Accueil / A C T U A L I T É / Le la?cisme, nouvelle religion

Le la?cisme, nouvelle religion

Yan Barcelo, 20 f?vrier 2011

La maire de Saguenay, Jean Tremblay, soul?ve beaucoup d?animosit? avec son refus de se soumettre au Tribunal des droits de la personne qui lui impose de cesser de faire une pri?re au d?but de chaque session de conseil. Au nom de la libert? de conscience des non-croyants, chez qui cette pri?re est suppos?e cr?er un ??grand malaise?? et un ??grand inconfort??, le Tribunal somme le maire de cesser ses pri?res et de verser une amende de 30?000$ au citoyen Alain Simoneau qui a port? la plainte devant le Tribunal. (On peut esp?rer que le malaise et l?inconfort de M. Simoneau seront apais?s par ce soudain afflux d?argent dans son compte de banque? si le maire ne gagne pas en cour d?appel, o? il a l?intention de soumettre sa cause.)

Lire les commentaires sur cette ?quip?e dans La Presse du 17 f?vrier ?tait ? la fois triste et comique. En page A5, Patrick Lagac? y allait de ses pointes, tentant de discr?diter toute la cause en faisant une attaque ? l?endroit de la personne du maire. (Strat?gie typique?: quand on ne peut pas vraiment discuter d?un sujet, on t?che de discr?diter l?interlocuteur.) En page A21, le pr?tre Raymond Gravel faisaitt son la?us tout ? fait typique du clerg? qu?b?cois en t?chant de pr?server la ch?vre et le chou, regrettant l?ent?tement du maire qui ??peut conduire ? une polarisation malheureuse entre croyants et ath?es??. Devant son attitude, un proverbe chinois me revient ? l?esprit?: ??La meilleure fa?on d?apprivoiser un tigre, c?est de se laisser d?vorer par lui.??

Le seul commentaire vraiment ?clairant, ?galement en page A21, est celui de Patrice Garant, professeur de droit ? l?Universit? Laval, qui rend au conflit sa v?ritable port?e. R?f?rant au ??grand malaise et grand inconfort??, il ?crit?: ??On pourrait dire la m?me chose de tout ce qu?on trouve dans le domaine ou l?espace public?: croix du Mont-Royal, clocher des ?glises, temples et mosqu?es, messe du dimanche ? la SRC, concert de musique sacr?e. En quoi cela constituerait-il??l?imposition d?un conformisme en mati?re religieuse????

Nous voici dans un chapitre in?dit du d?bat des accommodements raisonnables. Car il s?agit d?un affrontement non pas entre la pratique d?une faction culturelle et d?une majorit? ethnique. Dans ce cas-ci, il s?agit d?accommoder les revendications d?un ath?e. ??Imaginez quelle tournure aurait pris le d?bat si la plainte avait ?t? soumise par un islamiste !) Mais notre plaignant est un ath?e, ce qui lui donne tout le vernis de la respectabilit? politiquement correcte dans la campagne en cours visant ? vider la sph?re politique de toute composante religieuse et en faire une zone int?gralement la?que.

Cette man?uvre du Tribunal des droits de la personne fait partie d?une nouvelle phase dans offensive de la la?cit?. Dans une premier temps, elle visait ? pr?server un principe tout ? fait l?gitime qui veut s?parer l??tat et l??glise. Cela ne fait ?videmment plus probl?me. C?est un principe dont le Christ lui-m?me a lanc? la premi?re semence en proposant de ??rendre ? C?sar ce qui est ? C?sar et ? Dieu ce qui est ? Dieu??.

Mais voici qu?on veut sur-extensionner ce principe et veiller ? ce que la sph?re politique soit vid?e de tout contenu et de toute valeur d?ordre religieux et, plus encore, de tout contenu de foi. Le premier principe (s?parer ?tat et ?glise) demande qu?on cr?e une ?tanch?it? entre deux pouvoirs l?un par rapport ? l?autre. Mais pour le mouvement la?c, ce n?est pas assez?: on ne distingue plus des zones de pouvoir autonome, il faut maintenant aseptiser la chose politique de tout contenu qui pourrait avoir un relent de religion ou de spiritualit?, de croyance ou de foi.

Il est clair que nous avons affaire ? un nouveau terrorisme intellectuel, plus exactement, ? une nouvelle religion. Et comme toute religion, celle-ci a ses ?l?ments mod?r?s, et elle a ses fanatiques. Pourquoi dire du ??mouvement la?c?? qu?il est une religion? C?est la question dont je vais traiter dans ma prochaine chronique.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Prince Philip (1921-2021) : à l’ombre d’Élisabeth

Par ses origines familiales et « ses » religions, Philip Mountbatten, duc d’Édimbourg, fut à lui tout ...

7 Commentaire

  1. avatar

    Personnellement, lorsque quelqu’un, dans un rassemblement, quel qu’il soit, offre une tournée de bière, je n’accepte tout simplement pas le verre, parce que je n’aime pas la bière.

    Je pense qu’alors, je fait preuve de mon droit à la « liberté d’expression ».

    Il ne me viendrait jamais à l’idée de poursuivre en justice, celui qui a proposé la tournée.

    Évidemment, je dois attendre que tous aient bu leur gorgée, lorsqu’ils portent le « toast »; mais cela ne porte pas atteinte à ma liberté d’expression.

    Croyez-vous que je devrais changer d’opinion et de créer un groupe politique « anti-toast » de bière?

    Amicalement

    Elie l’Artiste

  2. avatar

    Lartiste,

    pour continuer dans le même genre de métaphore, il faudrait que le maire Tremblay fournisse à ceux qui le désirent des écouteurs anti-bruits pour le moment de la prière…

    Mais j’ai une question pour les croyants, y’a-t-il une différence entre une prière récitée de vive voix et récitée intérieurement?

    ******

    Pour ma part, je crois que la prière de vive voix a très bien sa place dans les lieux de cultes où tous ceux qui s’y trouvent y sont par choix. Et puis, qu’est-ce que peut bien apporter la prière de vive voix dans un endroit désigné pour discuter des affaires publiques, sinon d’exprimer une certaine vanité, pour ne pas dire une vanité certaine (de la propre foi de ceux qui s’en réclament)?

    • avatar

      « Mais j’ai une question pour les croyants, y’a-t-il une différence entre une prière récitée de vive voix et récitée intérieurement? »

      Non; il n’y en a pas. Du moins au niveau du résultat:

      Pendant qu’on dit l’une, on ne peut pas parler, et pendant qu’on dit l’autre, on n’écoute pas ce qui se dit.

      C’est comme pour les « toast » de bière; il faut faire ça dans les « temps morts ».

      Amicalement

      Elie l’Artiste

    • avatar

      S’il n’y a pas de différence, il n’y a donc aucun problème du côté des croyants. Et s’il y en avait un, il serait double, puisque certains non-croyants et croyants d’autres confessions en voient un aussi.

      Pour qui trancher?

      Poser la question c’est y répondre.

    • avatar

      Trancher pour qui?

      Pour personne; on fait ça dans les « temps morts ». Le reste du temps on fait ce qu’il y a à faire.

      Amicalement

      Elie l’Artiste

  3. avatar

    Cette doucereuse hypocrisie qui plane me fatigue. Nous sommes un Etat chretien – « One nation under God… etc – et on agit comme tel… ou nous sortons la foi et la religion de l’espace public. Ce qui ne veut pas dire de supprimerla reference culturelle que sont les signes religieux, mais de les presenter comme du folklore, au meme titre que les totems des autochtones, meme si leur rôle a été tellement plus important dans l’histoire de l’Occident.

    PJCA

  4. avatar

    @Renart, L’Artiste et PJCA
    Que le maire Tremblay fasse une prière ou non en début de sécance me laisse indifférent. Je n’en suis pas à la préservation des « signes » religieux, quoique je préfère nettement qu’on garde en place les crucifix, églises et clochers de notre passé. Toutefois, ce qui ne me laisse pas indifférent, c’est le besoin de préserver dans la réflexion politique les contenus de foi et de valeur de notre héritage chrétien. C’est la clé de tout ce débat qui nous agite et dont je vais discuter dans ma prochaine chronique.