Accueil / T H E M E S / PENSÉE POLITIQUE / Capitalisme / Le communisme: Utopie et Histoire

Le communisme: Utopie et Histoire

Le Capital et le Travail (affiche de Mai 68)

Ysengrimus-le-loup (55 ans) et son fils, Reinardus-le-goupil (20 ans) unissent ici leurs forces grognasses et rev?ches pour r?pondre ? une question, lancinante, fra?che et simple, lanc?e par Reinardus: qu?est-ce exactement que le communisme et qu?est-ce qu?on lui reproche donc tant, encore de nos jours?

Apr?s la R?volution Fran?aise, trois groupes ayant des id?ologies diff?rentes se sont assembl?s pour assurer le nouveau gouvernement de la Convention Nationale (1792-1795). Ils se nommaient: les Girondins, le Marais ou Plaine et les Montagnards. Ils si?geaient dans un h?micycle. Les Montagnards ?taient assis ? la gauche de l?h?micycle, le Marais (ou Plaine) au centre et les Girondins ? droite. De ce mod?le et d?apr?s les id?ologies que d?fendaient ces groupes, la qualification de gauche, droite et centre est n?e. De nos jours, ces termes sont utilis?s dans des contextes politiques par des cultures qui ne se rendent pas compte qu?en utilisant de tels termes ils font r?f?rence ? l?h?micycle de la premi?re Convention Nationale de la R?publique Fran?aise. Au fils de l?histoire, une modification importante ? ces termes a ?t? cr?e. La qualification de gauche et de droite s?est retrouv?e ? ?tre divis? en deux par l?ajout du qualificatif extr?me. Les nouveaux termes se sont retrouv?s ? ?tre: l?extr?me gauche, qui comprend le Communisme et l?Anarchisme. La gauche, le Socialisme. Le centre, le Lib?ralisme et L??cologisme. La droite, le Conservatisme. L?extr?me droite, le Nazisme et le Fascisme. De nos jours, la majorit? des partis ?lus sont soit de droite ou du centre. Les id?ologies gauchisantes sont mal vues ? travers le monde. Un exemple de ceci est la qualification injurieuse de ?socialiste? qui a ?t? donn?e ? Barack Obama (n? en 1961) et ? Franklin Delano Roosevelt (1882-1945) durant leurs mandats. Des exemples constamment donn?s par les gens de droite pour discr?diter la gauche sont l?histoire de pays tels que l?URSS, la Chine, le Vietnam et Cuba. Mais quelle validit? ont donc ces exemples?

Le communisme vise une mise en place de la propri?t? collective de toutes les instances sociales par les travailleurs. L?abolition de la propri?t? priv?e et du capitalisme et son remplacement par un socialisme reposant exclusivement sur la solidarit? sociale est le but du communisme. Le communisme a toujours ?t? tr?s vaguement d?crit par les instances de droite. Ils l?ont divis? en diff?rentes cat?gories qui rendent la compr?hension de ce dernier tr?s difficile. Par exemple, il y a le Marxisme, le L?ninisme, le Stalinisme, le Trotskisme, le Mao?sme, le Gu?varisme, le Castrisme, et tant d?autres. Ce qu?il faut noter est que toutes ces d?signations, non seulement sont fond?es sur le nom du politicien qui a engendr? cette id?ologie, mais chacune est une version diff?rente du communisme, sauf pour une, le marxisme. Mais ce dernier est juste un mot diff?rent implant? par les instances de droite pour dissocier Marx, techniquement le th?oricien fondateur du communisme, de la terreur suscit?e par l?id?e g?n?rale du communisme, terreur implant?e elle-m?me par les instances de droite. En fait Marx lui-m?me a dit, et je cite ?Moi, je ne suis pas marxiste?. Donc utiliser le mot communisme, de nos jours, se trouve ? faire r?f?rence au mensonge qu?on appelle le communisme, et non au marxisme, qui lui est v?ritablement le fondement intellectuel du communisme. Mais qu?est-ce qu?est le communisme ? sa base? Karl Marx (1818-1883) et Friedrich Engels (1820-1895) ont collabor? pour ?crire Le Manifeste du Parti Communiste (1848). Trouverons-nous la d?finition du communisme dans ces pages? Quelle relation existe-il entre les pays dits communistes et les principes sociaux communistes d?crits par Marx et Engels? Pouvons-nous l?gitimement appeler ces pays ?communistes? ou sont-ils juste des cas fautifs cit?s en ?exemples? par les pays capitalistes pour d?nigrer le communisme?

Nous allons regarder un petit peu cela, en commen?ant par ce qu?est le communisme d?apr?s Marx et Engels. Nous allons r?capituler toute l?histoire des pays suivant: l?URSS, la Chine, le Vietnam, Cuba. Nous allons faire surtout tout notre possible pour d?terminer si l?id?ologie communiste a d?j? v?ritablement exist? en tant que gouvernement d?un pays.

.
.
.

D?finition descriptive du communisme selon le Manifeste du Parti communiste (1848), Le Manifeste de Karl Marx et Friedrich Engels pr?sente dix points fondamentaux du communisme. Nous allons reprendre ces points, les examiner bri?vement pour donner une explication simple du Manifeste et de ce qu?est le communisme ? sa base. Mais avant ?a, regardons un peu comment le communisme se pr?sente. Le communisme cherche premi?rement ? ?tre total. Tout le monde doit ?tre d?accord avec le syst?me pour qu?il fonctionne. S?il reste des propri?t?s priv?es quelconques ? l?int?rieur du syst?me lui-m?me, ce n?est pas du communisme. Le communisme est donc internationaliste, il cherche l?union de l?int?gralit? du genre humain sous un gouvernement unique. Ceci doit ?tre pris en consid?ration quand on lit les points descriptifs du communisme. Beaucoup sont des points r?pressifs, qui cherchent ? contrer l?impact de la r?action des bourgeois. Les bourgeois sont la classe sociale au-dessus des prol?taires. La bourgeoisie est la classe que le communisme cherche ? d?truire. Le communisme ne cherche pas ? arr?ter les hauts salari?s, mais les bourgeois qui ne font rien que s?asseoir dans leurs manoirs, offrir des ?contrats? ? d?autres et s?enrichir de leur travail productif en accaparant les profits publics. Un bourgeois est un tr?s haut plac? qui ne fait aucun travail directement. Il ?offre? une possibilit? d?emploi ? un autre et lui vole une portion de son salaire. Le prol?taire est toute personne qui g?n?re son propre revenu avec sa force de travail. Une force de travail n?est pas n?cessairement le fait de ramasser un marteau et de frapper sur un clou. Mais plut?t n?importe quelle action qui g?n?re une production quelconque. Par exemple, ?crire une chanson est une production artistique. Mais le bourgeois ne g?n?re pas son propre revenu, si nous reprenons l?exemple de la chanson. Le propri?taire d?une compagnie de disques d?cide de manufacturer les albums qu??crit un artiste de musique, l?artiste re?oit une portion des profits, mais le bourgeois empoche la majorit?. Le bourgeois s?accapare le capital que produit le prol?taire. Cette classe sociale qui se retrouve num?riquement minoritaire et fait la grosse vie est devenue, pour une raison torve, le symbole de notre soci?t?. Cette perception de la libert? qu?on poss?derait est un mensonge cr?? par la classe bourgeoise pour nous endoctriner. Elle s?enrichit sur notre dos et on ne le remarque m?me pas. Le communisme cherche ? nous d?barrasser de cette classe. Il ne cherche pas ? ruiner le prol?taire, mais plut?t ? le sauver de l?exploitation de son travail par un accapareur priv?. Ce qui nous fait tellement peur est que le communisme nous donne notre libert?, en d?truisant le syst?me qu?on a connu toute notre vie, tout simplement parce que nous sommes prol?taires, et nous sommes endoctrin?s dans la vision bourgeoise du monde. Les points communistes du Manifeste s??num?rent ainsi:

Expropriation de la propri?t? fonci?re et affectation de la rente fonci?re aux d?penses de l??tat. Le communisme cherche ? abolir la propri?t? priv?e. Mais pas toute propri?t? priv?e. Seulement celle qui produit un revenu qui se trouve ? aller directement dans les mains d?un propri?taire priv? exploiteur. Donc les propri?taires fonciers qui produisent des produits agricoles, qui en tirent un profit personnel, verront leur profit personnel saisi par l??tat. Mais qu?est-ce qu?une propri?t? fonci?re exactement? Une propri?t? fonci?re est une terre priv?e qui appartient ? une personne sur laquelle il fait ce qu?il veut faire. Mais cette d?finition voudrait dire que toute propri?t? est fonci?re. Oui, mais le communisme concentre son attention sur les propri?t?s fonci?res qui produisent un revenu engendr? par la terre directement, donc les propri?t?s agraires. Toute propri?t? o? il y a un fermier qui travaille dans un champ pour produire un revenu pour le propri?taire de la ferme qui, ? son tour, lui donne un salaire mais qui tire quand m?me un profit de la production est une propri?t? fonci?re cibl?e par les communistes. La maison dans laquelle vit une personne, m?me s?il a une belle piscine, une petite cabane dans sa cour, un beau chien qui y batifole, n?est pas du tout affect? parce qu?il ne se produit l? aucun profit directement de la terre.

Imp?t sur le revenu fortement progressif. Tout revenu priv? que g?n?re une personne, une entreprise ou n?importe quelle instance priv?e est sous l?obligation de g?n?rer de l?imp?t. Ceci n?est pas pour porter atteinte au droit individuel d?une personne, mais plut?t pour s?assurer qu?il n?y ait pas de prol?taire exploit?, que la richesse ne reste pas dans les mains d?une seule puissance mais qu?elle soit plut?t envoy?e ? l??tat pour qu?il la r?partisse ?galement ? travers la population. Ce n?est pas pour rien que les instances de droites sont contre l?imp?t et veulent constamment la r?duire. ? travers les baisses d?imp?t, c?est la r?partition ?quitable de la richesse qu?on cherche ? freiner.

Abolition du droit d?h?ritage. La cr?ation de mini-hi?rarchies priv?es n?est pas accept?e par les communistes. Le travail que fait un parent devrait assurer la subsistance de cet individu pendant qu?il est en vie, mais il ne peut pas le l?guer ? son enfant quand il meurt parce que son enfant n?aura pas ? travailler. Un exemple de ceci est le pouvoir dont va h?riter une d?nomm?e Paris Hilton (n?e en 1981). La cha?ne d?h?tels qu?a cr?e son arri?re grand p?re ne devrait pas se trouver l?gu?e ? elle parce qu?elle n?aura pas ? faire l?intendance de ses h?tels du tout, elle empochera l?argent de son anc?tre pendant que d?honn?tes gens meurent dans les rues.

Confiscation des biens de tous les ?migr?s et rebelles. Le communisme confisque tout bien de personnes qui ?migrent du pays parce que comme le gouvernement redistribue la richesse ? travers sa population, il ne peut pas laisser les gens qui quittent le pays partir avec la richesse. Le syst?me pourrait grandement souffrir si les ?migrants bourgeois partaient tous avec leur fortune. Les biens saisis ne sont pas seulement l?argent, mais la terre, les immeubles, les maisons, en gros toute la propri?t? qui pr?sente une certaine valeur non n?gligeable que poss?dent les ?migrants fuyards. Ceci est un exemple parfait d?une proc?dure qui est exclusivement r?pressive. Elle r?pond au probl?me que peut causer la migration subite de la classe bourgeoise qui fuit le pays ? cause d?une r?volution communiste. Si le communisme ?tait international, cette proc?dure se trouverait ? ?tre inutile parce que les bourgeois auraient ? quitter la plan?te elle m?me pour ?viter le syst?me instaur?.

Centralisation du cr?dit entre les mains de l??tat, au moyen d?une banque nationale ? capital d??tat et ? monopole exclusif. Il n?y aurait qu?une seule banque appartenant au gouvernement qui g?rerait toute activit? mon?taire et financi?re. Elle n?aurait aucun pouvoir elle m?me en tant qu?instance priv?e parce qu?elle serait strictement g?r?e par l??tat. Encore une fois, si le communisme se trouvait ? ?tre internationalis? ? travers le monde, cette banque internationale serait capable d?assurer une ?conomie stable et non fluctuante. Puisqu?elle serait la seule banque unique du monde, il n?y aurait pas de comp?tition par rapport au taux d?int?r?t. Il faut noter que la crise ?conomique qui nous bouleverse de nos jours a ?t? caus?e par des ?produits financiers? irr?alistes qui sont en fait des actions sp?culatives ? risque. Ces actions sont principalement le produit de la comp?tition entre banques priv?es et du cynisme insensible engendr? par la recherche du profit priv?, ? court terme, et tant pis pour les autres.

Centralisation entre les mains de l??tat de tous les moyens de transport et de communication. Ceci est un point qui doit ?tre observ? par rapport ? l?histoire. Karl Marx et Friedrich Engels ont ?crit le Manifeste en 1848. Ils ne pouvaient pas conceptualiser l?existence de l?internet, la t?l?vision, le t?l?phone, ou m?me le radio. Le t?l?graphe ?tait dans les stades les plus simples de son existence. Dans leur temps le seul mode de communication ?tait la lettre et le journal. Le principal moyen de transport ? longue distance ?tait le train. Marx et Engels avec ce point disent que le transport et la communication devraient ?tre non priv?s. Imaginons un monde ou la propri?t? priv?e contr?le la poste, et le r?seau ferroviaire. Prenons le Canada en exemple, disons que Montr?al, Toronto et Vancouver sont les puissances ?conomiques du pays. Les instances priv?es qui cherchent seulement ? s?enrichir construiraient un r?seau de deux lignes, Vancouver-Toronto, et Toronto-Montr?al. La construction d?autres lignes serait inutile parce que le profit est fait dans les grandes villes, et non les campagnes. Appliquons ceci aux lettres, seulement les bourgeois recevraient leurs messages parce qu?il aurait priorit? ? cause de leur pouvoir financier. Le service serait n?glig? partout ou il ne serait pas profitable pour les accapareurs priv?s. Cela ferait qu?il marcherait bien mal.

Multiplication des manufactures nationales et des instruments de production; d?frichement des terrains incultes et am?lioration des terres conform?ment ? un plan d?cid? en commun. Le communisme cherche ? contr?ler l?organisation du d?veloppement des secteurs de production de fa?on ? ce que toute demande de mati?re premi?re, de biens et de services soit produite de fa?on ?gale et m?thodique. La raison pour laquelle ce point existe est parce que le capitalisme, avec sa doctrine concurrentielle, motive les instances priv?es ? d?velopper le secteur le plus lucratif, le plus rapide et non la production de tous biens. Le capitaliste cherche ? s?enrichir le plus rapidement possible donc il d?veloppe les secteurs qui produisent le plus ce qui est payant et pas n?cessairement ce qui est utile, mais les secteurs moins payants sont laiss?s dans l?obscurit?. Le communisme cherche ? d?velopper tout secteur ?galement pour assurer la production uniforme de tous biens utiles et avoir un certain contr?le de l?int?gralit? des facteurs d?offre et de demande.

Travail obligatoire pour tous, constitution d?arm?es industrielles particuli?rement dans l?agriculture. Ce point-ci comprend l?un des aspects les plus faibles du Manifeste. Premi?rement le travail obligatoire pour tous est une doctrine juste qui cherche ? contrer les bourgeois qui ne travaillent jamais directement mais la constitution d?arm?es industrielles, particuli?rement dans l?agriculture, est une toute autre histoire. Le communisme cherche ? abolir le bourgeois, la propri?t? priv?e et les classes sociales, mais voici une instance qui pr?sente le m?me rapport de force qu?une soci?t? de classe mais qui a ?chapp? au radar du communisme. Une arm?e dans son fondement pr?sente une sorte de hi?rarchie qui est fondamentalement non d?mocratique et non communiste. Le terme ?arm?es? est soit mal choisi, ou tout simplement mal conceptualis? par Marx et Engels. Il serait plus juste de parler de commune, ou d??quipe mais pas d?arm?e. Parce que ce terme sous-entend un rapport de force non-propre au fondement du communisme. En plus une arm?e porte des armes qui, dans les communes de travail, seraient, en fait, remplac?es par des outils et des machines.

Combinaison de l?exploitation agricole et industrielle; mesure tendant ? faire dispara?tre graduellement la diff?rence entre la ville et la campagne. Ce point-ci, encore une fois, doit ?tre lu en tenant compte de l?histoire. Dans le temps de Marx et Engels, l?industrialisation ?tait jeune. Les villes pr?sentaient un boom industriel que les campagnes n?avaient pas. Les villes se d?veloppaient ? une vitesse extr?me et les campagnes ne pouvaient pas garder le rythme. La production agricole souffrait et la production industrielle triomphait. Marx et Engels disent dans ce point qu?il faut d?velopper les deux secteur ?galement, que la ville et les campagnes doivent ?entrer dans le si?cle? ? une vitesse ?gale.

?ducation publique et gratuite de tous les enfants. Abolition du travail de tous les enfants dans les fabriques, tel qu?il existe aujourd?hui; ?ducation combin?e avec la production mat?rielle, etc. Ce point dit que tout enfant devrait ?tre exempt de travailler et devrait avoir l??ducation gratuitement fournie par le gouvernement. Notons que ceci ne semble un point acquis que dans le monde occidental. En effet, il y a encore des enfants qui travaillent en de nombreuses parties du monde et l??cole n?est toujours pas une obligation l?gale partout. Noter aussi le dernier aspect, celui sur l??ducation combin?e avec la production mat?rielle, qui montre que les communistes ?taient soucieux que le prol?taire ne reste pas ignorant, comme cela se constatait en 1848 et se constate souvent encore.

Il y a ici des principes qui guid?rent ceux qui furent anim?s par l?espoir communiste. Ces principes sont devenus des faits concrets de l?histoire de fa?on fort incompl?te et in?gale. Ils ont ?t? associ?s ? d?autres ?l?ments de programmes politiques r?volutionnaires, novateurs, progressistes, mais non n?cessairement communistes au sens pr?cis que ce programme social propose.

.
.
.

Le L?NINE d?Andy Warhol

L?URSS et l?internationalisation d?une r?volution. L?URSS est le premier pays qui ressort dans n?importe quelle conversation ? propos du communisme. Toute conversation ? propos de l?URSS r?p?te, comme un disque ray?, les grands aspects n?gatifs de l?histoire de ce pays: la r?volution bolcheviste qui fut suppos?ment particuli?rement sanglante, les proc?s de Moscou, les famines staliniennes, et tant d?autre al?as. Mais regardons d?un point de vue objectif les biens et les torts de l?une des plus grandes r?volutions sociales de l?histoire. Une r?volution majeure anti-monarchique a lieu en Russie vers 1917-1921. Rejetant le r?publicanisme bourgeois d?j? amplement discr?dit? politiquement, les leaders r?volutionnaires russes se r?clament du communisme. Ils produiront la derni?re grande r?publique moderne, croyant longtemps mettre en place le socialisme. La tentative d?internationalisation de ce type de r?volution m?nera aux restrictions ?troitement nationalistes du stalinisme.

Les origines de la r?volution (1905-1917). En 1905, l?empire russe, men? par Nicolas II (1868-1918), fait face ? des r?sistances int?rieures de plus en plus fortes. La population russe tr?pigne de m?contentement. Les gens ont faim, ils sont d?pourvus de terres agricoles, ils ne sont pas ?duqu?s et des propos r?volutionnaires sont tenus partout ? travers le pays. En 1905, la guerre russo-japonaise fait rage depuis un an et dans une d?faite majeure de la marine russe, la quasi-totalit? de la flotte du pacifique est perdue en une bataille unique. Ceci discr?dite encore plus le tsar Nicolas II et le r?gime Romanov aux yeux de son peuple. La d?faite de la bataille de Tsushima engendre la mutinerie d?un cuirass?, qui deviendra un symbole culte de la r?volution bolcheviste, le Potemkine. La mutinerie du cuirass? Potemkine d?bute avec une tentative de r?volte par un groupe de matelots. Ces matelots avaient ?t? arr?t?s par les forces du capitaine et un ordre d?ex?cution est donn?. Les matelots r?volt?s sont couch?s en joue sur le pont. L?ordre de les fusiller est formul? par le capitaine, qui finit, en fait, par se faire fusiller par le peloton d?ex?cution. Les officiers du bateau sont soit tu?s o? emprisonn?s et la mutinerie r?ussit. Le Potemkine hisse le drapeau rouge. Il devra bien s?r se rendre, mais son impact sur la population russe sera immense. Il deviendra le principal symbole de la r?volution en marche. En 1914, la Russie tsariste entre dans la premi?re guerre mondiale comme alli?e de la France et de l?Angleterre dans la Triple Entente. Un peuple mal nourri, mal ?duqu?, tr?s pauvre, compl?tement opprim? est envoy? massivement au front. Depuis le d?but de la guerre, jusqu?? la r?volution bolcheviste, les pertes russes contre les allemands et les austro-hongrois sont catastrophiques. C?est l?, plus que nulle part ailleurs, qu?ils sont, les millions de morts des ann?es 1910-1920 en Russie, et on les passe pudiquement sous silence. Les troupes russes sont lev?es par conscription. Ainsi des millions d?opprim?s se font mettre entre les mains, les armes qu?ils utiliseront pour se r?volter.

La prise du Palais d?Hiver, telle que repr?sent?e par le cin?aste sovi?tique Sergei Eisenstein (1898-1948)

Une r?volution majeure anti-monarchique en Russie (1917-1921). L?insurrection bolcheviste se d?cide d?mocratiquement le 10 octobre 1917 apr?s de longues p?riodes de discussions, durant lesquels il y a un vote de masse au grand soviet (comit? populaire) de Petrograd, oui ou non, pour la r?volution et les r?volutionnaires l?emportent. Le pouvoir sovi?tique se divise donc en deux secteurs, le militaire et le politique. Trotsky (1879-1940) se retrouve chef de toute action militaire que va prendre les r?volutionnaires (Staline faisant parti de son ?quipe de direction, mais avec un petit r?le) et L?nine (1870-1924) dirige le bras politique du mouvement. Le soviet de Petrograd est massivement appuy? par les troupes qui reviennent du front. Les gar?ons qui reviennent (des ouvriers et des paysans qui avaient ?t? conscrits par le tsar) ne cherchent qu?? changer le pouvoir parce que le mode de vie des villages, la famine et la pauvret?, se confondent avec le drame du front. Avec de telles pens?es, le message communiste est un peu perdu devant le message anti-monarchique. Les soldats cherchent beaucoup plus ? se cr?er leur propre r?publique qu?? instaurer le communisme. ? Petrograd, la nuit du 24 au 25 octobre, les bolchevistes prennent le Palais d?Hiver avec presque aucune perte de vie. Ils entrent dans le palais en tirant des coups dans les airs, et le pouvoir c?de. La mortalit? de cet ?v?nement se trouve ? ?tre six personnes. ? Moscou, la bataille est un peu plus intense. 50,000 r?volutionnaires chargent le Kremlin et sont mitraill? par 10,000 r?guliers de l?arm?e blanche. Ils prennent le Kremlin apr?s quelque coup de feu, les pertes sont d?environ 300 hommes. Les simples soldats de l?arm?e blanche sont rel?ch?s et les officiers d?tenus. Les historiens sont d?accord pour dire que la prise de Petrograd et celle de Moscou furent deux ?v?nements r?volutionnaires peu meurtriers. La guerre civile qui suit la r?volution est la vraie boucherie. Surtout avec l?ing?rence des puissances occidentales. Apr?s la prise des deux grandes villes, L?nine publie le d?cret sur la terre. Le d?cret sur la terre repose sur un principe communiste venant directement du manifeste de Marx et Engels. Le point 1: Expropriation de la propri?t? fonci?re et affectation de la rente fonci?re aux d?penses de l??tat. Cette premi?re mesure communiste est un pas en dehors de la f?odalit?. Toutefois ce pas vers le communisme est n?glig? par la population paysanne, tendis que le pas en dehors de la f?odalit? est grandement appr?ci?. Apr?s le d?cret sur la terre, la guerre civile ?clate. Le g?n?ral Kornilov (1870-1918), en t?te de l?arm?e blanche, cherche ? contrer les r?volutionnaires et remettre en place le pouvoir tsariste. L?arm?e blanche est appuy?e par les puissances occidentales, la France, la Grande Bretagne, les ?tats-Unis etc. C?est ainsi parce que le pouvoir tsariste de la Russie ?tait anciennement alli? avec les occidentaux. Les r?volutionnaires ne le sont pas. La guerre civile entre les Sovi?tiques et les tsaristes a caus? un total de pertes humaines toujours inconnu, m?me de nos jours. Il y a bien des historiens qui sortent des nombres fantaisistes, disant que des millions de personnes sont mortes. Il y en a d?autre qui disent quelques dizaines de milliers. Le nombre exact de pertes de vie de la guerre civile russe de 1917-1922 fait l?objet de d?bat depuis le temps o? elle a eu lieu. Le r?sultat de ces conflits est: un nombre de pertes de vie inconnu, un pays d?truit par une guerre mondiale et une guerre civile, une famine ?mergeant de la destruction causant encore plus de mort et un pouvoir r?volutionnaire cherchant ? mettre de l?ordre dans un pays qui n?en a pas. Ce pouvoir r?volutionnaire se trouve ? faire face ? la propagande anti-sovi?tique d?autres pays qui cherche seulement ? contrer les efforts que font les russes pour se sortir de la f?odalit?. Toutefois les r?volutionnaires parviennent ? non seulement contrer l?arm?e blanche, mais aussi ? contrer les puissances occidentales qui s?ing?raient dans leur r?volution. Ceci donne beaucoup de cr?dibilit? mondiale aux Sovi?tiques. L?nine internationalise donc la r?volution. Moscou devient le centre de l?expertise r?volutionnaire. Des tentatives de r?volutions dites communistes dans d?autre pays ?chouent ou font rage. Le communisme se trouve ? ?tre vu comme l?av?nement de l??re nouvelle ? travers le monde, mais en r?alit? le totalitarisme gronde dans les campagnes. Par exemple, Mussolini (1883-1945) en 1922 est venu au pouvoir en contrant une tentative de r?volution communiste en Italie. Il instaurera le fascisme. En 1921 la N.E.P. (Nouvelle Politique ?conomique) est instaur?e par L?nine. Cette politique met en place des principes capitalistes et met donc fin ? une r?volution communiste voulue, sinon obtenue. Mais la N.E.P. n?est pas une r?gression vers le capitalisme sauvage qui prenait d?j? pleinement forme sous le tsarisme, elle instaure et organise ce dernier dans une Russie anciennement f?odale dont la monarchie est tomb?e. R?sumons donc la r?volution: ce sont les Sovi?tiques contre un pouvoir f?odal. Ils instaurent un nouveau pouvoir, ils le d?clarent communiste et finissent par instaurer un type de capitalisme planifi?.

L?nine ? la tribune

Redevenir graduellement r?aliste et autoritaire (1921-1938). En 1921, la N.E.P. est implant?e. En 1922, la guerre civile se termine. En 1924, L?nine meurt. La mort de L?nine ouvrira la discr?te marche de Staline (1879-1953) vers le pouvoir. Vers 1928, Staline est secr?taire g?n?ral du parti communiste de l?Union Sovi?tique. Cette position, encore mal connue, le place en charge de l?immense bureaucratie du pouvoir sovi?tique. Elle lui donne un ?norme potentiel de contr?le sans que personne ne s?en rende trop compte. Graduellement Staline remplace les autres positions d??tat (pr?sident du conseil du peuple, membres du bureau politique, pr?sident du praesidium supr?me, ministres, etc.) par des hommes qu?il contr?le.?Il donne le pouvoir sur l?int?gralit? du syst?me ? une position, la sienne. Entre les ann?es 1928 et 1938 Staline s?approprie le pouvoir. Il ne se hisse pas vers la plus haute fonction, non, il tire plut?t le pouvoir vers sa fonction ? lui. En 1938, l?appropriation du pouvoir par Staline culmine avec les proc?s de Moscou. Il fait ex?cuter tous les anciens dirigeants de la r?volution (sauf un, Trotsky, exil? au Mexique), en les faisant para?tre comme des tra?tres, et purge l?int?gralit? des hauts grad?s de l?Arm?e Rouge. Il instaure son pouvoir, son dogme, et devient le p?tit p?re des peuples. Entre 1929 et 1939, l?occident est traumatis? par la grande d?pression. Ceci parait comme la chute du capitalisme aux yeux de la population mondiale. Le ?communisme? sovi?tique s?industrialise, produit, s?active, et ne ressent aucun des m?faits de la d?pression. Toutefois aux yeux des occidentaux il surgit un espoir anti-communiste. Hitler (1889-1945), pur produit politique de la grande d?pression, est ?lu au Reichstag en 1933 et commence son r?gne dictatorial sur l?Allemagne. Staline, ? ce stade de son appropriation du pouvoir, a assez de ressources internationales pour voir tr?s facilement ce que les occidentaux envoient insidieusement vers lui, un nazi insens? qui d?teste le communisme? et l?occident. Staline, le 23 ao?t 1939, fait donc un pacte de non-agression avec Hitler qui bouleverse les puissances majeures du temps. Le chien enrag? du nom de Hitler se retourne alors contre ses ma?tres et avance vers l?Europe de l?Ouest. Ce qui a ?t? d?couvert, apr?s la d?stalinisation de l?URSS, ce sont les probl?mes auxquels a fait face l?URSS durant la grande d?pression. Il est important de noter tout de m?me que ces probl?mes n?on pas ?t? caus?s par la d?pression. Dans les ann?es 1930-1932 il y a eu les ?famines staliniennes? qui ont fait rage dans le pays. Ces famines allaient faire l?objet de d?bats pour les g?n?rations futures. Il y a des historiens qui croient que Staline a fait expr?s de tuer son peuple pour le contr?ler, il y en a d?autre qui pensent que les purges des koulaks (les propri?taires fonciers russes) ont caus? la confusion dans les campagnes et une baisse de la production agricole qui a engendr? les famines. Les koulaks (paysans propri?taires), des sortes de gentlemen farmers russes, au d?but des famines se fond exproprier et tuer. Quand on pense, on remarque rapidement que les koulaks n??taient pas justes des bourgeois qui s?enrichissaient sur le dos des moujiks (paysan travailleur), ils ?taient aussi les d?tenteurs du savoir faire agraire. Ils ?taient le cerveau et les moujiks les bras. En coupant la t?te du corps, les membres ne savent plus quoi faire. En tuant les koulaks, le savoir-faire des fermes est perdu, la productivit? tombe. Il semble qu?il ne soit pas possible de d?raciner la f?odalit? des campagnes sans causer une d?sorganisation catastrophique du secteur agraire. L?nine en 1917 publie le d?cret sur la terre. Ceci cr?e une famine caus?e par le manque de savoir-faire des anciens serfs du syst?me f?odal par rapport ? l?agriculture. L?nine instaure donc la N.E.P. pour ramener des principes plus ancien mais capitalistes. Quand le pouvoir change, Staline remarque le jeu de classe qui se fait entre les koulaks et les moujiks. Dans son plus pur style autoritaire, il purge les d?tenteurs du savoir-faire et cause encore une fois les famines. Mais Staline cette fois ne r?instaure pas l??quivalent de la N.E.P. Il cr?e les kolkhozes, des ferme collectivis?es, mais celles-ci ne sont pas aussi efficaces que les anciennes fermes des koulaks. La famine reste et la d?sorganisation aussi. Graduellement le syst?me agraire se remet en place et les terres collectivis?es recommencent ? produire, mais ceci est parce que le savoir-faire est r?appris par les moujiks. R?sumons la p?riode post-r?volutionnaire de l?URSS. Staline se cr?e son pouvoir, en manipulant un syst?me bureaucratique dont il ?mane. La grande d?pression donne du prestige au communisme et engendre un mod?le social qui bouleversera l?Europe, tout en ouvrant aussi la voie aux d?rives fasciste et nazi. L?URSS s?industrialise ? grands pas, mais fait quand m?me des erreurs, en rentrant dans le si?cle. Les pr?misses de la plus grande boucherie de toute l?histoire de l?humanit? se pr?pare, le totalitarisme est au stade les plus enfantin de sa vie.

Tentative d?internationalisation de la r?volution et lutte contre le nazisme (1938-1953). Hitler est ?lu au Reichstag en 1933. De 1933 ? 1938, il militarise l?Allemagne, il prend le contr?le du pays, il rend tout autre parti politique ill?gal, il se d?barrasse des S.A. et mets en place les S.S., il cr?e la jeunesse hitl?rienne, il met en place les camps de concentration et commence sa politique g?nocidaire sur les juifs. En bref, il instaure le totalitarisme chez lui. Sa population respire l?air nazi, mais l?air n?est pas abondant. Hitler commence donc ? parler d??espace vital? pour les germaniques. Il commence donc ? annexer d?autres pays. L?Autriche en 1938 et la Tch?coslovaquie en 1939. En 1939, le pacte germano-sovi?tique est sign? entre l?Allemagne et l?URSS. Le pacte est sign? par Vyacheslav Molotov (1890-1986) du c?t? des Sovi?tiques et Joachim von Ribbentrop (1893-1946) du c?t? allemand. Ce que l?on peut constater du pacte de non-agression, sign? ? Moscou le 23 ao?t 1939, c?est que les deux chefs ne voulaient pas ?tre vu l?un avec l?autre. Hitler et Staline ne se sont jamais rencontr?s face ? face. Hitler se tourne alors contre le monde occidental. Il envahit la Pologne. Les puissances occidentales, la France, le Royaume Uni et leurs colonies, d?clarent la guerre ? l?Allemagne. L?Italie et le Japon s?allient aux nazis. L?Axe est n?e et les Alli?s aussi. En six semaines, la Pologne est conquise, en six mois, la France est conquise. Le front ouest de l?empire allemand est assur?. De juin 1940 ? mai 1941 la Luftwaffe attaque la Grande-Bretagne. La bataille d?Angleterre est perdue par l?Allemagne et Hitler se rabat alors sur l?URSS. Le 22 juin 1941 le pacte germano-sovi?tique est rompu par les Allemands. L?Op?ration Barbarossa d?bute. Les Allemands s?attaquent au Sovi?tiques. Ils prennent une portion importante du territoire russe. L?attaque de Pearl Harbor par les Japonais, le 7 d?cembre 1941, marque l?entr?e en guerre des ?tats-Unis. Les puissances de l?Axe ont plus d?ennemis qu?ils n?ont d?alli?s. L?int?gralit? de la puissance britannique, les Sovi?tiques, les ?tats-Unis, la r?sistance fran?aise. De 1941 ? 1943 la guerre fait rage et les front n?avancent pas. En 1943, victoire ? Stalingrad. La sixi?me arm?e du Troisi?me Reich est encercl?e et d?truite par l?Arm?e Rouge. C?est la premi?re d?faite terrestre des nazis. ? travers le monde, cette victoire sovi?tique est vue comme le tournant de la guerre, et la mont?e du communisme redevient de vogue. La population se questionne maintenant sur la puissance du capitalisme compar? ? la puissance sovi?tique. Graduellement les Sovi?tiques commencent ? reprendre du territoire. Sur l?autre front, le 6 juin 1944, le d?barquement de Normandie marque la premi?re victoire terrestre occidentale. Les fronts est et ouest de l?empire allemand r?tr?cissent. Les ?tats-Unis lib?rent la Hollande, la Belgique, la France, l?Italie, l?Allemagne de l?Ouest, la Norv?ge, la Su?de, le Danemark et l?Autriche. Les Sovi?tiques lib?rent la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie, la Yougoslavie, l?Allemagne de l?Est (dont Berlin). Les Sovi?tiques instaurent le ?communisme? dans les pays qu?ils occupent. Tout simplement, ils lib?rent le pays et instaure un gouvernement nominalement communiste. Avec des m?thodes pareilles, le message communiste est perdu et le totalitarisme est instaur?, sous le nom de ?communisme?. Le prestige dont b?n?ficie le communisme devient toxique. L?Internationale est chant? ? travers l?Europe, tandis que l?illusion communiste s?accro?t. Presque chaque pays europ?en et africain a son propre parti politique communiste. Staline est per?u comme l?homme nouveau. Le capitalisme est en tomb?e et une ?re communiste vient ? peine d??clore. Quelques mois apr?s la fin de la guerre, les ?tats-Unis cr?ent le Plan Marshall. Ce dernier est un programme ?conomique ayant l?intention de refinancer les pays d?truits par la guerre. Il est offert ? tous les pays concern?s. La France, la Grande-Bretagne, l?Italie, l?Allemagne de l?Ouest, la Belgique, la Gr?ce, la Turquie, le Danemark, la Norv?ge, la Su?de, l?Islande, le Portugal et l?Irlande acceptent l?aide am?ricaine. Ces pays, plus l?Espagne et la Finlande, deviendront le Bloc de l?Ouest. Le Plan Marshall est un moyen de garder une main mise capitaliste sur l?Europe. Juste comme ils avaient achet? leurs pays, les am?ricains ont achet? l?Europe. Les pays qui ont ?t? lib?r?s par les Sovi?tiques durant la deuxi?me guerre mondiale sont l?Albanie, la Bulgarie, la Roumanie, l?Allemagne de l?Est, la Hongrie, la Pologne et la Tch?coslovaquie. Ces pays feront partie du Bloc de l?Est. Donc, en 1945, il y a alliance ?conomique entre les pays du bloc de l?ouest. En 1949, cr?ation de l?OTAN, alliance militaire des pays du bloc de l?ouest. En 1949, encore une fois, cr?ation d?une alliance ?conomique entre les pays du bloc de l?est (Comecon). En 1955, deux ans apr?s la mort de Staline, alliance militaire du bloc de l?est, le Pacte de Varsovie. La p?riode de guerre nous pr?sente simplement toutes les puissances mondiales qui entrent dans un mouvement r?actionnaire et militaire. Hitler, nazi pugnace, d?clenche la boucherie. Churchill, va-t?en-guerre anglais, saute au pouvoir. Staline, v?t?ran d?une r?volution, ressort ses fusils. Franklin Delano Roosevelt, ?manation de la grande d?pression, meurt et c?de la place ? Harry Truman, ?le Pr?sident de la Bombe?. Avec de tels chefs d??tat, la guerre s?implante dans les esprits. La perte d?une vie humaine est consid?r?e n?gligeable. Cette p?riode de guerre est la p?riode la plus noire de l?histoire de l?humanit?. Techniquement aucun de ces chefs d??tat n?est responsable de ces actes, parce que l?environnement ?tait tellement violent. Dans la p?riode d?apr?s guerre, nous voyons les chiens enrag?s se cacher, sauf un. Hitler meurt. Churchill perd le pouvoir. Truman perd le pouvoir. Mais, Staline reste au pouvoir. Le p?tit p?re des peuples, dans les huit derni?res ann?es de sa vie, fa?onnera la poigne de fer de l?empire sovi?tique. Les anciennes id?es r?actionnaires de la guerre resteront coll?es dans les esprits des futurs chefs de l?URSS. ? ce stade ci, le communisme est non existant. L?internationalisation de la r?volution se fusionne avec la lutte contre le nazisme. Les pays lib?r?s par l?URSS se trouvent ? changer d?occupant, sans comprendre le message. Ils voient les hommes portant le drapeau rouge qui font fuir les hommes portant la svastika. L?importance des deux camps est minimale, en fait, tant qu?on mange et que la guerre est finie. Les armes maintenant rang?es, la Guerre Froide d?bute. En 1953, Staline meurt et une grande tristesse s?instaure sur le monde. La plan?te pleure la disparition de son h?ro. Jusqu?? temps que quelqu?un ouvre un livre d?histoire et remarque quelque chose de bizarre.

Le deuil mondial de Staline

Amorce de la r?action anti-sovi?tique (1953-1980). La mort de Staline, en 1953, apporte une grande tristesse. Les dirigeants sovi?tiques apr?s Staline utilisent ce prestige du vieux h?ro mort pour l?gitimer la perp?tuation du mythe communiste. Par exemple en 1956, l?insurrection de Budapest, en Hongrie, est r?prim?e par les chars d?assaut sovi?tiques. L?homme nouveau existe encore, il est simplement dans notre coeur, donc chantez l?internationale! Mais la m?me ann?e, Nikita Khrouchtchev (1894-1971) d?nonce les crimes de Staline. L?homme nouveau a fait des erreurs! Au 20i?me congr?s du Parti Communiste, le Rapport sur le culte de la personnalit? est r?v?l?. Les d?portations, les ex?cutions et les arrestations des proc?s de Moscou sont d?nonc?es dans le rapport. Le culte de la personnalit? mis en place par Staline est rejet? par Khrouchtchev parce que ce culte contredit les vues du marxisme-l?ninisme sur lesquelles l?URSS repose. Cette r?forme est en gros une tentative de retourner au vrai communisme. Khrouchtchev esp?re pouvoir corriger la d?rive dictatoriale ayant d?coul? de la guerre. Il essaye en vain de retourner les aiguilles du temps. Suite au Rapport Khrouchtchev, le monde se sent trahi. Staline nous a menti! La d?stalinisation se confond avec une d?sovi?tisation. Tout graduellement les pays du bloc de l?est commencent ? se r?volter. Chaque fois qu?ils manifestent la moindre vell?it? libertaire, ils se font r?pondre par les chars d?assaut sovi?tiques. En sommes, le vieux r?flexe guerrier du temps de Stalingrad continue de jouer, non plus pour lib?rer mais pour opprimer. Les r?voltes r?prim?es s??num?rent comme suit: Hongrie en 1956, Insurrection de Budapest; Tch?coslovaquie en 1968, Printemps de Prague; r?publiques musulmanes orientales (Ouzb?kistan, Turkm?nistan, Tadjikistan) en 1979, menant ? l?invasion de l?Afghanistan limitrophe; et finalement 1980, Pologne, mise en place du syndicats non-communiste Solidarno??. Ce qu?il faut noter quand on analyse ces r?voltes est que chacun de ces soul?vements ?tait ni socialiste ni communiste mais purement capitaliste, nationaliste (et islamiste dans le cas des r?publiques musulmanes voisines de l?Afghanistan). Dans chacun des cas, les ?tats-Unis endossaient les insurg?s, leurs fournissaient de l?argent et couvraient tout l??v?nement ? l?aide des m?dias. La Guerre Froide ?tait une guerre d?image et les Sovi?tiques paraissaient comme les plus fous, les plus r?trogrades et les plus militaristes. Pour conclure sur les ann?es 1953 ? 1980 il faut dire ceci. Les Sovi?tiques commencent la d?stalinisation, mais au milieu de cette red?finition communiste, Khrouchtchev est limog? et la poigne de fer stalinienne ou plut?t n?ostalinienne incarn?e par L?onid Brejnev (1906-1982) est de retour en beaucoup moins efficace. Cette moufle de fer est utilis?e pour tenir les pays du bloc de l?est et ? chaque fois que la moufle ferreuse est utilis?e, les ?tats-Unis la filme en mondovision. L?image de l?URSS est d?truite, l?empire est trop violent pour l??poque de l?apr?s-guerre. La perte de la Pologne en 1980 marque la fin de la vie de ladite moufle de fer.

La chute de l?URSS (1980-1991). En 1980, l?URSS, vieil empire en d?cadence, perd pour la premi?re fois un partisan du bloc de l?est. La Pologne, avec un libertaire syndicaliste et anti-communiste, endoss? par les Am?ricains, se trouve ? faire une ?r?volution? contre sa hi?rarchie militaro-bureaucratique prosovi?tique. Lech Walesa est le premier homme ? sortir victorieux contre les gros m?chant prosovi?tiques habitant la Pologne. Le gouvernement que Walesa a combattu est une division du complexe militaro-industriel compradore de l?URSS, qui jouait le r?le de gouvernement. Ce gouvernement ?communiste? n??tait qu?un garde-chiourme stalinien. Il s??tait fait impl?menter ? la lib?ration du nazisme et ?tait rest? coll? l? comme un doigt m?tallique et pugnace de la poigne de fer de Staline. Quand Staline est mort, la poigne, maintenant laineuse, a men? ? un refus du contr?le toujours m?tallique mais non plus renforc? par Staline. La mitaine de fer ne jouait plus le r?le de la poigne. Le dogme de Staline s?effritait. ?rig? en exemple, la Pologne est devenu un symbole d?espoir contre les Sovi?tiques. L?URSS avait mis trop d?argent sur les d?penses militaires et ne pr?sentait plus un milieu de vie libre ou communiste. La fin ?tait en vue. Mais en 1985 un espoir final se manifeste. Mikha?l Gorbatchev (n? en 1931) pr?sente un nouveau tournant pour l?URSS. Il est vu comme l?homme qui va retrouver le droit chemin communiste que l?URSS a perdu. Mais cet homme politique arrive trop tard. En 1990, les r?publiques sovi?tiques et les pays du bloc de l?est sautent comme des bouchons de bouteilles. Les boulons de cette ancienne machine c?dent et l?URSS s?effondre comme entit? et est dissoute comme ?tat. La chute du mur de Berlin (1989) marque la fin de la Guerre Froide. La terreur de la bombe est implicitement ?limin?e. Les Am?ricains ont gagn?.

.
.
.

Le MAO ZEDONG d?Andy Warhol

La Chine: le ?communisme? d?une future superpuissance. ?videmment, il y a encore la Chine? De nos jours, la Chine est le pays dit ?communiste? qui parvient ? faire de plus en plus bonne figure dans l?actualit?. Ce pays augmente en puissance non seulement ?conomique, mais militaire et sociopolitique. La Chine est devenue l?une des plus grande puissance mondiale au 21i?me si?cle m?me en gardant son titre tabou de ?communiste?! Comment alors? Es-ce la fin du capitalisme en plein Extr?me-Orient? Investiguons l?affaire. D?o? ?merge le communisme chinois? Et surtout comment est-il si fort, m?me de nos jours? Le fait est que la Chine va, en 1949, amplifier le r?le r?publicain du programme communiste en le compl?tant d?une d?marche anti-imp?riale et anti-coloniale. C?est le fer de lance de l?objectif communiste qui poussera les chinois ? se d?barrasser de l?envahisseur japonais et ? sortir les occupants occidentaux. La qu?te communiste am?nera la Chine ? devenir la plus grande puissance capitaliste de tous les temps.

En 1912, la Chine est ? la fin de son ?re f?odale. Les seigneurs f?odaux n?assurent plus le bien-?tre de la population et des insurrections sont fr?quentes. En 1927, le g?n?ral Tchang Ka?-Chek (1887-1975) d?cide de s?allier avec des militants communistes de son pays, pour d?tr?ner les derniers seigneurs de guerres. Il m?ne la lutte nationale et retire les f?odaux du pouvoir. Mais une fois les seigneurs partis, Tchang Ka?-Chek trahit les communistes qui l?ont aid? dans son combat r?publicain. Son arm?e, maintenant l?arm?e gouvernementale, attaque subitement les communistes. Men?s par Mao Zedong (1893-1976), ces derniers se r?fugient dans des grottes entre le Nouman et le Yang-Ts?. Ceci d?clenche la guerre civile de Chine. Les communistes contre le Kuomintang, le parti de Tchang Ka?-Chek. De 1929 ? 1934, les attaques du Kuomintang sont fr?quentes sur les diff?rentes bases communistes de ce pays immense. Les communistes sont bien d?fendus, mais la guerre civile finit par prendre le dessus sur eux. Finalement, en 1934, Mao d?cide de quitter le refuge qu?il tient encore et de partir sur une grande aventure qui l?am?nera ? travers tout le pays. Ainsi d?bute la Longue Marche de Mao. Il va parcourir la Chine avec 70,000 hommes et seulement 10,000 se rendront au bout de ce repli tragique. La Longue Marche de Mao c?est comme la Prise de la Bastille pour la r?volution fran?aise ou la mutinerie du cuirassier Potemkine pour la r?volution russe. La Longue Marche fut ?rig?e en symbole de la pers?v?rance, du courage et de la patience des militants communistes chinois. Plusieurs ?uvres d?art s?en inspirent. En octobre 1935, Mao et ses hommes s?arr?tent au nord-ouest de la Chine et se fortifient dans les grottes du Y?nan.

Entre 1935 et 1945, la petite r?publique communiste du Y?nan se consolide. C?est la p?riode o? Mao ?crit ses ?uvres litt?raires et politiques, dans les grottes du Y?nan. En 1937, le Japon Imp?rial envahit la Chine. Il y pratiquera des exactions horribles, des crimes inimaginables. La puissance ?crasante de cet envahisseur imp?rialiste oblige les communistes et le Kuomintang ? conclure une nouvelle alliance. Ce fait est hautement significatif car on retrouve, encore une fois, une situation o? la lutte de lib?ration nationale et la guerre classique m?neront ? une unit? nationale qui primera sur l?id?e de lutte des classes. La Chine profonde, dont Mao est l?animateur marxiste par excellence, tient par-dessus tout ? s?affranchir des occupants coloniaux, europ?ens ou asiatiques. Entre 1937 et 1945, la Chine est partiellement occup?e par un grand agresseur international. Les japonais y s?ment la terreur. Ils font des raids sur les villes et causent de terrible massacres. Le monde occidental et les ?tats-Unis ne semblent voir que Tchang Ka?-Chek comme jouant la part de la Chine dans ce grand et douloureux conflit. Apr?s la capitulation du Japon sous les coups des deux bombes atomiques am?ricaines, Tchang Ka?-Chek semble le h?ro de la portion chinoise de la guerre contre le Japon. Entre 1945 et 1949, les am?ricains appuient donc Tchang Ka?-Chek et lui fournissent de l?armement. La guerre civile reprend alors et pourtant, malgr? cette superficielle et illusoire sup?riorit? technologique, l?arm?e du Kuomintang est, en quatre ans, r?duite ? ?une lamentable cohorte de fuyards?. Les rouges sont plus profond?ment intimes avec les masses paysannes, ils sont plus accept?s par la population. L?hinterland est le secret de leur succ?s.

En 1949, le Kuomintang est vaincu. Il quitte la Chine continentale et se r?fugie sur l??le de Formose (Taiwan). Les colonialistes europ?ens, qui s??taient implant?s de longue date dans les villes portuaires, notamment ? Shangha?, pour g?rer l?import/export du pays ? leur strict avantage, sont ?vinc?s par les communistes chinois. Ils ne gardent que Macao (les portugais) et Hong Kong (les britanniques). Le premier pays que Mao visite en tant que chef d??tat en 1949 est l?URSS. Il rencontre Staline ? Moscou. L?URSS aidera la Chine ? s?industrialiser. Elle doit aussi entrer dans le rythme de la vie moderne. En mai 1950, le nouveau gouvernement interdit la vente des femmes et la polygamie. Entre 1950 et 1953, on se lance dans une vaste r?forme agraire. Les droits f?odaux des anciens propri?taires fonciers sont abolis. La terre est distribu?e aux paysans puis collectivis?e. Encore une fois, comme dans le cas des ?famines staliniennes?, il semble qu?il ne soit toujours pas possible de d?raciner la f?odalit? des campagnes sans causer une d?sorganisation catastrophique du secteur agraire. La d?route sociale d?coulant de ces changements de propri?t? et d?organisation provoque, ici aussi, une vaste famine qui causera la mort de millions de personnes. Comme en Russie ant?rieurement, les causes exactes de ce ratage r?volutionnaire dans les campagnes sont vagues et mal connues. En 1958, la Chine lance le Grand Bond en Avant. On approfondit la collectivisation des campagnes. Paysans, soldats, intellectuels sont envoy?s aux champs. L?affaire rate en moins d?un an, parce que l?importance du savoir-faire agricole (y compris celui d?avant la r?volution) par rapport ? la productivit? est sous-estim?. La Chine finira par devoir importer du bl? de l?URSS. En 1960, on assiste pourtant ? une rupture avec l?URSS. La Chine n?accepte pas du tout l?id?e de d?stalinisation. Les Sovi?tiques sont d?sormais des ?r?visionnistes?.

Les gardes rouges

En 1966, Mao, qui est en train de se faire marginaliser dans les structures du pouvoir par les cadres du Parti Communiste Chinois (PCC), lance la R?volution Culturelle. Il va s?appuyer sur la jeunesse ?mergente pour regagner de l?influence. Mao s?me l?extase. On lance de grandes f?tes. On produit toutes sortes d??uvres d?art populaires inspir?es par la ferveur r?volutionnaire. Et on brandit des millions de copies du Petit Livre Rouge, des citations du Grand Timonier. C?est le d?but comme tel du culte de la personnalit? de Mao, dont on dira qu?il aura ?t? ? la fois le L?nine et le Staline de la r?volution chinoise. Entre 1966 et 1970, le culte de Mao est instrumentalis? pour garder la jeunesse d?bordante en contr?le. Dans certaines provinces, c?est l?arm?e qui assure l?ordre. En 1971, le pr?sident am?ricain Richard Nixon fait une visite historique en Chine et rencontre Mao. Les historiens s?accordent pour y voir l?indice politique du d?but d?un lent renouveau du capitalisme en Chine. Mao meurt en 1976. Les grenouillages politiques qui s?ensuivent laissent la place ? une succession de dirigeants qui sauront se ressourcer et se renouveler bien plus efficacement et subtilement qu?en Union Sovi?tique. Le pr?sident actuel, Xi Jinping est n? quatre ans apr?s la r?volution. Il est ? la t?te d?un immense pays d?un milliard trois cent millions d??tres humains en train de devenir la plus grande puissance ?conomique des temps modernes. Un pays communistes? Bien, il est toujours dirig? par un Parti Communiste, mais l?histoire de la qu?te chinoise vers le communisme nous donne bien plus ? d?couvrir un tr?s vieux pays, une des plus anciennes civilisations du monde, rest? longtemps f?odal et stagnant qui, par la force d?une formidable pouss?e r?volutionnaire de masses, se d?barrasse des seigneurs de guerres, des grands f?odaux, des empereurs, des colonisateurs europ?ens, des envahisseurs japonais, des dirigeants nationalistes compradores, pour instaurer au moins son ind?pendance et son autonomie nationale? Mais ils n?ont pas instaur? un ordre social vraiment communiste.

Aujourd?hui, la Chine est activement impliqu?e dans la mise en place d?un genre moderne et subtil de dispositif imp?rial, notamment dans de nombreux pays d?Afrique. Elle finance le gros de la dette des ?tats-Unis et le solide souvenir de la gestion planifi?e ?communiste? lui sert ? maintenir un capitalisme monopolistique d??tat lui permettant, entre autres, de prot?ger ses exportations en maintenant sa monnaie artificiellement basse. L?industrie chinoise est ?concurrentielle? pour des raisons que Karl Marx avait d?j? analys?es: ses travailleurs sont parmi les plus bas salari?s au monde. Ce n?est certainement pas ?a, la dictature du prol?tariat! La Chine est une superpuissance en mont?e qui, entre utopie et r?alisme politique, h?site de moins en moins ? retenir le second comme voie de l?avenir et ? rel?guer la premi?re dans le pass? proche ou lointain des origines de sa r?publique. Le portrait de Mao est encore visible un peu partout, y compris sur les billets de banque chinois? le dernier grand tigre de papier?

.
.
.

Ernesto ?Che? Guevara (1928-1967)

Vietnam et Cuba: un ?communisme? de r?sistance face ? l?imp?rialisme am?ricain. Dans la dynamique de la Guerre Froide (1945-1991), communisme et lutte contre l?imp?rialisme am?ricain finissent ?troitement confondus. De petits pays r?sistant contre la pr?sence post-coloniale des am?ricains sur leur territoire produiront des ?r?volutions communistes?, actes de r?bellions micro-nationales n?ayant de plus en plus de communistes que le nom. Le Vietnam et Cuba sont les exemples les plus repr?sentatifs de ?a. Leur sort est d?ailleurs bien plus interconnect? qu?on ne le pense.

Dans l?ancienne Indochine fran?aise, le colonialisme fran?ais ? l?ancienne se fait sortir fermement par les partisans vietnamiens, ? la bataille de Dien Bien Ph? (1953). La Chine de Mao brille alors comme un soleil ardent et la logique de confrontation des blocs de l?ouest et de l?est est d?j? solidement en place. Les am?ricains prendront donc le relais des fran?ais pour tenter de garder le Vietnam dans le camp capitaliste. Le pays est coup? en deux, comme les Cor?es. Ho Chi Minh, (1890-1969) chef du Vietcong fait de Hanoi sa capitale provisoire. Il travaille avec les chinois, tout discr?tement. Mais surtout, il est ?communiste?. Les am?ricains eux, occupent ouvertement Saigon et le Vietnam sud.

Comme si les affaires de l?imp?rialisme am?ricain n?allaient pas assez mal comme ?a, en 1959, un obscur dictateur cubain du nom de Fulgencio Batista (1901-1973), qui a litt?ralement vendu son ?le par morceaux ? des propri?taires de casinos floridiens, se fait renverser par une poign?e de barbus qui se gagnent rapidement un appui populaire durable sous la houlette de deux chefs charismatique jeunes et vigoureux: Ernesto ?Che? Guevara (1928-1967) et Fidel Castro (n? en 1926). Castro tente un rapprochement avec les am?ricains mais se fait traiter comme un pur et simple bandit pour avoir saisi unilat?ralement et nationalis? les immenses portions de l??le de Cuba que Batista avait ant?rieurement vendu ? des int?r?ts, justement, am?ricains. Les Floridiens ne r?cup?reront pas un centime de leur mise et en voudront ? Castro pour longtemps. Pas ?nerv? pour deux sous par l?attitude intransigeante des am?ricains, Castro, r?solu et frondeur, joue le jeu de la Guerre Froide ? fond et se tourne ouvertement vers les Sovi?tiques. Il devient alors tr?s officiellement, lui aussi, ?communiste?. Il introduit des reformes sociales effectives, notamment en mati?re d??ducation et de sant? publique. C?est un socialiste dans les faits mais aussi un alli? strat?gique de l?URSS, ? 200 kilom?tres au sud de la Floride. Vers 1960-1962, ?clate la crise de la Baie des Cochons. En r?ponse ? l?installation par les am?ricains de fus?es intercontinentales en Turquie, l?URSS d?cide d?en installer ? Cuba. Les am?ricains instaurent un blocus maritime de l??le de Cuba, vers laquelle des convois maritimes sovi?tiques se rendent. Les marines de guerre des deux superpuissances se fr?lent, se toisent, au large de Cuba, et la tension internationale est si grande qu?on passe bien proche du d?clenchement d?une troisi?me guerre mondiale. Les choses se calment finalement par la diplomatie, les Sovi?tiques d?mant?lent leurs fus?es ? Cuba, les am?ricains en font autant en Turquie et il y a d?tente. La diplomatie am?ricaine est par contre forc?e de laisser les ?communistes? cubains tranquilles. Et ces derniers finissent avec une soci?t? originale, socialisante mais aussi excessivement militaris?e pour ce que leurs capacit?s ?conomiques peuvent rencontrer. Contrairement ? Salvator Allende (1908-1973) du Chili (tu? par des militaires pro-am?ricains lors d?un coup d??tat), Castro survivra tous les coups tordus qu?on tentera contre lui (il est aujourd?hui retrait?). Son alliance avec les Sovi?tiques d?clinera tout graduellement au profit d?une discr?te unit? commerciale avec l?Europe occidentale, tandis que le brutal boycott am?ricain de Cuba se poursuivra et se poursuit encore.

Dans l?existence de petits pays ?communistes? comme Cuba ou le Vietnam, tout se joue, dans un monde en guerre froide, au rythme des lourds soubresauts de l?imp?rialisme am?ricain. Entre 1965 et 1968, les ?tats-Unis renforcent leur pr?sence au Vietnam. C?est l??poque de Good Morning Vietnam! Les am?ricains sont pris dans un paradoxe qu?ils ne pourront pas r?soudre: comment gagner cette guerre contre des r?sistants pugnaces, dans la jungle indochinoise, sans la tourner en conflit international g?n?ralis?? Comment faire sauter une bombe dans un aquarium sans casser l?aquarium? Un autre probl?me devient de plus en plus ardu pour les am?ricains. Leur propre opinion publique est d?sormais bien moins docile et va-t-en-guerre que du temps du D?barquement de Normandie. Bob Dylan (n? en 1941) et Joan Baez (n?e en 1941) chantent contre la guerre et toute la g?n?ration du Peace and Love devient Draft Dodgers. En 1975, les am?ricains ne peuvent plus tenir cette ?quation en ?quilibre. Ils perdent la guerre du Vietnam. Saigon est rebaptis?e Ho Chi Minh Ville et le Vietnam est unifi? et pacifi?, sous le drapeau rouge. Aujourd?hui c?est un des pays les plus prosp?res d?Asie, toujours sous la houlette politique d?un parti ?communiste?.

Cuba et le Vietnam sont-ils des pays ayant instaur? le ?communisme?? Comme la Chine, mais sur une bien plus petite ?chelle, ce sont des pays qui one men? une lutte contre le vieil euro-colonialisme. Comme la Chine, mais sur une bien plus grande ?chelle ? leur mesure, ce sont des pays qui one men? -et gagn?- la lutte de r?sistance contre l?imp?rialisme am?ricain. Voici donc encore des causes nationales circonscrites qui ont teint leur drapeau en rouge pour qu?il claque mieux dans la fibre ?motionnelle de leur temps? Mais l?homme nouveau, dans tout ?a, o? est-il?

.
.
.

Retour sur la d?finition du communisme dans le Manifeste. La R?volution Iranienne de 1979 sera la premi?re r?volution r?publicaine non-communiste apr?s 1917. Comme les vieilles r?volutions r?publicaines, teintes en rouge ou non, du si?cle dernier, elle abattra un monarque antique (le Shah d?Iran) et remplacera la monarchie par un r?gime pr?sidentiel. Elle sortira aussi des voleurs de ressources coloniaux et compradores (le contr?le du p?trole ?chappera aux britanniques puis aux am?ricains). Elle produira aussi une d?rive dictatoriale et militariste, la th?ocratie des Ayatollah (qui s?engagera, en 1980-1988, dans une terrible guerre contre l?Irak, ce dernier appuy? par les am?ricains). Une diff?rence essentielle distinguera cette r?volution r?publicaine de toutes celles survenues depuis 1917: elle ne se r?clamera pas du communisme mais de l?islamisme.

Le fait est que le programme r?volutionnaire dit ?communiste? est maintenant, lui aussi, discr?dit? par l?usure violente et sanglante de l?Histoire. Les monarchies et le colonialisme sont tomb?s mais le rouge int?gral du si?cle dernier est aussi peu cr?dible d?sormais que l?avait ?t? le bleu-blanc-rouge des si?cles ant?rieurs. Il y a un hiatus entre ce que la r?volution fait (abolir la f?odalit?, restreindre le colonialisme, instaurer l?ind?pendance nationale, industrialiser) et ce qu?elle promet, bien utopiquement (la ?libert??, l? ??galit??, le ?communisme?). L?abolition de la propri?t? priv?e des ressources et du mode de production capitaliste, son remplacement par un socialisme reposant exclusivement sur la solidarit? sociale et le contr?le de tous les leviers de pouvoir par ceux qui travaillent, ne sont cependant tout simplement pas encore l?. La d?finition du communisme telle qu?on la trouve dans le Manifeste de 1848 regroupe une collections d?acquis sociaux s??tant plus ou moins mis en place ici et l?, imparfaitement, au gr?e de l?histoire (fin du travail des enfants, ?ducation obligatoire, nationalisation des transports etc.) autour d?un principe fondamental qui, lui, n?a tout simplement jamais exist?, celui d?une mise en commun int?grale de la production et de la propri?t? des biens qu?elle engendre. Des forces fantastiques ont utilis? le discr?dit in?vitable, associ? ? l?entr?e douloureuse dans la modernit? de territoires immenses comme la Chine ou l?ancienne URSS, pour attaquer et d?nigrer le programme en grande partie utopique qui servait de guide intellectuel ? ces gigantesques mouvements historiques. On a jet? le b?b? communiste avec l?eau sanglante du cuirass? Potemkine et de la Longue Marche, utilisant tout ce qui pouvait ?tre utilis? pour discr?diter et salir un si g?n?reux id?al. Pourquoi? Tout simplement parce que cet id?al rat?, cette utopie non r?alis?e, ce programme futuriste, sabot? par les accapareurs ?conomiques, les agresseurs politiques et les calomniateurs m?diatiques a, comme principe d?finitoire, la destruction du capitalisme et des classes de poss?dants qui vivent parasitairement de cet ordre social injuste et in?quitable, vieux de huit cents ans. Le communisme n?existe m?me pas vraiment, et son spectre continue pourtant de hanter le monde, sous la forme de la conscience coupable rouge sang, du capitalisme, qui s?en prend encore ? lui comme ? un fant?me, si ?peurant, parce que si culpabilisant.

La force des utopies c?est que, malgr? tout, sous une forme ou sous une autre, elles s?en viennent vers nous?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Trump à la Maison Blanche, un tableau… surréaliste

Le déchaînement du harcèlement de Donald Trump à l’encontre d’un lanceur d’alerte ayant constaté qu’il ...

One comment

  1. avatar

    …. et il en sera ainsi chaque fois qu’une personne, dans le monde, ouvrira ces livres et commencera à les lire ( le Manifeste …, la guerre civile en France, etc … ) : le souffle « magique » qui s’en dégage vaut toutes les épopées et ce « Seigneur des Anneaux » nous interpelle, car « la Terre du Milieu », c’est notre monde et nous sommes nos propres Hobbits !… Quelque part, cette oeuvre nous apprend que les extra-terrestres ( idéologie tout à fait « à la mode » …) nous ont offert un modèle de Société, que nous avons mis en service … sans trop lire le mode d’emploi !…
    Par étonnant qu’Hitler tenait tant à ses « feux de joie » , espérant faire disparaître cet idéal dans les flammes !… Naïf mais pertinent de sa part : lui seul a failli réussir à détruire cet idéal de liberté : n’avait-il pas prétendu « je pourrirai tout ! » ?… Nazisme et Communisme s’anéantissaient mutuellement, les armées « alliées » sous les ordres de Patton continuaient jusqu’à Moscou en fusillant tous les « Rouges » et le « libéralisme » aurait pu instaurer une espèce de « Belle Epoque » pendant quelques siècles !… ( et quelques krach boursiers !!!… )