Accueil / A C T U A L I T É / Le Dr Hamer et les lois biologiques de la maladie

Le Dr Hamer et les lois biologiques de la maladie

?tant de formation para-m?dicale, j?ai eu l?occasion et la grande chance de pouvoir ?tudier les travaux du Dr Hamer et surtout de pouvoir les appliquer sur moi, mais aussi d?en parler avec un grand nombre de personnes malades ? l??poque o? je travaillais. Il est r?el qu?il a mis le doigt sur un grand secret, celui de la gen?se des maladies (le mal a dit).

J?ai traduit cet article du site du Dr Henry Makow en hommage au d?vouement du Dr Hamer.

Les illuminati se servent du cancer pour nous garder en otage

Le Dr Ryke Geerd Hamer a d?couvert que non seulement le cancer mais toutes les maladies sont d?clench?es par des chocs et traumatismes inattendus. Des escrocs sont venus le menacer de choses tr?s d?plaisantes s?il ne reniait pas ses d?couvertes.

Par Stephen Coleman
(henrymakow.com)

En 1978, le fils du Dr Hamer fut mortellement bless? par un coup de feu, tir? par le prince h?ritier d?Italie. Dirk est d?c?d? 4 mois plus tard.

Six mois plus tard, le Dr Hamer fut diagnostiqu? d?un cancer du testicule. On lui fit une ex?r?se chirurgicale de son cancer.
Depuis, le Dr Hamer n?ayant jamais ?t? s?rieusement malade, il s?est demand? si le choc soudain du ? l?accident de son fils aurait pu d?clench? son cancer.

Pendant qu?il travaillait dans un grand centre pour canc?reux, il rendit visite au service des patients atteints d?un cancer du testicule et commen?a ? leur poser des questions. Il nota que, avant le diagnostic, tous ces patients avaient v?cu un conflit s?rieux ou perdu un ?tre aim?.

Il visita le service des cancers de l?ovaire et les patientes avaient ?galement perdu un ?tre cher avant d??tre diagnostiqu?es. Il avait appris ? l?universit? que les testicules et les ovaires provenaient de la m?me origine embryog?nique.

Puis il remarqua sur des scanners du cerveau que chaque malade porteur d?un cancer du testicule ou de l?ovaire avait une tache sombre au m?me endroit du cerveau. Il en conclut que non seulement les cancers mais tous les d?sordres de sant? sont d?clench?s par des chocs et des traumatismes inattendus. Plus tard, il en vint ? la conclusion que diff?rents d?clics reli?s ? des ?motions mineures peuvent s?accumuler pendant des ann?es ou m?me des dizaines d?ann?es pour se manifester ensuite en maladie.

En 1981, il soumit ses d?couvertes dans une th?se post-doctorale ? l?universit? de Tubingen en Allemagne. Quelques jours plus tard, un couple de malfrats se rendit chez lui. Il fut menac? de repr?sailles s?il ne reniait pas ses d?couvertes. Le Dr Hamer refusa. Il avait fait une d?couverte capitale et l?avait rigoureusement prouv?e.

A la m?me ?poque, le Dr Hamer et sa femme furent la cible d?un harc?lement constant de la part de la puissante famille italienne de Savoie qui fut responsable de la mort de leur fils. Le Dr Hamer pense que cette pers?cution constante a probablement caus? la mort de sa femme en 1985.

Quelques mois plus tard, l?universit? de Tubingen rejeta sa th?se sans aucun contr?le ou r?examen s?rieux.

Ils refusaient d?accepter le lien entre le psychisme et la maladie. Des ann?es plus tard, la justice demanda ? l?universit? de tester les d?couvertes de Hamer. Malgr? cela, l?universit? ne s?est jamais ex?cut?e.

En 1986, une poursuite judiciaire fut entreprise contre le Dr Hamer pour son refus de nier ses d?couvertes. La justice lui enleva son autorisation de pratiquer la m?decine, et lui dit de faire un autre m?tier et l?avertit de ne plus fr?quenter aucun patient canc?reux.

Il continua n?ammoins et fonda une clinique pour les canc?reux et obtint un succ?s ph?nom?nal avec 92% de taux de gu?rison sur plus de 20.000 cas. Le Dr Hamer maintient que les traitements modernes contre le cancer sont cruels, barbares et inefficaces. Il dit que s?il avait connu plus t?t la v?rit? ? l??poque o? il a fait son cancer du testicule, il n?aurait jamais demand? une ex?r?se chirurgicale.

Les pers?cutions devinrent si intenses qu?il s?envola pour l?Espagne, o? il pratiqua. Il fut finalement arr?t? et injustement emprisonn?. La France l?extrada et l?emprisonna pendant 3 ans sur des charges ridiculement falsifi?es.

Une fois lib?r?, il se lia d?amiti? avec un oncologue fran?ais, le Dr Claude Sabbah et le forma ? ce qu?on appelle la Nouvelle M?decine Germanique (NMG). Le Dr Sabbah apprit rapidement la NMG et obtint le m?me succ?s que le Dr Hamer. Le Dr Sabbah ? son tour enseigna d?autres m?decins r?ceptifs.

De nombreux m?decins juifs aidaient leurs clients juifs avec la NMG. Ils continuaient cependant ? utiliser les th?rapies modernes dangereuses et pratiquement inutiles pour leurs clients goy. Le Dr Hamer protesta contre cette hypocrisie. Voici pourquoi la communaut? juive le qualifie aujourd?hui d?anti-s?mite.

Le Dr Hamer a re?u des excuses officielles de plusieurs rabbins pour la diffamation. Cependant cette salissure subsiste sur de nombreux sites web financ?s par des Illuminati qui critiquent et d?nigrent le Dr Hamer.

Diff?rents individus et groupes plagient les d?couvertes du Dr Hamer et manquent de lui en attribuer le m?rite. Il existe m?me des groupes chr?tiens qui d?forment son travail pour le faire coller aux ?critures. Selon les articles que j?ai vu, ils causent autant de mal que de bien. C?est parce qu?ils n?ont pas pris une seule journ?e d??tude pour acqu?rir une bonne compr?hension de la chose.

Le complexe m?dico-industriel des Illuminati a essay? de son mieux de camoufler les d?couvertes de Hamer. Mais avec la transparence d?Internet, ils ont ?t? incapables de stopper le flot.

??Merci au Dr Ryke Geerd Hamer pour ses extraordinaires d?couvertes. Elles changeront la mani?re de concevoir la maladie. Si nous vivions dans un monde juste, le Dr Hamer aurait du avoir le Prix Nobel de M?decine pour son travail r?volutionnaire!?? ? Dr Gilbert Renaud

Au lieu d?un Prix Nobel, il a fait de la prison. Il a vol? de pays en pays pour ?viter les implacables harc?lements et pers?cutions du complexe m?dico-industriel. Le Dr Hamer a sacrifi? son temps libre et son confort pour apporter la v?rit? au monde.

Aujourd?hui le Dr Hamer r?side ? un endroit non r?v?l? dans un pays qui n?a pas de trait? d?extradition avec l?Allemagne.

*****************************

Quelques liens vers des sites qui ??salissent?? les d?couvertes du Dr Hamer :

http://www.retrouversonnord.be/hamer.htm

http://charlatans.info/hamer.php

M?me Wikip?dia ne se mouille pas : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ryke_Geerd_Hamer

D?autres sites qui en parlent correctement :

http://www.alasanteglobale.com/hamer.html

http://artdevivresain.over-blog.com/article-19885686.html

(Jean-Jacques Cr?vecoeur est un ardent d?fenseur du Dr Hamer)

Et le site sur la NMG?:

http://www.germanique-nouvelle-medecine.com/

Et enfin un livre que j?ai en ma possession qui explique avec simplicit? le fonctionnement des maladies selon le Dr Hamer :

http://www.amazon.fr/m%C3%A9decine-sens-dessus-dessous-raison/dp/8887622426

Traduit par H?lios du Bistro Bar Blog

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Election 2020 (VI) : l’origine de la rumeur « du serveur allemand »

Envoyés au front aux abords de l’hiver, les avocats mandatés par Donald se sont pris ...

42 Commentaire

  1. avatar

    Hamer se prétend scientifique mais ses « découvertes » n’ont fait l’objet d’auncune validation scientifique !
    Il est docn faut de prétendre qu' »Il avait fait une découverte capitale et l’avait rigoureusement prouvée. ».

    Extrait du livre « Quand les thérapeutes dérapent » :

    « Dénis du psychologique et du psychosomatique »

    « Le Dr Hamer et les Hamériens (1) démentent recourir à ce qui est psychologique, et en ont été critiqués ; pourtant, ils procèdent sans conteste à une anamnèse qui est pourtant la description de l’histoire de ce qu’a vécu le patient sous l’angle psychologique ! Croyant évacuer ainsi la nécessaire prise en charge psychothérapeutique de la personne (2) – et les contingences éthiques et déontologiques associées –, ils se cantonnent à parler erratiquement de biologie ou de biologique.

    Dans un ordre d’idée plus en phase avec la réalité, il eût été préférable de parler de psychobiologie (3) ou de psychobiologique, qui est en phase avec l’objet de la psychosomatique (4), branche universellement reconnue de la médecine conventionnelle.

    L’origine psychique des maladies avait déjà été relevée notamment par Sigmund Freud (5), elle a été entérinée grâce aux avancées de la médecine psychosomatique. Dès lors, la médecine du Dr H. se révèle manifestement être étroitement apparentée à la psychosomatique mais sans que le Dr H ; en fasse nommément référence.
    Pour sa part, l’Association française pour l’information scientifique (AFIS) déjà citée livre la conclusion suivante suite à son enquête :

    ‘’On pourrait assimiler la thérapeutique de cette médecine alternative à la psychothérapie. La médecine soigne le corps et la psychothérapie le psychisme mais dans le cas qui nous intéresse, le corps est dépossédé de son essence, de toute consistance, il n’est plus qu’un objet, un miroir de nos angoisses dans les mains du thérapeute. Il s’agit là d’une dérive pernicieuse de la médecine « psychosomatique ». Nos investigations sur la biologie totale et la Médecine Nouvelle nous ont amené à penser qu’il est de notre devoir de dénoncer les pratiques en relation avec ces pseudo-théories représentant un danger mortel potentiel pour tout patient qui y aurait recours’’ (6). »
    ——————————————–
    (1) Comme se nomment ainsi ceux qui défendent et propagent les théories de Dr H., sur lesquelles se fonde leur pratique thérapeutique.
    (2) On a vu que de tels thérapeutes croyaient ainsi se dédouaner des obligations déontologiques touchant l’accompagnement de type psychothérapeutique, supra p. 15.
    (3) Ou neurosciences cognitives est l’une des branches scientifiquement reconnues de la psychologie et qui étudie les incidences du psychisme sur la biologie.
    (4) Qui est née dans la seconde moitié du XIXe s. Sa paternité est attribuée au psychiatre allemand Johann Heinroth.
    (5) supra p. 17.
    (6) La « biologie totale » sous la loupe, SPS n° 277, mai 2007, article écrit par le Dr Alessandra Moonens,
    (http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article746).

  2. avatar

    Le cas de Hamer est exemplatif d’un sorte de comportement schizophrénique qui conduit à vouloir affirmer à coups de marteau (hammer = marteau en allemand) la prétention scientifique d’une approche (au sens moderne du mot) alors qu’elle ne peut manifestement pas répondre aux critères scientifiques :

    En revanche, lorsque comme Hamer on prétend que ses découvertes sont scientifiques (au sens moderne du mot), il aurait du assumer et se plier à la méthode scientifique en vigueur pour les faire valider. Ce ne sont pas ses indigentes attestations abusivement appelées « vérifications scientifiques » qui sont parvenue à hisser sa ‘médecine’ au rand de statut scientifique. Vu ses études de médecine, il ne pouvait pas ignorer de l’existence contraignante de tels critères incontournables et je ne comprends donc pas son obstination à vouloir prétendre que sa médecine est un médecine au sens scientifique moderne.

    Chez les défenseurs inconditionnels du Dr Hamer, on fait souvent état de l’existence de ces prétendues «vérifications scientifiques» (http://www.medecinenouvelle.com/verifications) des ‘découvertes’ du Dr Hamer, en référence aux ‘vérifications’ présentées par le Dr Hamer sur son site. Elles sont souvent brandies comme renfermant un fondement irréfutablement solide aux découvertes du Dr Hamer, avançant qu’il fallait y trouver des preuves scientifiques (au sens conventionnel du mot). Elles sont toutes sujettes à caution vu l’absence de protocoles scientifiques associés destinés à fournir les détails de l’expérimentation. Rien d’étonnant alors que cela entraine ipso facto leur non validation par la communauté scientifique.

    Voici un exemple de la manière dont celle-ci se prononce à ce sujet : au Procès du Dr Hamer à Chambéry (En date du 11 septembre 1998 : http://prevensectes.com/stop2.htm ), à propos de l’attestation de l’Université de Bratislava (. http://www.medecinenouvelle.com/verifications/slovaquie/ ), voici ce qui est mentionné : «Interrogé sur ce document dont l’authenticité n’était pas vérifiée, le Professeur HOERNI, Président de la Section Ethique et Déontologique de l’Ordre National des Médecins, estimait qu’il s’agissait d’une attestation rudimentaire ayant une valeur scientifique extrêmement limitée.»
    En effet, la partie adverse n’a même pas pris la peine de faire authentifier les signataires de ce document, démarche pourtant incontournable.

    Dans les cours qui existent et donnés par ceux qui se revendique de l’approche du Dr Hamer, il n’y a pas davantage et pour causes de références véritablement scientifiques : «La formatrice de Médecine germanique Caroline Markolin, qui donne des formations au Canada, ne fait pas les choses autrement. Protégez-Vous a constaté que les documents distribués au cours des ateliers ne comportent aucune référence scientifique. Mme Markolin se contente d’évoquer des témoignages personnels de gens proches d’elle ou de Hamer.» (Médecine nouvelle germanique : les coulisses d’une pseudoscience (Cf. http://www.protegez-vous.ca/sante-et-alimentation/medecine-germanique/medecine-nouvelle-germanique-les-coulisses-dune-pseudoscience.html ).

    Perseverare diabolicum, en 1981, Hamer avait vainement introduit une thèse, à la Faculté de Médecine de Tübingen (Source reprise du site de Hamer http://www.germanique-nouvelle-medecine.com/index.php?option=com_content&task=view&id=42&Itemid=50 ).

    Il est regrettable qu’il se soit abstenu d’en publier le contenu, face au refus de l’université de l’examiner (Elle avait fait fi des injonctions de la Justice à le faire).
    La raison d’un tel refus a été donnée dans un communiqué médical « diffusé à la communauté scientifique», qui qualifia la thèse de «de « non reproductible »».

    L’attitude du Dr Hamer est aussi suspecte, car on comprend mal qu’il se soit abstenu d’y recourir, vu ses prétentions scientifiques : si la qualité de ses observations basées sur des études de cas n’étaient pas taxables d’empirisme primaire, pour diable quelles raisons s’est-il alors privé de permettre de publier ses recherches ? Personne n’est dès lors pas en mesure de vérifier si son travail est fondé sur une observation empirique autre que primaire. Vu l’accumulation de telles approximations, on peut donc plus que supposer qu’elle ne se base que sur des «généralisations grossières», comme le dénonce le Dr Moonens par rapport à la présentation qu’on fait généralement des théories du Dr Hamer.
    (Extrait d’un article intitulé La biologie totale sous la loupe : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article746 )

    Le Dr Hamer n’a de cesse d’avancer que sa médecine est scientifique au sens moderne du terme. Pour qu’une approche puisse se prétendre scientifique, elle doit respecter scrupuleusement les critères en vigueur en science conventionnelle auxquels le Dr Hamer devait se conformer totalement, ce qui n’a pas été le cas, loin s’en faut.

  3. avatar

    « Il continua néanmoins et fonda une clinique pour les cancéreux et obtint un succès phénoménal avec 92% de taux de guérison sur plus de 20.000 cas », lit-on encore ici.

    C’est de la pure formation car Hamer ne s’est occupé de cette clinique (à Katzenelnbogen) que durant un an et donc il n’aurait pas pu s’y occuper de 20.000 cas !!! La réalité est toute autre :

    Des patients majoritairement survivants ?

    Dans une lettre que le Dr Hamer envoie le 2 décembre 2004 à la Cour de cassation depuis sa prison de Fleury-Mérogis, il relate que le Procureur du Ministère Public du Tribunal de Wiener Neustadt (Allemagne) avait consigné à son propos que « plus de 90% (6.000) des patients traités par lui avaient survécu » (1).

    Ce qui précède n’est confirmé par aucune source officielle et il est révélateur qu’il se soit privé de faire état sur son site du facsimile d’un tel document (s’il existe vraiment) et qui aurait pu figurer, par exemple, à côté des autres documents officiels présentés (faussement) comme des vérifications scientifiques de sa médecine.

    Parmi les patients qui auraient continué à vivre, il faudrait se poser la question de savoir, quelle est la proportion de ceux qui auraient survécu à leurs maladies. Il aurait fallu le vérifier de nouveau et à plusieurs reprises, pour jauger exactement de l’efficacité du Dr Hamer comme thérapeute. Venant contredire ce qu’avance le Dr Hamer, la seule étude disponible serait fournie par le magazine Spiegel (2) qui « fait état d’une enquête menée par les autorités en Allemagne, établissant que sur cinquante patients passés entre les mains de Hamer dans sa clinique privée, seuls sept ont survécu » ; deux de ses collaboratrices directes à la clinique privée de Katzenelnbogen qui y ont travaillé disent qu’il n’y a pas eu de guérison (3).

    (1) Cf. http://www.coordiap.com/Gnews200412.htm
    (2) Cf. http://assets.krebsliga.ch/downloads/01_02_hamer_e_neu.pdf
    (3) Cf. http://seulomonde.canalblog.com/archives/2010/10/18/19366873.html

  4. avatar

    Autre légende tenace qui court encore au sujet des raisons qui ont conduit Hamer en prison.
    Extrait du livre « Quand les thérapeutes dérapent » :

    « Il n’a jamais été emprisonné à cause de ses idées.
    Contrairement à la légende, il n’a jamais été incarcéré à cause de ses idées. Il a été initialement condamné à un total de dix-neuf mois de prison par le tribunal de Cologne en 1992 et en 1997, « pour non-assistance à personne en danger, infraction à la législation sur les médecines parallèles et exercice illégal de la médecine » (1). Suite à une troisième condamnation en 2004 (Chambéry – France) pour escroquerie et complicité d’exercice illégal de la médecine, il a été emprisonné durant dix-sept mois (2) ».

    1. http://www.prevensectes.com/hamer.htm ; la Cour d’appel de Chambéry l’a condamné le 1er juillet 2004 à trois ans de prison.
    Minutes du procès de Chambéry (http://prevensectes.com/stop 2.htm).

  5. avatar

    Concernant les (prétendues) « lois biologiques » :

    les options trop souvent sinon intégristes, du moins exclusives du Dr Hamer conduisent à penser qu’il ne faut pas le considérer en pure victime :

    « Celui qui base ou croit baser sa conduite – interne ou externe, de sentiment ou d’action – sur un dogme ou un principe théorique qu’il estime indiscutable, court le risque de devenir un fanatique. »(Miguel de Unamuno / 1864-1936 / Le sentiment tragique de la vie)

    En ce qui concerne le Dr Hamer, c’est aussi faute de n’avoir (notamment) pas pris la peine de mettre à disposition de la communauté scientifique les éléments statistiques qui lui ont permis d’asseoir, selon ce qu’il en dit, (mais en l’occurrence, on est comme « obligé » de le croire), les fondements de ses nouvelles « Lois biologiques » ; ces dernières n’apparaissent alors que comme des dogmes à prendre ou à laisser,même si a posteriori ces lois se vérifient dans la pratique de l’accompagnement psychothérapeutique des maladies.

    « Le principal obstacle à la diffusion de la Médecine Nouvelle, c’est son créateur lui-même »
    Princesse Theresa von Schwartzenberg (et dont Jean-Jacques Crèvecoeur témoigne qu’elle st unfemme « médecin autrichienne qui a écrit un livre appuyant les travaux de Hamer il y a quinze ans, et traitée par ce dernier de voleuse »).

    Quant à Hamer, lorsque quelqu’un dépense une fortune pour réaliser un DVD comme l’a fait JJ Crèvecoeur dans le but de faire connaître ses fameuses lois biologiques dans ce DVD qui est une sorte de hagiographie (ce que je critique par ailleurs °), voici alors la réaction de Hamer commentée par JJ Crèvecoeur :

    « Ma position par rapport au docteur Hamer »
    Jean-Jacques Crèvecoeur
    (Extrait d’un courriel public reçu début mars 2009 et dont il a encouragé la diffusion)

    « Vous êtes de plus en plus nombreux à me poser la question de ma position par rapport au docteur Ryke Geerd Hamer. Certains d’entre vous ont relevé le message pour le moins curieux qui figure sur le site français de Médecine Nouvelle.

    Ce message dit ceci : «Un DVD « Seul contre tous », circule un peu partout. Nous tenons à vous informer que l’auteur de ce film l’a fait sans l’accord du Dr Ryke Geerd Hamer (les images et photos sont sous copyright du Dr Hamer) et ont été volées et utilisées sans l’autorisation du Dr Hamer. Le Dr Hamer ne perçoit aucun droit sur la vente et la diffusion de ce DVD. »
    Ce communiqué placé sur le site de Hamer me chagrine beaucoup.

    Je connais personnellement le docteur Hamer depuis 1990. Depuis que je le connais, mon objectif a toujours été de faire connaître et reconnaître ses travaux scientifiques. Par contre, plus j’ai appris à le connaître, moins j’ai eu envie de défendre l’homme meurtri, paranoïaque et intolérant qu’il est devenu, malheureusement. Il n’est plus capable de reconnaître ses alliés de ses ennemis. Il attaque systématiquement ceux qui veulent le défendre, en les traitant de voleurs et d’assassins. Et par les propos qu’il tient ouvertement en référence à la Germanie et aux Juifs, il s’est rendu lui-même indéfendable et infréquentable. Le malheur, c’est qu’il est entouré d’une petite garde rapprochée qui nourrit sa paranoïa. De peur de perdre l’attention du grand patron !

    Hamer a vu mon film. Et continue de me traiter de voleur de la Médecine Nouvelle. Comme disait la princesse Theresa von Schwartzenberg (médecin autrichienne qui a écrit un livre appuyant les travaux de Hamer il y a quinze ans, et traitée par ce dernier de voleuse) : «le principal obstacle à la diffusion de la Médecine Nouvelle, c’est son créateur lui-même ». Je partage totalement cette opinion.

    Pour ce qui est de l’aspect légal, je n’ai pas besoin de son approbation pour faire un film sur lui. Les avocats spécialisés dans le droit de l’audio-visuel me l’ont confirmé. Je n’ai pas besoin de l’autorisation de quelqu’un pour faire un film sur lui, à partir du moment où c’est un personnage public. Par ailleurs, une théorie scientifique n’est absolument pas protégeable : dès qu’elle est énoncée, elle tombe dans le domaine public. La seule chose pour laquelle j’aurais dû obtenir une autorisation, c’était pour l’utilisation de ses photos. Je lui ai proposé de lui acheter les droits de reproduction. Il a refusé. J’ai décidé d’aller de l’avant, sachant que je ne risque qu’une condamnation mineure, étant donné que mon intention n’est pas de le discréditer, comme beaucoup l’ont fait.(…) »
    http://www.retrouversonnord.be/Hamer.htm#position

    (°)
    « (…) les options trop souvent sinon intégristes, du moins exclusives du Dr Hamer conduisent à penser qu’il ne faut pas le considérer en pure victime.

    Je regrette ici que Jean-Jacques Crèvecoeur pose dans son DVD le Dr Hamer en pure victime alors qu’il se montre en d’autres lieux (conférences et écrits) très critique par rapport à lui comme en témoigne ce texte qu’il a écrit, en ayant pris soin de demander sa large diffusion.

    Le Dr Hamer ne devrait s’en prendre qu’à lui-même : tout d’abord en s’étant rendant coupable de complicité d’exercice illégal de la médecine, mais aussi c’est aussi faute de n’avoir (notamment) pas pris la peine de mettre à disposition de la communauté scientifique les éléments statistiques qui lui ont permis d’asseoir, (selon ce qu’il en dit, mais en l’occurrence on est comme « obligé » de le croire), les fondements de ses nouvelles « Lois biologiques » ; ces dernières n’apparaissent alors que comme des dogmes à prendre ou à laisser, même si a posteriori ces lois se vérifient dans la pratique de l’accompagnement psychothérapeutique des maladies. »
    Source et liens internes : http://www.retrouversonnord.be/crevecoeur.htm

  6. avatar

    Je ne connais pas les théories du Dr Ryke Geerd Hamer mais des personnes vulnérables atteintes de maladies graves meurent à tout les jours parce qu’il ont cessé leurs traitements médicaux sous les conseils d’un gourou qui prétend que leur maladie est causées par leur vécu ou leur mauvaise attitude face à la vie, voire même qu’elle est une punition divine!

    Certains pseudo-guérisseurs adoptent le même discours sur des maladies transmissibles comme le VIH, au mépris de toute prévention (car si vous croyez que le VIH est causé par votre état d’esprit, vous ne protégez pas vos partenaires, je présume).

    Les théories de certains thérapeutes sont généralement axées sur des dogmes et l’attitude attendue du malade est celle d’un croyant. Devant la persistance de la maladie, comme les prêcheurs protestants prétendant guérir les malades, un gourou mettra l’état de sa victime sur le compte d’un manque de foi, d’effort ou de confiance. Dans quel autre domaine le client doit-il s’excuser qu’on ne lui ai pas « livré le produit » promis, si vous me passez l’expression et pour laquelle il a payé? Les médecins conventionnelle ne guérissent pas toujours leur patient mais au moins ils ne leur en font pas reproche.

    Tout les humains souffrent et vivent un jour ou l’autre une expérience traumatisante au cours de leur vie. Une vie sans aucune souffrance ni aucun stress est impossible. Si les expériences désagréables avaient le pouvoir de faire apparaître la maladie, nous serions tous malades sans exception.

    Il est facile de voir des lien de cause à effet partout lorsqu’on demeure dans l’anecdotique. Les voyants de foire vont à la pêche en demandant à la personne en face d’eux si elle a vécu une maladie, un divorce, un deuil, une perte d’argent ou tout autre évènement désagréable comme il nous arrive à tout d’en vivre. Il savent qu’il y a statistiquement peu de risques qu’ils tombent sur une personne au passé et au présent parfait (si d’aventure une telle personne existait, parions qu’elle ne consulterait pas un voyant!)

    Le monde de la médecine et des pharmaceutiques n’est pas sans tache mais le fait qu’il y ait des intérêts privés en jeu n’invalide pas des connaissances sur la maladie qui ne sont plus à prouver et qui ont été acquises en suivant un protocole rigoureux.

    Si on veut croire que des intérêts privés discréditent la médecine dans son ensemble, il faut au moins faire de même avec toutes les thérapies nouvel-âge car il y a au moins autant d’argent à faire avec la crédulité des gens.

    Je recommande à toute personne souffrante d’être très prudente et toujours faire affaire avec des professionnels de la santé, ayant une formation pertinente, quitte à un consulter plusieurs. La médecine douce peut être à la rigueur un complément.

  7. avatar

    Ce qui arriva au Docteur Ryke Geerd Hamer a son niveau, attaqué par ce que vous appelez les ulliminés, historiquement originaires de la région de Munchen,puis ayant pris place aus USA, Mr Hamer même doit le savoir, lorsque présentant un moyen de soigner les maladies dégénératives engendrées par des chocs psychosomatiques au niveau cellulaire, , le Ph+ etc; souche mère =fille et ouvrière devient souche mère =fille, fille, fille, ou ouvrière, ouvrière- différent de ceux utilisés et qui sont voulument tueurs, à dessein empoisonneurs palliatifs,anti-démographiques, pour moins payer de retraites,etc.
    arrive à une autre échelle à la Lybie sous nos yeux, M’3ammar el Kadhafi qui maintint le système tribal d’origine de sa société lybienne, l’adapta sous forme de conseils populaire, une forme de démocratie directe d’organisation sociale qui par l’exploitation de ses richesses en hydrocarbure donnait plus de « santé » à son peuple que d’autres formes d’exploitations comme en Iraq oû le pétrole n’est plus la propriété des iraqis, ce qui déplait au illuminés pour le cas lybien c’est qu’ils n’ont aucun moyen de s’introduire dans le pays pour installer leur metastases.; et donc il faut lui causer une émotion brutale, qui surprend qui étonne, un émorme choc psychosomatique pour liu installer le cancer dans son corps sous forme de quelques Golden Boys et le reste devient consommation de poison de la consommation.

    Enfin hativement formulé, je n’ai pas le temps de le travailler plus, j’y reviendrais plus tard pour le breveter,hahaha. « Dakichia » dans youtube

  8. avatar

    Question:

    Est-ce les ulcères d’estomacs qui causent le stress ou si c’est le contraire?

    L’approche psychologique ne peut pas être repoussée aussi cavalièrement, je pense.

    Ami calmant

    Elie l’Artiste

    • avatar

      Les ulcères d’estomacs sont dus à une bactérie, Helicobacter pylori, qui perce des trous dans la muqueuse qui protège normalement notre estomac des sucs gastriques. Le stress ne peut pas davantage faire apparaître une bactérie que le froid ne fait apparaître la grippe…

    • avatar

      Donc les ulcères d’estomac ne sont pas causées par le stress. Merci de me l’apprendre.

      Mais je vous prie de continuer et de m’indiquer qu’elle bactérie ou quel virus cause les crises cardiaques.

      J’adore être rassuré, au niveau des responsabilités, en plaçant celles-ci sur des « entités » palpables et matérielles. Ça me permet de n’être responsable de rien.

      Par exemple: Je suis « grugé » par la bactérie Helicobacter pylori, ce qui me rend très irrascible. Quelqu’un me dit « Bonjour toi! » et je lui fout mon poing sur la gueule.

      Mais le vrai coupable du coup de poing est évidemment la bactérie en question. Celui qui est étendu par terre doit « comprendre » que je N’ÉTAIS PAS « DANS MON ASSIETTE » à cause de cette foutue bactérie.

      La science « libère »; c’est évident!

      Amicalement

      André Lefebvre

    • avatar

      La bactérie Helicobacter pylori cause les ulcères, elle ne vous déresponsabilise en rien de tout ce que l’irritabilité vous fera faire si vous la contractez. Libre à vous de reprocher aux « ulcérés » d’être responsable de leur état si c’est ce que vous tentez de faire.

    • avatar

      Et au sujet des crises cardiaques???

      Est-ce c’est parce qu’on mange trop de beurre?

      La position « matérialiste » ne tient pas devant la totalité des « faits ».

      Plusieurs maladies sont causées par la « peur » de ces maladies que l’on « cultive » dans la psyché des gens. Déjà là, l’esprit est en cause.

      Le système immunitaire ne dépend pas du fait de manger une pomme par jour (sauf si vous en êtes absolument convaincu; mais ça pourrait être « un grain de riz » et le résultat serait le même). La force du système immunitaire prend sa source dans la psyché de l’individu et non dans 5 km de « jogging » quotidien. Évidemment l’exercice « tient en forme »; mais la santé n’est pas exclusivement « la forme physique »; on doit y inclure la « forme psychique », je pense.

      Du moins, c’est une « possibilité » qui devrait être considérée.

      Mais alors il nous faudrait des « spécialistes de la santé » plutôt que des « spécialistes des maladies ». L’approche serait très différentes.

      Première conséquence: la perte du contrôle de l’industrie pharmaceutique sur la santé serait déjà une amélioration de la situation.

      Deuxième conséquence: cessation de décider d’empoisonner « tout le corps » pour « tuer » une petite bactérie ou un minuscule virus.

      Mais qui suis-je pour en parler? Je ne suis qu’un transporteur de toutes les bactéries et tous les virus qui existent, et qui se comportent tous « intelligemment » envers mon corps depuis plus de 60 ans sans aucune « anicroche ». Allez savoir pourquoi?

      Amicalement

      Elie l’Artiste

    • avatar

      A l’Artiste qui fait observer très justement : « il nous faudrait des « spécialistes de la santé » plutôt que des « spécialistes des maladies ». L’approche serait très différentes ».

      Extrait de « Quand les thérapeutes dérapent » :

      « Une véritable industrie de la maladie »

      « N’est-ce pas illusoire de proclamer que l’état de santé actuel est le meilleur qui ait régné au cours de l’histoire, lorsqu’un nombre toujours croissant d’individus doit avoir recours aux drogues et au médecin pour affronter les problèmes de la vie quotidienne ?
      (René Dubos) (1).

      Le Dr Carlyle Guerra de Macedo, qui a été le directeur du Bureau sanitaire panaméricain de 1983 à 1995 (2), l’exprime en d’autres termes, pointant les causes du gaspillage consécutif :
      ‘’Dans le domaine de la santé, les ressources sont gaspillées, dévorées par un système de prestations dont l’objectif même est dénaturé, il est trop centralisé, trop sophistiqué, sans rapport avec les besoins des utilisateurs et essentiellement modelé par le choix des bailleurs de service, des producteurs d’équipement et d’autres « biens sanitaires ». C’est ainsi qu’est née « une industrie de la maladie » qui absorbe la totalité des ressources disponibles et dont le pouvoir s’accroît avec son expansion. Cette industrie s’attache (pour plus de 90 % des ressources disponibles) à ce que la restauration de la santé s’effectue par des techniques les plus sophistiquées et les plus coûteuses possible, puisque c’est la maladie qui la fait vivre et non pas la santé’’ (3).
      C’est le constat du Dr Thierry Janssen, qui souhaite le passage de l’industrie de la maladie à l’industrie de la santé :
      ‘’Basé sur l’invention de nouveaux traitements et la production de nouveaux remèdes, notre système de santé est devenu une véritable industrie de la maladie soumise aux impératifs de la croissance. Plus il y a de maladies, plus cette industrie est florissante. Le paradoxe est de taille ; le conflit d’intérêts est manifeste ; l’incohérence est réelle. Or […], si la cohérence est un gage de réussite, l’incohérence finit par créer l’échec. Il serait judicieux de développer un vrai « système de santé » dont la prospérité ne dépendrait plus de la quantité de malades qu’il prend en charge, mais au contraire, du nombre de personnes qu’il maintient en bonne santé. Cette « industrie de la santé » se fonderait moins sur la production de remèdes que sur la mise en place de mesures permettant de prévenir la maladie’’(4). »

      (1) Dr René Dubos, ‘’Le mirage de la santé’’, Ed. Denoël, Paris, 1961, p. 21.
      (2) Pan American Health Organization (PAHO).
      (3) Article paru dans le n° 453 de ‘’Technique et Hospitalisation’’ –Analyse qui vaut aussi pour l’Europe vu l’apparentement des systèmes de santé.
      (4) Thierry Janssen, ‘’La maladie a-t-elle un sens ? Enquête au delà des croyances’’, Éd. Fayard, 2008, pp. 281–282.

      A méditer pour ceux qui croient que la médecine matérialiste a fait des progrès décisifs et porteur : « La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé »,
      observait Aldous Huxley (auteur de « Le meilleur des mondes »)

  9. avatar

    Stéphanie avance que : « Le stress ne peut pas davantage faire apparaître une bactérie que le froid ne fait apparaître la grippe… »

    C’est faux en regard des études cliniques :

    « Des scientifiques réputés se sont déjà affranchis de cet ancrage au tout–au-physiologique, en identifiant le stress oxydant comme à l’origine du cancer. Parmi eux, le célèbre Pr Luc Montagnier – prix Nobel de médecine 2008 pour sa codécouverte du VIH (SIDA) – en est « arrivé à la notion de « champ oxydant » ».

    Dans « l’addition des phénomènes générateurs de stress oxydant », il inclut des « facteurs psychologiques » (1) et précise que « le système immunitaire lui-même est affaibli par les problèmes de stress psychologique » (2) » »
    (Extrait du livre « Quand les thérapeutes dérapent »)

    (1) Luc Montagnier, Les Combats de la vie, Éd. Jean-Claude Lattès, Paris, 2008, pp. 190-191.
    (2) Interview du Pr Montagnier, propos recueillis par Céline Andrillon pour la revue Bio-énergie n°27.

    « Des études cliniques, effectuées sur des malades dont on a pu établir tous les antécédents biographiques, ont montré l’existence d’un rapport chronologique entre l’évolution de leur maladie et les événements retentissant sur leur vie affective. La situation qui précipite le sujet dans la maladie revêt pour ce malade une signification affective particulière, parce qu’elle est liée à son passé ou à une problématique conflictuelle non résolue. C’est en raison de ces liens qu’elle a pour lui un effet de stress. »
    (Ary Becache, Psychologie Pathologique, 2004, Abrégés Masson, 9ème Édition, p. 219).

    • avatar

      Meeerde! Je suis encore coincé et je peux être victime de mes « émotions ».

      Je vais être encore obligé de les « maîtriser » au lieu de les encourager à s’exprimer. Quelle poisse!!!

      Amicalement

      Elie l’Artiste

    • avatar

      Et selon vous, le fait que « …le système immunitaire lui-même est affaibli par les problèmes de stress psychologique… », prouverait qu’une bactérie ou un virus peut apparaître du néant? Des personnes parfaitement « zen » et ayant une hygiène de vie irréprochable reçoivent un diagnostic de cancer à tout les jours.

      La culpabilisation n’aide en rien les malades, pas lorsqu’on s’éloigne des règles de prévention pour se mettre à la chasse aux poux et à soupçonner ceux qui souffrent d’être coupables. Ce n’est pas parce qu’il est possible de prévenir beaucoup de maladies avec une alimentation saine, l’activité physique et un sommeil suffisant qu’il est possible de tout prévenir à 100%. Nous n’avons aucun contrôle par exemple, sur notre génétique ou sur les polluants qui ont envahi notre environnement domestique.

      Quelle importance la taille de « l’ennemi »? Un virus n’est pas visible comme une balle ou une voiture qui blesse une personne en la percutant. Il n’en est pas moins matériel et peut causer des dommages imprévisibles.

    • avatar

      « Nous n’avons aucun contrôle par exemple, sur notre génétique ou sur les polluants qui ont envahi notre environnement domestique. »

      Nous n’avons pas de contrôle sur les polluants parce que nous sommes irresponsables. Nous pourrions avoir facilement ce contrôle…mais…

      Votre exemple du « génétique » est très à propos. je vous demanderais de me nommer un gêne qui est présent depuis le début de l’évolution de l’humain et qui provoque des « maladies » de nos jours.

      Si vous retournez à la date de l’apparition de ce gêne dans l’évolution du corps humain, ce serait très « explicatif » de pouvoir nous indiquer la cause de son apparition.

      Comme simple exemple: Acceptons (pour fin de discussion) que l’alcoolisme soit une conséquence génétique. L’alcoolisme possède un « début » dans l’évolution des humains. Est-ce là le « début » de l’existence de « son » gêne »? Si oui, qu’est-ce qui lui a donné naissance? la bouteille ou la psyché du buveur qui en devient « dépendant »?

      Les « affirmations » doivent suivre des « réflexions » et non suivre des « constats » physiques.

      Encore une fois, c’est l’esprit qui doit avoir la priorité sur l’objet.

      Amicalement

      Elie l’Artiste

    • avatar

      Je ne peux qu’être d’accord avec vous.

      PLusieurs scientifiques de renon avaient déjà attiré l’attention là-dessus :

      Voici ce que le célèbre Pr Henri Laborit faisait état dans son livre « L’inhibition de l’action », fruit d’expériences de laboratoire incontestées et qui ont le mérite d’intégrer le psychisme humain et donc s’écartent (de la religion) du matérialisme scientifique :

      « La séparation entre l’esprit et le corps est sans doute un des concepts les plus difficiles à détruire, car fondé sur une apparente évidence » […]
      « Nous sommes les autres, c’est-à-dire que nous sommes devenus avec le temps ce que les autres – nos parents, les membres de notre famille, nos éducateurs – ont fait de nous, consciemment ou non.
      Nous sommes donc toujours influencés, le plus souvent à notre insu, par les divers systèmes dont nous faisons partie. »
      (cf. http://www.retrouversonnord.be/Inhibition_action_Laborit.htm)

      « La séparation entre l’esprit et le corps est sans doute un des concepts les plus difficiles à détruire, car fondé sur une apparente évidence » ;
      (« L’inhibition de l’action » http://www.retrouversonnord.be/InhibitionActionLaborit.htm).

  10. avatar

    P.S. A méditer

    « Le ‘Microbisme’ est une doctrine fataliste monstrueuse qui suppose qu’à l’origine des choses, Dieu aurait créé les germes des microbes destinés à nous rendre malades. »
    (Pr Antoine Béchamp dont les découvertes incontestées ont pourtant dénoncé le mythe pasteurien)

    « Les virus et les bactéries ne sont pas les causes des maladies, il s’agit d’autre chose. »
    (Pr René Dubos, microbiologiste et célèbre inventeur du premier antibiotique
    dans son livre « Mirage of Health », traduit aussi en français « Mirage de la santé »).

    « Le microbe n’est pas plus responsable de la maladie « infectieuse » que la mouche du cadavre. »
    (Dr Vétérinaire Eric Ancelet auteur de « Pour en finir avec Pasteur « )

    En redondance avec ce qui précède et se fondant sur ses célèbres expériences, voici un extrait de l’ouvrage du Pr Henri Laborit,
    « Inhibition de l’action » (Masson, Paris, 1980), dans lequel il expose la théorie psychosomatique du conflit quelques années avant ce qu’a prétendu découvrir Hamer :
    « (…) pour faire une infection ou une affection néoplasique [Ndlr : cancer], il ne suffit pas d’un contact avec un microbe ou un virus ou un irritant local chroniquement subi.
    On a trop focalisé sur le microbe, le virus ou le toxique cancérogène et pas assez sur le sujet,
    sur son histoire passée et présente, ses rapports avec son environnement. Les toxiques eux-mêmes
    doivent sans doute présenter une toxicité variable suivant le contexte et le statut social
    de l’individu qu’ils atteignent. (…) Contentons-nous maintenant de rappeler que les schizophrènes
    parvenus au stade de la démence, isolés du contexte social par leur folie, sont parmi les populations les moins atteintes par les affections cancéreuses, infectieuses et psychosomatiques (…)»

  11. avatar

    Les connaissances actuelles, comme il a été dit précédemment, au sujet de l’influence de la psyché sur le corps sont loin d’être «anecdotiques». La médecine traditionnelle commence à admettre que certaines formes de stress récurrents (ou jamais résolus) affaiblissent grandement la défense immunitaire.

    Il est évident qu’un système immunitaire toujours à plat est plus vulnérable aux attaques bactériennes et virales; on n’a qu’à se rappeler de nos propres expériences…

    Lisa Brennan

    «Il y a deux moyens d’oublier les tracas de la vie : la musique et les chats.»
    “Happiness is nothing more than good health and a bad memory.”
    — Albert Schweitzer

    • avatar

      Voici le constat du Pr Jacqueline Bousquet (Dr ès sciences, Biophysique – Chercheur honoraire au CNRS) appelle

      « LES AGRESSEURS IMAGINAIRES » – (« Le Terrain crée la maladie »)

      « La science matérialiste traque et tue sans relâche des « agresseurs » imaginaires qui ne sont autres que les constituants naturels de l’organisme dont la stéréochimie a changé, alors qu’ils ne sont que les témoins du terrain des individus ! Après les bactéries, microbes et autres virus qui sont des constituants normaux de la cellule, voici que l’on invente la chasse au PRION ! Si l’on voulait bien chercher, une multitude d’autres constituants cellulaires seraient de bons candidats à se replier différemment ! L’escalade est loin d’être terminée !

      Combien de temps supporterons-nous encore des nuées de chercheurs dûment subventionnés pour injecter à qui mieux-mieux des cellules cancérisées ou des prions dans le foie, la rate, les ovaires, les testicules ou le cerveau d’animaux martyrs ? Comme si le fait de consommer des protéines ou de les injecter dans le cerveau était la même chose au niveau des résultats obtenus ! Et on laisse faire cela au nom de « La Science » ?

      Les « épidémies » ne frappent que des gens ou des animaux fragilisés et s’arrêtent spontanément sans la moindre intervention médicale. D’autant mieux, d’ailleurs, qu’il n’y a pas d’intervention médicale. Les autorités, conseillées par des « experts » (ces savants de l’ignorance selon la revue Marianne) continuent à nous imposer les vaccinations — acte anti-scientifique s’il en est — faisant preuve de l’inculture et de l’irresponsabilité du corps médical qui, depuis Pasteur, répète sans jamais les remettre en question des dogmes éculés, depuis longtemps rejetés par nos voisins européens par le danger qu’ils représentent !  »
      http://biogassendi.ifrance.com/biogassendi/scienceetconscience.htm

    • avatar

      @BaudouinLabrique

      « Les bactéries qui font partie des microbes sont la première trace de vie présente au fond des océans et sont donc à l’origine de ce que nous sommes. Elles sont responsables de 90 % des réactions chimiques. »

      Mon commentaire concernait uniquement les bactéries et virus pathogènes. Je ne considère pas les micro-organismes comme nuisibles par définition. Vous me prêtez un discours que je ne tiens pas.

      @BaudouinLabrique

      « Une hygiène de vie irréprochable (en apparence) ne s’accompagne pas ipso facto d’une hygiène psychique irréprochable… »

      Diriez-vous à un enfant leucémique qu’il est malade parce que sa santé psychique n’est pas assez bonne?

      Pourquoi n’y a-t-il jamais de nuance dans ce genre de débat? Pourquoi la seule alternative à une façon 100% chimique de se soigner serait-elle de renier des pans entiers de médecine et de se réfugier dans une approche presque ésotérique? Une personne qui prend des médicament interrompt-elle pour autant toute évolution psychologique?

      Dans certains hôpitaux, des cancéreux sont invité à faire de la visualisation notamment par le biais de jeux vidéo dans lesquels des rayons lasers représentant le traitement tuent des bestioles représentant des cellules cancéreuses. N’est-ce pas une belle façon d’allier la science et l’esprit?

      On dénonce le dogmatisme de la médecine conventionnelle mais jamais je n’a vu autant d’intolérance et même dans certains cas de fanatisme au sujet de la santé que de la part de ceux qui rejettent toute approche médicale conventionnelle.

      Certaines maladies se concentrent dans certaines pays, certaines régions ou certaines familles dans le cas des maladies d’origine génétique. On ne peut pas toujours accuser l’état d’esprit ou les médicaments de rendre malade, sinon les population n’ayant aucun accès aux traitements médicaux seraient resplendissants de santé. L’augmentation de l’espérance de vie dans les pays occidentaux a sûrement quelque chose à voir avec la médecine moderne.

      J’ai une approche « pluridisciplinaire » de la santé et je prend le mieux de chaque domaine au mieux de mes connaissances. J’ai un médecin de famille qui soignerait tout avec une pilule, rejette sans nuance tout produit naturel ou supplément que je pourrais prendre mais qui serait ravi de donner des hormones de substitution à ma mère. Je ne me casse pas la tête avec lui et je vais le voir si je juge que j’en ai besoins et je prends les produits que je veux sans demander de permission.

      Je ne suis pas votre mère et la façon dont vous gérez votre santé personnelle m’indiffère complètement. Vous pouvez passer toute votre vie sans jamais approcher un médecin à moins de 100 mètres. Ce qui me mets en colère, au risque de me répéter, c’est que des personnes malades meurent parce qu’elles ont été persuadées par des discours comme le vôtre que la médecine conventionnelle ne pouvait que leur nuire. Peut-être êtes-vous bien intentionné mais les bonnes intentions ne font pas de magie.

      Avec la montée de la droite religieuse et politique, je me retrouve de plus en plus à devoir expliquer sur des blogues pourquoi les femmes qui se font avorter et les mères qui travaillent ne sont pas des monstre, que les homosexuels ne sont pas des pervers, que le VIH n’est pas une punition divine et que les athées ne sont pas des êtres immoraux qui vénèrent Hitler et Pol Pot. J’espère que je n’aurai pas maintenant à expliquer la transmission de maladie contagieuse par contact direct ou indirect ou l’influence des polluants chimiques dans l’augmentation des taux de cancer en Occident…

    • avatar

      Je me permet de signaler que vous n’êtes pas en cause dans cette discussion. La seule chose en cause est l’approche « matérialiste » des causes de maladies.

      Votre approche multidisciplinaire est adéquate et me semble une bonne façon d’aborder le cas; mais croire que la chimiothérapie est la panacée contre le cancer, c’est complètement débile. J’accepte qu’elle soit la « seule » médication actuelle, mais je ne crois pas qu’elle soit « efficace » au niveau de la santé. Son « efficacité » se limite au niveau du cancer(de la maladie) en détruisant le reste également nécessaire à la santé.

      Pour votre question:
      « Diriez-vous à un enfant leucémique qu’il est malade parce que sa santé psychique n’est pas assez bonne? »

      Je dirais qu’il serait important de vérifier la possibilité que la vaccination soit en cause.

      Au départ, la vaccination est, encore une fois, un « pis aller » puisqu’au moins 10% des enfants vaccinés en tirent des conséquences plus que « fâcheuses ». L’approche « statistique » est valable, jusqu’à ce que ce soit ton propre enfant qui écope.

      L’appui le plus important que la médecine se donne est l’augmentation de la moyenne d’âge des décès depuis son « amélioration ». Encore une fois, on parle encore de « moyenne » statistiques et on évite les photos des personnes âgées dans les centres.

      Je vais vous parler de « faits » individuels (et non de virtualité statisticiennes) de ma famille.

      En 1876, Ignace décède à l’âge de 88 ans.(Il n’avait pas de médecin)
      Son fils Martin en 1901, à l’âge de 79 ans (pas de médecin).
      Son fils, Martin jr, en 1926, à l’âge de 73 ans (Pas de médecin).
      Son fils Louis Delphis, en 1948, à l’âge de 59 ans(maladie, très peu de médecin et de médicaments)
      Son fils, Joseph, en 2003, à l’âge de 83 ans. Deux ans avant sa mort, ses poumons étaient comme ceux d’un enfant, selon son médecin; l’année suivante, il ne pouvait plus jouer au golf 5 fois par sem comme depuis 20 ans. À sa mort, une biopsie révèle des poumons de la texture d’un pneu. Le changement s’est fait en deux ans. Il a vu un médecin pour la première fois, à l’âge de 80 ans.

      Son fils (moi-même), âgé de 68 ans, en pleine santé pour cet âge. Aucun médecin durant ce temps (pour l’instant).

      Avouez que, dans ma position, le questionnement sur l’efficacité de la médecine actuelle devient très susceptible à l’optique de son efficacité réelle.

      Pour moi, les « données » statistiques médicales ne sont que des « vantardises » intéressées. Par contre, je ne doute pas de la « bonne volonté » des médecins; quoique le fait qu’ils ne font plus le serment d’Hippocrate m’agace énormément et diminue ma « confiance » en l’individu lui-même.

      Voilà ma propre position qui me semble conséquente des « faits ».

      Amicalement

      Elie l’Artiste

    • avatar

      Vous me décidez. J’aurai un article demain qui pourrait peut-être faire prendre conscience de « qui » l’on soigne lorsqu’on est médecin. Le titre sera « Qui suis-je? »

      Amicalement

      Elie l’Artiste

  12. avatar

    A Lartiste qui a répondu: « Meeerde! Je suis encore coincé et je peux être victime de mes « émotions ». Je vais être encore obligé de les « maîtriser » au lieu de les encourager à s’exprimer. Quelle poisse !!! »
    Désolé de vous le dire mais vous n’avez visiblement pas compris le rôle des émotions dans las survenance des maladies : il ne saurait être question de les « maîtriser » sinon c’est encore accroître le stress qui les sous-tendent et donc augmenter le « stress oxydatif » (cf. plus haut au sujet de Montagnier) et les inévitables somatisations en tous genres…

    • avatar

      Exactement la réaction que je souhaitais. Merci.

      Il serait nécessaire de préciser beaucoup plus; comme par exemple, les conséquences de maladie extrêmement grave résultant d’une « dévalorisation » personnelle constante, dans la psyché d’un individu.

      Il est évidente que les virus et les bactéries existent et qu’ils sont là tout comme le bois et les poissons.

      Il est également évident que l’esprit humain se sert de tout ce qui existe pour se « créer » un environnement compatible avec ce qu’il pense être adéquat.

      Il devient alors assez évident qu’une psyché qui dévalorise l’individu se sert de « ce qui existe » pour en « réaliser » la dévalorisation « réelle ». la loi universelle est de « détruire » pour « recycler » ce qui n’est pas « viable ».

      Tirez vos conclusions vous-mêmes, devant la « dévalorisation personnelle ».

      Amicalement

      Elie l’Artiste

    • avatar

      Là vous me rassurez !
      Je dois dire que je n’avais donc pas compris le sens figuré de intervention !

      Faire référence aux lois naturelles est effectivement de très non sens mais pourtant peu de gens s’interrogent sur leur application en matière de maladies !

      En dehors des cas d’extrêmes agressions physiques (radioactive, chimiques, feu…) où le psychisme n’a aucun pouvoir sur les somatisations entraînées sinon le fait d’avoir placé le sujet en conditions de s’y être exposés, il faudrait que de plus en plus de médecins et autres thérapeutes se rendent compte de ce que déjà le célèbre Dr Albert Schweitzer constatait :
      « Le médecin intérieur est le meilleur médecin. La plupart des médecins [ndlr : et certains autres thérapeutes] ignorent cette science qui, pourtant, fonctionne si bien ».
      Un thérapeute maïeute se doit de favoriser l’émergence et l’expression de ce « médecin intérieur » ; « Les soldats blessés vainqueurs guérissent plus vite que les vaincus » avait observé le chirurgien des armées, Ambroise Paré au XVIème siècle.

      Tout thérapeute digne de ce nom, doit respecter en tous points le SENS que donnera la patient à ses maux et quelqu’il soit : ainsi on a des patients qui croient que leur maux physiques sont de nature strictement symptomatiques et d’autres qui croient que l’origine est psychologique.
      On remarquera que les gourous — qu’on trouve aussi bien dans le camp conventionnel que dans le camp non conventionnel — enfreignent cette règle basique et notamment ceux qui pratiquent les principes de Hamer et de Sabbah en copier-coller…

      Tout thérapeute doit alors respecter les choix thérapeutiques du patient et sans les critiquer ni les évaluer en tous cas négativement ; c’est aussi ce que fait très courageusement observer la Commission d’Ethique du Conseil de l’Ordre de Côte d’Or dans son bulletin de Janvier 2007
      (extrait) :

      « Les autres médecines manquent de ces références quasi mathématiques, mais se trouvent confortées par des références affectives ou historiques et par l’expérience humaine. Nous connaissons tous des malades nous ayant rapporté les succès de confrères pratiquant une médecine étrangère à nos pré requis.

      Rejeter a priori ce qui nous est étranger confine à la discrimination. Ce n’est pas acceptable. Une attitude éthique consiste, soit à accéder à un savoir suffisant des préceptes régissant l’autre médecine, soit à adopter une politique tolérante vis à vis des principes que nous ne connaissons pas.
      Dans les deux cas, il convient de ne pas déstabiliser le patient qui a ses propres repères et qui doit en tirer profit. »

      Texte entier (copie écran) qu’il est recommandé de lire :
      http://www.retrouversonnord.be/A_Medecines_mutliples_Devoir_Medical_Unique.JPG

  13. avatar

    @ Stéphanie LeBlanc qui questionne : « Et selon vous, le fait que « …le système immunitaire lui-même est affaibli par les problèmes de stress psychologique… », prouverait qu’une bactérie ou un virus peut apparaître du néant ? »
    Les bactéries qui font partie des microbes sont la première trace de vie présente au fond des océans et sont donc à l’origine de ce que nous sommes. Elles sont responsables de 90 % des réactions chimiques. Nous avons plus de 1000 milliards de microbes par m² de peau et se serrant la main, 34 millions de microbes passent d’une personne à l’autre ! Les microbes sont des milliards a être en chacun de nous sans que nous ne soyons pour autant pas malades et de plus, ils sont partout. Ce qui précède dément « qu’une bactérie ou un virus peut apparaître du néant », selon ce que vous me prêtez !

    @ Stéphanie LeBlanc qui affirme que « Des personnes parfaitement « zen » et ayant une hygiène de vie irréprochable reçoivent un diagnostic de cancer à tout les jours. »
    Une hygiène de vie irréprochable (en apparence) ne s’accompagne pas ipso facto d’une hygiène psychique irréprochable et donc ici encore ne tombez pas dans le dogme organiciste qui voudrait donc faire croire que l’origine d’un mal se trouve dans le symptôme !

    @ Stéphanie LeBlanc : « La culpabilisation n’aide en rien les malades, pas lorsqu’on s’éloigne des règles de prévention pour se mettre à la chasse aux poux et à soupçonner ceux qui souffrent d’être coupables. Ce n’est pas parce qu’il est possible de prévenir beaucoup de maladies avec une alimentation saine, l’activité physique et un sommeil suffisant qu’il est possible de tout prévenir à 100%. Nous n’avons aucun contrôle par exemple, sur notre génétique ou sur les polluants qui ont envahi notre environnement domestique. »
    D’une par vous confondez culpabilisation et responsabilisation et d’autre part, votre ancrage résolument matérialiste et rationaliste vous égare des vraies causes des maux !

    @ Stéphanie LeBlanc : « Quelle importance la taille de « l’ennemi »? Un virus n’est pas visible comme une balle ou une voiture qui blesse une personne en la percutant. Il n’en est pas moins matériel et peut causer des dommages imprévisibles. »
    Votre conception guerrière des virus s’inscrit en faux par rapport aux découvertes scientifiques ; lisez par exemple « les virus, ennemis utiles »
    http://www.retrouversonnord.be/bacteriesdangereuses.htm#virus

    Rappel : « Les « épidémies » ne frappent que des gens ou des animaux fragilisés et s’arrêtent spontanément sans la moindre intervention médicale. D’autant mieux, d’ailleurs, qu’il n’y a pas d’intervention médicale. Les autorités, conseillées par des « experts » (ces savants de l’ignorance selon la revue Marianne) continuent à nous imposer les vaccinations — acte anti-scientifique s’il en est — faisant preuve de l’inculture et de l’irresponsabilité du corps médical qui, depuis Pasteur, répète sans jamais les remettre en question des dogmes éculés, depuis longtemps rejetés par nos voisins européens par le danger qu’ils représentent ! » Pr Jacqueline Bousquet

  14. avatar

    J’ai répondu accidentellement à @Pseudoki alors que ma réponse s’adresse à @BaudouinLabrique. La revoici:

    @BaudouinLabrique

    « Les bactéries qui font partie des microbes sont la première trace de vie présente au fond des océans et sont donc à l’origine de ce que nous sommes. Elles sont responsables de 90 % des réactions chimiques. »

    Mon commentaire concernait uniquement les bactéries et virus pathogènes. Je ne considère pas les micro-organismes comme nuisibles par définition. Vous me prêtez un discours que je ne tiens pas.

    @BaudouinLabrique

    « Une hygiène de vie irréprochable (en apparence) ne s’accompagne pas ipso facto d’une hygiène psychique irréprochable… »

    Diriez-vous à un enfant leucémique qu’il est malade parce que sa santé psychique n’est pas assez bonne?

    Pourquoi n’y a-t-il jamais de nuance dans ce genre de débat? Pourquoi la seule alternative à une façon 100% chimique de se soigner serait-elle de renier des pans entiers de médecine et de se réfugier dans une approche presque ésotérique? Une personne qui prend des médicament interrompt-elle pour autant toute évolution psychologique?

    Dans certains hôpitaux, des cancéreux sont invité à faire de la visualisation notamment par le biais de jeux vidéo dans lesquels des rayons lasers représentant le traitement tuent des bestioles représentant des cellules cancéreuses. N’est-ce pas une belle façon d’allier la science et l’esprit?

    On dénonce le dogmatisme de la médecine conventionnelle mais jamais je n’a vu autant d’intolérance et même dans certains cas de fanatisme au sujet de la santé que de la part de ceux qui rejettent toute approche médicale conventionnelle.

    Certaines maladies se concentrent dans certaines pays, certaines régions ou certaines familles dans le cas des maladies d’origine génétique. On ne peut pas toujours accuser l’état d’esprit ou les médicaments de rendre malade, sinon les population n’ayant aucun accès aux traitements médicaux seraient resplendissants de santé. L’augmentation de l’espérance de vie dans les pays occidentaux a sûrement quelque chose à voir avec la médecine moderne.

    J’ai une approche « pluridisciplinaire » de la santé et je prend le mieux de chaque domaine au mieux de mes connaissances. J’ai un médecin de famille qui soignerait tout avec une pilule, rejette sans nuance tout produit naturel ou supplément que je pourrais prendre mais qui serait ravi de donner des hormones de substitution à ma mère. Je ne me casse pas la tête avec lui et je vais le voir si je juge que j’en ai besoins et je prends les produits que je veux sans demander de permission.

    Je ne suis pas votre mère et la façon dont vous gérez votre santé personnelle m’indiffère complètement. Vous pouvez passer toute votre vie sans jamais approcher un médecin à moins de 100 mètres. Ce qui me mets en colère, au risque de me répéter, c’est que des personnes malades meurent parce qu’elles ont été persuadées par des discours comme le vôtre que la médecine conventionnelle ne pouvait que leur nuire. Peut-être êtes-vous bien intentionné mais les bonnes intentions ne font pas de magie.

    Avec la montée de la droite religieuse et politique, je me retrouve de plus en plus à devoir expliquer sur des blogues pourquoi les femmes qui se font avorter et les mères qui travaillent ne sont pas des monstre, que les homosexuels ne sont pas des pervers, que le VIH n’est pas une punition divine et que les athées ne sont pas des êtres immoraux qui vénèrent Hitler et Pol Pot. J’espère que je n’aurai pas maintenant à expliquer la transmission de maladie contagieuse par contact direct ou indirect ou l’influence des polluants chimiques dans l’augmentation des taux de cancer en Occident…

  15. avatar

    @ Stéphanie LeBlanc qui me rétorque : « Mon commentaire concernait uniquement les bactéries et virus pathogènes. Je ne considère pas les micro-organismes comme nuisibles par définition. Vous me prêtez un discours que je ne tiens pas ».
    Vous avez donc un moyen imparable pour faire le tri entre les « bons » et les « mauvais » microbes ! Les maladies infectieuses expriment l’activation certes non conscientisée que le psychisme a enclenché et en fonction des circonstances…

    @ Stéphanie LeBlanc qui me rétorque : « Diriez-vous à un enfant leucémique qu’il est malade parce que sa santé psychique n’est pas assez bonne ? »
    Suivant ce que j’ai déjà rencontré sur le plan clinique, les enfants leucémiques n’expriment que l’état psychique (conflictuel) des parents ou de la proche famille. Plus jeune est un enfant, plus il exprime ce qui appartient à ses géniteurs et/ou leur proche famille !

    @ Stéphanie LeBlanc qui me rétorque : « Pourquoi n’y a-t-il jamais de nuance dans ce genre de débat? Pourquoi la seule alternative à une façon 100% chimique de se soigner serait-elle de renier des pans entiers de médecine et de se réfugier dans une approche presque ésotérique? Une personne qui prend des médicaments interrompt-elle pour autant toute évolution psychologique ? »
    La plupart des gens sont encore arrimés au « docteur, guérissez-moi » surtout que c’est en grande partie remboursé alors qu’une prise en charge psychothérapeutique est non seulement impliquante mais pas rebroussée !
    La tendance actuelle mais qui perd de plus en plus de terrain (notamment suite aux scandales sanitaires à répétition) est de se ruer vers l’allopathie sans se poser les vraies questions et opérer un salutaire questionnement sur soi !

    @ Stéphanie LeBlanc qui me rétorque : « Dans certains hôpitaux, des cancéreux sont invité à faire de la visualisation notamment par le biais de jeux vidéo dans lesquels des rayons lasers représentant le traitement tuent des bestioles représentant des cellules cancéreuses. N’est-ce pas une belle façon d’allier la science et l’esprit ? »
    C’est un bon début mais ce n’est pas suffisant !

    @ Stéphanie LeBlanc qui me rétorque : « On dénonce le dogmatisme de la médecine conventionnelle mais jamais je n’a vu autant d’intolérance et même dans certains cas de fanatisme au sujet de la santé que de la part de ceux qui rejettent toute approche médicale conventionnelle ».
    En ce qui me concerne, je ne rejette rien : je suis pour la complémentarité des approches et de la nécessaire ouverture du conventionnel par rapport au non conventionnel (trop diabolisé), ce qui est renforcé par le discours médiatique trop servile aux intérêts pharmaco-industriels…

  16. avatar

    @ Stéphanie LeBlanc Certaines maladies se concentrent dans certains pays, certaines régions ou certaines familles dans le cas des maladies d’origine génétique. »
    Voilà encore une traduction toute dogmatique : l’origine génétique des maladies !
    Et vous tombez dans ce panneau !

    je ne peux que faire état de ce que le célèbre Pr Jacques Testart (directeur honoraire à l’Inserm, spécialiste en biologie de la reproduction, « père scientifique » du premier bébé éprouvette français) a largement et pertinemment développé :

    « […] ces projets scientifico-commerciaux mettent en œuvre la même conception réductionniste du vivant, laquelle prétend que le génome serait détenteur du « programme » alors qu’il n’est qu’une source importante d’informations, et ignore la complexité de tout être vivant en ramenant son fonctionnement à celui d’un Meccano auquel on pourrait ajouter telle ou telle pièce. »
    (Article paru dans Technology Review 3, 67-68, septembre-octobre 2007)

    A propos du Téléthon » : il écrit encore : « Technoscience et mystification », « la « mystique du gène » s’impose partout, jusque dans l’imaginaire de chacun. »
    (Article « La thérapie génique : un bluff ? » L’écologiste, 4, 40, 2003)
    Il donne cette réponse à la question de savoir ce qu’il pense du fait que « le Téléthon célèbre chaque année les progrès de la génétique, ses possibles performances curatives. » :
    « C’est scandaleux. Le Téléthon rapporte chaque année autant que le budget de fonctionnement de l’Inserm tout entier. Les gens croient qu’ils donnent de l’argent pour soigner. Or la thérapie génique n’est pas efficace. Si les gens savaient que leur argent va d’abord servir à financer des publications scientifiques, voire la prise de brevets par quelques entreprises, puis à éliminer des embryons présentant certains gènes déficients, ils changeraient d’avis. Le professeur Marc Peschanski, l’un des artisans de cette thérapie génique, a déclaré qu’on fait fausse route. On progresse dans le diagnostic, mais pas pour guérir. De plus, si on progresse techniquement, on ne comprend pas mieux la complexité du vivant. Faute de pouvoir guérir les vraies maladies, on va chercher à les découvrir en amont, avant qu’elles ne se manifestent. Cela permettra une mainmise absolue sur l’homme, sur une certaine définition de l’homme. »
    (Article de la revue « Votre santé » du 9 décembre 2008).

    Voici qui le corrobore à posteriori, l’avis du DrThierry Janssen, chirurgien devenu psychothérapeute et écrivain :
    « […] après qu’on eut décodé le génome humain, en 2000, les généticiens ont cru que l’on pourrait dorénavant corriger un problème de santé en modifiant « le » gène responsable. Or, ils ont dû se rendre compte que, d’une part, la modification d’un gène entraîne des changements dans plusieurs autres gènes avec lesquels il est en relation étroite, des milliers parfois, et que, d’autre part, les problèmes de santé visés sont indissociables des circonstances environnantes qui vont favoriser l’expression de certains gènes et pas d’autres. Comprendre tous ces liens représente une tâche colossale et il faut reconnaître que la complexité du vivant nous dépasse.
    Comme nous avons tous de la difficulté à accepter cela, nous inventons parfois des explications réductrices qui nous rassurent. »
    (Article paru sur l’excellent site canadien PasseportSanté.Net).

    • avatar

      Dame! Voilà qu’après avoir questionné et affirmé, je rétorque! Vous n’êtes pas inquiet? Je vais peut-être finir par grogner et cracher…

      Quand vous dites « Les maladies infectieuses expriment l’activation certes non conscientisée que le psychisme a enclenché et en fonction des circonstances… » j’espère que vous ne voulez pas dire que la bacille de la peste va induire la peste chez l’un – par sa propre faute en plus – et la disfonction érectile chez l’autre?..

      Quant à l’enfant qui est leucémique à cause de la psyché de ses parents, je ne sais que répondre à cela sinon que je considère cela comme du délire pur et simple! J’espère sincèrement que personne de votre entourage ne souffrira d’un cancer. Si c’est le cas, j’espère au moins que vous ne tenterez pas de les convaincre de ne suivre d’autre « traitement » que la résolution de conflits car vous aurez une part de responsabilité dans leur éventuel décès. Les bonnes intentions ne suffisent pas.

      Quant à l’origine génétique de certaines maladies (ou encore la prédisposition à certaines maladies), j’ai tendance à me fier sur la majorité des chercheurs et autres professionnels de la santé et pas à un ou deux médecins qui pensent différemment. Je sais que la majorité d’un groupe d’individus n’a pas toujours raison mais si des parents peuvent transmettre des caractéristiques « normales » à leur enfant, je ne vois pourquoi il n’en serait pas de même pour les gènes anormaux qui se retrouvent comme par hasard chez des gens souffrant de certaines pathologies.

      Ce n’est pas une grosse anomalie mais je suis gauchère. Mes parents sont tous deux droitiers. Je ne crois être devenue gauchère à cause d’un conflit intérieur ni que mes parents m’ait adoptée. Il m’ont simplement transmis chacun un gène récessif de gaucher.

      Un enfant qui souffre de fibrose kystique, d’hémophilie ou de toute autre maladie génétique en souffre parce qu’il a reçu un gène ou un ensemble de gène de l’un de ses parents ou encore les deux dans le cas d’un gêne récessifs. Diriez-vous que le fait que seuls les garçons souffrent d’hémophilie est le signe que leurs parents ont des conflits qui épargnent les parents de fille porteurs du même gène? À moins que vous ne niez tout simplement l’existence de gènes anormaux, je ne sais pas.

      Mais me revoilà en train d’expliquer une notion basique. Je vous laisse, je vois bien que c’est inutile.

    • avatar

      « Je ne crois être devenue gauchère à cause d’un conflit intérieur ni que mes parents m’ait adoptée. Il m’ont simplement transmis chacun un gène récessif de gaucher. »

      Bon! d’accord pour le gène « gaucher »; mais il y a une autre explication moins « dogmatique ».

      Réfléchissez à « l’infime » possibilité que vous ayez adopté le même bras que « celui de vos parents » pour faire les mêmes gestes…sauf que vos parents, en faisant le geste, étaient « face à vous ».

      Donc vous preniez votre bras gauche pour faire le geste fait « du bras droit » de vos parents.

      Il est possible que ce soit inutile et que vous ayez raison.

      par contre, la réflexion passe avant l’objet « génétique »; c’est indispensable; surtout quant la « vie » est en cause.

      Au niveau « génétique » j’ai une amie qui a réussi à combattre le cancer. Elle fait partie d’une famille de 16 enfants dont sept, sinon huit, sont déjà décédé du cancer. Un appui indéniable pour la cause génétique; me direz-vous. Peut-être; mais cela n’exclu pas la possibilité d’une psyché caractéristique développée dans cette famille par les parents ou, indirectement, par les « convictions » sociales.

      Curieusement, il y a deux générations, on ne rencontre pas de cancer dans cette famille. De plus, les enfants qui ont « refusé » l’optique caractérisée de « l’esprit familial » ne souffrent pas de cancer.

      Comme vous pouvez le constater, la question reste ouverte. Et ce, malgré la majorité des « spécialistes ».

      Remarquez qu’Einstein, avec sa théorie, n’était pas le porte-parole de la majorité scientifique de son époque; quoiqu’il le soit devenu par la suite.

      Ce qui démontre qu’une « majorité » est loin d’être une position solide dans l’évolution.

      « Diriez-vous que le fait que seuls les garçons souffrent d’hémophilie est le signe que leurs parents ont des conflits qui épargnent les parents de fille porteurs du même gène? »

      Non. Si c’est le cas, je dirais que l’enfant mâle ne « pense pas » comme un enfant femelle et que le « fait constaté » pourrait en résulter.

      Remarquez que je ne dis pas que le gène n’existe pas; je suggère qu’il acquiert ses caractéristiques spécifiques de la même façon que l’ensemble de l’organisme le fait: en conséquence du « développement » de la psyché de l’organisme.

      Amicalement

      Elie l’Artiste

  17. avatar

    @ Stéphanie LeBlanc : « Quand vous dites « Les maladies infectieuses expriment l’activation certes non conscientisée que le psychisme a enclenché et en fonction des circonstances… » j’espère que vous ne voulez pas dire que la bacille de la peste va induire la peste chez l’un – par sa propre faute en plus – et la disfonction érectile chez l’autre?.. » (…) « Quant à l’enfant qui est leucémique à cause de la psyché de ses parents, je ne sais que répondre à cela sinon que je considère cela comme du délire pur et simple ! »

    Je constate que le ton dérive vers le dénigrement et donc je pense qu’il est inutile de poursuivre un échange, en l’occurrence…

  18. avatar

    On est au moins d’accord sur une chose, ce n’est pas si mal. Soit dit en passant, mon but n’était vraiment pas de vous dénigrer mais pour moi sortir une énormité pareille c’est réellement comme si vous me disiez que le VIH s’explique par la colère de Dieu.

    Expliquez la maladie par les émotions, Dieu, Satan, les extraterrestres, Passe-Partout ou Lady Gaga si vous le voulez, je peux vivre sans vous avoir convaincu. J’espère qu’il n’y aura pas de mort mais je ne vais pas me rendre malade avec ça et ce dans tout les sens du terme. Prenez ça du bon côté, si jamais je tombe malade, vous êtes certain que je ne vous ferai absolument aucun reproche. Promis juré craché (tenez, quand je vous disais que je pourrais finir par cracher)!

    Je vous souhaite une bonne, une très très bonne santé, le plus sincèrement du monde!

    • avatar

      Si vous placez les émotions dans le même « bag » que Dieu, Satan et les extraterrestres, rien ne sert de discuter médecine.

      Aussi bien faire comme les autorités médicales et discuter « budget ».

      Je vous souhaite également une parfaite santé, mon expérience m’indique que cela nous fait éviter les « spécialistes » des maladies.

      (D)

      Amicalement

      Elie l’Artiste

    • avatar

      @Lartiste.

      Je n’ai nié à aucun moment l’influence des émotions sur la santé et rassurez-vous, je ne les compare pas aux extraterrestres (pas plus que j’y compare Passe-Partout 😉 ), j’en ai après le fait de les présenter comme la source principale, voire l’unique source de tout les maux.

      Les émotions négatives peuvent causer toutes sortes de symptômes psychosomatiques, (je l’ai d’ailleurs expérimenté à plusieurs reprises), peut-être même retarder la guérisons de certaines maladies ou rendre plus vulnérables à d’autres mais je ne crois pas pour autant qu’elles aient le pouvoir de les créer, en particulier les cancers, infections virales et bactériennes, maladies dégénératives, héréditaires, neurologiques, etc.

      Sur ce, allez en paix et en santé! (H)

    • avatar

      Je veux bien aller; mais avant de partir, ne pensez-vous pas qu’il soit possible que le gène, au cours du temps, évolue tout autant que l’organisme?

      Quant aux virus et bactéries, vous convenez probablement que leur « puissance » et leur « influence » est directement proportionnelle à la « puissance » et à « l’efficacité » du système immunitaire; non?

      Amicalement

      Elie l’Artiste

    • avatar

      @lartiste

      « …ne pensez-vous pas qu’il soit possible que le gène, au cours du temps, évolue tout autant que l’organisme? »

      Mais certainement! Les gènes peuvent muter, soit accidentellement, soit « aidés » par des substances toxiques ou de fortes radiations. Ça ne se contrôle pas. Les maladies génétiques ne sont souvent que la résultante d’accidents génétiques dont certains se sont produits il y a des siècles. Les êtres humains sont bien plus consanguins qu’ils ne le croient.

      « Quant aux virus et bactéries, vous convenez probablement que leur « puissance » et leur « influence » est directement proportionnelle à la « puissance » et à « l’efficacité » du système immunitaire; non? »

      En fait, la puissance de l’un n’enlève rien à la puissance de l’autre, il est simplement plus facile pour une personne malade de se défendre contre une maladie s’il a un bon système immunitaire. Dans certains pays pauvres, des enfants souffrant de malnutrition meurent de la varicelle.

      Par contre, un bon système immunitaire n’est pas toujours suffisant contre certains agents infectieux. Je ne consomme pas d’antibiotique lorsque je n’ai qu’une simple pharyngite mais j’ai eu recours aux antibiotiques lorsque j’ai eu mes trois bronchites et je le ferais si je souffrais de tuberculose, surtout que dans ce dernier cas, la maladie peut être mortelle même pour une personne jeune. Il faut penser à tout ceux qu’on risque de contaminer aussi et qui n’ont pas nécessairement une bonne santé.

      Les maladies contagieuses ont des symptômes parce que la sélection naturelle n’a laissé survivre que celles qui avaient ce qu’il fallait pour se répandre même lorsqu’elles tuent leur victimes. Lorsqu’on parvient à trouver des substances, synthétiques ou naturelles, capables de contrer les symptômes et, encore mieux, tuer l’agent infectieux qui les provoquent, pourquoi s’en priver?

      C’est sur les abus et la mauvaise utilisation des médicaments qu’il faut agir comme par exemple la prise d’un restant d’ordonnance d’antibiotiques pour une grippe, ce qui est inutile ou justement le fait de ne pas prendre tout les comprimés lors d’une infection bactérienne parce qu’on se sent mieux, ce qui risque de créer une souche résistante.

      Je dois quitter alors bonne journée pleine de santé!

    • avatar

      « Mais certainement! Les gènes peuvent muter, soit accidentellement, soit « aidés » par des substances toxiques ou de fortes radiations. Ça ne se contrôle pas. »

      Je vous ferai remarquer que le corps humain est un organisme et qu’il semble évoluer selon sa psyché. Si les gènes font de même, la psyché peut être beaucoup plus « active » que tout autre chose. Ce n’est qu’une « possibilité » logique, évidemment.
      😉

      « il est simplement plus facile pour une personne malade de se défendre contre une maladie s’il a un bon système immunitaire. »

      Si le corps est malade, le système immunitaire est déficient et non « bon ».

      « mais j’ai eu recours aux antibiotiques lorsque j’ai eu mes trois bronchites et je le ferais si je souffrais de tuberculose,… »

      Ne le faites pas trop souvent, il semble que cette « médecine » perde de son efficacité avec l’usage. C’est à croire que la cause réelle de l’infection, parvient à s’adapter et à trouver une contre-offensive. À moins que ce résultat observé ne soit que le fait du « hasard » qui se répète à chaque fois. 🙂

      « …capables de contrer les symptômes et, encore mieux, tuer l’agent infectieux qui les provoquent, pourquoi s’en priver? »

      Heureux que vous soyez d’accord pour dire qu’un symptôme « effacé » n’est pas « éliminer l’agent infectieux ». À chacun de choisir s’il s’en prive ou non, j’imagine.Par contre, s’il le tue sans tuer le reste, on serait fou de s’en priver, je vous l,accord. Mais « sans tuer le reste » est une condition « sine qua non » à mes yeux.

      Bonne journée à vous également

      Elie l’Artiste

    • avatar

      Lartiste, je ne peux que vous donner raison et j’ajouterais par rapport aux « spécialistes  » que sont donc les médecins, voici la définition d’un spécialiste : « Pour l’homme possédant seulement un marteau, tout finit par ressembler à un clou. » (Abraham Maslow qui est le créateur de la pyramide des besoins du même nom).
      Le marteau en l’occurrence est l’arsenal des dogmes matérialistes et rationalistes qui s’enferrent à ne vouloir chercher la cause des maux que dans le symptôme et comme conséquences, l’activation d’une batterie de moyens agressifs comme la chimiothérapie et la radiothérapie dont vous parliez avant…

    • avatar

      Par contre, on ne fait pas une « conversion » en faisant avaler de force une hostie. Et cela s’applique aux deux camps. 😉

      Amicalement

      Elie l’Artiste