Accueil / T Y P E S / Articles / Le legs de W. Bush (et de T.Blair) : une d?mocratie d?tourn?e (4)

Le legs de W. Bush (et de T.Blair) : une d?mocratie d?tourn?e (4)

Photo : Flickr --Tico--
Photo : Flickr --Tico--

Et apr?s W.Bush, de toute fa?on, c?est Tony Blair qui passera ? la casserole. En Angleterre aussi, on s?occupe de son cas et de ses mensonges ?hont?s?:?« Saddam Hussein peut attaquer avec des armes de destructions massives en moins de 45 minutes » avait-il clam?. C??tait faux, archi-faux.Or Blair est?en danger lui aussi : en Angeterre un autre juge avait obtenu en d?cembre 2008 que soient vers?es au d?bat public les minutes des d?lib?rations secr?tes des conseils de ministres ayant pris la d?cision finale d?entrer en guerre. On devait y d?couvrir des?documents falsifi?s, et Tony Blair passer un fort mauvais quart d?heure. Des documents avant l?invasion et d?autres pendant, tout aussi compromettants pour notre dirigeant catholique converti.?Notamment ces incroyables preuves prises par la police irakienne nouvellement form?e en septembre 2005?de pr?paratifs d?attentats ? la bombe de la part de deux officiers anglais du MI5, surpris?d?guis?s en Arabes, explosifs ? la main... ? Bassora. Mis en?d?tention dans une prison, ils avaient ?t? lib?r?s par une v?ritable op?ration commando men?e avec l?appui de chars, qui avaient fait?tomber les murs de leur cellule?!! Que faisaient ces soldats anglais d?guis?s en Arabes au beau milieu de la vague d?attentats qui secouait alors le pays?? Pour m?moire, rappelons ici que le grand Harold Pinter, avant sa mort, avait r?clam? de juger Tony Blair pour crimes. Bush, en partant, laissera bien un dernier cadeau ? son ami pour tenter de le disculper…


D?autant plus que le sch?ma est le m?me, en ce qui le concerne, et un seul individu le prouve?: le cas de?Binyam?Mohamed?est tout aussi r?v?lateur des pratiques gouvernementales anglaises (et am?ricaines?!).?L?homme est un ?thiopien d?origine ayant obtenu l?asile politique en Grande-Bretagne en 1994. Arr?t? en 2002 ? Karachi au Pakistan pour un passeport p?rim?, puis envoy? au Maroc,?pour y ?tre tortur? 18 mois,?via un Gulf Stream V(N379P),?puis encore ? Kaboul,?avant d?atterrir en 2004 a Guantanamo, via un passage par le Portugal, il avait ?t? r?cemment rel?ch?, sans aucune charge pesant contre lui?! L?homme litt?ralement kidnapp? ayant une bonne m?moire, avait retenu le num?ro des avions qui l?avaient emmen??: le Boeing 737 num?rot??N313P par exemple. Gr?ce ? ?a, on avait retrouv? les noms des pilotes l?ayant convoy?. Auteurs d?autres vols du m?me type, dont celui de Khaled El Masri, citoyen allemand innocent, lui aussi tortur? par la CIA. Selon les journalistes?Chris Kromm and Jill Doub, les trackeurs de pilotes fant?mes, ou?Bob Drogin et John Goetz, qui avaient retrouv? l?ineffable « Curve Ball » , le falsificateur irakien ? l?origine des rumeurs sur les WMD, le pilote du 737?« ?which?carried Khaled el-Masri to Afghanistan after a stopover in?Palma de?Mallorca had the fictional name of ?Fairing? ?tait donc rep?r?, il s?agissait de? »James Fairing », en r?alit??John Kovalesky plus exactement,?un citoyen de?Johnston County, en Caroline du Nord, et son copilote ?tait?James Kirk Bird (Harry Kirk Elarbee) . Les p?rigrinations de notre kidnapp? lui?ont valu le surnom de « cargo humain ».?Il avait racont? qu?au Maroc comme ? Kaboul, ses interrogateurs ?taient bien selon lui anglais, du MI5 et non de la CIA?:« Binyam reports that?he was told numerous details of his life in the UK – his education, the name of his?kick-boxing trainer and his friendships in London. He had never mentioned these?facts during interrogations – therefore, they could only have originated through?collusion by the UK security or secret intelligence services. Binyam was shown?photographs he was told had been given to his interrogators by MI5, and was told?by an interrogator that the Moroccans had been working with the British ».

Les « logs » des vols d?cortiqu?s par des internautes aid?s par des photographes fanas d?aviation ont d?nonc? en fait toutes ces pratiques. Et les pratiques de tortionnaires appliqu?es n??taient pas am?ricaines, mais anglaises, comme l?a r?v?l? TheGuardian. Un autre cas le d?montre. Celui de l?infortun? r?ceptionniste d?H?tel Baha Mousa, 26 ans, en est l?exemple m?me. Retrouv? mort, le corps dans un ?tat lamentable comme le montrent les photos.?Tout y a pass? dans son interrogatoire, la m?thode utilis?e ? Abou Ghraib?: « using sexual jibes and degradation, along with stripping naked, is one of the methods taught on both sides of the Atlantic under the slogan « prolong the shock of capture », he said.?Female guards were used to taunt male prisoners sexually and at British training sessions when female candidates were undergoing resistance training they would be subject to lesbian jibes ». Il est retrouv? mort, le visage et le corps tum?fi?s. On s?est visiblement tromp? d?individu, il n?a rien d?un terroriste. Le 11 juillet 2008, la famille de Mousa recevait discr?tement 3 millions de livres de d?dommagement, du gouvernement anglais. Pas un journal t?l?vis? n?en a parl?. Battu ? mort, relev? avec 93 blessures, mais pas le droit ? la une des journaux?: un mort irakien de plus, sans plus. Les seuls ? avoir eu droit ? la presse furent les soldats anglais responsables de sa mort, tous anglais, et tous.. acquitt?s en cour martiale ! « At the court martial six soldiers of the Queen?s Lancashire Regiment, including Col Jorge Mendonca, the commanding officer, were acquitted of negligence and abuse over Mousa?s death and the ill-treatment of the other Iraqis. A corporal admitted inhumane treatment. No one was convicted of killing Mousa ». Mendonca?a m?me gard? sa « distinguished service order« ?! La meilleure du genre ?tant la remarque d?un secr?taire d’?tat ? la d?fense, Liam Fox, un grand supporter d?Isra?l, ? propos du jugement, affirmant qu?un proc?s civil aurait ?t? de toute fa?on trop co?teux pour le contribuable?: « an enormous expense to the taxpayer »?!!! L?homme capable d?une telle sortie avait ?videmment vot? l?invasion de l?Irak en 2003. Il est des morts, qui m?me ? 3 millions de livres, ne valent toujours rien.

Le 27 f?vrier 2009, le ministre de la d?fense anglais l?che enfin le morceau, accul? par le retour de Binyam, le tortur??: « John Hutton, the Defence Secretary, told MPs that two men held by British forces in Iraq were handed over to the Americans in 2004 and transported out of the country. They are still being held in Afghanistan » today nous dit le Telegraph. Il est temps de le reconna?tre?! « The two men, who have not been identified, were among several hundred people detained by British forces in Iraq in 2003 and 2004. Mr?Hutton said they were members of Lashkar-e-Taiba, a Pakistan-based militant blamed for the November attacks on Mumbai.?The US authorities have told Britain their transfer to Afghanistan was necessary « because of a lack of relevant linguists necessary to interrogate them effectively in Iraq, »?r?p?te Hutton. Voil? que les Anglais vont enfin finir par ?voquer le cas de leurs ressortissants d?origine, dont certains ont connu des parcours ahurissants dans la r?gion du Pakistan.?Et dont certains avaient ?voqu? des tortures faites par des membres des services secrets anglais?: le cas de Rachid Rauf, qui serai mort depuis sous un tir de Predator, est assez ?loquent dans le genre. C?est le deuxi?me ministre anglais ? le faire?: les langues, aujourd?hui, se d?nouent.?L?ann?e derni?re, Milbrand avait ?t? oblig? de reconna?tre que Diego Garcia avait perdu sa r?putation d??le sans influence militaire anglaise : « David Miliband, the Foreign Secretary, last year admitted that CIA planes carrying rendition subjects had been permitted to land and refuel on the British territory of Diego Garcia. » Or, dans les statuts de l??le, toujours anglaise, mais dont l?usage a ?t? c?d? aux Am?ricains, la pr?sence de soldats ou de prisonniers est… anticonstitutionnelle. Comme Bush, Blair a bien foul? aux pieds les droits et les lois existantes. Celles de son propre pays.

Des tortures qui visiblement sont all?es tr?s loin. Le 12 f?vrier dernier, l?excellent site TheRawStory d?voile?un dossier ? charge de plusieurs groupes des droits de l?homme am?ricains (American Civil Liberties Union). Selon ces rapports, des morts ont ?t? enregistr?s au bout de s?ance de tortures muscl?es?:« [An] investigation of two deaths at Bagram. Both detainees were determined to have been killed by pulmonary embolism caused as a result of standing chained in place, sleep depravation and dozens of beatings by guards and possibly interrogators. (Also reveals the use of torture at Gitmo and American-Afghani prisons in Kabul) ». Et un autre?encore?: « [An] investigation into the homicide or involuntary manslaughter of detainee Dilar Dababa by U.S. forces in 2003 in Iraq ». Et encore un autre cas?: « [And an] investigation that established probable cause to believe that U.S. forces committed homicide in 2003 when they participated in the binding of detainee Abed Mowhoush in a sleeping bag during an interrogation, causing him to die of asphyxiation. » La liste compl?te est visible ici. Avec pour point commun le « travail » de?Stephen Cambone, de la soci?t? anglaise d?origine QinetiQ.?Cambone, le « the controversial undersecretary of defense for intelligence in the Donald Rumsfeld-led Pentagon », autrement dit un profiteur direct de guerre?; adjoint de celui qui d?cide de la guerre, il gagne ? la faire.?Chez Quinetiq, ne soci?t? contractante du Pentagone qui rapporte.. ? quelques-uns?: son patronat?: « 107 millions de livres apr?s avoir investi 500.000 livres seulement, » pour certains?! La torture enrichie, c?est nouveau?! Comme le pr?cise le profil de l?individu vis?, la « relation entre les agences gouvernementales et les contractants est incestueuse?; mais elle est devenue au fil du temps « normale ». Un Cambone profiteur et donneur de le?ons de tortures pouss?es ? la fois?: « Mr.?Cambone is also overseeing the politically sensitive task of rewriting the Army?s field manual. Just last week, he and other top Pentagon officials briefed senior senators on a Pentagon proposal to have one set of interrogation techniques for enemy prisoners of war and another, presumably more coercive, set for the suspected terrorists imprisoned at Guant?namo Bay, Cuba, said Senate aides, who were granted anonymity because the discussions were confidential? (New York Times, May 10, 2006) ». Un Cambone que nous retrouverons demain embarqu? dans une autre histoire ? tiroirs, celle du projet Able Danger. L?une des plus grandes purges de donn?es informatiques jamais faites dans un ?tat.

L?autre grande affaire qui colle aux basket de Tony Blair est plus connue, celle du « suicide » d?un sp?cialiste scientifique en microbiologie, David Kelly, dont les circonstances du d?c?s demeurent plus que troubles. En ao?t 2003, Blair avait ?t? appel? ? t?moigner sur ce d?c?s survenu le 17 juillet. L?homme pesait lourd dans le d?bat du moment?: ancien?inspecteur de l?ONU en Irak avec?37 visites, il??tait tout simplement devenu l?informateur d? Andrew Gilligan, journaliste de la?BBC, qui avait ?reint? le gouvernement de son pays. H?las, c?est Blair qui s?en tirera en nommant un juge controvers? de 73 ans,?Brian Hutton (au sujet de Pinochet?!), pour remettre un rapport exon?rant le premier ministre anglais et provoquant la d?mission forc?e de deux dirigeants de la BBC?! Tout le monde retient malgr? tout que c?est Gilligan qui ?tait dans le vrai?: Tony Blair a bien ordonn? que le dossier des WMD soit ??gonfl? (sexed-up) pour mieux « le vendre » ? l?opinion publique britannique. Tony Blair a d?sinform?, et les minutes de d?lib?ration de son cabinet doivent dire la m?me chose?: encore faudrait-il pouvoir les lire.?Blair, comme Bush a menti ? son peuple. Et s?en est sorti de justesse, non sans perdre un fusible important?Alastair Campbell, son responsable de communication, le « gonfleur » de rapports de service. C?est lui qui avait ajout? sans en avoir aucune preuve que les armes de Saddam pouvaient ?tre mises en place en 45 minutes seulement.?Elles ne le pouvaient pas?: elles n?existaient pas. C?est un d?put? conservateur qui aura le dernier mot sur l?affaire : « c?est la premi?re fois de son histoire que la Grande-Bretagne est entr?e en guerre sur la simple foi d?un jugement des services de renseignement » ass?nera?John Stanley. En laissant lourdement entendre que c??tait du pipeau int?gral.

Passe encore pour les attentats de Londres, o? la aussi de belles parts d?ombre subsistent, notamment le fait que le MI5, l? encore, avec la trace des personnes impliqu?es d?s 2004?: « The Security Service is under intense scrutiny over the attacks because of the revelation earlier this week that its officers logged Mohammad Sidique Khan and Shezad Tanweer, two of the 7/7 bombers, meeting in early 2004 with Omar Khyam, who was on Monday jailed for life for plotting to explode fertiliser bombs in the UK ». La simple analyse, pourtant, d??l?ments de d?cor des vid?os des djihadistes (la m?me ?toffe suspendue au mur?!) jette le trouble sur l?organisation de ces divers attentats. « Shortly before the first anniversary of 7/7, a second video was shown on Al Jazeera featuring Tanweer (pictured). He was seen in front of the same backcloth as the one in Khan?s video. No adequate reason (Al Qaeda terrorism funding??) has been been made to explain why jobless Tanweer left $190,000 in his will ». Les deux revendications auraient ?t? film?es au Pakistan au m?me endroit?? Et pourquoi donc un ch?meur aurait laiss? ? sa mort sur son compte bancaire 190 000 dollars?? Al Quaida r?tribuait ses kamikazes??

Si on y ajoute l?affaire des agressions sexuelles au sein m?me de l?ambassade anglaise ? Bagdad, en pleine zone verte, par un responsable de KBR, le tableau est complet ?galement pour les Anglais. Trois employ?s agress?s, depuis mis au ch?mage, et qui avaient pourtant racont? leur sort ? l?envoy? du gouvernement, le « Britain?s Deputy Head of Mission in Iraq« , Matthew Lodge, le 5 juin 2007. KBR avait r?pondu aux all?gations en renvoyant les trois personnes concern?es, toutes viol?es, dont une employ?e au nettoyage ayant d?clar?  » I suffered this aggression under the British flag, I felt like I had been destroyed.? Se croire tout permis, une constante du mercenariat.?M?me jusque dans les ambassades anglaises?! Sans oublier des comportements ?tranges, comme cet accord pass? avec l?arm?e du Mahdi ? Bassora, ? la barbe des Am?ricains, et r?v?l? en ao?t dernier seulement... »Under its terms, no British soldier could enter Basra without the permission of Des Browne, the Defence Secretary. By the time he gave his approval, most of the fighting was over and the damage to Britain?s reputation had already been done. » ? quel jeu jouent les Anglais ? ce moment-l?? Le m?me que celui d?couvert en 2004, ? savoir qu?un des chefs religieux d?Al Quaida, Abu Qatada, ?tait bien un agent double du MI5. M?me les services secrets fran?ais l?avaient pist?, pourtant?: « Indignant French officials accused MI5 of helping the cleric to abscond. While he remained on the run, one intelligence chief in Paris was quoted as saying?: British intelligence is saying they have no idea where he is, but we know where he is and, if we know, I?m quite sure they do.? Voil? qui n?est pas sans rappeler le r?le obscur d?un Rachid Rauf. Enfin, ? noter aussi que le seul officier de l?arm?e, le capitaine Ken Masters, ?g? de 40 ans (dont 24 pass?s dans l?arm?e),?parti enqu?ter ? Bassora sur ce dont je vous parlais au tout d?but, ? savoir la capture de deux officiers du MI5 d?guis?s en Arabes avec des explosifs sur eux a ?t? retrouv? pendu. Il avait pourtant supervis? presque tous les cas cit?s ici?:??had examined almost every single serious allegation of abuse of Iraqi civilians by British troops,? including ?the cases of the fusiliers convicted of abusing prisoners at Camp Breadbasket near Basra and a paratrooper who has been charged in connection with the death of Baha Mousa, a hotel receptionist.? On meurt souvent sous les ordres de Tony Blair semble-t-il. Comme chez Bush. Surtout quand on d?couvre des choses que l?on n?aurait pas d? voir. Selon Al Jazzera, en effet, les all?gations se tenaient « If allegations that the soldiers? car was loaded with explosives are proved, this will strengthen the theory suggesting that British and American intelligence are involved in the persistent and violent acts of ?terror? spreading across Iraq, which means that the current ?counterinsurgency? efforts involve the premeditated killing of innocent civilians to achieve US policy objectives.? ?videmment, l?enqu?teur mort, les Anglais n?en ont pas su davantage. Et nous non plus.

Deux juges anglais avaient refus? en un premier temps de communiquer les actes prouvant les tortures du MI?5?au pr?texte invoqu? par le gouvernement que cela mettrait en cause la s?curit? du pays?: cette demande de maintien de secret suivait exactement le m?me sch?ma que celui invoqu? par l??quipe Bush dans l?affaire pr?c?dente ?voqu?e ici.?L?homme, lib?r? sans aucune accusation contre lui a t?t fait aujourd?hui de d?montrer que les deux juges avaient donc ?t? leurr?s par le gouvernement?qui lui avait cach? les tortures exerc?es sur lui …?!! ? ce jour, un Binyam Mohamed, de retour au pays, dont le r?cit est tout bonnement effrayant et terrifiant, car aucune charge n?a ?t? requise contre lui en d?finitive, est le meilleur exemple de ce qu?a pu faire l??quipe Bush d?un innocent tortur?, maintenu 6 ans en d?tention pour le faire sortir libre de toute accusation?: on comprend pourquoi l?on tient tant ? ce que la simple justice ordinaire des hommes ne s?occupe pas de son cas, en pr?textant le secret de d?fense?! Rentr? le 23 f?vrier dernier en Angleterre, Binyam a encore ? en dire sur sa d?tention arbitraire, attendons-nous ? entendre bient?t le pire. C?est ?a, ou, directement, inculper les responsables de ces actes de barbarie?: sont express?ment nomm?s Georges W.?Bush et Tony Blair, qui, lui, r?ve toujours ?veill? de devenir pr?sident de l?Europe en 2010…

Aux derni?res nouvelles, ce n?est pas encore totalement fait.. Pour jeter Blair en prison?: le 24 f?vrier, une cour de justice s?est fait renvoyer par le gouvernement Brown au sujet des d?bats ayant pr?c?d? la d?cision d?entr?e en guerre.?La r?ponse gouvernementale frise l?idiotie la plus totale?: « le ministre de la Justice, Jack Straw, y a mis son veto au motif que leur diffusion ?ferait courir le risque de lourds d?g?ts au gouvernement » nous dit la d?p?che.. Confirmant donc que la d?cision a ?t? prise en d?pit du bon sens et malgr? les remarques de ministres dont certains avaient eu le courage de d?missionner. En r?sum? la r?ponse du gouvernement anglais est « ne comptez pas sur nous pour ?tre honn?te et sombrer dans le ridicule ». Selon le MailOnline, un d?put? lib?ral a tr?s bien r?sum? l?affaire en une seule question?:??If the process of reaching the decision to embark upon an illegal war against Iraq is still supported by the Government, why haven?t they the courage to let us see the minutes of the Cabinet?? « . Blair savait qu?il n?y avait aucune arme de destruction massive?: le?31 janvier 2003, il l?avait appris de la bouche m?me de Georges W.Bush. 5 feuillets retrouv?s r?cemment l?affirment sans ambigu?t? aucune?:? « Selon ce m?mo de cinq pages, le pr?sident am?ricain aurait inform? ? cette date son homologue britannique que la guerre ?tait in?vitable, avec ou sans seconde r?solution de l?ONU, et surtout, sans que les inspecteurs internationaux ne trouvent la moindre arme de destruction massive (ADM). D?but des bombardements pr?vus le 15 mars 2003, toutes les informations ?chang?es au cours de cet entretien de deux heures ont ?t? consign?es dans ce m?mo confidentiel, r?dig? par le principal conseiller britannique pour la politique ?trang?re, David Manning ». Ces deux-l? savaient, et ont menti ? leur peuple respectif. Et le mieux, c?est le sc?nario qu?ils avaient ?labor? pour arriver ? leurs fins?: « Selon ce rapport, les deux hommes ?taient parfaitement au courant qu?aucune ADM n?avait ?t? trouv?e en Irak. Face ? cet embarras, le pr?sident am?ricain avait alors envisag? trois solutions de repli pour justifier l?attaque sur l?Irak. Les Am?ricains pensaient faire voler un avion U2 de reconnaissance peint aux couleurs des Nations unies au-dessus de l?Irak, rapporte le m?mo sur une id?e de Bush. « Si Saddam le fait abattre, il enfreint la loi », offrant une excuse parfaite ? Washington pour attaquer. Deuxi?me hypoth?se de repli, « les ?tats-Unis pourraient produire un transfuge qui ferait une pr?sentation publique des ADM de Saddam « . « La derni?re solution pr?voyait tout simplement de faire assassiner le leader baasiste » nous dit le Figaro, reprenant le NYT. Finalement, rapidement pendu, Hussein a termin? ? la troisi?me page du rapport.

Qu?ont-ils donc ? cacher, ces ministres sur la d?cision d?entrer en guerre?? Qu?il n?y avait aucune preuve tangible pour le faire?? Qu?il n?y avait pas plus d?armes de destruction massive que de suicide chez Kelly?? Cela n?est plus un secret, pourtant… « he was assassinated », dit un des participants, Richard Spertzel, lui aussi ancien inspecteur en Irak, ? un magazine t?l?visuel. Mais pour lui, c?est par les Irakiens!?« It was a murder » dit plus sobrement un autre, partisan d?un assassinat par les services secrets anglais. Kelly n?avait rien trouv? en Irak?: il pouvait faire tomber Blair en une seule phrase?: il n?y avait pas d?armes de destructions massives l?-bas. Aucune. Il en est mort. David Kelly est le Mike Connell anglais. Et le d?part pr?vu en mars des Anglais n?est pas l? pour apaiser tous les doutes sur les mensonges blairiens qui ont pr?c?d? l?intervention anglaise en Irak.

P.-S.?Le visionnage du tr?s bon reportage de la BBC est indispensable.?58 minutes, ? ne pas rater. ? cot?, les enqu?tes de NCIS font tr?s l?ger.?Rowena Thursby y r?v?le que Kelly avait ?crit bien avant sa mort que » si l?Irak ?t? envahi, on le retrouverait mort dans un bois ». Pr?s de quatre ann?es avant sa disparition?! Le 31 ao?t 2008,?Thursby retrouvait?Mai Pederson, une linguiste am?ricaine et ancienne officier de l?US?Air Force,?que Kelly avait rencontr? et avec laquelle il ?tait tr?s ami. Elle y r?v?le que Kelly, qui s??tait soi-disant suicid?e en se sectionnant les veines avec la main droite, ne pouvait le faire pour une raison simple?: son coude droit trop faible interdisait?? sa main droite de couper un steak autrement qu?avec sa main gauche?!? »David would have had to have been a contortionist to kill himself the way they claim » affirmait-elle. La semaine qui pr?c?dait, le Mail avait fait une autre r?v?lation fracassante. Un h?licopt?re muni d?une cam?ra thermique qui avait survol? la sc?ne le jour du d?c?s n?avait strictement rien constat??: or pour beaucoup, le corps avait ?t? d?plac?, des traces le d?montrant… ?a, et l?absence totale d?empreintes sur le couteau ayant servi ? le tuer… le matin de sa mort, Kelly envoyait encore des e-mails annon?ant qu?il repartirait en Irak, un jour ou l?autre.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Jeffrey Epstein : ses « Lolita Express », une Lolita pilote… et Donald Trump

Le monstre se serait donc suicidé.  Ce qui reste difficile à accepter, tant il pouvait compromettre ...