Accueil / A C T U A L I T É / Le Canada et le rapport Angelides

Le Canada et le rapport Angelides

22 f?vrier 2011 – La Commission d?enqu?te du Congr?s am?ricain sur la crise financi?re (FCIC) vient de publier son rapport de 600 pages http://www.fcic.gov/ (1) sur les causes de la crise financi?re et ?conomique.

La commission pr?sid?e par Phil Angelides r?v?le qu’ il y a plus? de 26 millions d’ am?ricains qui ont perdu leur emploi, ne peuvent trouver un emploi ? temps plein ou ont tout simplement arr?ter leur recherche. La commission conclue que cette crise financi?re, qui a jett?? 4 millions de familles ? la rue,? ?tait pr?visible et ?vitable.

? Malgr? l?opinion exprim?e par plusieurs tant ? Wall Street qu?? Washington, disant que la crise n?aurait pu ?tre pr?vue ou ?vit?e, il existait des signes avant-coureurs. La plus grande trag?die serait d?accepter le refrain que personne n?aurait pu pr?voir cette crise et que donc rien n?aurait pu ?tre fait. Si nous acceptons cette notion, cela se produira de nouveau ? affirme Phil Angelides.

On aurait donc pu ?viter de verser 17,000 milliards de dollars en divers ?plans de sauvetage pour Wall Street et les banques anglo-europ?ennes dont une majorit? gravitent dans l?orbite du groupe bancaire Inter-Alpha. (2)

Les mandarins politiques ? la solde de la ? City ? et de Wall Street au banc des accus?s

La Commission Angelides jette un faisceau de lumi?re sur les principaux acteurs de cette crise, les mandarins du gouvernement am?ricain qui se sont faits les complices du chaos financier engendr? par la ? City ? financi?re ? Londres et leurs appendices ? Wall Street. Le rapport de la commission Angelides met au banc des accus?s, entre autres, les Alan Greenspan, Larry Summers, Hank Paulson, Ben Bernanke et Tim Geithner.

Le rapport indique que l?abrogation de la loi Glass-Steagall en 1999 et l?adoption le 15 d?cembre 2000 de la loi sur le ? Commodity Futures Modernization Act ?, qui l?galisait les produits d?riv?s de gr? ? gr?, furent deux des causes principales de cette crise d?effondrement g?n?ralis?e.

En 1933, la Commission P?cora visait ces m?mes r?seaux de Wall Street et Roosevelt donna suite au rapport de Ferdinand P?cora en introduisant la loi Glass-Steagall qui cloisonnait les banques de d?p?t des banques d?investissement, et en lan?ant la r?forme ?conomique ? travers les multiples programmes associ?s au New Deal.

Pourquoi le Canada doit donner suite au rapport Angelides

La ? finance de l?ombre ?, c?est-?-dire les op?rations financi?res conduites surtout depuis Londres, par des institutions financi?res parall?les pleinement d?r?gul?es, contr?lent d?sormais 70% des transactions aux Etats-Unis et 40% en Europe. Ces transactions ? hautes vitesses op?rent ? travers des super-ordinateurs capables d?effectuer des milliers de transactions ? la seconde en utilisant des algorithmes de plus en plus sophistiqu?s

Derri?re les fusions annonc?es de la bourse de Francfort avec NYSE-Euronext, les bourses de Londres-Toronto (Montr?al) et Singapour-Sydney appara?t une panique aliment?e par une course pour contr?ler les flux des investissements sp?culatifs.

En r?alit?, la vraie question n?est pas de d?cider ? Queens Park, ? Qu?bec, ou ? Ottawa si les bourses de Toronto et de Montr?al doivent faire? partie d?un ensemble plus grand domin? par ? la city ? ? Londres, mais bien plut?t si les gouvernements souverains ont le courage d?interdire mondialement les produits d?riv?s (3) avant que ceux-ci ne causent la destruction totale des ?conomies physiques nationales de la plan?te.

Le Canada n?est ni ? l?abri d?un tsunami financier international, ni ? l?abri de la gr?ve de masse qui d?ferle sur la plan?te, de la Tunisie, ? l??gypte, au Wisconsin, ? l?Ohio? (4)

L?ensemble de la classe politique mondiale se comporte pr?sentement comme le fameux personnage de Washinton Irving, Rip van Winkle, qui dormit durant toute la p?riode de la r?volution am?ricaine ! Ou dans certains cas, comme Margaret Thatcher qui, non seulement fut prise de court par la chute du mur de Berlin, mais avait choisi de se prononcer contre la r?unification de l?Allemagne !

Les soul?vements au Maghreb, au Moyen-Orient, aux Etats-Unis et ailleurs sont des r?actions ? l?effondrement du syst?me financier international. La dignit? humaine et les droits inali?nables ne sauront jamais compatibles avec les conditionalit?s du Fonds Mon?taire International, avec les paris sp?culatifs sur les denr?es alimentaires de base par les ? affameurs ? du Chicago Mercantile Exchange ou avec les pratiques pr?datrices des oligarques financiers de ? la city ?.

Les plans de sauvetage ( ? les bail-outs ?) doivent non seulement cesser imm?diatement sur la plan?te, mais une loi Glass-Steagall globale doit r?cup?rer une partie importante de ces 17,000 milliards de dollars, engloutis en vain, afin de r?investir ces sommes dans les services ? la population, la production, et les infrastructures.

Les engagements fondamentaux ? prendre de toute urgence?:

Mettre un terme au renflouement des ?tablissements financiers priv?s, sans garanties ni conditions, au d?triment des finances publiques. Les Etats ne doivent plus en effet demeurer soumis au chantage des m?ga-banques et des soci?t?s d?assurance qui ont pris le contr?le de fait de l??mission de monnaie et financent l?endettement public ? un taux sup?rieur ? celui qu?elles obtiennent aupr?s des banques centrales?;

R?tablir la s?paration entre les deux cat?gories de banques ? banques de d?p?t (commercial banks) et banques d?affaires (investment banks) ? pr?vue par la loi Glass-Steagall (Banking Act of 1933) du 16 juin 1933 aux Etats-Unis.

Ouvrir une enqu?te, par une commission parlementaire dot?e de pouvoirs d?instruction et de r?quisition, sur les ?tablissements ou les secteurs d??tablissements qui se sont livr?s ? des activit?s sp?culatives en mobilisant, avec des effets de levier, des montants ayant une relation comptable anormale avec ceux de leurs capitaux propres, et se trouvant de fait dans une situation de d?faut. Une proc?dure de faillite ordonn?e doit ?tre pr?vue en fonction des conclusions de la commission, cet engagement constituant un corollaire du retour ? une loi de type Glass-Steagall. Il s?agit de permettre aux fonctions n?cessaires des banques de d?p?t et de cr?dit, qui sont de servir les d?posants et d?alimenter l??conomie productive, de continuer et de s??tendre sans ?tre st?rilis?es ou d?voy?es par des activit?s sp?culatives sur les march?s?;

Le terrain financier se trouvant ainsi d?min?, organiser ? l??chelle internationale une initiative coordonn?e de grands travaux, ayant pour but d??quiper l?homme et la nature en vue d?un d?veloppement mutuel entre les peuples?;

Mettre en place, ? l??chelle internationale, des m?canismes publics de financement ? long terme et ? faible taux d?int?r?t, en vue de ces grands travaux, impliquant l?abandon du syst?me mon?tariste actuel et l?adoption d?un syst?me de cr?dit public productif. (5) A l??chelle de chaque pays, les Tr?sors publics pourraient ainsi utiliser, pour l??quipement ? moyen et long terme dans des cadres nationaux et internationaux, des avances ou cr?dits des banques de la Nation ou des p?les financiers publics ? des taux pr?f?rentiels, en coordonnant les efforts entre partenaires selon les besoins?;

Annuler la dette des Etats pour sa part ill?gitime, n?ayant correspondu ou ne correspondant ? aucune cr?ation de valeur ?conomique r?elle. Pour sa part l?gitime, qui a ?t? n?cessaire pour financer l??quipement de l?homme et de la nature et l??conomie productive, examiner les possibilit?s de r??chelonnement au regard et en fonction des b?n?fices apport?s par les grands projets ? venir, financ?s par du cr?dit productif public. Ouvrir la possibilit? d??quiper et de produire ainsi est le seul fondement possible d?un remboursement de cette dette l?gitime, permettant ? la fois d??viter une d?flation pr?datrice et une inflation destructrice.

S?accorder ? l??chelle internationale pour un syst?me de taux de changes fixes et r?visables d?un commun accord, afin d?emp?cher les sp?culations mon?taires ? court terme d?tournant les flux financiers des investissements ? moyen et long terme.

Le syst?me de d?veloppement mutuel ainsi d?fini conjuguerait un Glass-Steagall ? global ? (6) et un Nouveau Bretton Woods, car il est ?vident qu?un Glass-Steagall ne peut ?tre appliqu? aujourd?hui ? l??chelle d?un seul pays.

Le Canada, avec ses responsabilit?s et l?autorit? de ses responsables dans les institutions ?conomiques internationales, devrait jouer un r?le d?instigateur et de ?catalyseur de cette politique, prenant imm?diatement l?attache des responsables d?autres pays qui, notamment aux Etats-Unis, partagent une telle perspective.

Nous sommes convaincus que cette approche est la seule permettant une r?organisation en profondeur du syst?me bancaire et financier canadien afin qu?il soit au service d?une v?ritable politique nationale de reconstruction ?conomique.

Notes?:

(1) The Financial Crisis Inquiry Report. Final Report of the National Commission on the Causes of the Financial and ??Economic Crisis in the United States.

(2) ?8 d?cembre 2010, Christine Bierre: Inter-Alpha et le complot contre Bretton Woods. http://www.committeerepubliccanada.ca/InterAlphaetlecomplotcontreBrettonWoods_BET.htm

(3)? 20 mai 2010, LaRouche?: bannir les d?riv?s ou sombrer avec eux. http://www.committeerepubliccanada.ca/LaRouchebannirlesderivesousombreraveceuxLesEcritsdeLyndonLaRouche.htm

(4)? 24 f?vrier 2010, Wisconsin?: la ? gr?ve de masse ? s??tend. http://www.committeerepubliccanada.ca/Wisconsinlagrevedemassesetend.htm

(5) 17 mai 2008, De l?ind?pendance des banques centrales. http://www.committeerepubliccanada.ca/De%20l’independance%20des%20banques%20centrales%20vers_un_nouveau_bretton_woods.htm

(6) 19 f?vrier 2010, la vid?o?: interview with Phil Rubinstein?: the global Glass-Steagall Act. http://www.committeerepubliccanada.ca/Glass_Steagall_Toward_a_New_BrettonWoods.htm

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Non aux OGM déguisés !

Grâce à une campagne de longue haleine menée par Greenpeace et d’autres organisations il y ...

4 Commentaire

  1. avatar

    Très bon! Précis, condensé, simple.
    Ne reste plus qu’à mettre en pratique…
    En attendant les politiciens…

  2. avatar

    Moi ce qui m’inquiète est cette « course vers les profits » qui s’est manifestée d’un seul coup, de façon déraisonnable, comme si une « peur incontrôlable » s’emparait des dirigeants financiers.

    Ce fut presque qu’un curée à tout ce qui était possible, par tous les moyens possibles, pour « accumuler ».

    Un peu comme si un individu accumulait toute la nourriture pour lui-même en condamnant ceux qui l’entourent à « mourir de faim ».

    Ça n’a aucun sens et c’est une action presque suicidaire pour ces autorités financières.

    On jurerait qu’ils croient au calendrier aztèque et que de grandes tribulations sont à venir en 2012-2013.

    C’est complètement fou!!!

    Amicalement

    Elie l’Artiste