Accueil / A C T U A L I T É / Le la?cisme, nouvelle religion ? 5

Le la?cisme, nouvelle religion ? 5

Yan Barcelo, 20 mars 2011

Dans ma derni?re chronique, j?annon?ais mon intention de montrer comment la pens?e dominante du la?cisme agit tr?s concr?tement dans notre soci?t? pour la dissoudre et la d?vitaliser. Dans La Presse du 17 f?vrier, dans la m?me ?dition o? on attaquait en page A5 et A21 le maire de Saguenay et sa pri?re publique, dans la page A20 le billet d?un professeur de l?Institut de technologie agro-alimentaire nous donnait un exemple flagrant de cette dissolution, au niveau tr?s terre-?-terre de l??cole. Marc Dallaire signait un billet intitul? ??? notre image??, dans lequel il d?non?ait le d?crochage scolaire, en notant que la novlangue pr?f?re parler de ??non pers?v?rance?? scolaire. Voici quelques extraits plus marquants de son texte?:

??Alors on se questionne? et on cherche un autre coupable. Qui accuser cette fois?: le syst?me scolaire? La r?forme? Les professeurs? Et j?oubliais? les parents maintenant!!

??Alors, c?est qui le coupable? ? L??l?ve moyen ne peut pas ?tre diff?rent de la soci?t? dont il est issu? et ne peut ?tre porteur que des valeurs dans lesquelles il baigne. Or, notre ch?re soci?t? qu?b?coise ne valorise pas l?effort. Notre soci?t? valorise la consommation, la facilit?, le cr?dit (pas l??pargne). En clair?: l?imm?diat. Tout le contraire de l??cole, qui s?appuie sur l?effort, la contrari?t? et l?investissement, comme dans ?b?tir son avenir?. Et le futur, ce n?est pas l?imm?diat.

??L?ipod, le cellulaire, le portable, Facebook, le job, le fric et le social. C?est ?a la vraie vie. Et c?est ?a la vraie vie parce que c?est ce qu?il voit partout, ? la t?l? et ? la maison. C?est son exemple.?? Soyons honn?tes. Notre soci?t? valorise quoi? Le jeu. Le plaisir. Le ?maintenant?. Le joueur de hockey. L?animateur t?l?. Pas le jeune qui ?tudie dans l?ombre.??

Cet enlisement dans l?imm?diatet? n?est pas un ph?nom?ne qui s?est install? en quelques ann?es. Il s?est pr?par? tout au long des deux cents derni?res ann?es dans les ?uvres d?une s?rie d?intellectuels occidentaux?: Freud, Nietzsche, Sartre, Darwin et une multitude d?autres noms moins c?l?bres.

Dans mon essai SIDA de civilisation, j?ai t?ch? de montrer comment ces penseurs, en attaquant syst?matiquement les fondements intellectuels et spirituels de l?h?ritage chr?tien, en ont bris? tous les ressorts susceptibles de justifier et d?appuyer un effort et un investissement ? long terme, signes manifestes qu?on trouve maintenant chez un grand nombre de nos jeunes. Freud et toute la cohorte des penseurs des sciences humaines ? sa suite nous ont servi le plaisir comme moteur essentiel de l?activit? humaine. Darwin a ?rig? en principe absolu un principe tr?s ?triqu? et r?ducteur de s?lection naturelle o? n?op?re que la loi du plus fort, dans un univers vid? de Dieu. Sartre, en postulant la primaut? de l??tre sur l?essence, a amenuis? l??tre-au-monde aux seuls soubresauts de l?imm?diatet?.

Sans avoir recours au langage sp?cialis? de ces intellectuels, toute la g?n?ration des baby-boomers a adopt? et r?gl? sa vie selon les principes des ces penseurs ?: prendre son pied maintenant, dans un horizon moral o? toutes les perspectives se valent. Et on s??tonne maintenant que nos adolescents ne veuillent plus faire d?effort et se cantonnent dans la gratification imm?diate de leurs in?puisables d?sirs.

Ce d?veloppement n?est pas fortuit. Il est en gestation depuis des si?cles. Et il est essentiellement le r?sultat de l?ablation de toutes les valeurs chr?tiennes qui affirmaient et appuyaient la dur?e longue des individus, l?investissement des personnes, leur d?ploiement d?un effort et de sacrifices imm?diats en vue d?un bien projet? ? long terme.

Une image permettra peut-?tre de saisir le sens du principe spirituel ? l??uvre. Dans les arts martiaux orientaux on soumet souvent les novices ? un exercice pr?liminaire destin? ? leur faire saisir le principe de la projection de l??nergie ? distance. En a?kido, plus sp?cifiquement, on invite le novice ? appuyer son bras tendu sur l??paule du moniteur. Celui-ci appuie ? son tour ses deux bras sur celui du novice et exerce une pression sur le bras tendu pour le faire plier.

En g?n?ral, une pression assez l?g?re de la part du moniteur suffit pour induire le fl?chissement. Cependant, le moniteur demande ensuite au novice d?imaginer que son bras est un faisceau d??nergie et l?invite ? projeter cette ?nergie bien au-del? de la limite de ses doigts vers un horizon infini. Si le novice r?ussit ? effectuer cette projection, le bras devient beaucoup plus difficile ? fl?chir. Chez un ma?tre d?a?kido qui effectue le m?me exercice, deux ou trois personnes peuvent s?accrocher de tout leur poids sur son bras, il ne r?ussissent tout simplement pas ? le faire fl?chir. Ce ma?tre a appris ? projeter ainsi son hara, sa force vitale essentielle.

Aujourd?hui, si les Japonais donnent au monde une le?on de dignit? et de force, c?est dans une grande mesure parce que leur culture pr?serve encore ce principe spirituel du hara, un principe h?rit? du bouddhisme et du code des samourais.

Cependant, nous ne sommes pas bouddhistes et notre culture n?a pas d?velopp? de fa?on sp?cifique ce principe du hara. Mais dans la matrice chr?tienne qui nous caract?rise, nous avons d?velopp? nos propres principes spirituels qui contribuaient ? soutenir la force int?rieure de ses membres. Ces principes sont dans bien des cas diff?rents de ceux qu?on trouve au Japon, mais ils sont tout aussi porteurs?: face ? des principes extr?mement fertiles comme le hara, la lib?ration du Soi, la compassion universelle, l?Occident chr?tien a valoris?, par exemple, le d?veloppement du caract?re, le salut en Dieu et le service ? autrui.

Est-ce ? dire que tous les Japonais ma?trisent le hara et jouissent d?un Soi lib?r?. Bien s?r que non, mais ces grands principes spirituels constituent l?horizon infini vers lequel ils projettent leur action et qui donne appui ? celle-ci. Ce sont ces valeurs qui, dans une grande mesure, leur permettent de faire preuve aujourd?hui d?une telle dignit? devant l?adversit?.

Or, ici, au Qu?bec comme dans tout l?Occident, l?horizon fondateur qui exerce pour nous l?action formatrice ?quivalente des principes bouddhistes pour les Japonais, c?est le christianisme. C?est par projection dans un ??ciel?? bouddhiste que nombre de Japonais trouvent la capacit? de demeurer dignes et silencieux dans l??preuve ou de faire preuve d?h?ro?sme pour ?viter une conflagration nucl?aire. C?est dans ce ciel bouddhiste que tant de manifestations distinctitves de la culture japonaise trouvent leur ancrage et leur justification?: la poursuite acharn?e de la perfection, le sens de l?honneur, le culte de la force int?rieure. Enlevez ce ciel bouddhiste, et lentement, inexorablement, toutes ces superbes valeurs vont se d?composer et s??crouler.

Au Qu?bec, comme dans tout l?Occident, nous avons effac? le ??ciel chr?tien??, ce qui entra?ne la manifestation de tant de ph?nom?nes que nous pouvons d?plorer?: l?enlisement dans la gratification instantan?e, la supr?matie des plaisirs du corps, la perte du sens de l?effort et du go?t de la perfection, le contentement dans l?approximatif et le flou et, bien s?r, le d?crochage scolaire. Le d?icide perp?tr? lentement et implacablement au cours des deux derniers si?cles a mis en branle une longue chute de dominos en cascade. Dieu et l?appel qu?il exer?ait sur l??me individuelle justifiait que l?individu sacrifie son plaisir imm?diat et fasse un effort de d?veloppement personnel pour contribuer ? la communaut? humaine. Comme dans un tableau o? le point de fuite g?om?trique contribue ? ordonner tous les ?l?ments de la composition, Dieu et les valeurs chr?tiennes constituaient le point de fuite infini par lequel s?ordonnaient et prenaient sens dans notre culture tous les gestes, du plus insignifiant au plus h?ro?que. Ainsi prenaient sens autant le fait de ne pas m?dire de son prochain que le don de soi d?sint?ress? ? l?endroit des d?munis, autant l?effort obscur et humble de faire une dict?e d?orthographe parfaite que la r?alisation d?un chef d??uvre litt?raire.

Le la?cisme pr?dominant va objecter qu?on n?a pas besoin de Dieu et de toutes les superstitions qui s?y rattachent pour que les membres de la soci?t? pr?tent valeur ? l?effort et au sacrifice de la gratification imm?diate pour un plus grand bien. Certes, pour nombre d?individus qui ont un instinct spirituel inn? et pas n?cessairement articul?, l?affirmation des la?cistes peut se v?rifier. Mais il en va diff?remment pour l?horizon des id?es et des attitudes qui constituent une culture et une civilisation. Il faut un fondement m?taphysique infus? de notions d?infini, d??ternit?, de Dieu, de beaut?, de v?rit? et d?amour pour que les individus trouvent un terreau fertile o? enraciner et d?ployer leur action. Les la?cistes veulent nous faire croire que nos racines sont dans la mati?re, que nous sommes issus par une s?rie de s?lections naturelles du monde de la brutalit? animale et que nous ne nous en distinguons que tr?s peu. Pour ma part, je dis que nos racines sont au ciel.

Et puisque nous avons saccag? le ciel chr?tien qui est notre h?ritage propre, nous manquons la force int?rieure qui permettrait aux membres les plus jeunes de nos soci?t?s de s??lever au-dessus des pulsions les plus primaires de la b?te?: la poursuite de la gratification imm?diate. Car enlevez ? l?homme l??ternit?, que lui reste-t-il sinon l?imm?diatet? la plus aveugle? Enlevez lui le message infiniment porteur des ?vangiles et il ne lui reste plus que le divertissement ind?finiment r?p?t? de son iPod.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLVII) : par bateaux, aussi…

Aujourd’hui, exceptionnellement, et les jours suivants, on va parler bateaux.  Et surtout voiliers.  Lors du ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Tout le monde le sait, il n’y a de culture, de civilisation que chrétienne. Et bien entendu la promesse du royaume éternel est un puissant moteur de civilisation.
    Vous en avez encore beaucoup des imbécillités de genre ?

  2. avatar

    @Vilistia
    Je ne peux pas approuver que vous vous en preniez à la personne de Léon, mais je vous remercie néanmoins pour votre appui à mes propos. Je crois que les « imbéciles » comme nous seront de plus en plus nécessaires pour combattre ce nihilisme ambiant dont vous parlez.