans des magazines vendus en kiosque (voir ici?« Les SAS et SBS de Sa Majest? aux premi?res lignes »). Manque de chance, les journalistes de NewsNight de la BBC c?est autre chose que ceux des t?l?s US. Ils ont fait une enqu?te fouill?e sur leur invit?, examin? en d?tail les racontars de son livre … et d?couvert que tout ce qu?il a racont? sur sa vie et son appartenance aux services sp?ciaux est faux. Tout est fabriqu? de toutes pi?ces. Et ils le lui disent, en direct, ce soir-l?. Carew nie tout d?abord les preuves, se f?che, quitte th??tralement?le plateau, se fait poursuivre par le cameraman, et, de rage, envoie au final un coup de poing sur la cam?ra, hors champ. ?a en est fini de sa cr?dibilit? t?l?visuelle?: l?homme est un tricheur, et tout le pays le sait d?sormais. Carew, alias Sassarego, n?a jamais fait partie des SAS et n?a jamais pu rencontrer Ben Laden. Les fameuses forces sp?ciales n?ont jamais voulu de lui.

En r?alit?, ? partir de?l?ann?e 73, d?s 20 ans, Carew avait tent? ? trois reprises d?int?grer les SAS et s??tait fait jeter ? chaque fois. Pas assez bon. On l?avait gard? quand m?me pour servir de plastron (« goon troop« )?: quand les vrais SAS s?entra?naient, c??tait contre lui, mais sur place, en Angleterre. En fait, il avait bien mis les pieds en Afghanistan, mais pas sous cet uniforme (ce que nous verrons un peu plus loin) et avait donc tout bidonn? ? partir de coupures de presse sur les SAS. Il n?avait ?t? que simple artilleur,?deux ans seulement, dans l?arm?e anglaise?! Sa fille en avait d?j? t?moign? en 2001 dans le Mirror, juste apr?s qu?il a?t ?t? d?masqu??: ?Basically, if I?m going to be blunt about it, I think he is a twat. He never served in the SAS . He?s just a fantasist who?s trying to make money on the back of other people?s reputations ? There are a lot of former SAS men who have scores to settle with him – but they thought he was dead. Now they know different and I wouldn?t care if somebody killed him because he?s brought it all on himself. » Selon elle, l?homme s??tait attaqu? ? la sacro-saintet? des SAS, et devrait en payer le prix. La th?se du meurtre anversois se tient. L?homme avait os? s?habiller comme eux?; et m?me se faire la large moustache en croissant de lune qu?ils affectionnent : « He always wore a half-moon moustache because that was the fashion among all real SAS soldiers at the time and walked with a swagger, with his chest puffed out. He used to wear desert boots and jeans or combat trousers and a check shirt and would hang out in the pubs where SAS men drank.? Bref, l?homme n??tait qu?un de ces fous que l?on croise parfois dans la rue, qui n?ont jamais combattu mais portent veste et pantalons de treillis toute la journ?e. J?ai ?a comme voisin au cr?ne ras?, je sais ce que c?est. Un peu effrayant, le type.

Mais il n?emp?che que Carew s?ent?te?: en 1976, ? 23 ans seulement,?il quitte alors l?arm?e, ?c?ur?. Il se prom?ne toujours en uniforme, portant un « beeper ».. qu?il actionne parfois ? l?improviste pour faire croire qu?il est « appel? en mission« ?: le f?l? total. Il vit alors de petits boulots et sera m?me condamn? pour divers fric-fracs. ? ses enfants, il impose le m?me trip militariste?: « For his children, holidays were spent being taken to see military museums and old air-raid shelters. Instead of theme parks or the beach, they were taken to Army surplus stores ». Imaginez le d?lire. Mais sachez que c?est plus fr?quent qu?on ne pense?: c?est comme ?a qu?on coince plus facilement ici comme ailleurs les n?o-nazis. Ce sont les assistantes sociales qui les d?couvrent. Et les signalent pour « mise en danger psychologique de l?enfant » ! Vous pensiez que c??tait par le net?? D?trompez-vous, on les gaule beaucoup plus facilement comme ?a?! L?histoire r?cente le d?montre avec ?clat?! Et chez notre homme, son divorce, couru et annonc?, cela ne change rien ? ses habitudes, comme le racontent toujours ses amis?: « When he split up with their mother, he used to invite Claire and her brother to his new house to watch war films and look at the guns he kept in the shed at the bottom of the garden ». Obs?d?, ?a s?appelle. Par la chose milititaire, comme tous les f?l?s de la calebasse de l?extr?me droite. Ou des rat?s de la chose militaire, et Dieu sait s?il y en a. Ils vont souvent ensemble, et posent avec des drapeaux nazis d?corant leur jardin?!

Mais l?homme avait fini par r?aliser son r?ve?; via un des SAS qu?il croise?r?guli?rement dans ses combats fictifs. Un d?nomm? Harold ?Darkie? Davidson. Qui l?oriente vers le circuit du mercenariat, qui recrute depuis le 11 septembre ? tour de bras?:?« Davidson introduced Sessarego to the world of mercenaries and private military companies, where, for many years, he flourished. He worked in Afghanistan, Sri Lanka, the Maldives, the Balkans, Latin America and southern Africa – often operating, he claimed, on behalf of the intelligence agencies of Britain and the U.S ». ?a y est, il l?a fait, il est devenu comme les autres, ou presque. On le retrouve donc dans les ann?es 90 en Afghanistan, mais aussi plus tard en Bosnie et en Croatie. Pour du contr?le a?rien et de la d?signation au laser de cibles, parfois, comme ses coll?gues « priv?s ». ? c?t? des vrais SAS. Et ce, l?-bas, avec pour lui des titres officiels?: ainsi, il s?occupe l? bas du trafic d?armes, du type de celui d?j? expliqu? ici, essentiellement le transfert de Kalachnikofs aux islamistes luttant contre les Serbes, via les Albanais?: « According to official documents, he controlled a budget of $5 million to buy weapons for Muslims fighting the Serbs. Some allies claim this proves that, while exaggerating his own importance, he was involved in ?deniable operations? after working alongside the SAS ». La Serbie continuant?? alimenter le march? int?rieur US, avec des « Remington-Zastava » (enfin jusqu?? il y a quelques mois encore !). L?histoire de Zastava est un vrai (mauvais) gag?: les Am?ricains et l?OTAN ont bombard? l?entreprise en 1999 et on sign? avec elle un contrat de livraison en 2006?!?Carew avait certainement ?t? tent? par le diable en Croatie?: « a?number of mercenaries claimed they had been duped by him into travelling to Croatia to take part in a « black op » for which they would be paid a large amount of money. They were in the country for six weeks but there was no operation ». Il semble que l?, les millions de dollars brass?s l?aient tent??: un jour, sans pr?venir, il dispara?t, laissant derri?re lui des traces de sa propre pr?tendue mort…?Avec ou sans l?argent, on ne le sait pas, ? vrai dire. « He faked his own death in 1991, with local newspapers in Hereford claiming Sessarego had been killed in a bomb explosion in Croatia, although he was later found to be alive and well and living as Philip Stevenson ». D?j?, donc, voici 17 ans, il avait d?j? fait le coup… l?a-t-il refait cette fois?? Pour l?instant, on a aucune confirmation de l?ADN pr?lev? ? Anvers?! En tout cas, c?est ce que pense sa propre famille?!

Apr?s l??pisode de la BBC, il sait qu?il est un homme fichu. Son ?diteur a d? faire une mise au point co?teuse. Sa r?putation, son honneur… et sa crainte que les SAS le retrouvent, o? les Serbes qu?il a grug?s. Il se r?fugie.. en Belgique. On le retrouve obligatoirement gravitant dans la mouvance d?extr?me droite, o? les armes fascinent toujours, la mouvance que nous avons ici m?me ? Lille, et qui s?amuse le week-end venu ? sauter discr?tement en parachute ? Maubeuge, ? bord d?un des deux?Pilatus Turbo Porter B2-H4,?ou ? jouer aux petits soldats dans la for?t Ardennaise (? Han, exactement ou ? Agimont, pr?s de Givet). A noter qu?? Maubeuge, des gens int?ressants s?y croisent, sur l?a?rodrome?: du 6 au10 avril prochain, le stage de paras est celui… de la police?! Un terrain des Ardennes qui leur rappelle des choses, ? nos extr?mistes.?« Other mercenaries heard rumours that he was dealing in military supplies and was running survival courses in the Ardennes forests for the Belgian military ». Des paramilitaires assez peu malins?: l?un des habitants du village d?Agimont a ainsi d?couvert par hasard leurs go?ts musicaux assez surprenants. « Ce qui a mis la puce ? l?oreille, c?est l?incident du talkie-walkie. Un soir, un villageois a allum? un talkie- walkie. Il s?est aper?u que l?appareil utilisait la fr?quence des comiques dans les bois. Et qu?il pouvait donc l?employer pour leur envoyer de la musique. Il leur a mis, pour les tester, des chants hitl?riens, le Panzerlied, le Parademarsch der Legion, le?Funkerlied, le?Morgen marschieren Wir,?le Lied der Sturmartillerie,?Unser Rommel, le Grossdeutsche Lied, le?Heija Safari, et de la propagande nazie, la chute d?Anvers le 18 mai, la capitulation belge le 28.??a les rendait dingues. Ils en r?clamaient. Noch, noch, Muziek, muziek…?? nous raconte, hilare, le journaliste de DH. Il faut pr?ciser que le propri?taire du ch?teau s?appelle …Rudolf Adolf Cuylits, il a 51 ans, et il vient… d?Anvers. Logiquement, on y joue au Paintball dans le parc de son ch?teau.?Mouais. « ? travers les vitres teint?es des gros 4×4, les petits curieux du village ont vu de dr?les d?insignes accroch?s aux r?tros, notamment des ?clairs bris?s (insigne du 34e Waffen Grenadier, les nazis hollandais envoy?s sur le front de l?Est) ». Le facteur local, lui n?en revient toujours pas des r?ponses du ma?tre des lieux lorsqu?il lui a demand? de d?cliner son identit??: « le facteur a eu un incident avec le propri?taire du ch?teau,?Rudi?Cuylits?:?? Mes vrais pr?noms sont Rudolf, Adolf, comme Adolf Hitler?? avait d?clin? sans sourire le ch?telain. Au moins, on est pr?venu.

Quant ? notre homme, le voil? ? nouveau « plastron », tr?s certainement. Il effectue ?galement une ?ni?me reconversion en devenant videur de bo?te de nuit (un Lieberman bis??) du c?t? d?Anvers et de sa nuit interlope (de la tenue treillis, du « paint ball » ardennais, au smoking de videur??). Anvers, son port et son directeur, l?actuel dirigeant du Vlaams Belang, dont le 4×4 est souvent vu aussi dans nos environs, notamment en proche banlieue lilloise. Anvers, la plaque tournante des armes l?g?res de contrebande en Europe. Sur la carte, le polygone Lille-Maubeuge-Ardennes-Anvers a pour centre…?Bruxelles, rappelons-le. Dans ce polygone circule une bonne partie de ce compte comme n?o-nazis l?Europe du Nord.? »He moved to Antwerp and became involved with the Belgian underworld, working in ?protection? for criminals running nightclubs, massage parlours and sex saunas. Before moving into the garage, he was living in a small apartment with a 19-year-old ?lingerie model ». Ah, qu?il ?tait beau mon mercenaire, devait se dire la jeunette?! En tout cas, depuis plusieurs mois, il se savait pourchass?, notre mercenaire menteur. « He was hiding from someone, I think. But he also seemed to be living in a kind of parallel world. They found documents in the garage to show it was Sessarego. They sent for DNA from Britain and I have been told they are 99% sure it is him » dit ? la presse un de ses voisins. Sans ?tre certain de rien.

? ce jour, n?ayant pas eu de confirmation officielle comme quoi il s?agissait bien de lui, on reste circonspect.?A Hereford (pr?s du pays de Galles), dont il ?tait originaire, et o? est install?…le SAS (?!), ses amis n?en d?mordent pas.? « I wouldn?t believe it. It?s not the first time he has been dead. He was supposed to have been found decomposed in Bosnia in the early 90s. And there were rumours of his demise in South Africa. Anything to do with this guy I would take with a pinch of salt. He is an out and out fantasist and for some people he has almost become a bogeyman. » Son spectre hante encore la ville, c?est s?r.?Sessarego, ? d?faut d?avoir ?t? le h?ros qu?il aurait voulu ?tre, et ? condition d??tre bien mort, a donc servi au moins ? quelque chose?: c?est l?un des tous premiers ? faire de Ben Laden un reclus du Panshir, qui regardait tranquillement son t?l?viseur vanter ses destructions du 11 septembre. Bref, Carew a servi avant tout ? faire de Ben Laden le grand orchestrateur du 11 septembre, via un r?seau d?information sophistiqu? qui n?existait pas?: c?est l?un des premiers ? dire que les grottes sombres de Tora Bora ne suffisent pas. Carew nous a vendu un Ben Laden hyper-organis?, ? la t?te d »un r?seau immense capable d?abattre les tours du WTC. Il fallait bien un illumin? pour tenter de vendre pareille salade, et c?est sur lui qu?on s?est appuy?. Celui qui avait si bien dit qu?il avait entra?n? lui-m?me les forces de Ben Laden ce qui ?tait archifaux… avant que Ben Laden, install? tranquillement ? Quetta, n?apparaisse comme sorti d?un chapeau de magicien au milieu de Washington. C?est la m?me chose que ces talibans photographi?s par Paris-Match au dehors, sur la zone m?me o? ont ?t? tu?s les soldats fran?ais et retrouv?s huit jours apr?s ? l?h?tel par une journaliste du Nouvel?Obs…dont les images, annonc?es comme in?dites, serviront ensuite ? faire peur ? la population fran?aise juste avant les f?tes, alors qu?elles dataient de plusieurs mois.

L?homme avait menti sur toute la ligne?: d?couvert et confondu par la BBC il ne lui restait plus qu?? fuir. W. Bush lui est rest? huit ans reclus ? la Maison Blanche, en continuant pendant tout ce temps ? nous vendre la m?me salade. Qui est (?tait) le plus atteint des deux??

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

MH370 (41) : l’armée privée de l’émir

Les Emirats sont de la partie dans le trafic d’armes, comme on a pu le ...