Accueil / A C T U A L I T É / Le fusil sur la tempe

Le fusil sur la tempe

fusil-sur-la-tempe

Un aspect du d?bat autour du projet de loi 3 sur la p?rennit? des r?gimes de retraite des employ?s municipaux qui, je crois, ne re?oit pas suffisamment d?attention est la l?gitimit?.

Si on devait en croire les matamores des syndicats, ce projet de loi met en p?ril les acquis de leurs membres et donc, tout leur est permis pour prot?ger leurs acquis. La r?alit? est que leurs acquis ne sont absolument pas menac?s. Tout ce que le projet de loi fait est de forcer les employ?s du secteur public ? contribuer plus ? leur retraite. La retraite dor?e ? 50 ans est certainement encore l? pour ces travailleurs, ce qui est loin d??tre le cas pour ceux qui payent les taxes qui ont combl? les d?ficits de ces r?gimes au cours des ann?es.

La Rolls Royce

Les employ?s du secteur public jouissent de privil?ges que l??crasante majorit? des travailleurs du priv? n?ont pas. Ils ont la Rolls Royce des plans de retraite (Cadillac, c?est m?me plus assez riche pour d?crire ces r?gimes. Ce sont des Rolls Royce, des Bentley, des Lamborghini m?me! Rien de moins!). Ce sont des r?gimes ? prestation d?termin?es.

Qu?est-ce qu?un r?gime ? prestation d?termin?es? Simplement, on vous garantit que peu importe l??tat de la caisse de retraite, on vous paiera ? la retraite un montant x, g?n?ralement un savant calcul bas? sur le nombre d?ann?es de service et vos meilleures ann?es de salaire. Apr?s 25 ans de service, certains r?gimes vont vous garantir jusqu?a 70% de la moyenne de salaire de vos 5 meilleures ann?es, index? au co?t de la vie. Consid?rant qu?une fois ? la retraite, votre co?t de la vie est consid?rablement r?duit (apr?s tout, vos enfants ont pr?sum?ment quitt? le nid et vous n?avez pas toutes ces d?penses reli?es ? l?emploi), donc 70% du salaire de vos meilleures ann?es est ?norme et vous permet de maintenir un niveau de vie encore plus ?lev? que lorsque vous travailliez. Certainement ce genre de r?gime est un r?ve pour ceux qui peuvent en b?n?ficier. Ils obtiennent, tout au long de leur retraite, peu importe combien d?ann?es ils vivent, une rente substantielle ? l?abri de tous les al?as des march?s.

Cependant, si justement, on se retrouve avec de moins en moins de cotisants, le r?gime devient de plus en plus d?pendant aux rendements des march?s pour maintenir leur viabilit? et si ces rendements ne sont pas au rendez-vous, la caisse de retraite peut facilement se retrouver en d?ficit. Qui doit combler ces d?ficits? Selon les syndicats, c?est ? l?employeur. Mais dans le secteur public, l?employeur c?est vous!

Et le reste d?entre nous?

M?me parmi les plus grosses entreprises du Qu?bec (200 employ?s et +), moins de 50% des travailleurs ont la chance d?avoir un tel r?gime. De plus ce type d?entreprise compte pour moins de 1% de toutes les entreprises au Qu?bec, ce qui fait que la grande majorit? des travailleurs du secteur priv? n?ont pas ce genre de r?gime. Une autre distinction importante est le nombre d?ann?es de service. Pour obtenir les prestations maximales, il faut travailler pour le m?me employeur 25 ou 30 ans. Ce n?est pas inhabituel du c?t? public, mais qui, de nos jours, travaille encore aussi longtemps pour le m?me employeur?

Donc, non seulement tr?s peu de travailleurs du priv? ont acc?s ? des r?gimes ? prestation d?termin?es, mais encore moins de ces travailleurs pourront prendre leur retraite avec pleine pension. La retraite dor?e des employ?s du secteur public n?est donc qu?un r?ve inaccessible ? la grande majorit? des travailleurs qui pourtant sont forc?s ? contribuer aux r?gimes des employ?s publics.

L?Iniquit? avec un grand ? I ?

Quand je dis que les travailleurs du priv? sont forc?s de contribuer aux r?gimes de retraite des employ?s, ce n?est pas seulement au sens figur?. Ces travailleurs n?ont gu?re le choix que de payer leurs taxes et imp?ts, dont une partie est all? ? fournir non-seulement les contributions normales de l?employeurs, mais aussi combler les d?ficits, tr?s substantiels dans certain cas, de ces r?gimes.

Si encore ces privil?ges avaient ?t? obtenues par le biais d?ententes de bonne foi entre les syndicats et la partie patronale, mais dans le secteur public, nous savons tous qu?il n?en est rien. Le terme ? libre n?gociation ? brandi par les syndicats n?a jamais ?t? autre chose qu?une grosse farce dont nous sommes tous les dindons. Ces privil?ges ont toujours ?t? obtenus en prenant la population, d?pendante des services municipaux et gouvernementaux monopolis?s, tr?s litt?ralement en otage comme s?ils avaient un fusil sur la tempe. Comment alors peut-on parler de bonne foi? L?usage de la force, de l?extorsion, du vandalisme sont-ils ce qu?on appelle ? n?gocier de bonne foi ??

Comment se fait-il que nous acceptons encore la l?gitimit? de ces privil?ges accord?s ? une infime minorit? au d?pens de la grande majorit? des travailleurs? Qu?est-ce qui rend cette minorit? plus m?ritante que les autres? Rien, sauf le rapport de force dont ils jouissent.

Certains vous diront qu?il faut vivre dans la r?alit?. Que ces privil?ges ont ?t? accord?s depuis si longtemps qu?ils sont maintenant des acquis que nous ne pouvons pas retirer. J?imagine que c?est probablement ce qu?on disait nagu?re des titres de noblesse. Du moins, jusqu?? ce qu?on d?cide de passer quelques nobles ? la guillotine. Mais maintenant, la nouvelle noblesse, ce sont les employ?s du secteur public et il arrivera un jour o? leurs privil?ges ne seront plus tol?r?s.

PHILIPPE DAVID

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

France – Finances: Comment couler la Sécu !

Comment couler la sécu !   Il existe divers moyen. Une recette nous est proposée ...