Accueil / T H E M E S / CULTURE / Littérature / anecdotique / Le jour où l’Europe a failli disparaître

Le jour où l’Europe a failli disparaître

Le monde nucléaire est un monde où fleurissent des petits cachotiers, ou de grands manipulateurs, et ce n’est parfois que longtemps après que l’on apprend de surprenantes nouvelles… les dernières viennent de Tchernobyl, dont on croyait pourtant tout savoir…

C’est l’histoire de 3 héros qui n’auront peut-être jamais leur statue… ils s’appelaient Alexeï Ananenko, Valeri Bezpalov, et Boris Baranov, et si ces 3 hommes n’avaient pas risqué leur vie, il n’y aurait quasi plus d’Europe à ce jour.

 

Les tonnes d’eau déversées par les pompiers pour éteindre l’incendie initial menaçaient les autres réacteurs de la centrale, car une nappe d’eau s’était formée sous le réacteur en fusion, et ce n’était qu’une question d’heure avant que le cœur en fusion, ce que l’on appelle corium, n’atteigne cette nappe… provoquant une terrible explosion, d’une force de 3 à 5 mégatonnes, rendant l’Europe inhabitable, et rasant la ville de Minsk, pourtant à 320 km de la centrale.

Ces 3 hommes se sont donc portés volontaires pour plonger dans le sous-sol inondé, afin d’ouvrir les vannes permettant d’évacuer les 19 000 tonnes d’eau qui stagnaient.

C’est Alexeï Ananeko qui, connaissant l’emplacement exact de ces soupapes, plongera, équipé d’une tenue la plus étanche possible, et de respirateurs, dans l’eau fortement irradiée, accompagné par ses 2 confrères, afin d’éviter le pire. lien

Avant eux, 2 hommesAlexander Akimov et Leonid Toptuno s’étaient aventurés audacieusement dans la centrale, espérant pouvoir pomper l’eau, submergés jusqu’à la taille dans cette eau radioactive, en vain…

Ils allaient y laisser leur vie, et il a été raconté qu’Akimov, à l’hôpital, alors qu’il tentait de se lever avait vu sa peau tomber de sa jambe comme une chaussette. lien

A ce même instant, en France, l’ex-Président de la République, un certain Giscard, affirmait droit dans ses bottes, que le nuage radioactif avait un taux de radioactivité faible et ne représentait pas de danger pour la population. lien

Il était conforté dans ses convictions par le professeur Pèlerin, lequel déclarait que le nuage radioactif n’avait pas franchi la frontière française. lien

Il fallait découvrir aussi la position d’Alain Carignon, alors maire de Grenoble, éludant la question de la responsabilité des politiques dans cette triste affaire. Curseur à 7’

Mais n’oublions personne, car ils ont été nombreux ces responsables politiques, ou administratifs, qui ont plus ou moins sciemment menti sur la situation : François Cogne, directeur de l’IPSN (institut de protection et de sureté nucléaire), Pierre Tanguy, inspecteur général de la sécurité nucléaire, Michèle Barzac, ministre de la santé…et aucun de ces « responsables » n’a à ce jour été puni.

Ce n’est que 15 jours après que les français ont appris la triste réalité, et les arguments pour expliquer ce retard manquaient sérieusement de crédibilité.

Voilà en réalité où est passé exactement le nuage entre le 26 avril et le 9 mai 1986vidéo

Pourtant tout n’est pas fini, loin de là, car au-delà du nouveau sarcophage destiné à freiner la propagation des particules radioactives, il faudra ensuite tenter d’extraire les 1400 tonnesde magma radioactif, et ça, c’est loin d’être gagné.

Puis il faudra démembrer pièce par pièce le réacteur dévasté…quant au bilan humain, on ne sait pas combien, des 600 000 liquidateurs, sont encore en vie…ni combien d’humains de par le monde ont péri suite aux éléments radioactifs relâchés au fil des mois, et sans oublier les malformations connues et celles à venir parmi les 6 millions de personnes qui vivent encore dans la région contaminée pour longtemps, sachant que le césium 137 et le strontium 90 ne disparaîtront pas avant 3 siècleslien

Quittons ce drame pour un autre, celui de Fukushima, que les médias évoquent de moins en moins au fil des années qui passent.

Pourtant rien n’est réglé, et c’est le moins qu’on puisse dire.

La fable des robots qui allaient pouvoir extraire les coriums des réacteurs dévastés a fait long feu, et la seule avancée à ce jour est les quelques vidéos, ou photos, prises à la sauvette par un robot, baptisé « little Sunfish  » (il fait 30 cm de long)… dans les entrailles du réacteur n° 3.

Ce qui a été montré est manifestement des objets fondus, probablement des barres de combustible mélangés avec des parties de la structure…mais il ne s’agit en tout cas pas du corium. vidéo

Déjà en novembre 2017Tepco affirmait qu’un autre robot, baptisé, celui-là, Mini Mambo » avait capturé « des images d’uranium fondu » ce qui avait permis au directeur général de la centrale de déclarer : « maintenant que nous l’avons vu, nous pouvons faire des plans pour le récupérer »…

Mais alors, à quoi a servi la mission du « Little Sunfish » ? lien

Ce qui n’empêche pas le ministère japonais de l’économie d’estimer que la décontamination de la centrale se ferait vraisemblablement sur 40 ans, pour un coût passant provisoirement de 72 milliards de dollars à 190 milliards, incluant les compensations financières aux victimes. lien

Au mois de juillet dernier, on apprenait que le désastre était loin d’avoir été arrêté, et Tepcoa publié des mesures concernant les radiations émises par le réacteur n° 2, lesquelles atteignent 530 sieverts par heure.

Par comparaison, en 2012, les radiations avaient été mesurées à 72 sieverts par heurelien

Or, selon les experts de l’Institut National des Sciences Radiologiques du Japon, « 4 petits sieverts tueraient la moitié des personnes exposées  ».

Voilà qui modifie le calendrier de démantèlement de Tepco qui espérait pouvoir extraire le combustible fondu en 2021lien

Déjà en septembre 2017, l’entreprise nucléaire avait annoncé la fin du démantèlement en 2023…ce qui, au vu de la situation, était déjà très optimiste. lien

Mais cela signifie aussi que la pollution vià l’Océan Pacifique continue de plus belle.

Ce qui ne devrait pas être une surprise, vu les fuites d’eau radioactive qui continuent de se produire au fil des mois. lien

En octobre dernier, des mesures avaient clairement établi que les plages à proximité de la centrale étaient littéralement imprégnées de particules radioactives : « ces sables devenus une sorte d’éponge pour les radionucléides n’en seront nettoyés que dans un avenir lointain, lorsque le césium sera complètement désintégré (ndlr c’est-à-dire dans plus de 3 siècles) ou s’échappera dans la mer » indiquent les experts japonais.

« Personne ne s’attendait à ce que l’on trouve les niveaux les plus importants de radioactivité et d’accumulation de radionucléides non pas dans la baie où se trouve la centrale, mais dans les sables et les eaux de fond  », ont-ils déclaré. lien

Et en France, ou finalement les experts admettent que nous ne sommes pas à l’abri d’un accident nucléaire majeur, que se passe-t-il ?

Des broutilles : en avril 2016, à Paluel, un générateur de vapeur de 465 tonnes et haut de 22 mètres a basculé lors de sa manutention, (lien) à Bugey, une nouvelle fuite malencontreuse de tritium a probablement rejoint la nappe phréatique, (lien), le Tricastinserait la pire centrale du pays, d’après deux journalistes, Thierry Gadault et Hugues Demeude (lien) lesquels viennent de publier un livre enquête qui met à mal la sûreté des centrales françaises. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « le feu qui te brûlera c’est celui qui te chauffe  ».

Le dessin illustrant l’article est de Jacquette

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Ne m’appelez plus Areva

De Maiak à Fukushima

Tchernobyl, drôle d’anniversaire (12 mars 2011)

Fukushima, mon amour

Fukushima, Sarko pète les plombs

Fukushima, et maintenant ?

Fukushima, nuages noirs à l’horizon

Entre fusion et confusion

Fukushima, le monde du silence

Fukushima, le syndrome Japonais

Fukushima, la fuite en avant

Fukushima, plus jamais ça

C’est foutu…shima

L’exode nucléaire

Ça fume à Fukushima

Nucléaire, la cible terroriste

Fukushima, le mensonge organisé

Faire reculer le crabe

Le Japon bientôt inhabitable ?

Le silence des salauds

On a retrouvé le corium de Fukushima

Fukushima, tragédie en sous sol

Fukushima, tournée mondiale

Fukushima, un silence inquiétant

Fukushima, le début de la fin

Nucléaire, explosion des prix

Les normes sont-elles normales ?

Fukushima, quand c’est fini, ça recommence

Fukushima, l’en pire Japonais

Palmiers contre nucléaire

Promo nucléaire : pour toute centrale achetée, leucémie en prime !

Fukushima, les limites du cynisme

Ce cher nucléaire

Nucléaire, de la fission aux fissures

L’hallali nucléaire

Fukushima, la stratégie de l’oubli

Fukushima s’enfonce-t-il ?

Fukushima hors contrôle

Fukushima, le pire des scénarios

Fukushima, le tonneau des Danaïdes

Fukushima, réaction en chaîne à ciel ouvert

Fukushima, le mois de tous les dangers

Fukushima, la loi du silence

Fukushima, l’illusion d’une solution

Tchernobyl, Fukushima, à qui le tour ?

Fukushima, un désastre illimité

Courage, fuyons

Fukushima, 4 longues années

Fukushima, tout le monde descend

Commentaires

commentaires

A propos de olivier cabanel

avatar

Check Also

La fin de l’actionnaire !

  Pour de plus en plus d’entreprises, le capital n’est plus un ingrédient crucial. Au ...