Accueil / T Y P E S / Articles / Le iPhone n’est pas fait pour le Canada

Le iPhone n’est pas fait pour le Canada

Voil? maintenant un peu plus d’un mois que la merveille technologique marqu?e de la Pomme a fait son apparition chez nos voisins du sud. Plus d’un ont applaudi, tr?s peu ont critiqu?, et l’ensemble de ces derniers se sont dits ravis de voir enfin arriver un outil qui bousculera le march?.

Pour nous, Canadiens, on ne peut esp?rer que cette bousculade annonc?e se transformera en un v?ritable ouragan. Parce que si le iPhone n’est pas encore disponible ? l’achat ici, ce n’est pas tant qu’Apple d?sire prendre son temps sur le march? am?ricain plus que le tarif compl?tement exag?r? des transferts de donn?es qu’offrent les compagnies cellulaires, tel que rapport? par plusieurs intervenants depuis quelques semaines. Que ce soit chez Telus, Bell ou encore Rogers, soup?onn? avec logique de devenir le seul d?taillant du iPhone, le tarif d’un forfait de transfert de donn?es est, pour ainsi dire, presque insens?.

Des comparatifs entre les offres dans diff?rents pays nous permettent de prendre conscience de la diff?rence. En Nouvelle-Z?lande et aux ?tats-Unis les tarifs peuvent passer de 20$ ? 60$ pour un transfert de plus de 500mb mensuellement, et dans la plupart des cas nous pouvons parler de transfert illimit?. Si on approche les 85$ en Australie et les 75$ au Rwanda ( !), ? combien la facture s’?l?verait pour un utilisateur montr?alais ? Selon Thomas Purve, on pourrait compter pr?s de 1600$ mensuellement !

La structure des tarifs au pays est ? ce point en retard que les sp?culations vont donc bon train accusant Rogers et cie d’?tre le premier obstacle au iPhone ainsi qu’aux offres concurrentielles qui pourraient profiter ? RIM et son BlackBerry.

Des discussions et des rumeurs qui vont dans toutes les directions. La derni?re en date, une employ?e de Rogers qui nous aurait confirm? que le iPhone ne verrait le jour au Canada qu’? No?l au plus t?t, nous sugg?rant fortement d’attendre le prochain BlackBerry.

Quant aux tarifs, c’est Micheal Geist qui a d?marr? la discussion dans le Star la semaine derni?re et le reste de la communaut? des technologies a suivi cette motion qui, on l’esp?re, pourra convaincre Rogers que ses tarifs, en plus d’?tre r?dhibitoires, fr?lent la malhonn?tet?.

M?me Steve Jobs serait, para?t-il, d?go?t? des tarifs canadiens, gardant son petit bijou pour le reste du monde. Vous pouvez donc diriger vos plaintes en signant cette p?tition ou encore en envoyant un message aux compagnies repsonsables. ROGERS, BELL, TELUS

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

2023, l’année des promesses

Les promesses, c’est bien connu, rendent les enfants joyeux… mais qu’en est-il des électeurs qui, ...

2 Commentaire

  1. avatar

    C’est ce qui arrive lorsqu’on élimine le marché comme le bureau de la concurrence et le CRTC l’ont fait en autorisant l’achat de Microcell (Fido) par Rogers en 2004. L’intégration des deux seuls fournisseurs de services cellulaires GSM (la technologie que nécessite le iPhone) au pays allait évidemment tuer toute forme de compétition, au détriment des consommateurs canadiens.

    Note historique : en _2001_, avec Fido, je disposais d’un accès internet par cellulaire *illimité* à la grandeur de l’Amérique du Nord pour une quarantaine de dollars par mois. Cette offre a cessé subitement lorsque Rogers a fait l’acquisition de Microcell. Allez savoir pourquoi 🙂

    Ironiquement, je ne serais pas surpris si Vidéotron s’invitait à la fête et contribuait à faire baisser les prix, comme PKP le laisait sous-entendre plus tôt cette année devant le Canadian Club d’Ottawa.

  2. avatar
    Jean-Philippe Wauthier

    C’est effectivement assez lamentable.

    Les tarifs sont presques indécents au Canada. Au regard des tarifs qui m’étaient disponibles en France, c’est même ridicule. Au niveau du tranferts des données évidemment parce que pour le temps d’antenne, c’est plus acceptable.

    Il est quand même presque complètement insensé de laisser fonctionner un marché de cette façon. L’urgence d’ouvrir est bien présente si l’on veut redevenir une nation branchée et à l’avant-garde. Surtout que la téléphonie est une des grands champs de bataille.

    La venue de Videotron peut aider, mais il faudra une pression intensive des gros investisseurs dans le domaine, comme RIM, Nokia ou maintenant Apple.

    N’empêche, quand on n’a pas d’autres alternatives, ça accentue le problème d’autant…