Accueil / T Y P E S / Articles / Le champignon est-il l’avenir de l’homme?

Le champignon est-il l’avenir de l’homme?

Photo : Flickr selva
Photo : Flickr selva

Hallucinants champignons ! Voici l?automne et ses feuilles mortes. Sous les feuilles, des questions. Et surtout, beaucoup de r?ponses ? de nombreux enjeux. Car si de gourmands mycophages arpentent bois et pr?s ? la recherche des qualit?s gustatives de nos compagnons de campagne, les chercheurs, quant ? eux, remplissent leur panier de d?couvertes, dont beaucoup pourraient contribuer rapidement ? relever des d?fis vitaux pour l?homme et sa plan?te.

Pline l?Ancien fut le premier ? aborder le r?gne fongique (1er si?cle ap JC), s?inqui?tant de la toxicit? de certaines esp?ces, et de confusions possibles entre le bolet et des champignons v?n?neux.

Le botaniste fran?ais Paulet (1740-1826) qui a propos?, en 1795, le terme ? mycologie ? pour d?signer la science ?tudiant les champignons. Le nom tire son origine du bas-latin campinolius ?produits des campagnes ?

Le champignon est reli? ? des faits naturels et sociaux qui frappent la conscience: moisissure, aliment, drogue, nucl?aire, maladie, etc. Il est symbole de la vie r?g?n?r?e (fermentation). La d?composition organique, quant ? elle, renvoie ? la mort.

Des traditions de nombreux pays ont d?velopp? des symboliques autour du champignon.

L??tude des champignons, la mycologie, est pratiqu?e par des mycologues, ceux qui les mangent sont de gourmands mycophages Heureux.

Qui sont-ils ?

La plan?te rec?lerait pr?s d?un million et demi d?esp?ces. A peine 5000 sont r?ellement r?pertori?es et beaucoup d?autres sont encore tr?s peu connues.
Ce qu?on appelle couramment champignon n?est en fait que la fructification temporaire et visible, le ?sporophore? (autrefois appel? carpophore), d?un organisme ? caract?re plus durable et plus discret dont la structure habituellement filamenteuse constitue le ? myc?lium ?. Diverses silhouettes de sporophores sont bien connues : en forme de petits buissons comme les clavaires, de langues sur le tronc des arbres comme les fistulines, de coupes comme les p?zizes, de sph?res comme les vesses-de-loup, etc.

Les champignons sont un peu ? part du r?gne v?g?tal avec une fa?on bien ? eux et assez particuli?re de se d?velopper. Ils ont un appareil v?g?tatif sans vraies racines, tiges, feuilles et surtout sans chlorophylle. Ni animal, ni v?g?tal, le champignon appartient au r?gne fongique.

Les champignons sont des eucaryotes d?une importance primordiale sur les plans ?cologique, biotechnologique, m?dical, ?conomique et en mati?re de d?veloppement durable.

La petite taille et la compacit? de leur g?nome en font des mod?les de choix pour l?analyse de fonctions difficiles ? appr?hender chez des mod?les animaux plus complexes. Ils sont particuli?rement utiles dans l?agro-industrie (champignons comestibles, fermentations, etc.) et dans les biotechnologies (enzymes, m?tabolites, pharmacie). Enfin, ce sont des pathog?nes d?importance chez l?animal et l?homme, mais ce sont aussi les principaux agents pathog?nes des plantes cultiv?es.
les ?tudes sur l?ADN entra?nent de profonds bouleversements, notamment sur leurs classifications.

Reproduction.

Le champignon visible se d?veloppe ? partir d?un enchev?trement de filaments (myc?lium) qui croissent sous terre ou dans le substrat . De place en place, ce r?seau souterrain produitn dans certaines conditions un ?fruit? (le champignon visible, a?rien) qui sert ? la reproduction par la diss?mination de spores.

Chez certains, il existe une v?ritable reproduction sexu?e, avec union de gam?tes m?les et femelles et production d?une cellule allong?e appel?e asque qui contient 8 spores, les ascospores.

La partie a?rienne du champignon a en g?n?ral la forme d?une coupe simple (ex : Pezize) ou d?un ensemble de coupes r?unies (ex : Morille), portant ? sa surface l?hym?nium. Ce dernier est form? par une couche d?asques (?l?ments fertiles) entrecoup?e de place en place par des ?l?ments st?riles appel?s paraphyses. La lib?ration des spores se produit lors de l??clatement de l?asque.

Chez d?autres, le processus sexuel est effac?, il n?y a plus de gam?tes, chaque cellule contient deux noyaux, un + et un -, dont l?union produit une baside qui porte 4 spores. L?hym?nium est form? de basides, et lorsqu?il y a des ?l?ments st?riles, on les appelle cystides. A maturit? la spore se d?tache de la baside et tombe.

Le champignon porte le nom de carpophore ou sporophore et prend frequemment la forme d?un pied? surmont? d?un chapeau. La forme est parfois diff?rente (Clavaires, Polypores,?), et chez certaines esp?ces, il faut que le champignon ?clate pour lib?rer les spores comme chez les Vesses de Loup.

Il faut qu?un certain nombre de conditions soient r?unies pour obtenir la germination d?une spore qui donnera un filament de myc?lium primaire. Mais ce dernier reste st?rile. Il lui faudra encore rencontrer un autre filament primaire porteur d?un sexe oppos?. Cette rencontre donnera un myc?lium secondaire fertile, lit des primordiums ( ?quivalents de ?bourgeons? chez les v?g?taux).

Au bout d?un certain temps (variable selon les esp?ces et les conditions), les primordiums ?voluent vers la formation des champignons a?rienns qui lib?rent ? maturation des spores qui vont recommencer le cycle.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=bmOAc-mbBqk[/youtube]

Les modes de nutrition.

Les v?g?taux ? chlorophylle sont capables de fabriquer leurs ?l?ments carbon?s (indispensables aux ?tre vivants) par photosynth?se en transformant le CO2 contenu dans l?air en diverses substances organiques: sucres, lipides, cellulose? L?unique source d ??nergie ?tant le soleil. On les dit autotrophes.

Les champignons sont d?pourvus de chlorophylle et ne sont donc pas capables de fabriquer les substances organiques n?cessaires ? leurs cellules pour la croissance.

Ils sont donc oblig?s d?absorber des mol?cules toutes pr?tes, fabriqu?es par d?autres organismes. On les dit h?t?rotrophes. N?ayant pas besoin de lumi?re, ils peuvent donc pousser dans l?obscurit?, comme c?est le cas pour les cultures des champignons de Paris.

Les champignons se nourrissent par l?interm?diaire de leur organe v?g?tatif appel? myc?lium constitu? de fins filaments parfois visibles ? l??il nu.

Le myc?lium s?cr?te des enzymes tr?s puissantes, des gloutons capables de d?composer la mati?re organique la plus r?sistante (bois par exemple) et absorbe les ?l?ments carbon?s n?cessaires ? la survie de ses cellules.

Lorsqu?un myc?lium a accumul? suffisamment de r?serves et que les conditions sont favorables, il fructifie, et fait remonter un carpophore ? la surface (partie visible du champignon). Vous pourrez admirer le spectacle de ces ?closions sur la vid?o. Les champignons sont parfois stup?fiants Innocent: certains ont ?t? surpris per?ant des trottoirs ou soulevant une plaque d??go?t.

Apr?s sa fructification, le champignon ne meurt pas: il continue de v?g?ter, ?puise tranquillement toutes les ressources du substrat. Il se met alors en route pour chercher sa nourriture. Ce d?placement explique la formation des ronds de sorci?res: la croissance du myc?lium ? partir d?un point initial est centrifuge, il s??carte de ce point jusqu?? 40 cm par an.

Ce ph?nom?ne, discr?t en for?t, se voit bien dans les pr?s, car les s?cr?tions du myc?lium enrichissent le sol en azote. L?herbe para?t alors plus verte sur le rond de sorci?re.

Un myc?lium peut se mettre au repos plusieurs mois ou plusieurs ann?es avant de donner un carpophore, si les conditions ext?rieures ne lui conviennent pas (froid, s?cheresse), puis reprendre sa croissance lorsque les conditions s?am?liorent. Les spores aussi peuvent subsister quelques ann?es en attente de conditions favorables de germination, et d?marrer un nouveau cycle.

Les champignons vivent gr?ce ? la mati?re organique des autres de trois fa?ons possibles :

Les saprophytes s?attaquent ? la mati?re organique morte : bois, humus, fruit, cadavre, ils dig?rent tout, et participent activement au nettoyage de la for?t. Ex : coprins, agarics des pr?s ?

Les parasites profitent d?une blessure ou d?une faiblesse sur un arbre pour s?y installer.Ils p?n?trent dans les cellules, s?attaquent aux tissus vivants, et y puisent tout ce dont ils ont besoin en entra?nant la mort de l??tre vivant parasit?. Ex : polypores, fistuline h?patique ?

La symbiose: les champignons vivent sur les racines de certains arbres. Ils s?apportent mutuellement une entraide amicale. Certains arbres ne peuvent vivre dans un sol neuf sans leurs champignons. Ex : c?pes.

A force de tout absorber et tout dig?rer sans tri ni filtrage, le champignon accumule les toxiques du milieu o? il vit. C?est pourquoi l?on signale ici et l? des empoisonnements, heureusement souvent b?nins, avec des champignons pourtants comestibles, mais cueillis en des endroits pollu?s par des toxiques ou des rayonnements radio-actifs (Tchernobyl). Les m?taux lourds, les engrais, pesticides et fongicides sont autant de mati?res absorb?es et int?gr?es dans la fabrication cellulaire du champignon.

C?est pourquoi il est d?conseill? de ramasser des sp?cimens sur les bords de route (gaz d??chappement contenant du plomb), sur d?anciens d?potoirs ou terrains vagues, sur des sites industriels, dans des pr?s r?cemment trait?s.

Int?r?t alimentaire, valeur nutritionnelle, valeur protectrice de la sant?.

La fermentation ? la base de nombreux aliments. Ce n?est que vers 1860 que les travaux de Pasteur lev?rent le voile sur ces champignons microscopiques et unicellulaires qui provoquent la fermentation : les levures qui contaminent naturellement fruits et grains. La fermentation par les levures transforme le sucre en alcool, avec d?gagement de gaz carbonique. Saccharomyces cerevisiae ou levure de boulanger est le champignon le plus utilis? et nous permet de fabriquer le pain, la bi?re, le vin, des boissons alcoolis?es, le cidre, les jus de fruit, etc.. Ces champignons microscopiques sont aussi indispensables ? la fabrication des fromages. La fermentation est ?galement utilis?e industriellement dans de nombreux domaines.

Les champignons apportent des min?raux (10% de la mati?re s?che) et surtout du potassium, qui participe activement ? la protection contre l?hypertension art?rielle. Les champignons color?s sont aussi une source importante de carot?no?des, ces pigments qui s?opposent ? l?oxydation cellulaire due aux radicaux libres. L?un de ces pigments, la canthaxanthine s?oppose ? l?initiation des cancers. Dans les ?tudes de laboratoire, l?administration de canthaxanthine diminue de 65% de la fr?quence des tumeurs. Les champignons constituent un l?gume ? part enti?re, qui peut ?tre introduit dans les r?gimes amaigrissants et hypolipidiques.

Composition nutritionnelle moyenne :
A dose raisonnable, la consommation de champignons est bonne pour la sant?. Ils contiennent par exemple beaucoup de vitamines B (notamment vitamine B3, importante pour la peau, les syst?mes digestifs et nerveux) et constituent une source int?ressante de min?raux.
Selon les vari?t?s, les oligo-?l?ments sont parfois pr?sent en quantit? significative : fer (1,2 mg), zinc (0,5 mg), cuivre (0,4 mg) etc.

Pour 100 g de champignons

* Apport ?nerg?tique : 25 ? 40 kcal
* Eau : 90 g
* Protides : 2 ? 4 g
* Lipides : 0,3 ? 0,7 g
* Glucides : 3 ? 6 g
* Calcium : 5 ? 7 mg
* Phosphore : 100 ? 120 mg
* Potassium : 300 ? 500 mg
* Magn?sium : 8 ? 15 mg
* Sodium : 5 ? 20 mg
* Vitamine C : 4 ? 9 mg
* Vitamine B1 : 0,02 ? 0,10 mg
* Vitamine B2 : 0,25 ? 0,50 mg
* Vitamine B3 : 5 ? 8 mg
* Vitamine B5 : 2 ? 5 mg

On d?couvre encore aujourd?hui de nouvelles applications dans l??tude des champignons microscopiques largement ?tudi?s en biotechnologie.

Int?r?ts et usages : les biotechnologies.

L?int?r?t des champignons repose sur leur capacit? particuli?re ? produire une grande diversit? de mol?cules.
Le monde des champignons repr?sente un ensemble extr?mement h?t?rog?ne, dont les individus sont distribu?s dans toutes sortes d?habitats. La cons?quence : une grande diversit? m?tabolique et biochimique.

Toutefois, ? ce jour, l?industrie n?exploite commercialement qu?un tout petit nombre de m?tabolites, produits par quelques esp?ces seulement. En effet, de nombreux champignons ne r?pondent pas spontan?ment aux crit?res qu?impose une exploitation industrielle : culture facile sur un milieu d?fini, peu cher, r?pondant aux manipulations g?n?tiques empiriques.

Mais il est pr?visible que les techniques du g?nie g?n?tique, permettant de cloner des g?nes d?une souche et de les faire s?exprimer dans un h?te h?t?rologue apportera un int?r?t ?conomique ? de nouvelles esp?ces. De plus, les champignons semblent poss?der une plus grande capacit? que les procayotes* ? exprimer des g?nes ?trangers, y compris des g?nes d?eucaryotes sup?rieurs, sp?cificit? qui ouvre d?immenses voies de recherche.

Malgr? toutes les catastrophes, maladies et autres ravages dont les champignons sont responsables, ils sont ?galement nos alli?s et souvent de pr?cieux auxiliaires dans de nombreux domaines, car ils sont capables:
de r?aliser des transformations
de produire des enzymes (amylases, lipases, prot?ases, pectinases, amyloglucosidases, glucanases, xylanases, cellulases, etc.)
de transformer une substance organique en une autre (bioconversion)
de biod?grader les d?chets tout en diminuant la pollution.

Tous ces prodiges sont r?alis?s par des champignons microscopiques, ou moisissures, et permettent de soigner, d?assurer une partie de notre alimentation, gr?ce en autre ? la fermentation, de nous faciliter la vie de tous les jours et certainement encore nous rendre d??normes services dans un avenir tr?s proche (g?n?tique, d?pollution, ?puration, protection et am?lioration des cultures et de l??cosyst?me, pharmaceutique, etc.), gr?ce au d?veloppement de biotechnologies. C?est m?me un enjeu pour l?avenir.

Les champignons filamenteux int?ressent les biotechniciens et chercheurs par leurs capacit?s ? rapidement biotransformer les lignocelluloses gr?ce ? des enzymes sp?cialis?s, ou ? d?polluer certains milieux. Divers programmes de recherche visent ? comprendre et contr?ler certains m?canismes de biotransformation fongique pour les utiliser industriellement, dont pour produire des carburants biosynth?tis?s. L? encore, certains craignent un risque en cas de fuite dans l?environnement d?organismes g?n?tiquement modifi?s (OGM) susceptibles de s?attaquer ? des ligneux ou autres v?g?taux (vivants et/ou morts).

Technologies vertes, d?pollution, r?habilitation des territoires pollu?s :
La pollution des sols fait l?objet d?une prise de conscience r?cente, une vingtaine d?ann?e tout au plus, au regard de plus de deux si?cles d?activit?s industrielles et agricoles.

Les microorganismes des sols jouent un r?le primordial dans l??quilibre des ?cosyst?mes. La valorisation des r?sultats de la recherche en mati?re de fonctionnement biologique des sols doit ?tre pleinement int?gr?e dans l??laboration de projets de r?habilitation des territoires pollu?s ou d?grad?s.
Des industriels d?veloppe des solutions biologiques innovantes, bas?es sur l?utilisation des champignons, pour la d?gradation des polluants organiques (mycorem?diation) et/ou la stabilisation des polluants m?talliques et des sols (mycostabilisation).

La permaculture de champignons, la fungiculture est consid?r?e par un nombre croissant de chercheurs mycologues comme une source importante de mol?cules utiles pour le futur. Ils pensent que les champignons peuvent jouer un r?le tr?s important dans le domaine de la d?pollution, en accompagnement de la phytorem?diation ou de l?utilisation de divers micro-organismes, utilis?s seuls ou en association ?puratrice?

Certaines esp?ces s?av?rent en effet capable de remarquablement bien bioconcentrer les m?taux ou radionucl?ides du sol. Selon les chercheurs, la mycorem?diation, dont la mycofiltration, permettrait de d?toxiquer des milieux (eau, air, sol) moins co?teusement qu?avec les techniques physico-chimiques classiques et plus rapidement que via la phytorem?diation. Elle demande encore cependant une meilleure connaissance et ma?trise de la culture des myceliums dans un sol ou un substrat pollu? ou dans un mat?riau filtrant un air ou une eau pollu?e.
Des champignons, comme Trametes versicolor, sont capables de produire des enzymes (des laccases) qui ?purent l?eau pollu?e par les pesticides qui sont pr?sents dans la quasi-totalit? des cours d?eau.

Le manque d?eau et les biotechnologies : tel est le th?me abord? par la FAO dans le cadre de sa derni?re conf?rence ?lectronique. Les sujets principaux abord?s ont ?t? le d?veloppement de plantes tol?rantes ? la s?cheresse, l?usage des bact?ries et des mycorhizes (champignons) lors de stress hydrique et l?usage des biotechnologies dans le traitement des eaux.

La biodiversit? des champignons filamenteux artisans de la chimie verte:
Am?liorer le rendement ?nerg?tique et la qualit? du papier, synth?tiser ? partir de produits v?g?taux des ar?mes alimentaires ou de nouveaux agents de texture, mettre au point de nouvelles fili?res de production de biocarburant? Les chercheurs ?tudient? l?int?r?t des enzymes, par exemple la laccase, metalloenzyme ?bleue? (? cuivre), qui peut ?tre produite ? partir de diff?rents champignons. Il a ?t? montr? que le papier produit ? l?aide de laccase permettait 30 % de gain d??nergie, utilisait 50 % de produits chimiques en moins, et pr?sentait plus grande r?sistance ? la d?chirure.
Ils peuvent ?tre utilis?s pour produire des gels texturants v?g?taux, aptes ? se substituer ? la g?latine animale, ou de la vanilline biotechnologique. Ainsi, Pycnoporus cinnabarinus est une pourriture blanche du bois qui pr?sente des voies m?taboliques cl?s pour la production d?ar?mes ou d?antioxydants. Ce champignon a ?t? retenu comme mod?le de laboratoire par l?Inra de Marseille.

Trichoderma reesi est champignon isol? pendant la guerre du Vietnam o? il d?gradait les uniformes des soldats. Il est actuellement utilis? industriellement pour produire du sucre dans la fili?re bio?thanol. Un laboratoire l?utilise comme mod?le industriel pour rentabiliser cette transformation.

Insecticide biologique :
?Quand les abeilles auront disparu, les humains n?auront plus que 5 ans ? vivre sur cette Terre? (Albert Einstein).

Nous prenons conscience de l?emploi abusif de pesticides dans notre environnement. On fait usage d?j? de l?app?tit f?roce des coccinelles vis-?-vis des pucerons, mais conna?t-on et surtout emploie-t-on ces champignons microscopiques qui ont la facult? de nous d?barrasser de certains de ces nuisibles?
Quelques exemples:
– Caelomomyces et Lagedinium d?truisent les larves des moustiques.
– Entomophtorales s?attaquent aux pucerons et au phyllox?ra.
– Entomophora muscae est pathog?ne pour les drosophiles (mouches ? vinaigre).
– Arthrobotrys irregularis s?attaque aux n?matodes, ces vers qui vivent dans le sol ou en parasite de l?homme et des mammif?res.
– Paecilomyces lilacinus et Verticillium Chlamydosporum ont la propri?t? de d?truire les ?ufs des n?matodes.
– Verticillium lecanii s?attaque ?galement aux pucerons, etc.
L?industrie agro-alimentaire exploite aussi le potentiel bio-insecticide des champignons.

Domaine pharmaceutique :
Chacun connait la contribution de certaines moisissures (Penicillum glaucum) ? la d?couverte et au d?veloppement des antibiotiques.

Les champignons sont caract?ris?s par une extr?me diversit?. ?Au cours de l??volution, ces organismes ont fabriqu? des mol?cules finement adapt?es ? leurs cibles, propres ? neutraliser bact?ries ou pr?dateurs. Ils synth?tisent des hormones, des alcalo?des, des antibiotiques, dont on n?a identifi? qu?une infime partie. Cette grande diversit? biochimique sera de plus en plus exploit?e par l?homme ?, indique le professeur Arpin.

De telles d?couvertes sont d?j? r?percut?es par l?industrie pharmaceutique : certains champignons servent ainsi de r?ceptacles pour d?velopper des g?nes ?trangers.
Toutes les bio-industries sont aujourd?hui engag?es dans la recherche de mol?cules synth?tisables, dot?es de propri?t?s techno-fonctionnelles ou pharmacologiques innovantes, capables par exemple de r?soudre les ph?nom?nes de r?sistance (antitumoraux, antibiotiques, antipalud?ens?) ou de r?pondre au souhait du public d?une plus grande naturalit? des traitements.

La d?couverte de la p?nicilline par Alexander Fleming en 1928, fut consid?r?e comme un miracle car elle permit de soigner et de gu?rir une multitude de maladies dont certaines sont mortelles: la tuberculose, le t?tanos, la syphilis, la pneumonie, la m?ningite, etc. D?autres antibiotiques comme la streptomycine, la t?tracycline, l??rytromycine, l?amphoth?ricine B, l?acide fusique, la gris?ofulvine, la variotine, la c?phalosporine, la fumagiline, la siccanine, etc., sont ?labor?s gr?ce ? d?autres champignons et sont actifs contre la dipht?rie, le charbon, la l?pre, la peste, etc.

La biotechnologie, qui permet de modifier les propri?t?s h?r?ditaires d?organismes vivants, met ?galement certains champignons ? contribution, des levures en particulier. La production de l?insuline, qui jusqu?alors ?tait extraite du pancr?as de porc ou de b?uf, est produite maintenant par Saccharomyces cerevisae (levure de boulanger) g?n?tiquement modifi?. Pour la petite histoire, un autre champignon, mais sup?rieur celui-l?, le Tricholome de la Saint Georges (Tricholome Georgii) a longtemps ?t? recommand? aux diab?tiques car il peut, para?t-il, remplacer l?insuline.

L?hormone de croissance qui provenait jusqu?alors d?hypophyses de cadavres humains, avec tous les risques sanitaires que cela pouvait comporter (maladie de Creutzfeldt-Jakob), est elle aussi produite gr?ce ? des levures g?n?tiquement modifi?es, de m?me d?ailleurs que la cortisone. Aucun danger que ces OGM-l? se diss?minent dans la nature car ils ne survivent pas hors d?un environnement contr?l? (laboratoires, usines).

Des champignons pathog?nes pourraient traiter la maladie c?liaque qui se caract?rise par une intol?rance au gluten, une prot?ine que l?on retrouve dans le bl?, d?autres c?r?ales (seigle, orge, froment, ?peautre), et pr?sente peresque partout dans l?alimentation moderne. Cette maladie auto-immune touche 1% de la population et ne dispose d?aucun traitement. Les chercheurs ont analys? la s?cr?tion de certains champignons pathog?nes. Leurs enzymes tr?s puissants, appel?s prot?ases, sont capables de faire fondre un ongle. ?Nous avons s?quenc? ces prot?ases, les avons clon?es dans de la levure pour les produire en grande quantit? et avons d?couvert qu?elles poss?daient un certain nombre de fonctionnalit?s. Elles sont notamment capables de couper d?autres prot?ines et de les d?composer en simples acides amin?s.?

Dans le cas de la maladie c?liaque, le gluten n?est pas d?grad? par le syst?me digestif comme il se doit. Le gluten est mal dig?r? et une accumulation de produits toxiques (les gliadines, petits peptides d?riv?s du gluten) intervient au niveau de l?intestin, ce qui d?clenche des r?actions inflammatoires. Les sympt?mes sont tr?s vari?s: douleurs abdominales, diarrh?es chroniques, an?mie, grande fatigue, probl?mes c?r?braux, retards de croissance, insuffisance imunitaire. ?Les enzymes de champignons que nous avons ?tudi?s sont capables de d?grader ces morceaux de gluten en acides amin?s.?

La preuve de concept a d?j? ?t? r?alis?e. Prochaine ?tape: encapsuler ces enzymes et les proposer comme m?dicaments ou additifs alimentaires.

Les enzymes des champignons pathog?nes ont d?autres applications possibles. En dermatologie, ils attaquent les tissus morts (l?ongle) sans affecter les tissus vivants (peau). On peut imaginer une cr?me dermabrasive qui gommerait la cicatrice, consid?r?e comme un tissu mort. Des applications pour la d?contamination (?limination du prion dans le cas de la maladie de la vache folle), le recyclage des d?chets industriels (plumes, cornes, cheveux) sont ?galement des cibles potentielles.

Selon le docteur Sheldon Hendler (Universit? de Californie, San Diego), ? les chercheurs s?int?ressent aux propri?t?s de deux champignons asiatiques : le shiitake et le rei-shi. Le premier poss?de des effets anti-tumeurs, anti-viraux et immuno-stimulateurs, probablement li?s ? la pr?sence d?un polysaccharide, le lentinan. Cette substance augmente les productions d?interleukine-1 et d?interf?ron. Le shiitake peut aussi diminuer le cholest?rol et la tension art?rielle. Quant au rei-shi, il contient un autre polysaccharide qui augmente la production de cellules-T et exacerbe l?activit? des macrophages. Le rei-shi a ?t? utilis? avec succ?s dans le traitement d?h?patites virales. Il poss?de aussi une action anti-histaminique. ? Au go?t, ces deux champignons n?ont absolument rien d?un m?dicament : ils sont d?licieux, pauvres en calories, mais un peu chers.

Des champignons magiques aux m?dicaments de pointe.
L?amanite tue-mouches (Amanita muscaria) est un champignon toxique tr?s r?pandu en Europe et sur le continent am?ricain. Il est utilis? par les chamans des tribus indiennes pour entrer en contact avec les esprits. Mastiqu? ou consomm? en extrait, il entra?ne excitations et divers troubles. Ces effets sont d?s ? une substance, le muscimol, dont un analogue, le THIP est ?tudi? pour son activit? analg?sique, proche de la morphine.

L?ergot de seigle est un champignon parasite des c?r?ales, dont la consommation fit de terribles ravages au Moyen-Age. L?ergot contient des alcalo?des d?riv?s de l?acide lysergique qui provoquent une contraction des fibres lisses r?glant le calibre des vaisseaux (vasoconstriction). Cette contraction peut-?tre intense et provoquer une brusque diminution de l?irrigation des tissus, entra?nant une gangr?ne. Par hydrog?nation, les alcalo?des de l?ergot perdent ces propri?t?s, et acqui?rent des effets vasodilatateurs. Ils sont aujourd?hui utilis?s pour traiter hypertension, migraine et troubles du syst?me nerveux ? l?instar de la dihydroergotoxine.
L?acide lysergique de l?ergot de seigle a ?t? utilis? par deux chimistes suisses pour donner naissance d?s les ann?es 30, ? une s?rie de 27 corps de synth?se. Le vingt-cinqui?me vit le jour en 1938. Il s?agissait du di?thylamide de l?acide D-lysergique, ou? LSD 25.

Des chimistes furent un jour amen?s ? se pencher sur la d?couverte d?un chercheur de retour du plateau de Hardangger, en Norv?ge, o? il avait pass? ses vacances. Le champignon en question, Tolypocladium Inflatum contenait un antibiotique faiblement actif. Mais cette mol?cule devait se r?v?ler capable de d?primer de mani?re impressionnante le syst?me immunitaire de la souris par une action sur les cellules-T. Dans les ann?es 1980, sa structure ?tait ?tablie. Elle devait donner naissance ? la ciclosporine, un m?dicament de premier plan pour minimiser le ph?nom?ne de rejet apr?s une greffe.

Le champignon rec?le encore beaucoup de secrets ? livrer ? l?humanit?. Ce r?gne ? part est peut-?tre le Graal que la plan?te offre ? l?humanit?, pour la sauver elle et les humains qu?elle porte.

Si nous savons regarder, observer, comprendre avec bienveillance, ce que nous ?tions tenter de rejeter de prime abord, ou de ne consid?rer que sous un angle restreint.

Ce monde particulier relie le souterrain et l?a?rien, la mort et la vie, le pass? et l?avenir. Les extraordinaires capacit?s d?adaption, la formidable cr?ativit? des organismes de ces touts petits ?tres vivants, si discr?ts sous leurs tapis de feuille, nous apprennent beaucoup sur l?aptitude ? survivre. C?est au final la qu?te de toute esp?ce vivante.

Ma plan?te, je l?aime, j?ai envie de la connaitre. Pas vous ?


Vid?o Youtube http://www.youtube.com/watch?v=bmOAc-mbBqk
Tr?s belle vid?o qui montre le d?veloppement de divers champignons en acc?l?r?.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

La destruction du Baccalauréat ?

Ci-dessous un article des Jeunes pour la Renaissance Communiste en France.     « Je suis pour ...