Accueil / T Y P E S / Articles / Le Canada impliqu? dans un fiasco pr?-?lectoral au Nigeria

Le Canada impliqu? dans un fiasco pr?-?lectoral au Nigeria

Ce qui se passe pr?sentement au Nigeria ressemble ?trangement aux rat?s du vote ?lectronique lors des ?lections municipales qu?b?coises de 2005. Sauf que cette fois-ci, c’est en amont du vote que ?a va mal. Le Nigeria a beaucoup de difficult? ? mener ? bien son op?ration d’enregistrement ?lectronique des ?lecteurs. Ce n’est pourtant pas faute de soutien de la communaut? internationale, dont le Canada.

L’Agence canadienne de d?veloppement international (ACDI), participe au Fonds commun de soutien aux ?lections de 2007 au Nigeria. Outre l’ACDI, l’Union europ?enne, le UK Department for International Development (DFID) et le programme des Nations unies pour le d?veloppement (PNUD), contribuent ensemble pour plus de 40 millions de dollars « afin de fournir un appui coordonn? aux ?lections de 2007 au Nigeria sur une p?riode de 18 mois ». US Aid fournit aussi quelques millions de dollars d’aide « to promote and support free and fair elections ».

Une phase essentielle d’?lections libres et honn?tes, l’enregistrement des ?lecteurs, se d?roule depuis le d?but du mois d’octobre. Les autorit?s ?lectorales du Nigeria (l’INEC) ont opt? pour des machines qui enregistrent num?riquement des donn?es nominales et biom?triques sur chacun des ?lecteurs. L’objectif est de r?duire la fraude ? n?ant.

Cette op?ration capitale va mal. D’une part, il n’y a pas assez de machines, d’autre part, plusieurs des machines ne fonctionnent pas correctement.

Ajoutons ? cela que des millions d’?lecteurs, sur les 60 millions que compte le Nigeria, sont tr?s r?ticents ? se rendre dans les centres d’enregistrement. Compte tenu du contexte, on les comprend de ne pas vouloir fournir aux autorit?s l’occasion de les ficher.

Il semble que la technologie utilis?e a ?t? d?velopp?e par IBS Corporation, une firme qui se sp?cialise dans les guichets de transactions bancaires ?lectroniques. C’est un cr?neau qu’occupe aussi Diebold.

Un des dirigeants de la firme, Roger Perez, a d?clar? ? la fin du mois de septembre dernier que sa firme avait ?t? choisie parmi 20 autres soumissionnaires au Nigeria. Perez a ajout? : « In the US you have to spend thousands of dollars before you get certified. I went to Nigeria. There were twenty vendors who participated, including Diebold and ES&S. We got the contract. »

Le Nigeria servira-t-il de banc d’essai ? une technologie peu ?prouv?e, certifi?e au petit bonheur, donnant des r?sultats qui vont s?rieusement compromettre les chances d’?lections honn?tes ? Les contribuables canadiens ont certes droit ? des explications.

Encore l?, le parall?le avec le Qu?bec est troublant. Les fabriquants de machines ?lectroniques ont pu vendre aux municipalit?s qu?b?coises des machines ? voter sur la seule base de la confiance. Les normes de certification ?taient ? ce point d?ficientes que plusieurs municipalit?s se sont retrouv?es avec de s?rieux probl?mes.

Le march? de l’enregistrement ?lectronique des ?lecteurs, et du vote ?lectronique, est un march? en pleine expansion partout dans le monde. Plusieurs joueurs sont impliqu?s et des sommes ?lev?es sont en jeu.

Il serait int?ressant de savoir combien de millions de dollars sont d?pens?s en lobbying aupr?s des organisations des Nations Unies, des gouvernements des pays donateurs, ainsi que de ceux qui re?oivent l’aide internationale.

Dans le cas du Nigeria, les transactions autour de l’acquisition des « epoll books » sont quelque peu n?buleuses. Des soumissionnaires nig?rians, qui comme par hasard seraient de l’entourage du pr?sident sortant, auraient obtenu les contrats qu’ils auraient par la suite sous-contract?s.

Ces informations sont difficilement v?rifiables. Il faut s’armer de patience si l’on veut r?ussir ? remonter la fili?re. Nous attendons des r?ponses aux questions que nous avons pos?es par courrier ?lectronique ? quelques intervenants dans le dossier, dont l’ACDI.

Le pire, c’est que l’INEC voulait aussi que le vote se fasse ?lectroniquement. Le S?nat nig?rian a refus?. Les s?nateurs auront peut-?tre trouv? que c’?tait pousser trop loin la farce.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le jour où j’ai rencontré un esclave

Il y a une bonne trentaine d’années, j’ai séjourné assez longuement au Sénégal. J’ai été ...

One comment

  1. avatar

    Ce genre d’opération sera de plus en plus commune grâce à l’éclatante réussite de 2000 et 2004 aux US of A.

    La recette alors appliquée exposée ici : Lynching by Laptop Part 2

    Cette perversion de ce qui reste de démocratie par l’électronique est d’une rare ineptie quand un crayon, un papier et des citoyens pour compter les résultats sont, de loin, la méthode la plus efficace et sécuritaire.

    La numérisation du vote n’est qu’un volet du programme du vol de la volonté d’un peuple. Les dernières élections mexicaines ont démontré que la palette des possibilités de fraude est aussi variée que retord. Un gros merci au GOP républicain qui a développé la méthode.

    Recipe for a Cooked Election

    FLORIDA con SALSA / THEFT OF AN ELECTION : MEXICO

    Un conseil aux amerloques : Avant d’exporter la démocratie, commencez par la pratiquer chez vous !

    Au moins Bush Inc. est obligé de voler son élection. Au Canada et au Québec on remet les clés du pouvoirs aux néo-cons avec comme seule cohersion une solide propagande médiatique. Un charme 😉