Accueil / T Y P E S / Chroniques / Le gouvernement Harper plie les genoux

Le gouvernement Harper plie les genoux

Dans la tradition politique canadienne, comme dans celle de bien des pays, le poste de ministre des Affaires ?trang?res est g?n?ralement occup? par un politicien d’envergure, ou du moins, par un politicien qui est promis ? un bel avenir. Bien souvent, les fonctions de ministre des Relations ?trang?res (ou secr?taire d’?tat ? l’?poque) ont m?me servi de pr?paration pour le r?le de Premier ministre. Nous avons qu’? penser ? Mackenzie King, Louis St-Laurent, Lester B. Pearson, John Diefenbaker et Jean Chr?tien. ?videmment, Maxime Bernier ne fera pas partie de cette tradition.

En fait, si diff?rents Premiers ministres ont eu le m?me r?flexe de nommer de grands politiciens au poste de ministre des Affaires ?trang?res, c’est que ce r?le est d’une importance cruciale. Le d?put? qui occupe cette fonction ne repr?sente rien de moins que l’image du Canada ? l’?tranger. Il est aussi le chef de la diplomatie canadienne. Laissez-moi vous dire que lorsque cette personnalit? d?fraye la manchette avec une bo?te de Jos. Louis ? la main dans un pays en guerre, ce n’est pas tr?s prometteur pour la suite des choses.

Et cette suite des choses, que tout le monde conna?t, ne fut pas tr?s reluisante. C’est un nombre impressionnant d’erreurs qui ont ?t? commises par le ministre Bernier. Tellement, qu’il n’a eu d’autres choix que de remettre sa d?mission au Premier ministre Harper. Incontestablement, Maxime Bernier n’avait pas les comp?tences pour combler un tel r?le au sein du gouvernement canadien.

Devant un tel constat, je ne peux faire autrement que de me questionner sur les comp?tences de celui qui l’a engag?, c’est-?-dire Stephen Harper. Comme je l’ai dit plus haut, le poste de ministres des Affaires ?trang?res est d’une importance capitale. La nomination du ministre doit donc se faire avec la plus grande rigueur. Avec l’?chec monumental qu’a connu l’ex-ministre Bernier, nous sommes l?gitimement en droit de nous questionner ? savoir si le Premier ministre ? respecter la rigueur n?cessaire ? la dotation d’un poste d’une telle envergure.

Maxime Bernier est un sp?cialiste de la chose ?conomique. Il poss?de une formation en ?conomie. Il n’avait donc pas de formation acad?mique qui aurait pu att?nuer, un tant soit peu, son manque d’exp?rience. Plusieurs erreurs ont rapidement confirm? cela. Si cela ne le pr?disposait pas ? un ?chec certain – d’autres ont d?j? r?ussi avec le nombril aussi vert –, il m’appara?t ?vident que cela l’handicapait lourdement. Mais le Premier ministre Harper est pass? outre son manque d’exp?rience pour les relations internationales et il a pris le risque de le nommer ministre. Avec les cons?quences qu’on conna?t.

Pourquoi le Premier ministre a-t-il pris un tel risque. Probablement pour plaire aux ?lecteurs qu?b?cois ; pour leur montrer qu’ils ont une pr?sence forte au sein du gouvernement f?d?ral. Peut-?tre aussi pour tenter de sensibiliser l’?lectorat qu?b?cois au bien-fond? de la mission afghane. C’?tait peut-?tre aussi pour tenter de transformer Bernier en chef d’?tat, de la m?me fa?on que le minist?re des Affaires ?trang?res a r?ussi ? transformer les King, St-Laurent ou Pearson. (Il ne faut pas oublier qu’au d?but du gouvernement Harper, Maxime Bernier ?tait vu par plusieurs comme ?tant le dauphin de Stephen Harper. Tellement, que certains le surnommaient « Flipper ») En fait, c’est surement un peu pour toutes ses raisons que Stephen Harper a mis? sur Bernier. Il croyait faire un gain politique important en nommant M. Bernier. Malheureusement, il a perdu.

Les cons?quences de ce pari perdu sont assez lourdes. Et, selon moi, c’est le Premier ministre Harper qui doit en assumer toute la lourdeur. C’est lui qui a fait le choix de nommer un incomp?tent sans envergure pour repr?senter le Canada sur la sc?ne internationale. C’est lui qui a pr?f?r? courtiser une partie de son ?lectorat n?cessaire ? sa r??lection plut?t que de choisir le candidat le plus comp?tent. C’est aussi lui qui a continu? ? d?fendre son ministre incomp?tent jusqu’? lundi en fin de journ?e malgr? la rogne des partis d’opposition. Pour toutes ses raisons, M. Harper perdra assur?ment de la cr?dibilit? aux yeux des ?lecteurs.

Quand le ministre des Affaires ?trang?res d’un pays quitte ses fonctions pour incomp?tence, cela affecte assur?ment l’aplomb du gouvernement. Cependant, quand nous sommes en face d’un gouvernement qui, en plus d’avoir perdu un ministre d’une importance capitale, voit la comp?tence de son chef remise en question, nous sommes en pr?sence d’un gouvernement qui est en train de plier les genoux. C’est pr?cis?ment ce qui est en train d’arriver sur le ring de la politique f?d?rale canadienne. L’opposition tentera-t-elle de passer le K.O. avant la fin de la session parlementaire ? C’est ? suivre …

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

MH370 : à la recherche de l’hoax zéro (1)

L’étude des propos de Florence de Changy, cet aspirateur à hoaxes pour les remixer et ...

2 Commentaire

  1. avatar
    François Marginean

    Moi j’ai hâte qu’il plie bagage !!

  2. avatar

    Ahaha ! Vous n’êtes pas le seul !!