Accueil / A C T U A L I T É / Le capitalisme ou le culte du sacrifice humain

Le capitalisme ou le culte du sacrifice humain

Le capitalisme ou le culte du sacrifice humain
Plongée dans l’enfer chimique de Manchester, au Texas

 

HOUSTON — Bryan Parras se tenait dans l’ombre projetée par les projecteurs entourant les cylindres blancs massifs des réservoirs de la raffinerie Valero. Comme nombre de Mexaméricains pauvres ayant grandi dans cette partie de Houston, il se débat avec l’asthme, les maux de gorge et de tête, l’urticaire, les saignements de nez et tout un tas d’autres maladies et symptômes. L’air était lourd et sentait le soufre et le benzène.

Nous sentions un vague goût métallique et âcre sur la langue. La raffinerie tentaculaire émettait un bourdonnement électrique strident. Les rugissements périodiques des torchères, les flammes rouges des émissions de gaz rejetés, s’élevaient dans les ténèbres stygiennes. La raffinerie semblait être un être vivant, quelque divinité antédiluvienne géante et malfaisante.

 

Parras et ceux qui vivent près de chez lui font partie des centaines de millions d’humains sacrifiés sur l’autel des exigences du capitalisme industriel. Ils sont depuis la naissance condamnés à subir la pauvreté, la maladie, la contamination toxique, et souvent, la mort prématurée. Ils sont obligés de s’agenouiller comme des captifs enchaînés, pour être tués sur l’autel du capitalisme au nom du progrès. Ils sont en première ligne. Nous suivrons.

Lors des derniers stades du capitalisme mondialisé, nous serons tous détruits dans une orgie d’extermination de masse pour étancher la soif avide des entreprises capitalistes.

 

Les idoles revêtent plusieurs formes, du Moloch des Cananéens de l’Antiquité jusqu’aux visions sanglantes et utopiques du fascisme et du communisme. La primauté du profit et de la gloire de l’empire US — ce que le théoricien politique Sheldon Wolin appelait « le totalitarisme inversé » — en est la dernière variante. Les exigences des idoles, de l’Antiquité aux Temps modernes, sont les mêmes : des sacrifices humains. Et notre culte du sacrifice humain, bien que technologiquement avancé, est aussi primitif et sanguinaire que celui qui perpétrait des tueries au sommet du grand temple aztèque de Tenochtitlán. Nous ne pourrons pas parle d’espoir tant que nous n’aurons pas brisé nos idoles et ne nous serons pas libérés de leur emprise. Cela aurait été bien plus intelligent de la part des milliers d’activistes qui se sont rendus à Paris pour le sommet climatique, de se rendre au lieu de ça dans une zone de sacrifice comme celle du quartier de Parras, et, par vagues de 50 ou de 100, jour après jour, de bloquer les voies ferrées et les routes de services, afin de mettre hors service les raffineries, avant de se faire embarquer. C’est la seule forme de mobilisation massive qui ait la moindre chance de succès.

Bryan Parras

Parras — qui organise des manifestations et la résistance dans la communauté, à travers les TexasEnvironmental Justice Advocacy Services (Services de plaidoyer pour la justice environnementale du Texas, TEJAS), un groupe local qu’il a cofondé avec son père, Juan — se tenait dans le Hartman Park. Il montra du doigt la batterie des réservoirs de stockage et d’autres équipements concentrés autour des raffineries de Valero, Lyondell Basell et Texas Petrochemicals. Le quartier, appelé Manchester, est encerclé par l’usine chimique Rhodia, par un chantier pour les trains qui transportent le pétrole des sables bitumineux, du gaz, du charbon et autres produits chimiques toxiques, par une usine Goodyear de caoutchouc synthétique, une usine d’engrais, une usine de mélasse; des stations d’épuration et des cuves de poulets liquéfiés. On y trouve nombre de sites  Superfund [loi obligeant les entreprises pollueuses à décontaminer leurs sites, NdE] Ce quartier est l’un des plus pollué des USA. Une poussière ocre recouvre tout. Les entreprises, explique Parras, ne sont pas obligées de fournir la liste des produits chimiques toxiques qu’elles entreposent et utilisent pour raffiner ou traiter leurs produits. Les gens qui vivent dans cette zone industrielle désolée, qui rêvent de la fuir mais restent piégés en raison de leur pauvreté, ou du fait que personne ne souhaite acheter leur maison, savent qu’ils sont empoisonnés, mais ne savent pas exactement par quoi. Et, explique-t-il, « c’est ce qui est vraiment effrayant ».

Les opérations chimiques « tuent des gens, bien que personne ne veuille admettre que cela se produit », dit-il. « Et ce sont principalement des Mexaméricains » qui sont tués.

« Des alarmes sonnent dans la raffinerie », explique-t-il, « mais nous, dans la communauté, ne savons pas ce que cela signifie. Nous vivons dans une anxiété constante. On voit arriver des flics ou des voitures de pompiers arriver. Les camions à 18 roues tombent dans le fossé parce que les rues sont trop étroites. Les gens meurent prématurément, souvent de cancer. Il y a des écoles ici. Les enfants sont souvent malades. Les niveaux d’énergie sont amoindris. J’étais toujours fatigué quand j’étais petit. Il y a aussi beaucoup d’hyperactivité. Les enfants ne parviennent pas à se concentrer. Les produits chimiques ajoutent aux problèmes liés à l’obésité, particulièrement le problème du diesel. Les fruits et les légumes que nous faisons pousser dans nos jardins sont noirs. Les produits chimiques peuvent entrainer des maladies cardiaques et des leucémies lymphoïdes. Mais l’impact des produits chimiques n’est pas seulement biologique ou physique. Mais il est aussi psychologique. Vous sentez que vous valez moins, surtout quand voyez  les autres communautés ».

« Nous sommes près d’un port’, continue-t-il. « Il y a des hommes embarqués sur les bateaux pour de longues périodes. Beaucoup de trafic sexuel. Beaucoup de drogues. Il y a plus de bars dans ces rues que de magasins. Si vous ne parvenez pas à vous échapper, au mieux, vous finissez par bosser pour l’industrie des services pour un bas salaire, ou dans la prostitution ».

« Nous avons une usine de broyage de métaux », explique-t-il, en pointant la sombre brume nocturne. « Il y a une pénurie mondiale de métaux. Ils broient des voitures, des bus, et des appareils en copeaux métalliques. Il y a eut des explosions. Ils ne drainent pas toujours les liquides des véhicules. Il y a des combustibles. Il y a eut des feux. Il y a des particules rejetées dans l’air. Le bruit du broyage est permanent, 24h sur 24 et 7 jour sur 7. »

Nous avons marché le long d’une rue étroite en pente, passant devant des rangées de petites maisons style « ranch » construites par de pauvres immigrés mexicains dans les années 1930. Manchester est l’un des quartiers les plus déprimés de Houston. Le gémissement aigu et le rythme d’une ballade tejana provenaient des fenêtres ouvertes d’une baraque. Parras me raconta, alors que nous marchions le long de la rue non-éclairée, comment lui et d’autres jeunes activistes organisaient des manifestations et prenaient en photo des infractions au règlement sur les émissions, et comment la sécurité privée de Valero harcelait ceux qui s’engageaient dans de telles activités dans les rues autour de la raffinerie.

« Nous sommes suivis, photographiés et nos plaques d’immatriculations sont relevées », explique-t-il. « Nous ne savons pas toujours qui [nous observe]. Ils conduisent des voitures noires aux vitres teintées. Il y a une menace de sécurité [vis-à-vis des équipements pétrochimiques]. Il est facile de marcher jusqu’à ces trains, ou de rentrer dans l’usine Valero. Mais ce que nous faisons, c’est documenter leur négligence. Nous nous préoccupons des gens qui vivent ici, et des employés. Pensent-ils vraiment que nous allons fermer ces usines? Houston s’est construite sur le pétrole et le gaz. En plus de cela nous avons ce racisme et ce colonialisme endémique à l’encontre des Mexicains et des Indiens, de tous les basanés. C’est ici que la Destinée Manifeste* a commencé. »

Yudith Nieto

Nous avons rejoint d’autres jeunes activistes, dont Yudith Nieto, qui a été élevée à Manchester par ses grands-parents. Elle a souffert, à 26 ans, d’un éventail de problèmes de santé, dont l’asthme, une thyroïde endommagée et des douleurs de dos chroniques, qu’elle pense liés au stress et à la contamination par les métaux lourds. « Je ne peux pas me payer de toxicologue pour savoir si ma douleur est liée à l’environnement auquel je suis exposée », explique-t-elle. Nieto, Parras, et d’autres activistes du TEJAS, ainsi que d’autres activistes à travers tout le pays, ont organisé une série de manifestations contre le projet de pipeline Keystone-XL, désormais abandonné, qui aurait transporté du pétrole des sables bitumineux du Canada jusqu’aux raffineries de Houston et des environs.

« Les gens ont peur de s’impliquer », explique Nieto. « Ils sont pauvres et souvent sans papiers. Ou ont fait des allers-retours dans le système carcéral. Les patrouilles frontalières mènent des raids. Nous essayons d’éduquer les gens. Nous avons mené un projet d’analyse de l’air cet été et en automne, en collectant des particules de matière. Nous allons aux réunions du conseil municipal. Mais notre député au Congrès, Gene Green [le mal-nommé, NdE], est pro-industrie. Il est venu lors d’une audition de sécurité chimique, et a dit qu’il était là pour représenter l’industrie ».

Nieto a également exprimé sa frustration vis-à-vis des secteurs riches et largement blancs de Houston, en expliquant qu’ils ne s’étaient pas joints à la défense de son quartier, les traitant, elle et d’autres activistes mexaméricains, comme quantité négligeable.
Les militants m’ont emmené dans l’un des bars miteux près du port. La façade annonçait des « Cobetasos » (Cubetazos), seaux de bière en argot, et faisait la publicité d’un « show en bikini ». Quatre femmes en surpoids dansaient ou buvaient au bar avec des prolos blancs ou mexaméricains. Les bars, qui profitent des femmes démunies et des hommes esseulés qui travaillent dans les industries pétrochimiques et sur les navires pétroliers, sont les seuls signes d’activité humaine à cette heure tardive de la soirée.

respirer

 

« Ceux qui travaillent dans ces industries ne sont pas de Houston », explique Yvette Arellano, également de TEJAS. « Ils vivent dans des motels bon marché, à un rythme de ’20 jours de boulot, 20 jours de repos’. J’ai l’impression de ne jamais rencontrer d’autres Houstoniens. Ils viennent du Colorado, du Dakota ou de Louisiane. Nous n’avons pas de camps pour les hommes. Nous avons des motels. Ce sont surtout des travailleurs intérimaires. Ils ne sont pas à plein temps. Cela pose des problèmes de sécurité. Aucun d’eux ne veut se plaindre de problèmes de sécurité, ils savent qu’ils pourraient perdre leur boulot s’ils se plaignaient. Et donc personne ne dit rien ».

Les 21 sommets internationaux sur le climat qui se sont tenus durant les dernières décennies n’ont produit qu’une rhétorique vide, des fausses promesses et toujours plus d’émissions de carbone. Celui de Paris n’a pas été différent. Nous devons nous opposer physiquement à l’extraction, au transport et au raffinage des combustibles fossiles, ou faire face à l’extinction. Ceux qui vénèrent les idoles du profit utiliseront tous les outils à leur disposition, y compris la violence, pour nous écraser. C’est une guerre qui oppose les forces du vivant aux puissances de mort. C’est une guerre qui exige que nous entravions, par tous les moyens, les profits industriels justifiant le gaïacide. C’est une guerre que nous ne devons pas perdre.

NdE
*La Manifest Destiny (« destinée manifeste ») : idéologie selon laquelle la « nation américaine » avait pour mission divine de répandre la démocratie et la civilisation vers l’Ouest. Elle était défendue par les républicains-démocrates (ancêtres du Parti démocrate d’aujourd’hui) dans les années 1840, plus particulièrement par les « faucons » sous la présidence de James Polk.

Chris Hedges

Commentaires

commentaires

A propos de Tlaxcala

avatar

Check Also

FRANCE: anxiété chez les étudiants liée à la réforme du BAC

Ci-dessous un article d’Annabelle Allouch, maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Picardie, publié ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Méfiance, je le rappelle avec Tlaxcala

    Le groupe a été créé par Fausto Guidice et Marcel Charbonnier, qui sont deux proches de Ginette Skandrani.

    voir Wikipedia, tout simplement

    Ginette Hess-Skandrani ou Ginette Skandrani (née en 1938 en Alsace d’une mère anarchiste alsacienne et d’un père communiste d’origine tzigane) est une militante politique française pro-palestinienne et antisioniste. Elle fut un des membres fondateurs du Parti des Verts, dont elle a été exclue depuis et membre du bureau de campagne de l’humoriste Dieudonné pour l’élection présidentielle de 2007. Elle est actuellement présidente de l’association La Pierre et l’Olivier et depuis 2009 membre du bureau national du Mouvement des damnés de l’impérialisme.

    Ginette Skandrani a par ailleurs été membre du bureau de campagne de l’humoriste Dieudonné pour l’élection présidentielle de 20076.

    En 2009, elle rejoint à nouveau Dieudonné sur sa liste antisioniste pour les élections européennes aux côtés de Maria Poumier, Yahia Gouasmi, et Alain Soral qu’elle critiquera par la suite pour son attitude7.

    Cofondatrice des Verts, elle en a été exclue en 2005 par le Conseil d’administration régional des Verts d’Île-de-France. Le motif d’antisémitisme n’a pas été retenu à charge comme non prouvé mais sa présence répétée dans des manifestations publiques au côté de négationnistes du génocide des Juifs tombait sous l’incrimination statutaire de « Comportement de nature à porter atteinte à l’image des Verts ». Pour Patrick Farbiaz, membre du collège exécutif au moment de son exclusion : « Même si elle n’écrit pas elle-même, elle apparaît comme la cheville ouvrière d’un groupe de révisionnistes et d’antisémites avérés8. » Certains de ses écrits ont été repris sur le site négationniste Aaargh (interdit en France et rendu inaccessible par décision de justice). Elle a participé au journal tunisien L’Audace édité par Slim Bagga9 qui a soutenu Roger Garaudy10.

    Ginette Skandrani a été mise en cause par ses opposants pour ses présences aux côtés du fondateur du Parti des musulmans de France, Mohamed Ennacer Latrèche11 et du négationniste Serge Thion, pour son soutien au Hamas, ainsi que son soutien à María Poumier12.

    Elle est présidente de l’association Entre la Plume et l’Enclume, favorable à la liberté d’expression et contre la loi Gayssot réprimant le négationnisme et annonçant comme profession de foi son intention de « taper sur les sionistes jusqu’à plus soif, à l’endroit, à l’envers, d’en haut, par en dessous, de travers, en les retournant dans tous les sens »19. Le site internet de l’association accueille des textes d’auteurs négationnistes comme Serge Thion20 ou Pierre Guillaume21, et publie des textes de soutien à la liberté d’expression des négationnistes, ainsi que l’adresse du comité de soutien à Vincent Reynouard22.

    quant à l’auteur du texte du jour le voici

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Chris_Hedges

    il ose prétend socialiste.

    Charbonnier, lui bosse chez… Meyssan

    http://www.voltairenet.org/auteur123580.html?lang=fr

    et traduit par exemple les interviews de Bachar el Assad venant du Wall Street Journal

    http://www.voltairenet.org/auteur123580.html?lang=fr

    • avatar

      Et l’article? D’accord pour Tlaxcala, mais Chris Hedges, socialiste ou pas reste un bon auteur.