Accueil / A C T U A L I T É / LE LAC CHAMPLAIN REVISIT

LE LAC CHAMPLAIN REVISIT

Carte topographique de Joseph Bouchette, 1815

Chronique?: ?chos de la Nouvelle-France

LE LAC CHAMPLAIN REVISIT?

Introduction

??Mons. de Saliere a envoy? 18 ou 20 hommes descouvrir l?entr?e du lac Champellein, ils ont avanc? 4 lieues dans le lac & ont admir? la beaut? du pais??, Le Journal des J?suites, Octobre 1665

Histoire mise ? part, ce lac d?une beaut? in?gal?e parmi ceux d?Am?rique du Nord, bien qu?? seulement une heure de Montr?al, semble m?connu de trop nombreux Qu?b?cois, hormis des plaisanciers dont une bonne partie hivernent leurs bateaux ? Saint-Paul de l??le-aux-Noix sur le Richelieu et des quelques privil?gi?s qui peuvent se payer une r?sidence secondaire au bord du lac.

Les faits saillants de quatre R?gimes

Le lac fut Am?ridien jusqu?en 1609, Fran?ais jusqu?en 1759, Britannique jusqu?en 1775, Am?ricain par la suite.

La d?couverte du lac par Samuel de Champlain et la premi?re bataille des Fran?ais contre les Cinq-Nations remonte ? juillet 1609 ? Ticonderoga NY. Cette bataille est parfois qualifi?e de trag?die nationale car elle provoqua les tribus Iroquoises, en particulier les Agniers (Mohawks), qui menac?rent dor?navant la Nouvelle-France et se ligu?rent avec les Anglais. Ce n?est que 56 ans apr?s cet ?v?nement qu?un premier fort fran?ais sera ?tabli, le fort Ste-Anne sur l??le Lamotte en 1665. On trouve sur le site une basilique catholique, la Saint-Anne Shrine.

Le lac Champlain fait partie de la Nouvelle-France durant 150 ans, sous R?gime fran?ais de 1609 ? 1759, et passe aux Anglais lors de la Conqu?te. La trace de loin la plus importante laiss?e par le R?gime fran?ais est le fort Carillon renomm? fort Ticonderoga et situ? au sud du lac, c?t? New York. Les traces toponymiques sont plus r?pandues et plus proches de la fronti?re?: Ausable, Boquet, Champlain, Chazy, Corbeau, Grand Isle, La Chute, Lamoille, Lamotte, La Platte, Mallett, Monty, Niquette, Point au Fer, Point au Roche, Rouses, St-Armand, Saint-Anne, Tracy, Trombly, Vergennes, Vermont?

De nombreuses seigneuries sont accord?es sur les rives du lac Champlain en 1733 mais le Roi de France doit en reprendre la majorit? en 1741 parce que les seigneurs ne les d?veloppent pas. Elles n?ont gu?re laiss? de traces.

Avec la vall?e du Richelieu, le lac sert d?axe de d?fense contre la menace d?abord iroquoise, anglaise jusqu?en 1759 puis am?ricaine en 1775 et en 1812. Les exp?ditions franco-am?rindiennes dirig?es d?abord contre les Iroquois, puis contre les Anglais de la Nouvelle-Angleterre, empruntent souvent le lac Champlain

Six forts pour se d?fendre contre les Am?rindiens

Le syst?me de d?fense contre les Iroquois est constitu? de cinq forts sur le Richelieu: fort Richelieu ? Sorel, fort l?Assomption ? Saint-Marc, fort Saint-Louis ? Chambly, fort Ste-Th?r?se sur la rive ouest face au nord de l??le du m?me nom, fort Saint-Jean au sud de la ville du m?me nom, et d?un sixi?me fort sur le lac: le fort Ste Anne sur l??le Lamotte, premier ?tablissement europ?en du Vermont. Il n?en reste que l?imposant fort de Chambly; bien pr?serv? et ouvert aux visiteurs l??t?.

Nous avons d?j? soulign?[1] la visite du botaniste scandinave Pehr KALM en 1749, dont les carnets livrent de pr?cieux renseignements sur le style de vie de l??poque.

Deux forts au bord du lac pour se d?fendre contre les Anglais

Le fort Saint Fr?d?ric (? Crown Point). Une imposante colonie fran?aise ?tablie durant 28 ans vit passer 16 commandants et ses 13 aum?niers c?l?br?rent 331 mariages, 243 bapt?mes et 198 s?pultures. Sabord? par les Fran?ais en fuite et pass? aux Anglais en 1759, il est remplac? ? grands frais par l?Anglais AMHERST et nomm? Fort of Crown Point et Fort Amherst; il ne servit jamais, br?la accidentellement en 1773 quelque temps apr?s sa construction[2], et il n?en reste aujourd?hui que quelques ruines.

Le fort Carillon (? Ticonderoga). Apr?s Qu?bec et Louisbourg, c?est la troisi?me plus imposante fortification construite par les Fran?ais durant l??poque coloniale en Am?rique. Il fut en 1758 le site de la plus ?clatante victoire militaire de Montcalm contre l?Anglais Abercrombie. Pass? aux Anglais sous Amherst en 1759, il est audacieusement captur? en 1775 par Ethan ALLEN au nom des insurg?s Am?ricains, puis repris temporairement et futilement par l?Anglais BURGOYNE en 1777. Cet impressionnant fort est bien pr?serv? et peut ?tre visit? l??t?[3].

Si en tant que qu?b?cois de souche votre histoire vous int?resse, cette visite vaut le voyage. Des Am?ricains fiers de leur histoire l?entretiennent avec diligence, y comm?morent chaque 8 juillet la Bataille de Carillon o? Montcalm avait brillamment vaincu Abercrombie en 1758, vers la fin du R?gime fran?ais. Ils ont m?me organis?, ? l?occasion du 250e anniversaire en 2008, une reconstitution de la victoire fran?aise en pr?sence d?un visiteur Fran?ais, Cyrille de Germain, descendant direct de Joseph de Germain?: ing?nieur, architecte et officier pour Montcalm au fort Carillon et gendre du baron Charles Lemoyne de Longueuil.

St-Paul de l??le-aux-Noix

L??le-aux-Noix sur le Richelieu est fortifi?e en premier lieu par les Fran?ais en 1759 contre la menace anglaise imminente arrivant du lac mais en 1760 le si?ge par l?anglais Haviland force Bougainville ? abandonner l??le. Durant la guerre de 1812-14 les Anglais y installent un chantier naval pour reprendre aux Am?ricains le lac Champlain mais sans succ?s. Puis les Anglais y ?rigent le Fort Lennox entre 1819 et 1829, contre l?apparence d?une menace am?ricaine plus symbolique que r?elle suscit?e par l??rection du fort Montgomery en 1816 ? Rouses Point NY. Fort Lennox peut ?tre visit? l??t?, on s?y rend en bac depuis St Paul de l??le aux Noix.

Des colons fran?ais pro-am?ricains

Quand les Am?ricains envahissent le Qu?bec en 1775 et sont repouss?s en 1776 au d?but de la guerre d?Ind?pendance am?ricaine, les capitaines Hazen et Livingston recrutent des Canadiens fran?ais pro-am?ricains qui prendront les armes aux c?t?s des insurgents et apr?s la fin de cette guerre en 1781 plusieurs de ces partisans dits ??R?publicains[4]? s?installent sur des concessions au NE du comt? de Clinton NY (Rouses Point[5], Chazy[6], Champlain[7]) mais r?apparaissent dans la vall?e du Richelieu pour y recevoir des sacrements car ces colons n?auront jamais la masse critique pour y implanter leurs institutions, d?autant plus qu?ils ne sont pas bien vus par les antipapistes protestants en tant que catholiques et par le clerg? Irlando Am?ricain en tant que francophones.

Le p?re d?une religieuse de l?H?tel-Dieu est aussi ??p?re?? du Vermont !

En 1775, Ethan Allen enl?ve facilement aux Britanniques le fort Ticonderoga mal d?fendu, marquant le d?but de la conqu?te am?ricaine du lac Champlain. Il sera ensuite emprisonn? ? Montr?al la m?me ann?e apr?s avoir tent? t?m?rairement de capturer la ville avec une poign?e d?hommes dans l?ancien arrondissement de Longue Pointe.

Sa fille Fanny Allen apprend le fran?ais au pensionnat de la Congr?gation Notre-Dame ? Montr?al, se convertit au catholicisme, devient une exemplaire Religieuse Hospitali?re de Saint-Joseph ? l?H?tel-Dieu de Montr?al o? elle d?c?de en 1819 et dont l?influence posthume m?ne ? la fondation du Fanny Allen Hospital ouvert en 1894 ? Winooski en banlieue nord de Burlington VT.

Les insurgents am?ricains gagnent la bataille de Plattsburg

Durant la guerre canado-am?ricaine de 1812 ? guerre, soit dit en passant, parfaitement inutile – les exp?ditions du Canada autour et sur le lac se terminent par une victoire navale am?ricaine devant Plattsburgh en 1814, la paix est officialis?e par la signature du trait? de Gand en 1814

Les Patriotes de 1837

En 1837-39 de nombreux Patriotes du Bas Canada ayant pris la parole ou les armes contre le R?gime anglais?dont Louis Hippolyte Lafontaine et Louis Joseph Papineau s?exilent dans les ?tats de New York et du Vermont, plusieurs y r?sident plus ou moins longtemps ? comme Robert Nelson et Cyrille C?t? ? Plattsburgh?et se r?unissent fr?quemment dans la Vall?e du lac Champlain: Albany, Chazy, Plattsburgh, Rouses Point, Schenectady dans l??tat de New-York et Burlington, Middlebury, Saint Albans, Swanton, Vergennes dans l??tat du Vermont.

Pour en savoir plus sur le lac ? g?ographie et histoire

Pr?cipitez-vous vivement sur le site de James Millard, l?historien am?ricain le plus prolifique du jour sur le sujet?: America?s Historic Lakes, The Lake Champlain and Lake George Historical Site[8].

Pierre Biron


[1] Dans Les belles du Qu?bec paru le 27 janvier?2011 dans centpapiers

[2] En fait, le 21 avril 1773 les ?pouses des militaires faisaient bouillir du gras pour en faire du savon et les flammes firent exploser une centaine de barils de poudre ? canon qui endommag?rent tellement le fort, d?j? d?labr?, qu?il ne valut pas la peine d??tre reconstruit

[3] ? 211 km de Montr?al, franc Sud

[4] Par opposition aux Loyalistes, monarchistes fid?les ? la couronne d?Angleterre

[5] En l?honneur de son premier colon, le fran?ais Jacques Rous

[6] En m?moire de Nicolas de Chazy, soldat fran?ais du r?giment de Carignan-Sali?res en poste ? la garnison du fort Ste-Anne sur l??le Lamotte au Vermont, tu? par des Mohawks sur la rivi?re qui porte son nom dans l??tat de NY

[7] En m?moire du d?couvreur du lac

[8] http://www.historiclakes.org/ C?est un tr?s beau site web du genre. Vous aurez droit ? une visite virtuelle des sites historiques.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Enquêtes de satisfaction : halte aux pressions sur les clients !

Omniprésentes dans le fonctionnement de la société moderne, les enquêtes de satisfaction font partie de ...