Accueil / T Y P E S / Articles / Le doute est r?volutionnaire

Le doute est r?volutionnaire

MARC LAFONTAN ?Une certitude que j?h?berge ? l?endroit de?l?Am?rique?Latine se renforce de plus en plus: L?ennemi principal ? d?faire dans la bataille pour la justice sociale n?est pas le syst?me bancaire, les multinationales, les gouvernements corrompus ou le crime organis?. L?ennemi principal est le fatalisme. (..)

Sergio Du Cori Modigliani, dans cet?autre article?du blog BeppeGrillo, parle de?Rafael Correa?et du gouvernement ?quatorien d?cidant d?abroger une dette?immorale. Correa, certes imparfait, n?est pas arriv? en Equateur tel un ast?ro?de ou un miracle divin. Correa en Equateur, Morales en Bolivie et Ortega au Nicaragua ont ?t? ?lus gr?ce au travail de fond de centaines de mouvements sociaux ayant d?cid? de dire ?Ca suffit!? ? l?injustice. M?me dans ces pays-l? le choeur des r?sign?s avait commenc? par ?la solidarit? ?conomique est une utopie?, ?The USA ne l?cheront rien?, ?la souverainet? alimentaire est une illusion?.

Pourquoi y arrivent-ils eux, et pas nous? Parce que nous avons la mafia? Parce qu?il y a trop de luxe ici? Parce que l?Europe ne nous le demande pas? Pas du tout! Je n?ai peut ?tre que 33 ans, mais je ne peux accepter l?id?e que nous ne pouvons pas d?cider de notre propre futur.

Les mouvements sociaux tels Via Campesina d?montrent que la soci?t? civile est r?ellement capable de trouver des?solutions?et que les crises, qu?elles soient alimentaire en Am?rique Latine, financi?re et ?conomique en Europe (et bient?t?alimentaire??galement), sont l?opportunit? de repenser nos mani?res de vivre. Malheureusement les crises ne sont pas seulement une opportunit? pour les populations en demande de changement, elles en sont ?galement une pour les ?lites au pouvoir et cherchant ? s?y maintenir. En Am?rique Latine les trag?dies ne sont pas termin?es. Les multinationales qui pendant des d?cennies ont appauvri la terre et les peuples, aujourd?hui se recouvrent d?une teinte verte ? base de fausses solutions ?cologiques.

(1)?Alessandro Di Battistat est l?auteur d?un livre en cours de publication ?Sciari a 5 euros? (Tueurs pour 5 euros).

_______________________________________________

A mon avis ce texte est embl?matique de l?ambigu?t? d?coulant de la transposition des avanc?es de ces pays d?Am?rique Latine au contexte europ?en: si la justice sociale et ?conomique, consid?r?e comme la revendication fondamentale de tout peuple ayant int?gr? les?id?aux?de d?mocratie et de libert? (analyse donc non valables a priori pour les peuples qui n?ont pas int?gr? ces id?aux, notamment les cultures th?ocratiques), est accessible d?s que le peuple d?cide de prendre son destin en main, pourquoi des pays tels?l?Italie?ou la France qui ont, du moins dans leur imaginaire?collectif, pris leur destin en main ? une ?poque et?v?ritablement?v?cu une forme de progr?s social, se sentent-ils?aujourd?hui??en retard? par rapport ? l?Equateur ou la Bolivie? Qu?est ce qui n?a pas march?? Sommes-nous ? ce point cons d?avoir tout laiss? filer?

La r?ponse est loin d??tre aussi simple, d?abord et avant tout parce que la notion de ?peuple? et donc de ?front populaire? capable de s?organiser de mani?re relativement homog?ne face ? l?ennemi (quel qu?il soit) n?existe plus chez nous. Cette?r?alit??fut remarquablement d?montr?e par?Antonio Negri?et?Michael Hardt?dans leur ouvrage ?Multitude: guerre et d?mocratie ? l??ge de l?Empire? dont on peut par exemple lire une analyse?ici. Le ?peuple? des pays modernes ayant int?gr? la libert? individuelle comme condition sine quo non de tout progr?s?social,?est en r?alit? un amalgame de tr?s nombreux courants?revendiquant?des choses tr?s diff?rentes, et qui parfois se retrouvent sur quelques d?nominateurs communs (tel le rejet de l?imp?rialisme financier, th?me commun aux mouvements?d?extr?me?droite comme de gauche) mais ne peuvent, par d?finition, trouver de?terrain?commun pour un??ventuel??apr?s?.
Et la forme de d?mocratie sociale plus ou moins molle et sans vision que nous vivons depuis des ann?es n?est finalement que le?compromis?tacite r?alis? par tous ces courants: plut?t ?a que se soumettre ? l?intransigeance qu?imposerait un pouvoir issu d?un courant autre que le sien. ?La dichotomie facile ? comprendre du Marxisme, entre un peuple opprim? et une bourgeoisie opprimante, a fait long feu du fait que la majorit? des combattants potentiels ne se reconnaissent dans ni l?une, ni l?autre de ces cat?gories. Le combat politique est aujourd?hui bien plus proche des bagarres folkloriques au village d?Ast?rix sous les yeux amus?s des?Romains, que des lames de fond de l?id?al?r?volutionnaire.
Cette situation a fait le lit de la?professionnalisation?de la sph?re politique et de sa corruption?par les int?r?ts de l?Etat Profond:?finance, p?trole, armes, grandes industries? Comme le pr?disait tr?s justement Eisenhower dans son adresse de d?part de la Pr?sidence am?ricaine en 1961: ?Au sein des conciles gouvernementaux, nous devons ?tre en garde contre l?acquisition, volontairement ou non, d?un pouvoir trop important par le complexe militaro-industriel. Le potentiel pour une d?sastreuse mont?e en puissance d?un pouvoir mal plac? existe, et continuera d?exister.??Les USA sont aujourd?hui la caricature absolue de l?emprise de cet Etat Profond sur leur politique nationale et ?trang?re.
Dans son article, Di Battistat invoque les situations de crise comme possibles catalyseurs de grands mouvements sociaux tout en?reconnaissant?que ces crises peuvent ?galement servir ? ceux d?en face. De mani?re g?n?rale, c?est m?me surtout de cela qu?il s?agit: Naomi Klein en 2007 avait assez clairement d?mont? ce m?canisme dans son ouvrage?La Strat?gie du Choc. Mais pour ma part je partage totalement au moins le titre de son article:?le doute est r?volutionnaire. Il l?est d?autant plus dans ce monde o? le?politiquement?correct a renou? avec le d?lit d?opinion et amalgame d?lire absolu et esprit critique sous le label commun de ?conspirationnisme?. Tout comme ? une ?poque pas si lointaine o? le d?mon ?tait cens? s??tre?appropri??les esprits de ceux qui pensaient la terre ronde et tournant autour du soleil.
Mais plus alors que le fatalisme, la cause premi?re de la d?vitalisation politique serait peut ?tre d?une part la d?sinformation et la m?connaissance des processus et int?r?ts qui configurent effectivement la situation actuelle, et d?autre part au questionnement sur notre?propre?utilit?: nous?avons?acquis l?affirmation de notre individualit?, mais pour quoi faire? Le paradis du pr?dateur est un monde?constitu??d?individualistes d?sinform?s: ils ne savent ni s?organiser pour se d?fendre, ni comprendre ce qui leur arrive. Ou comme le disait Sun Tzu dans L?Art de la Guerre: ?Si tu ne connais ni ton ennemi ni toi-m?me tu perdras toutes les batailles.?Traduction, critique et article tir? de Ze Rhubarbe Blog
MARC LAFONTAN

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Plus de Mirage dans le ciel Libyen ? (6)

Le général Haftar a reçu l’aide de plusieurs pays, dont l’Egypte, dont on va voir ...