Accueil / A C T U A L I T É / Le d?veloppement p?trolier et gazier au Qu?bec : une menace r?elle ? la qualit? de l’eau et son accessibilit

Le d?veloppement p?trolier et gazier au Qu?bec : une menace r?elle ? la qualit? de l’eau et son accessibilit

Alain Guillon

L’eau ne sera plus un bien accessible ? tous gratuitement.

? la fin d’une assembl?e sp?ciale de l’ONU avec le conseil d’interaction (IAC), tenue du 23 au 27 septembre 2012, l’IAC confirme dans son rapport que la plan?te est confront?e ? une crise de l’eau grandissante.

Confirmant en un certain sens ce que la communaut? internationale affirmait pour la premi?re fois en 1992, sous la pression de la banque mondiale et le monde des affaires, ? savoir?: ??Que pour la premi?re fois dans l’histoire de la plan?te, l’eau soit consid?r?e principalement comme un bien ?conomique, et non plus comme un bien social et collectif.??

En fonction du march?, celui qui a le plus soif paiera le plus cher et fixera le prix au d?triment des plus pauvres. Cette opportunit? d’un march? nouveau semble prometteuse pour le monde des affaires et se d?veloppe insidieusement dans notre monde de consommation irresponsable.

Quels sont les enjeux pour la qualit? de notre eau et son accessibilit???

Extrait publi? le 7 d?cembre 2013 dans le journal La Presse (1)?:

Tout en se r?jouissant que les ?lus qu?b?cois recommandent l’inversion de son ol?oduc 9B pour acheminer du p?trole de l’Ouest aux raffineries de Montr?al et L?vis, Enbridge ne garantit pas qu’elle respectera les conditions de Qu?bec. De plus, pour l’instant, Enbridge reste muette sur les 18 conditions pos?es.

Il ne faut pas s’?tonner d’une telle attitude puisque les compagnies n’ont qu’? attendre la fin du ??tiraillage?? entre le f?d?ral et le provincial et prendre le fruit quand il sera m?r.

Partout sur la plan?te on accepte de prendre des risques de contaminer l’eau potable et, plus r?cemment, avec les proc?d?s de fracturation d?velopp?s par les compagnies gazi?res et p?troli?res (souvent les m?mes), lesquelles causent des d?g?ts irr?versibles et permanents.

Bien que la technologie semble capable d’un rendement d’extraction de 40%, c’est environ 10% du gaz lib?r? par la fracturation de la roche m?re qui serait pr?sentement exploitable et rentable. Il resterait donc dans le sous-sol au moins 90% de cette r?serve de gaz ? la fermeture des puits. Les cons?quences de cette fracturation ne sont pas sans risques; on peut craindre qu’en migrant pendant des dizaines, voire des centaines d’ann?es vers la surface, ??la soupe chimique?? inject?e et le m?thane lib?r? risquent ??d’infiltrer?? les nappes phr?atiques, les puits, les lacs et les rivi?res.

Le Qu?bec est une province riche en eau douce. Quelle sera la qualit? de notre eau lorsque les sites d’enfouissement de r?sidus d’exploitations mini?res r?appara?tront, favoris?s par le r?chauffement climatique et le recul des zones gel?es?? Nous risquerons de d?couvrir quelques horreurs de contamination.

La protection de l’acc?s ? l’eau potable du citoyen est-elle menac?e par nos propres instances gouvernementales?? Quels sont les gestes, pos?s aujourd’hui, qui favorisent cette perte de contr?le de notre eau potable?? Que penser du ministre du D?veloppement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-Fran?ois Blanchet, qui a d?pos?, le 29 mai dernier, un nouveau projet de R?glement sur le pr?l?vement des eaux et leur protection?

Selon Richard E. Langelier, docteur en droit (LL.D.) et doctorant en sociologie, (2):

Il se substitue au R?glement dit de Saint-Bonaventure et ? ses diverses variantes, r?glement adopt? par 70 municipalit?s qu?b?coises afin de prot?ger les sources d’eau potable, alors que ce projet de r?glement n’offre que des protections bien inf?rieures ? celles pr?vues dans les r?glements municipaux (art. 124, Loi sur la qualit? de l’environnement).

Selon le juriste et son groupe d’?tude, la distance verticale de 400 m?tres entre la base de l’aquif?re et les activit?s de fracturation propos?e par ce projet de r?glement minist?riel, est inf?rieure aux standards industriels en vigueur et jug?s n?cessaires par les soci?t?s p?troli?res elles-m?mes.

Ce projet de r?glement autorise l’injection sous terre de produits chimiques dont la toxicit? et l’interaction avec les chimiques naturellement pr?sents dans la roche sont inconnus. L’injection de 49999 litres de ces produits n’a aucune norme ? respecter, puisque n’?tant pas consid?r?e comme de la fracturation?!!! (2)

Le tout, sur une distance horizontale de 300 m?tres des sources d’eau des r?sidents, sans tenir compte de la vari?t? des milieux, des sources et des bassins versants qui drainent l’eau de pluie vers les rivi?res ou les nappes phr?atiques et alimentent en eau potable les municipalit?s. Ces derni?res perdent ainsi leur pouvoir de dire non ? une compagnie qui viendrait s’implanter sur son territoire et aurait plein pouvoir pour forer, puiser et polluer.

Plus de cent (100) comit?s de citoyens se sont impliqu?s et mobilis?s pour faire entendre leur voix, leurs inqui?tudes et d?noncer ce qui leur semble dangereux pour l’avenir de leurs communaut?s, de leurs enfants et petits-enfants. Soixante-dix (70) municipalit?s ont adopt? le r?glement sur la protection de leurs sources d’eau potable. Toutes semblent ?tre ignor?es par le ministre Blanchet et son gouvernement.

Favoriser ainsi la pollution, limiter les pouvoirs des municipalit?s donc des citoyens ? prot?ger la qualit? de leur eau semble s’inscrire dans cet objectif d’int?r?t priv? au d?triment du bien public.

Le priv? est-il en train d’accaparer un nouveau march? aussi lucratif que l’a ?t? le p?trole?

Alain Guillon

Membre du comit? citoyen sur les gaz de schiste de Victoriaville

Victoriaville, le 10 f?vrier 2014

(1) lapresse.ca

(2) Argumentaire ? l’intention des organisations municipales et des groupes de citoyens et citoyennes. Richard E. Langelier Docteur en droit (LL.D.) Doctorant en sociologie

mondialisation.ca

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (2)

L’historique de la création des milices dans le Michigan nous replonge vite dans une atmosphère ...